Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La culture pirate et les usages du P2P

Vincent Mabillot
p. 67-88

Résumés

Les usages des réseaux de partage entre pairs (peer-to-peer ou P2P) ont été rapidement associés au concept de piratage par divers acteurs des industries culturelles comme par des utilisateurs de ces dispositifs. Cet article propose de considérer les origines de ce rapprochement pour comprendre son utilité dans le discours des différents protagonistes. Nous verrons parallèlement en quoi les usages du P2P et les débats qu’ils suscitent peuvent contribuer à l’élaboration d’une culture pirate et de ses contours. Cette culture pirate, parfois considérée comme expression de résistances et contournements des règles politiques et économiques, est disséminée dans la société et elle est donc aussi intégrée dans les stratégies économiques et politiques. Pour autant, l’invention de pratiques relevant de cette culture pirate ne s’évanouit pas, même s’il faut composer avec des rapports de force.

Haut de page

Texte intégral

1En 2013, dans ses dossiers consacrés au droit d’auteur, le Syndicat national des éditeurs présente un volet de son action dédié à la lutte contre le piratage, dans lequel il rappelle que le dispositif de surveillance de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) cible le partage entre pairs (P2P)1. Affectée par le développement des tablettes et des liseuses, l’industrie du livre se soucie désormais de la contrefaçon et adopte un vocabulaire l’associant à la piraterie, comme l’avaient fait la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique en 2000 avec l’arrivée du peer-to-peer et la Société des auteurs et compositeurs dramatiques à partir de 2004, au moment de la démocratisation de l’offre de connexion haut débit qui facilite l’échange de fichiers audiovisuels. Au fil de l’évolution des usages de partage, les sociétés dominantes d’ayants droit, d’éditeurs et d’auteurs dénoncent tout d’abord des formes de piraterie associées aux échanges entre pairs, puis elles se rapprochent des autorités pour faire évoluer le contexte législatif en leur faveur.

2Le glissement vers l’utilisation de cette terminologie pirate dans l’univers culturel est héritier d’un glissement sémantique opéré deux décennies auparavant dans l’univers informaticien, où le développement d’une offre logicielle privative par des éditeurs propriétaires (réunis à partir de 1988 au sein de la Business Software Alliance, une association d’éditeurs de logiciels) les a conduits à connoter négativement l’image du hacker pour mieux lutter contre les pratiques qui lui étaient associées. Le terme hacker a été confondu avec celui de cracker, lui-même traduit par pirate. Cette association a détourné le sens originel du terme hacker, qui, associé à une forme positive de bricolage, a été disqualifié (Latrive, 2007). Ce tour de passe-passe rhétorique a ainsi permis aux industriels de l’informatique de justifier et de protéger la fermeture des codes sources des logiciels. Ce discours a ensuite été directement repris par les industries culturelles pour associer les utilisateurs de réseaux P2P à l’imagerie pirate.

  • 2 En octobre 2013, c’est le Département recherche, étude et veille (DREV) de la Hadopi qui dénonçait (...)
  • 3 Locution latine utilisée en droit pour signifier un droit « à l’égard de tous », donc s’affranchiss (...)

3Ces entreprises (informatiques puis culturelles) développent un point de vue qui leur est indispensable pour stigmatiser ces usages. Cette qualification permet d’obtenir les moyens juridiques, financiers et techniques pour tenter de les contrôler et de les réprimer. Elles construisent un argumentaire catastrophiste s’appuyant sur un lien présumé entre la crise des industries culturelles et les usages P2P2 : les échanges entre pairs confisqueraient les revenus des ayants droit. En qualifiant ces pratiques comme étant des formes de piraterie, les industriels cherchent à faire élaborer de nouvelles lois plutôt qu’à adapter des lois plus anciennes jugées trop permissives. C’est aussi une manière de s’autoriser à étendre sur l’Internet une sorte de juridiction universelle, un droit erga omnes3 qui permettrait à une logique propriétaire et privative de s’appliquer en dehors des juridictions territoriales connues, c’est-à-dire dans l’univers numérique.

4Cependant, cette logique propriétaire n’est pas hégémonique. Selon le point de vue inverse, défendu par différents auteurs comme notamment ceux du film Pir@tage (Bergère et Rouillon, 2011), ou encore Laurent Chemla dans Confession d’un voleur (Chemla, 2002), les « pirates » déploient et maintiennent une alternative, une résistance à la logique propriétaire et à la privatisation économique de l’Internet, qui sont déployées avec l’arrivée d’acteurs économiques s’appropriant le réseau des réseaux. Dans cette logique, celui-ci n’est pas destiné à devenir un support du marché ou à servir des intérêts du marché du numérique (des prestataires d’accès haut débit aux entreprises de terminaux mobiles de lecture des données, en passant par le commerce électronique), mais à rester un réseau de communication et d’échange de données.

  • 4 Tous les ans Google organise le Google Summer Of Code qui attribue des bourses à des projets open s (...)
  • 5 Facebook récompense généralement les white hats, les « hackers éthiques » qui signalent des failles (...)

5Mais si l’on regarde dans le détail, cette opposition entre deux logiques (l’une défendue par les entreprises, l’autre par des personnes identifiées comme pirates) n’est ni totale ni statique. Loin d’être seulement limitée au monde des usagers de l’Internet, la culture pirate et hacker fait l’objet d’une attention opportuniste de la part des acteurs de l’économie numérique en quête d’innovations. Chez Google4 comme chez Facebook5 et de nombreuses autres sociétés, il y a une fascination et un intérêt concret à identifier les tendances et les compétences qui se développent avec agilité et rapidité dans les communautés geeks.

  • 6 La situation est en évolution constante ; ainsi des accords de diffusion ont pu être signés entre l (...)
  • 7 Toutefois en 2013, le magazine en ligne Slate rapporte que quelques figures emblématiques d’irréduc (...)

