Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Pilar Calveiro

Penser la violence politique, de l’Argentine à l’Europe. Entretien croisé avec Fanny Bugnon, Isabelle Lacroix et Isabelle Sommier

Natalia La Valle, Cécile Lavergne, Marc Lenormand et Lucie Tangy
p. 73-82

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé le 17 décembre 2013 au Centre de recherches politiques de la Sorbonne, équipe du (...)
  • 2 « Ceux du Nord » en basque. Cette organisation de lutte armée, fondée dans les années 1970, a été (...)

1Cet entretien part d’une interrogation sur la réception tardive de l’œuvre de Pilar Calveiro en France, aussi bien de Pouvoir et disparition (2006), qui examinait la violence de l’État argentin pendant les années 1970, que le plus récent Política y/o violencia, dont de larges extraits sont traduits et publiés dans ce numéro de la revue Tracés. Dans ce dernier ouvrage, Calveiro explore, au-delà de l’indéniable – et principale – responsabilité du pouvoir militaire, les logiques et les pratiques des groupes guérilleros, dont Montoneros dont elle a été membre, pour éclairer des responsabilités spécifiques dans la déflagration de violence qui les a détruits (2013). La préparation par les politistes Fanny Bugnon et Isabelle Lacroix d’une journée d’étude sur le thème « Ce que la violence politique fait aux carrières militantes (France, 1962-2012) », le 7 février 2014 au Centre Émile Durkheim à Sciences-Po Bordeaux, a été l’occasion de réunir trois chercheuses en science politique pour un entretien croisé1. Fanny Bugnon a récemment soutenu une thèse d’histoire sur la violence politique telle qu’elle s’est construite médiatiquement en France dans les années 1970, 1980 et 1990, travail dans lequel elle propose une lecture genrée du phénomène (2011). Isabelle Lacroix, quant à elle, a écrit une thèse sur le monde militant basque français (2009). Si elle n’a pas spécifiquement abordé la question de la violence, elle s’est depuis penchée sur la place des femmes dans la lutte armée au Pays basque (2011) ; elle a accédé par ce biais à des trajectoires biographiques de militants entrés en lutte armée, à ETA mais aussi à Iparretarrak2.

  • 3 Si Calveiro s’appuie sur les réflexions d’Arendt autour de la difficulté à dire, et surtout, à ent (...)

2Isabelle Sommier, enfin, a soutenu une thèse en 1993 sur la question de la violence ouvrière et au nom de la classe ouvrière, en France et en Italie, au sortir de 1968 (1993, 1998). Ses travaux sur la violence se sont notamment poursuivis, dans les années 1990 et 2000, sous la forme d’un travail portant sur des officiers communistes envoyés comme sous-marins dans les guerres coloniales, de l’Indochine à la Tunisie et à l’Algérie (Sommier et Brugié, 2005). Un des enjeux de l’entretien avec ces trois politistes françaises était d’examiner la faible réception de l’œuvre de Calveiro en France, en se demandant notamment si celle-ci pouvait s’expliquer par une éventuelle singularité de son objet, ou bien en raison d’enjeux méthodologiques : existe-t-il une spécificité de l’Argentine par rapport aux violences politiques européennes ? Le travail de Calveiro porte-t-il sur des violences politiques radicalement différentes de celles sur lesquelles travaillent les politistes français ? Ou bien la rareté des emprunts et comparaisons tient-elle davantage à des choix méthodologiques et disciplinaires – l’approche de Calveiro, également politiste, s’inspirant aussi de l’histoire et de la philosophie, par exemple dans un dialogue avec Hannah Arendt3, est une des premières à mobiliser la catégorie de camp de concentration pour penser la violence politique en Argentine, et plus particulièrement les mécanismes « disparaisseurs » mis en place par la dernière dictature ?

Comparaisons Europe-Argentine

Tracés : Comment expliquez-vous la traduction et la réception très tardives de l’œuvre de Pilar Calveiro en France, et plus largement en Europe ?

