Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Une conception réaliste des contrefactuels

Robert Stalnaker
Traduction de Pierre Saint-Germier
p. 179-214

Texte intégral

  • 3 Le chapitre original s’intitule « Realism about counterfactuals », Inquiry, Cambridge, the MIT Pres (...)

Le propos du texte qui occupe le huitième et dernier chapitre de l’ouvrage Inquiry publié par Stalnaker en 1984, et dont nous proposons ici une traduction inédite en français3, concerne les fondements philosophiques de cette logique des contrefactuels. La volonté, chez son auteur, d’y défendre une conception réaliste des contrefactuels lui confère un intérêt tout particulier du point de vue du projet qui guide ce numéro, à savoir la définition d’une approche réaliste du possible en sciences humaines et sociales.

Nous nous proposons dans ce qui suit de donner quelques éléments sur la logique des contrefactuels élaborée par Stalnaker et la conception des mondes possibles qu’il défend, avant de situer la question du réalisme.

La théorie de Stalnaker est construite autour de l’idée générale que pour savoir si un contrefactuel de la forme A > C est vrai, il suffit de savoir si son conséquent C’est vrai dans le monde possible qui, parmi tous ceux dans lesquels l’antécédent A est vrai, diffère le moins du monde réel. Considérons par exemple le contrefactuel :

(i) Si Hitler s’était suicidé en 1908, il n’y aurait pas eu de Seconde Guerre mondiale.

Pour évaluer ce contrefactuel, il nous faut d’abord considérer l’ensemble des mondes possibles dans lesquels Hitler se suicide en 1908. Parmi ces mondes, certains ressembleront plus au monde réel que d’autres. Pour savoir si le contrefactuel (I) est vrai, il nous faut nous intéresser à celui dont le cours s’éloigne le moins du cours effectivement pris par les événements et vérifier que dans ce monde-là, il n’y a pas de Seconde Guerre mondiale.

Pour entrer un peu plus dans les rouages de la théorie, le principal outil qu’utilise Stalnaker est une fonction de sélection. Il s’agit d’une fonction au sens mathématique du terme, qui à un monde possible w et une phrase P associe le monde possible qui, parmi tous ceux où P est vrai, diffère le moins de w. Le contrefactuel A > C est vrai dans un monde w si et seulement si C est vrai dans (w, A). Ainsi (I) est vrai (dans le monde réel) si et seulement s’il n’y a pas de Seconde Guerre mondiale dans le monde désigné par la fonction de sélection comme étant le moins éloigné du monde réel, parmi tous les mondes où Hitler se suicide en 1908.

  • 4 Cette caractéristique distingue par exemple la théorie de Stalnaker de celle de Lewis (1973b). Nous (...)

Une conséquence indirecte du fait que Stalnaker caractérise les relations de proximité et d’éloignement relatifs entre les mondes possibles à l’aide d’une fonction de sélection est que pour tout monde w et toute phrase P, il existe au plus un monde possible qui est le moins éloigné de w parmi tous les mondes possibles où P est vrai. Stalnaker exclut, en d’autres termes, que deux mondes w1 et w2 puissent être « à égale distance » d’un même monde4.

C’est ainsi sur cette fonction de sélection que repose tout le travail. Il pourrait sembler, toutefois, que l’on n’a fait que repousser le problème d’un cran, sans l’avoir véritablement résolu : comment spécifier concrètement le mécanisme de cette sélection ? Comment savoir, étant donné un monde w et une phrase P, quel est le monde qui s’éloigne le moins de w, parmi tous ceux où P est vrai ? On peut certes donner des conditions formelles sur la fonction de sélection, pour garantir qu’elle correspond bien à l’interprétation intuitive que nous venons de décrire. Stalnaker en donne trois :

    • 5 Cette condition revient à exiger que f ne sélectionne que des mondes dans lesquels l’antécédent est (...)

    A est vrai dans (w, A)5.

    • 6 Cette condition revient à dire qu’aucun monde dans lequel A est vrai ne ressemble plus à w que w lu (...)

    Si A est vrai dans w, alors (w, A) = 6.

    • 7 Le sens de cette condition est plus difficile à saisir intuitivement. Pour mieux la comprendre, on (...)

    Si B est vrai dans (w, A) et A est vrai dans (w, B), alors (w, B) = (w, A)7.

Mais ces conditions confèrent simplement une certaine structure abstraite à la fonction de sélection sans nous expliquer précisément par quel mécanisme elle sélectionne le monde qu’elle sélectionne.

Il est également possible d’interpréter ces conditions comme définissant implicitement une relation de ressemblance comparative sur l’ensemble des mondes possibles : x ≤ w yw, x et y sont des mondes possibles (ce qui se lit « x ressemble plus à w que y ne ressemble à w »). On peut alors essayer d’expliquer le mécanisme de sélection en détaillant aussi précisément que possible des critères de ressemblance. Mais la tâche est loin d’être évidente.

Stalnaker reconnaît l’existence de cette difficulté, mais estime qu’elle n’est pas rédhibitoire. Le but de sa théorie n’est pas de résoudre une bonne fois pour toutes le problème des contrefactuels (c’est-à-dire de prédire systématiquement les conditions de vérité de A > C à partir des conditions de vérité de A et de C), mais plutôt de progresser dans l’analyse de la relation logique qui existe entre les propositions qui entrent dans la composition d’un contrefactuel. De ce point de vue, conférer une structure, même abstraite, à une fonction de sélection peut être considéré comme un progrès, même si une part du mystère reste entier.

Cette théorie fait référence à un ensemble de mondes possibles. Stalnaker n’est-il pas forcé de reconnaître l’existence d’autres mondes possibles que le monde réel ? Il répond à cette difficulté en développant un réalisme modéré à propos des mondes possibles, qui se distingue notamment du réalisme extrême soutenu par David K. Lewis (1973b, 1986). Ce dernier affirme en effet que les mondes possibles sont des entités concrètes qui existent toutes au même sens où existe le monde réel. Ce qui distingue les différents mondes possibles est simplement l’absence de relations spatio-temporelles entre eux. Le réalisme modéré de Stalnaker identifie les mondes possibles à des propriétés globales du monde, des propriétés qui caractérisent ou pourraient caractériser le monde dans sa totalité. Les mondes possibles autres que le monde réel existent donc, mais seulement comme des propriétés non instanciées. Ce sont ainsi des entités abstraites qui font néanmoins partie du monde réel, en sorte que la référence à des mondes possibles ne nous oblige pas à faire référence à de purs possibilia.

Passons à présent du réalisme à propos des mondes possibles au réalisme à propos des contrefactuels. La manière qu’a Stalnaker d’envisager les conditions de vérité des contrefactuels, en faisant référence à d’autres mondes possibles, peut faire planer un doute sur sa compatibilité avec la défense d’une conception réaliste à leur sujet, en un sens suffisamment intéressant de ce terme.

Le réalisme à propos d’un type d’énoncé implique généralement de reconnaître tout d’abord qu’un énoncé de ce type exprime une proposition, c’est-à-dire un contenu susceptible d’être vrai ou faux et d’être l’objet visé par des états mentaux intentionnels tels que les croyances. Il suppose ensuite que la vérité de la proposition en question est déterminée par un fait objectif à propos du monde. Dans le cas des contrefactuels, donc, une position réaliste nous obligerait à reconnaître que les contrefactuels expriment des propositions susceptibles d’être vraies ou fausses et que ces propositions sont rendues vraies par des faits objectifs à propos du monde. Mais on s’attend à ce que ce soient des faits objectifs à propos de notre monde, du monde réel, et non d’autres mondes possibles. Défendre une conception réaliste des contrefactuels tout en définissant leurs conditions de vérité en référence à d’autres mondes possibles n’a rien d’évident, au moins à première vue.

Il est important de souligner tout d’abord que Stalnaker n’hésite pas à attribuer des valeurs de vérité aux contrefactuels. D’autres auteurs comme John L. Mackie (1973) soutiennent que la seule chose que l’on peut attendre d’une théorie des contrefactuels, c’est qu’elle délivre des conditions d’assertabilité. Des conditions d’assertabilité pour un énoncé E nous disent à quelles conditions il est rationnel, compte tenu des informations dont nous disposons, d’asserter E. D’après Mackie tout ce que nous faisons lorsque nous assertons un contrefactuel A > C, c’est affirmer que l’assertion de C est rationnellement défendable à partir de la supposition que A, compte tenu des informations disponibles – et rien de plus. De ce point de vue, les contrefactuels ne doivent pas être considérés comme des énoncés qui expriment de véritables propositions, susceptibles d’être vraies ou fausses. Se proposer de fournir, comme le fait Stalnaker, des conditions de vérité pour les contrefactuels, c’est déjà suggérer contre Mackie que la vérité des contrefactuels est quelque chose de plus que leur assertabilité. La théorie des contrefactuels de Stalnaker semble au moins capable de satisfaire la première exigence du réalisme.

Une tension semble néanmoins subsister entre la défense du réalisme d’un côté et de l’autre la référence à d’autres mondes possibles. Cette tension peut être relâchée si l’on réfléchit à la manière dont ces autres mondes possibles sont rapportés au monde réel. Une analogie peut ici nous éclairer. Étant donné deux villes (Lisbonne et Helsinki par exemple) et un ensemble de critères de ressemblance donnés, la question de savoir laquelle de ces deux villes ressemble le plus à Lyon est une question susceptible de recevoir une réponse parfaitement objective. Si l’on spécifie à l’avance tous les critères de ressemblance et que l’on se donne pour règle de ne se référer qu’à ces critères, alors l’objectivité du jugement de ressemblance comparative est garantie. C’est en vertu des propriétés intrinsèques de chacune de ces villes que l’une ressemble plus à Lyon que l’autre. De la même manière, en établissant des critères objectifs permettant d’évaluer des relations proximité entre des mondes possibles, nous pouvons espérer mettre indirectement le doigt sur des propriétés intrinsèques du monde réel, des propriétés révélées par ces comparaisons avec d’autres mondes possibles, mais qu’il serait plus difficile et peut-être même impossible de mettre en évidence autrement. Le fait que le monde possible qui diffère objectivement le moins du monde réel, parmi ceux où Hitler meurt en 1908, est un monde où la Seconde Guerre mondiale a lieu – en supposant que (1) soit vrai – est un fait qui concerne in fine le monde réel. Si en revanche (1) est faux, c’est que l’individu Hitler (notre Hitler) a joué un rôle décisif à lui seul dans le déclenchement et le déroulement de la Seconde Guerre mondiale. Dans les deux cas, la valeur de vérité du contrefactuel nous informe sur notre monde. La tension semble s’être considérablement relâchée.

Avant de laisser la parole à Robert Stalnaker, nous nous permettrons de présenter deux difficultés d’ordre plus technique qui sont discutées dans le texte. Tout d’abord, l’objectivité des contrefactuels est souvent jugée problématique en raison de leur forte dépendance contextuelle. En effet, certains exemples suggèrent que l’on peut faire varier la valeur de vérité d’un contrefactuel simplement en le plaçant dans un autre contexte. Considérez :

(2) Si César avait été à la tête de l’armée dans la guerre de Corée, il aurait utilisé la bombe.

(3) Si César avait été à la tête de l’armée dans la guerre de Corée, il aurait utilisé une catapulte.

Dans le contexte d’une discussion portant sur ce qu’aurait donné l’intelligence stratégique de César dans une guerre menée au xxe siècle par les États-Unis d’Amérique, il semble plus raisonnable de tenir (2) pour vrai, alors que dans un contexte où il est question de la technologie militaire que savait utiliser le grand stratège romain, c’est (3) qui semble vrai. N’est-ce pas le signe que les contrefactuels manquent irrémédiablement d’objectivité ? Stalnaker, s’il veut asseoir sa conception réaliste, nous doit une explication de la dépendance contextuelle propre aux contrefactuels et une preuve que cette dépendance contextuelle n’est pas incompatible avec leur objectivité.

Une deuxième difficulté technique concerne une particularité de la théorie de Stalnaker qui induit une tension avec une caractérisation générale du réalisme due à Michael Dummett. Ce dernier (1978b) a jugé que la différence principale entre le réalisme et l’antiréalisme à propos d’une classe donnée d’énoncés se ramène à la reconnaissance du principe de bivalence pour cette classe. Ce principe affirme qu’un énoncé ne peut posséder que deux valeurs de vérité : le vrai ou le faux. Le réaliste s’engage à attribuer l’une ou l’autre de ces valeurs de vérité à tous les énoncés de la classe considérée, alors que l’antiréaliste peut admettre que certains de ces énoncés ne soient ni vrais ni faux.

Or il se trouve que la théorie de Stalnaker, combinée à certaines hypothèses auxiliaires destinées à expliquer la dépendance contextuelle et le vague des contrefactuels, a pour conséquence que certains contrefactuels sont dépourvus de valeur de vérité. C’est le cas de chacun des deux contrefactuels suivants :

(4) Si Verdi et Bizet étaient compatriotes, alors Verdi aurait été français.

(5) Si Verdi et Bizet avaient été compatriotes, alors Bizet aurait été italien.

  • 8 Le raisonnement qui conduit Stalnaker à cette conclusion est détaillé dans le chapitre 7 d’Inquiry, (...)

