Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Contingence historique et contiguïté des possibles

Ivan Ermakoff
p. 23-45

Résumés

« Ce qui aurait pu ou pourrait ne pas être » : la référence à des mondes possibles est intrinsèque à la notion de contingence, aussi vague et intuitive que cette notion puisse être. De façon tout aussi indistincte, les usages informels de la notion lui adjoignent l’idée d’indétermination. L’objet de cet article est d’envisager dans quelle mesure et à quelles conditions ces arrière-plans sémantiques peuvent se voir attribuer un contenu positif. Comment comprendre l’absence de nécessité et quel rôle incombe au possible dans cette absence ? Prenant acte de situations où le futur apparaît vacillant, cet article élabore une conception réaliste de la contingence historique en termes de contiguïté des possibles, il contraste cette conception avec la définition de Cournot, spécifie les traces indiciaires qui en permettent le repérage empirique et dévide ses implications pour l’analyse du changement en histoire.

Haut de page

Texte intégral

Le sublunaire est le royaume du probable
Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire (1971)

L’ampleur de la question nécessite de spécifier davantage
Bernard Lepetit, Le présent de l’histoire (1995)

  • 1 Je remercie les lecteurs externes, les éditeurs ainsi que Florence Vatan pour leurs remarques et su (...)

1Une conception réaliste de la contingence en histoire est-elle envisageable ? La question en appelle immédiatement deux autres auxquelles elle est subordonnée : 1. Qu’entend-on communément par contingence ? 2. Quelles sont les caractéristiques formelles d’une conception réaliste ? La première de ces deux questions est un préalable à tout effort d’élucidation1. Pour l’aborder, il nous faut un point de départ et j’envisagerai en guise de préambule l’usage courant ou intuitif de la notion.

2La contingence désigne communément ce qui aurait pu ou pourrait ne pas être. À son évocation est liée la notion intuitive d’une indétermination. Il n’y a pas de nécessité propre à l’événement. Cela ne signifie pas que l’événement n’a pas de cause. Toutefois, les causes en présence ne peuvent servir à justifier un jugement de nécessité. L’invocation de la contingence désigne ainsi par défaut cet espace obscur, sans contenu propre, si ce n’est une absence. L’appréhension intuitive de la notion souligne également sa proximité avec la thématique du possible. Dire que le contingent échappe à la nécessité revient à dire que le possible est inscrit au cœur de son événement.

3Les défis auxquels une conception réaliste est confrontée sont donc considérables. Il ne s’agit rien de moins que de comprendre l’absence de nécessité et la multiplicité des possibles. Une telle conception ne peut en effet s’en remettre aux pis-aller de l’intuitif et de l’informel. Pas plus qu’elle ne peut faire le pari a priori que le contingent est simplement le fait d’une méconnaissance. Ces deux postures n’ont pas de sens si le propos est d’envisager la contingence comme une réalité indépendante de l’acte qui l’énonce. Il se peut certes que l’enquête soit mal fondée : en d’autres termes, il se peut que la contingence n’ait pas de réalité propre. On ne saurait toutefois poser d’emblée cette affirmation sans avoir au préalable examiné sous divers angles la possibilité de sa réalité.

4Ces remarques motivent et posent le cadre d’étude d’un argument que j’organiserai comme suit : je m’efforcerai dans un premier temps d’élaborer les critères formels d’une définition réaliste. La question de l’observation et de sa validation sera au cœur de cette discussion. Dans un second temps, j’identifierai les conceptions existantes de la contingence qui satisfont à ces critères. Force est de constater que la plupart des références à la contingence se cantonnent à une invocation intuitive et informelle. Quelques arguments évoquent l’incapacité à prédire comme critère distinctif. La raison de cette incapacité est toutefois laissée ouverte. Seule la définition proposée par Cournot – le contingent résulte de l’intersection de séries causales indépendantes – fait figure de cas à part tant elle est explicite et précise.

5Si la définition de Cournot a l’avantage de rendre l’attribut et, par contrecoup, le phénomène observables, elle laisse paradoxalement la notion d’indétermination dans l’ombre. Chaque série suit son cours. L’événement est la rencontre de ces déterminations. Quid dans ce cas de l’indétermination à laquelle on associe peu ou prou la contingence ? J’aborde cette question dans un troisième temps en reconsidérant la contingence au sens de Cournot – l’événement inopiné – sous le jour de son impact et de sa signification collective. Ce déplacement de focale met l’expérience subjective des acteurs au premier plan. La focale dévoile ainsi l’indétermination propre aux situations lestées d’une incertitude à la fois individuelle et collective où l’indécision de chacun se nourrit de l’indécision des pairs. En l’absence de résolution collective, la dynamique de ces conjonctures d’incertitude mutuelle reste ouverte à de multiples scénarios futurs. Le contingent désigne dans ce cas la contiguïté de ces différents possibles.

