Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

« Éco-pirates » : Paul Watson et l’organisation Sea Shepherd, trois décennies d’activisme en haute mer

Pierre-Marie Terral
p. 113-128

Texte intégral

  • 1 « Sea Shepherd considérée comme une organisation pirate », AFP, 27 février 2013.

1« Il n’est pas nécessaire d’avoir une jambe de bois ou un bandeau sur l’œil pour être un pirate. »1 Ces mots, prononcés le 25 février 2013, sont ceux d’un juge de la cour d’appel de San Francisco, dans le cadre d’une action en justice entreprise par la flotte baleinière japonaise à l’encontre de l’organisation écologiste Sea Shepherd, ce qui signifie littéralement « le berger des mers ». Les navires de cette organisation sillonnent les océans depuis la fin des années 1970, sous la conduite de son fondateur, Paul Watson, défendant les animaux marins contre la pratique de la pêche illégale au moyen d’opérations radicales. Au fil de celles-ci, le berger s’est progressivement mué en « pirate des mers ». L’emploi de cette dernière expression, dont la nécessaire précision peut sembler un pléonasme, permet de scruter l’évolution du sens conféré au vocable pirate depuis les années 1960.

2Voguant sur les eaux internationales, l’organisation pourchasse les baleiniers illégaux contre lesquels elle utilise des méthodes agressives, allant jusqu’à les éperonner. Au-delà du modus operandi, la réactivation de l’imaginaire pirate passe également par le décorum. Entouré de son équipage vêtu de noir, sur des navires de la même couleur dont le pavillon revisite le motif de la tête de mort, Paul Watson cultive une image du pirate mise en pratique lors d’affrontements filmés et largement diffusés sur Internet, la médiatisation faisant partie intégrante de la stratégie de l’organisation.

3Cette image se renforce encore alors qu’un mandat d’arrêt international le vise, en 2012, après sa fuite clandestine de l’Allemagne, où il avait été arrêté à la suite d’une action illégale en mer. L’affaire fait de Watson l’éco-activiste le plus connu de la planète. Cette soudaine exposition est l’occasion d’un retour sur les méthodes d’action et de communication de l’organisation Sea Shepherd, créée en 1981 aux États-Unis et jouissant d’une réelle notoriété dans les pays anglophones. Une antenne nationale a été installée en France en 2005, où l’organisation demeure assez méconnue. Alors que ce sujet n’a jamais donné lieu à étude universitaire en France, il s’agira de défricher ce terrain. Afin d’étudier les représentations produites sur cette association, ce travail puisera plus particulièrement aux sources de la presse quotidienne française et internationale, de la manière la plus exhaustive, tout en s’appuyant sur les documents émis par Sea Shepherd, en étayant ce socle par l’analyse d’ouvrages consacrés aux organisations environnementales et à la piraterie.

4Plus que la véracité d’une filiation historique, seront scrutés les modes d’insertion dans cette histoire mythologique et la mise en pratique de la notion de piraterie. Trois axes seront ainsi étudiés : une nécessaire plongée dans l’histoire de Sea Shepherd devant permettre d’examiner la genèse de la référence au pirate, on analysera ensuite le répertoire d’action utilisé en mer et enfin les usages médiatiques et mercatiques de cette mise en scène.

De la protestation à l’intervention, ou quand le berger des mers se fait pirate

5Comment devient-on pirate ? Cette question abrupte peut trouver une réponse à la lecture de l’itinéraire du fondateur de Sea Shepherd, Paul Watson. Légende pour les uns, partisans de l’homme d’action consacrant sa vie à la sauvegarde de la faune marine, il est une personnalité contestable et contestée pour d’autres, qu’ils soient favorables à la chasse au phoque ou à la baleine, ou, plus étonnamment, des écologistes optant pour des modes d’action plus modérés. Aîné de sept enfants, né le 2 décembre 1950 au Canada, il grandit dans un village de pêcheurs du Nouveau-Brunswick. Se disant militant écologiste depuis l’âge de 11 ans (Watson et Essemlali, 2012, p. 35), il navigue dès l’âge de 15 ans comme garde-côte. C’est à 18 ans que Paul Watson commence sa réelle carrière, celle d’activiste de la protection animale. En 1969, il participe à la genèse du Don’t Make a Wave Committee, luttant, au large de l’Alaska, contre les essais nucléaires en mer, un groupe à l’origine de la fondation de Greenpeace en 1971.

  • 2 Guillaume Launay, « Harpon entendeur… », Libération, 20 avril 2009.
  • 3 Anne-Sophie Mercier, « Le militant écologiste Paul Watson, prisonnier des mers », Le Monde, 14 sept (...)
  • 4 C’est la version défendue par Robert « Bob » Hunter (1941-2005), membre fondateur de Greenpeace, da (...)

6Adepte du storytelling, technique de communication consistant à instaurer un récit capable d’entraîner l’adhésion, Watson forge cette légende tout au long d’un parcours mué en saga frisant l’auto-mythification et dotée d’épisodes fondateurs. C’est le cas de la narration de la première campagne de Greenpeace pour la protection des baleines en 1975, où, à bord d’un canot pneumatique, il s’interpose entre un baleinier soviétique et un cachalot, atteint par un harpon. « J’ai vu dans cet œil qu’il comprenait ce qu’on faisait. Ma vie a changé »2, affirme celui qui aurait alors contracté une dette d’honneur. En mars 1977, il invite Brigitte Bardot sur la banquise canadienne pour protester contre la chasse aux blanchons, les jeunes phoques. L’action parvient à diffuser et à imprimer dans les consciences une image médiatique de cette pratique comme activité sanguinaire, la photographie de l’actrice et son « BB phoque » faisant le tour du monde. La même année, l’activiste est capturé par des chasseurs, perdant connaissance avant de se réveiller à bord d’un phoquier : « Ils m’ont traîné sur le pont dans le sang et la graisse de phoque, m’ont roué de coups de pied et craché dessus, ils m’ont écrasé la figure dans des peaux graisseuses et sanguinolentes. »3 C’est précisément pour avoir molesté un chasseur s’apprêtant à tuer un phoque que Greenpeace, jugeant ses positions trop extrémistes, l’écarte de son comité de direction en 19774.