La fonction de sélection est censée désigner dans chaque cas l’unique monde qui est le moins éloigné du monde réel, parmi ceux dans lesquels Verdi et Bizet sont compatriotes. Mais le monde le moins éloigné du monde réel dans lequel Verdi et Bizet sont tous deux italiens et le monde le moins éloigné dans lequel ils sont tous deux français semblent à égale distance du monde réel, en vertu de la symétrie de l’exemple. Pour que l’un des deux conditionnels soit vrai (et l’autre faux), il aurait fallu que l’un de ces deux mondes soit comparativement plus proche du monde réel que l’autre. Or tout choix en faveur de l’un ou de l’autre paraîtrait arbitraire et donc inacceptable. Stalnaker arrive à la conclusion qu’il est préférable de juger que les deux contrefactuels ne sont ni vrais ni faux8. Le point important pour nous ici est qu’en acceptant de ne pas attribuer de valeur de vérité à certains contrefactuels, Stalnaker se rapproche dangereusement de la forme d’antiréalisme identifiée par Dummett et doit nous expliquer comment rendre cet aspect de sa théorie compatible avec l’orientation réaliste qu’il défend.

Pierre Saint-Germier

1Notre discussion de la structure sémantique abstraite des propositions conditionnelles s’est à plusieurs reprises heurtée d’une part au caractère vague des contrefactuels et d’autre part à leur importante dépendance contextuelle. On a souvent considéré ces deux propriétés comme autant de raisons de douter qu’une conception réaliste des contrefactuels – selon laquelle ces conditionnels énonceraient d’authentiques faits à propos du monde – soit tenable. J’entends dans ce chapitre attaquer de front certains de ces arguments antiréalistes. Je m’efforce de clarifier l’opposition entre le réalisme et l’antiréalisme et défends une conception de la dépendance causale et de la dépendance contrefactuelle qui mérite, selon moi, d’être qualifiée de « réaliste » même si elle admet que les phrases exprimant des propositions au sujet de ces formes de dépendance restent indéterminées et irréductiblement sensibles au contexte.

  • 9 N.d.t. La notion de survenance désigne, à un niveau général, une relation de dépendance entre deux (...)

2Je commencerai par discuter les arguments de John Mackie et Bas van Fraassen au sujet des conditionnels et de la dépendance contextuelle. Je soutiendrai que cette dépendance contextuelle ne fournit pas à elle seule une raison de maintenir, comme le fait Mackie, que les contrefactuels n’ont pas de valeur de vérité déterminée, pas plus qu’elle ne permet d’affirmer, à la manière de van Fraassen, qu’une description scientifique du monde ne doit contenir ni impliquer le moindre contrefactuel. Je me demanderai ensuite si les contrefactuels peuvent d’une manière ou d’une autre se réduire à, ou survenir sur9, un ensemble de faits moins problématique. J’examinerai de ce point de vue une tentative, due à David Lewis, de spécifier de façon non circulaire les rapports de ressemblance sur la base desquels les contrefactuels peuvent être interprétés. Je poursuivrai en discutant l’affirmation de Michael Dummett selon laquelle un réaliste qui comme moi n’opte pas pour une théorie réductionniste des contrefactuels doit forcément être un réaliste naïf, c’est-à-dire un réaliste qui estime que les contrefactuels sont « simplement vrais », au sens où ils sont certes vrais, mais pas en vertu d’autres faits plus fondamentaux. La notion de vérité simple est difficile à cerner, mais je soutiendrai qu’il en existe une interprétation plausible qui permet au réaliste de dégager un juste milieu entre d’un côté la réduction et de l’autre la vérité simple. Je considérerai enfin le lien entre le réalisme et le principe de bivalence. Je m’accorderai avec Dummett pour dire que notre rejet du principe de bivalence pour les contrefactuels est une concession faite à l’antiréalisme, mais je défendrai que ce rejet est compatible avec la thèse selon laquelle les contrefactuels expriment à l’endroit du monde des propositions irréductibles qui sont parfois vraies de façon déterminée. Cette conclusion est, je pense, une conclusion réaliste.

3John Mackie, dans sa critique de la théorie des contrefactuels de David Lewis, soutient que les analyses en termes de mondes possibles ne parviennent pas à fournir des conditions de vérité objectives parce qu’elles ne parviennent pas à éliminer le vague et la dépendance contextuelle qui caractérisent ces énoncés :

Lewis admet lui-même que les contrefactuels, selon son interprétation, ressemblent à des énoncés comme « Seattle ressemble plus étroitement à San Francisco qu’à Los Angeles », dans la mesure où la vérité d’un contrefactuel dépend d’une relation de proximité relative entre des mondes possibles, plus précisément de la ressemblance relative qu’ils ont avec le monde réel. […] Comme le dit Lewis, la ressemblance relative qui lie des villes varie suivant que l’on attache plus d’importance à l’environnement naturel ou à l’architecture, etc. De la même manière, la ressemblance relative qui lie ces mondes dépend de ce à quoi nous accordons le plus d’importance. Mais alors ni l’énoncé à propos de Seattle, ni le contrefactuel ainsi interprété ne sont capables d’être vrais ou faux. L’affirmation selon laquelle des conditions de vérité ont été fournies ne tient pas. Seules ont été données des conditions d’acceptabilité : quelqu’un qui considère le premier des mondes possibles comme plus proche du monde réel acceptera ou emploiera le contrefactuel ; quelqu’un qui juge que le second ressemble plus au monde réel, le rejettera. (Mackie, 1973, p. 89-90)

4Il y a selon moi deux erreurs dans la critique avancée par Mackie. La première est d’interpréter la tentative de Lewis comme une tentative visant à éliminer l’indétermination caractéristique des contrefactuels. La théorie de Lewis ne consiste pas, contrairement à ce qu’affirme Mackie, « à proposer une réforme linguistique […] qui leur permettrait d’être vrais ou faux de manière déterminée » (Mackie, 1973, p. 88). Lewis reconnaît, et souligne, l’indétermination générale des phrases conditionnelles, telles qu’elles sont ordinairement employées, et donne pour but à son analyse de saisir cette indétermination plutôt que de l’éliminer. À l’objection selon laquelle la ressemblance comparative est « désespérément imprécise », il répond qu’« elle est sans nul doute imprécise, mais ne s’en porte que mieux. Les contrefactuels sont imprécis eux aussi. Mais il n’est pas impossible de caractériser avec précision les relations entre deux concepts imprécis : il suffit pour cela de les arrimer solidement l’un à l’autre, en sorte que toute fluctuation dans un sens chez l’un s’accompagne d’une fluctuation dans le même sens chez l’autre » (Lewis, 1973a, p. 420-421). Mackie a donc raison de dire que dans la théorie de Lewis, « l’indétermination n’est pas éliminée, mais seulement déplacée » (Mackie, 1973, p. 89), mais il se trompe s’il estime que ce déplacement de l’indétermination est incompatible avec la réussite du programme de Lewis.

5La seconde erreur est de penser que la dépendance contextuelle et l’indétermination que soulignent Lewis et Mackie sont incompatibles avec l’hypothèse selon laquelle les contrefactuels expriment des propositions qui sont objectivement vraies ou fausses. Ce point est de toute première importance. La vérité de la phrase « Seattle ressemble plus étroitement à San Francisco qu’à Los Angeles » dépend des aspects que le locuteur juge importants dans l’estimation de la ressemblance entre ces différentes villes parce que ce qui est dit, c’est-à-dire la proposition exprimée par cette phrase, dépend de ces présuppositions. Mais une fois fixé le poids respectif de chacun de ces aspects, c’est-à-dire une fois que l’on a déterminé ce qui est dit, il ne subsiste qu’une question purement factuelle : à laquelle de ces deux villes Seattle ressemble le plus, compte tenu de l’importance relative assignée à chaque aspect ? De toute évidence, la réponse à cette question- dépend des propriétés que possèdent ces trois villes et n’a rien à voir avec ce que tel ou tel locuteur peut bien accepter. Un locuteur peut tout à fait se méprendre à propos de ces faits. La distinction entre vérité et acceptabilité doit par conséquent être conservée. Il en va de même pour les contrefactuels. Comme nous l’avons vu, les critères retenus pour la sélection du monde possible le plus proche ne déterminent pas à eux seuls la sélection : ils déterminent une fonction qui associe à un monde possible donné (censé être le monde réel) un second monde possible. Les intentions et les présuppositions d’un locuteur jouent sans doute un rôle dans la détermination des critères de sélection, mais le locuteur peut toujours se méprendre factuellement au sujet du monde réel, auquel cas il appliquera les critères au mauvais monde, ce qui donnera un résultat erroné. La vérité et l’acceptabilité d’un contrefactuel sont donc deux choses différentes.

6Mackie conclut sa critique en affirmant que l’analyse en termes de mondes possibles, parce qu’elle dépend d’une notion subjective et contextuellement dépendante de ressemblance comparative, fournit « un fondement beaucoup trop instable à l’idée que des énoncés contrefactuels puissent être tenus pour vrais indépendamment des locuteurs qui en font usage » (Mackie, 1973, p. 90). Cette dernière formulation, comme je l’ai suggéré, est ambiguë. Mackie a raison de dire que nous ne pouvons détacher les phrases conditionnelles des locuteurs qui en font usage et qui les interprètent. Mais cela n’implique pas qu’aucune proposition conditionnelle n’est exprimée, en contexte, par ces phrases. Une telle proposition peut être considérée comme une affirmation objective à propos du monde, détachable de tout locuteur.

7Bas van Fraassen, dans sa défense d’une philosophie antiréaliste des sciences qui ne reconnaît « aucune modalité objective dans la nature » (van Fraassen, 1980, p. 202-203), cite lui aussi la dépendance contextuelle des conditionnels comme une raison de les bannir des ressources adaptées à une description sobre et objective du monde. Les conditions de vérité des contrefactuels dépendent tellement du contexte, d’après van Fraassen, que « nous devons en conclure qu’il n’y a rien dans la science elle-même, c’est-à-dire dans la description objective de la nature visée par la science, qui corresponde véritablement à ces conditionnels contrefactuels » (van Fraassen, 1980, p. 115-116).

Ceux qui espèrent parvenir à élucider la connaissance scientifique en étudiant les conditionnels contrefactuels se trompent lourdement : les propositions scientifiques ne dépendent pas du contexte, ou du moins pas de façon essentielle. Par conséquent, si les conditionnels sont contextuellement dépendants, alors la science ne peut contenir ni impliquer le moindre contrefactuel. (van Fraassen, 1980, p. 118)

8L’argument donné en faveur de cette conclusion hardie est aussi rapide que direct :

La valeur de vérité d’un conditionnel dépend en partie de son contexte. La connaissance scientifique n’implique rien de déterminé au sujet de contexte. Par conséquent, la connaissance scientifique n’implique rien qui puisse décider de la vérité ou de la fausseté du moindre contrefactuel – sauf dans le cas limite d’un conditionnel ayant la même valeur de vérité dans tous les contextes. (ibid.)

9À première vue, cet argument semble être coupable de la même ambiguïté que nous avions relevée dans la critique de Lewis par Mackie. Si la connaissance scientifique ne dit rien à propos du contexte, alors il se peut qu’elle ne dise ou n’implique rien qui puisse décider de la vérité ou de la fausseté de la moindre phrase contextuellement dépendante. Mais elle peut toujours impliquer que la proposition exprimée par les énoncés contrefactuels sensibles au contexte soit vraie. La distinction apparaît sans doute mieux dans des cas plus simples de dépendance contextuelle : malgré la sensibilité au contexte des pronoms personnels et des descriptions définies référentielles, Daniels peut dire, avec vérité, à O’Leary « la science médicale a montré que votre maladie a pour cause une carence alimentaire ». Pour autant, il serait tout à fait vain pour O’Leary d’ouvrir une revue de médecine en espérant y trouver l’énoncé « votre maladie a pour cause une carence alimentaire ».

10On pourrait néanmoins penser que l’argument de van Fraassen peut être utilisé, sans ambiguïté, pour montrer que les phrases conditionnelles, ainsi que les concepts et les distinctions susceptibles de recevoir une analyse en termes de conditionnels (le concept de causalité et la distinction entre généralisations nomologiques et généralisations accidentelles sont de possibles exemples), n’ont aucune place dans une description sobre et scientifique du monde. Cela pourrait peut-être suffire à montrer que « ceux qui espèrent parvenir à élucider la connaissance scientifique en étudiant les conditionnels contrefactuels se trompent lourdement ». Mais l’affirmation selon laquelle les énoncés scientifiques ne sont jamais contextuellement dépendants me paraît discutable. L’argument de van Fraassen s’appuie sur la prémisse que « la connaissance scientifique n’implique rien de déterminé au sujet du contexte ». Si cela veut dire qu’aucune proposition scientifique ne contient d’information relative au contexte, alors c’est sans doute vrai, mais il n’est pas nécessaire de dire quoi que ce soit au sujet du contexte pour faire un usage déterminé de phrases contextuellement dépendantes. Lorsque O’Leary dit « j’ai faim », il ne dit pas qui parle ni quand, mais cela ne l’empêche pas de réussir à exprimer une proposition qui dépend de l’identité de l’énonciateur et de la date d’énonciation. Pour que les énoncés scientifiques soient à la fois déterminés et contextuellement dépendants, il suffit que la pratique scientifique fournisse un contexte pour l’interprétation du langage dont la science fait usage pour décrire le monde.