Isabelle Lacroix : La lecture de Pilar Calveiro m’a beaucoup fait penser à des auteur-e-s qui ont travaillé sur la violence politique en Espagne. En Espagne, on parle d’ailleurs de Guerra Sucia, en référence à la « guerre sale » menée par la dictature argentine, pour nommer tous ces groupes soutenus par l’État qui ont procédé à des assassinats de militant-e-s. Je ne sais pas si Calveiro a été diffusée en Espagne, mais il y a des points comparables, tant en ce qui concerne la violence politique appréhendée du point de vue des militant-e-s que par rapport à ce qui s’est passé ensuite, entre les années 1975 et 1987, à savoir une violence répressive de l’État exercée à travers des groupes paramilitaires. Donc on peut bien relever des rapprochements ; ce qui m’a interpellée, c’est la question de la valeur politique de la violence, dont Calveiro décrit l’intériorisation par les jeunes tout au long de leur parcours et qu’ils ont retraduite en violence politique en Argentine. Pourrait-on voir un phénomène semblable dans les parcours militants de celles et ceux qui sont entré-e-s en violence politique en France à travers des événements comme la guerre d’Algérie ? Calveiro parle beaucoup d’une radicalisation parallèle à la radicalisation de l’État, mais aussi d’une radicalisation intériorisée depuis les années 1930, en Argentine, une sorte de culture politique de la violence, en somme.

Tracés : En Argentine, cette culture politique est en effet liée à l’interdiction du péronisme dans les années 1950. Même si énormément de familles péronistes ont continué à agir politiquement, la radicalisation est souvent venue à la deuxième, voire à la troisième génération chez les enfants de ces péronistes. Calveiro va plus loin que d’autres auteurs pour expliquer la violence politique comme liée à cette interdiction du péronisme et à ce que les différentes dictatures ont fait à ce mouvement populaire au départ. C’est en effet difficile à transposer, et c’est ce qui rend peut-être l’importation des travaux de Calveiro en Europe complexe, en raison de la différence fondamentale des conjonctures et des cultures politiques : l’Europe n’a pas connu, comme l’Argentine, un phénomène tel que le péronisme, un national-populisme spécifique aux pays dépendants, ni la mise en place de dictatures militaires reposant sur des régimes de terreur.

Isabelle Sommier : Bien sûr, la répression en France dans les mêmes années a été beaucoup plus légère, c’est même incommensurable. Cependant, dans les travaux de Calveiro, je trouve des points de rapprochement, en particulier les effets de radicalisation provoqués par les alliances et compétitions entre groupes armés, et celle de l’isolement favorisé par le choix ou par la contrainte de la clandestinité. J’ai travaillé sur les effets psychologiques et cognitifs de l’entrée en clandestinité, notamment sur la coupure avec l’extérieur mais aussi sur l’unidimensionnalité des sphères de vie, qui est propice à la pauvreté cognitive et qui protège les militant-e-s de tous les signes qui viennent contrarier leur croyance. J’ai également analysé d’autres effets comme la dépendance totale induite par la clandestinité des militant-e-s à l’égard de leur organisation : une dépendance psychologique et affective ; une dépendance financière et matérielle ; une dépendance également à l’égard de la protection fournie par le groupe, que l’on perd dès qu’on quitte ce dernier. C’est quelque chose qu’explique très bien Tore Bjørgo, un psychologue du terrorisme qui travaille sur les groupes néonazis et néofascistes en Europe du Nord. Il dit qu’un des facteurs qui expliquent que ces jeunes ont du mal à quitter ces organisations, même quand elles et ils aimeraient bien le faire, c’est qu’elles et ils savent bien qu’en quittant l’organisation, on perd la protection de celle-ci (Bjørgo et Horgan éd., 2009). J’ai retrouvé chez Calveiro ces effets de la clandestinité, et il y a tout un pan de recherche à construire sur cette question, sur laquelle on sait peu de choses : les résistant-e-s ont très peu parlé des effets de la clandestinité, et ce qu’elles et ils en disent va à l’encontre de l’imaginaire populaire que l’on en a. Ils parlent de l’ennui, de l’attente. Je pense que c’est vraiment important pour comprendre les processus de radicalisation et le fait que l’individu s’enferre dans une voie qu’il sait pourtant parfois être sans issue. J’ai vu ça avec des militant-e-s de groupes armés italiens qui disent : « À telle période j’ai commencé à ne plus y croire », mais il a fallu des années avant qu’elles et ils ne s’en détachent ou, le plus souvent d’ailleurs, ne soient arrêté-e-s. Le désengagement dans ce type de groupe n’est pas le même qu’un désengagement dans un groupe ordinaire. C’est souvent de l’extérieur qu’il est imposé. Ça s’explique aussi par la dynamique propre à des petits groupes en situation d’adversité : ils sont structurés par une forme de sur-affectivité. À celle-ci s’ajoute une pauvreté cognitive, propice au huis clos, qui peut prendre une proportion très différente, par exemple dans les groupes d’extrême gauche : voyez le film United Red Army de Kōji Wakamatsu sur l’armée rouge unifiée japonaise. Il est vraiment terrifiant sur les effets du huis clos de ce groupe dont les membres se retirent dans la montagne pour éprouver leur ferveur révolutionnaire et qui finissent par s’autodétruire en battant à mort leurs propres camarades de lutte. C’est un cas cependant et heureusement extrême…