7À la suite de cette scission, le Canadien est plus que jamais désireux de se consacrer à la sauvegarde de la faune marine, avec ses propres méthodes. C’est à Vancouver qu’il forme alors sa propre association, Earth Force, mouvement de résistance écologiste dont le bateau, baptisé Sea Shepherd, effectue sa première mission en 1979, au nom de l’organisation Fund for Animals. Puis apparaît la Sea Shepherd Conservation Society, officiellement fondée en 1981 aux États-Unis. Le caractère radical de ses méthodes inédites ne manque pas de poser la question de la fin et des moyens. Anciens frères d’armes, les membres de Greenpeace prennent leurs distances avec les activistes de Sea Shepherd dont ils considèrent que l’action donne une mauvaise image du combat écologiste et suscite le rejet de ses adversaires, tandis que Sea Shepherd conteste l’efficacité des méthodes de sa rivale.

8L’émergence de Sea Shepherd est concomitante avec la création, un an plus tôt aux États-Unis, d’Earth First ! qui signifie littéralement « la Terre d’abord ! », groupe environnemental radical luttant par le sabotage contre les coupes rases de forêts. Le logo de l’association représente une clé à molette et un marteau entrecroisés, son fondateur David Foreman se définissant comme « luddite », en référence aux tisserands anglais qui détruisaient des machines à tisser dans les premières décennies du xixe siècle. À la même époque, en 1982, Paul Watson crée un groupe secret de saboteurs à Vancouver, insérant des clous dans les arbres pour briser les chaînes des tronçonneuses et rendre ainsi périlleux le travail des bucherons.

9Ces actions s’inspirent des écrits du père spirituel des éco-guerriers américains (eco-warriors), l’écrivain Edward Abbey (1927-1989). Ce fils d’un fermier des Appalaches, écrivain de l’Ouest américain, contestataire et précurseur de la prise de conscience environnementale, reste connu pour son œuvre majeure, bible des écologistes radicaux, Le gang de la clef à molettes (2013), paru initialement en 1975, dans lequel il est l’un des premiers, sinon le premier à parler d’« éco-activisme ». Abbey a plus tard évoqué « capitaine Paul » en référence à Watson (Abbey, 2007, p. 395). La clef à molette (monkey wrench) devient le symbole de ce recours au sabotage écologique, entrecroisée avec un marteau dans le logo d’Earth First ! et intégrée au drapeau pirate que Sea Shepherd hisse sur la proue de ses navires : « Un drapeau noir avec une tête de mort et, au-dessus, au lieu des deux os habituels des drapeaux pirates, deux clefs à molette, avec le nom “Sea Shepherd” écrit dessus » (Watson, 1998, p. 326).

10Sea Shepherd comme Earth First ! plongent leurs racines dans le courant de l’« écologie profonde » (deep ecology) dont le philosophe norvégien Arne Næss (1912-2009) est considéré comme l’un des fondateurs. Aux États-Unis, ce courant trouve déjà sa source dans la pensée de John Muir (1838-1914), pionnier de la préservation, soit d’une protection totale de la nature sauvage, à l’opposé de la logique de la conservation, c’est-à-dire d’un usage précautionneux des ressources dans l’intérêt de l’homme. Derrière ces concepts ayant marqué l’histoire de la protection environnementale aux États-Unis, se dessine une opposition plus profonde encore entre anthropocentrisme et écocentrisme, cette dernière conception conférant à la nature une valeur intrinsèque, indépendamment de son utilité pour l’être humain. Selon Watson, la lutte en faveur des cétacés n’est pas subordonnée aux intérêts des humains : c’est en eux-mêmes et pour eux-mêmes qu’ils doivent être défendus.

11Dans l’imaginaire du mouvement écologiste, outre le phoque, l’importance de la baleine est majeure, tout particulièrement aux États-Unis. Avant de nourrir l’inconscient collectif et l’aura héroïque de ses chasseurs, au xviiie siècle, le plus gros mammifère marin alimente la croissance du pays. Les navires, obligés d’aller de plus en plus loin, à des milliers de milles marins des côtes, se muent progressivement en usines flottantes, pénétrant dans l’immensité du Pacifique pour des campagnes pouvant durer plusieurs années. La découverte du pétrole, au milieu du xixe siècle, sonne le glas de l’industrie de l’huile de baleine et, peu à peu, celle d’une activité qui prend officiellement fin, pour les États-Unis, en 1924. Ce retrait américain ne signifie pas pour autant la fin de l’industrie baleinière, qui s’intensifie au contraire dans le monde durant le xxe siècle. Dès le xixe siècle, une extinction de l’espèce est pourtant envisagée. Œuvre parue en 1851 et devenue majeure, Moby Dick d’Herman Melville, auteur ayant parcouru le Pacifique durant trois ans, n’éludait rien de la cruauté de la mise à mort du cétacé, même si ce dernier était alors jugé comme monstrueux.

  • 5 John Vidal, « Paul Watson : Sea Shepherd’s stern warrior defies Japanese whalers », The Observer, 1 (...)

12La lecture de l’œuvre de Jules Verne est également fondatrice pour Paul Watson qui use de cette référence lorsque au début de la décennie 1990 son organisation se dote d’un sous-marin offrant « de nouveaux avantages tactiques, dont le plus important serait l’attention des medias. L’idée serait de faire appel à la mythologie sous-marine traditionnelle et populaire : le sous-marin serait repeint en jaune et s’appellerait le Nautilus » (Watson et Essemlali, 2012, p. 387). Bercé de références littéraires, l’écologiste se rêve en héros de Vingt-mille lieues sous les mers (1869), œuvre qu’il cite fréquemment dans ses écrits : « Nemo comprenait que ce que les humains pensaient importait peu, parce que l’humanité était justement le problème. Son devoir était de préserver la faune marine de l’avarice des hommes. Je comprends cette philosophie et je l’ai vécue tous les jours de ma vie d’adulte. »5 Apparaît ici la question de l’impact de l’espèce humaine, trop nombreuse pour cohabiter avec les autres espèces de la planète. S’il se défend de misanthropie, Watson donne tout au moins une lecture radicale du malthusianisme :

La population humaine doit se stabiliser et si nous ne le faisons pas de manière volontaire, la nature s’en chargera pour nous. […] Je ne suis pas religieux mais je crois que les quatre cavaliers de l’Apocalypse seront les moyens qui vont servir à réduire notre population – famines, épidémies, guerres et troubles civils – ainsi que la perte de la capacité de charge planétaire. (Watson et Essemlali, 2012, p. 138)

13Avant même ces entretiens publiés en 2012, cette pensée a pu être rattachée au courant antihumaniste de l’écologie radicale, comme l’a fait l’académicien Jean-Christophe Rufin, mettant en scène des éco-guerriers manipulés par une mouvance réactionnaire dans son thriller, Le parfum d’Adam, dans la préface duquel il attaque avec virulence le leader de Sea Shepherd (2007).