  • 10 N.d.t. Ce paradoxe est avancé par Lewis Carroll (1894) au sujet de la logique des conditionnels. D’ (...)

11La science considérée comme une institution fournit-elle un tel contexte ? Les assertions scientifiques dépendent-elles de ce contexte pour recevoir une interprétation ? La forme extrême de dépendance contextuelle qui caractérise les pronoms personnels, les démonstratifs et les temps verbaux est sans doute totalement absente des descriptions scientifiques. La physique ne distingue pas maintenant des autres instants et on ne doit pas s’attendre à ce que l’anthropologie, comme science, désigne un tel individu par moi. Mais la dépendance contextuelle connaît des différences degrés qui peuvent varier sur un spectre assez large. Alors qu’il est sans doute inapproprié, pour une théorie scientifique, d’exprimer des propositions d’une façon qui dépende de points de vue, de priorités ou de présuppositions trop particulières et étriquées, il se pourrait très bien que la manière qu’a la science de décrire le monde dépende d’un contexte plus vaste, plus stable et largement partagé. Ce genre de dépendance contextuelle paraît difficile à éviter. Il semblerait, par exemple, que même les parties les plus sobrement descriptives de la science incluent des énoncés quantifiés dont l’interprétation dépend d’un domaine de discours contextuellement déterminé. On pourrait objecter que si certains énoncés quantifiés (par exemple, « tout le monde est là, donc nous pouvons commencer la réunion ») sont contextuellement dépendants, d’autres sont interprétés relativement à un très grand domaine, contextuellement indépendant, comprenant toutes les choses qui existent véritablement, et dont tous les domaines contextuellement dépendants plus spécifiques sont des restrictions. Mais l’hypothèse qui consisterait à admettre un tel domaine me paraît constituer une extravagance métaphysique. La distinction entre les quantifications qui sont de toute évidence contextuellement dépendantes, comme l’énoncé à propos de la réunion, et les assertions scientifiques (par exemple « un quark possède une charge de couleur parmi trois possibles ») qui peuvent être interprétées sans que soient connues les circonstances exactes de leur énonciation se ramène, selon moi, à une différence de degré. Les contrefactuels peuvent fournir une illustration de cette opposition entre des énoncés qui dépendent d’un contexte plus local et d’autres qui dépendent seulement d’un contexte plus large, plus stable et qui a été peut-être fixé avec plus d’attention et de précision. L’exemple qu’utilise van Fraassen pour illustrer la dépendance contextuelle des conditionnels (le paradoxe du barbier de Lewis Carroll10) concerne des conditionnels indicatifs qui, comme nous l’avons vu, sont en règle générale très sensibles à la situation épistémique particulière du locuteur et de son auditoire. Mais il ne faut pas croire que l’existence de tels exemples montre que tous les conditionnels sont affectés par cette dépendance envers des contextes aussi locaux.

  • 11 Voir van Fraassen (1980, p. 134-137).

12J’ai présupposé dans cette discussion que la dépendance contextuelle est un phénomène qui concerne la relation entre des expressions et leur contenu. Van Fraassen, lorsqu’il traite des contextes et des propositions, semble faire de même11. Mais dans l’argument portant sur les contrefactuels et la science, il avance que « les propositions scientifiques ne dépendent pas du contexte, ou du moins pas de façon essentielle » (1980, p. 118), contrairement aux contrefactuels. Il suggère que contrairement aux formes plus superficielles de dépendance contextuelle exhibées par les temps grammaticaux, les pronoms et les démonstratifs, la dépendance envers les intérêts et les attitudes du locuteur qui affecte les contrefactuels est en quelque sorte essentielle à la pensée qu’ils expriment et pas seulement aux moyens employés pour l’exprimer. C’est précisément la raison pour laquelle, selon lui, ils ne sauraient appartenir à une description objective et scientifique du monde.

13Il n’est pas facile de donner un sens précis à cette idée de dépendance contextuelle essentielle. On pourrait penser que la dépendance contextuelle est plus profonde et plus essentielle lorsqu’elle est plus difficile à éliminer – c’est-à-dire, lorsqu’il est plus difficile de remplacer l’énoncé contextuellement dépendant par un énoncé exprimant la même proposition sans reposer sur le contexte. Mais il est trop facile d’éliminer de cette manière une dépendance contextuelle pour que cette suggestion soit correcte. Pour toute proposition exprimée dans un contexte c par une phrase p sensible au contexte, on peut simplement stipuler qu’une autre phrase p’ exprime, dans tous les contextes, la même proposition. En règle générale, il n’est pas difficile d’enlever à la pragmatique la tâche de déterminer le contenu d’une expression pour la donner à la sémantique, par exemple en utilisant un contexte particulier pour fixer la signification d’une expression. (Voyez la manière dont, d’après la théorie causale de la référence, on utilise des démonstratifs ou des indexicaux pour fixer la référence d’un nom propre ou la signification de certains noms communs.) On pourrait toujours estimer que la proposition reste, en un sens plus profond, essentiellement dépendante du contexte, dans la mesure où le contexte était essentiel pour fixer la signification de la phrase contextuellement indépendante. Mais il reste à expliquer cette notion particulière de dépendance contextuelle essentielle. Et il est vraisemblable qu’une explication plausible aura pour conséquence que les constructions quantifiées et purement descriptives ne sont pas moins atteintes par cette dépendance contextuelle essentielle que ne le sont les contrefactuels.

  • 12 N.d.t. Dans le chapitre 1, Stalnaker a proposé d’identifier purement et simplement les propositions (...)

14Bien que l’idée de dépendance contextuelle essentielle se révèle insaisissable, il me semble que nous nous approchons ici d’une notion que nous devons pouvoir caractériser, au moins de façon impressionniste. Je m’explique. Les intérêts, les projets, les présuppositions, ou encore la culture ou la communauté d’un locuteur (ou d’un scripteur) fournissent certes des ressources qui lui permettent d’exprimer efficacement un contenu, mais ils procurent aussi quelque chose de plus fondamental : ils fournissent des ressources permettant la construction du contenu lui-même. Un contenu, comme je l’ai suggéré, peut être représenté par une partie de l’ensemble des états possibles du monde12. Étant donné un ensemble de possibilités, il est possible d’opposer les phrases qui déterminent telle partie simplement en vertu de leur signification (les phrases contextuellement indépendantes) aux phrases qui s’appuient sur le contexte aussi bien que sur leur signification (les phrases contextuellement dépendantes). Mais si l’espace des états possibles du monde lui-même, c’est-à-dire la manière dont il est possible de distinguer un état possible d’un autre, est lui-même influencé par les situations et les pratiques des locuteurs (ou plus généralement des agents) qui sont responsables de ces distinctions, alors nous avons un genre de dépendance contextuelle qui n’affecte pas seulement les moyens d’exprimer un contenu, mais aussi le contenu lui-même. C’est à ce sens plus profond de dépendance contextuelle que, selon moi, van Fraassen fait allusion. Les mondes possibles, les fonctions de sélection et plus généralement le cadre conceptuel qui fournit les ressources nécessaires pour interpréter les contrefactuels ne sont pas des choses que nous trouvons toutes faites dans la nature, mais des choses qui émergent à partir de certaines préoccupations et activités proprement humaines : c’est une préoccupation centrale pour nous que de pouvoir former des attentes fiables à propos de ce qui peut se produire, des attentes capables de guider notre trajectoire dans le monde ; et tout aussi centrales sont les activités qui nous permettent de former ces attentes. Cette idée me paraît tout à fait juste et c’est précisément ce que suggère la stratégie projective que je défends. Mais on peut très bien admettre ceci – que la façon bien particulière que nous avons de décrire le monde et de focaliser notre attention sur certains de ces aspects n’est pas entièrement dictée par le monde lui-même – sans être par là même forcé d’abandonner toute forme de réalisme raisonnable. Quelle que soit la manière dont nous parvenons aux concepts que nous employons pour décrire le monde, le réalisme reste justifié tant que subsiste dans le monde quelque chose qui rend ces descriptions vraies ou fausses.

15Une position possible consiste à reconnaître que les énoncés contrefactuels, causaux et explicatifs, constituent des assertions factuelles à propos du monde, mais en ajoutant que les propositions qu’ils expriment sont en réalité, en dépit de toutes les apparences, des propositions descriptives relativement ordinaires et assez peu problématiques. Une telle position serait sans doute défendable si l’on pouvait montrer comment réduire les contrefactuels à des propositions qui satisfont sans discussion possible une condition que les contrefactuels ne satisfont apparemment pas. On pourrait ainsi chercher à réduire les propositions contrefactuelles à des propositions directement vérifiables par l’expérience sensible ou à des propositions qui n’affirment aucune connexion ou dépendance entre des faits (deux conditions qui selon toutes les apparences leur font défaut). Ce genre de stratégie réductionniste a été appliquée à de nombreuses classes d’énoncés tenus pour problématiques : les énoncés au sujet des objets matériels, au sujet des phénomènes mentaux, ou encore au sujet des entités théoriques inobservables. Il n’est pas du tout évident que ce genre de projet soit à proprement parler antiréaliste, dans la mesure où il vise moins à contester qu’à défendre la légitimité de la classe d’énoncés en question. Les projets réductionnistes – le phénoménisme, le béhaviorisme, les conceptions positivistes des théories scientifiques – ont cependant quelque chose en commun avec des thèses antiréalistes plus destructrices : ils retranchent de la réalité ce que d’autres jugent lui appartenir de plein droit, même si cette soustraction est souvent adoucie par la thèse supplémentaire que ce qui reste constitue néanmoins une réalité plus riche que ce que l’on ne suppose généralement. Le réductionniste et l’antiréaliste (qui soutient que les énoncés problématiques en question sont incapables de décrire quoi que ce soit) ont tous les deux besoin d’une distinction nette entre les énoncés problématiques, qui doivent être réduits ou condamnés, et une base factuelle non problématique. Tous les deux ont en outre besoin de supposer que cette base factuelle est autonome, au sens où il nous est possible de comprendre le monde et les énoncés non problématiques décrivant le monde, sans s’appuyer, explicitement ou implicitement, sur les propositions dont le statut est en question. On a souvent remis en cause différents projets réductionnistes en faisant porter l’attaque sur la supposition d’autonomie qui les accompagne. Le phénoménalisme échoue, a-t-on soutenu, parce qu’il nous est nécessaire de posséder la notion d’un monde naturel objectif pour pouvoir décrire notre expérience sensible. Les réductions positivistes des entités théoriques à des énoncés d’observation sont sans espoir, selon un argument bien connu, parce que les énoncés d’observation sont eux-mêmes chargés de théorie. Les objections de ce type, si elles réussissent, vont plus loin que la simple réfutation par un contre-exemple, ou même qu’un argument d’impossibilité, parce qu’elles ne s’attaquent pas seulement à la partie constructive d’un programme réductionniste, mais aussi et surtout à ce qu’il a en commun avec le point de vue antiréaliste. Je soulève plus bas quelques questions au sujet de la supposition d’autonomie dont a besoin une théorie réductionniste des contrefactuels et de la plausibilité de cette supposition.

16Les philosophes qui, un peu plus tôt au cours de ce siècle, ont cherché à mettre en œuvre des programmes réductionnistes avaient l’habitude de les formuler comme des thèses relatives au langage. On disait que des énoncés contenant un certain vocabulaire problématique pouvaient être remplacés par d’autres énoncés sémantiquement équivalents, mais dépourvus de ce vocabulaire problématique. Plus récemment, des thèses réductionnistes, ou des thèses ayant des motivations comparables, ont été formulées comme des thèses relatives à ce dont parlent les énoncés appartenant à une classe problématique, plutôt qu’aux énoncés eux-mêmes. Ces programmes plus libéraux requièrent seulement que les propositions dans la classe problématique surviennent sur les propositions non problématiques : des mondes possibles indiscernables relativement aux propositions problématiques doivent aussi être indiscernables relativement aux propositions non problématiques. Cette thèse ne dit absolument rien au sujet du pouvoir expressif du langage dans lequel ces propositions peuvent être exprimées. Rien n’interdit à ce réductionniste libéral d’admettre qu’un vocabulaire problématique permette de dire des choses qui ne pourraient être dites sans lui. Cette thèse ne dit rien non plus au sujet de la possibilité d’apparier des énoncés problématiques donnés à des énoncés non problématiques équivalents. Le réductionniste libéral se limite à une affirmation globale : si l’on peut donner une description du monde qui soit intégralement formulée dans un langage non problématique (par exemple en termes d’expérience sensible possible ou réelle, de comportements observables ou de propriétés observables d’entités observables), alors il existe une et une seule description du monde, formulée dans un langage problématique (en termes d’objets matériels, d’états mentaux ou de propriétés théoriques d’entités inobservables) qui y correspond. Un réductionniste libéral se donne plus de flexibilité, mais comme pour le réductionniste traditionnel, l’intelligibilité de sa thèse dépend d’une distinction nette entre les énoncés problématiques et les énoncés non problématiques, et sa plausibilité repose elle aussi sur l’hypothèse que les propositions non problématiques forment une classe autonome.

