Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Piratage, créativité et infrastructure : repenser l’accès à la culture

Lawrence Liang
Traduction de Samuel Hayat et Camille Paloque-Bergès
p. 183-202

Texte intégral

Prologue : Il était une fois à Malegaon

  • 1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « Piracy, creativity and infrastructure : rethinking access to (...)
  • 2 N.d.t. Médias est ici entendu au sens large, comme dans le reste de l’article : médias et médiatiqu (...)

1À environ huit heures de route des lumières de la capitale financière et cinématographique, Bombay, se trouve une ville quelconque, Malegaon1. […] Récemment, elle est devenue le centre d’une industrie du film parallèle, qui produit à tour de bras des remakes de succès de Bollywood, en les contextualisant de manière à traiter de questions locales et à satisfaire les goûts locaux. […] Les habitants, travaillant dans une variété de petites industries, sont employés comme acteurs à mi-temps, et les films essaient de rester aussi fidèles que possible à l’original, y compris en termes d’angle de prise de vue, d’éclairage, etc. Évidemment, il est difficile de copier un film à grand budget de Bollywood dans une petite ville comme Malegaon ; la bande de Malegaon a donc dû apprendre à « s’ajuster » et à innover en utilisant les ressources locales pour recréer ces films. […] Ce phénomène est très similaire à l’apparition de Nollywood. Nollywood est le nom de l’industrie du film au Nigeria (produisant des films en hausa, en anglais et en yoruba), qui s’est développée par appropriation et relocalisation créative de films de Bollywood. Ce qui est remarquable dans l’ascension de Nollywood, c’est qu’elle a eu lieu en l’absence d’investissement public ou privé dans le cinéma : Nollywood a commencé comme une industrie artisanale et est maintenant une industrie du film importante en Afrique (Larkin, 2008). […] Il y a beaucoup de manières d’interpréter le phénomène de Malegaon. D’un côté, c’est une histoire de la créativité locale, qui utilise le remix comme un moyen de s’approprier la culture dominante. Elle peut aussi être regardée à travers le prisme du copyright, pour voir à quel point la créativité s’appuierait sur le pastiche et la citation, et à quel point ces formes de création seraient inhibées par un régime de copyright. Mais il faut noter que malgré l’utilisation d’un matériau protégé par copyright, des films à la musique, la question du copyright est jusqu’ici inexistante à Malegaon. Comme Nollywood, l’industrie du film de Malegaon est née grâce à une infrastructure créée par le piratage de médias2, la prolifération de vidéoclubs et de salles de projection vidéo, la disponibilité de cassettes vidéo et maintenant de VCD et de DVD pour la distribution de ces films ; tout cela a contribué à la success story de Malegaon.

2J’ai choisi de commencer par l’histoire de Malegaon parce qu’elle illustre selon moi la relation entre le piratage quotidien de médias et la création d’une infrastructure de production culturelle. Quand on pense à la production culturelle, on tend à se focaliser sur ce qui est produit, sur le contenu, et on n’accorde pas suffisamment d’attention à ses conditions de production, de circulation, de reproduction. Les infrastructures de la production culturelle peuvent inclure les caméras vidéo, les ordinateurs, les voitures, la bande passante internet, les vélos, les imprimantes, les tables de mixage et même des hélicoptères en plastique et des charrettes. Dans beaucoup de pays en développement, le plus grand obstacle à l’accès au savoir et à la culture est la question du manque d’infrastructure. Le but de cet article est d’observer la relation entre infrastructure et créativité, non pas comme des domaines distincts, mais pour voir de quelle manière ils s’informent l’une l’autre et pour appliquer une analyse matérialiste à notre compréhension de la créativité […].

Introduction

« Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. » (Foucault, 2001, p. 1581).

3Au cours des quinze dernières années, les changements technologiques ont significativement altéré les manières dont nous créons et disséminons le savoir et la culture. Ces développements ont été accompagnés par l’extension de la propriété intellectuelle et sa transformation d’un objet juridique ésotérique en un sujet de conversation quotidienne. L’extension agressive des réclamations de propriété (property claims) dans tous les domaines des savoirs et des pratiques culturelles a mis quasi tout le monde, du chercheur au musicien, au cœur du débat. Aucune analyse des temps présents ne serait complète sans un examen de la domination du copyright ou de la marque déposée dans nos vies. De bien des manières, le simple fait de regarder, lire, écouter, faire, comprendre ou communiquer n’importe quel objet qui incarne de la pensée, du savoir ou des sentiments est aujourd’hui autant source de danger ou de stress qu’a pu l’être l’appropriation des biens matériels ou la violation de la propriété privée pendant le plus clair de l’histoire humaine (Bagchi et al., 2005).

4L’anxiété et le conflit autour de la propriété intellectuelle sont peut-être universels, mais le conflit est configuré différemment si l’on passe des États-Unis et de l’Europe à des régions d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique. Aux États-Unis, la crise est pensée en termes de rétrécissement du domaine public et des biens communs (commons) par l’extension du copyright. En Afrique du Sud, le principal problème a été la disponibilité de médicaments antirétroviraux génériques et bon marché. Et dans beaucoup de régions asiatiques la prolifération de technologies de reproduction à bas prix a créé une économie parallèle qui menace le monopole des anciens acteurs des médias.

5Les inquiétudes face à la tendance expansionniste de la propriété intellectuelle ont aussi entraîné une réévaluation de l’importance des biens communs en matière de connaissance et de production culturelle. On en trouve des exemples dans des processus variés : à travers le développement de recherches importantes sur le domaine public, la popularité croissante des modèles non propriétaires tels que les logiciels libres, l’accès ouvert (open content), etc. Nombre de ces préoccupations ont émergé historiquement en Europe et aux États-Unis et ont voyagé dans le reste du monde. Mais si l’on essaie de traduire les termes du débat sur la propriété intellectuelle dans l’expérience contemporaine de pays d’Asie, d’Amérique latine et l’Afrique, rares sont les références recensées à des idées comme celle de « biens communs numériques » (digital commons). C’est un défi de trouver des expressions locales du langage des biens communs, en explorant les moyens par lesquels les cultures ont façonné leur relation au savoir et à la culture et les façons dont ces pratiques peuvent informer les sensibilités contemporaines vis-à-vis de la propriété intellectuelle.

  • 3 N.d.t. Chaque année, le bureau de l’USTR, l’agence chargée des accords commerciaux des États-Unis, (...)