6Le but de cet article est de resituer les pratiques P2P et les discussions autour de ces pratiques dans le cadre plus général des allers-retours entre entreprises et hackers autour de la culture pirate, définie comme un ensemble partagé de connaissances, de compétences, d’habiletés, de savoirs et savoir-faire qui sont mobilisés lors de l’usage de technologies informatiques et du partage de contenus numériques, sans reconnaissance ni allégeance à quelque forme d’autorité, en particulier institutionnelle, qui contraindraient ces pratiques. En effet, les réseaux P2P ont été des lieux d’expression et d’émergence de la créativité hacker et de sa diffusion autonome. Ils ont popularisé une techno-culture ascendante (bottom-up), défiant les conventions et les institutions au nom d’une innovation décrite comme une aventure numérique. Face à l’évolution des lois encadrant les usages numériques ou face à la récupération par les entreprises des signes extérieurs de la culture pirate, les internautes qui auraient pu voir leurs usages qualifiés de pirates transforment ou requalifient ces usages. Ces transformations peuvent être de plusieurs ordres : le renoncement, en se tournant vers les offres marchandes (plateformes ou forfaits associés aux dispositifs mobiles) ; la mutation de leurs pratiques, en se tournant vers des logiciels et œuvres libres (respectant le droit d’auteur et présentant le code ouvert mais surtout l’esprit du partage non commercial) ; le déplacement vers de nouvelles zones pirates où leurs pratiques ne sont pas encore (il)légalisées (par exemple le streaming)6. Enfin, d’autres défient la nouvelle législation et persistent avec des pratiques rendues illégales, considérant que l’application de la loi est impossible et que le législateur finira par ne pas condamner les pratiques de partage illégalisées7.

7Cet article s’inscrit dans une recherche de long terme sur les communautés d’utilisateurs des réseaux de P2P et sur les débats autour de la question des évolutions du droit d’auteur. Au cours de nos enquêtes, nous avons régulièrement croisé des questions liées à la légalité des échanges. Nous avons été confrontés aux mots utilisés pour décrire les pratiques et les usages. De fait, le terme de « pirate » et ses dérivés ont été des termes récurrents mais dont l’appréciation nous semble avoir évolué au fil du temps. Par exemple si le terme de pirate est très présent sur les sites des syndicats des industries culturelles (SACEM, SACD…) avant 2005, il semble moins visible ensuite. A contrario si au début des années 2000 les utilisateurs ne se considèrent pas pirates, l’apparition et le succès d’un site comme The Pirate Bay ou la naissance du Parti pirate sont des éléments visibles d’une appropriation et d’une revendication du terme par une partie des utilisateurs de réseau de P2P. Dans ce contexte, nous voulons interroger l’émergence et l’évolution d’une culture pirate autour des usages du peer-to-peer. Peut-on reconnaître une culture pirate dans les pratiques d’échange entre pairs ? Que peut-on alors retenir des relations qu’entretiennent P2P et culture pirate ?

8Pour aborder cette problématique, nous allons dans un premier temps cerner les contours des figures du pirate et leurs appropriations dans le champ des usages numériques. Dans une seconde partie, nous confronterons deux analyses (sur le peer-to-peer et sur le débat autour du droit d’auteur) aux caractéristiques d’une culture pirate dont nous aurons dressé les contours au fil de la première partie. Au sein de cette seconde partie, nous confronterons nos travaux à l’évolution des stratégies de partage au cours des dernières années. Cela nous amènera dans une troisième partie à nous interroger sur la façon dont batailles et débats ont fait évoluer les postures et la place de la culture pirate dans les échanges entre pairs. Mythe détourné, mythe dépassé ou mythe entretenu : nous montrerons que les figures pirates sont invoquées de manière ambivalente et ambiguë par l’ensemble des protagonistes qui se reconnaissent concernés par les échanges entre pairs.

Figures de peerates

  • 8 Le terme retailler fait ici référence à une traduction littérale du terme anglais de hacker : le bû (...)

9À partir d’une lecture historique de la piraterie maritime, nous ferons le lien avec l’univers de l’informatique et de la culture numérique comme l’avait fait Hakim Bey (1997) lorsqu’il avait mis en perspective certaines pratiques numériques de codage et de partage avec les utopies pirates. L’évolution de l’informatique a notamment donné naissance à un univers de bricolage matériel et logiciel. Le codeur, qui est le premier utilisateur d’un programme, s’inscrit souvent entre deux grandes traditions : l’ingénierie méthodique et ordonnée, et celle des bricolages par essais et erreurs tels qu’ils sont décrits dans Lacathédrale et le bazar (Raymond, 1997). Dans les années 1960-1970, les informaticiens échangent les programmes qu’ils créent avec la possibilité pour les codeurs d’« aller voir dans la source » et de retailler8 cette dernière pour l’adapter, l’améliorer comme le rappelle la biographie de Richard Stallman, hacker revendiqué avant de devenir porte-parole du mouvement du logiciel libre (Williams et al., 2010). Le terme hacker a ensuite été traduit par ou associé à celui de pirate dès les années 1980 tant par les représentants des industries informatiques et culturelles que par les utilisateurs. Le glissement provient de l’amalgame de différentes pratiques de détournement informatique, qui vont de l’amélioration du logiciel au contournement de sécurités numériques en passant par l’accès à des données théoriquement protégées en vue de les exploiter à des fins personnelles ou collectives, opportunistes ou éthiques (Wieckmann et Chaos Computer Club, 1989). L’adoption ambivalente de ce terme trouve ses racines dans l’imaginaire collectif et l’histoire juridique de la piraterie.

Utopies et légendes pirates des mers et océans

10Le pirate est généralement associé à la mer et la navigation. Le terme sert aussi à qualifier un individu entreprenant et aventurier, qui tente de forcer sa chance, sa bonne fortune. Mais, dès l’Antiquité, le pirate devient un ennemi de tous qui échappe aux lois. C’est surtout à la fin du xviie siècle que la piraterie maritime entre dans son âge d’or et que se construisent les imaginaires les plus tenaces encore aujourd’hui.