  • 13 N.d.t. Une connexion logique vérifonctionnelle entre deux propositions A et B est telle que la vale (...)
  • 14 Voir Chisholm (1946). N.d.t. La logique des conditionnels indicatifs étant considérée moins obscure (...)
  • 15 Voir Goodman (1947).

17Dans sa formulation classique, le problème des contrefactuels est présenté comme une demande de réduction au sens étroit. Les contrefactuels étaient considérés comme problématiques parce qu’ils semblaient exprimer une connexion d’un genre mystérieux entre un antécédent et un conséquent – une connexion qui n’est ni vérifonctionnelle13, ni logique. Ils ne semblaient pas être directement vérifiables, mais paraissaient au contraire porter sur des situations seulement possibles. Ils paraissaient contingents, mais ne semblaient pas être des énoncés ordinaires portant sur des faits. Selon la formulation traditionnelle du problème, clarifier ces énoncés, c’est montrer qu’ils disent autre chose que ce qu’ils semblent dire : c’est réduire les conditionnels contrefactuels aux conditionnels indicatifs14, le seulement possible au réel15 et la connexion nécessaire à une combinaison d’implication logique et de régularité empirique.

18J’ai soutenu dans le chapitre précédent que les analyses abstraites des propositions conditionnelles que fournit la sémantique formelle ne doivent pas être comprises comme des tentatives de résoudre complètement le problème des contrefactuels, tel qu’il a été défini par Goodman et Chisholm. Il serait plus juste d’y voir un effort visant à reformuler le problème de fond, plus qu’une manière de le résoudre, de l’éviter ou de le remettre en cause.

19La théorie abstraite fournit des conditions de vérité pour les contrefactuels à partir d’un déterminant sémantique – une fonction de sélection ou une relation de ressemblance comparative – qui est au moins aussi problématique que les contrefactuels eux-mêmes, ce qui laisse entière la question de savoir comment ce déterminant doit lui-même être expliqué. La théorie abstraite ne nous contraint pas à donner une réponse réductionniste à cette question, pas plus qu’elle ne nous l’interdit. Le caractère approprié d’une telle réponse dépend du contexte philosophique plus général dans lequel la théorie abstraite est appliquée.

  • 16 À ma connaissance, l’expression la plus explicite des sympathies humiennes de Lewis se trouve dans (...)

20Je voudrais avancer l’idée que la théorie générale que David Lewis a élaborée pour rendre compte des contrefactuels et d’autres notions connexes est une théorie réductionniste, en ce sens large16. Cela peut sembler paradoxal, dans la mesure où le réalisme extrême de Lewis en ce qui concerne les mondes possibles semble occuper la position la plus éloignée, sur le spectre des positions philosophiques, du scepticisme non moins extrême de Goodman au sujet des possibilités non actualisées. Mais je pense profondément que le projet philosophique de Lewis est motivé par les mêmes présuppositions humiennes que celles qui ont donné lieu au problème de Goodman. Pour Lewis, comme pour Hume, ce qui est problématique, c’est l’idée de connexion nécessaire, ou plus précisément l’idée qu’il puisse y avoir des relations de dépendance et des connexions nécessaires entre des faits et des événements. De telles connexions et dépendances doivent alors être expliquées en termes de relations d’un genre moins problématique, des relations de ressemblance en l’occurrence. Ce projet comprend différentes composantes. Une première est la réduction de la causalité et de la dépendance causale aux contrefactuels. Une deuxième est l’analyse abstraite des contrefactuels en termes d’une relation primitive de ressemblance comparative entre des mondes possibles. Mais c’est l’explication des différents rapports de ressemblance à prendre en compte et des priorités relatives des uns sur les autres qui constitue la composante la plus décisive pour la réussite du projet humien. Pour espérer réussir, ce programme doit donner une explication non circulaire de la manière dont un monde possible doit ressembler au monde réel pour qu’il soit un monde qui aurait pu être actualisé, si une certaine proposition avait été vraie.

21Avant d’examiner l’explication de la ressemblance comparative que donne Lewis, je voudrais examiner un argument général contre ce projet, qu’il est possible de formuler indépendamment des détails de sa mise en œuvre, et selon lequel le projet humien souffre d’un défaut majeur de conception. Pavel Tichy a soutenu que des projets comme celui de Lewis sont condamnés à l’échec dans la mesure où ils reposent sur la présupposition erronée que « la notion de conditionnel contrefactuel – est logiquement antérieure à la notion de causalité ». Tichy souligne par exemple que si le frottement de l’allumette n’avait pas le pouvoir causal de faire advenir sa combustion, alors le conditionnel contrefactuel « si l’allumette avait été frottée, elle se serait allumée » ne serait pas vrai. Il en conclut que « ce sont des faits causaux qui sous-tendent les conditionnels contrefactuels plutôt que l’inverse, et toute tentative d’expliquer les premiers en termes des seconds est inévitablement circulaire » (Tichy, 1978, p. 433).

22Cet argument appelle selon moi trois commentaires. Premièrement, je ne pense pas que l’on puisse montrer qu’un programme réductionniste échoue simplement en faisant appel à des intuitions d’antériorité logique. Par exemple, il ne suffit pas, pour réfuter le phénoménalisme, simplement de souligner que (dans une situation de perception ordinaire) le sujet percevant n’aurait pas les expériences sensorielles qu’il a si l’objet physique n’était pas là, pour en conclure que toute analyse de la notion d’objet physique en termes d’expériences est inévitablement circulaire. Le phénoménaliste ne conteste pas le fait que les expériences sensorielles dépendent, en temps normal, de la présence d’objets physiques. Son analyse essaie plutôt d’expliquer la nature de cette dépendance. L’analyse est peut-être mauvaise ou même circulaire, mais il faut en considérer les détails pour montrer que c’est le bien cas. Deuxièmement, l’antériorité logique n’est certainement pas une notion transparente. Il peut y avoir plusieurs types de relation d’antériorité allant dans des directions opposées. A peut être antérieur à B en un certain sens intuitif, même si B est antérieur à A en un autre sens intuitif. Considérons les propriétés dispositionnelles ordinaires. Si le sucre n’était pas soluble dans l’eau, il ne se dissoudrait pas. Il se dissout seulement parce qu’il est soluble. La propriété de solubilité sous-tend l’activité de dissolution plutôt que l’inverse. Mais une explication de la solubilité comme une tendance ou une disposition à se dissoudre n’est pas pour cette raison mauvaise ou circulaire. Et troisièmement, même si l’on pense, en fin de compte, que le projet humien de Lewis est condamné à l’échec parce qu’il est impossible de donner une analyse non circulaire de la notion de ressemblance comparative, on peut toujours accepter la composante du projet qui analyse la causalité en termes de contrefactuels. Une telle analyse pourrait très bien être juste et éclairante, même si elle ne contribue pas à un programme de réduction. Si le statut logique des contrefactuels est suffisamment clair, alors il est toujours possible de les utiliser pour aider à clarifier la structure des relations causales, et ce même si aucune hiérarchie conceptuelle défendable ne permet de tenir les contrefactuels pour plus fondamentaux que les relations, les dépendances et les pouvoirs causaux. Il n’est pas exclu, certes, que cette analyse soit circulaire, en un certain sens au moins, mais il ne s’ensuit pas nécessairement qu’elle soit triviale ou vide de contenu.

23Nous pouvons maintenant passer au bref examen de l’explication que Lewis donne de la notion de ressemblance. Comment déterminer les rapports de ressemblance à prendre en compte dans l’évaluation des contrefactuels ? Selon Lewis, c’est en regardant quels contrefactuels sont vrais que l’on pourra répondre à cette question :

La chose à faire n’est pas de commencer par décider, une fois pour toutes, ce que nous devons penser au sujet de la ressemblance des mondes, de manière à pouvoir utiliser ensuite ces décisions pour tester [l’analyse]. Il convient plutôt d’utiliser ce que nous savons à propos de la vérité et de la fausseté des contrefactuels afin de voir si nous pouvons trouver un certain type de relation de ressemblance – pas nécessairement le premier qui nous vienne à l’esprit – qui se combine avec l’analyse pour donner les bonnes conditions de vérité. (Lewis, 1979, p. 466-467)

24Cette remarque n’implique aucune circularité dans l’analyse. Ce qui est ici suggéré n’est pas que nous devrions expliquer les rapports de ressemblance à prendre en compte en termes de vérité et de fausseté des contrefactuels. Il s’agit plutôt d’une suggestion méthodologique. Nous devrions employer nos connaissances relatives à la vérité et à la fausseté des contrefactuels pour nous aider à trouver et évaluer des manières spécifiques d’ordonner ces rapports de ressemblance et de déterminer les poids respectifs qu’il faut leur accorder lorsque nous évaluons des contrefactuels. Cette procédure n’est pas plus contestable que celle qui consiste à trouver et modifier une analyse de « x sait que p » en considérant des jugements intuitifs à propos de ce que nous savons.

25En suivant cette procédure de découverte, Lewis en est arrivé à une liste bien précise de priorités entre les différents rapports de ressemblance à prendre en compte dans l’évaluation des contrefactuels. Cette liste ne fournit, et n’est censée fournir, aucune procédure de décision (de nombreuses choses, en effet, restent vagues et peuvent donner lieu à des interprétations opposées) mais elle constitue indéniablement une réponse à la demande d’une explication plus substantielle des conditions de vérité pour les contrefactuels. Je vais commencer par décrire l’idée générale qui se trouve derrière la notion de ressemblance proposée par Lewis avant de voir si l’explication qui en résulte parvient à soutenir le poids que le projet humien fait porter sur ses épaules.

  • 17 Pour être plus précis, nous devrions parler du monde de référence plutôt que du monde réel.

26En sélectionnant des mondes possibles alternatifs, la première des priorités est d’éviter une déviation massive ou généralisée des lois de la nature qui gouvernent le monde réel17. La deuxième priorité est de maximiser la région spatio-temporelle pour laquelle les faits particuliers du monde réel et du monde choisi s’accordent. Une correspondance approximative sur l’ensemble de l’histoire des deux mondes n’a que peu de poids – peut-être même aucun – alors qu’une correspondance parfaite compte pour beaucoup. De petites déviations isolées par rapport aux lois de la nature ont moins de poids que ce genre de correspondance entre des faits particuliers.

  • 18 N.d.t. Fine (1975) considère le contrefactuel suivant, qu’il estime intuitivement vrai, comme un co (...)
  • 19 Jonathan Bennett (1984) discute ce problème.

27L’adoption de cet ordre de priorités a été guidée par la considération de certains exemples (comme l’exemple de Nixon utilisé par Kit Fine et discuté dans le chapitre précédent18) qui montraient que l’analyse des contrefactuels proposée par Lewis donne de mauvais résultats lorsqu’elle est interprétée à l’aide d’une idée impressionniste de ressemblance globale entre des mondes possibles. Je laisserai de côté la question de savoir si cette même analyse, interprétée à l’aide de cette nouvelle notion de ressemblance, donne des résultats satisfaisants pour ces exemples-là et évite des difficultés susceptibles de se poser pour d’autres19. Si quelque chose me gêne dans le projet de Lewis, c’est autre chose : Lewis parvient-il réellement à fournir une explication non circulaire de la notion de ressemblance ? Je reste sceptique quant à la possibilité de clarifier les rapports de ressemblance qu’il mentionne sans faire appel à des descriptions de mondes possibles qui présupposent des relations, des dépendances et des pouvoirs causaux. Examinons cela de plus près.

  • 20 Voir Lewis (1973b, p. 73).

28Le rôle majeur que joue la notion problématique de loi de la nature dans la conception que Lewis se fait de la ressemblance pourrait fournir un motif de craindre une circularité dans l’explication. Mais ce n’est pas ce qui m’inquiète le plus. Lewis reconnaît que son projet a besoin d’une explication humienne des lois de la nature en termes de régularités à propos de faits particuliers et il a indiqué à quoi une telle explication pourrait ressembler20. Mon inquiétude porte plutôt sur la notion de fait particulier elle-même. Le programme réductionniste présuppose que les dépendances causales entre événements ainsi que les pouvoirs causaux des choses au sein d’un monde possible dérivent des propriétés relationnelles de ce monde possible, définies par la ressemblance qu’entretient ce monde possible avec d’autres mondes possibles. Il est évident que la notion de ressemblance à l’aide de laquelle ces propriétés relationnelles sont définies ne peut pas, sans circularité, envelopper une ressemblance reposant sur ces propriétés relationnelles elles-mêmes. Pour éviter le cercle vicieux, il est nécessaire d’isoler un niveau de faits particuliers catégoriques purs sur la base desquels les mondes possibles peuvent être comparés – le même genre de niveau de faits particuliers dont un projet réductionniste humien plus classique peut avoir besoin.

  • 21 J’avoue avoir un peu de mal à me rendre intelligible, à un niveau général, cette notion de faits à (...)

29On doit bien entendu s’attendre à ce que les propriétés relationnelles globales d’un monde possible, les propriétés en termes desquelles les pouvoirs causaux et les connexions causales sont définies, surviennent sur les propriétés intrinsèques de ce monde – sur le niveau des faits particuliers. Ce n’est pas que le programme de Hume ou de Lewis nous oblige à chercher un niveau de faits qui soit causalement neutre, dans la mesure où, selon le réductionniste, les faits particuliers déterminent les faits causaux. Mais pour Hume comme pour Lewis, la détermination des faits causaux et explicatifs par un niveau de faits particuliers est globale. Un événement C cause un événement E, non pas en vertu des faits relatifs à C et à E, mais en vertu du tissu formé par l’ensemble des événements ayant lieu dans les mondes possibles auxquels appartiennent C et E. Même si les faits particuliers à propos du monde entier ne peuvent être causalement neutres, les faits particuliers à propos des événements singuliers le seront toujours21.