6La propriété intellectuelle se déploie dans beaucoup de ces pays de manière duale, entre le fantasme triomphaliste de la domestication de la propriété intellectuelle « pour rattraper l’Occident », et la condamnation sans fin des nations pirates par l’United States Trade Representative (USTR) dans leurs rapports annuels « Special 301 »3. Les pressions de l’USTR, appuyées par la menace de sanctions commerciales, se sont traduites sur le terrain par une criminalisation croissante de la piraterie, par la montée de raids policiers et privés, par une attention extrême au piratage dans les médias grand public, et par l’émergence de la figure du pirate comme l’une des figures caractéristiques de la criminalité au xxie siècle. Un des défis qui se posent à nous, chercheurs critiques sur la propriété intellectuelle, sera de mettre en question le registre dominant de la criminalité qui marque le discours actuel sur le piratage, et d’examiner la relation entre le piratage et la démocratisation du savoir et de la culture. […]

Le problème du piratage

7Un rapide survol des sujets de débats [sur la propriété intellectuelle] révèle l’absence relative de tout examen approfondi du monde de la consommation et de la circulation illégales quotidiennes, qu’on appelle aussi piratage. C’est surprenant, étant donné que, dans l’actualité, les événements autour de la propriété intellectuelle se focalisent sur les pirates. Qu’y a-t-il dans la nature du piratage qui crée ce silence gêné autour de lui ? Les chercheurs comme Lessig ou d’autres ont réagi au débat sur la propriété intellectuelle en regardant au-delà de l’opposition légalité/illégalité postulée par le copyright traditionnel, mais l’on bute toujours sur la question du piratage. Quel est alors le problème exact du piratage et pourquoi ne peut-il pas être formulé dans les termes des théoriciens du domaine public ? Certes, cela ne peut être dû au simple fait que le piratage soit marqué par l’illégalité, car beaucoup d’autres actes, y compris le téléchargement de musique, sont aussi considérés comme illégaux. Il existe des moyens de justifier ces actes, ce qui n’est pas le cas pour ceux des pirates. Est-ce un problème spécifique à la nature précise de l’illégalité en question, à son domaine, aux subjectivités que le piratage met en jeu ?

8Ou serait-ce plutôt la façon dont les réactions critiques à la propriété intellectuelle ont été définies qui les rend incapables de traiter la question du piratage ou de permettre au piratage de se racheter (redeem) ? Peut-être devons-nous commencer à poser des questions nouvelles si nous voulons sortir de cette impasse. Lawrence Lessig, un spécialiste du copyright et un des fondateurs des Creative Commons, a ceci à dire sur la question :

Partout dans le monde, mais particulièrement en Asie et en Europe de l’Est, il y a des entreprises qui ne font rien d’autre que de prendre le contenu sous copyright d’autres personnes, de le copier et de le vendre – le tout sans la permission des propriétaires. L’industrie du disque estime à environ 4,6 milliards de dollars ses pertes annuelles dues au piratage physique (à peu près un tiers des CD vendus dans le monde). La Motion Picture Association of America (MPAA) estime perdre trois milliards de dollars par an à cause du piratage. C’est du piratage pur et simple. Rien dans l’argument de ce livre, ni dans les arguments de la plupart des gens qui parlent des sujets traités dans ce livre, ne devrait mettre en question ce simple point : ce piratage est mauvais. […] Les magasins de copies (copy shops) en Asie […] violent les lois asiatiques. La loi en Asie protège les copyrights étrangers et les actions des magasins de copies violent cette loi. Donc le mal que fait ce piratage n’est pas seulement un mal moral, mais un mal légal, et n’est pas seulement mal vis-à-vis des lois internationales, mais aussi des lois locales. (Lessig, 2004)

9Le piratage pose un problème de représentation dans le discours actuel sur la loi, les biens publics et la créativité. Il semble être l’incarnation d’une transgression impure, entachée (tainted) par le commerce et l’impossibilité de tenir un discours sur soi-même. La production pirate d’objets médiatiques (media objects) ne cadre ni avec un discours de résistance ni avec une critique normative, pas plus que le piratage ne semble rentrer dans les modèles existants de créativité ou d’innovation. Le piratage suscite de nombreuses angoisses au niveau des États, du capital international, des industries médiatiques et même, comme le suggère la citation de Lessig, des chercheurs radicaux (liberal scholars) qui critiquent les excès de la propriété intellectuelle. La floraison de la production et de la circulation non légales de biens médiatiques apparaît comme une série de faits sur la scène publique, constamment convoqués au cours de paniques médiatiques, dans les discours sur la sécurité nationale et les conversations quotidiennes. Une reconsidération sérieuse de la relation entre le piratage et la démocratisation du savoir et de la culture peut ouvrir de nouvelles questions qui mettent à l’épreuve nos présupposés sur la créativité, la subjectivité et la transformation, ainsi que la marchandisation et la vie sociale.

  • 4 N.d.t. L’« utilisation équitable » (fair dealing) renvoie aux limitations juridiques du copyright d (...)

10Essayons d’identifier les façons dont le piratage semble « entaché » avant de proposer différents moyens de repenser la question du piratage. D’abord, puisque le piratage opère selon la logique du profit et dans les termes du commerce, il se trouve entaché en tant qu’activité qui ne peut pas se poser sur un terrain moral comme d’autres pratiques médiatiques non légales peuvent le faire. Pour les critiques du copyright travaillant dans le paradigme de la réforme juridique, il serait gênant de soutenir une entreprise commerciale non légale. Au sein des lois du copyright, il y a une tradition selon laquelle on autorise des formes d’« utilisation équitable » (fair dealing)4 qui sont principalement non commerciales par nature, ce qui rend le piratage non commercial comme les réseaux pair-à-pair (P2P) plus facile à justifier.

11Leur opposition au piratage peut alors dériver d’une position stratégique ou bien éthique. Une critique stratégique du piratage peut par exemple être adoptée par des gens qui n’ont pas d’objection sérieuse au piratage en tant que tel, mais qui reconnaissent qu’il pourrait être contreproductif, dans leur lutte contre des régimes plus stricts de propriété intellectuelle, d’être considérés comme soutenant le piratage commercial. D’un autre côté, des gens comme Stallman et Lessig diraient que si une loi donnée existe et que si l’on est en désaccord avec elle, alors on doit soit réformer la loi, soit créer un paradigme légal alternatif. Cependant, tant que la loi existe, on ne peut pas encourager sa violation. Nous verrons néanmoins que cette division entre piratage commercial et piratage non commercial devient caduque si on la considère au prisme de l’infrastructure et si l’on prend en compte le rôle vital du piratage commercial dans la création de formes d’accès qui n’existeraient pas autrement.

  • 5 N.d.t. A2K est une mouvance aux contours larges d’organisations qui veulent faire de l’accès au sav (...)