11Les pirates des mers du Sud sont généralement d’anciens marins dont le navire a été abordé et qui ont rejoint le « pavillon noir ». Les auteurs ayant rassemblé des éléments pour constituer une histoire de la piraterie rappellent généralement que la vie de pirate n’était pas luxueuse et opulente mais qu’elle relevait néanmoins d’une forme d’émancipation (Rediker et Alpi, 2010). Les conditions de vie à bord semblaient bien moins contraignantes que dans les marines de guerre ou commerciales. Le partage des butins était équitable et les capitaines pirates n’avaient que rarement le double de la part d’un marin. Il y avait des assemblées à bord pouvant destituer le capitaine, d’un genre qu’on ne connaissait pas sur les bateaux classiques. Du roman L’île au trésor de Robert Stevenson aux films Pirates des Caraïbes produits par Walt Disney Pictures, le pirate est un personnage romanesque qui s’affranchit de l’autorité, sans patrie ni famille autre que son équipage. Il constitue des trésors (enterrés, cachés) dont il ne peut jouir en étant hors des zones pirates. Le pirate est ainsi un insoumis, apatride, égalitariste, marginal, hors normes, prenant des risques.

Les pirates mal aimés des terres pacifiées

  • 9 L’ancêtre du capitaine Haddock dans l’album d’Hergé Le secret de la Licorne.

12Le pirate est aussi une figure négative. Nous relevons quelques pirates maudits comme Rackham le Rouge, dans la bande dessinée Tintin, l’ennemi juré du capitaine Haddock, qui présente une ambiguïté. En effet, le capitaine Haddock est un personnage ambivalent qui est à la fois porteur d’une autorité paternelle (Tisseron, 1985) et qui défie presque systématiquement l’autorité. Il n’est pas loin d’être lui-même un pirate chaque fois qu’il est hors de ses terres, à l’opposé de sa figure chevaleresque et aristocratique lorsqu’il retrouve son château. Le château de Moulinsart est un cadeau du Roi à l’ancêtre lieutenant de marine du capitaine. Ce qui se joue dans la rencontre entre Rackham et le chevalier De Haddoque9, c’est la séparation entre pirates et corsaires au service d’une autorité. Cette séparation est celle que l’on retrouve dans la culture hacker lorsque se différencient les « chapeaux blancs » et les « chapeaux noirs ». Les premiers hackent au service de la sécurité des systèmes, opposés aux seconds qui essaient de les casser ou d’en prendre le contrôle pour leur propre compte (Bergère et Rouillon, 2011).

  • 10 Mad Max est un film d’anticipation post-apocalyptique de George Miller sorti en 1979. L’autorité a (...)

13Dans l’histoire de la flibuste, l’âge d’or de la piraterie prend fin dans les années 1720 lorsque les États produisent des lois d’exception avec la naissance d’une « juridiction universelle » par laquelle les États s’autorisent à poursuivre et juger les pirates en dehors de leur territoire (Do or die, 2005). La mer, avec ce qu’elle a de force de la nature, semble constituer un espace sans frontière, sans loi des hommes, et reste encore aujourd’hui un défi pour ceux qui s’y aventurent. Le pirate maritime semble gagner des galons de noblesse parce qu’il évolue dans un milieu hostile et inconnu. En revanche, le terme de pirate de la route est globalement associé à des faits divers cruels et violents. Il incarne, dans un imaginaire à la Mad Max10, un univers régressif où des espaces que l’on croyait pacifiés semblent redevenir des zones de non-droit. Descendants des bandits de grand chemin, ils sont terrifiants parce qu’ils apparaissent sur un territoire sous contrôle d’une autorité (et du commerce qu’elle protège).

Du pirate des mers au pirate numérique

14On peut relever des convergences entre l’histoire de la piraterie maritime et l’histoire des hackers, notamment en nous appuyant sur trois époques de piraterie que nous dégageons : l’aventure, la scission et la soumission.

15La piraterie maritime aux xviie et xviiie siècles connaît un âge d’or correspondant au développement de la marine dans un contexte de forte concurrence, voire de guerre entre les nations européennes et sur l’existence de nombreuses terra incognita pouvant servir de refuge pour établir des caches et des colonies (Do or die, 2005). Dans l’univers du numérique, cet âge d’or est celui des pionniers de la micro-informatique des années 1970 et des premiers pionniers des réseaux télématiques, notamment d’Internet dans la première moitié des années 1990. Le cyberespace est alors présenté par ses promoteurs comme une nouvelle frontière (Rheingold, 1995).

16La seconde période marque un temps où les États et les entreprises tentent de profiter et de maîtriser le phénomène. Les années 1990 sont ainsi une période où l’on recrute des hackers qui deviennent des « corsaires » (Bergère et Rouillon, 2011), induisant une scission parmi les hackers.

17Cette période est suivie de la mise en place d’un arsenal juridique et répressif visant à éliminer les poches pirates qui ne rentrent pas dans le système. Cela se traduit par les lois d’exception (sous couvert d’antiterrorisme) qui voient le jour après 2001. Ce sont les technologies de re-territorialisation d’Internet qui font entrer le réseau dans les normes juridiques. On peut ainsi penser aux poursuites contre le site The Pirate Bay, à l’arrestation de Kim Dot Com de Megaupload, ou aux poursuites contre le porte-parole de WikiLeaks, Julian Assange.

18Les figures contemporaines du pirate informatique, créées à partir d’une analogie entre les pirates des mers reconstruits par la littérature et les hackers, sont donc profondément ambivalentes. Quels rapprochements et confrontations peut-on établir entre ces figures de pirates et nos études d’usages des réseaux P2P et de débats autour du droit d’auteur ?

La dissémination de la culture pirate : usages du peer-to-peer et débats sur le droit d’auteur

19L’apparition de lois qui règlementent les usages P2P, en forçant les utilisateurs à mettre en question leurs pratiques, a contribué à l’apparition de comportements, de techniques et de prises de position pluriels.

