Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Une analyse économique du piratage informatique

Peter T. Leeson et Christopher J. Coyne
Traduction de Marc Lenormand
p. 203-231

Texte intégral

1Dans cette introduction brève à l’article « Une analyse économique du piratage informatique », nous voulons souligner que les a priori conceptuels de Peter Leeson et Christopher Coyne les empêchent de penser l’organisation pirate dans son ensemble, et concentrent l’attention sur les travers et coûts associés à la piraterie sans en prendre en compte ni les implicites idéologiques ni les bénéfices. Dans leur article, Leeson et Coyne enfourchent la thématique courue des incitations à être pirate. Ils écartent d’emblée les diverses variantes du piratage et du bidouillage pour se concentrer sur l’aspect illégal de ces activités : « Tout d’abord, dans la plupart des cas, le bidouillage comme le piratage impliquent un accès non autorisé, et donc constituent des menaces en termes de sécurité, quels que soient les objectifs poursuivis par les personnes qui s’introduisent ainsi de manière illicite dans les systèmes informatiques. » Gênés aux entournures par les « bons pirates », car selon leurs termes « ils ne sont pas animés par des désirs humains fondamentaux comme la quête de l’argent ou de la gloire », les auteurs s’en détournent pour se focaliser sur les « mauvais pirates » qui eux bidouillent à qui mieux mieux pour la notoriété et le profit. Ils soulignent que des législations plus dures dissuadent les pirates attirés par le profit, et vraisemblablement ceux attirés par la gloire, même s’il existe des raisons de croire que dans ce dernier cas, l’effet n’est pas garanti puisque à vaincre avec péril, on triomphe avec gloire.

2L’essentiel de notre propos est d’accorder la place qui lui revient à l’analyse économique des comportements jugés déviants telle la piraterie informatique. Dans un ouvrage antérieur, Leeson développait déjà un argumentaire économique complet rendant compte de plusieurs caractéristiques des sociétés pirates essentiellement maritimes (2009). Par exemple, dans l’élection démocratique des dirigeants, la séparation des pouvoirs entre capitaine et quartier maître, ou l’égalité entre membres de l’organisation pirate, Leeson voit une nécessité économique, fondée sur le besoin de cohérence interne indispensable à la piraterie, l’impossibilité de recourir à une justice légale, et l’incertitude des paiements de chacun pour l’exécution d’un travail collectif : « Aucune autorité extérieure centrale n’a conçu, dirigé ou imposé la démocratie au sein de la société pirate. Les intérêts criminels propres des pirates les ont conduits à adopter ce système sans aucune aide extérieure » (2009, p. 43).

3L’approche économique considère donc que les activités pirates sont des conséquences logiques découlant des coûts et bénéfices associés : j’augmente la peine, je réduis l’attrait. Nous ne contestons pas cette vue à proprement parler. Nous souhaitons simplement la mettre en perspective. D’une part, écarter les pirates criminels des bons pirates est un peu artificiel, et distinguer les pirates pour la gloire de ceux pour l’argent encore plus. Ne pourrait-on pas tracer une ligne plus claire en séparant la cybercriminalité organisée qui rapine les bases de données et comptes en tous genres des pirates qui ne cherchent pas l’enrichissement ou l’expropriation ? Pour les premiers, des lois plus dures. Pour les seconds, pourquoi ne pas les mettre dans le même panier que les bons pirates ?

4En effet, la démarcation entre types de pirates et d’actions pirates est délicate à tracer. Les pirates qui recherchent la notoriété et ceux que Leeson et Coyne déclarent n’être attirés ni par l’argent ni par la gloire sont finalement proches en ce qu’ils n’exproprient à proprement parler personne, ils respectent donc le principe cardinal des capitalismes, c’est-à-dire la propriété privée. Dès lors, quelle serait la motivation profonde de milliers d’individus à franchir des limites et à bidouiller ?

5Nous sommes tentés d’inverser la logique économique et de considérer les activités pirates organisées elles-mêmes comme les conséquences de la présence diffuse dans la société de principes plus moraux, plus démocratiques, plus égalitaires. C’est parce que les règles, codes, et normes du capitalisme financier actuel cherchent à valoriser toujours plus précisément chaque clic et donnée personnelle que de nombreuses personnes s’établissent en justiciers et refusent cette logique. La piraterie informatique porterait le flambeau d’une vision alternative de l’échange économique, fondé sur l’esprit de communauté et l’espoir du génie humain décentralisé en de multiples points de la planète. Comprendre les implicites idéologiques qui fondent le capitalisme en général et en particulier celui du Net au xxie siècle permet d’éclairer sous un autre jour les actes de piraterie, et donc d’anticiper différemment les conséquences de lois plus sévères. Comprendre la piraterie à partir de la logique même que la piraterie combat est forcément lacunaire. Il faut donc, de façon complémentaire, recourir à d’autres principes explicatifs, comme nous nous y sommes essayés dans notre ouvrage (Durand et Vergne, 2010). À la motivation de l’argent ou de la gloire, substituer une analyse de la piraterie en tant que motif historique qui se répète chaque fois qu’une révolution capitaliste a lieu : l’exploration des océans, les ondes radios, le Net, l’espace, l’ADN… à chaque territoire sa révolution et ses pirates.

6Par ailleurs, toutes les organisations pirates, nolens volens, sont à l’origine d’innovations et de mesures de défense en retour. Elles nourrissent donc le moteur à produire du nouveau avec de l’ancien, à valoriser plus précisément des actifs existants qui ont été ou risquent d’être attaqués. Les cybercriminels créent donc un marché de la cyber-défense. Et plus important encore pour notre vision de l’organisation pirate, les « bons pirates » de Leeson et Coyne revendiquent souvent de nouveaux modèles d’échange et de partage, développent des techniques, trucs et astuces qui sont à l’origine des produits et services de demain. Dénoncer les coûts induits et les coups portés aux intérêts existants est là aussi partiel au sens où les innovations en tous genres développées par les pirates et récupérées par les acteurs économiques ne sont pas valorisées dans cette équation. Il ressort à nouveau que l’analyse économique de la piraterie proposée par Leeson et Coyne est biaisée.

7Au total, penser l’organisation pirate en tant que phénomène consubstantiel aux révolutions capitalistes permet de faire bouger les lignes de pensée établies. Qu’est-ce que la propriété ? Qu’est-ce que la propriété juste ? Qui redéfinit les frontières entre le légitime et le légal ? Entre l’appropriation acceptable et l’expropriation éhontée ? Les fondements sociaux et politiques de ces démarcations sont indispensables pour rendre compte des activités pirates, non pas tant dans celles identifiées comme criminelles – puisqu’il faut toujours les combattre – que dans celles qui sont motivées par d’autres principes – et qu’il faut mieux comprendre.

Rodolphe Durand et Jean-Philippe Vergne

  • 1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The economics of computer hacking », paru dans Journal of La (...)
  • 2 N.d.t. Nous traduisons hackers par « pirates ». Il ne s’agit pas de la traduction habituelle de hac (...)

8À l’ère numérique, la cyber-sécurité est peut-être la forme de sécurité dont on devrait se soucier le plus1. Des banques aux écoles, hôpitaux, entreprises et gouvernements, à peu près toutes les institutions contemporaines conservent les informations dont elles disposent sur des supports électroniques. Cela veut aussi dire qu’il est possible à toute personne munie d’un ordinateur, d’une connexion à internet et des connaissances adéquates en informatique d’accéder à toutes les informations les plus sensibles vous concernant, depuis votre numéro de carte de crédit et votre compte bancaire jusqu’à votre dossier médical et vos factures de téléphone, et de les consulter, les voler ou les manipuler. Un monde de plus en plus informatisé est de plus en plus vulnérable aux pirates informatiques malveillants2.

  • 3 Security Stats.Com, « Virus related statistics » [en ligne], [URL : http://www.securitystats.com/vi (...)
  • 4 PricewaterhouseCoopers, « PwC Security benchmarking service 2000 now available to help organization (...)

9Même si nous ne savons pas grand-chose au sujet de ces pirates de l’ombre, nous avons une bonne connaissance des dégâts qu’ils causent. En 2003, les virus informatiques créés par des pirates ont coûté aux entreprises 55 milliards de dollars, près du double des dégâts infligés en 20023. En 2000, le coût total de toutes les attaques de pirates pour l’économie mondiale s’élevait, selon les estimations, à la somme astronomique de 1,5 trillion de dollars4. En 2004, une enquête menée auprès d’entreprises et d’agences fédérales américaines par le Computer Security Institute (CSI) a révélé que plus de la moitié signalaient des violations de leur sécurité informatique au cours des douze derniers mois, et 100 % faisaient état d’un incident lié à leur site internet pendant la même période (Computer Security Institute, 2004).

10Il est probable que ces chiffres sous-estiment le nombre et la fréquence des violations de la sécurité informatique par des pirates. Les entreprises, notamment dans le secteur financier, hésitent fortement à signaler des piratages, par crainte de l’impact potentiel sur la réputation de leur système de sécurité auprès des clients et des actionnaires. Selon l’étude des entreprises américaine réalisée conjointement par le CSI et le Federal Bureau of Investigation (FBI), près de 50 % des entreprises qui ont connu une intrusion au cours de l’année précédente déclarent ne l’avoir signalé à personne. Elles fournissent comme raison principale l’impact négatif éventuel sur l’image et le cours de l’action de l’entreprise (CSI, 2004, p. 13-14). D’autres études vont dans le même sens (United Nations, 1994 ; Schell et Dodge, 2002, p. 40). Que savons-nous de la communauté mystérieuse des pirates informatiques ? Que pouvons-nous faire face aux coûts que ceux-ci induisent ?