12Une autre raison à la suspicion dans laquelle est tenu le piratage commercial, en relation avec le divertissement, vient du fait qu’il relève du domaine du plaisir. Contrairement à l’accès à des médicaments abordables ou à des moyens d’apprentissage, il semble difficile de racheter un piratage qui offre aux gens des films et de la musique à bas prix. Cet accès-là est perçu comme frivole et extérieur au domaine des préoccupations concrètes du mouvement Access to knowledge (A2K)5. Dans le monde du savoir et de la culture il semble y avoir une démarcation très claire entre les biens essentiels et non essentiels. Le soupçon qui pèse sur le plaisir et la curiosité découle d’une histoire ancienne où le discours du développement construit le sujet du développement comme une figure de misère, ce qui ensuite autorise toutes sortes d’interventions par en haut (top down) pour améliorer la vie de ce sujet. Mais si l’on arrête de présumer des besoins essentiels des gens, ces divisions entre besoins essentiels et non essentiels deviennent un peu plus complexes.

13Enfin, une critique majeure du piratage commercial est que contrairement aux situations dans lesquelles des gens remixent des contenus, le piratage commercial est incapable de se racheter par un acte créatif. Des jeunes peuvent ainsi télécharger illégalement de la musique, mais ils la remixent ensuite pour produire une nouvelle musique. Dans le cas du piratage commercial, il y a une production servile de copies sans rédemption transformative (transformative redemption). Comme le dit Lessig :

[…] les efforts pour justifier le piratage commercial ne tiennent simplement pas. Ce genre de piratage est endémique et juste mauvais. Il ne transforme pas le contenu qu’il vole ; il ne transforme pas le marché. Il permet simplement à quelqu’un d’avoir accès à quelque chose dont la loi dit qu’il ne devrait pas y avoir accès. Rien n’a changé qui permette de mettre en question cette loi. Cette forme de piratage est simplement mauvaise. (Lessig, 2004)

14Je défendrai l’idée que cette conception de l’usage transformatif, tout en étant importante, doit être étendue si l’on veut comprendre la créativité au sein des pays dans lesquels l’accès aux infrastructures de créativité ne sont pas les mêmes.

Le domaine de quel public ?

15Après avoir présenté les problèmes conceptuels posés par le piratage aux théoriciens du domaine public, essayons de comprendre les représentations attachées à la recherche sur le domaine public. Le domaine public a émergé comme l’alternative la plus viable à l’extension de la propriété intellectuelle : est-il la seule manière de comprendre les conflits actuels autour de la propriété intellectuelle, et quelles sont les limites d’une approche en ces termes si l’on essaie de rendre compte du piratage ? Est-ce que l’on utilise les mêmes outils conceptuels et descriptifs quand on essaie de décrire ces deux mondes ? Est-ce que le monde du domaine public et le monde du pirate peuvent être décrits comme s’il y avait un réseau unifié qui les liait nécessairement ?

16Par bien des aspects, l’argument du domaine public déploie les termes classiques de la représentation, empruntant à la fois à la théorie politique et à la théorie culturelle, et certains de ces termes incluent les catégories de citoyenneté, de résistance, de créativité.

17[…] L’idée de domaine public évoque un espace libre et ouvert où les gens peuvent participer au monde des idées et de la production culturelle. Et quand cet espace est menacé d’être entaché d’illégalité à cause des lois sur le copyright, une théorie est nécessaire qui puisse racheter l’acte illégal et l’insérer dans les termes posés par les idées normatives du domaine public.

18Une manière de prémunir celui qui porte atteinte au droit d’auteur de l’accusation de piraterie illégale est de passer par un acte de rédemption, par exemple en montrant que ses actes ont en fait pour résultat un accroissement de sa créativité, et cela se fait souvent à travers des doctrines telles que le concept de créateur transformatif (transformative authorship). Mais alors, qu’en est-il du domaine de la création non transformative (comme dans le cas du « piratage asiatique ») qui n’est pas un acte de transformation mais de reproduction infinie utilisant des technologies bon marché ? Comment interpréter cette description du domaine public ? Si l’on peut comprendre que Lessig fasse attention à sa manière de présenter une réforme des lois sur le copyright dans le contexte des États-Unis, il est aussi difficile de ne pas voir les liens entre cette description et d’anciennes analyses de l’illégalité en Asie et en Amérique latine, où beaucoup d’explications de l’expérience urbaine ont été formulées en termes de criminalité et d’illégalité. Cela par exemple est particulièrement vrai, non seulement dans le contexte de l’imaginaire colonial, mais aussi dans les façons dont les villes et la vie de tous les jours en Asie sont comprises. Alors que les États-Unis se sont toujours racontés au moyen des tropes du constitutionnalisme et de l’État de droit, une crise se produit lorsque le langage même de la criminalité et de l’illégalité, utilisé pour rendre compte du reste du monde, s’introduit dans l’espace domestique sous la forme d’une criminalisation des étudiants téléchargeant illégalement de la musique. Mais clairement, on ne peut pas trouver d’explication à l’illégalité dans un pays qui s’enorgueillit de sa tradition constitutionnelle et de son insistance sur l’État de droit.

19L’une des stratégies narratives consiste alors à racheter les actes des citoyens américains « ordinaires », et pour cela, quel meilleur moyen que la construction discursive d’un « autre », ici un autre « asiatique » ? Les catégories du domaine public servent de terrain neutre sur lequel deux sortes de pirates sont opposés, et les termes de référence dans ce domaine public sont la créativité et l’innovation. Ce genre de cadrage est un peu trompeur, puisqu’il repose sur le présupposé que la créativité et la transformation se font seulement au niveau du contenu, et présente le piratage médiatique quotidien comme une évidence. Au fondement d’une grande partie de la mythologie du copyright, il y a une certaine compréhension de la créativité qui repose sur les idées de créativité, d’innovation et de progrès. Elles émergent spécifiquement de l’histoire de la modernité, et ont servi de raisons fondatrices pour l’existence du copyright lui-même. L’idée de créativité comme bien universel est partagée par les défenseurs d’un copyright plus puissant tout comme par les partisans du domaine public. Une fois établi le mythe de progrès du copyright, l’enjeu du conflit est de savoir si l’on arrive au bien public ultime par la voie du renforcement du copyright ou par plus de liberté. En se présentant comme une explication alternative de l’idée de progrès et de créativité, les arguments du domaine public n’en partagent pas moins le présupposé de la théorie du copyright selon lequel le but final est de maximiser la créativité. Les défenseurs du domaine public avancent que même si le copyright essaie de promouvoir la créativité, il n’y arrive pas, et qu’une protection excessive a en fait conduit à faire baisser ou à menacer la créativité.