Pour revenir à votre question initiale, à savoir les raisons de la non-réception des travaux de Calveiro dans le champ français, il me semble que cela a aussi et simplement à voir avec un milieu académique très franco-centré : on traduit très peu, on est très peu ouvert sur l’extérieur, on est en général très mauvais en langues. Il existe quantité d’auteurs qui ne sont pas connus parce qu’ils ne sont pas traduits. L’autre raison, c’est que la question de la violence intéresse peu en France. Il existe très peu de travaux, même si c’est en train de changer parmi les jeunes chercheurs et chercheuses. Il y a des thèses récentes ou des travaux en cours mais, pour ce que j’en sais, ils portent souvent sur des espaces géographiques lointains : Proche-Orient, Afrique… Il existe très peu de choses sur la violence politique en Europe, que ce soit en sociologie ou en science politique. En 1993, quand j’ai soutenu ma thèse, nous étions un petit groupe à soutenir, dans ces années-là, des travaux sur la violence politique. Il faut se rappeler que nos recherches étaient très mal accueillies par les collègues qui trouvaient cela « exotique ». C’est un élément essentiel, me semble-t-il, pour comprendre à la fois les débats en cours et la difficulté qui a persisté longtemps à reconnaître la légitimité de travailler sur la violence, ce qui a conduit à un développement séparé des études sur les mouvements sociaux et des études sur la violence.

Le genre et la question du corps

Tracés : Pilar Calveiro ne thématise pas spécifiquement la question du genre, en tout cas ce n’est pas un prisme épistémologique. Elle souligne cependant que quand la violence prend le pas sur la politique, dans les processus de militarisation des groupes politiques, les femmes, qui occupaient des places très importantes dans les organisations, y compris hiérarchiques, deviennent moins nombreuses et, surtout, dévalorisées car moins « aptes » aux activités belligérantes.

I. Lacroix : Sarah Benton a démontré ce même phénomène au sujet de l’Irlande (1995), que l’on retrouve aussi dans les travaux sur la Résistance : à partir du moment où la lutte se militarise, les femmes passent de plus en plus dans les coulisses. Pour ETA, il y a eu une progression numérique des femmes, y compris dans les fonctions les plus combattantes, mais l’accès au comité exécutif est demeuré difficile.

I. Sommier : Le développement des groupes qu’elle évoque, dans les années 1970, est concomitant du développement du féminisme. Au même titre que les femmes se mobilisent alors davantage dans l’engagement ordinaire, elles se mobilisent davantage dans l’engagement radical ; même si c’est une transgression bien supérieure pour une femme de rejoindre un groupe armé. À la Fraction armée rouge et aux Brigades rouges, on trouve des chefs de colonnes qui sont des femmes. Et le discours des militants, des hommes – est-ce un pur fantasme ? – consistait à dire qu’elles étaient plus dures : dès lors qu’elles avaient pris une décision, elles étaient beaucoup plus déterminées. Ce qu’on sait avec certitude, c’est que dans les attentats suicides, il y a une très forte implication des femmes. C’est le cas par exemple chez les Tigres tamouls, ou dans le conflit en Tchétchénie, souvent parce que les hommes ne sont plus là. Dans le FLN algérien aussi, beaucoup de porteuses de bombes étaient des femmes.

I. Lacroix : Dans les mouvements nationalistes basques, il y a aussi beaucoup de femmes, et c’est vrai que cette idée d’une dureté des militantes revient souvent. Il faudrait l’analyser en lien avec leur transgression de l’ordre sexué. J’avais rencontré, dans des entretiens avec des policiers, l’idée que quand ils arrêtaient des femmes d’ETA, il fallait faire beaucoup plus attention : c’étaient elles qu’il fallait d’abord neutraliser.

  • 4 C’est notamment le cas dans la police, si l’on suit le travail de Geneviève Pruvost (2008).