11Cet article emploie une analyse économique assez simple pour tenter de comprendre le phénomène du piratage. Nous cherchons tout particulièrement à élaborer un cadre d’analyse du piratage susceptible de servir aux décideurs. À cette fin, nous divisons la communauté des pirates en trois catégories que distinguent leurs motivations. La première catégorie est composée des « bons » pirates. Ces pirates s’introduisent illégalement dans les systèmes informatiques, mais informent volontairement les responsables de ceux-ci des failles des systèmes de sécurité. La deuxième catégorie de pirates est motivée par la célébrité. Ses membres, qui forment une sous-culture dangereuse pratiquant le piratage non éthique, recherchent la condamnation publique et la reconnaissance de leurs pairs en s’introduisant dans les archives électroniques de cibles vulnérables et en y semant le chaos. La troisième catégorie de pirates est « cupide », motivée non par la gloire mais par le profit. Les pirates motivés par le profit peuvent être « bons » ou « méchants », selon que l’une ou l’autre de ces attitudes est susceptible de leur rapporter davantage.

12Une analyse économique de ces trois catégories distinctes de pirates fournit des éléments de réflexion importants pour la mise en œuvre de politiques visant à réduire la menace que le piratage fait peser sur la sécurité informatique. Nous proposons une brève histoire du piratage informatique, avant d’examiner successivement les bons pirates, les pirates motivés par la célébrité et ceux qu’anime le profit, et enfin d’envisager les implications de notre analyse en termes de politiques publiques.

Une brève histoire du piratage informatique

13On peut faire commencer l’histoire du piratage informatique dans l’Amérique des années 1960, lorsque les adhérents du Tech Model Railroad Club du Massachussetts Institute of Technology (MIT), l’association des amateurs de trains électriques, « piratent » les commandes des trains électriques pour les faire rouler plus vite, les faire fonctionner mieux ou différemment. À peu près à la même époque, le MIT met en place un laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle, qui accueille certains des premiers ordinateurs de calcul. Dotés d’une curiosité innée pour le fonctionnement des machines, plusieurs membres du Club sont attirés par le laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle. Les ordinateurs, du nom de PDP-1, sont grands et lents, et leur fonctionnement extrêmement coûteux. Pour résoudre certains de ces problèmes, les programmeurs les plus malins créent des « piratages » – des courts-circuits dans le système informatique – qui rendent la réalisation de certaines opérations plus facile et plus rapide.

14Le MIT n’est pas le seul endroit où l’on pratique le piratage. C’est aussi le cas dans les instituts de recherche en informatique, comme les laboratoires AT&T Bell. En 1969, dans ce qui constitue l’un des piratages les plus importants de l’histoire, deux employés des laboratoires AT&T Bell, Dennis Ritchie et Ken Thompson, créent le prédécesseur du système d’exploitation libre, qu’ils nomment UNIX. UNIX devient rapidement le langage standard de l’informatique. Au début de son histoire, le piratage n’a rien à voir avec les activités illicites ou avec la cybercriminalité. Au contraire, l’accès des pirates aux systèmes informatiques fait consensus, ceux-ci étant ainsi améliorés et non dégradés.

15En revanche, dans les années 1970, les choses commencent à changer. Les pirates prennent conscience des bénéfices personnels qu’on peut tirer du piratage. Les activités de piratage ciblent de plus en plus le téléphone, en particulier une activité connue sous le nom de phreaking. Au début des années 1970, John Draper, un vétéran du Vietnam, se rend compte que le sifflet en plastique offert dans les boîtes de céréales Captain Crunch reproduit parfaitement la tonalité de 2600 Hz nécessaire pour les appels téléphoniques nationaux. En soufflant dans le sifflet au bon moment, le système de mise en relation d’AT&T croit que l’accès aux appels nationaux a été accordé, et l’appel peut ainsi être passé gratuitement.

16À la suite de sa découverte, Draper adopte le pseudonyme de Cap’n Crunch et, grâce à la créativité dont il a fait preuve, gagne rapidement des disciples dans le milieu underground des pirates informatiques et téléphoniques. D’autres pirates poursuivent le travail de Draper, et conçoivent des « boîtes bleues » (blue boxes) conçues pour faciliter la fraude aux appels nationaux. Parmi les pirates informatiques qui se livrent alors au piratage téléphonique, on compte Steve Wozniak et Steve Jobs, les futurs fondateurs d’Apple Computers. En 1978, deux pirates de Chicago lancent un système de bulletins électroniques, créant ainsi le premier espace de rencontre virtuel pour la communauté grandissante des pirates. On y échange des astuces, des numéros de carte de crédit volées, et d’autres informations utiles pour les activités de piratage ou issues de celles-ci.

17Grâce à la publicité offerte aux pirates par le film War Games, sorti en 1983, au prix de plus en plus accessible des ordinateurs personnels, et enfin à l’extension du monde virtuel (ARPANET est en train de devenir Internet), la pratique du piratage informatique s’accroît encore davantage dans les années 1980. L’une des évolutions les plus importantes de la décennie est l’apparition de « bandes » de pirates, comme la bande 414 de la région de Milwaukee, composée d’extrémistes du piratage dont le seul but est d’accéder sans autorisation à des systèmes informatiques et d’y semer le chaos. La bande 414 a été l’une des premières à être arrêtée et punie par les autorités pour les cyber-crimes qu’elle a commis, notamment l’accès illégal au système informatique du laboratoire de Los Alamos où les armes nucléaires américaines sont développées, et l’intrusion dans le système du centre de lutte contre le cancer de Sloan Kettering à New York. La bande 414 n’est pas seule dans le monde nouveau du piratage criminel. Legion of Doom, la « légion de l’apocalypse », et Masters of Deception, les « maîtres de l’illusion » (Slatalla et Quittner, 1995), deux bandes de pirates concurrentes, sont aussi nées dans les années 1980. En réaction à l’augmentation du nombre de crimes liés au piratage, le gouvernement fédéral américain a criminalisé en 1984 l’accès non autorisé à des systèmes informatiques.

18Mais l’activité des pirates ne se limite pas à l’intrusion dans les systèmes informatiques. En 1988, le monde a assisté à la naissance d’un nouveau type d’acte de piratage, le ver informatique, répandu par inadvertance par son créateur, Robert Morris, un étudiant de l’université de Cornell. Morris a été identifié, puni d’une amende de 10 000 dollars, et condamné à trois ans de mise à l’épreuve. C’est aussi à la fin des années 1980 qu’ont eu lieu les premières actions de piratage ciblant le gouvernement. Plusieurs membres du Computer Chaos Club, le « club du chaos informatique » ouest-allemand, ont ainsi volé au gouvernement américain des informations conservées électroniquement pour les vendre au KGB (Stoll, 1989).

19Dans les années 1990, l’accroissement des activités de piratage a conduit le gouvernement américain à mener des raids surprises dans des locaux suspectés d’abriter des pirates dans quatorze villes des États-Unis, au cours de l’opération Sundevil. En dépit de nombreuses arrestations et des dénonciations grâce auxquelles certains pirates arrêtés obtiennent l’immunité, les piratages se poursuivent. Il ne s’agit plus seulement de tours potaches joués par des adolescents ou de délits mineurs. Les pirates emploient leurs talents pour mener à bien des opérations beaucoup plus ambitieuses. En 1995, deux pirates russes volent 10 millions de dollars à Citibank. En réaction aux répercussions de plus en plus importantes des activités des pirates, le gouvernement américain inaugure en 1998 son Centre national de protection des infrastructures d’information (National Information Infrastructure Protection Center), destiné à protéger les systèmes américains de télécommunications et de transport contre les attaques des pirates.

20Au tournant du millénaire, le piratage, autrefois mené principalement par des Américains ou des Européens, est devenu un phénomène mondial. La gravité des crimes commis par les pirates s’accroît également. Les pirates conçoivent des attaques de « déni de service » qui mettent hors d’usage les réseaux d’offre de service d’entreprises telles que Yahoo!, eBay, Amazon ou autres, ce qui coûte à ces dernières des millions de dollars de pertes de chiffre d’affaires. La puissance et la fréquence des virus destructeurs continuent aussi de grandir, pour culminer en mai 2000 avec le virus I LOVE YOU, dont on estime qu’il a coûté à l’économie mondiale près de 9 milliards de dollars, à cette date le virus le plus néfaste jamais créé par des pirates (Computer Economics Institute, 2002).

21Comme son histoire le révèle, le piratage correspond à de multiples activités : le décodage de mots de passe, la création de « bombes logiques », les attaques par courrier électronique, les attaques par déni de service, l’élaboration et la diffusion de virus, l’accès interdit à des informations conservées électroniquement, la redirection automatique à partir de pages Web, le détournement de sites électroniques, ou toute autre activité impliquant l’accès à des systèmes informatiques sans les autorisations nécessaires. Par ailleurs, même si le piratage concerne principalement les ordinateurs, cela n’est pas toujours le cas, et les activités frauduleuses peuvent s’étendre aux téléphones, aux cartes de crédit (en créant des dispositifs qui dérobent le code magnétique des cartes et le reproduisent sur d’autres), aux abonnements de métro (en transformant les cartes ou les bornes pour permettre un nombre illimité de trajets), aux parcmètres (en truquant les machines pour pouvoir bénéficier d’une durée de stationnement illimitée) ou à quasi tout autre objet équipé de composants électroniques. Nous limitons notre réflexion principalement au piratage électronique, même si les principes fondamentaux que nous mettons en lumière peuvent s’appliquer également à d’autres formes de piratage.

  • 5 « Presque tout le monde sait ce qu’est un pirate informatique (hacker), du moins au sens commun du (...)