20La différence entre les spécialistes du domaine public et les partisans du copyright réside dans leur compréhension et leur interprétation de ce qu’est être créatif. Lessig insiste sur le fait que l’on doit protéger certaines œuvres illégales – celles fondées sur la « transformativité » – et met en avant le pirate asiatique comme l’autre de la transformation créative. Mais le sujet créatif invoqué ici est en fait un genre très particulier de sujet créatif – libéral et désincarné. La différence entre une compréhension incarnée et désincarnée de la créativité peut être posée de la façon suivante. Quand la créativité est vue comme une qualité transcendantale, elle acquiert une capacité à traverser le temps et l’espace, et elle peut en fait être utilisée pour mesurer des pratiques qui peuvent être très situées dans des histoires locales. D’un autre côté, si l’on considère que la créativité n’a pas un sens universel, mais qu’on essaie de la construire en la situant historiquement dans le temps et dans des espaces particuliers, on aboutit à une idée de la créativité qui peut être bien plus ouverte et flexible, et capable de rendre compte non seulement des similarités dans les processus de créativité mais aussi des différences.

21[…] Les pirates n’apportent rien et ne peuvent pas jouer un rôle dans le domaine public, puisqu’ils ne peuvent pas revendiquer le statut représentatif donné au créateur transformatif au sein du domaine public productif. Il y a très peu de possibilités pour le pirate de correspondre aux normes du citoyen créatif que suppose le domaine public. Et pourtant, malgré son expulsion, un regard sur l’histoire et le présent semble indiquer qu’il y a un certain entêtement de la part de ceux qui ne trouvent pas leur place dans les représentations du domaine public, et qu’ils refusent de disparaître et coexistent plutôt dans les marges de tous les récits existants des transformations.

Copyleft, copyright, et copy centers

22Cet article entend démontrer que les critiques conventionnelles du piratage ont pour prémisses des conceptions étroites de la créativité, à cause de leur intérêt exclusif pour l’auteur et le contenu à l’exclusion de l’infrastructure. L’histoire du Malegaon nous a montré que la créativité impliquée dans la fabrication des remakes réside aussi bien dans la manière dont le film est fait que dans son contenu.

23Ces critiques ont aussi tendance à voir la copie comme un objet non pas compliqué, mais fétichisé à travers son statut illégal. On est proche de la fétichisation de l’objet par les industries de divertissement (brandi comme preuve dans les conférences de presse, devenant le rouleau compresseur de la destruction de masse, etc.).

24Historiquement, par exemple, existe un domaine entier habité par des figures comme celles de l’escroc, du copieur, du voleur, du pirate, des marginaux de la production et de la circulation. Comment le recours à des histoires variées nous aide-t-il à éclairer l’idée de créativité et, plus avant, les concepts explicatifs d’un progrès linéaire souvent associés au domaine public ? Si l’on prend de la distance avec l’explication normative du citoyen créatif et que l’on s’intéresse à un ensemble de pratiques qui rendent toute représentation directe impossible ou difficile, quels sont les horizons intellectuels qui s’ouvrent à nous ? On aimerait demander aux chercheurs du domaine public d’être patients et d’accorder la même attention soigneuse qu’ils prêtent au phénomène du piratage aux contextes culturels et politiques plus larges.

25L’une des façons de se sortir de cette impasse est de reformuler notre objet de questionnement. Prenons pour acquis le statut illégal du piratage, mais sans s’arrêter là. Il serait plus utile non pas de se demander ce que le piratage est, mais ce qu’il fait. Le passage d’un discours moralisateur sur l’acte illégal à une vision plus large du monde social dans lequel l’acte se produit nous permet de mettre en lumière la nature spécifique du geste légal qui fait d’un acte particulier un acte illégal. Est-ce que qualifier l’acte d’illégal nous empêche de réfléchir à la nature de l’acte ?

26Se demander ce que le piratage fait, et non pas ce qu’il est, permet de considérer sur le même plan sa relation aux considérations normatives revendiquées par le domaine public et le fait qu’il soit incapable de les réaliser. Le meilleur exemple est celui des livres bon marché : alors que les défenseurs du domaine public essaient de réformer la loi du droit d’auteur au profit d’exceptions pédagogiques plus nombreuses, les livres piratés et les photocopies non autorisées permettent de même ces exceptions. Plutôt que rester dans les zones balisées du légal et de l’illégal, il serait plus fructueux de considérer les espaces interstitiels dans lesquels le piratage se joue : les paysages urbains en transformation, les histoires particulières des coins et recoins qui en font des espaces d’illégalité, les histoires accumulées de la régulation, des tactiques, de la négociation qui font de cette topographie un objet intelligible.

27Voici une manière de regarder ce que le piratage fait. Dans une étude comparative des prix des livres en Afrique du Sud, en Inde et aux États-Unis, nous avons constaté l’inégalité aiguë en termes de pouvoir d’achat, mais aussi la différence entre deux pays où l’accès pose clairement un problème (Liang et Prabhala, 2006). On commence par prendre le revenu national brut (RNB) per capita pour des pays différents (États-Unis, Inde, Afrique du Sud), ainsi que le coût absolu d’un bien dans les très grandes librairies de ces trois pays. On calcule ensuite le pourcentage du prix de ce bien en relation avec le RNB per capita du pays. Par exemple, alors que le RNB per capita indien est de 750 dollars, et que le prix d’un livre est de 10 dollars, ainsi le coût d’achat du livre revient à 1,33 % du RNB per capita du pays. Le RNB per capita des États-Unis étant de 37 500 dollars, le coût d’achat d’un livre est de 0,026 % dans ce pays.

28Cet exercice nous révèle plusieurs choses. La première : le prix absolu des livres peut être plus élevé dans le Sud que dans le Nord, comme l’indiquent les chiffres sud-africains. La deuxième : les consommateurs du Sud doivent consacrer une plus grande proportion de leurs revenus à l’achat de ces livres. Si les consommateurs américains devaient payer leurs livres dans les mêmes proportions, les résultats seraient insensés : 1027,50 $ pour Un long chemin vers la liberté de Mandela et 941,20 $ pour le dictionnaire anglais d’Oxford. La perspective de payer 440,50 $ pour LeDieu des petits riens de Roy Arundhati peut être considérée comme alarmante. Cependant, l’idée de payer un livre en Inde 6,60 $ (ce qui équivaut exactement en Inde à 440,50 $ aux États-Unis) ne provoque pas la même inquiétude.