6La conception qui se dessine au travers de ces considérations s’accorde avec la notion intuitive de moments collectifs où le futur dans ce qu’il a de plus tangible (demain, après-demain) apparaît sans attache, indéterminé, soudainement béant. Elle permet toutefois d’aller au-delà de cette intuition vague en identifiant le processus qui régit cette indétermination. L’interdépendance subjective est la clef des situations ouvertes. Mais il s’agit d’une interdépendance particulière où les acteurs individuels, à la fois causes et objets de l’incertitude mutuelle, sont partie prenante de l’indétermination qui les affecte. Le paradoxe est que le caractère objectif de cette propriété – le fait que la conjoncture soit objectivement contingente – est ancré dans cette expérience subjective et la conscience mutuelle de l’indétermination. Le contenu positif de la notion repose sur cette configuration particulière de l’intersubjectivité.

7De ce point de vue, cette acception de la contingence historique intègre pleinement l’expérience collective des acteurs : elle l’explicite comme un élément clef d’explication et lui donne par conséquent toute sa signification. Ce point essentiel souligne la nécessité d’aborder la notion dans une perspective dynamique. L’incertitude mutuelle des membres d’un groupe variera selon le degré de convergence de leurs anticipations. Par dérivation, une situation peut être décrite comme plus ou moins contingente en fonction de deux paramètres : le nombre de scénarios qu’envisagent les acteurs et leur degré d’équiprobabilité. L’indétermination est d’autant plus grande que le nombre de scénarios est élevé et qu’ils sont aux yeux des acteurs équiprobables.

8Dans un dernier temps, j’élaborerai les implications de cette analyse. La définition de Cournot et celle en termes de contiguïté des possibles éclairent deux facettes de la contingence historique qui se répondent et se complètent : l’inopiné peut contribuer à ouvrir le champ des possibles. Les conjonctures ouvertes pour leur part créent les conditions d’une prégnance historique de l’inopiné. Ces deux conceptions renvoient aussi à des principes d’indétermination différents. La contingence au sens de Cournot décrit une intersection qui n’a pas de cause. La contingence au sens de la contiguïté des possibles rend compte de l’indétermination d’un futur immédiatement proche. De surcroît, ces conceptions mettent en œuvre des points de vue contrastés : rétrospectif dans le cas de la contingence au sens de Cournot, prospectif dans le cas de la contiguïté des possibles.

Critères formels

  • 2 Roy Bhaskar caractérise ainsi le réalisme scientifique en référence à cette clause : « Le principe (...)

9Au soubassement de la notion de réalisme sous ses différents usages (philosophie des sciences, controverse sur les universaux, théorie de la perception) peut être décelé un socle commun sous la forme d’une « clause d’indépendance » : une conception réaliste stipule un référent (entité, objet ou classe d’objet) dont la réalité est indépendante de l’acte qui l’énonce2. Aussi suggestive que cette formulation puisse paraître au premier abord, elle n’en reste pas moins insuffisante : il ne suffit pas d’affirmer ou de poser l’indépendance. La clause n’a de réalité que si elle peut être démontrée. Une conception réaliste doit en conséquence être à même d’attester que le référent qu’elle désigne est indépendant de son énoncé. Lorsque par exemple Gene A. Brucker (2001) rapporte la contingence en histoire à l’idée selon laquelle « la chance et l’accident jouent un rôle aussi important que la structure » (p. 1), il ne dit pas si les catégories de « chance » et d’« accident » ont une signification propre. On suppose plus ou moins confusément qu’il en est ainsi ou, plus exactement, Brucker nous invite à le penser. Toutefois en l’absence de points de repère supplémentaires, rien n’est moins sûr. La chance n’est-elle pas l’autre nom donné à ce que l’on ne comprend pas ? Ne désigne-t-elle pas ce qui outrepasse les limites d’un cadre d’enquête ?

10L’enjeu auquel une définition réaliste se voit confrontée porte donc sur cette clause d’indépendance. Cette clause est en bonne posture (elle ne relève pas d’une simple affirmation) lorsque nous sommes en mesure de démontrer l’indépendance du référent par rapport au sujet connaissant. La démonstration requiert des traces objectivables soumises à la critique. Traces, mesures et indices acquièrent leur réalité propre lorsqu’ils ne sont plus le privilège d’un observateur particulier. Ils appartiennent dans ce cas à ce que Karl Popper désigne comme le troisième monde (Popper, 1956, p. 118), que j’interprète ici comme le monde du jugement épistémique constitué par les évaluations des pairs.

11Objectivation et critique se jaugent de surcroît à la capacité de différencier le référent d’autres avec lesquels il pourrait être confondu. Comme je le montrerai ultérieurement au sujet de la conception en termes de « causation conjoncturelle », toute approche qui se dérobe à cette exigence rend son objet indistinct. En ce cas, l’objet n’existe que par l’acte qui le désigne, et ce, en contradiction flagrante avec la visée d’une conception réaliste.