22Certaines personnes refusent que les activités destructrices mentionnées précédemment soient qualifiées de hacking, et ceux qui les commettent des hackers. Selon elles, ces termes devraient être réservés aux activités certes souvent illicites, mais généralement innocentes des férus d’informatique qui s’introduisent dans les systèmes et y jettent un coup d’œil pour voir comment ils fonctionnent, mais ne touchent à rien. [Ils proposent par ailleurs que le terme hacking soit traduit par « bidouillage », et hacker par « bidouilleur ».] Dans cette optique, c’est plutôt le terme cracker qui devrait être appliqué aux comportements nuisibles de cracking, listés précédemment et trop souvent confondus avec le « bidouillage » innocent. Bien que nous reconnaissions cette distinction, nous choisissons de parler de hackers et de hacking dans notre analyse [et d’employer en français les termes « pirate » et « piratage »]. Tout d’abord, dans la plupart des cas, le bidouillage comme le piratage impliquent un accès non autorisé, et donc constituent des menaces en termes de sécurité, quels que soient les objectifs poursuivis par les personnes qui s’introduisent ainsi de manière illicite dans les systèmes informatiques. Ensuite, qu’on le veuille ou non, le terme anglais de hacking s’applique aujourd’hui dans le langage courant aux activités que nous avons décrites [et c’est le terme « piratage » qui s’est imposé en français]. La plupart des gens ne percevant pas les nuances entre diverses activités informatiques illégales aussi bien qu’entre les membres de la communauté des pirates, la distinction terminologique promue par certaines personnes au sein de celle-ci est rendue inopérante5.

Les bons pirates

  • 6 Taylor suggère que la manipulation des médias par les pirates vise en partie à leur permettre de «  (...)

23Bien que la psychologie du piratage soit encore balbutiante, les premières recherches semblent avoir abouti à une sorte de consensus sur ce qui motive les pirates. Les pirates solitaires et les bandes de pirates s’inscrivent dans un réseau de sociabilité ou une communauté informelle plus large composés d’individus semblables. Les travaux sur la mentalité des pirates les plus valables empiriquement s’appuient donc principalement sur des entretiens réalisés auprès des membres de cette communauté informelle et sur des questionnaires. Nous présentons plus bas un bref panorama des résultats récents de ces rares travaux. Auparavant, il nous faut cependant souligner qu’il est de notoriété publique que les pirates mentent aux journalistes, aux chercheurs et à quiconque les contacte pour savoir comment ils opèrent et comment opèrent leurs associés. De nombreux pirates semblent prendre un malin plaisir à fourvoyer les chercheurs et plus généralement à donner aux gens une fausse image des raisons pour lesquelles ils se livrent au piratage (Platt, 1997, p. 53)6. C’est un aspect qu’il convient de garder à l’esprit lorsqu’on étudie les résultats de recherches visant à identifier les motivations des pirates. Cependant, ces données sont les meilleures dont nous disposons à l’heure actuelle, aussi il nous faut les utiliser, à moins de renoncer à toute étude empirique du sujet.

24Les données les plus actuelles et les plus complètes sur le profil démographique, les motivations et les habitudes des pirates sont celles rassemblées par Schell et Dodge (2002). Ces chercheurs se sont penchés sur plus de 200 pirates qui ont participé à deux des plus grandes conventions de pirates en juillet 2000 – oui, il y a des conventions annuelles de pirates, au cours desquelles des pirates venus du monde entier se rassemblent pour échanger des astuces concernant aussi bien le matériel informatique dernier cri que la façon de voler des numéros de carte de crédit enregistrés en ligne. Il s’agissait de la convention H2K à New York, et de la convention DefCon on 8 à Las Vegas. En plus de distribuer des questionnaires anonymes, les chercheurs ont interrogé au hasard certains pirates, posant des questions plus approfondies à ceux d’entre eux qui étaient volontaires pour y répondre (de nouveau sous couvert d’anonymat).

25L’étendue globale de la communauté des pirates n’est pas claire, même s’il est généralement admis qu’elle est de petite taille. Selon Sterling, « certains informateurs professionnels […] estiment que la population des pirates s’élève à 50 000 personnes » ; cependant, « il est probable que ce chiffre est gonflé […]. Je le placerai pour ma part à 5 000 personnes » (1992, p. 77). Même si nous ne savons pas grand-chose de la taille globale de la communauté des pirates, nous avons une idée très précise de la proportion d’hommes et de femmes. Seuls 9 % des pirates interrogés par Schell et Dodge (2002) étaient des femmes, ce qui rejoint les autres estimations évoquant une population de pirates très majoritairement masculine (Taylor, 1999 ; Gilboa, 1996). Il y a également convergence avec d’autres études sur l’âge des pirates (Stanford Research Institute, 1994) : la plupart ont en dessous de 30 ans, l’âge moyen étant de 27 ans, l’âge modal de 24 ans et l’âge médian de 25 ans.

  • 7 Au début des années 1980, un groupe de pirates d’élite, qui s’étaient donné le nom d’« Initiés », s (...)

26La motivation des pirates varie, mais une proportion importante des pirates interrogés évoque des raisons parfaitement innocentes : 36 % disent pirater pour « améliorer les possibilités des ordinateurs, des logiciels et des réseaux », 34 % pour « résoudre des énigmes et des difficultés », et 5 % pour « rendre la société meilleure ». Si nous pouvons accorder du crédit à ces chiffres, alors la très grande majorité des pirates ne présentent aucun danger. Il est vrai qu’en accédant sans autorisation à des systèmes informatiques, ils constituent des menaces potentielles pour la sécurité. Mais ils le font sans causer de dégâts. Bien entendu, lorsqu’ils partagent des failles de sécurité avec d’autres membres de leur communauté moins responsables, ils mettent indirectement en danger les utilisateurs d’ordinateurs, mais on ne sait pas dans quelle mesure les « bons » pirates font ce genre de chose7.

27On compte, parmi ces pirates, des gens qui apportent une aide précieuse, bien que discutable, aux utilisateurs d’ordinateurs. Certains de ces pirates signalent des failles de sécurité aux programmeurs et aux opérateurs des systèmes informatiques dans lesquels ils découvrent des faiblesses. Ces informations peuvent alors être utilisées pour combler les failles ou renforcer les points vulnérables, empêchant ainsi les intrusions de pirates moins bienveillants.

28Nous qualifions cette aide de discutable dans la mesure où les conseils de ces pirates, de même que le piratage lui-même, n’ont à aucun moment été sollicités. Comme le suggère une analogie répandue dans le milieu du piratage, c’est un peu comme si quelqu’un s’introduisait par effraction dans votre maison et ne volait rien, mais vous laissait un mot vous disant que votre alarme ne marche pas bien et que vos fenêtres ne sont pas suffisamment protégées, et que donc vous devriez faire quelque chose à ce sujet. Si, d’une certaine manière, cela présente pour vous un avantage, vous êtes aussi en droit d’être en colère.

  • 8 Parmi les pirates interrogés par Schell et Dodge (2002), 8 % affirment pirater pour « mettre au jou (...)

29Malheureusement, nous ne disposons pas de données sur la proportion des bons pirates qui font preuve d’une bienveillance de cette sorte8. Nous savons que de tels pirates existent, parce que les employés de certaines entreprises ont suggéré que diverses réparations avaient été effectuées grâce à des informations fournies par de bons pirates. Ce qui rend la chose plus compliquée, c’est que certains bons pirates insistent beaucoup plus que d’autres sur la nécessité pour les programmeurs et les opérateurs de systèmes informatiques vulnérables de prendre note de leurs conseils. Certains bons pirates ne se contentent pas d’informer les organisations de faiblesses dans leur sécurité mais menacent de révéler la faille qu’ils ont découverte si rien n’est fait pour corriger le problème. C’est comme si quelqu’un entrait chez vous par effraction, et vous disait que si vous n’achetez pas une meilleure alarme, les moyens de vous dérober vos biens seraient communiqués à des criminels.

30Il semble que c’est avec les bons pirates qu’il est le plus difficile de traiter, dans la mesure où ils ne sont pas animés par des désirs humains fondamentaux comme la quête de l’argent ou de la gloire. Heureusement, comme ils constituent la menace la plus faible et comme il est probable qu’ils sont responsables d’une faible part des dégâts occasionnés par le piratage, le peu de connaissances que nous avons d’eux n’a qu’un coût relativement faible. Du point de vue de la sécurité, les mauvais pirates sont plus importants : ceux qui causent des dégâts afin d’obtenir la reconnaissance de leurs pairs ou dans l’espoir d’en tirer profit.

Les mauvais pirates : à la recherche de la notoriété

  • 9 D’autres motivations des pirates, comme le « sentiment de puissance » ou la « capacité à partager d (...)

31L’étude menée par Schell et Dodge suggère que seulement 11 % des personnes interrogées sont animées de mauvaises intentions. En dépit de la faible proportion de mauvais pirates, c’est eux qui doivent faire l’objet de la plus grande attention, parce qu’ils sont responsables des dégâts coûteux infligés chaque année par les pirates. Contrairement à d’autres travaux qui indiquent qu’une proportion considérable des pirates est animée par la recherche de la gloire au sein de la communauté des pirates, aucune des personnes interrogées par Schell et Dodge n’a évoqué une telle motivation. Ce résultat, difficilement explicable, va à l’encontre des autres études qui ont examiné les motivations des pirates. La gloire, ou la reconnaissance des pairs, est considérée comme une des motivations les plus importantes des pirates par les spécialistes de la sécurité comme par les pirates, de même que par diverses études sur la psychologie des pirates (Blake, 1994 ; Platt, 1997 ; Sterling, 1991 ; Taylor, 1999 ; Thomas, 2002 ; Verton, 2002)9.