  • 6 L’île Cocos, au large du Costa Rica, qui aurait inspiré Stevenson, est présentée par Watson comme s (...)
  • 7 « Grâce à Johnny Depp, les enfants nous adorent maintenant ! » déclare Paul Watson lors d’une confé (...)

14Sur ce point comme sur d’autres, l’organisation suit la ligne fixée par celui que ses équipages appellent avec déférence « capitaine ». Watson se plaît à arborer un uniforme généreusement galonné, scrutant la ligne d’horizon, au milieu des éléments déchaînés, pour habiter le personnage. Mais c’est davantage encore la légende du pirate, forgée au fil de combats dépeints comme homériques, qui tend à s’imposer. Féru de récits d’aventures maritimes, Watson n’ignore pas que, dans le xive chant de l’Odyssée, Ulysse apparaît sous les traits d’un pirate, faisant lui-même référence à la mythologie grecque en baptisant ses bateaux « flotte de Neptune ». C’est d’ailleurs davantage dans la mythologie de la piraterie que dans son histoire qu’il s’inscrit. Stevenson a donné ses lettres de noblesse au mythe de la piraterie en 1882 dans L’île au trésor6. Cette aura romanesque, incarnée à Hollywood par Errol Flynn et Burt Lancaster, est réactivée par les quatre films Pirates des Caraïbes, sortis sur les écrans entre 2003 et 2011. Le succès de la saga entretient, notamment auprès des plus jeunes7, le succès culturel du recours à la symbolique pirate, auquel s’ajoute en parallèle une dimension politique. Au tournant de l’an 2000, les méthodes radicales de Sea Shepherd entrent en résonance avec une contestation internationale dont l’apogée est le blocage du sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en novembre 1999, lors duquel les manifestants reprennent, au nom du bien commun, des techniques d’obstruction issues du répertoire de la désobéissance civile.

Des méthodes de corsaire : abordages et sabordages…

  • 8 « Les écologistes contre les baleiniers pirates », Le Monde, 27 juillet 1979.

15Le capitaine a ses faits d’armes, qu’il s’agisse d’opérations commando conduites dans les ports pour couler les bateaux ou d’actions en haute mer à l’encontre de navires de pêche illégaux, provoquant de véritables scènes de batailles navales. Cette radicalité tranche avec le cliché de l’écologiste baba-cool, sédimenté durant la décennie 1970. C’est à partir de la fin de celle-ci que la nouvelle organisation non gouvernementale (ONG) se signale par des actions totalement inédites, revendiquant au total le sabotage d’une demi-douzaine de navires. À la barre du Sea Shepherd, Paul Watson envoie par le fond le « baleinier pirate » Sierra, éperonné le 16 juillet 1979 à l’entrée d’un port portugais8. C’est le premier acte de cette envergure dans le domaine de la lutte écologiste. Alors que la justice décide que son propre bateau doit faire office de dédommagement, le Canadien préfère qu’une de ses équipes le saborde plutôt que de le voir transformé en baleinier. Quant au Sierra, qui a été renfloué, une bombe déposée à son bord met définitivement fin à sa carrière le 6 février 1980. Au mois d’avril suivant, deux baleiniers espagnols sont également coulés.

  • 9 Christophe Agnus, « Robin des Mers et les baleines », L’Express, 21 juillet 1994. Le terme « conser (...)

16En 1986, la commission baleinière internationale décide d’une interdiction mondiale de la chasse à la baleine. Forte de cette décision, l’organisation poursuit sa traque des hors-la-loi pêchant des espèces protégées, coulant alors deux baleiniers islandais dans le port de Reykjavik. « Nous ne sommes pas des terroristes, mais des conservateurs. Nous faisons appliquer les lois internationales sur la pêche que vos bateaux ne respectent pas »9, vient-il déclarer, deux ans plus tard, dans la capitale islandaise où il demande à être arrêté, avant d’en être expulsé manu militari.

  • 10 Ibid.

17Ces actions lui valent des démêlés judiciaires. Pour avoir envoyé par le fond, en 1992, un navire de la Norvège pêchant illégalement le requin, il est condamné deux ans plus tard pour sabotage par ce pays, vers lequel les Pays-Bas, qui l’emprisonnent soixante jours, refusent son extradition. Watson est également en délicatesse avec son pays d’origine, le Canada, qui l’arrête en 1993 par suite d’actions contre des bateaux au large de Terre-Neuve, et le juge l’année suivante pour obstruction à la pêche. À cette époque, la volonté est d’impressionner les adversaires, tout en se fixant des limites. « Nous donnons l’illusion de la violence, mais nous ne blessons jamais personne. Nous ne devons pas le faire. »10 L’atypique Sea Shepherd se définit comme une organisation d’intervention et non de protestation, recourant à l’action directe et critiquant les choix d’autres ONG usant de campagnes de sensibilisation jugées trop consensuelles.