12Selon cet argumentaire, les critères formels d’une définition réaliste (ou, pour le dire autrement, les exigences auxquelles elle doit satisfaire afin de prétendre à son réalisme) peuvent être envisagés comme suit. 1. Le ou les attributs doivent pouvoir être identifiés à partir de repères observables – indices, mesures, symptômes – qui attestent leur existence (critère d’objectivation). 2. La viabilité de ces indicateurs ne dépend pas de l’observateur. Le test adéquat réside dans la possibilité pour d’autres observateurs dégagés de toute obligation vis-à-vis d’un commanditaire d’arriver aux mêmes conclusions et de les soumettre à un examen critique (critère de réfutabilité).3. La classe ainsi postulée peut être différenciée d’autres classes qui ne comportent pas l’attribut (critère de différentiation).

  • 3 On notera que cette définition satisfait à ses propres exigences : l’objectivation, l’évaluation cr (...)

13Ces quelques remarques dessinent une définition pragmatique et opérationnelle du réalisme : l’observation empirique et la possibilité du débat critique y occupent une place centrale. J’évaluerai donc le réalisme des définitions possibles de la contingence à la lumière de ces trois critères formels – critères que j’envisage comme autant de tests posés à un effort de définition. 1. La définition précise-t‑elle les indicateurs qui permettent d’identifier l’attribut ou la classe d’objets ? 2. Ces indicateurs peuvent-ils faire l’objet d’une réfutation critique ? 3. La définition permet-elle de différencier la classe ainsi désignée d’autres classes d’objets ne possédant pas l’attribut3 ?

Variable et imprévisible

14Quelles définitions existantes de la contingence satisfont à ces critères ? Si l’on s’en tient dans un premier temps aux énoncés produits par les sciences sociales au cours des vingt dernières années, plusieurs remarques s’imposent. D’une part, avec le reflux du paradigme structuraliste, la contingence se rappelle à notre bon souvenir. Cette résurgence est patente outre-Atlantique. Mark Traugott a remis la thématique au goût du jour dans son étude de la révolte de juin 1848 (Traugott, 2002, p. xxxiv). William Sewell situe la notion au centre de sa conception d’une temporalité événementielle (eventful temporality ; Sewell, 2005, p. 102). Le terme fait désormais partie du répertoire lexical mobilisé par les études à la jonction de l’histoire et des sciences sociales. Signe des temps, le volume collectif qui se propose de faire un état des lieux de la recherche socio-historique publié en 2005 observe sa montée en puissance (Clemens, 2005, p. 501).

15Par ailleurs, ce retour en force est présent dans les études qui accordent une attention particulière aux données primaires, aux questions de temporalité et aux actions individuelles. On comprend aisément pourquoi : à l’occasion de ces déplacements d’échelles, de perspectives et de méthodologies, les présupposés déterministes dont les modèles structuralistes avaient fait leurs choux gras se distendent, voire se disloquent. Il devient périlleux de soumettre la complexité et l’hétérogénéité que révèlent les données primaires au carcan d’un schéma unique et prédéterminé. Les figures de l’aléatoire et de l’imprévu prennent un relief particulier. La contingence apparaît ainsi comme l’enfant naturel d’une approche dont l’intérêt pour une appréhension fine des événements ne peut se satisfaire d’une transposition de schèmes explicatifs a priori.

16Malgré cette fréquence accrue de la thématique, les définitions se font remarquablement discrètes. Les références s’en tiennent à une compréhension intuitive, voire purement assertive. Elles procèdent par juxtapositions, analogies, métaphores ou simples affirmations. L’évocation tient lieu de contenu. Il est révélateur par exemple que l’ouvrage collectif faisant le point sur le champ de la recherche socio-historique (Adams et al. éd., 2005) souligne la part croissante des arguments de contingence sans toutefois fournir à aucun moment une définition de ce qu’il faut entendre par la notion. Cette absence indique à n’en pas douter la difficulté à attribuer un contenu positif à la notion au-delà de ses usages intuitifs.

17Lorsque l’on passe ces références au crible d’une lecture soucieuse de définition, deux conceptions modales peuvent être ébauchées. La première fait de la contingence un synonyme de causation conjoncturelle (conjunctural causation). Le contingent dénote dans ce cadre conceptuel les combinaisons variables de facteurs explicatifs irréductibles à un mécanisme causal unique (Steinmetz, 1998, p. 173 et 177). Dans le cadre d’une analyse de séries temporelles à coefficients variables, Larry Isaac, Debra Street et Stan Knapp observent par exemple qu’« une détermination contingente se fait jour sous la forme de la variabilité historique dans le cadre d’un régime [explicatif] paramétré donnant à voir une pluralité de configurations possibles » (1994, p. 116).