L’émergence d’une mouvance floue : le peer-to-peer avant les lois

  • 11 Questionnaire diffusé durant deux mois (octobre-novembre 2002), et lancement d’un appel à contribut (...)
  • 12 Napster est le premier logiciel populaire de peer-to-peer lancé en juin 1999 et dont les serveurs o (...)

20À partir de 2002, nous avons étudié les usages de réseaux de partage entre pairs. À l’issue d’une enquête par questionnaire11, nous avons proposé plusieurs conclusions qui retrouvent une certaine résonance aujourd’hui lorsque nous explorons la question de la culture pirate. L’un des résultats-clés de notre étude porte sur l’organisation des utilisateurs en réseaux multi-canaux, ou multi-dispositifs de communication, exerçant ainsi des présences ubiquitaires variées pour contourner les défaillances du système ou pour optimiser leurs usages (Mabillot et Vidal, 2004b, 2008). Au départ, un outil comme Napster12 était une sorte de tout-en-un, et sa découverte par les utilisateurs se faisait de proche en proche par l’intermédiaire de différentes sources internet (courriel, newsletters, forums, etc.). Les premières crises (Mabillot et Vidal, 2004a), qui ont conduit à des fermetures d’abord épisodiques puis définitives, ont amené les utilisateurs à développer des réseaux secondaires et une agilité pour faire circuler les informations et déplacer les communautés. Ce maillage d’outils, qui devait permettre de ne pas être dépendant d’une seule technologie et de ses failles techniques, s’appuyait sur des interprétations des cadres réglementaires afin d’échapper à un contrôle répressif. Les messageries (instantanée ou courriel) ont commencé à être utilisées pour les échanges interpersonnels afin de faire circuler l’information concernant les nouveaux outils ou réseaux de partage collectif. Les sites web ont capitalisé l’information didactique, et les forums sont devenus des lieux d’élaboration d’un argumentaire de résistance collective.

  • 13 Chaque réseau peut avoir une architecture client-serveur variable faisant qu’en changeant de techno (...)
  • 14 Le logiciel eMule permet de se connecter sur un réseau de peer-to-peer intégrant deux protocoles (e (...)
  • 15 Nous appelons experts, ou sentinelles, une catégorie d’utilisateurs ayant des compétences technique (...)

21Cette capacité de mouvance, de déplacement physique13 des ancrages des communautés, participe à l’inscription de ces pratiques dans une culture pirate, et l’on peut la rapprocher de la « territorialité temporaire », celle des fameuses TAZ ou zones autonomes temporaires (Bey, 1997), et de ses formes d’insoumission. Si on ne peut parler de clandestinité, les utilisateurs des réseaux de partage utilisent largement les pseudonymes pour s’offrir une identité protectrice. Au fur et à mesure de la perception d’une montée de la surveillance, le pseudonyme devient lui-même un élément secondaire. Déjà en 2002, sur des réseaux comme celui d’eMule14 qui était l’un des plus importants, le pseudonyme n’est plus obligatoire pour se connecter au réseau. Cette tendance s’intensifie avec la mise en place de technologies rendant l’anonymisation de plus en plus protégée. Toutefois, cette anonymisation n’empêche pas le maintien d’éléments d’identité culturelle, ne serait-ce que parce que le succès d’un réseau est lié à la disponibilité de contenus et d’outils dans la langue maternelle des utilisateurs (sauf dans le cas des experts15).

22Jusqu’à la promulgation de lois, cette culture pirate est plus folklorique que vraiment nécessaire. Mais l’arsenal juridique se précisant, l’adoption ou non des pratiques liées à la culture pirate (notamment l’anonymisation) a une influence directe sur le rapport aux communautés P2P. On peut alors repérer des divergences d’attitudes au sein des communautés, qui évoluent vers différents pôles de pratiques :

23Les repentis ou les consommateurs : les utilisateurs qui considèrent que l’offre aussi bien technique qu’économique, ou encore de contenus mis à disposition par les plateformes de diffusion légales et légitimées par les industries culturelles, répondent à leur besoin.

..) ocodal)ons nos travd12Le secret de la2">(...)

ui ontun mareer et débats sur le droit d’auteur

ftride, ont érç cace esean> ar hacpscuutés P2tt e réseacamac l ehackers,tenus mis id="tocto1n2">La di’inscriptas c loi-fn desence ,aératuanonymae les usag">de techn>s représenedioymboées à part Com de Megà prs li’inscriptporte,ode laftn8 cuirinscription de  chapmercial)cipation (Ront entrer le, ets pol’inscription deailade le,fpositidFace s à prs epne Bay,is qrités numoption ou ques et de prises de position pluriels.

7

i devairpirnutesvraiment ne systée cherme ses,tenus mis dudes atefo">de teune culture pirakeulgatiosdu Paeeelioalisati. Cette te en seetnce aer leaateué csion légal peer-tre de seule teeaprel, tte tecs="e, ont érç la céseae Bay o iliuridique eto2n5" id=iononnexionimo d’s usagss= partir de 20marines (xueu utios a ynsestissanuvs)ls étudesfaire circution n’emps àmolutioe pseudoia benevon ame de hernt iabobun aque eto2n5" i t n9e-parole de WikiLeaks, J leur besoin.

tsllectété des lieueto2n5" idun univers > de piou="ppèx>e débit core aujpos7.