32Comme l’a souligné Denning, « même si la représentation stéréotypée des pirates suggère qu’il s’agit de personnes inadaptées sur le plan social, qui préfèrent les ordinateurs aux personnes, il est très probable que la dimension sociale de leur activité est importante pour les pirates. Ils aiment interagir les uns avec les autres sur les bulletins ou le courrier électroniques, et en face à face. Ils échangent des histoires, des anecdotes, des idées et des informations. Ils travaillent ensemble sur des projets. Ils forment les pirates en herbe. Et ils se retrouvent pour des conférences et des moments de convivialité » (1992, p. 60).

  • 10 On soulignera également que la fascination du public pour le monde mystérieux du piratage informati (...)
  • 11 On notera avec intérêt que la liste BugTraq a récemment été achetée par l’entreprise de cyber-sécur (...)

33Des types de piratages nouveaux, plus ambitieux, plus difficiles ou plus destructeurs sont une source de notoriété pour leurs auteurs au sein de la communauté informelle10. L’écho des exploits d’un pirate peut se répandre parmi les membres de la communauté de diverses manières. Tout d’abord, les pirates peuvent diffuser cette information de bouche à oreille, en la répétant auprès d’autres pirates ou auprès de bandes rivales qui la répètent auprès d’autres, et ainsi de suite. Ensuite, les pirates font état publiquement de leur responsabilité pour des actes de piratage sur des sites internet, des systèmes de bulletins électroniques, ou sur des listes de diffusion pirates comme Bugtraq11, Rootshell, RISKS Digest ou VulnWatch. Dans ces espaces virtuels, les pirates revendiquent les dégâts causés, mettent les informations ou les logiciels qu’ils ont créés à disposition d’autres pirates, ou échangent les méthodes et les programmes de piratage qu’ils viennent de mettre au point avec d’autres membres de la communauté, afin que ceux-ci puissent s’en servir.

  • 12 Tous les pirates ne se présentent pas toujours sous leur pseudonyme. La plupart, cependant, agissen (...)

34Dans chacun de ces cas, les pirates s’identifient comme les individus responsables de nouveaux piratages en publiant des informations sous le pseudonyme qu’ils se sont donnés individuellement ou collectivement pour se faire connaître au sein de la communauté des pirates tout en conservant leur anonymat vis-à-vis des autorités12. Les pseudonymes choisis par les pirates tendent à être mémorables et spectaculaires, comme Dark Dante (le pseudonyme de Kevin Poulsen), Captain Zap (celui de Ian Murphy) ou encore The Nightstalker (une des têtes pensantes du célèbre collectif pirate Cult of the Dead Cow), un élément qui renforce la capacité des pirates à acquérir de la notoriété au sein de la communauté lorsqu’ils publient de nouvelles informations. Il en va de même des noms choisis par les bandes de pirates, par exemple World of Hell, Bad Ass Mother F*ckers, Circle of Death, Farmers of Doom (Platt, 1997). La recherche de la gloire qui anime de nombreux mauvais pirates permet d’expliquer ces pseudos et ces noms de bandes blasphématoires, absurdes ou délirants qui dominent le milieu du piratage.

35Les pirates et les bandes de pirates qui parviennent à rendre leurs piratages célèbres peuvent aussi créer des effets de mode au sein de la communauté des pirates. Ainsi, deux des plus célèbres bandes de pirates, Legion of Doom et Masters of Deception, ont initié la tendance qui a vu les pirates et les bandes ultérieures s’inspirer, pour leurs pseudos, de personnages de bandes dessinées. Pareillement, la bande 414, l’une des premières à faire l’objet d’une offensive de la part des autorités, a lancé la tendance des pseudos basés sur des nombres (Schell et Dodge, 2002, p. 58).

36Le monde secret des pirates dispose aussi de ses propres médias, qui publient des livres, des journaux et des magazines en format papier ou électronique en lien avec le piratage. On peut évoquer, pour ne citer que quelques exemples, 2600 : The Hacker Quarterly, Black Hacker Magazine, Computer Underground Digest, Phrack Magazine, Hack-Tic Magazine, The Hackademy Journal, Hacker Zine, H.A.C.K, Bootlegger Magazine ou encore Binary Revolution. Dans ces titres, les pirates publient des informations techniques (par exemple, sur la façon de pirater un distributeur de billets), et échangent des informations glanées grâce à leurs derniers exploits pirates. Les articles et les livres sont publiés par leurs auteurs sous pseudonyme, et donnent aux pirates les plus en vue accès à un lectorat plus large, pour lequel certains pirates sont les meilleurs dans leur domaine, ce qui accroît leur réputation au sein de la communauté. L’une des publications les plus largement diffusées, Phrack, inclut même une section intitulée « Pro-Philes » dans laquelle divers pirates célèbres, légendes retirées du circuit ou étoiles montantes de la communauté, sont présentés et répondent à des entretiens, à côté d’encadrés détaillant les moments importants de leur biographie et leurs piratages les plus spectaculaires. De cette manière, des publications comme Phrack « ont servi à légitimer des pirates au sein de la communauté … en les présentant à leur lectorat comme des héros populaires » (Thomas, 2002, p. 140).

  • 13 Extrait d’un entretien avec un pirate réalisé par Taylor (1999, p. 59).

37Les pirates peuvent tirer profit de la célébrité générée par ce biais pour acquérir le statut de vedettes de la planète numérique. Certains groupes du milieu pirate ne sont ouverts qu’aux pirates les plus en vue. D’un côté, cela accroît encore le prestige des pirates célèbres admis dans ces groupes. De l’autre, ils accèdent ainsi à des informations supplémentaires qui ne sont connues que des membres du groupe. La reconnaissance des pairs permet aussi aux pirates d’entrer dans des bandes de pirates d’élite, bien connues et profondément respectées par le reste de la communauté. Comme l’affirme un pirate : « La reconnaissance des pairs était très importante : quand on est reconnu, on a accès à davantage de choses …. Beaucoup de gens pirataient autant pour la gloire que pour la montée d’adrénaline. Quiconque fait l’objet d’un article dans un magazine (Phrack, NIA, etc.) peut avoir accès aux systèmes de bulletins électroniques. »13

38Quand elle est bien gérée, la célébrité dans le milieu des pirates peut se transformer en véritable culte de la personnalité, les autres pirates tendant à imiter les méthodes d’un pirate célèbre ou à le considérer comme une autorité pour la communauté. C’est le cas, par exemple, de Cap’n Crunch, dont le nom est à tout jamais associé à la pratique du piratage téléphonique et dont la découverte majeure a donné lieu, entre autres choses, à l’une des principales publications pirates, 2600, nommé ainsi en hommage à sa découverte.

  • 14 William Gibson, à qui est attribuée l’invention du terme cyberespace, a contribué à l’émergence dan (...)

39Kevin Mitnick, connu sous le pseudonyme de Condor, a acquis un statut semblable de personnalité très en vue dans les milieux pirates, et gagné de nombreux disciples. Mitnick, qui a été arrêté de nombreuses fois en raison de ses activités de piratage, est parvenu à la notoriété non seulement au sein du milieu pirate, mais aussi aux yeux du reste du monde. Son visage et son histoire sont apparus dans les journaux et les magazines de tout le pays, et Mitnick a été invité à l’émission [de télévision américaine] phare 60 Minutes. En plus de servir d’inspiration pour de nombreux ouvrages, la figure de Mitnick a popularisé l’emploi du terme cyberpunk, créé en partie en référence à lui par les journalistes et écrivains Katie Hafner et John Markoff (1991)14. À la suite de sa dernière arrestation en 1995, un groupe de disciples de Mitnick au sein de la communauté pirate a organisé un mouvement de protestation lors de son procès à la fin des années 1990. Ces pirates, qui avaient formé une bande intitulée Hacking for Girlies, « le piratage pour les filles », se sont introduits sur le site du New York Times et y ont publié un message indélébile innocentant Mitnick.

40Quelques rares pirates sont considérés par leurs pairs comme appartenant à une élite, la crème du milieu. Ces individus sont souvent à la tête de bandes, comme Lex Luther, autrefois à la tête de Legion of Doom, ou Phiber Optik, un ancien chef de Masters of Deception, lequel a même été présenté dans les colonnes du New York Magazine comme l’une des « 100 personnes les plus intelligentes » de la ville. Ces pirates sont les plus créatifs du milieu et c’est eux qui rendent les programmes de piratage disponibles auprès de la communauté des pirates dans son ensemble. Les programmes de piratage peuvent être téléchargés sur des systèmes de bulletins électroniques, par exemple, et leur utilisation à des fins de piratage requiert des connaissances et une dépense d’énergie minimales.

  • 15 On peut citer d’autres exemples de programmes élaborés par des pirates et qui peuvent être téléchar (...)

41Bien entendu, la plupart des pirates n’accèdent pas à ce niveau de notoriété. Leurs compétences inférieures en matière de programmation les empêchent de créer des programmes efficaces de piratage. Ils consacrent la plupart de leur énergie à identifier et signaler à d’autres pirates des failles de sécurité relativement mineures ou déjà connues, ou bien simplement à télécharger des informations et des programmes prêts à l’emploi comme Trin00, Tribal Flood Network ou Stacheldraht, conçus par des pirates aux compétences supérieures, et à s’en servir pour attaquer des systèmes15. Il est peu probable que ces néophytes aux talents limités, ces script kiddies, comme on les appelle, deviennent célèbres au sein de la communauté des pirates en raison de leurs compétences en piratage, mais certains d’entre eux peuvent accéder à la notoriété en raison des dommages qu’ils causent en mettant à profit des programmes et des informations fournis par des pirates d’élite. Les compétences requises pour fermer le site Amazon.com sont minimes, comme l’a démontré Mafiaboy, le néophyte de 15 ans dont les pitreries pirates ont coûté à l’une des principales enseignes d’Internet 1,7 milliard de dollars en février 2000.