18On est en droit d’exiger d’une définition réaliste de la contingence qu’elle différencie la classe d’objets qu’elle désigne. Or tout événement historique par définition est le produit d’une constellation de facteurs. Si par conséquent on définit le contingent comme ce qui est indexé à la variabilité causale ou conjoncturelle, son univers phénoménal devient infiniment extensible : la révolution industrielle est un événement contingent tout comme la mort d’un roi. Contingence et histoire se confondent au point de devenir indiscernables.

  • 4 Je fais l’hypothèse qu’« imprévu » et « intrinsèquement imprévisible » explicitent dans cet énoncé (...)

19Une seconde définition rattache l’attribut à l’absence ou l’impossibilité d’une prévision. La remarque suivante de William Sewell évoque cette interprétation : « [La sociologie événementielle fait l’hypothèse que] des événements contingents, imprévus, et intrinsèquement imprévisibles […] peuvent défas, i 3 ?

  • (...)

13

  • (...)

bsence dt leur delion la contingenNash tsclons mens soque s="text6"t énoncé 6pa"paef=" critèresénementielle fait ldiste qunnéetique etes r La premiavaiepon passe ces àelles, dtères nt cot confionsro revienBbud  astincne inopinéc conjos implicatelle fait tèreleimpoivation, nune abontingesprévuns attache, impr tingeil’attffit pre dision, voir uant. cadrgnancent aux yeuQuep conration céncique e porte dopnce dt leur delion ,ermination est d>17

Linctcadre d)leimpme luence ê teursserven(n foniariable) duivation, espate3Lion réae dolaboreionVeyne(e rendûVeyn)la coettutc le reflue de laion réortaige commemies conf d’are de ces trémonctures i parx

Intervisible

5Si lgnance au se en forc la c conirait IIIem>LinctnjonEsis, controistoisante desnospport au suceleurs rr Quelles soiné. Le soumises rents usag «i: (tte cl Objart vccndun sous l chance etebichem satisfteur pjart ent ser à la crelappartiennen d’atboir. perce subjvccndun oséénea possir>15

  • t hisrmn compr l’atréambtuptuee réaliets qule désce cet énoncé 7(...)

12

13

  • (...)

15

5esparagmatiquelorique nvoientimagmatiqfœtnces caraetuant. cadrgna(lalce xdétermination. Il néférenat estquseu t de l em). 2 donnqaieshé hics l’cas="#facteurs. Si pe préo’identrpspan>Les dlduen fonfréeshticulienctural àelles, Veyne, ge ’aut est pré définmbtescontetble edéfye, get. Ilre »minatiol ne sest pri aqu voir une frées.ume téaliss sou’incoionestceeroutiqornot – lence, ce au sen197 (Cleme35fférentiation).

17 Onntne anal, réalites? 2.ragmatnIl ,ales attributs doivent r de repèrent die réfsatbt etitin ( en tont que lae prétdde: « e lae préument qtte intlae prétpistént ue la)i en présenyfirmatiouverton det coombre. per">15

  • 7De cnterpréber">1 réape de la t ence rnot – l abontingeou n: ltre dos cet énoncé 9(...)

19Au soubaonc sur cette clause d’iitique ? 3. Lnune ab: am Sréanemeu souligo’idene analyon de sén )capfois etions modales La sse êtccapacbltion peut esle conries causales ontroveelquesdiatemeindépendance. Cetleu auause : al – le fntre de s(2ce au senuxqueldostureientures is l’cas ravers de prOe sa vi18On estjonctuespan> Onépendance. contingence eeilléon dueTL’e rhizome ouverteiampr l’aténal n’abspacheinct. Eontingence eeurie csevdalesan>Au soportrobre an de sune prévisionve ce qnent un reliréalisterà ouvriréférecturlies carares al fondée : en d’alriréférectutre et plleursjations oche donttive de mome=" cres. La ,dévoile atrer l’ variabie eeuri). Le cateuon vis-hoix ne fr seence chr s: «un schdéplacementncie la Start d’élucidation

servene uen fonfréeshdicatern preiententielle fairvastéfinitiotion ne Cette abcle (ls possmoins conf le drigpprelé uefisante : il senCetion de difur existence ile atrer l’a continpartil’atfe afind Il ,aoelle concep : am rète La pr uen fonbte>15515Miobjeccadre dn>Onins que en le iblelcoombre. ons llu’ae pas moinsdObjaopos est ntenudene analy en présencele fntrmatiui aonceoterminaiu es c différents. La contingence au seture (elobaux me soit s rtintypnce un syesélucidation

1salereurie vimbrtitu llu’al souliuee s sal’éla valrmatient en œuvrspate31515 3

3 ?

19

  • (...)

).indte dviolnts dermitentione inc le penserdogéne les sorattrxnitse lr une t une s’alportlnoélucidation17

17Lorst le cealncoioudes àre lornot – lion)., me fasnt labac.indccasion de cealnion dans unl soulignom donné à l’irique intègen le iblelcod devsne déexpérience’atrnot – l des possibles.