18Lorsque Watson travaille en accord avec les autorités locales, son action prend les traits de celle du corsaire. Dans l’histoire, celui-ci prend place à bord d’un navire civil armé, qu’une lettre de marque autorise à faire la course, d’où le mot de corsaire, et peut en temps de guerre attaquer un bateau, en particulier à vocation commerciale, battant pavillon d’un État adverse. Si un tel rapprochement peut paraître hardi, il est justifié au regard de certaines actions. Ainsi, Sea Shepherd patrouille aux Galápagos, archipel du Pacifique classé au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 2000 et la signature avec les autorités équatoriennes d’une convention de protection de la biodiversité l’autorisant à passer à l’action. Cette intervention est parvenue à réduire le nombre de navires braconniers pêchant illégalement les requins pour faire commerce de leurs ailerons. Pourtant, hormis cette collaboration, c’est la plupart du temps face aux États que se dresse l’organisation, comme c’est le cas durant une décennie 2000 émaillée de campagnes contre les baleiniers, nourrissant la comparaison avec le pirate. Paul Watson écume les eaux de l’Antarctique à la tête de sa flotte, esquivant les icebergs, pour traquer, débusquer, semoncer, voire éperonner les baleiniers japonais.

19Sea Shepherd, combien de divisions ? En 1994, quinze ans après sa création, ses troupes s’élèvent à 28 000 membres, l’association salariant seulement une assistante, quand Watson vit de conférences et de droits d’auteur. Quinze ans plus tard, en 2009, elle demeure une petite structure, dotée seulement d’une trentaine de permanents et revendique cent mille adhérents dans le monde, soit environ trente fois moins que Greenpeace. L’argent est le nerf de la guerre marine, permettant de financer les campagnes. Le budget est ainsi en constante augmentation, atteignant 8 millions de dollars en 2009 et 11 millions en 2013. Les actions sont financées par environ soixante mille donateurs répartis à travers le monde. En 2013, ses équipages regroupent au total cent vingt personnes de vingt-quatre nationalités différentes, y compris japonaise, le Japon demeurant l’un des pays baleiniers les plus actifs. Cette diversité contribue à la diffusion internationale des images des campagnes. L’ONG dispose, depuis 2006, d’une antenne française. Celle-ci, présidée par Lamya Essemlali, est aujourd’hui la première en Europe et la troisième dans le monde. Une centaine de bénévoles réguliers se répartissent en treize groupes locaux.

20Au sein de Sea Shepherd, dont le schéma organisationnel est vertical, « les adhérents n’ont aucun droit particulier »11 et sont considérés comme des donateurs ; le pouvoir de Paul Watson, président en titre de toutes les antennes nationales de Sea Shepherd, pouvant sembler absolu. Les ordres sont donnés par Paul Watson, seul maître à bord, indispensable au fonctionnement de cette « autocratie bordélique privilégiant les actions de commando »12, comme la décrit un journaliste du Point embarqué à bord de la flotte en 2010. Ce que confirme le leader charismatique de l’ONG : « Les navires n’ont jamais été dirigés de manière démocratique, c’est cette règle qui nous a permis de rester fidèles à notre esprit d’origine et de ne pas diluer dans la compromission notre âme combative. »13 Cette dernière allusion est une pique destinée à Greenpeace dont Watson, ancien membre, critique l’embourgeoisement et la bureaucratisation :

La vraie différence est que la Sea Shepherd n’hésite pas à détruire des objets matériels pour protéger la vie, alors que Greenpeace a regardé des baleines, des phoques et d’autres espèces mourir sans prendre de mesures pour neutraliser les machines meurtrières. Nos actions révèlent leur inactivité relative. Notre capacité à agir rapidement expose leur inertie bureaucratique. (Watson et Essemlali, 2012, p. 350)

  • 14 Le terme d’éco-guerrier est ainsi mentionné dans le sous-titre du livre de Paul Watson publié en Fr (...)

21Comme au temps des pirates, tout semble permis dans l’océan, où la force de la loi paraît perdre de sa vigueur en s’éloignant des côtes pour se dissoudre dans l’immensité. Invoquant des lois fondamentales de la nature à ne pas bafouer, Watson dit toutefois agir au nom du droit, aucun organisme officiel ne faisant respecter la réglementation de la pêche dans les eaux internationales. Comblant un vide, l’association s’érige elle-même en justicière, fondant la justesse de son activisme sur la morale et le légitimant par le bon droit qu’elle estime de son côté. Face aux braconniers, le combat est doté d’une dimension manichéenne. Ce statut d’éco-guerrier, revendiqué et mis en scène14, passe par l’utilisation d’une sémantique guerrière : « 30 ans sur le front » est ainsi le titre d’une vidéo diffusée sur la toile par l’organisation, dont les campagnes ont des noms de code agressifs (Vent divin, Tolérance zéro…).

22Se prévalant de la « non-violence active », Sea Shepherd use en effet de méthodes de combat recourant à l’abordage et au sabordage. Ses adversaires sont les États favorables à la pêche intensive, comme la Norvège et le Canada, ce dernier se saisissant de l’un des brise-glace de Sea Shepherd en 2008, mais avant tout le Japon qui, pour contourner le moratoire sur la pêche commerciale des baleines, la pratique sous couvert de programmes scientifiques. Au cours de ses campagnes australes, l’organisation donne la chasse à la flotte baleinière japonaise qu’elle traque sur plusieurs dizaines de milliers de milles marins avant de fondre sur elle à l’aide de son vaisseau amiral, le Steve Irwin, long de 56 mètres, sur lequel est embarqué un hélicoptère de reconnaissance. L’escadre pirate monte en puissance, les opérations étant menées à partir de 2011 au moyen de trois navires permettant d’assurer un harcèlement diurne et nocturne des chasseurs de cétacés. L’action des activistes vise à entraver leur progression et à s’interposer entre le gigantesque bateau-usine et les navires harponneurs chargés de l’approvisionner. Ces derniers peuvent être mis hors service en endommageant le système de propulsion par des pièges à hélices faits de cordes effilochées ou de câbles. Ils sont parfois également éventrés à l’aide d’un éperon télescopique géant, « l’ouvre-boîte », fixé à l’avant du bateau et destiné à percer les coques pour y créer une voie d’eau, de la même manière que les pieux métalliques soudés sur son étrave.

  • 15 Guillaume Launay, « Harpon entendeur… », Libération, 20 avril 2009.

23Alors que des fils de fer barbelés sont occasionnellement déployés pour éviter toute intrusion à bord, fût-ce celle de gardes-côtes comme en 2002 au Costa-Rica, les techniques d’abordage visent la coque, mitraillée à la peinture rouge, mais surtout le pont du navire, cible de bombes fumigènes et d’une « guerre chimique biologique » consistant en un bombardement de bouteilles d’acide butyrique, sorte de beurre rance à l’odeur très forte pouvant polluer la viande de baleine qui serait déchargée15.