29La différence intéressante entre l’Inde et l’Afrique du Sud est que, alors que les deux pays sont grandement affectés par des prix élevés, tous les livres mentionnés sont plus facilement trouvés en Inde sous une forme piratée et à un coût très inférieur. Les versions piratées du Dieu des petits riens et du Long chemin vers la liberté sont disponibles sur la plupart des marchés indiens pour environ 2 dollars. Et sous une forme photocopiée, ils vaudraient chacun environ 1 dollar. La différence d’accès entre l’Inde et l’Afrique du Sud, ainsi, semble se situer au niveau de l’infrastructure de distribution (à la fois dans le cas du piratage organisé d’ouvrages imprimés et des innombrables centres de photocopies). En ceci, le problème d’accès en Afrique du Sud réside précisément dans l’absence d’un marché pirate fort qui rendrait les livres accessibles à une population bien plus large.

30Dans une étude sur le piratage du droit d’auteur en Inde, le ministère indien des Ressources humaines et du Développement déclare :

  • 6 N.d.t. Aujourd’hui National Institute of Open Schooling (NIOS).

Le piratage des livres en Inde dépend en priorité de deux facteurs, à savoir le prix d’un livre et sa popularité. Ces deux facteurs contribuent positivement au piratage. Le piratage est généralement confiné aux livres d’auteurs indiens de qualité ou aux livres étrangers, parce que ces livres sont demandés en grande quantité, et que leur prix est élevé. Ces types de livre sont pour la plupart des ouvrages de médecine, d’ingénierie et autres domaines professionnels, des encyclopédies et des fictions populaires. Le piratage est aussi répandu à propos des livres indiens, publiés par le Conseil national de recherche et d’entraînement en éducation (NCERT), de la National Open School6 et des Comités pour l’éducation secondaire, qui, bien que peu onéreux, sont très demandés.

Au-delà des cas mentionnés, le piratage sous la forme de photocopie massive de livres est largement répandu en Inde, plus particulièrement à l’intérieur et aux périphéries des institutions éducatives. Les étudiants empruntent des livres dans les bibliothèques et utilisent le photocopieur de l’institution qui prête les ouvrages. Alors que la loi du droit d’auteur autorise la photocopie d’œuvres littéraires à usage privé et limité comme la recherche, la recension ou la critique, très souvent le livre est photocopié dans son intégralité, jusqu’à la couverture. Au cours de ce processus, la communauté étudiante et les opérateurs de photocopieurs y gagnent, mais les éditeurs y perdent un revenu important. Malheureusement, les institutions ferment les yeux sur cette situation.

31Alors que ce rapport est supposé critiquer le piratage, si l’on le lit à la lumière de la situation sud-africaine qui n’a pas un marché actif de livres piratés, il me semble que le problème de l’accès en Inde est posé à travers la question de l’infrastructure pirate existante. Et si une infrastructure similaire existait en Afrique du Sud, les mêmes problèmes se poseraient.

32Mais une question doit encore être posée : comment se construisent les infrastructures ? L’idée même d’infrastructure pirate nous suggère qu’elles sont par nature dérivées Traditionnellement, l’infrastructure relève du domaine de l’État ou des entreprises privées ; il semble que l’infrastructure pirate se situe entre les deux. Les bidonvilles ont été décrits comme des villes qui ne sont que l’ombre de l’original ; et pareillement le monde des infrastructures pirates émerge à travers des formes organiques qui ne nous sont pas immédiatement évidentes si l’on se concentre seulement sur leur forme visible.

33Au cœur des infrastructures pirates et du conflit qui marque les batailles autour du copyright se trouve la copie, qu’elle prenne la forme du DVD omniprésent ou de la basket Adidas de contrefaçon. Le monde de la copie est une énigme, et permet un point de vue grâce auquel on peut poser des questions plus ambitieuses. On sait que pour Marx l’espace des biens permettait de comprendre les dynamiques plus larges du capitalisme global, et il semble qu’à l’ère de la valeur immatérielle, cet espace est celui de la copie en tant que chose, en tant que point d’origine.

Repenser la créativité de la copie

34Si ce monde où l’expérience quotidienne des médias transforme notre expérience du contemporain n’a pas pour autant de prétention à la créativité, ce qui est paradoxal, ne faut-il pas repenser la manière dont on pense ensemble créativité et copie ? Ravi Sundaram avance qu’il peut être fructueux de revisiter les histoires de la copie, depuis la culture ancienne de l’imprimé en passant par l’art du faussaire en histoire de l’art, jusqu’à la crise de l’expérience esthétique précipitée par « l’âge de la reproduction mécanique », pour mieux comprendre les transitions et conflits contemporains. C’est également le cas pour l’anxiété générale autour de la consommation et de la circulation des biens culturels issus des médias et reproduits de façon bon marché. L’œuvre reproductible qui met en jeu un réseau de circulations inaugure aussi une série de lectures et d’interprétations culturelles.

35On a vu que l’une des objections au piratage était qu’il opère pour le compte d’une reproduction servile (slavish), sans aucun acte de transformation créative permettant le rachat de son statut d’objet illégal. On est donc obligé de réfléchir à la nature de la copie dans la culture contemporaine, au statut culturel précis du CD ou DVD dupliqué en relation avec le monde de la créativité et de l’innovation. Dans une histoire exceptionnelle, Borges raconte les efforts que le chercheur éclectique Pierre Ménard (auteur d’une série de travaux académiques et taxonomiques) emploie à récrire le Don Quichotte de Cervantès. Il ne souhaite pas écrire une nouvelle version, mais en copier l’intégralité, et ainsi reproduire le classique de Cervantès. Ménard commence à recopier le livre mot pour mot, mais quand il l’achève et compare les deux ouvrages, il se rend compte qu’ils sont différents.

36À la manière typiquement borgésienne, il expose l’histoire complexe de l’interaction entre l’original et la copie. Après Borges, peut-il exister quelque chose comme une copie non transformée ? Roland Barthes et Michel Foucault nous ont déjà permis de déplacer le regard du locus de l’originalité et de la créativité du texte au processus de consommation. Que se passerait-il si l’on faisait porter le regard du chercheur sur le domaine de la circulation, par exemple ?