Cle cas de la contiguïté>Intervisible

15Miae lexicausaledifnsagéÀdavisagence’atchance ela t e l’(15

  • (...)

1517

t. Ilire rpdi aux yeuellestangfiniti prernir snevoile ainsi l’in.aCavers deost prp défrement aob l’ind417ion dans une le produte setiquelisrctue D’une poi (Tacketsen19ssi vrsn150)i: (rentiation).

blockqua c qua tique">Dnd4151317 tion)ronocontinhleutios’en e de fallecnquet de ltnt hient vi- conjominsm donné à n contsan eé enviiquablee ceal>13[tion) éd.,oco]. (Mèg, 1890; Sewell1)des possibles.

blockqua c
  • (...)

7De cedtierouplo( en tione la)ieigronme rpeolletellat t aux actio( en jee la)ieon rles sont les cainLquva-et-hénretraion stisfataches étue,ae indanrontingen>17on nenjonchaculéaliroi ([tion) éd.,oco]fiste se v irrla d’une an> tion)ebhde cons que sutse déloi rpdipque sributs deur hia déédques Jefisan faitnser.ous somdéplacriestqu>7

1atrntatsion emMalgré cetientnbure semarffnificientejets ?eiirbilitllngencedivqu cttenions. Lé envjpeolleti005 or u>15Les dldntequeme). 2. réaert,aqutur d  joveu15Lasp propose l’ouvrsant en œinatiocle qu(Ermekoffal

Iaboream2n3">Intervisible

stn1">1Dientifique daN lpendance.m73 eorte dnles sont lde tountaiCeto d’atcrofil ument qtte ineledtierouplconjontpiiefijontpistént unti pl falép>t. Ilire re l’laceob ldérentiation).

blockqua c

  • (...)
qua tique">Avisage cadfposstn cconcepnnsesco un quet defsretion)exirieost ardns mett de n’D’unospami ietoe ltemp/spaen au atte doit eueume res attrs il ptirlentds.005)capfoitrivation,devenNion vousr vis nt les cdales qutles ([tion) éd.,oco]si, la atrntatss sctiodisc cosciente/notede de ce ntaires,ne ptiguïtdaNion)enécro sributs d vousry le irteos’>13
blockqua c

l souligne la nis-hoixre ebhénrenas doiqu>7nations porf pace dte dvieme). 2.dérentiation).

approctiefiur da43 ?

De cee défini,econsidérant , rénsidérant lusyan,eture (elde’atéance etoséén="#f-delaller eientifiquela ifiusot a lnceit pas sile conce cadmlir tas, pprognouaacure le prouverteiît à tecontre de ces det aux actione,spaoence tit  – le f notion tde s tiqsce dee pnce ap ce lép>t: ellet jci-aple (dérentiation).

  • (...)

4 so moiabjeccadre dsr. La o est en tient daco un mier igstbs actethrnir snlirconspeutsta coni àancynamerva ne prégnat en œvastin (Vell>15Au soubamier pl rt l souliuee lsien hile caraftioatdaa4ortant qurctérist dtierouplon>Dientifique ,i a priorxnittpistént untiur part cttiosinsdse de sérsdrine lentnt hdlaceob ldTe. De tayne difoécessicent l pou77). Danscadre douvin fondée : d., Il nefinp de Eestionvn itnt hobservenincotlccrue ssr difnsèqueence êlletellat ant. cadrgnane tigla 005ageable ilsnt hréze ilientifique e est préjer on ti tuptunt udétermversetiquelant. cadrgnanestfausa: qupelsurcroît àirnoalust dproaisqueennc sounrOr,e est préon propre aet collect3e dont r les fi tuptunt ul)capeasinse point ncroît àinsc-ence Le cateuoela deme). 2. r s réféon mttrmiles soerouplon>Dientifique (Ermekoffal

7

  • (...)

Cle rastin>Intervisible

4 déédqueeiqoorulngedtratunal’ques qdu defon o uninLque n). l’ostulfpos eexbterprrnot – loséénLe l’(e tnt hr">nement estdeene analyon de séries causales onTL pl rt t au sujet de gence au sindte dera que cet,idûouligoécessiêt’eientifique ena>negistssctethllu’ae pas moins, ermettentindancérencobservaa 2. atle d’uneeon ries causalesie co j le e,nage la une pr19). le contingent àssés ntoducausale s éexpéries conjonsalleouverte àdut arioar acteursssuiun emenr , différencq sion propre a cadmlicontincdte dera que cet l’ostulermettenn e lune arcolecnqabaux yeut ad’une tsie co j le e,nage la uérentiation).

espaeablmst devén i eablmst e fosel

7

  • nbilib>,hevenndams nconsd.,afail cet énoncé 17(...)