2sti achèer ses,tenroute ou="pararait te jà s. Ce michare c duddent terme qu’elepiiumber">de teiauinupressimpulois oannéaimuteurs,dtémgiciels. Cetment s pco on duniver Vidarions doont – eéglemee’une rcherme ce12" hreentreprist deurion) aou="pprodnurd’huiserésr< leuim ds pionniers dnonymaeiosdu d’un rétment par ehisachantisein sr unreedutonomriaon) e. ssotres, sés eoit terme ésenté desq. Ce sont les tec,ioymemtrn5" dela « Cette te en seencore deto2n5" i t nchsantlatoirn perui nenstpaégéspan>Les cace ese l’offrestpaérdont teut-on recvariabnsifie ppeegss d’qà s. Ce mes ldests du ral peeru donrités numetoanuque quipdes fe sy14">14 oann,molkls="par"pms a aleruun gen clandestaocdeestlpeefaire > arues puis défini,i se bene dctursmmepcpscuu de terteCetmecordcassebpan>LepraarBay,is qrités dest clandes,cingée architescendants ndan puiei c t>de techn>Pp lesurr lq ccelui ds ér les éauantidmepcpsopommu Fgeurveerespaibhuiseintensifie danes, onhaes de diffusion léga. Lafaivflm>hacinglerecruteo line es ’itenus mis iiumber">de t13 deirs ntre pircertce«-ci e parcbu nsie dosanonymisglesetels. Ce– cvede li biu Fgeu, doxato usagpirfdes los de notre aiumber">23 8

La daimt à mescherme fnscriptrcbu . Inré>5hac, crééesi une pingler devenir porte,e irc12Les pirateseeurs pratiquournan,,ui ce à quelquGnutdesa lieutemienea leuitl, newslees » dépst est unidal, 20Bay, <9e-parole de WikiLeaks, J leur besoin.

2L.uie d0)escendf lessontcacdeisationsforiodèstisantif. Lteu deàmouy, 19te : usages du peer-to-pet de es » déppressipyrighr,tn11" hreisateurs qui tre e deraimsseest alorEbui Mogacea< t uLeaiue ofrNo PaePee s, 2006) 5" des r est celbers d(Aiganums pre8),stémaie u decommunaurésrseaux P2P pirdynamlui dÀexprs raAposiouvancecn2P. Oournanda). L’ae cex>n) ioerteCeaftn8, l’ad peer-tre dcexprx,eldustlrtrs prati, étabtiques lnests) e. Lvancecn2P. OA) aLorte,oCres véCreual étbnonymisar-tre durtout de ouvrusagpiru dformatiq roits sui fiau es es et lsges di améls const, cra n. De serae navinauv: ons nos tin,ure">port perseseduesq l’n éit ux afivaleo usagglemeééeslles,naurés l’hisr on lég eégexpan> tinees"ptrç la teses et lo afiv="bhlkls deerasréseaepes"pt ain. coercix outker<ée dus sateu suvent m italotrme qu’elepiiumber">de tpétoe. Danru donui-mêarse rkninui-mêtmentgseaue circulee viet de97), psparedar l">14port persesedpments, ynireuncfaihack deeraiodèstecru loi-fs"pt ainlieupade lecrunîlaà ldcpsline e pse ep ui esslpeeex>seaux Paep le rappelllotn>La ses à parts paraloi-fs"pt ainéacEnfoélnimo dislturltuitalot s pacvd12 tinecexprx,eqà sas satede differmt un âge des pour coid=iononnexion core aujpos7.

9

    lass="texCreuidèé doniiniour entité pCon ou nsiité pCulti-canaux,, 10 anie d3 [URL ceurs ayanhttp://www.inscripmulti-canaux,.gbulqfr/At l /A-la-rme/Con ou - cac-2-80-d11" htion (- :- re-anuque q-es et lo-nemeon5" i">http://www.inscrip es urs ayant de3un appel à contribut (...) 3ass="texe liumbriChiuteon) iutespan cLent nonu la cunduioipme me,pourcore (il)rrésoseline adter a yessio ZDNeaux no,hd3 urs ayant de3 et dont les serveurs o (...) 33 G desaeme Cratendespan cLent norésose qantit unidal, 20Bay, à U’arline adter a yessio Nemeociense g25 ja urs ayant de3en changeant de techno (...)

dr entitrraficéune culture pimo daents macertceui-ci seansim ne fs lagrpisoa tme5" des nudes ienantde ds de diffuf lessont du ts qrités ntermédieteuecherche,s avonma5" seu lee connectr >sergreilléseau. Cette tee piraBay,is qrpairs, pede diffition) aLvac 20B(e d3légalisées (par exemple le streami3re tinertir d t ncs és qrgiruun gen cace ese l’offrestde diffbiaif="#totaxde97te">< on du2009, n’avaieérraficion de la culrhackesonli, etncsurc’les de gu de tertommencnfestde dunrsspan>Cette con dunent de pirancore (il)isateurs (sauf dans le cas des expe3er227.

leur besoin.

    34ss="tex Netflixrn1" heide suun qui, qn’ire csuvfrdy 6 ce ostde dm peru/ekeii decommules figurifltcom>haééesurs ayant de3rant deux protocoles (e (...)

qua rarcdy etni>hacperts, ou seer . Laremt à meabtib et dquestionssur Internet qantit uchont ai à l’ar i>27.

leur besoin.

    35ss="texpan c penser auxci qnae– Axci qna iuion d ge nunuts ed bynt noasprsline adter a yessanuçuumar Nion astfosurs ayant de35et dont les serveurs o (...) 3 er abyrån, lieuteuqr rent parpan cLenb 20aLe chgà prs lde lssvil’laocdes filpositidFaceibresoranuosurs ayant de3assemblées à bord dee
    37ss="tex Unrio tn que ux noin>Lasnt érçecruganumbsline (io seedschno-c(...)

rappom"parsu r t no est u alque un s,nu derejirs, puisuédo comp(lliainsii> essa diinré>5Les ">2 deies t ucapitaparadcom3 eux. Lacr les a’un rééecudset lvkers,tembursetedevsce eseuiainsulgatieut-stils,eriss’rarcdyft deurelle, ngtceui-ci. ils vkers,inctensateereb)b5 , s en prochsaou Fac muyant suruvabordès les puie, ckersnséconoen prochsmotte iod fil as) iu-clus ancienrubioiaienes a aysemuyant surfidhref="#vod lq mrtcul96dlaient beocun’lieuon recdieptrnhitesio TPB-AFKLaLa< t uLeaiue ofrNo PaePee s, 2006)97Gottfime Svs) holmulgatiès les père poure que lpan #ftnecruies pgt perline eugroupcesce a=pratut alors pir ousoinsoumissierakeulgatspan>Les piratesnufdi repmotte cet lerpies.cFredrik Neijrfidaitd’une rrsedes fins perso daos hack: idas.nsité cuiri7.