37Considérons l’omniprésent DVD, bien précieux de l’esthétique pirate. Est-ce que ce nouveau produit de la reproduction numérique permet encore la production de différences ? Après tout, c’est la machine, et non pas des mains humaines, qui fabrique la copie. […]

38Les travaux de Brian Larkin sur le piratage au Nigeria nous poussent à voir et à écouter les contenus vidéo, pas seulement tels qu’ils apparaissent sur les écrans, mais en considérant les conditions de piratage et de circulation des textes. Larkin démontre l’importance critique qu’il y a à faire attention aux infrastructures de production dans les pays en développement où le processus même de production culturelle est aussi lié au manque relatif d’infrastructure d’une part, et devient d’autre part le socle d’une transformation des conditions de production en générant une économie parallèle d’infrastructure bon marché (low cost). Il dit :

Je m’intéresse à l’effondrement (collapse) technologique mais pas au sens habituel du terme : non au niveau des spectacles dramatiques des ponts qui s’effondrent ou aux navettes spatiales qui explosent, mais celui, plus petit, de l’expérience omniprésente d’une dégradation (breakdown) comme condition d’une existence technologique. Au Nigeria, les voitures, télévisions, magnétoscopes, bus et motos sont souvent hors d’usage. Même quand ils fonctionnent, les ressources en électricité ne sont pas stables et sont perturbées par des surtensions qui endommagent l’équipement de consommation. NEPA, l’Autorité nigériane de l’énergie électrique, est célèbre pour l’expression « Never Expect Power Always » ; et les lignes téléphoniques sont onéreuses et difficiles à obtenir. La pauvreté et le manque d’organisation de l’économie nigériane font que les technologies de consommation comme les scooters et les voitures arrivent dans le territoire déjà usés. Après avoir vécu une vie utile en Belgique ou en Hollande, les voitures sont exportées au Nigeria comme des véhicules « neufs » d’occasion. Ils sont ensuite réparés, les bosses sont aplaties, et on les repeint pour mieux les « tropicaliser ». Jusqu’à nouvel ordre, bien sûr : d’autres pièces vont arriver à expiration, celles qui sont déjà de seconde main vont casser, tandis que les « innovations » locales et les ajustements conçus pour faire fonctionner les voitures, les télévisions, et les magnétoscopes échouent. Un cycle de dégradation, de réparation, et de nouvelle dégradation est la condition d’existence de beaucoup de technologies au Nigeria. En conséquence, le pays emploie une grande armée de gens qui sont spécialisés dans la réparation et le reconditionnement de biens technologiques cassés, puisqu’il y a un besoin fréquent de réparation dont le coût est bon marché.

39Cette économie du recyclage, que Ravi Sundaram décrit aussi comme celle du « pirate moderne » (1999), devient une arène pour toute sorte d’innovation technologique tout d’abord, et s’étend à des expérimentations avec des formes culturelles comme les parodies, les remix, les reprises, etc. Dans un sens, l’évocation que fait Larkin de l’importance de l’infrastructure contraste avec l’obsession du contenu que l’on voit d’habitude dans les comptes-rendus occidentaux sur la créativité. Dans ce cas, le contenu doit aussi être vu à travers le régime de sa propre production.

40Le piratage impose des conditions particulières à l’enregistrement, la transmission et la récupération des données. La copie à répétition érode les données de stockage, dégrade l’image et le son, envahit le signal media avec le bruit généré par les moyens de reproduction. Larkin indique que les vidéos piratées ont souvent des images brouillées et des sons déformés : elles créent une sorte d’espace matériel qui « filtre l’interaction du public avec les technologies médias et leur sens de la temporalité, de la vitesse et de l’espace, et leur contemporanéité. Le piratage, ainsi, crée une esthétique, un ensemble de qualités formelles qui génère une expérience sensorielle spécifique au medium et marqué par la transmission de basse qualité, l’interférence et le bruit ». Larkin utilise la question de l’infrastructure pirate pour ouvrir le débat sur la propriété intellectuelle et mettre au premier plan l’importance de la question du contenu tout en gardant à l’esprit les aspects légaux de la culture. Si les infrastructures sont une tentative pour mettre en ordre, réguler et rationaliser la société, alors les ruptures provoquées au cours de ces opérations, ou la montée en puissance d’infrastructures informelles et provisoires, soulignent l’échec de cette mise en ordre et montre les recodages qui la remplacent.

41Si l’on examine de près les opérations matérielles du piratage et leurs conséquences sociales, il devient clair que l’infrastructure pirate est une force de médiation qui produit de nouveaux modes d’organisation de la perception sensorielle, en termes de réseaux économiques, temporels, spatiaux. Les chercheurs insistent, et c’est une de leurs approches qui a du sens, sur la capacité à créer de nouveaux contenus en se basant sur des œuvres existantes. En fait, ils utilisent la métaphore de l’infrastructure – « bâtir un pont traversant la fracture du savoir » (bridging the knowledge divide), « autoroutes de l’information » (information highway) – et créent le concept de domaine public à partir de ces idées. Cependant, ils ignorent souvent les liens matériels entre contenu et infrastructure. Mais si l’on insiste encore plus drastiquement sur la création de nouveaux contenus, l’on doit bien sûr se demander qui en fait usage, et quelle est la relation entre ces contenus et le problème de la démocratisation de l’infrastructure.

42Dans la plupart des cas, la raison de la baisse des prix des biens électroniques, les ordinateurs en particulier, l’accès accru au matériel et aux photocopies (l’infrastructure des flux d’information) n’a pas pour cause, en aucun cas, une révolution radicale telle que le logiciel libre ou les contenus ouverts (open content) ; elle passe en fait par l’offre de biens standardisés et grand public comme ceux de Microsoft ou d’Hollywood. Quand Stallman et d’autres pourfendent le piratage des produits hollywoodiens, c’est leur position qui leur permet de renier la mondialisation. Mais dans de nombreux pays, l’idée même de ce que veut dire être moderne a toujours été définie en relation avec la notion de global ; les industries culturelles américaines, ainsi, ont toujours créé une économie du désir et l’accès aux dernières sorties cinématographiques et musicales fait partie intégrante de la subjectivité propre au fait d’« être tendance » (being in with the latest). Alors que ces aspirations sont configurées de manière complexe et alimentées par des économies politiques de monopole et de contrôle, elles font l’objet d’une expérience de « manque » pour la plupart des gens. Une personne qui travaille dans un atelier de misère (sweatshop) en Thaïlande pour fabriquer une paire de baskets Nike ne pourra pas elle-même les acquérir. Stallman et les autres adeptes du copyleft ont l’opportunité de recourir à des alternatives. Mais pour beaucoup aux périphéries du monde, trouver sa place à l’intérieur d’une demande globale se réalise à travers un engagement dans le monde des biens de contrefaçon, dans un geste de réplication du global lui-même.