  • 16 Paul Watson, Le dernier pirate, Pathé, 2012, 85 min.

24L’objectif est de couler économiquement la flotte baleinière japonaise en sabotant ses prises. Celles-ci n’atteignent que 17 % du quota en 2011, 26 % en 2012 et 10 % du quota auto-attribué en 2013, soit 110 cétacés. En présence d’enjeux économiques colossaux, le Japon fait pression, pour compliquer l’action de l’organisation, sur les pays en capacité d’enregistrer ses navires. « Les Japonais ont convaincu Belize, dernier lieu d’enregistrement, de nous retirer notre pavillon, ce qui fait qu’officiellement nous sommes un bateau pirate. Ils s’en servent pour menacer de nous attaquer », explique Watson16. En effet, un bateau ne portant pas de pavillon, tel le brise-glace Farley Mowat à la fin de l’année 2006, est considéré en termes juridiques comme pirate, pouvant alors être arraisonné et son équipage appréhendé. La convention des Nations unies sur le droit de la mer, signée en 1982, définit la piraterie comme un acte illicite de violence par des passagers d’un navire agissant à titre privé dans un but de lucre contre un autre navire en haute mer.

25L’adversaire japonais peut recourir à des méthodes illicites pour protéger son activité, comme lorsqu’en 2010 le navire d’interception Ady Gil, trimaran futuriste de Sea Shepherd d’un coût d’1,5 million de dollars, est percuté et coulé par le baleinier nippon Shonan Maru. La décision du capitaine de Sea Shepherd, Pete Bethune, d’aborder le navire, lui vaut d’être arrêté et emprisonné au Japon qui l’accuse d’intrusion, d’entrave à l’activité économique et de hooliganisme.

26Comme dans l’imaginaire pirate, les notions de vie et de mort sont omniprésentes dans le discours de l’organisation dont les actions s’avèrent parfois très risquées. C’est cette fois à des pirates au sens strict du terme que Sea Shepherd est confronté en 2011, au large de la Corne de l’Afrique, dans le périlleux passage du golfe d’Aden vers la mer Rouge. Le Steve Irwin y échappe à l’arraisonnement par des bandits somaliens, grâce à la peinture camouflage de sa coque lui donnant l’allure d’un navire patrouilleur. En effet, l’association repeint et rebaptise fréquemment ses navires, pour éviter qu’ils soient reconnus par les braconniers. Cette méthode permet également de relancer l’intérêt porté à ses campagnes. Celle de l’hiver 2012-2013, destinée à interrompre l’activité de chasse baleinière japonaise, est la plus importante de l’histoire de Sea Shepherd, s’appuyant sur quatre navires, le Steve Irwin, le Bob Barker, le Sam Simon et le Brigitte Bardot, ainsi qu’un hélicoptère et trois drones venant renforcer la panoplie guerrière.

  • 17 France Info, 16 février 2013.

27« J’ai décidé de passer du côté obscur de la force », se réjouit Jean-Yves Terlain, alors qu’il hisse le pavillon noir de Sea Shepherd sur son bateau17. Le skipper fait de son Colombus le navire ambassadeur de l’ONG en Europe, n’ayant pas vocation à prendre part à la flotte d’intervention mais à sensibiliser le public et convaincre des partenaires financiers, notamment par sa présence lors de manifestations comme le départ du dernier Vendée Globe. C’est le signe d’une autre facette de l’organisation connue pour ses interventions musclées, mais également soucieuse de respectabilité et désireuse de renforcer sa présence dans l’hémisphère Nord, au plus près des donateurs.

L’utilisation médiatique et marketing de la légende de pirate

  • 18 Thomas Penny, « The 21st century pirate », Daily Mail, 30 juin 2000. Nous traduisons.

28Le « pirate du xxie siècle, nouveau visage de la contestation de l’environnement en haute mer », écrit le Daily Mail en l’an 200018. Au-delà du répertoire d’action, l’identification de Paul Watson à la figure du pirate s’affiche par un certain nombre de signes symboliques. Du pirate, il a la tenue noire, rehaussée par sa chevelure blanche. Noirs également les bateaux aux lignes agressives, sur lesquels sont peintes des dents féroces à la proue, tandis que les noms et étendards des navires percutés ou coulés sont inscrits sur un tableau de chasse, fièrement exhibé sur les flancs des navires comme l’OceanWarrior. Noirs enfin leurs étendards, comme ceux des flibustiers conjurant la mort.

29Une tête de mort ornée d’un dauphin et d’un cachalot, sous laquelle se croisent un trident et une crosse de berger sur fond noir. C’est sous ce pavillon pirate revisité, logo de l’association, que voguent les bateaux de Sea Shepherd, ce sigle ayant succédé à l’originel, plus pacifique, représentant un cétacé comme l’explique son créateur :

C’est parce qu’on nous traitait de pirates que j’ai pris comme modèle le drapeau pirate et que je l’ai redessiné pour représenter les valeurs que nous défendons. La crosse de berger et le trident de Neptune qui se croisent symbolisent la protection de la vie dans les océans et notre détermination à lutter pour les droits des animaux marins à survivre et à être libres de rester ce qu’ils sont dans la mer. La tête de mort représente la mort que l’humanité sème dans les océans et la baleine et le dauphin formant le symbole du yin et du yang symbolisent notre désir de restaurer l’équilibre marin et de rétablir la grâce du dauphin et la sagesse de la baleine.19