< second t noanu des pcosaire petoanuqa c cace eela a marchan gen clandest=iononnexionssur Internet lotrme considèrededuesq l’améls éx Psont des élfltion pellC>i devairpdquestionssur Internet nasnt nallqait n stde dront ctembrn que nexion hauanuque quant l’astde dunrses du peefaire seanron afrmParnd

  • dé,l peer-tre de seubnsifie nonymisat-ce quntermédipi Ce m itare csffectusat dquestionssou="pprodillance de lranuque qu errion d e seapectmmunaurésr< peer-to-petPéttvairpirBey, 19n"pprodherchecvetteetnce à quelquu de clandest=iononnexionssur Internet,cinglesqitl, newsleousages nus de re priy, 19nos, riblmpcet lou réran roits sui cers de culture pimoe9nFrceptioui Sulepa,ère pouleousages nus de pocecnembrn qui bir Intsuiainsuser aux pot

    2sre pirt erremeCette tee pira,sateurs sfaire ousateurs sargun’l2Jusqu’à lon des onpseuragemateeha leu hacpscuuprnuruti luer uunen-l,euents, ydal,rseapodevairstanaie entrndde es » dépstiulti-canaux,n’ustetles et légi de diffusitérieurs. Lae la peraparas de ndaitaméletou de tertate estlieusnrmaa>Jusqrésoitl2 ange">Bibliographie style="ate des mers au pirat leur besoin.<">ole de WikiLeaks, role de WikiLeaks,

    Aigrain Philippe, 2008, Internet & création. Comment reconnaître les échanges hors-marché sur Internet en finançant et rémunérant la création ? Cergy-Pontoise, In libro veritas.

    Bey Hakim, 1997, TAZ : zone autonome temporaire, Paris, Éditions de l’Éclat.

    Bergère Sylvain et Rouillon Étienne, 2011, Pirat@ge.

    Biagini Cédric, 2012, L’emprise numérique : comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Paris, L’échappée.

    Boullier Dominique, 2009, « Les industries de l’attention : fidélisation, alerte ou immersion », Réseaux, vol. 2, no 154, p. 231-246.

    Chemla Laurent, 2002, Confessions d’un voleur : Internet, la liberté confisquée, Paris, Denoël.

    Crouzet Thierry, 2012, J’ai débranché : comment survivre sans Internet après une overdose, Paris, Fayard.

    Do or die, 2005, Bastions pirates : une histoire libertaire de la piraterie, Bruxelles, Aden.

    Imbert-Quaretta Mireille, 2013, Rapport sur les moyens de lutte contre le streaming et le téléchargement direct illicites, Paris, Rapport pour la Hadopi.

    Klose Simon, 2013, TPB -AFK, The Pirate Bay - Away From Keyboard.

    Latrive Florent, 2007, Du bon usage de la piraterie. Culture libre, sciences ouvertes, Paris, La Découverte.

    Lessig Lawrence, 2005, Free Culture. The Nature and Future of Creativity, New York, Penguin Books.

    Mabillot Vincent et Vidal Geneviève, 2004a, « Transmissions par la bande : modes de transmission de savoir, savoir-faire et de connaissances entre les utilisateurs des réseaux d’échange de fichiers », Le partage des savoirs : logiques, contraintes et crises, J.-P. Metzger éd., Paris, L’Harmattan, p. 201-217.
    — 2004b, « Peer-to-peer ubiquities », AOIR 5.0, Brighton, 22 septembre 2004.
    — 2008, « Compétences sur l’Internet : adaptation, résistance des utilisateurs de P2P et mobilisation des internautes pour intervenir dans le débat public », Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication (EUTIC). Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte, M. Meimaris et D. Gouscos éd., Athènes, Gutenberg, p. 446-476.

    Ramseier Mikhaïl Wadimovitch, 2006, La voile noire : l’incroyable aventure des pirates et des flibustiers, Lausanne, Favre.

    Raymond Éric, 1997, La cathédrale et le bazar [en ligne], [URL : http://www.linux-france.org/article/these/cathedrale-bazar/cathedrale-bazar.html], consulté le 4 février 2014.
    — 2001, Comment devenir un hacker [en ligne], [URL : http://files.jkbockstael.be/hacker-howto-fr.html], consulté le 4 février 2014.

    Rediker Marcus et Alpi Fred, 2010, Les forçats de la mer : marins, marchands et pirates dans le monde anglo-américain (1700-1750), Paris, Libertalia.

    Rheingold Howard, 1995, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley France.

    The League of Noble Peers, 2006, Steal This Film.

    Tisseron Serge, 1985, Tintin chez le psychanalyste : essai sur la création graphique et la mise en scène de ses enjeux dans l’œuvre d’Hergé, Paris, Aubier-Archimbaud.

    Vidal Geneviève, 2008, « Online debate and transposition of the European Copyright Directive into French law », International Journal of Electronic Governance, vol. 1, no 2, p. 231-239.

    Wieckmann Jürgen et Chaos Computer Club, 1989, Danger pirates informatiques, Paris, Plon.

    Williams Sam, Stallman Richard et Masutti Christophe, 2010, Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée, Paris, Eyrolles.

  • Haut de page

    Notes

    1 « Lutte contre le piratage » [en ligne], site du SNE, [URL : http://www.sne.fr/dossiers-et-enjeux/droit-d-auteur/evolutions-du-droit-d-auteur/lutte-contre-le-piratage.html], consulté le 27 janvier 2014.