43On pourrait alors voir les choses de haut et prendre un point de vue moral : faire la leçon aux consommateurs sur leurs besoins réels en information, ou ébaucher des théories sur la manière dont ils sont piégés dans une conscience inauthentique. Ou l’on peut remplacer cette posture de jugement par la prise en compte d’autres aspects : par exemple, l’impact qu’a l’expansion d’un marché (une zone grise où les biens pirates sont commercialisés) sur le prix général de ces biens, ou la prolifération des ordinateurs et de la culture des technologies de l’information, la baisse drastique des prix de consommables comme les CD, les DVD, la popularité croissante des graveurs de CD, etc. Ceux qui prêchent pour l’accès prêchent aussi en faveur d’une offre d’accès d’un type particulier, et je trouve cela quelque peu étrange, voire dogmatique.

44[…] L’existence de l’art contemporain et d’autres formes de production culturelle est toujours corrélée aux conditions matérielles de la vie de ceux qui les pratiquent. Les actes quotidiens innombrables de pratiquer, lire, inscrire, interpréter, et donner un nouvel usage à la substance de la culture, à travers les cultures, constituent ces conditions de vie. La disponibilité des textes, des machines et des espaces, dans lesquels l’on peut accéder à ces idées, en débattre, les oublier, crée un tissu de relations, et pour obtenir un portrait complet des possibilités transformatives des nouvelles technologies, on doit regarder de plus près comment ces forces interagissent. […]

Repenser l’accès au-delà du développementalisme

  • 7 N.d.t. Le dal est une catégorie de lentilles très consommée en Inde, et par extension le nom d’un p (...)

45Pour finir, je voudrais considérer ce que ces formes autonomes de développement infrastructurel signifie pour notre compréhension de l’accès [à des biens médiatiques]. On peut penser à l’accès de deux manières. On peut voir l’accès soit de façon paternaliste (paternal access), soit de façon rebelle (defiant access). Le point de vue paternaliste sur l’accès implique la reconnaissance d’un « manque » qui doit être corrigé par une intervention bienveillante. Parfois le langage de la conception paternaliste de l’accès est imbriqué dans le langage des droits (les droits à la communication, à l’information, etc.) mais de façon sous-jacente on trouve des présupposés qui proviennent de la religion ou d’une motivation pédagogique. On défend l’accès aux choses auxquelles les gens devraient avoir accès : des moyens d’apprentissage mais pas des films populaires, du riz et du dal7 mais pas du McDonalds. C’est souvent de cette manière que pensent les universitaires spécialistes de l’accès au savoir.

  • 8 N.d.t. Information and communication technologies for development (ICT4D) est une catégorie général (...)

46L’autre façon dont on peut penser à l’accès – façon que l’on retrouve plus communément dans les logiques des consommateurs eux-mêmes – se pose dans les termes d’un accès rebelle, en vertu duquel les gens essaient d’accéder à des choses auxquelles ils ne sont pas censés accéder (du fait de leur classe, leur âge, leur statut social ou leur caste). Cela peut aller de la pornographie à de la littérature scientifique. Cependant, il serait trompeur de supposer que la conception rebelle de l’accès viendrait seulement d’un instinct anti-censure. L’accès au sens rebelle est aussi une forme de réalisation de soi qui refuse de suivre un rôle prédéfini par le statut social et dont on trouve la figure exemplaire chez l’autodidacte (de qui on aurait beaucoup à apprendre). De nombreuses initiatives qui cherchent à promouvoir un plus grand accès recyclent en fait, consciemment ou non, la conception paternaliste de l’accès. Alors que les préoccupations vis-à-vis de l’accès inéquitable commencent avec des affirmations sur la « fracture culturelle » (knowledge divide), nous devons aussi reconnaître que, dans un pays comme l’Inde, il s’agit juste d’une des nombreuses divisions et qu’il n’y a pas de garantie qu’un plus grand accès au savoir aboutira nécessairement à un pays plus équitable. Les projets d’irrigation, les barrages, la révolution verte – quantité de solutions technologiques ont été proposées dans le passé, et chacune d’elles a fini par créer autant de problèmes qu’elle en a résolus. De nombreuses initiatives de promotion de l’accès numérique (les projets ICT4D en particulier8) sont marqués par une naïveté politique qui serait touchante si elle n’était pas si désastreuse.

47Cependant, j’aimerais proposer un autre genre de critique du champ conceptuel suggéré par la notion de division culturelle, à savoir que les problèmes de la différence dans l’économie de la connaissance nous engagent à penser au-delà de la question de l’accès et à nous intéresser plutôt à la simultanéité du désir et de l’anxiété, de l’accès et du conflit, du savoir et de la représentation.

48Ce que j’essaie de mettre en avant, c’est que la rhétorique de l’inclusion est toujours aussi accompagnée par la perspective de la violence ; les revendications des pauvres relèvent toujours de contestations et de négociations plutôt que de l’action bienveillante de l’État et du monde de l’entreprise. Il y a des peurs qui se traduisent souvent de façon violente, de crainte que les pauvres, qui sont les cibles du développement, ne prennent une voie qui ne puisse pas être justifiée dans les termes de la théorie libérale.

49Ce qui m’amène à l’étape suivante – ce qui se passe quand on obtient l’accès. Qu’en est-il de la pensée et de la créativité ? Ou bien les gens normaux (non-elite) sont-ils simplement destinés à être les cibles du discours de l’accès numérique sans jamais pouvoir être les auteurs des imaginaires numériques ? Pour que nous puissions imaginer d’autres manières d’habiter l’espace numérique, il va nous falloir faire mieux que recycler le cadre de pensée de la division culturelle. J’ai mentionné plus haut que l’un des problèmes du piratage semble résider dans le fait qu’il est plutôt associé au monde du plaisir et du désir qu’aux « vrais besoins ».

50[…] Le lien entre plaisir, désir, aspiration et violation de propriété a toujours été compliqué, et plus l’acte transgressif est près du domaine du plaisir, plus il semble difficile qu’il se rachète socialement. Donc tandis que l’on peut facilement trouver des justifications pour les transgressions qui concernent des questions de subsistance ou de survie, et dans le cas de la propriété intellectuelle des questions de liberté d’expression et d’accès à l’information, quand ce qui est en question concerne les nouvelles subjectivités et les transgressions faites pour le plaisir (pleasurable transgressions), le cadre d’analyse est tout à fait différent.

51La relation problématique entre les spécialistes du domaine public et les pirates vient aussi partiellement du fait que nous entrons sur un terrain où la marchandise pirate est impure. Alors que la question de la médecine et des manuels scolaires est bien plus facile à gérer, les films, la musique, les logiciels sont pensés comme étant extérieurs à l’économie morale du développement. La demande pour des marchandises de divertissement à bas prix est vue comme étant normativement plus difficile à soutenir. Mais en même temps, la simple prolifération de ces pratiques, à la fois parmi l’élite et chez les classes « subalternes » traditionnelles, nous force à mettre en question nos propres présupposés quant aux conditions dans lesquelles les gens s’engagent dans l’économie globale de l’information et trouvent leur place dans le monde global. Quelles sont alors les ressources conceptuelles critiques sur lesquelles nous appuyer pour penser cette question des transgressions pour le plaisir et des subjectivités qui résistent à un cadrage facile ?