30En arborant le Jolly Roger, nom donné au drapeau pirate dans le monde anglophone, les membres de Sea Shepherd ont fini par décider d’assumer les mauvaises intentions qu’on leur prête. Ce regain d’intérêt pour cette figure s’inscrit dans un mouvement plus large, lié à l’affirmation d’une nouvelle conception du pirate par la génération altermondialiste. C’est plus particulièrement le cas des autonomes radicaux organisés en black blocks lors des manifestations antimondialisation, pour lesquels le drapeau pirate devient un emblème faisant rimer liberté et illégalité. Ceux-ci ont pour livre de référence T.A.Z. The Temporary Autonomous Zone, publié aux États-Unis en 1991. L’auteur de cet ouvrage est Hakim Bey, Peter Lamborn Wilson de son vrai nom, dont le pamphlet s’ancre dans l’histoire des utopies pirates des xviie et xviiisiècles, dont il est spécialiste. Certes, il est possible d’objecter à l’image du pirate libertaire que l’invocation d’une contre-société pirate procède très largement d’une idéalisation et d’une reconstruction. Si les flibustiers vivaient en marge de la société, c’est qu’ils en avaient souvent été mis à l’écart, relégués dans la pauvreté. Il est toutefois indéniable qu’à l’époque moderne, « la piraterie américaine revêt un caractère original car elle devient une piraterie sociale » (Jacquin, 2002, p. 66). Cette dimension d’alternative influence également Watson qui revisite l’histoire de la flibuste dont il ne retient que la légende dorée. Au milieu des années 1990, sa compagne, Lisa Distefano, affirme descendre du corsaire français Jean Lafitte, l’un des héros de la piraterie. Désireux d’incarner le bon pirate, l’activiste s’inscrit lui-même dans une lignée anglo-américaine afin de légitimer et d’enjoliver son action :

  • 20 « Pirates ! » [en ligne], ibid.

Après tout, ce n’est pas la marine britannique qui a mis fin à la piraterie aux Caraïbes au xviie siècle. Le mérite en revient à Henry Morgan, un pirate. Et c’est le pirate Jean Lafitte qui a défendu la Nouvelle-Orléans avec Andrew Jackson en 1814. C’est le pirate John Paul Jones qui a fondé la marine américaine et la marine russe, il y a deux siècles. Ce sont les pirates Sir Francis Drake et Sir Walter Raleigh qui ont servi Sa Majesté la reine Élisabeth I avec une grande distinction. En un mot, les pirates obtiennent des résultats concrets sans formalités bureaucratiques.20

31Un rapprochement similaire est fait par l’avocat américain en droit de l’environnement Robert F. Kennedy Jr, lors de sa défense de Sea Shepherd en 2012 :

  • 21 « La Cour d’appel du 9ème Circuit rend un arrêt en faveur des baleiniers japonais » [en ligne], [UR (...)

Nous avons une longue et fière histoire de lutte en mer contre la piraterie, commencée en 1805 lorsque Thomas Jefferson a envoyé la marine nationale à Tripoli pour soumettre les pirates barbaresques. Nous devrions remettre des lettres de marque à Paul Watson en guise de soutien et de reconnaissance de la grande valeur de ses actions pour notre pays et pour toute la communauté internationale, pour son combat contre une organisation pirate qui viole les lois internationales.21

  • 22 « Les écologistes contre les baleiniers pirates », Le Monde, 27 juillet 1979.
  • 23 Le  Monde 2, no 26, supplément au Monde n18493, 11 juillet 2004.
  • 24 « Le pirate de l’Antarctique », Le Point, 31 janvier 2008.
  • 25 « La cavale de Paul Watson, le pirate qui parlait aux baleines » [en ligne], [URL : http://tempsree (...)

32Ainsi, dans une curieuse acception à géométrie variable, le terme pirate reste accolé aux adversaires, tout en étant également désormais revendiqué. Ce retournement du sens s’observe aussi dans l’usage qu’en fait la presse. C’est le cas du Monde, citant en 1979 Paul Watson comme un « écologiste contre les baleiniers pirates »22, avant de le qualifier de « pirate écolo »23, un quart de siècle plus tard. C’est au cours de la décennie 2000 que s’impose la référence aux « Pirates de la compassion »24 (Pirates of compassion), expression utilisée par l’organisation et fréquemment reprise par les médias. La personnalisation du mouvement est forte et c’est donc le plus souvent au singulier qu’est évoqué ce terme sur le registre du « pirate au grand cœur ». « Le pirate qui parlait aux baleines », titre Le Nouvel Observateur en décembre 201225, illustrant également un recours à la fréquente déclinaison d’« éco-pirate » ou de « pirate écolo » qu’affectionne la presse.

  • 26 En 2011, l’affaire WikiLeaks révèle l’ampleur de la menace que représente Sea Shepherd pour les act (...)
  • 27 Gillian Kendall, « Pirate with a cause. Paul Watson’s crusade to protect marine wildlife », The Sun(...)
  • 28 « Le pirate de l’Antarctique », Le Point, 31 janvier 2008.

33Outre l’efficacité tactique des méthodes qui lui sont rattachées26, l’appel à l’imaginaire pirate correspond indiscutablement à un positionnement stratégique vis-à-vis des donateurs, et notamment des plus jeunes d’entre eux. « Quand les gens ont commencé à nous appeler pirates, nous avons conçu notre propre drapeau de pirate et il s’est avéré être notre logo de marketing le plus réussi. Bien sûr, les baleiniers sont les vrais bandits, mais parfois il faut un pirate pour arrêter un pirate. »27 Et d’ajouter : « Depuis que nous arborons le pavillon des pirates, du monde entier des mômes nous écrivent pour nous soutenir. »28 Les grandes causes non marchandes nécessitent beaucoup d’argent et le logo pirate est ainsi au cœur du merchandising, estampillé sur des objets tels les T-shirts.

34Pour l’installer dans les consciences, l’organisation insiste elle-même sur ce terme dans les productions cinématographiques produites à son propos, à l’image de Pirate for the Sea de Ron Colby en 2008. Paul Watson est également le héros du film Le dernier pirate sorti en 2009. Quant à The Eco-pirate. Story of Paul Watson en 2011, l’affiche le représente vêtu de noir devant un baleinier sombrant dans les flots après qu’il a été éperonné par le Steve Irwin. Il en est de même au rayon littérature avec la parution, en 2012, d’Entretien avec un pirate, livre coécrit avec Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France.

35De ses études de communication, Watson a gardé un goût de la formule éprouvé dans de multiples conférences à travers le monde. Son sens de la mise en scène de la confrontation lui permet de valoriser également le soutien de célébrités hollywoodiennes comme Martin Sheen ou Sean Penn. L’illustration peut encore en être trouvée lorsque Pamela Anderson se mue en naïade pirate en combinaison noire pour lancer en novembre 2012, à Los Angeles, le départ de la campagne vers l’Antarctique à bord du navire Brigitte Bardot.