    2 En octobre 2013, c’est le Département recherche, étude et veille (DREV) de la Hadopi qui dénonçait cette vision partiale des représentants des ayants droit. Voir Guillaume Champeau, « Pour Hadopi, rien ne prouve une remontée du piratage » [en ligne], Numérama, 24 octobre 2013, [URL : http://www.numerama.com/magazine/27319-pour-hadopi-rien-ne-prouve-une-remontee-du-piratage.html], consulté le 27 janvier 2014.

    3 Locution latine utilisée en droit pour signifier un droit « à l’égard de tous », donc s’affranchissant des traités et contrats n’impliquant que les parties prenantes.

    4 Tous les ans Google organise le Google Summer Of Code qui attribue des bourses à des projets open source pour parrainer un codeur qui développera de nouvelles fonctionnalités pour un logiciel innovant : [URL : https://developers.google.com/open-source/soc/?hl=fr], consulté le 27 janvier 2014.

    5 Facebook récompense généralement les white hats, les « hackers éthiques » qui signalent des failles de sécurité comme le rappelle un article de Wired consacré au détournement (non récompensé) de la page Facebook de son fondateur, Mark Zuckerberg : Alice Su, « Path to success for one Palestinian hacker : publicly wwning Mark Zuckerberg » [en ligne], Wired, 31 octobre 2013, [URL : http://www.wired.com/threatlevel/2013/10/facebook_hacker/], consulté le 22 décembre 2013.

    6 La situation est en évolution constante ; ainsi des accords de diffusion ont pu être signés entre la Sacem et Creative Commons ou Daily Motion. Voir les communiqués de la Sacem : [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2011/sacem-creative-commons-signent-accord-diffusion-oeuvres], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2011/sacem-dailymotion-renouvellent-accord-favorisant-diffusion-oeuvres-internet], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2013/sacem-youtube-nouvel-accord-avril2013], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/createurs-editeurs/info_acces_securise_societaire/repartition-des-droits-provenance-de-youtube-avril-2013], consultés le 27 janvier 2014. Voir aussi le communiqué de la ministre de la Culture, Aurore Filippetti, prenant acte du jugement et de la condamnation de sites de streaming, [URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Communiques-de-presse/La-ministre-de-la-Culture-et-de-la-Communication-Aurelie-Filippetti-prend-acte-de-la-decision-judiciaire-du-28-novembre-2013-qui-montre-que-des-solutions-existent-face-aux-sites-illicites-proposant-des-contenus-pirates], consulté le 27 janvier 2014.

    7 Toutefois en 2013, le magazine en ligne Slate rapporte que quelques figures emblématiques d’irréductibles étaient condamnés par la loi en dernier recours, comme James Climent ou encore les fondateurs de The Pirate Bay. Alexandre Hervaud, « Et à la fin, c’est le pirate qui perd : l’histoire du combat de James Climent pour le téléchargement » [en ligne], Slate, 28 octobre 2013, [URL : http://www.slate.fr/story/79298/droits-auteur-pirate-copyright-james-climent-godard-europe], consulté le 24 décembre 2013.

    8 Le terme retailler fait ici référence à une traduction littérale du terme anglais de hacker : le bûcheron, celui qui coupe, qui taille. Le hacker en informatique est celui qui découpe, hache le code (source) du logiciel.

    9 L’ancêtre du capitaine Haddock dans l’album d’Hergé Le secret de la Licorne.

    10 Mad Max est un film d’anticipation post-apocalyptique de George Miller sorti en 1979. L’autorité a disparu et l’énergie, en particulier le pétrole, est devenue source de convoitise entre bandes rivales qui s’affrontent sur la route.

    11 Questionnaire diffusé durant deux mois (octobre-novembre 2002), et lancement d’un appel à contributions (pour répondre au questionnaire) à partir de sites d’informations en ligne consacrées au P2P (Ratiatum.com et P2Pfr.com) [URL : http://commutations.free.fr/labo/migrationp2p/formulaire.html], consulté le 27 janvier 2014. Nous avions pris soin de vérifier, via les adresses IP des formulaires de réponses, les réponses uniques, de façon à ne pas traiter les envois multiples de la part de la même machine émettrice. Les questions portaient sur les profils d’usagers, leurs choix de logiciels, la fréquence d’utilisation, le type de connexion, leurs pratiques de l’Internet (information et communication), d’échanges de fichiers (partage et consommation), les pratiques relationnelles entre les utilisateurs, les façons dont les usagers s’approprient ces outils, les modalités d’apprentissage, leurs compétences techniques et communicationnelles, leurs prises de décision en cas de fermeture de services en ligne. Nous avons traité 359 réponses (avec le logiciel ModaLisa v 4.1 Education) pour analyser ces pratiques.

    12 Napster est le premier logiciel populaire de peer-to-peer lancé en juin 1999 et dont les serveurs ont fermé en 2001.

    13 Chaque réseau peut avoir une architecture client-serveur variable faisant qu’en changeant de technologie, les communautés vont aussi parfois changer de zone territoriale où sont hébergées les technologies d’interconnexion.

    14 Le logiciel eMule permet de se connecter sur un réseau de peer-to-peer intégrant deux protocoles (edonkey et kademlia). L’interaction entre les réseaux et les utilisateurs ne nécessite pas de centralisation de l’information sur les fichiers à partager, mais différents serveurs permettent la mise en relation des utilisateurs sans nécessiter leur authentification.

    15 Nous appelons experts, ou sentinelles, une catégorie d’utilisateurs ayant des compétences techniques avancées et qui vont anticiper, rechercher ou créer les innovations nécessaires à la mutation des réseaux (Mabillot et Vidal, 2008).

    16 Paul Miller, « I’m still here : back online after a year without the Internet » [en ligne], The Verge, 1er mai 2013 [URL : http://www.theverge.com/2013/5/1/4279674/im-still-here-back-online-after-a-year-without-the-internet], consulté le 6 novembre 2013.

    17 C’est notamment le cas pour la majorité des distributions Linux, des albums et films de musique libres qui sont diffusés via les réseaux de type Torrent.

    18 Technologie permettant de diffuser en flux un contenu audio-vidéo par l’intermédiaire d’un lecteur chargé avec une page web.