  • 22 La position d’Ayer sur les propositions causales et contrefactuelles ressemble à une forme particul (...)

30A. J. Ayer, dans sa discussion du problème des conditionnels, donne une explication admirablement claire de la place qu’occupe ce niveau de faits particuliers au sein de l’image humienne. Ayer ne défend pas lui-même une théorie réductionniste des contrefactuels – sa thèse s’apparente plus à un antiréalisme sans concession22 – mais comme je l’ai soutenu, l’antiréaliste et le réductionniste ont tous les deux besoin du même genre d’hypothèse d’autonomie et Ayer l’adopte de façon assez explicite :

Je propose ainsi de regarder le monde comme constituant un socle de faits et les seuls énoncés que je considérerai comme strictement factuels seront ceux dont le contenu se limite à délivrer des descriptions vraies ou fausses du monde, ainsi que ceux que l’on peut en dériver par la quantification ou à l’aide d’opérateurs extensionnels. Tous les autres énoncés empiriques, ou au moins tous ceux qui fonctionnent à un niveau plus élevé seront considérés comme se rapportant à la mise en ordre ou à l’explication de ce que nous tenons pour les faits primaires. (Ayer, 1972, p. 115)

31Ayer reconnaît que la notion de fait particulier empruntée au sens commun est insuffisamment pure pour fournir ce socle non problématique dont il a besoin. C’est même un point sur lequel il insiste : les descriptions factuelles ordinaires sont « surchargées de référence à des propriétés causales ». Elles n’ont pas de contenu factuel, mais « débordent sur un système secondaire, qui s’occupe plutôt de la mise en ordre des faits ou de ce qui considéré comme étant les faits ». La distinction dont Ayer (comme Lewis, d’après moi) a besoin fait partie des distinctions qui sont « brouillées par le langage ordinaire ». Pour obtenir ce niveau factuel pur, il nous faut soustraire de nos descriptions des choses « tout ce qui implique logiquement des pouvoirs causaux ». Bien que le monde factuel ne contienne que des objets physiques ordinaires, ces derniers sont « censés n’être identifiés que par leurs propriétés phénoménales » (Ayer, 1972, p. 115).

  • 23 Robert Jaeger (1973) souligne ce point et en discute la signification pour un certain nombre de pro (...)

32Ayer, cependant, n’explique pas comment doit se faire la décomposition des concepts descriptifs ordinaires en composantes factuelles et causales, et il n’est pas du tout évident qu’elle puisse se faire. Il existe une seule et unique manière d’ajouter un caractère à un concept, par une conjonction, et à un certain point Ayer suggère que cette procédure peut aisément être renversée : « Si une propriété f a bien été incluse dans la connotation d’une expression E qui s’applique aux membres d’une classe K, tout ce qu’il nous reste à faire est d’inventer une expression E’ qui s’applique uniquement aux choses qui possèdent les caractéristiques de K à l’exception de f » (Ayer, 1972, p. 8). Mais cette procédure ne fonctionne que si la connotation de l’expression E est déjà analysée en une série de caractères. Si nous savons seulement que le fait de satisfaire le prédicat E implique le fait de posséder la propriété f, alors il n’y aura jamais une seule et unique manière de définir le concept exprimé par la partie de E qui n’implique pas f23. Dans des cas très particuliers, il peut être intuitivement naturel de penser que la propriété exprimée par E possède des composantes indépendantes, parmi lesquelles figure la propriété f. Mais même dans ce genre de cas, les autres composantes peuvent être de nature hautement théorique.

  • 24 Sydney Shoemaker (1980, p. 114) défend cette conception des propriétés.

33On est déjà confronté à un problème délicat lorsqu’il nous faut soustraire à un concept l’une des conséquences qui lui sont attachées. Mais il est encore moins clair que l’idée de soustraire une propriété de toutes les « conséquences logiques concernant ses pouvoirs causaux » soit véritablement intelligible. Prenez n’importe quelle propriété ordinaire telle que la propriété d’être bleu ou d’avoir une masse de 73 grammes. Maintenant, essayez d’y soustraire non seulement un pouvoir causal particulier associé à cette propriété (le pouvoir de réfléchir et d’absorber des ondes lumineuses de certaines fréquences, le pouvoir de recevoir telle accélération sous l’action de telle force) mais tous leurs pouvoirs causaux sans exception. Il me semble que le genre d’expérience de pensée que l’on peut développer à partir de ces exemples conduit à la conception, par ailleurs défendue de façon convaincante sur la base d’arguments plus généraux, selon laquelle « ce qui fait qu’une propriété est la propriété qu’elle est, ce qui détermine son identité, c’est sa capacité à contribuer aux pouvoirs causaux des choses qui les possèdent »24. D’après cette conception des propriétés, si nous faisons abstraction des conséquences causales d’une propriété, la propriété en question s’évanouit. Il s’ensuit que les niveaux auxquels nous décrivons le monde sont causaux de part en part.

34Je dois souligner que je ne m’oppose pas en général à tout projet réductionniste, mais seulement à un certain type de réduction, celui qui consiste à réduire les propriétés (et les relations) causales et explicatives à un niveau de faits particuliers. Mon argument ne s’oppose en rien, par exemple, à un programme physicaliste qui soutiendrait que tous les faits à propos du monde surviennent sur des faits microphysiques relatifs à la distribution de particules élémentaires dans un espace de propriétés abstrait. Ce genre de réduction ne pourrait nous aider à résoudre le problème qui nous occupe ici que s’il était plausible d’identifier les énoncés de faits particuliers à des attributions de propriétés telles que la masse ou la charge électrique à des particules élémentaires. Ce genre d’identification ne serait possible, à son tour, que si ces propriétés pouvaient être conceptuellement séparées des lois dans lesquelles elles interviennent et des pouvoirs causaux que ces lois confèrent aux objets qui les instancient. Il se pourrait qu’un tel de niveau de description soit, en un sens, primaire et complet. Mais je ne vois pas d’arguments plausibles à l’appui de l’idée qu’il s’agit d’un niveau de fait particulier qui convienne au projet humien.

35« C’est seulement à un certain niveau de théorisation, écrit Ayer, que nous pouvons nous former l’image d’un monde objectif. » Mais il soutient qu’il existe un niveau inférieur de théorisation (son système primaire de faits) qui est à la fois plus théorique que le monde phénoménal, et moins théorique que le monde du sens commun qui « déborde sur un second système » (Ayer, 1972, p. 114-115). L’hypothèse selon laquelle il existe un tel niveau de faits, et qui constitue elle-même une hypothèse théorique plutôt de haut niveau – est en réalité peu plausible selon moi. En fait, c’est toute cette image hiérarchique, essentielle au projet réductionniste, qui me paraît contestable en elle-même. Il y a sans doute plusieurs manières d’ordonner des niveaux de description et d’explication, et toutes les dépendances conceptuelles entre les différents niveaux ne sont sans doute pas à sens unique. Ce genre de dépendances mutuelles serait fatal à un projet de réduction – fût-il libéral, comme celui de Lewis – mais pas à un projet plus modeste visant seulement à tracer la cartographie des relations qu’entretiennent les concepts jugés problématiques par les philosophes humiens.

36Si nous abandonnons le programme réductionniste, quelles sont les explications alternatives des conditionnels contrefactuels qui restent à notre disposition ? Michael Dummett a soutenu qu’il n’y a pas d’autre alternative que l’antiréalisme. En effet, si nous rejetons la thèse réductionniste, nous devons selon lui ou bien renoncer au réalisme ou bien soutenir que les contrefactuels sont simplement vrais. Mais Dummett tient pour évident qu’« un conditionnel contrefactuel ne peut tout simplement pas être simplement vrai : s’il est vrai, ce ne peut être qu’en vertu de la vérité d’un ou plusieurs énoncés catégoriques » (1978b, p. 148). Je soutiendrai que Dummett confronte le réaliste à un faux dilemme : un dilemme accompagné de présuppositions qui doivent être rejetées pour les mêmes raisons qui nous ont conduits à renoncer au projet réductionniste.

37Le dilemme que Dummett oppose au réaliste est tout à fait général. Un réaliste à propos de n’importe quelle classe d’énoncés doit choisir, selon lui, entre le réalisme naïf, la conception selon laquelle les énoncés de cette classe sont simplement vrais, et le réaliste réductionniste qui explique la vérité de ces énoncés en termes d’énoncés appartenant à une classe jugée plus fondamentale. L’idée de Dummett est que si les membres d’une classe d’énoncés doivent pouvoir être vrais ou faux, il doit y avoir quelque chose dans le monde en vertu de quoi ils sont vrais ou faux, quelque chose qui les rend vrais lorsqu’ils sont vrais et faux lorsqu’ils sont faux. Il suffit parfois d’utiliser l’énoncé lui-même ou une paraphrase triviale pour identifier le fait qui pourrait rendre l’énoncé vrai. À la question : « Quel genre de faits sont susceptibles de rendre vrais certains énoncés au sujet du passé ? », on pourrait avoir envie de répondre simplement qu’il y a certains faits au sujet du passé et s’en tenir là. Il est vrai que la reine Victoria est née en 1837 simplement en vertu du fait qu’elle est née cette année-là. De tels énoncés, pourrait-on estimer sans prendre trop de risque, sont simplement vrais. Mais dans d’autres cas, nous avons besoin d’une réponse plus éclairante. Dummett suggère, par exemple, qu’il serait excessivement naïf d’adopter le point de vue du réalisme naïf dans le cas des attributions de caractère (psychologique ou moral) à des personnes. S’il est vrai qu’une certaine personne est courageuse, ou vaniteuse, ou encore complaisante, cela doit l’être en vertu de quelque chose de plus fondamental : soit en vertu de faits relatifs à son comportement, soit, éventuellement, en vertu de faits relatifs à son cerveau. Si nous voulons être réalistes à propos des attributions de caractère, nous devons réduire de tels énoncés à des énoncés d’un genre plus fondamental. Si la réduction échoue, alors nous devons arriver à la conclusion que de tels énoncés n’ont aucun contenu factuel leur permettant d’être vrais ou faux de manière déterminée.

38L’argument de Dummett échoue, selon moi, parce que la notion de vérité simple est caractérisée de différentes manières, toutes vagues et sujettes à diverses interprétations non équivalentes. Dans un premier passage, la vérité simple est définie en termes de réductibilité :

Un énoncé est simplement vrai s’il est vrai et s’il est impossible de réduire toute classe d’énoncés le contenant à une classe d’énoncés ne le contenant pas et ne contenant aucune de ses variantes triviales. (Dummett, 1976, p. 94)

39Mais Dummett écrit ensuite :

Cela revient à soutenir que l’on ne peut attendre de réponse autre que triviale à la question : « En vertu de quoi un énoncé … est-il vrai lorsqu’il est vrai ? » (ibid.)

40Ces caractérisations ne me paraissent pas équivalentes et je pense que l’argument de Dummett repose tout entier sur une équivoque entre les deux. Si l’on définit la vérité simple strictement comme l’irréductibilité, alors il est évidemment correct de soutenir que chaque énoncé vrai doit être soit réductible soit simplement vrai. Et si l’on stipule par ailleurs qu’un énoncé est simplement vrai en vertu du type de faits susceptible de le rendre vrai, alors il est sans doute évident que les contrefactuels ne seront jamais simplement vrais. Mais je doute qu’il y ait une unique interprétation de la notion de vérité simple qui puisse convenir simultanément aux deux prémisses de l’argument de Dummett.

41J’utiliserai deux exemples familiers pour mettre en relief quelques-unes des différences entre les diverses manières de comprendre les notions de vérité simple et de réductibilité, même si aucun d’entre eux ne concerne directement le problème des contrefactuels. Considérons pour commencer l’énoncé suivant :

L’Angleterre a déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939.

42Il paraît clair, en employant une notion lâche et intuitive de vérité simple, que cet énoncé ne peut pas être simplement vrai. Cet énoncé n’est vrai qu’en vertu de certains faits qui sont, en un sens, plus fondamentaux, probablement des faits relatifs à des individus qui profèrent des discours, procèdent à des votes, signent des documents, le tout dans un certain cadre institutionnel. Ces faits plus fondamentaux concernant de telles actions individuelles rendent vrai l’énoncé que l’Angleterre a déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939. Mais cet énoncé est-il réductible à des énoncés à propos d’actions individuelles ? Il serait bien évidemment déraisonnable de s’attendre à une réduction comparable aux réductions auxquelles la tradition nous a habitués, c’est-à-dire à une procédure visant à remplacer l’énoncé problématique par un énoncé sémantiquement équivalent mais appartenant à une classe plus fondamentale d’énoncés. Premièrement, il est sans doute impossible de spécifier toutes les différentes manières possibles de déclarer une guerre, en ne se servant que d’énoncés fondamentaux et en limitant la longueur de cette spécification à une quantité finie d’éléments. Ensuite, le fait que ce sont des actes individuels de telle et telle sorte qui constituent une déclaration de guerre est un fait empirique, et non quelque chose que l’on peut déplier en analysant la signification de l’expression « déclaration de guerre ». Il se peut, troisièmement, que les faits plus fondamentaux qui rendent l’énoncé vrai ne puissent être exprimés dans les termes d’un vocabulaire plus fondamental.