  • 29 Conférence de Paul Watson, Paris, 31 mars 2012.
  • 30 Le titre « Les guerriers de McLuhan » est ainsi donné à un chapitre de l’ouvrage de Paul Watson et (...)

36C’est le signe de recettes médiatiques inchangées depuis la visite de l’actrice française sur la banquise. Ses ingrédients de base sont « le sexe, le scandale, la violence et la célébrité » indispensables selon Watson pour qu’une information attire l’attention des mass media29. Le Canadien se veut le disciple de l’un de ses compatriotes, le théoricien de la communication Herbert Marshall McLuhan (1911-1980), dont l’idée maîtresse se résume à la phrase « le média est le message »30. C’est plus particulièrement le cas de l’image filmée, Watson considérant la caméra comme la première arme de tout combat moderne. Les activistes de Sea Shepherd donnent une tournure spectaculaire à leurs actions en dramatisant le conflit avec les chasseurs de cétacés. Les vidéos des assauts spectaculaires contre les baleiniers dans l’Antarctique font le tour du monde, à la manière de cette scène tournée en janvier 2008, durant laquelle les coups de feu tirés d’un navire japonais en direction du capitaine Watson atteignent son gilet pare-balles.

37Alors que Paul Watson est passé maître dans l’art de concevoir une image médiatique, son produit le plus abouti est la série télévisée Whale Wars, « les guerres de la baleine », diffusée depuis 2008 par la chaîne américaine Animal Planet. Son impact sur l’opinion est certain, en termes de popularité, et explique en grande partie l’augmentation de 50 % du budget 2009 de Sea Shepherd grâce aux donations. Conçu à la manière d’un reality show, dont certaines scènes sont retournées, le programme, usant du spectaculaire terme pirate dans ses intitulés, permet à l’organisation d’attacher le fond du message à la forme distrayante des aventures épiques d’équipages tout de noir vêtus.

38La communication est un enjeu majeur pour se démarquer des autres ONG. Les festivités prévues pour le 35e anniversaire de Sea Shepherd durant le Festival de Cannes sont gâchées par l’arrestation de son capitaine à Francfort le 13 mai 2012. L’« affaire Watson » fait suite à la réouverture en octobre 2011 d’un vieux dossier judicaire par le Costa Rica, reprochant une violation du droit maritime datant de 2002 où, lors du tournage du film Les Seigneurs de la mer, il aurait mis en danger un équipage capturant les requins pour couper leurs ailerons, illégalement expédiés en Asie. Le 22 juillet 2012, Watson fuit clandestinement l’Allemagne où il est assigné à résidence. Placé sur la liste rouge d’Interpol, le capitaine parvient à rejoindre les Pays-Bas d’où il embarque à bord d’un voilier traversant l’Atlantique et le Pacifique pour y orchestrer son retour sur l’un de ses navires.

  • 31 « Pirate ruling irrelevant : Sea Shepherd », The Australian, 27 février 2013. Nous traduisons.
  • 32 Jean-Paul Pancracio, « Abordage volontaire et piraterie » [en ligne], [URL : http://blogs.univ-poit (...)

39« Je suppose que cela me met dans le même bateau que Johnny Depp. »31 Cette référence au héros du film Pirate des Caraïbes est avancée par Paul Watson depuis les eaux internationales, alors qu’un juge américain a qualifié au début de l’année 2013 l’organisation de pirate, après une action en justice japonaise. Cette décision judiciaire américaine est « une application quelque peu abusive de la notion d’acte de piraterie », tempère Jean-Paul Pancracio, spécialiste de droit maritime32. Cette décision donne à l’Institut de recherche sur les cétacés (IRC), dépendant du Japon et contre lequel Sea Shepherd retourne l’accusation de piraterie, la possibilité de poursuivre ses actions en justice.

  • 33 Paul Watson, « Les défenseurs de l’environnement sont considérés comme des terroristes potentiels » (...)
  • 34 De fait, il s’agit dans le même temps pour l’association de conserver aux États-Unis son statut car (...)

40Ainsi, le maniement de la notion de pirate par Watson, qui a semblé porter ses fruits en renforçant l’attractivité de son organisation, s’avère par contre infamant lorsqu’il émane de la justice. Cette question rebondit encore lorsqu’une action menée par Greenpeace en Russie en septembre 2013 contre une base pétrolière vaut aux militants d’être accusés de piraterie. « La justice russe s’est basée sur l’opinion d’un juge américain qui me qualifiait de pirate pour attaquer à son tour Greenpeace pour des faits de piraterie », estime alors Watson33, essayant de se replacer au centre du jeu, tout en affirmant de manière inhabituelle sa solidarité avec une ONG dont il ne peut alors décemment plus critiquer l’inaction. Mais, plus largement, alors que la criminalisation des actions des éco-guerriers conduit à les considérer, aux États-Unis notamment, comme une menace terroriste majeure, le choix stratégique de s’autoproclamer pirate et d’agir comme tel, qui est celui de Sea Shepherd, peut s’avérer particulièrement périlleux et semble porter en lui ses propres limites34.

41La question ne manquera pas de se poser et il sera particulièrement intéressant d’étudier les processus par lesquels Sea Shepherd s’émancipera à l’avenir de la tutelle de son omnipotent fondateur, contraint de se mettre en retrait de Sea Shepherd États-Unis au début de l’année 2013 pour des raisons légales, alors que la structure demeure incontestablement l’une des organisations écologistes légales les plus radicales au monde.

Haut de page

Bibliographie

Abbey Edward, 2007, Le retour du gang de la clef à molette, Paris, Gallmeister.
— 2013, Le gang de la clef à molette, Paris, Gallmeister.

Hunter Robert, 1980, The Greenpeace Chronicle, Londres, Pan Books.

Jacquin Philippe, 2002, Pirates et flibustiers, Paris, Gallimard.

Jezo-Vannier Steven, 2013, Contre-culture(s), des Anonymous à Prométhée, Marseille, Le Mot et le Reste.