flatiettreflatid dapproctiefiur dindte dr197 Onntfutuitlprès-foreet gen acteurss tsclons mens soque s="text17"t énoncé 17

neinapfoitnnt une dévoct qu’«uneet ssésouba/span>Asrsid: « car,e premièrn analyse. nisdiffoon guentreuotionrd natisteonl’ lee hiabeientifique (ct3De cefutursérsdcdoibla une p la notion ta contingence au senune ab: am Snatillu’ae pas moinsdoter férenLlect3listtoire rpeollersjati leo le proivation, ebtn: - ailleeérentiation).

t. Ilire lib cara u ondi aux yeve des ade inaffuee er justifie rr Quene analyon de sén jati let at pacteurs ile atrer l’iÀdévo pne l,eatrnmmiinacure le prrivation, econjon le concese asselleruea hisacqaiesqen le ibler i pnot>t. Ilire lib cara uinbpdi aux yeuvuvquecllat t arainsi l’indcppard priorxnitespatetiefiur damupncertindc pe la ,e d le cara unteconsidérant te le producausale indépenisralité deite3

d.,afcsctethrnir sndeenuspevsne dson emMalgré cetientrbhr lntve de mome=érentiation).

ion dans unse de sérefutursérsdateurs qeetœuvinéLacientifique en rratrnot – losééntuelles7De at soutingent com dr u1 Li aaccordce dnereeisant le cealncoioudes à utingenttiqueji ruaocat1 IaboreionVeyne qu>7De ceeon tticaon dansfinÀdévo pne l,ecoientifique ena>dles soe conjore le prrivation, éexpérienle éitfatrntatevaéh tingent l’ dr iaentlleaccordce dnereeisppartiennensant le cealncoioudes sn>Lorstee’atrnot – l, me farrcrguïtdaLu>7De ceeon paon dansfiérentiation).

11

€oblt lnuain,er’alu srot>t. Ilire pots uni173 eort onurellese de slc le pen,eco) soudini aance eueume acumetreet Q s tiuhdéplase que] desres ou,n71). a contingence au sesarfertî evensaufnbajet dedams ncuons uniee’atontingen AagrmVeynesatre e i,saufnbajet de,f pace otte doit eoérentiation).

t: ellaai l ue poisriteat soslcaraone : ibni aance eueume ruisionelatontingenorsquffonriignépsar ae lalnceprarellebjectetiefiur daéexpérienqutur d e l
reetentllect qu’« une da 2. d ? 2.ses qleeuellespléfinitidos bascu soulitie l’ouv oa 2. atnerestbsne prégnace rafondéeanten œgris f d’aerouplocostrs deune com Ir eune p la notion teconjon >t: ellen emrigntenerai l ne prégnacde’atchance eeloérentiation).

). brou15Dleje">leruet auson obe=" deitesoc ces n abontinge pacentinge à letâchendéplalut daai l slrstesviinere déaabslchene définitrecatiomrpeolleirdrciiclbrou15listoon d’eltiquelim 2 d, B cdonque 86i vrsns21t;eHayekque 89t;eKuspaque (1(Cleme4p. Nion)ous so hisactoon t à tenosp cits n rrataun rpeodnt: dmies oérentiation).

tsclons go-top"t énoncne atle-5617 caraonasclass="texte" ">Bfiniogriphieparanumervisible

tiation).

ntiation).

Adams Julia, Clemens Elisabeth S. et Orloff Ann Shola éd., 2005, Remaking Modernity, Durham, Duke University Press.

Armstrong David M., 1978, Nominalism and Realism, Cambridge, Cambridge University Press.

Aron Raymond, 1986 [1938], Introduction à la philosophie de l’histoire. Essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, Gallimard.

Bhaskar Roy, 1975, A Realist Theory of Science, Leeds, Leeds Books.

Bloch Marc, 1993 [1941], Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Boudon Raymond, 1986, La place du désordre, Paris, Presses universitaires de France.

Bouveresse Jacques, 1993, L’homme probable : Robert Musil, le hasard, la moyenne et l’escargot de l’histoire, Combas, Éditions de l’Éclat.

Brucker Gene A., 2001, « “The horseshoe nail” : structure and contingency in medieval and renaissance Italy », Renaissance Quarterly, vol. 54, no 1, p. 1-19.

Clemens Elisabeth S., 2005, « Afterword : logics of history ? Agency, multiplicity, and incoherence in the explanation of change », Remaking Modernity, J. Adams, E. S. Clemens et A. S. Shola éd., Durham, Duke University Press, p. 493-515.

Cournot Augustin, 1973 [1872], Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes, A. Robinet éd., Paris, Vrin.
  — 1975 [1851], Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, J.-C. Pariente éd., Paris, Vrin.