52Comme on l’a noté plus haut, la façon dont le débat sur la propriété intellectuelle a évolué dans des pays comme l’Inde est qu’il a été presque immédiatement lié aux questions de développement et a été pris en charge par des groupes de la société civile variés travaillant sur les questions de développement, en particulier en relation avec l’agriculture et les semences. Cela s’est aussi étendu à la question de l’accès à des médicaments abordables, et le lien entre le débat sur la propriété intellectuelle et le secteur du développement est aussi allé de pair avec l’adoption du langage qui définit le « sujet subalterne du développement ». Mais que se passe-t-il quand on passe au domaine des pratiques techniques non légales mettant en jeu des biens culturels, où soudain la transgression vise le plaisir mais n’est en aucune manière liée aux caractéristiques essentielles du « sujet subalterne » ? En d’autres termes, comment analyser le fait que les termes posés par les spécialistes actuels du domaine public en arrivent à exclure la possibilité de prendre en compte les pratiques qui sont guidées par la curiosité plutôt que par la nécessité ? La rhétorique de l’inclusion, implicite dans le discours du domaine public, va nécessairement de pair avec la perspective d’une exclusion, une exclusion qui s’appuie sur la religion ou sur la pédagogie.

53Dans son réexamen brillant de l’histoire ouvrière, Jacques Rancière nous ouvre une piste pour commencer à réfléchir sérieusement au domaine caché des aspirations et des désirs du sujet subalterne en tant qu’autodidacte, et à analyser parallèlement la politique de nos propres aspirations et désirs (1981). Rancière s’enfonce dans un aspect inexploré des archives ouvrières de la France du xixe siècle, où il commence à regarder les écrits petits, obscurs et éphémères des travailleurs, dans lesquels ils ont écrit à propos de leurs propres vies. Mais ils n’écrivaient pas nécessairement à propos de leur travail, et quand ils le faisaient, ce n’était pas en termes idéalisés mais avec une insatisfaction immense. Ce qui les intéressait, c’était plutôt la poésie, la philosophie et d’autres plaisirs auxquels les oisifs ou les intellectuels avaient droit. Au même moment, bien sûr, les intellectuels étaient fascinés par le monde du travail et le charme de l’identité de la classe ouvrière.

54Ainsi, les préceptes moraux qui gouvernent les vies des pauvres ne viennent pas seulement de l’État (« Ne vole pas », « Ne mendie pas ») mais tout autant de ceux qui théorisent les vies des pauvres (« Sois conscient de ta classe », « Ne te laisse pas piéger par la fausse conscience »). Cependant lorsque les gens sortent du cadre de représentation qui a été si soigneusement, et presque si amoureusement construit pour eux, alors soit il faut leur montrer leur véritable essence, soit leur transgression doit être reformulée dans les termes de la classe qui les représente. […] Les besoins des pauvres en termes d’information ne sauraient se limiter à regarder un film ou même à rêver devenir réalisateurs. Ces injonctions nous en disent certainement plus à propos des fantasmes de l’État et des intellectuels que sur les gens impliqués en pratique. On ferait bien de commencer à repenser les termes par lesquels les spécialistes de la propriété intellectuelle se confrontent au langage de l’accès.

Haut de page

Bibliographie

Bagchi Jeebesh, Liang Lawrence, Sundaram Ravi, Krishnaswamy Sudhir, Vohra Smriti éd., 2005, Contested Common / Trespassing Publics. A Public Record, Dehli, The Sarai Programme.

Foucault Michel, 2001 [1984], « Des espaces autres », Dits et écrits, t. 2, 1976-1988, Paris, Gallimard, p. 1571-1581.

Larkin Brian, 2008, Signal and Noise : Media Infrastructure and Urban Culture in Nigeria, Durham, Duke University Press.

Lessig Lawrence, 2004, Free Culture : How Big Media Uses Technology and the Law to Lock Down Culture and Control Creativity, New York, Penguin Press.

Liang Lawrence et Prabhala Achal, 2006, « Reconsidering the pirate nation », African Journal of Information and Communication, no 7, p. 108-114.

Rancière Jacques, 1981, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard.

Sundaram Ravi, 1999, « Recycling modernity : pirate electronic cultures in India », Third Text, vol. 13, no 47, p. 59-65.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « Piracy, creativity and infrastructure : rethinking access to culture », un article non publié de Lawrence Liang, mis en ligne le 20 juillet 2009 [URL : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1436229], consulté le 22 février 2014. Nous publions cette traduction avec l’aimable autorisation de l’auteur.

2 N.d.t. Médias est ici entendu au sens large, comme dans le reste de l’article : médias et médiatiques renvoient à l’ensemble des produits culturels, dématérialisés ou enregistrés sur des supports physiques, libres ou faisant l’objet d’une exploitation par des industries qualifiées alors d’industries médiatiques.

3 N.d.t. Chaque année, le bureau de l’USTR, l’agence chargée des accords commerciaux des États-Unis, publie un rapport, le Special 301 Report, dans lequel sont identifiés les pays dont la législation sur la propriété intellectuelle est jugée insuffisante ou inadaptée pour protéger les intérêts des entreprises américaines.

4 N.d.t. L’« utilisation équitable » (fair dealing) renvoie aux limitations juridiques du copyright dans les pays du Commonwealth, concernant des usages dont il est accepté qu’ils dérogent à certains aspects du droit d’auteur, par exemple pour la recherche scientifique ou la critique.

5 N.d.t. A2K est une mouvance aux contours larges d’organisations qui veulent faire de l’accès au savoir un principe fondamental.

6 N.d.t. Aujourd’hui National Institute of Open Schooling (NIOS).

7 N.d.t. Le dal est une catégorie de lentilles très consommée en Inde, et par extension le nom d’un plat populaire.

8 N.d.t. Information and communication technologies for development (ICT4D) est une catégorie générale pour désigner les projets de développement économique, politique ou culturel qui réfléchissent aux manières d’utiliser les technologies de l’information et de la communication pour réaliser leurs objectifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lawrence Liang, « Piratage, créativité et infrastructure : repenser l’accès à la culture », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5955 ; DOI : 10.4000/traces.5955

Haut de page

Auteur

Lawrence Liang

Chercheur à l’Alternative Law Forum

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page