42La plupart des pirates animés par la recherche de la célébrité refusent explicitement de tirer un quelconque gain financier de leurs opérations de piratage. Ils professent un mépris profond à l’égard des pirates motivés par le profit, ceux qui travaillent pour le compte des entreprises de sécurité informatique ou d’autres entreprises liées au secteur de l’information, considérant que ces individus leur sont inférieurs. Ils se moquent d’eux en les qualifiant de Microserfs. Cette réaction négative à l’égard du piratage motivé par le profit est liée aux normes culturelles de la communauté des pirates animés par la recherche de la célébrité : beaucoup d’entre eux pensent que les grandes entreprises sont malhonnêtes et qu’elles subordonnent la créativité des pirates aux impératifs financiers du monde de l’entreprise.

L’économie du piratage animé par la recherche de la célébrité

43La recherche de la notoriété qui anime de nombreux pirates a des implications particulières quant au profil de ce segment du « marché du piratage ». La mesure de toute chose est ici, bien entendu, la célébrité. On doit donc modéliser ce marché de manière différente des marchés traditionnels dans lesquels l’argent est le moteur de la production, et le prix s’ajuste en fonction du rapport entre l’offre et la demande. Le marché du piratage animé par la recherche de la célébrité se fonde sur la relation entre la célébrité et la quantité de piratage. L’offre et la demande – laquelle, comme nous le verrons ultérieurement, n’est pas une demande au sens conventionnel du terme – sont modélisées dans un espace structuré selon deux axes : la célébrité et la quantité de piratage.

44Dans ce marché, on trouve d’un côté les producteurs d’actions pirates à la recherche de célébrité. L’offre fournie par les pirates présente la forme conventionnelle d’une courbe à pente positive. Lorsque les pirates sont susceptibles de devenir célèbres ou connus au sein de la communauté pirate grâce à leurs piratages, ils fournissent une plus grande quantité de piratages, ce qui peut prendre la forme de piratages plus inventifs ou plus dévastateurs. Lorsque le piratage est moins susceptible de leur apporter célébrité ou notoriété, ils sont moins disposés à en fournir.

45La position de cette courbe de l’offre est en grande partie déterminée par le coût du piratage. Le coût fixe initial du piratage est modéré, consistant la plupart du temps en un ordinateur, une ligne téléphonique et un modem. Pour des attaques plus sophistiquées, les coûts fixes peuvent inclure également une formation de base à la programmation et aux langages informatiques, même si de nombreuses formes destructrices de piratage ne nécessitent qu’une formation spécialisée minimale. Les coûts variables pour les pirates résident principalement dans le coût de l’électricité.

46L’autre élément décisif concernant la position de la courbe de l’offre est le nombre de pirates en activité. Ce groupe est fortement limité par le nombre de personnes qui désirent accéder à la célébrité dans le milieu pirate (votre sœur, par exemple, est sans aucun doute capable de réaliser des piratages, mais n’a aucune aspiration à devenir célèbre chez les pirates, et donc ne passe pas à l’acte), lequel est relativement faible. Ce facteur – le nombre d’individus qui souhaitent voir leur nom figurer dans la « galerie des pirates illustres » – est au final le facteur limitatif qui détermine la position de la courbe de l’offre du piratage. Ainsi, même si à peu près n’importe qui peut provoquer des dégâts importants en tant que pirate dans la mesure où le coût est aussi faible, peu de personnes le font parce que peu de personnes sont à la recherche de la récompense à la clé, à savoir la célébrité chez les pirates.

  • 16 Un élément essentiel du code des pirates, auquel tant de pirates souscrivent, est que l’accès aux o (...)
  • 17 De nombreux pirates sont très à gauche et sont résolument opposés à la « marchandisation » de l’inf (...)

47Dans ce marché, l’autre partie est inhabituelle en ce qu’elle ne consiste pas en des demandeurs au sens habituel du terme. Lorsque des pirates fournissent davantage de piratage, le reste de la communauté des pirates est plus heureux. Peut-être est-ce parce qu’ils obtiennent ainsi accès à des informations, à des méthodes de piratage et des logiciels nouveaux, qu’ils peuvent mettre à profit dans leurs propres activités de piratage ou qu’ils estiment être des biens en eux-mêmes et pour eux-mêmes. Les membres de la communauté des pirates peuvent considérer les actes de piratage comme une expression de leur opposition aux grandes entreprises ou de leur conviction que toutes les informations devraient être disponibles à tous et « libres »16. D’autres peuvent simplement avoir de mauvaises intentions et prendre plaisir à voir la sécurité des grandes entreprises remise en cause, ou considérer que les attaques pirates servent indirectement leurs objectifs politiques17.

48Dans le cas du piratage motivé par la recherche de la célébrité, la communauté pirate ne paie pas davantage pour obtenir davantage de piratage. Les producteurs de piratages ne sont pas à la recherche d’argent et, comme nous l’avons souligné auparavant, ils rejettent souvent explicitement toute idée de récompense financière. Ils sont à la recherche de la célébrité. Les autres membres de la communauté pirate, qui accordent de la valeur aux nouveaux piratages, font entendre des applaudissements nourris, pour ainsi dire, lorsque de nouveaux piratages sont effectués. Ces applaudissements nourris se traduisent par une célébrité accrue pour les producteurs des piratages. Plutôt que de demander aux producteurs pirates d’offrir un produit au sens habituel du terme, l’autre partie du marché du piratage motivée par la recherche de la célébrité est composée d’individus (la communauté pirate) qui réagissent à l’offre de piratage en applaudissant plus ou moins. Dans le langage des économistes, la communauté pirate a une fonction de réaction, qui précise comment cette communauté réagit à la quantité variable de piratage fournie par les pirates, en conférant plus ou moins de célébrité. Davantage de piratage est récompensé par des applaudissements plus nourris, moins de piratage par des applaudissements moins nourris. La fonction de réaction de la communauté pirate présente donc une courbe à pente positive, tout comme l’offre de piratage elle-même. L’interaction de la courbe de l’offre de piratage et la fonction de réaction de la communauté pirate produit deux possibilités, représentées dans les figures 1 et 2.

49Dans la figure 1, la courbe de l’offre est moins élastique que la fonction de réaction de la communauté pirate. C’est l’inverse dans la figure 2. Cela veut dire que, dans la figure 1, les producteurs de piratages sont plus réactifs – plus sensibles – aux transformations en termes de célébrité que ne l’est la communauté pirate qui réagit. Dans la figure 2, c’est la communauté pirate qui est plus réactive en termes d’évolution de la célébrité que ne le sont les producteurs de piratages. Ces deux possibilités ont des implications très différentes – contradictoires en vérité – pour les politiques visant à réduire la quantité de piratage produite par les pirates animés par la recherche de la célébrité. Il est donc très important d’évaluer avec précaution l’impact des politiques existantes et, si possible, d’identifier lequel des deux scénarios est le plus susceptible de prédominer. C’est ce que nous examinons dans une section ultérieure.

Les pirates cupides : à la recherche du profit

50Une troisième catégorie de pirates est motivée par le profit potentiel généré par le piratage. Ces pirates, préoccupés par les dollars et non par la célébrité, peuvent être issus de l’une ou l’autre des catégories de pirates, les bons et les mauvais. Parmi les mauvais, on compte les pirates qui se livrent à des activités comme l’utilisation frauduleuse de cartes de crédit, le vol d’argent à des banques, la vente à une entreprise d’informations sensibles volées à une autre entreprise, ou ceux qui sont engagés par d’autres criminels pour effectuer, pour eux, une mission contre rémunération.

  • 18 Nick Wingfield, « It takes a hacker », Wall Street Journal, 11 mars 2002.
  • 19 Le célèbre ancien pirate Kevin Poulsen, aussi connu sous le pseudonyme Dark Dante, est aujourd’hui (...)

51Les bons pirates sont ceux qui travaillent pour des entreprises de sécurité informatique ou les dirigent. En 2001, ce secteur a engrangé 1,8 milliard de dollars aux seuls États-Unis18. Ces pirates vendent leur capacité à identifier des failles dans la sécurité des systèmes et programmes informatiques, aux institutions gouvernementales et aux entreprises qui souhaitent accroître leur sécurité. Ces organisations engagent des employés d’entreprise de sécurité pour que ceux-ci se livrent à des simulations d’attaques pirates sur leurs systèmes et ensuite signalent les points faibles afin qu’ils puissent être corrigés. Certains des experts en sécurité employés par ces entreprises ou à la tête de celles-ci sont des pirates repentis, des personnes qui pirataient illégalement et qui ont abandonné cette activité volontairement, ou bien ont été pris et punis pour leurs crimes et se sont alors tournés vers le piratage licite. On peut citer deux entreprises aujourd’hui disparues, Comsec Data Security dirigée par quatre anciens membres de Legion of Doom, et Crossbar Security mise sur pied par Mark Abene, aussi connu sous le nom de Phiber Optik, un ancien chef de Masters of Deception. Parmi les entreprises de sécurité informatique dirigées par des pirates repentis qui ont connu la réussite, on peut mentionner ShopIP, l’entreprise de John Draper, anciennement Cap’n Crunch, qui a distribué un nouveau firewall nommé Crunchbox, et IAM Secure Data Systems Inc., fondée par Ian Murphy, aussi connu sous le nom de Captain Zap19.

52Méfiantes, de nombreuses entreprises hésitent à engager des pirates repentis pour améliorer leur sécurité. C’est la raison pour laquelle Comsec a finalement fait faillite. D’autres organisations, tout aussi nombreuses, sont en revanche tout particulièrement attirées par cette caractéristique de certaines entreprises de sécurité parce qu’elles peuvent ainsi simuler les attaques pirates les plus réalistes sur leurs systèmes. On dit des pirates qu’ils possèdent une façon unique de réfléchir, qui les conduit à trouver des voies d’accès aux systèmes qui sont inventives et que des employés normaux ne prendraient pas. De grandes entreprises comme American Express, Dun & Bradstreet ou encore Monsanto ont embauché des équipes spéciales, surnommées tiger teams, pour évaluer la vulnérabilité de leurs systèmes (Roush, 1995, p. 39).