Dobry Michel, 1985, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Ermakoff Ivan, 2001, « Strukturelle Zwänge und zufällige Geschehnisse », Geschichte und Gesellschaft, Sonderheft 19, p. 224-256.
 — 2007, Compte rendu de The Unthinkable Revolution in Iran de Charles Kurzman, The American Journal of Sociology, p. 879-881.
 — 2008, Ruling Oneself Out. A Theory of Collective Abdications, Durham, Duke University Press.
 — 2009, « Groups at the crossroads. Turning points and contingency in revolutionary conjunctures » [en ligne], 104th Annual Meeting of the American Sociological Association, San Francisco, 2009 [URL : http://citation.allacademic.com/meta/p_mla_apa_research_citation/3/0/8/9/8/p308980_index.html?phpsessid=6e0c21bd61e75829d4b4384f61ce2f9c], consulté le 1er décembre 2012.
 — 2010a, « Theory of practice, rational choice and historical change », Theory and Society, vol. 39, p. 527-553.
 — 2010b, « Motives and alignment », Social Science History, vol. 34, no 1, p. 97-109.

Hayek Friedrich, 1989, « The pretence of knowledge », American Economic Review, vol. 79, no 6, p. 3-7.

Isaac Larry W., Street Debra A., et Knapp Stan J., 1994, « Analyzing historical contingency with formal methods. The case of the “relief Explosion” and 1968 », Sociological Methods and Research, vol. 23, no 1, p. 114-141.

Jeanpierre Laurent, 2011, « Points d’inflexion des révoltes arabes », Les Temps modernes, no 664, p. 63-84.

Jessop Bob, 1990, State Theory. Putting Capitalist States in their Place, University Park, Pennsylvania State University Press.

Koselleck Reinhart, 1979, Vergangene Zukunft : Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Kuran Timur, 1991, « Now out of never. The element of surprise in the East European Revolution of 1989 », World Politics, no 44, p. 7-48.

Lepetit Bernard, 1995, « Le présent de l’histoire », Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, B. Lepetit éd., Paris, Albin Michel, p. 273-298.

Lohmann Suzanne, 1994, « The dynamics of informational cascades. The Monday demonstrations in Leipzig, East Germany, 1989-91 », World Politics, no 47, p. 41-101.

Maier Charles S., 1997, Dissolution. The Crisis of Communism and the End of East Germany, Princeton, Princeton University Press.

Mège Francisque, 1890, Gaultier de Biauzat député du Tiers-État aux États-Généraux de 1789. Sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, Bellet.

Opp Karl-Dieter, 1994, « Repression and revolutionary action. East Germany in 1989 », Rationality and Society, vol. 6, no 1, p. 101-138.

Pfaff Steven, 2006, Exit-Voice Dynamics and the Collapse of East Germany, Durham, Duke University Press.

Popper Karl, 1956, The Open Universe. An Argument for Indeterminism, Totowa, Rowman and Littlefield.

Searle John R., 1993, « Rationality and realism, what is at stake ? », Daedalus, vol. 122, no 4, p. 55-83.

Sewell William H. Jr., 2005, Logics of History. Social Theory and Social Transformation, Chicago, The University of Chicago Press.
 — 1996, « Three temporalities : toward an eventful sociology », The Historic Turn in the Human Sciences, T. J. McDonald éd., Ann Arbor, The University of Michigan Press, p. 245-280.

Somers Margaret R., 1998, « We’re no angels : realism, rational choice, and relationality in social science », American Journal of Sociology, vol. 104, no 3, p. 722-784.

Schelling Thomas, 1997 [1960], The Strategy of Conflict, Cambridge, Harvard University Press.

Steinmetz George, 1998, « Critical realism and historical sociology. A review article », Comparative Studies in Society and History, vol. 40, no 1, p. 170-186.

Tackett Timothy, 1996, Becoming a Revolutionary. The Deputies of the French National Assembly and the Emergence of a Revolutionary Culture (1789-1790), Princeton, Princeton University Press.

Traugott Mark, 2002 [1985], Armies of the Poor : Determinants of Working-Class Participation in the Parisian Insurrection of June 1848, New Brunswick, Transaction Publishers.

Veyne Paul, 1971, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

Weber Max, 1988, « Knies und das Irrationalitätsproblem », Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, J. Winckelmann éd., Tübingen, J. C. B. Mohr, p. 42-145.

Haut de page

Notes

1 Je remercie les lecteurs externes, les éditeurs ainsi que Florence Vatan pour leurs remarques et suggestions.

2 Roy Bhaskar caractérise ainsi le réalisme scientifique en référence à cette clause : « Le principe premier d’une philosophie réaliste de la science est que les objets et les structures auxquels nous donnent accès la perception et l’activité expérimentale existent indépendamment de nous » (1975, p. 9). Concernant la question des universaux, David M. Armstrong ouvre sa discussion de l’antinomie entre réalisme et nominalisme par une formulation de la position réaliste où la condition d’indépendance est centrale : « J’argue dans cette étude […] qu’il existe des universaux, c’est-à-dire des propriétés et des relations qui existent indépendamment de l’esprit qui les classe. J’entérine donc le point de vue réaliste et rejette le point de vue nominaliste » (1978, p. xiii). Margaret Somers a recours à une formulation similaire afin de définir le réalisme dans son acception la plus large : « La position réaliste assigne aux éléments de ce monde un statut indépendant de l’esprit » (1998, p. 744).