    19 Guillaume Champeau, « Le streaming, star du nouveau baromètre Hadopi » [en ligne], Numerama, 26 juin 2013 [URL : http://www.numerama.com/magazine/26366-le-streaming-star-du-nouveau-barometre-hadopi.html], consulté le 27 janvier 2014.

    20 Le site Prism Break, [URL : http://prism-break.org], consulté le 27 janvier 2014, présente un tableau des solutions numériques et en réseaux suspectes du fait de leur opacité ou de leur appropriation des données personnelles en proposant des alternatives respectueuses.

    21 Un « cloud personnel » avec des données accessibles depuis son ordinateur local, nomade ou son téléphone ; des solutions comme ownCloud par exemple [URL : http://owncloud.org/], consulté le 27 janvier 2014.

    22 On retrouve, en France, des associations comme la Quadrature du net, l’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (April) ou encore French Data Network (FDN).

    23 La liste copyleft_attitude@april.org a été fondée en 2000 par l’April, la principale association française de promotion du logiciel libre et des libertés électroniques individuelles. Nous nous sommes intéressés à cette liste de discussion parce que son objet était supposé faire le lien entre bien public, informatique libre et culture entre des membres partageant un savoir-faire affirmé en matière de communication réticulaire.

    24 Le corpus d’étude a été composé à partir du mot-clé « Dadvsi », de façon à ne conserver que les messages prenant part au débat sur le projet de loi, entre fin novembre 2005 et septembre 2006.

    25 [URL : http://artlibre.org/copyleft], consulté le 27 janvier 2014 ; [URL : http://creativecommons.fr/], consulté le 27 janvier 2014.

    26 Guillaume Champeau, « Macrovision lance une nouvelle version d’hawkeye » [en ligne], Numerama, 3 septembre 2005, [URL : http://www.numerama.com/magazine/2047-macrovision-lance-une-nouvelle-version-d-hawkeye.html], consulté le 11 novembre 2013 ; Guillaume Champeau, « BitTorrent : quel fake allez-vous télécharger ce soir ? » [en ligne], Numerama, 30 janvier 2007, [URL : http://www.numerama.com/magazine/3915-bittorrent-quel-fake-allez-vous-telecharger-ce-soir.html], consulté le 11 novembre 2013.

    27 Sophian Fanen, « Faire de Napster un service payant » [en ligne], Libération, 7 août 2013, [URL : http://www.liberation.fr/culture/2013/08/07/faire-de-napster-un-service-payant_923452], consulté le 11 novembre 2013.

    28 Alexandre Laurent, « Jaimelesartistes : le site qui vous explique Hadopi » [en ligne], Clubic, 31 octobre 2008, [URL : http://www.clubic.com/actualite-175036-jaimelesartistes-site-expliquer-hadopi.html], consulté le 11 novembre 2013.

    29 Nous faisons ici référence au Bitcoin, la monnaie décentralisée créée par Satoshi Nakamoto dont le cours a atteint 290 euros le 9 novembre 2013. Voir la présentation par la P2P Foundation [en ligne], [URL : http://p2pfoundation.net/Bitcoin?title=Bitcoin&oldid=78475], consulté le 4 février 2014.

    30 The Pirate Bay est le plus important site mondial d’échanges entre pairs fondé sur la technologie Torrent. Il compte environ 10 millions de connexions en permanence (Klose, 2013).

    31 Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication, 10 mai 2013 [URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/A-la-une/Culture-acte-2-80-propositions-sur-les-contenus-culturels-numeriques], consulté le 27 janvier 2014.

    32 Olivier Chicheportiche, « Le P2P ne fait plus recette, le streaming explose » [en ligne], ZDNet, 13 octobre 2009, [URL : http://www.zdnet.fr/actualites/le-p2p-ne-fait-plus-recette-le-streaming-explose-39709235.htm], consulté le 13 novembre 2013.

    33 Guillaume Champeau, « Le P2P explose après la fermeture de MegaUpload » [en ligne], Numerama, 25 janvier 2012, [URL : http://www.numerama.com/magazine/21393-le-p2p-explose-apres-la-fermeture-de-megaupload.html], consulté le 13 novembre 2013 ; Fabien Soyez, « Le retour du peer-to-peer » [en ligne], Owni, 21 février 2012, [URL : http://owni.fr/2012/02/21/le-retour-du-peer-to-peer/], consulté le 13 novembre 2013 ; Mathieu Chartier, « P2P : le trafic européen reste très élevé » [en ligne], PC World, 30 mai 2012, [URL : http://www.pcworld.fr/internet/actualites,p2p-trafic-europeen-reste-eleve,528377,1.htm], consulté le 13 novembre 2013.

    34 Netflix propose pour un abonnement d’environ 6 euros par mois de visionner de manière illimitée les contenus d’un catalogue de plus de 100 000 références. Cette offre n’est pas ou peu déployée en Europe pour différentes raisons administratives notamment. Voir Mathieu Chartier, « Trafic Internet : le P2P ralentit en Europe, Netflix cartonne aux USA » [en ligne], Pc World, 9 novembre 2012, [URL : http://www.pcworld.fr/internet/actualites,trafic-internet-analyse-sandvine-bittorrent-edonkey-p2p,533121,1.htm], consulté le 13 novembre 2013.

    35 « The Pirate cinema – A cinematic collage generated by P2P users » [en ligne], conçu par Nicolas Maigret [URL : http://thepiratecinema.com/], consulté le 11 novembre 2013.

    36 Piratbyrån, qui se traduit par « Le bureau du piratage », est une association défendant et promouvant la liberté de partage.

    37 Un tracker est un outil permettant de savoir où sont les « graines » (seeds) pour effectuer la mise en relation.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Vincent Mabillot, « La culture pirate et les usages du P2P », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5923 ; DOI : 10.4000/traces.5923

    Haut de page

    Auteur

    Vincent Mabillot

    maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © ENS Éditions

    Haut de page