Rufin Jean-Christophe, 2007, Le parfum d’Adam, Paris, Flammarion.

Scarce Rik, 2005, Eco-warriors : Understanding the Radical Environmental Movement, Walnut Creek, Left Coast Press.

Watson Paul, 1998, Au nom des mers. Les confessions d’un éco-guerrier, Paris, Pré aux Clercs.

Watson Paul et Essemlali Lamya, 2012, Entretiens avec un pirate, Paris, Glénat.

Haut de page

Notes

1 « Sea Shepherd considérée comme une organisation pirate », AFP, 27 février 2013.

2 Guillaume Launay, « Harpon entendeur… », Libération, 20 avril 2009.

3 Anne-Sophie Mercier, « Le militant écologiste Paul Watson, prisonnier des mers », Le Monde, 14 septembre 2012.

4 C’est la version défendue par Robert « Bob » Hunter (1941-2005), membre fondateur de Greenpeace, dans son histoire de l’organisation (Hunter, 1980, p. 27). Dans sa biographie officielle, Watson affirme quant à lui qu’il a quitté Greenpeace parce qu’il était en désaccord avec la passivité des méthodes de protestation (Watson, 1998, p. 348).

5 John Vidal, « Paul Watson : Sea Shepherd’s stern warrior defies Japanese whalers », The Observer, 10 janvier 2010. Nous traduisons.

6 L’île Cocos, au large du Costa Rica, qui aurait inspiré Stevenson, est présentée par Watson comme son lieu favori sur la planète.

7 « Grâce à Johnny Depp, les enfants nous adorent maintenant ! » déclare Paul Watson lors d’une conférence à Paris, le 31 mars 2012.

8 « Les écologistes contre les baleiniers pirates », Le Monde, 27 juillet 1979.

9 Christophe Agnus, « Robin des Mers et les baleines », L’Express, 21 juillet 1994. Le terme « conservateurs » traduit ici conservationists, qu’il faudrait plutôt traduire par « protecteurs » ou « défenseurs ».

10 Ibid.

11 Voir [URL : http://www.seashepherd.fr/France], consulté le 21 janvier 2014.

12 Frédéric Lewino, « Carnet de Bord - Et vogue la galère » [en ligne], [URL : http://www.lepoint.fr/actu-science/carnet-de-bord-et-vogue-la-galere-12-06-2010-465928_59.php], consulté le 21 janvier 2014.

13 Anne-Sophie Mercier, « Le militant écologiste Paul Watson, prisonnier des mers », Le Monde, 14 septembre 2012.

14 Le terme d’éco-guerrier est ainsi mentionné dans le sous-titre du livre de Paul Watson publié en France en 1998, Au nom des mers. Les confessions d’un éco-guerrier.

15 Guillaume Launay, « Harpon entendeur… », Libération, 20 avril 2009.

16 Paul Watson, Le dernier pirate, Pathé, 2012, 85 min.

17 France Info, 16 février 2013.

18 Thomas Penny, « The 21st century pirate », Daily Mail, 30 juin 2000. Nous traduisons.

19 « Pirates ! » [en ligne], [URL : http://www.seashepherd.fr/news-and-media/editorial-110708-1.html], consulté le 21 janvier 2014.

20 « Pirates ! » [en ligne], ibid.

21 « La Cour d’appel du 9ème Circuit rend un arrêt en faveur des baleiniers japonais » [en ligne], [URL : www.seashepherd.fr/news-and-media/news-130227-1.html], consulté le 21 janvier 2014.

22 « Les écologistes contre les baleiniers pirates », Le Monde, 27 juillet 1979.

23 Le  Monde 2, no 26, supplément au Monde n18493, 11 juillet 2004.

24 « Le pirate de l’Antarctique », Le Point, 31 janvier 2008.

25 « La cavale de Paul Watson, le pirate qui parlait aux baleines » [en ligne], [URL : http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20121224.OBS3492/la-cavale-de-paul-watson-le-pirate-qui-parlait-aux-baleines.html], consulté le 21 janvier 2014.

26 En 2011, l’affaire WikiLeaks révèle l’ampleur de la menace que représente Sea Shepherd pour les activités baleinières japonaises. Un document secret du département d’État américain publié par WikiLeaks, cité dans le journal espagnol El Pais, nomme le directeur général adjoint du Département japonais de la pêche, mettant en cause « le harcèlement de la Sea Shepherd Conservation Society empêchant la flotte baleinière japonaise d’atteindre ses quotas ces dernières années », Rafael Mendez, « Pacto fallido entre EE UU y Japón para reducir la caza de ballenas », El Pais, 2 janvier 2011. Nous traduisons.

27 Gillian Kendall, « Pirate with a cause. Paul Watson’s crusade to protect marine wildlife », The Sun, octobre 2011.

28 « Le pirate de l’Antarctique », Le Point, 31 janvier 2008.

29 Conférence de Paul Watson, Paris, 31 mars 2012.

30 Le titre « Les guerriers de McLuhan » est ainsi donné à un chapitre de l’ouvrage de Paul Watson et Lamya Essemlali (2011).

31 « Pirate ruling irrelevant : Sea Shepherd », The Australian, 27 février 2013. Nous traduisons.

32 Jean-Paul Pancracio, « Abordage volontaire et piraterie » [en ligne], [URL : http://blogs.univ-poitiers.fr/jp-pancracio/2013/03/13/abordage-volontaire-et-piraterie/], consulté le 21 janvier 2014.

33 Paul Watson, « Les défenseurs de l’environnement sont considérés comme des terroristes potentiels », Le Monde, 13 novembre 2013.

34 De fait, il s’agit dans le même temps pour l’association de conserver aux États-Unis son statut caritatif et la possibilité de déductions fiscales dont bénéficient les donateurs, avantages ayant fait l’objet de pressions du Japon décidé à obtenir leur remise en cause : « Le militant écologiste Paul Watson prisonnier des mers », Le Monde, 14 septembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marie Terral, « « Éco-pirates » : Paul Watson et l’organisation Sea Shepherd, trois décennies d’activisme en haute mer », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5946 ; DOI : 10.4000/traces.5946

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Terral

docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de Montpellier (CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page