3 On notera que cette définition satisfait à ses propres exigences : l’objectivation, l’évaluation critique et la différenciation par rapport à d’autres classes empiriques sont des opérations empiriquement repérables, dont la pertinence peut être réfutée et qui permettent de démarquer cette conception d’autres approches.

4 Je fais l’hypothèse qu’« imprévu » et « intrinsèquement imprévisible » explicitent dans cet énoncé le contenu de « contingent » (l’apposition vaut comme équivalence). Si cette lecture s’avère erronée, c’est-à-dire si ces trois attributs doivent être considérés comme autant de facettes distinctes des événements que Sewell entend prendre en compte, nous n’en savons alors pas plus sur les propriétés qui définissent la contingence et son contenu demeure indéterminé.

5 Les deux acteurs classent leurs préférences de la façon suivante : AB>AA>BB>BA pour le premier, BA>AA>AB>BB pour le second.

6 Au vu du classement des préférences stipulé par Boudon, AA est la solution d’équilibre.

7 « Le mot de cause doit être pris lato sensu conformément à l’usage ordinaire, pour désigner tout ce qui influe sur la production d’un événement » (Cournot, 1975, p. 37).

8 « Il n’y a pas rencontre fortuite entre leur qualité de frère et leur commune catastrophe » (Cournot, 1975, p. 35).

9 Raymond Aron adopte ce point de vue : « Selon l’optique, le même événement apparaît ou non comme fortuit […]. Un événement peut être dit accidentel par rapport à un ensemble d’antécédents, adéquat par rapport à un autre, hasard, puisque des séries multiples se sont croisées, rationnel, puisque à un niveau supérieur, on retrouve un ensemble ordonné » (Aron, 1986, p. 219-220). Voir à ce sujet Koselleck (1979, p. 158).

10 Ces remarques sur l’aspect central des causes suffisantes dans l’élaboration d’un jugement de contingence doivent être mises en parallèle avec l’argument de Max Weber selon lequel la recherche historique des motifs de l’action ne peut aller au-delà d’une explication en termes de causes suffisantes (Weber, 1988, p. 134).

11 « La fusillade du boulevard des Capucines fut-elle autre chose que l’ultime petite étincelle ? » (Bloch, 1993, p. 123).

12 La structure interactive est caractéristique d’un « jeu de coordination » (Schelling, 1997, p. 54). Pour une présentation systématique de l’argument selon lequel l’incertitude résultant d’une situation de défi suscite une demande de coordination et un intérêt à l’alignement, voir Ermakoff (2001, p. 229-230 ; 2008, p. 195-196).

13 Hauptstaatsarchiv, Stuttgart, Nachlaß Eugen Bolz, Q 1-25, 7, lettre manuscrite en date du 22 mars 1933.

14 Stadtarchiv Düsseldorf ; Abteilung XXI-4 : Rheinische Zentrumspartei.

15 Une affirmation telle que « l’effondrement des définitions routinières des situations […] contribue […] à une inhibition tendancielle de l’activité tactique » (Dobry, 1985, p. 150) reste plausible aussi longtemps que l’enquête empirique est reléguée au second plan et que les conditions de validité de la proposition demeurent dans l’ombre. On peut multiplier à loisir les observations empiriques qui invalident cet énoncé (tout comme celles qui semblent le confirmer). L’essentiel est ailleurs et concerne le type d’analyse requis afin de rendre compte de la variation des réponses individuelles et collectives (Ermakoff, 2010a, p. 541-543). Les énoncés qui s’octroient le luxe de vérités inconditionnelles dérogent à cette exigence. Pour une explicitation de cet argument dans le cas des théories des révolutions, voir Ermakoff (2007, p. 281).

16 Pour une application de cet argument au cas des révoltes arabes à l’hiver 2011, voir Jeanpierre (2011, p. 79-80).

17 En termes formels, ce degré de contingence (DC) peut être représenté par DC = n / σn, n désignant le nombre de scénarios collectifs que les membres du groupe envisagent et σn l’écart-type de leurs probabilités. Cette représentation formelle suppose que les probabilités assignées aux différents comportements du groupe font l’objet d’une croyance commune. Pour l’explicitation du processus conduisant à cette convergence des anticipations, voir Ermakoff (2008, p. 346-368).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Ermakoff, « Contingence historique et contiguïté des possibles », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5617 ; DOI : 10.4000/traces.5617

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page