43Il est toujours possible d’éviter certaines de ces difficultés en se repliant sur une thèse de survenance plus libérale. Mais une telle solution n’est pas pour autant à l’abri de l’objection selon laquelle il est impossible de décrire adéquatement ce genre d’actions individuelles sans faire référence à des institutions et à des actions institutionnelles. On pourrait ainsi soutenir qu’il n’y a pas de hiérarchie conceptuelle non circulaire contenant un niveau autonome d’actions individuelles situé au-dessous du niveau de l’action institutionnelle. Rien de tout cela, cependant, ne nous empêche de reconnaître, bien entendu, que des questions comme « comment l’Angleterre a-t-elle déclaré la guerre ? » ou « en vertu de quelles actions individuelles l’Angleterre a-t-elle déclaré la guerre ? » reçoivent, et doivent recevoir, des réponses non triviales.

  • 25 N.d.t. Le terme sense-data, que nous renonçons à traduire faute d’équivalent en français, est un te (...)

44Le second exemple concerne les énoncés de la forme « x perçoit que p ». Le défenseur d’une théorie causale de la perception pourrait dire que de tels énoncés ne sont pas simplement vrais : ils sont vrais en vertu du fait qu’un autre énoncé, ayant la particularité d’être conjugué au présent et de décrire des sense-data25, est rendu vrai (moyennant une relation causale d’un certain type) par le fait que p. Un des principaux défenseurs de cette théorie a suggéré que le terme technique sense-datum soit expliqué de la façon suivante :

  • 26 Grice ne défend pas dans cet article une version particulière de la théorie causale de la perceptio (...)

Son emploi pourrait être explicitement défini à l’aide de locutions telles que « telle chose me paraît φ (par exemple bleue) », « Cela me fait comme s’il y avait devant moi quelque chose de φ », « Il me semble que je vois quelque chose de φ », etc. (Grice, 1961, p. 213)26

45Si ce projet était un projet de type réductionniste, même libéral, alors ce genre de définition des sense-data serait inacceptable en raison de sa circularité évidente, puisque l’on y suggère de définir les sense-data par la notion de perception. Toutefois, quand bien même on aurait besoin du concept de perception pour caractériser la sensation, il est toujours possible que les énoncés de perception soient rendus vrais par des faits concernant des sensations, combinés à des faits à propos de leurs causes. On peut sans doute contester que les énoncés de perception soient simplement vrais, au sens lâche et intuitif (celui que l’on explique par la trivialité des réponses aux questions portant sur ce qui rend vrais ces énoncés), mais cela n’oblige en rien à accepter la réduction et la hiérarchie conceptuelle qui va avec. S’opposer à une réduction ne revient pas nécessairement à traiter un concept comme un donné dépourvu de structure. Une analyse causale de la perception, même si elle ne débouche sur aucune réduction, peut toujours offrir une clarification des relations entre la perception et l’expérience sensorielle susceptible d’aider à résoudre certains problèmes de théorie de la connaissance et de philosophie de l’esprit.

46Si « simplement vrai » signifie uniquement qu’un énoncé est non seulement irréductible, mais encore élémentaire, non problématique, et vrai seulement en vertu de lui-même, alors il est clair que les contrefactuels ne sont pas simplement vrais. Ils sont, après tout, des énoncés complexes. Selon notre analyse sémantique, un contrefactuel si P alors Q est vrai en vertu du fait que Q est vrai dans un monde possible qui entretient une certaine relation avec le monde réel, une relation qui est fonction de P. Mais ce n’est pas exactement la réponse que nous voulons lorsque nous demandons en vertu de quel fait un contrefactuel est vrai. Les contrefactuels sont des affirmations factuelles, des affirmations qui portent sur le monde réel, et non sur quelque situation fictive. Si nous voulons défendre une interprétation réaliste des contrefactuels, nous devons défendre l’affirmation selon laquelle ce sont des faits à propos du monde réel qui rendent les contrefactuels vrais, lorsqu’ils sont vrais.

  • 27 N.d.t. Stalnaker fait ici allusion aux élections parlementaires britanniques de février 1974, parti (...)

47Il n’y a pas, en réalité, de conflit véritable entre l’analyse sémantique, qui dit qu’un contrefactuel est vrai en vertu de la vérité du conséquent dans un certain monde possible distinct du monde réel, et la thèse réaliste selon laquelle un contrefactuel est vrai en vertu d’un certain fait à propos du monde réel. Considérons deux personnes qui se trouvent être en désaccord à propos de la vérité d’un contrefactuel. Je pense que Thorpe aurait gagné l’élection si Wilson ne l’avait pas remportée, alors que vous estimez que dans ce cas de figure, Heath en serait sorti victorieux27. Selon l’analyse sémantique, cela signifie que selon moi c’est Thorpe qui remporte l’élection dans le monde sélectionné, alors que selon vous c’est Heath. Or la sélection du monde possible dans lequel est évalué le conséquent du contrefactuel se fait en vertu de sa relation au monde réel. Il s’ensuit que notre divergence d’opinions peut trouver sa source dans un désaccord concernant le second de ces deux mondes, le monde réel. Si en effet le désaccord s’avère être purement factuel, il ne concernera pas la manière dont nous sélectionnons le monde possible le plus proche du monde réel, mais portera plutôt sur le monde à partir duquel se fait la sélection, c’est-à-dire le monde réel lui-même. C’est un peu comme lorsqu’un couple ne s’entend pas sur le chemin à prendre pour rentrer à la maison. Le désaccord ne porte généralement pas sur l’endroit où ils vont, mais plutôt sur l’endroit où ils se trouvent.

  • 28 N.d.t. Il s’agit d’une allusion à un exemple, emprunté à Gibbard (1981) et discuté par Stalnaker da (...)

48Est-il possible d’indiquer le fait en vertu duquel un contrefactuel est vrai, sans se borner à répéter le contrefactuel une seconde fois ? Il y a des contrefactuels pour lesquels c’est clairement le cas. Sly Pete aurait perdu s’il avait suivi, en vertu de sa main perdante28. Heath aurait gagné si Wilson ne l’avait pas emporté, en vertu des dispositions des électeurs. L’allumette se serait allumée si elle avait été frottée, en vertu de sa composition chimique et de la présence d’oxygène dans l’environnement. Ce sont des réponses substantielles, mais pour plusieurs raisons elles n’appellent aucune réduction particulière. Premièrement, il est peut-être impossible de trouver une formule utile qui généralise ces réponses, c’est-à-dire de trouver une réponse à la fois générale et substantielle à la question : « En vertu de quoi un contrefactuel est-il vrai lorsqu’il est vrai ? » Deuxièmement, l’affirmation selon laquelle il y a, pour chaque contrefactuel, un fait qui le rend vrai est elle-même une affirmation factuelle, et non quelque chose qui peut être déplié par une analyse de la signification ou du contenu du contrefactuel. Troisièmement, les faits qui rendent les contrefactuels vrais sont souvent énoncés en des termes qui sont aussi problématiques que les contrefactuels eux-mêmes et pour lesquels une analyse en termes de contrefactuels peut sembler assez naturelle. Comme le montrent clairement les exemples ci-dessus, cela ne rend pas l’explication triviale ou incorrecte, mais coupe court à tout projet de réduction.

49Affirmer que pour tout contrefactuel vrai il y a une réponse non triviale à la question « en vertu de quoi est-il vrai ? » revient à dire que les contrefactuels ne sont jamais simplement vrais, au sens large et plutôt vague que l’on peut donner à ce terme. Mais il n’est pas évident que cette thèse distingue véritablement les contrefactuels d’autres types d’énoncés. N’y a-t-il pas toujours une réponse non triviale à une question portant sur le fait qui rend un énoncé vrai ? Ne peut-on pas se demander en vertu de quoi la neige est blanche, quel est le fait qui rend vrai le fait que l’eau est humide, ou que Jack marche dans la rue, ou encore que le chat est sur le paillasson ? Bien entendu, on peut comprendre ces questions comme des questions causales. « Quel est le fait qui rend … vrai » se lit « quel est le fait causalement responsable du fait que … est vrai ». Mais ce n’est vraisemblablement pas le sens de la question qui est ici pertinent. Mais si on précise que la question porte sur le fait en lui-même – sur ce qui le constitue en tant que tel, et non ce qui l’a causalement amené à se produire – alors il y aura peu de cas (s’il y en a jamais) où la question ne peut être posée de façon sensée, ou ne recevoir aucune réponse non triviale. Nos ressources conceptuelles sont suffisamment riches pour qu’un même phénomène (en prenant « même » en un sens large) puisse recevoir plusieurs caractérisations distinctes pouvant être reliées les unes aux autres de façon non triviale. Il s’ensuit que le sens vague auquel les contrefactuels ne sont jamais simplement vrais est un sens auquel, en fin de compte, rien ne l’est.

50Même si, en ce sens lâche du terme, la vérité simple présente peu, voire pas du tout, de cas totalement purs, nous pouvons reconnaître que la vérité de certains énoncés peut être plus simple que la vérité d’autres. Certaines vérités sont plus ou moins autonomes, alors que d’autres ont une légitimité qui reste conditionnée par une réponse non triviale à la question : « En vertu de quoi s’agit-il d’une vérité ? » Considérons la différence entre les deux situations suivantes :

1. Tweedledee et Tweedledum viennent de lancer une pièce non biaisée. Mais avant qu’ils ne puissent voir si elle est tombée sur pile ou sur face, quelqu’un la ramasse et s’enfuit avec elle. Tweedledee est persuadé qu’elle est tombée sur pile, Tweedledum qu’elle est tombée sur face. Aucun des deux n’a une raison particulière de croire ce qu’il croit, mais chacun y croit fermement. Si aucune des deux croyances n’est justifiée, il ne fait aucun doute que l’une d’entre elles est correcte, même si nous ne saurons jamais laquelle.

2. Tweedledee et Tweedledum s’apprêtent à lancer une pièce non biaisée, mais avant qu’ils n’aient le temps de le faire, quelqu’un leur dérobe la pièce et s’enfuit avec elle. N’ayant pas d’autre pièce sous la main, Tweedledee et Tweedledum se demandent de quel côté elle serait tombée si elle avait été lancée. Tweedledee est persuadé qu’elle serait tombée côté pile, Tweedldum qu’elle serait tombée côté face. Là encore, aucun des deux n’a la moindre raison de croire ce qu’il croit – ils conviennent tous les deux que la pièce n’a rien d’anormal et que le lancé aurait été équitable. Mais cette fois, nous sommes moins enclins à dire que l’un des deux doit avoir raison. À moins d’avoir une information particulière concernant un fait qui rendrait vrai l’un ou l’autre de ces contrefactuels, nous dirons qu’aucun des deux ne l’est. (Ayer, 1972, p. 21)

  • 29 N.d.t. Stalnaker fait ici allusion à sa discussion du cas de Bizet de Verdi, évoqué dans notre prés (...)

51Si, conformément aux arguments donnés en ce sens au chapitre précédent29, nous reconnaissons que de telles questions peuvent ne pas avoir de réponse, et souvent en sont dépourvues, ne sommes-nous pas en train d’abandonner une position réaliste au sujet des contrefactuels ? Michael Dummett suggère que c’est effectivement le cas : le réalisme au sujet d’une certaine classe d’énoncés peut être considéré selon lui comme « l’hypothèse selon laquelle chaque énoncé de cette classe est vrai ou faux de façon déterminée » (Dummett, 1978a, p. 15-16). J’admets que la reconnaissance d’un certain type d’indétermination sémantique représente une concession accordée à l’antiréalisme, mais pas une capitulation. L’identification opérée par Dummett entre le réalisme et le principe de bivalence mérite, selon moi, d’être nuancée sur deux points.

52Premièrement, il y a plusieurs types d’indétermination sémantique qu’il convient de bien distinguer. On ne concède rien à l’antiréaliste en reconnaissant que certaines phrases peuvent être vagues ou ambiguës. Le vague et l’ambiguïté proviennent d’une indétermination au niveau de la relation entre les mots et la réalité qu’ils visent à décrire et n’impliquent rien à propos de la réalité elle-même. L’indétermination des contrefactuels paraît cependant plus profonde. Pour clarifier la relation entre la bivalence et le réalisme, il nous faudra clarifier la distinction entre les sources profondes et les sources plus superficielles des lacunes de valeur de vérité.

53Deuxièmement, même si certains contrefactuels ne sont ni vrais ni faux, cela n’interdit pas que d’autres soient à la fois irréductibles et déterminés. La caractérisation que Dummett donne du réalisme semble ne laisser aucune place pour l’adoption d’une position réaliste limitée à certains membres d’une classe donnée d’énoncés. Dummett laisse supposer que si certains contrefactuels ne parviennent pas à être simplement vrais ou faux, alors aucun n’y parvient. Ou au moins, ce qui correspond selon moi à la position réelle de Dummett, on ne doit pouvoir admettre que certains contrefactuels soient réductibles et d’autres pas, qu’à condition de disposer d’un critère général permettant de bien les distinguer et d’une justification recevable du tracé exact de la frontière qui les sépare.