53En ce qui concerne les pirates, bons comme mauvais, motivés par le profit, les marchés semblent conventionnels. Puisque les producteurs sont à la recherche d’argent, l’offre et la demande de piratage peuvent être présentées dans un espace structuré par le prix et la quantité, où le prix équilibre le comportement des fournisseurs et des demandeurs. Chacun des deux marchés présente une courbe de l’offre à pente positive et une courbe de la demande à pente négative. Dans les deux cas, les pirates fourniront une plus grande quantité de piratage s’ils sont payés davantage, et une moins grande quantité s’ils sont moins payés. De la même manière, les entreprises qui engagent les pirates motivés par le profit, qu’elles soient criminelles ou légales, demandent de faibles quantités de piratage quand les pirates exigent un prix élevé, et en demandent davantage quand les prix pratiqués par les pirates sont moins élevés.

54Dans ces courbes, l’élasticité des prix est déterminée par les facteurs habituels et il n’y a pas de raison qu’elle soit extrême, tant pour l’offre que pour la demande de piratage. Pareillement, la position de ces courbes est déterminée dans chaque cas par des éléments typiques, à la différence que le coût du piratage pour les mauvais pirates est plus élevé qu’il ne l’est pour les bons pirates, dans la mesure où ces derniers ne risquent pas de punition légale, contrairement aux premiers. On peut donc raisonnablement penser que le prix d’équilibre du piratage dans le marché du mauvais piratage motivé par le profit est plus élevé qu’il ne l’est dans le marché du bon piratage motivé par le profit. Dans la mesure où les pirates motivés par le profit sont prêts à fournir leurs services au plus offrant, la différence de taux de profit entre le mauvais et le bon piratage à but lucratif déterminera les flux de pirates entre ces deux secteurs en concurrence pour l’obtention de leurs services.

55Du point de vue de la sécurité informatique, on peut considérer cela comme une bonne ou comme une mauvaise chose. Si le bon piratage à but lucratif rapporte davantage de profit que le mauvais piratage à but lucratif, alors la société est gagnante sur deux fronts en termes de sécurité. Le nombre de mauvais pirates se contracte de manière endogène et exogène. D’une part, plus de pirates seront employés dans des activités qui n’impliquent pas de s’introduire illégalement dans des systèmes, ce qui réduira le nombre de pirates potentiellement dangereux dans la nature. Ce n’est pas tout. Les pirates motivés par le profit qui ne sont plus employés pour se livrer à des piratages néfastes sont désormais employés à combattre les tentatives des mauvais pirates de semer le trouble. Si, en revanche, le mauvais piratage à but lucratif rapporte davantage, alors le contraire est vrai. Les menaces de piratage augmentent, à mesure que les meilleurs pirates motivés par le profit rejoignent le côté obscur.

Implications en termes de politiques publiques

  • 20 N.d.t. Le gouvernement fédéral ne peut réguler les activités commerciales que si elles franchissent (...)
  • 21 Voir le texte de la loi sur le site du Legal Information Institute de l’Université de Cornell : [en (...)

56Aux États-Unis, la principale loi fédérale traitant du problème du piratage est le Computer Fraud and Abuse Act, adopté en 1984 et modifié en 1996 par le National Information Infrastructure Protection Act. Cette loi, qui portait à l’origine exclusivement sur les ordinateurs du gouvernement, a par la suite été complétée pour couvrir tout ordinateur commercial dont les activités répondent aux attributions du gouvernement fédéral20. Cette loi interdit, sous peine de poursuites : d’accéder à un ordinateur protégé sans autorisation (ou d’outrepasser l’accès autorisé) ; d’accéder à un ordinateur protégé et d’obtenir des informations ; de transmettre un programme, des informations, des codes ou des commandes, afin de causer intentionnellement des dégâts à un système informatique sans autorisation (c’est le principe du virus informatique) ; de faire commerce illicite de mots de passe informatiques ou d’autres informations grâce auxquelles on peut accéder à un ordinateur sans autorisation ; et de faire du chantage en menaçant de causer des dégâts à un ordinateur protégé21. Cette loi interdit aussi d’accéder à un ordinateur protégé sans autorisation avec l’intention de dérober de l’argent, lorsqu’en conséquence d’une telle action le pirate provoque des dégâts supérieurs à 5 000 dollars sur une période d’un an.

57La plupart des violations de cette loi peuvent conduire à des peines de cinq ans d’emprisonnement et 250 000 dollars d’amende lors du premier délit, et jusqu’à dix ans de prison et 500 000 dollars d’amende en cas de récidive. Toute violation de cette loi a pour conséquence une condamnation à au moins six mois d’emprisonnement. Le Computer Fraud and Abuse Act permet aussi à toute personne qui subit des dommages à la suite de violations de la loi de poursuivre la personne qui a causé ces dommages devant un tribunal civil. Par ailleurs, comme certains piratages impliquent des violations de documents dont les droits sont exclusifs, le Digital Millenium Copyright Act punit celles et ceux qui tentent de mettre hors d’usage les systèmes de cryptage assurant les droits exclusifs sur certains travaux.

58Pour résumer, la législation actuelle punit les pirates informatiques, qu’ils soient bons ou mauvais, en leur infligeant de lourdes amendes et peines de prison. On espère que ces punitions décourageront les pirates de se livrer au piratage. Que suggère notre analyse quant à cette politique ?

Les politiques en matière de piratage animé par le profit

59Dans le cas des pirates animés par la recherche du profit, la politique actuelle accomplit l’objectif qu’elle poursuit. En le criminalisant, elle accroît le coût du mauvais piratage animé par le profit, et donc en réduit l’offre. L’effet de la législation est double. Tout d’abord, elle accroît le salaire d’équilibre pour les producteurs qui demeurent dans le secteur du mauvais piratage pour le profit. Ensuite, elle réduit la quantité de mauvais piratage accompli pour le profit. Les effets de la législation actuelle sont décrits dans la figure 3.

60Même si la politique actuelle qui criminalise le mauvais piratage accompli pour le profit réduit effectivement la quantité de ce type de piratage, ce n’est pas tout ce qu’une telle politique est susceptible de provoquer. Comme nous l’avons souligné plus tôt, les taux de profit relatifs du travail exécuté par le bon ou le mauvais pirate agissant pour le profit déterminent lequel de ces marchés attirera le plus grand nombre de pirates animés par le profit en général, et les meilleurs d’entre eux. S’il devient plus profitable d’être un bon pirate à la recherche de profit qui dirige une entreprise licite ou travaille pour elle, alors les pirates qui sont impliqués à l’heure actuelle dans du mauvais piratage pour le profit seront incités à quitter ce secteur pour rejoindre celui du bon piratage pour le profit. Comme nous l’avons déjà souligné, l’effet positif sur la sécurité des ordinateurs est double. Premièrement, cela réduit le nombre de mauvais pirates attirés par le profit. Deuxièmement, ceux-ci passent du « bon côté » dans la lutte contre les mauvais pirates.

61Une façon de rendre le bon piratage relativement plus attractif pour les pirates attirés par le profit est d’accroître le coût du mauvais piratage pour le profit, ce que fait la législation actuelle, qui interdit cette activité. Une autre façon d’accroître l’attractivité du bon piratage motivé par le profit est d’accroître son taux de profit par rapport au mauvais piratage pour le profit. Pour parvenir à cette fin, le gouvernement pourrait subventionner les travailleurs et les entreprises impliqués dans le secteur du bon piratage pour le profit, soit par des transferts directs, soit par des réductions d’impôts ou toute autre forme de traitement préférentiel qui a pour résultat d’accroître les revenus dans ce secteur. Les effets d’une telle politique sont présentés dans la figure 4.

Les politiques en matière de piratage animé par la recherche de la célébrité

62Bien que la législation actuelle soit appropriée au piratage motivé par le profit, il est possible qu’elle ne le soit pas à la réduction de la quantité de piratage motivé par la recherche de la célébrité. Nous avons indiqué précédemment que le secteur du piratage animé par la recherche de célébrité pouvait se présenter de deux manières. Dans le premier cas, l’offre de piratage est moins élastique que la fonction de réaction de célébrité. Dans le second cas, c’est le contraire. Nous avons également indiqué que ces situations différentes avaient des implications contradictoires quant à l’efficacité de la politique actuelle. Pour le comprendre, observons les figures 5 et 6.

63Comme dans le cas du piratage motivé par le profit, la législation actuelle, qui punit en général l’activité de piratage, accroît aussi le coût du piratage animé par la recherche de célébrité. Cela conduit à une réduction de l’offre de piratage, ce qui est illustré, dans les figures 5 et 6, par un glissement vers la gauche de l’offre de piratage, de S’ H à S’’ H. Notons l’impact distinct que cette politique a dans chaque cas présenté précédemment. Sur la figure 5, où l’offre de piratage est moins élastique que la fonction de réaction qui correspond à l’attribution de célébrité par la communauté pirate, la politique actuelle a l’effet escompté : la quantité d’équilibre du piratage chute de Q’ H à Q’’ H. En revanche, lorsque l’offre de piratage est plus élastique que la fonction de réaction de la communauté pirate, le contraire se produit. Sur la figure 6, la politique a un effet pervers. La législation qui élève le coût du piratage produit plus de piratage, et non moins. Ce résultat est contre-intuitif. Tout particulièrement, la quantité de piratage augmente de la différence entre Q’’ H et Q’ H. De manière peut-être étrange, plus les peines infligées par la loi aux pirates sont sévères, plus le piratage animé par la recherche de célébrité augmente.

64En raison des effets contradictoires, dans ces deux cas, des politiques menées actuellement, une question importante émerge : lequel de ces deux cas est plus susceptible de caractériser le secteur du piratage animé par la recherche de célébrité tel qu’il existe réellement ? L’« élasticité de l’offre par rapport à la célébrité » dépend grandement de la capacité des pirates à répondre à une demande croissante de piratage en offrant davantage de piratage. Comme le coût marginal du piratage est positif et augmente avec la production, on peut raisonnablement penser que l’offre de piratage est relativement inélastique, du moins sur un certain éventail de production.

65En revanche, il est probable que la fonction de réaction de la communauté pirate en termes de célébrité sera relativement élastique. C’est simple. Le coût marginal que représente l’attribution de célébrité est extrêmement faible, voire nul, pour la communauté pirate. Alors que consacrer de l’argent implique de sacrifier d’autres possibilités plus en plus importantes à mesure que le prix à payer augmente, il ne coûte fondamentalement rien d’accorder de la célébrité. Augmenter la quantité de célébrité que la communauté pirate « paiera » aux producteurs de piratages coûte très peu. Comme Cowen le souligne, « la célébrité demeure une somme positive à sa marge actuelle. Même si l’offre de célébrité augmente, la célébrité n’est pas abondante au point de perdre son caractère exclusif et son pouvoir » (2002, p. 114). Même si le nombre d’individus célèbres augmente, la célébrité n’est pas un jeu à somme négative, dans lequel le vainqueur rafle la mise. C’est d’autant plus vrai que les progrès de la technologie permettent à des fans de surveiller un nombre croissant d’« artistes ». Accroître la célébrité demeure donc un moyen bon marché d’inciter à davantage de piratage. Cela veut dire que la célébrité accordée à des pirates par d’autres membres de la communauté est relativement réactive aux inflexions de la quantité de piratage fournie. Ceci, combiné au fait que l’offre de piratage est relativement inélastique, suggère qu’il est très probable que le secteur du piratage animé par la recherche de célébrité auquel nous avons effectivement affaire corresponde au cas représenté dans la figure 5, dans lequel accroître le coût du piratage n’a pas d’effet pervers. C’est une bonne nouvelle en ce qui concerne la politique existante, puisque cela suggère que la législation actuelle diminue effectivement la quantité de piratage de la part du secteur animé par la recherche de la célébrité, au lieu d’accroître le problème comme ce serait le cas si les élasticités relatives étaient inversées.

66S’il est souhaitable de conserver la législation actuelle, qui influe sur le secteur du piratage par le biais de l’offre, la gestion de la demande pourrait aussi être employée efficacement pour combattre le piratage motivé par la recherche de célébrité. Des politiques qui rendent plus coûteux le fait de rendre célèbres les producteurs de piratages, c’est-à-dire celles qui réduisent le niveau de célébrité que la communauté pirate est disposée à conférer aux producteurs d’une certaine quantité de piratage, réduiront encore davantage la quantité de piratage animée par la recherche de la célébrité. De telles politiques déplacent la fonction de réaction de la communauté pirate vers la droite, au lieu de déplacer la courbe de l’offre vers la gauche.

67Quelques mesures, au moins, pourraient être prises en ce sens. Malheureusement, les mesures les plus évidentes impliquent des violations des libertés fondamentales, ce qui ne manquera pas d’être largement contesté. Par exemple, comme nous l’avons évoqué précédemment, l’un des moyens par lesquels les membres de la communauté pirate attribuent de la célébrité à des pirates inventifs est de leur accorder de la publicité dans les magazines et les ouvrages du milieu. L’interdiction de ces publications n’empêcherait pas la communauté pirate d’attribuer de la célébrité aux pirates, mais la contraindrait probablement à trouver des moyens plus coûteux de glorifier les pirates à la recherche de célébrité. Des mesures semblables pourraient être prises à l’encontre des bulletins et listes électroniques de la communauté pirate. Empêcher les pirates de publier des programmes, des astuces, etc., rendra le processus par lequel la communauté pirate attribue de la célébrité aux pirates innovants plus coûteux. De nouveau, pour des raisons aussi bonnes qu’évidentes, il est probable que des actions comme celle-ci soient impopulaires. Elles n’en demeurent pas moins des moyens efficaces de réduire la quantité de piratage motivé par la recherche de la célébrité.

68Alors que les pirates informatiques constituent une source d’inquiétude majeure en termes de sécurité pour les personnes, les entreprises et les organismes publics de l’ensemble de la planète, le piratage et la culture pirate informelle demeurent en bonne partie une boîte noire pour les législateurs et pour les victimes potentielles des piratages. Le mystère qui entoure en grande partie le piratage nous empêche de parvenir à des solutions effectives aux problèmes de sécurité qu’il pose. Notre analyse fournit cependant au moins des hypothèses quant aux façons de gérer ce problème.

69L’analyse du piratage informatique au prisme de l’économie fait apparaître une série de propositions. Tout d’abord, il est important de reconnaître qu’il y a différentes sortes de pirates, caractérisées par des motivations diverses. Pour cette raison, la méthode la plus efficace pour réduire le risque posé par les pirates en général consistera à adapter la législation de manière à cibler les différentes catégories de pirate de manière différenciée. Nous avons examiné les pirates animés par la recherche de l’argent et de la célébrité et nous avons montré comment une punition adaptée dans un cas peut en fait aggraver le problème créé dans l’autre cas. Les politiques actuelles, qui visent à réduire le piratage en agissant sur l’offre, réduisent de manière effective la quantité de mauvais piratage motivé par le profit. Heureusement, nous avons de bonnes raisons de penser que cette politique réduit aussi la quantité de piratage animé par la recherche de célébrité. Cependant, s’il y avait de bonnes raisons de croire que les élasticités illustrées dans la figure 6 prenaient le pas sur celles de la figure 5, alors la gestion de l’offre qui augmente le coût du piratage accroîtrait la quantité de piratage animé par la recherche de la célébrité, au lieu de la réduire. Nous avons expliqué pourquoi nous pensons que ce n’est probablement pas le cas. Cependant, en raison des implications d’une telle hypothèse, en contradiction avec la politique en vigueur, il est important de mener davantage de recherches sur ce sujet.

70Notre analyse n’a fait qu’effleurer les questions nombreuses et complexes relatives au piratage informatique. En particulier, nous n’avons pas accordé une attention suffisante aux bons pirates qui ne sont motivés ni par la célébrité ni par le profit, mais qui signalent volontairement les failles des systèmes de sécurité aux gestionnaires de systèmes informatiques vulnérables. Bien que les activités de ces pirates soient pareillement illicites, elles jouent probablement un rôle important dans la prévention des attaques de pirates malveillants.

71Nous avons aussi prêté une attention insuffisante à l’impact potentiel que l’adaptation des punitions à l’âge des personnes qui commettent des piratages pourrait avoir sur la réduction de la menace que les pirates informatiques présentent pour la sécurité. Nous avons signalé que la plupart des pirates sont relativement jeunes, âgés de moins de 30 ans. Si ces caractéristiques sont communes aux pirates animés par la recherche de la célébrité et à ceux qui le sont par le profit, certains éléments suggèrent qu’un nombre disproportionné de pirates motivés par le profit sont plus âgés.

72Les âges différents des membres de ces deux groupes suggèrent que des punitions visant à frapper chaque génération à l’endroit le plus sensible réduiront plus efficacement le piratage qu’une approche uniforme susceptible de décourager le groupe plus âgé, mais risquant d’avoir un impact très faible sur les pirates plus jeunes. En d’autres termes, on pourrait souhaiter punir le piratage animé par la recherche de célébrité, dont les acteurs sont plus jeunes, au moyen d’une punition qui dissuade les personnes les plus jeunes, et punir le mauvais piratage motivé par le profit, dont les acteurs sont plus âgés, au moyen d’un autre type de punition. Cela semble relativement simple, et pourtant, à notre connaissance, cela n’a pas été évoqué dans les débats sur les politiques à mener dans ce domaine. On peut imaginer que les script kiddies de 14 ans et les hommes de 50 ans accordent de l’importance à des choses différentes, aussi une dissuasion efficace nécessite des punitions différenciées.

73Si, même après qu’on a examiné ces questions, on décide qu’une punition uniforme pour tous les types de piratages est désirable, qu’ils soient motivés par la recherche de la célébrité ou de l’argent, on veillera cependant, en élaborant la législation visant les pirates, à prendre en compte le fait qu’elle s’appliquera principalement à de jeunes hommes. Cela suggère que des punitions efficaces pourraient être des punitions non conventionnelles, quand bien même elles s’appliqueraient uniformément à tous les types de piratage. Ces questions pourront être traitées dans des recherches futures.

Haut de page

Bibliographie

Blake Roger, 1994, « Hackers in the mist » [en ligne], [URL : http://w2.eff.org/Net_culture/Hackers/hackers_in_the_mist.article], consulté le 9 janvier 2014.

Computer Security Institute, 2002, « Malicious Code Attacks Had $13.2 Billion Economic Impact in 2001 » [en ligne], [URL : http://www.computereconomics.com/article.cfm?id=133], consulté le 9 janvier 2014.
 2004, « CSI/FBI Computer crime and security survey » [en ligne], [URL : http://i.cmpnet.com/gocsi/db_area/pdfs/fbi/FBI2004.pdf], consulté le 9 janvier 2014.

Cowen Tyler, 2002, What Price Fame ? Cambridge, Harvard University Press.

Dann Jack et Dozois Gardner éd., 1996, Hackers, New York, Ace Books.

Denning Dorothy, 1992, « Hacker ethics », Computing Security, National Conference on Computing and Values, New Haven, South Connecticut State University, p. 59-64.

Durand Rodolphe et Vergne Jean-Philippe, 2010, L’organisation pirate : essai sur l’évolution du capitalisme, Lormont, Le Bord de l’eau.