54Venons-en à présent aux différentes sources d’indétermination : étant donné le cadre fourni par les mondes possibles pour représenter les attitudes propositionnelles, nous pouvons faire une distinction nette entre deux sortes d’indétermination sémantique, l’une étant plus profonde et l’autre plus superficielle. Cette distinction est peut-être plus nette dans sa modélisation abstraite que dans son application concrète, mais elle ne manque pas pour autant de contenu intuitif et reste utile, selon moi, pour éclairer l’idée de Dummett selon laquelle le rejet de la bivalence, lorsqu’il est motivé par la reconnaissance d’une indétermination profonde, correspond effectivement à un abandon du réalisme.

55Supposons, comme nous l’avons fait, que les attitudes d’une personne et le contenu de ses énoncés soient représentés en termes d’un espace de possibilités alternatives. Le contenu de cet énoncé, par exemple, est caractérisé par une fonction associant des valeurs de vérité aux points de cet espace, c’est-à-dire par une fonction qui divise cet espace en deux parties. Un énoncé peut être vague ou indéterminé s’il exprime seulement une fonction partielle, c’est-à-dire une fonction qui, relativement à certaines situations possibles, ne donne aucune valeur. La ligne tracée par un tel énoncé vague, pour diviser en deux l’espace des possibilités, reste en effet floue. Prenons un exemple : Jack et d’autres personnes ont des tailles différentes dans différentes situations possibles. L’énoncé que Jack est grand est clairement vrai dans certains mondes et clairement faux dans d’autres. Mais nous pouvons facilement imaginer des situations qui ne tombent ni clairement d’un côté, ni clairement de l’autre. Nous pourrions dire, en raison de ce genre de cas, soit que « Jack est grand » exprime une proposition vague (une fonction partielle), soit qu’il y a une indétermination dans la relation entre la phrase (utilisée dans un certain contexte) et la proposition qu’elle exprime. Dans chaque cas, l’indétermination reste relativement superficielle.

56Considérons maintenant cette autre représentation de l’indétermination. Supposons que le contenu de notre énoncé soit déterminé relativement à l’ensemble des possibilités pertinentes : il trace une ligne nette entre les points de l’espace en sorte que pour chaque monde possible, la proposition est soit vraie soit fausse. Mais lorsque nous nous demandons si l’énoncé est vrai dans le monde réel, il s’avère que cette question reste sans réponse pour la raison suivante : il n’y a aucun fait qui détermine auquel de ces différents points le monde réel correspond. Notre espace conceptuel a découpé trop finement les possibilités, introduisant des distinctions auxquelles rien ne répond dans la réalité.

57Tout cela n’aurait bien entendu aucun sens du point de vue d’une conception réaliste extrême de l’espace des mondes possibles. Si le monde réel – la réalité que nos conceptions visent à représenter – doit être littéralement identifié à l’un de ces points de l’espace logique, alors il ne peut y avoir aucune indétermination de ce genre. Mais le réaliste modéré fait une distinction entre le monde réel compris comme un certain cours possible que le monde aurait pu suivre (et qu’il a de fait suivi) et le monde réel compris comme l’ensemble des choses qui m’entourent (y compris moi), c’est-à-dire la réalité même que nos représentations cherchent à saisir. Il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que les distinctions autorisées par la réalité coïncident exactement avec les distinctions tracées par nos conceptions de la réalité.

58Comme je l’ai dit plus haut, je pense que la distinction que je cherche à mettre en évidence est plus nette dans le modèle abstrait que dans ses applications concrètes. Les mondes possibles, tels que je les comprends, sont des abstractions tirées des dispositions propres à des agents rationnels ; ils constituent un outil pour représenter ces dispositions, les mettre en relation les unes avec les autres, ainsi qu’avec les actions (linguistiques et non linguistiques) des agents et avec le monde. Il peut y avoir quelque chose d’arbitraire dans notre manière d’individuer les situations possibles lorsque nous caractérisons les attitudes d’une personne, et donc quelque chose d’arbitraire dans notre manière d’interpréter une lacune de valeur de vérité comme une forme plus profonde ou plus superficielle d’indétermination. Mais cette distinction n’est pas seulement un artefact du modèle. Elle possède une base intuitive attestée par de nombreux exemples.

59Considérons à nouveau Tweedledee et Tweedledum. L’idée que le contrefactuel « si la pièce avait été lancée, elle serait tombée sur face » doit être ou bien simplement vrai ou bien simplement faux peut nous paraître absurde, mais Tweedledee et Tweedledum, eux, l’acceptent. Non seulement les affirmations qu’ils énoncent paraissent contradictoires, mais encore leurs croyances sont authentiquement conflictuelles. Les actions qu’il est rationnel d’accomplir, compte tenu de ce que chacun de deux personnages croit, sont très différentes, de même que les nouvelles croyances qu’il est pour eux rationnel d’adopter. Tweedledee croit que la pièce serait tombée sur face et en conclut peut-être que s’annonce pour lui un jour de malchance. Il est alors rationnel pour lui de se montrer un peu plus prudent que d’habitude. Tweedledum, persuadé que la pièce serait tombée sur pile, souhaite peut-être le contraire. Nous avons sans doute besoin d’une distinction entre les situations possibles dans lesquelles la pièce serait tombée sur pile et d’autres dans lesquelles elle serait tombée sur face pour décrire adéquatement les attitudes de Tweedledee et Tweedledum, même si nous n’avons pas besoin ou ne voulons pas d’une telle distinction pour situer le monde réel dans un espace de possibilités.

  • 30 Voir Dummett (1978a, p. 15-17).

60Pour prendre un exemple plus réaliste, considérons le cas de Jones, emprunté à Dummett30 : Jones est un homme, aujourd’hui décédé, qui de toute sa vie n’a jamais été confronté au moindre danger. Nous nous demandons s’il était ou non un homme courageux. Ce faisant, nous supposons qu’il aurait été courageux si et seulement s’il s’était montré courageux face au danger. En nous posant cette question, nous ne supposons pas (comme pouvaient le faire Tweedledee et Tweedledum) que le contrefactuel en question est simplement vrai ou simplement faux, au sens vague et lâche du terme. Nous supposons au contraire que si Jones était un homme courageux, alors il doit y avoir des faits relatifs à la constitution physique et morale de Jones en vertu desquels il était courageux. Mais même si nous n’avons aucune idée précise de ce que peuvent être ces faits physiques et psychologiques, nous pouvons toujours avoir un ensemble d’attitudes à propos du caractère moral de Jones, des attitudes qui supposent de distinguer entre les situations possibles dans lesquels il est courageux et les situations possibles dans lesquelles il ne l’est pas. Nous pouvons avoir des raisons de croire que Jones est courageux, ou ne l’est pas, et adopter sur cette base des attitudes à son propos. Par exemple, nous pouvons admirer Jones ou regretter qu’il n’ait eu l’occasion de mettre en œuvre ce courage qui le caractérisait et dont nous ne doutons à aucun instant. Si nous suivons Dummett et rejetons le réalisme naïf à propos des caractères moraux – soit la supposition selon laquelle il doit y avoir un fait dans le monde susceptible de déterminer si oui ou non Jones était un homme courageux –, alors nous devons reconnaître que les faits peuvent ne pas décider la question de savoir si Jones était ou non courageux. Si tel est le cas, alors il y aura des situations possibles que nos croyances et nos attitudes tiendront pour distinctes mais que les faits ne permettent pas de distinguer.

61La possibilité de ce genre d’indétermination traduit selon moi une tension entre une théorie pragmatique des attitudes propositionnelles et une théorie réaliste de la vérité. D’un côté, un espace de possibilités fournit un cadre pour représenter les états mentaux des agents. De ce point de vue, deux possibilités sont considérées comme distinctes s’il est nécessaire de les distinguer pour rendre compte de la manière dont les agents se comportent. D’un autre côté, l’espace des possibilités est un espace logique dans lequel nous situons le monde lui-même. Les mondes possibles sont des totalités possibles de faits – tout ce qui est le cas ou pourrait être le cas. Ces deux rôles que les mondes possibles peuvent jouer sont interdépendants. D’une part, la dimension causale des attitudes propositionnelles, qui reste un élément absolument nécessaire pour comprendre le caractère représentationnel des attitudes (ainsi que je l’ai soutenu au chapitre 1), implique que le monde réel puisse être situé dans l’espace conceptuel que nous utilisons pour caractériser les attitudes. D’autre part, l’attribution au monde réel d’une localisation dans l’espace logique constitue un acte de croyance, qui reflète ce que nous croyons à propos du monde réel. Mais l’interdépendance de ces deux rôles ne garantit pas qu’ils découpent tous les deux les possibilités de la même manière. Reconnaître que notre conception des possibilités alternatives peut soulever des questions auxquels les faits ne savent pas répondre revient, comme le suggère Dummett, à se lester d’un excès de réalisme.

62La seconde nuance qu’il convient d’apporter à l’identification proposée par Dummett entre l’antiréalisme et le rejet du principe de bivalence consiste à reconnaître des degrés d’engagement en faveur de la bivalence. Même si certains contrefactuels ne sont ni vrais ni faux, d’autres peuvent être à la fois irréductibles et vrais, et par conséquent simplement vrais, selon l’un des sens que Dummett donne à cette notion.

63La position « tout ou rien » que j’ai attribuée à Dummett serait raisonnable s’il était raisonnable d’identifier l’irréductibilité avec la vérité simple, au sens lâche et vague du terme. Supposons que les vérités irréductibles sont toutes simplement vraies, c’est-à-dire vraies en vertu d’elles-mêmes sans qu’aucune explication supplémentaire soit nécessaire. Supposons en outre que certains contrefactuels sont simplement vrais de cette manière. Il est impossible, pourrait-on soutenir raisonnablement, de contester ce statut de vérité simple pour tout autre contrefactuel, si ce n’est sur une base purement arbitraire. Si les contrefactuels sont des énoncés pour lesquels il est parfois raisonnable de ne pas demander de réponse à la question « en vertu de quoi sont-ils vrais ? », sur quelle base pouvons-nous exiger une réponse dans les autres cas ? Si, en revanche, nous reconnaissons qu’il peut être nécessaire, y compris pour des vérités irréductibles, de mettre ces vérités en relation avec d’autres vérités et de donner une réponse à la question « en vertu de quoi cette vérité est-elle vraie ? », nous avons une base pour distinguer, au cas par cas, les contrefactuels déterminés des contrefactuels indéterminés.

64Considérons une nouvelle fois la question du courage de Jones. Supposons qu’une théorie psychologique générale explique les occurrences d’actes courageux par la possession d’autres traits de caractère qui, avec le courage, forment un ensemble indissociable, au sens où chacun de ces traits s’accompagne toujours de tous les autres. En outre, la présence chez une personne de cet ensemble de traits de caractère peut se manifester de manières très différentes. Jones n’a jamais été confronté au danger, mais supposons qu’il ait eu de nombreuses occasions de prouver que tous ces traits étaient fermement ancrés en lui. Tout cela nous autoriserait, selon moi, à affirmer que Jones était réellement courageux. Mais cela n’indique aucun critère général permettant de distinguer des types de contrefactuels, ou de ranger « si Jones avait été confronté au danger, il aurait agi en homme courageux » parmi les contrefactuels susceptibles d’être simplement vrais ou faux. Cela ne suggère en outre rien qui ressemble de près ou de loin à une réduction de ce contrefactuel, ou du courage, à quelque chose de plus élémentaire. On a simplement découvert qu’un trait de caractère était un cas particulier d’un autre. À un niveau général, pour justifier l’hypothèse qu’il y a quelque chose dans la réalité qui fait de Jones un homme courageux, il faut pouvoir raisonnablement défendre l’hypothèse qu’il existe une certaine propriété qui peut être possédée par une personne indépendamment du fait qu’elle ait été ou non déjà confrontée au danger et qui tende à causer chez ceux qui la possède des actes de courage. Ce genre d’hypothèse sera souvent hautement plausible, dans tous les cas où des contrefactuels jouent un rôle essentiel dans la définition ou la fixation de la référence d’un prédicat.

65Selon la thèse modestement réaliste que j’ai défendue, au moins certains contrefactuels sont à la fois irréductibles et susceptibles d’être vrais ou faux de façon déterminée. Du point de vue de la conception du contenu sémantique et de l’analyse des conditionnels qui font appel à une pluralité de mondes possibles, affirmer que certains contrefactuels ne sont pas réductibles, même en un sens plus libéral de « réductible », revient à dire que l’introduction des contrefactuels permet de faire entre les mondes possibles des discriminations plus fines que celles que l’on pourrait espérer faire sans eux. Les fonctions de sélection à l’aide desquelles les contrefactuels sont interprétés ne se limitent pas à sélectionner des mondes sur la base de faits et de critères de ressemblance qui restent intelligibles indépendamment des contrefactuels. Au contraire, je soutiens que le fait même d’opérer cette sélection donne lieu à de nouvelles manières de découper l’espace des possibilités, et donc à une conception plus riche de notre monde. Ce réalisme modeste affirme en outre que ces conceptions enrichies que nous pouvons nous faire des différents états du monde ont une contrepartie dans le monde lui-même. Cette thèse sera d’autant plus justifiée que les nouvelles distinctions s’articulent les unes avec les autres comme avec de nouveaux faits, et qu’elles sortent renforcées des interactions prolongées entre l’enquête et le monde.