Gibson William, 1984, Neuromancer, New York, Ace Books.

Gilboa Netta, 1996, « Elites, lamers, narcs and whores : exploring the computer underground », Wired Women : Gender and New Realities in Cyberspace, Lynn Cherny et Elizabeth Reba Weise éd., Seattle, Seal Press, p. 98-113.

Hafner Katie et Markoff John, 1991, Cyberpunk : Outlaws and Hackers on the Computer Frontier, New York, Simon and Schuster.

Leeson Peter T., 2009, The Invisible Hook : the Hidden Economics of Pirates, Princeton, Princeton University Press.

Levy Steven, 1994, Hackers : Heroes of the Computer Revolution, New York, Penguin Books.

Meyer Gordon, 1989, The Social Organization of the Computer Underworld [en ligne], MA Thesis, [URL : http://project.cyberpunk.ru/idb/social_organization_of_the_computer_underground.html], consulté le 9 janvier 2014.

Platt Charles, 1997, Anarchy Online, New York, Harper Prism.

Roush Wade, 1995, « Hackers : taking a byte out of computer crime », Technology Review, vol. 98, no 3, p. 32-40.

Stanford Research Institute, 1994, 1993 Research on the Vulnerabilities of the PSN, Menlo Park, Stanford Research Institute.

Schell Bernadette et Dodge John, 2002, The Hacking of America : Who’s Doing It, Why, and How, Westport, Quorum Books.

Slatalla Michelle et Quittner Joshua, 1995, Masters of Deception. The Gang that Ruled Cyberspace, New York, Harper Perennial.

Sterling Bruce, 1991, « Conference report. CyberView (SummerCon). 1991 hacker convention » [en ligne], [URL: http://www.egs.edu/faculty/bruce-sterling/articles/conference-report-hackers-1991/], consulté le 9 janvier 2014.
— 1992, The Hacker Crackdown : Law and Disorder on the Electronic Frontier, Londres, Viking.

Stoll Clifford, 1989, The Cuckoo's Egg : Tracking a Spy Through the Maze of Computer Espionage, New York, Doubleday.

Taylor Paul, 1999, Hackers : Crime in the Digital Sublime, Londres, Routledge.

Thomas Douglas, 2002, Hacker Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press.

United Nations, 1994, « International review of criminal policy - United Nations Manual on the prevention and control of computer-related crime » [en ligne], [URL : http://www.uncjin.org/Documents/EighthCongress.html], consulté le 9 janvier 2014.

Verton Dan, 2002, The Hacker Diaries : Confessions of Teenage Hackers, New York, McGraw-Hill - Osborne.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The economics of computer hacking », paru dans Journal of Law, Economics and Policy, vol. 1, no 2, 2005, p. 511-532. Nous publions cette traduction avec l’aimable autorisation des auteurs et des éditeurs du Journal of Law, Economics and Policy. Les auteurs de l’article n’ont pas souhaité que la traduction française soit féminisée. Merci à Éric Monnet pour sa relecture et sa traduction.

2 N.d.t. Nous traduisons hackers par « pirates ». Il ne s’agit pas de la traduction habituelle de hacker, la communauté des amateurs et professionnels de l’informatique préférant généralement traduire hacker par « bidouilleur », précisément pour distinguer les curieux qui, par leurs expériences et leurs essais, font progresser la connaissance et les performances des systèmes et outils informatiques, des personnes qui utilisent les outils informatiques de manière illicite ou à des fins criminelles. Leeson et Coyne n’opèrent pas une telle distinction. Au contraire, s’ils proposent une typologie des pirates, ils établissent une continuité entre les bidouillages et les activités illicites ou criminelles, et emploient donc les termes de hacker et de hacking pour décrire l’accès illégal à des systèmes de données à des fins qui peuvent être criminelles. Pour cette raison, il nous semble que la traduction de hacker par « pirate », si elle ne correspond pas aux usages indigènes, reflète plus clairement le propos des auteurs.

3 Security Stats.Com, « Virus related statistics » [en ligne], [URL : http://www.securitystats.com/virusstats.html], consulté le 3 octobre 2004.

4 PricewaterhouseCoopers, « PwC Security benchmarking service 2000 now available to help organizations learn How their security measures stack up against their peers », communiqué de presse, 12 juillet 2000.

5 « Presque tout le monde sait ce qu’est un pirate informatique (hacker), du moins au sens commun du terme : quelqu’un qui s’introduit subrepticement et de manière illicite dans des systèmes informatiques et les manipule à son profit, en vue d’objectifs propres » (Dann et Dozois, 1996, p. xii).

6 Taylor suggère que la manipulation des médias par les pirates vise en partie à leur permettre de « se complaire dans la notoriété » que leur accorde leur propre stigmatisation (1999, p. xiii).

7 Au début des années 1980, un groupe de pirates d’élite, qui s’étaient donné le nom d’« Initiés », s’est constitué pour faire circuler entre eux les informations glanées au fil de leurs activités de piratage, sans que ces informations tombent entre les mains de pirates dépourvus d’éthique qui en feraient un mauvais usage.

8 Parmi les pirates interrogés par Schell et Dodge (2002), 8 % affirment pirater pour « mettre au jour les faiblesses d’organisations ou de produits ». Cependant, il est difficile d’établir s’ils sont motivés par la bienveillance ou la malveillance.

9 D’autres motivations des pirates, comme le « sentiment de puissance » ou la « capacité à partager des savoirs », peuvent également être considérées comme relevant de la recherche de gloire. Ainsi, plus un pirate acquiert en notoriété, plus son sentiment de puissance s’accroît. De la même manière, sa capacité à partager des savoirs permettra d’augmenter la quantité d’informations nouvelles qu’il reçoit et diffuse, ce qui contribuera à accroître sa réputation.

10 On soulignera également que la fascination du public pour le monde mystérieux du piratage informatique a contribué à la célébrité des pirates dans leur ensemble. De nombreux films destinés à un large public, par exemple, ont glorifié le piratage, comme War Games (1983), The Net (1995), Hackers (1995) ou encore Sneakers (1992).

11 On notera avec intérêt que la liste BugTraq a récemment été achetée par l’entreprise de cyber-sécurité Symantec pour 75 millions de dollars.

12 Tous les pirates ne se présentent pas toujours sous leur pseudonyme. La plupart, cependant, agissent ainsi la plupart du temps. L’étude menée par Schell et Dodge (2002), par exemple, indique que 63 % des personnes interrogées utilisent généralement leur pseudonyme quand elles se livrent à des activités de piratage. Une telle conclusion est corroborée par Meyer (1989). Bien entendu, l’utilisation des pseudonymes dépendra pour partie du caractère illicite des activités. On peut supposer que les mauvais pirates ont davantage recours à leurs pseudonymes que les bons pirates.

13 Extrait d’un entretien avec un pirate réalisé par Taylor (1999, p. 59).

14 William Gibson, à qui est attribuée l’invention du terme cyberespace, a contribué à l’émergence dans les années 1980 du genre de science-fiction appelé aujourd’hui cyberpunk (Gibson, 1984). On a pu affirmer que ce genre littéraire avait contribué de manière importante à façonner la culture pirate en glorifiant des antihéros du monde numérique (Thomas, 2002).

15 On peut citer d’autres exemples de programmes élaborés par des pirates et qui peuvent être téléchargés et utilisés par presque n’importe qui pour pirater des systèmes informatiques, comme Black Orifice créé par Cult of Dead Cows, L0phtCrack créé par L0pht et WinNuke, qui tous visent le système d’exploitation Microsoft Windows. Un programme semblable intitulé AOHell peut servir à pirater AOL. En 1995, Dan Farmer et Wieste Venema ont publié leur Security Administrator Tool for Analyzing Networks (STAN), leur outil d’analyse des réseaux permettant aux administrateurs des systèmes d’identifier des défauts dans leur sécurité. Ce programme pouvait cependant être aussi utilisé par des pirates sans grand talent pour pirater des systèmes vulnérables, aussi les craintes étaient grandes qu’il crée de nombreux problèmes. Il n’a cependant pas eu les effets néfastes redoutés.

16 Un élément essentiel du code des pirates, auquel tant de pirates souscrivent, est que l’accès aux ordinateurs et à toutes les informations devrait être illimité et libre. Pour une description plus détaillée de ce code, voir le travail de Levy (1994).

17 De nombreux pirates sont très à gauche et sont résolument opposés à la « marchandisation » de l’information. Cela provient en partie de leurs origines dans le mouvement « hippie » des années 1960 et 1970. Celui-ci, en plus de promouvoir le piratage téléphonique, s’inscrivait dans la culture gauchisante de la jeunesse de l’époque (Sterling, 1992).

18 Nick Wingfield, « It takes a hacker », Wall Street Journal, 11 mars 2002.

19 Le célèbre ancien pirate Kevin Poulsen, aussi connu sous le pseudonyme Dark Dante, est aujourd’hui rédacteur à Security Focus, un réseau d’informations en ligne sur la sécurité informatique.

20 N.d.t. Le gouvernement fédéral ne peut réguler les activités commerciales que si elles franchissent la frontière d’un État de l’Union.

21 Voir le texte de la loi sur le site du Legal Information Institute de l’Université de Cornell : [en ligne], [URL : http://www.law.cornell.edu/uscode/text/18/1030], consulté le 9 janvier 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 et 2
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/5957/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 3
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/5957/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 4
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/5957/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figures 5 et 6
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/5957/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter T. Leeson et Christopher J. Coyne, « Une analyse économique du piratage informatique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/5957 ; DOI : 10.4000/traces.5957

Haut de page

Auteurs

Peter T. Leeson

professeur d’économie à l’Université George Mason

Christopher J. Coyne

professeur d’économie à l’Université George Mason

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page