Haut de page

Bibliographie

Ayer Alfred Julius, 1972, Probability and Evidence, New York, Columbia University Press.

Bennett Jonathan, 1984, « Counterfactuals and temporal direction », Philosophical Review, vol. 93, p. 57-97.

Carroll Lewis, 1894, « A logical paradox », Mind, vol. 3, no 11, p. 436-438.

Chisholm Roderick, 1946, « The contrary-to-fact conditional », Mind, vol. 55, p. 289-307.

Dummett Michael, 1976, « What is a theory of meaning (II) », Truth and Meaning, G. Evans et J. McDowell éd., Oxford, Clarendon Press, p. 67-137.
  — 1978a [1959], « Truth », Truth and Other Enigmas, Cambridge, Harvard University Press, p. 1-19.
  — 1978b [1963], « Realism », Truth and Other Enigmas, Cambridge, Harvard University Press, p. 145-165.

Fine Kit, 1975, « Critical notice of Lewis, counterfactuals », Mind, vol. 84, p. 451-458.

Gibbard Allan, 1981, « Two recent theories of conditionals », Ifs. Conditionals, Belief, Decision, Chance and Time, W. L. Harper, R. Stalnaker et G. Pearce éd., Dordrecht, Reidel, p. 211-247.

Goodman Nelson, 1947, « The problem of counterfactual conditionals », Journal of Philosophy, vol. 44, p. 113-128.

Grice Herbert P., 1961, « The causal theory of perception », Proceedings of the Aristotelian Society, Supplementary Volumes, vol. 35, p. 121-241.

Jaeger Robert, 1973, « Action and subtraction », Philosophical Review, vol. 82, p. 320-329.

Lewis David K., 1973a, « Counterfactuals and comparative possibility », Journal of Philosophical Logic, vol. 2, p. 418-446.
  — 1973b, Counterfactuals, Oxford, Blackwell.
  — 1979, « Counterfactual dependence and time’s arrow », Nous, vol. 13, p. 455-476.
  — 1981 [1980], « A subjectivist’s guide to objective chance », Ifs. Conditionals, Belief, Decision, Chance and Time, W. L. Harper, R. Stalnaker et G. Pearce éd., Dordrecht, Reidel, p. 267-297.
  — 1986, On the Plurality of Worlds, Oxford, Blackwell.

Mackie John L., 1973, Truth Probability and Paradox, Oxford, Clarendon Press.

Shoemaker Sydney, 1980, « Causality and properties », Time and Cause, P. van Inwagen éd., Dordrecht, Reidel, p. 109-135.

Stalnaker Robert, 1968, « A theory of conditionals », Studies in Logical Theory, N. Rescher éd., Oxford, Blackwell, p. 98-112.
  — 1981, « A defence of conditional excluded middle », Ifs. Conditionals, Belief, Decision, Chance and Time, W. L. Harper, R. Stalnaker et G. Pearce éd., Dordrecht, Reidel, p. 87-104.
  — 1984, Inquiry, Cambridge, The MIT Press.

Tichy Pavel, 1978, « A ew theory of subjunctive conditionals », Synthese, vol. 37, p. 433-457.

van Fraassen Bas, 1980, The Scientific Image, Oxford, Clarendon Press.

Haut de page

Notes

3 Le chapitre original s’intitule « Realism about counterfactuals », Inquiry, Cambridge, the MIT Press, 1984. Nous remercions son auteur ainsi que les Presses du MIT pour leur aimable autorisation. Nous avons traduit tous les textes originaux cités par Robert Stalnaker.

4 Cette caractéristique distingue par exemple la théorie de Stalnaker de celle de Lewis (1973b). Nous aurons l’occasion d’en observer les conséquences plus loin, en particulier dans l’exemple de Bizet et Verdi.

5 Cette condition revient à exiger que f ne sélectionne que des mondes dans lesquels l’antécédent est vrai.

6 Cette condition revient à dire qu’aucun monde dans lequel A est vrai ne ressemble plus à w que w lui-même, dans le cas où A est vrai dans w.

7 Le sens de cette condition est plus difficile à saisir intuitivement. Pour mieux la comprendre, on peut dissocier deux aspects de la fonction de sélection. Un premier aspect consiste à déterminer l’ensemble des mondes éligibles (ceux dans lesquels l’antécédent est vrai). Le second aspect consiste à ordonner implicitement les différents mondes éligibles, suivant leur « éloignement » par rapport au monde de référence (celui que f prend pour argument), et à choisir le monde le moins éloigné de ce dernier. Ce que nous dit cette condition, c’est que si deux mondes sont éligibles, alors leur degré d’éloignement respectif par rapport au monde réel est une propriété qui concerne uniquement la relation entre ces deux mondes et le monde réel et ne dépend aucunement de l’antécédent. En d’autres termes, l’antécédent sert à fixer l’ensemble des mondes éligibles. Mais une fois cet ensemble fixé, l’antécédent ne joue aucun rôle dans l’établissement du monde le moins éloigné.

8 Le raisonnement qui conduit Stalnaker à cette conclusion est détaillé dans le chapitre 7 d’Inquiry, précédant immédiatement notre texte.

9 N.d.t. La notion de survenance désigne, à un niveau général, une relation de dépendance entre deux ensembles de propriétés. Dire que les propriétés de type A (par exemple les propriétés mentales) surviennent sur les propriétés de type B (par exemple les propriétés neurobiologiques) revient à dire que deux individus neurobiologiquement identiques sont nécessairement mentalement identiques, ou encore qu’il ne peut y avoir de différence mentale entre deux individus sans une différence neurobiologique. Reconnaître une relation de survenance entre deux types de propriété n’implique pas que l’on réduise les propriétés de type A aux propriétés de type B. C’est pourquoi la survenance est souvent invoquée pour définir une position de repli qui conserve quelque chose de l’esprit d’un programme réductionniste (en conservant l’idée d’une dépendance entre deux types de propriétés), même si l’idée d’une réduction véritable est abandonnée.

10 N.d.t. Ce paradoxe est avancé par Lewis Carroll (1894) au sujet de la logique des conditionnels. D’après van Fraassen (1980, p. 117), le paradoxe que voyait Carroll peut être résolu si l’on admet que les conditions de vérités des conditionnels sont contextuellement dépendantes.

11 Voir van Fraassen (1980, p. 134-137).

12 N.d.t. Dans le chapitre 1, Stalnaker a proposé d’identifier purement et simplement les propositions à des ensembles de mondes possibles. Une proposition est l’ensemble des mondes possibles dans lesquels elle est vraie. Cette identification est justifiée dans ce chapitre et le suivant, sur la base d’une conception « pragmatique » de la représentation mentale et de la relation entre le langage et la pensée.

13 N.d.t. Une connexion logique vérifonctionnelle entre deux propositions A et B est telle que la valeur de vérité de la proposition complexe résultant de cette connexion peut être déduite uniquement des valeurs de vérité de A et de B. La conjonction et disjonction logiques sont vérifonctionnelles en ce sens. La connexion qui relie les deux propositions d’un contrefactuel n’est précisément pas vérifonctionnelle. Certains contrefactuels ayant un antécédent et un conséquent faux sont vrais (« si j’avais frotté l’allumette, elle se serait allumée ») alors que d’autres ayant un antécédent et un conséquent faux sont faux (« si j’avais frotté l’allumette, la Terre se serait subitement arrêtée de tourner »). La valeur de vérité d’un contrefactuel ne peut pas être dérivée uniquement des valeurs de vérités des propositions qui le composent.

14 Voir Chisholm (1946). N.d.t. La logique des conditionnels indicatifs étant considérée moins obscure que celle des conditionnels contrefactuels, on envisageait la réduction de la seconde à la première comme une manière de progresser dans l’analyse.

15 Voir Goodman (1947).

16 À ma connaissance, l’expression la plus explicite des sympathies humiennes de Lewis se trouve dans « A subjectivist’s guide to objective chance » : « Une doctrine globalement humienne (une doctrine à laquelle j’aimerais énormément croire, autant que faire se peut) veut que tous les faits à propos du monde soient des faits particuliers ou des combinaisons de faits particuliers » (Lewis, 1981, p. 294).

17 Pour être plus précis, nous devrions parler du monde de référence plutôt que du monde réel.

18 N.d.t. Fine (1975) considère le contrefactuel suivant, qu’il estime intuitivement vrai, comme un contre-exemple à l’analyse de Lewis : « Si Nixon avait appuyé sur le bouton, alors un holocauste nucléaire se serait ensuivi. » Dans la théorie de Lewis (1973b) un contrefactuel A > C est vrai dans un monde w si et seulement s’il existe un monde x dans lequel A est vrai, et tel que pour tout monde y ressemblant au moins autant à w que x ne ressemble à w, C est vrai dans y. Fine suggère que tous les mondes dans lesquels Nixon presse le bouton et aucun holocauste n’a lieu, quelle qu’en soit la raison (miracle ou faux contact), ressemblera toujours plus au monde réel que celui où un holocauste nucléaire succède à l’acte inconsidéré de Nixon. Lewis est donc tenu de considérer ce contrefactuel comme faux, ce qui semble être une erreur.

19 Jonathan Bennett (1984) discute ce problème.

20 Voir Lewis (1973b, p. 73).

21 J’avoue avoir un peu de mal à me rendre intelligible, à un niveau général, cette notion de faits à propos d’événements particuliers, mais il me paraît raisonnable de soumettre toute tentative de clarification à la contrainte suivante : si une proposition a des conséquences qui doivent se manifester dans des régions du monde qui sont spatialement ou temporellement distantes d’un événement ou d’une séquence d’événement donnée, alors cette proposition n’énonce aucun fait particulier à propos de cet événement ou de cette séquence. Si cette contrainte est adéquate, alors (en suivant Lewis) les propositions qui décrivent des connexions causales entre des événements n’énonceront aucun fait particulier à propos de ces événements, dans la mesure où le caractère causal de ces connexions dépend de lois, qui elles-mêmes dépendent des relations qu’entretiennent des événements dans la totalité de l’univers. Donc même si (d’après le programme humien) la totalité des faits particuliers à propos du monde n’est pas causalement neutre, les faits particuliers à propos des événements et des séquences d’événements le sont.

22 La position d’Ayer sur les propositions causales et contrefactuelles ressemble à une forme particulièrement extrême de non-cognitivisme. Vers la fin de son essai, il fait la remarque suivante : « En un certain sens, les causes sont les causes que nous choisissons. Certes, il ne nous appartient pas de choisir que tels faits succèdent habituellement à tels autres faits. Mais il nous appartient, en revanche, de choisir quelles combinaisons de faits doivent être imaginativement projetées. Les sauvages tant méprisés, qui lors des éclipses solaires tapent sur leurs gongs pour faire revenir le soleil, ne commettent aucune erreur factuelle. […] Ils voient ce qui arrive aussi bien que nous » (Ayer, 1972, p. 138-139).

23 Robert Jaeger (1973) souligne ce point et en discute la signification pour un certain nombre de problèmes philosophiques.

24 Sydney Shoemaker (1980, p. 114) défend cette conception des propriétés.

25 N.d.t. Le terme sense-data, que nous renonçons à traduire faute d’équivalent en français, est un terme technique utilisé en philosophie de la perception principalement dans la première moitié du xxe siècle par des auteurs britanniques tels que George E. Moore et Bertrand Russell pour désigner ce qui se présente directement à notre conscience dans la perception sensorielle.

26 Grice ne défend pas dans cet article une version particulière de la théorie causale de la perception, mais se contente de répondre à des objections générales qui s’appliquent à un ensemble de théorie causales.

27 N.d.t. Stalnaker fait ici allusion aux élections parlementaires britanniques de février 1974, particulièrement serrées, où le vainqueur, le travailliste Harold Wilson, l’emporte de justesse face à Edward Heath, le leader du Parti conservateur, et devant Jeremy Thorpe, représentant du Parti libéral qui enregistre à cette occasion une poussée historique.

28 N.d.t. Il s’agit d’une allusion à un exemple, emprunté à Gibbard (1981) et discuté par Stalnaker dans les deux chapitres précédents. Sly Pete et M. Thomas Stone sont au milieu d’une partie de poker dans un bateau sur le Mississippi. C’est à Sly Pete de jouer. Il a le choix entre suivre ou se coucher. Gibbard, dans l’exemple original, s’intéresse au point de vue d’un troisième personnage, Zack, qui a vu que la main de Stone est très bonne, et en signale discrètement le contenu à Pete avant de quitter la pièce pour le bar. C’est du point de vue de Zack, accoudé au bar sans connaître le choix qu’a finalement retenu Pete, que Gibbard (1981) puis Stalnaker (1984) comparent les conditionnels « Si Sly Pete a suivi, alors il a gagné » et « Si Sly Pete avait suivi, alors il aurait gagné ».

29 N.d.t. Stalnaker fait ici allusion à sa discussion du cas de Bizet de Verdi, évoqué dans notre présentation.

30 Voir Dummett (1978a, p. 15-17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Stalnaker, « Une conception réaliste des contrefactuels », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5669

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page