F. Bugnon : Elles sont en effet perçues comme plus dures, parce qu’elles sont à une place où on les attend moins. On peut d’ailleurs faire un parallèle avec les travaux de sociologie du travail, qui présentent les femmes comme très dures là où on attendrait plus d’empathie4. En politique comme dans la sphère professionnelle, les femmes doivent en faire plus que les hommes pour pouvoir s’imposer. Or, même si elles sont rares dans des positions de pouvoir dans les organisations de lutte armée, les femmes trouvent souvent insupportable d’être ramenées au fait qu’elles sont des femmes. Elles préfèrent promouvoir l’idée selon laquelle « le militant n’a pas de sexe ; nous sommes des militants de la cause, peu importe qui tient l’arme ».

I. Lacroix : Dans mon travail de recherche, j’ai pu rendre compte de la progression numérique des femmes dans les organisations que j’étudiais, et de la division sexuelle du travail militant. Et j’ai pu voir fonctionner des représentations et des stéréotypes essentialisants que Fanny Bugnon avait mis en lumière, comme la figure de la compagne du militant, celle de l’innocente victime, ou encore celle de la femme dotée d’un pouvoir sexuel. Mais j’ai aussi noté des transgressions importantes sur les questions du corps et de la maternité. J’ai pu constater que des femmes dans ETA avaient eu des enfants, ce qui opère une retraduction de l’ordre sexué au sein de l’organisation. Pour les hommes aussi, la question du corps est fondamentale : mais le problème, c’est que ces aspects de la vie en clandestinité sont peu évoqués et encore plus difficiles à obtenir de la part des militants hommes.

Les stratégies de justification des violences politiques

Tracés : Pour tenter un nouveau parallèle entre les violences politiques européennes et la situation argentine, les discours de justification des groupes armés se focalisent-ils aussi en Europe sur la violence d’État ? Même s’il faut noter que la situation n’est pas si claire dans le cas argentin, puisque les organisations, Montoneros, par exemple, avaient tendance à poser une chape de silence sur les expériences des militants qui avaient subi la torture, donc à euphémiser la terreur vécue dans les camps…

I. Sommier : Les groupes qui choisissent la violence comme répertoire d’action expliquent leur violence comme une contre-violence par rapport à la violence d’État, à la violence du capital ou à la violence impérialiste occidentale. C’est un procédé extrêmement classique : la recherche d’une violence première qui se situe toujours chez l’adversaire. Les groupes que j’ai étudiés pouvaient offrir de nombreuses justifications normatives de la violence, qu’ils puisaient dans leur culture marxiste, dans la référence à Mao, Fanon ou à la théologie de la libération. Cependant, on trouve au final peu de choses dans les textes d’extrême gauche sur la légitimation de la violence, tellement celle-ci paraît aller de soi. Là où il y a des débats et des oppositions entre les groupes, c’est sur les tactiques, à travers notamment l’opposition entre violence offensive et violence défensive.

I. Lacroix : Pour les groupes indépendantistes, c’est une question fondamentale : la violence révolutionnaire est une réponse à la violence d’État. Aussi, les militant-e-s qui rentrent dans les organisations sont socialisé-e-s à cette mémoire de la répression d’État. Il existe des livres qui répertorient les cas de tortures sur les militant-e-s, dans le but de créer de l’émotion et de la révolte, et d’inciter les militant-e-s à s’engager et à se maintenir dans l’engagement. La socialisation passe aussi par le biais de vidéos, facilement accessibles en ligne : des vidéos de militant-e‑s arrêté-e‑s et frappé-e‑s violemment. On a donc affaire à une mise en scène de cette violence d’État. Concernant les lectures, il y avait autrefois une focalisation sur Fanon et sur la décolonisation – des lectures anti-impérialistes qui datent plutôt des années 1970. Il me semble que ces lectures et cette formation « idéologiques » ont été remplacées par une socialisation aux effets de la violence d’État. Il faudrait voir cela aussi à une échelle plus large, puisqu’il y a une circulation des militant-e-s, et des rencontres avec des militant-e-s de Colombie ou de Palestine, par exemple.

Violence politique et autocritique

Tracés : Qu’observez-vous, dans vos travaux, en termes de critique de la violence chez les militant-e-s ou celles et ceux qui l’ont été, donc en termes d’autocritique ? C’est un point sur lequel Calveiro insiste énormément. Alors que la violence est légitimée comme contre-violence en réaction à une violence étatique, selon elle, chez les Montoneros, les militant-e-s ont mené une escalade de la violence. Il y a eu une absence totale de réflexion, à l’inverse des stratégies de légitimation de la violence, abondantes dans les discours.

  • 5 Depuis 2003, le Code pénal espagnol exige trois types de conditions pour qu’un prisonnier puisse v (...)

I. Lacroix : Je n’arrive pas à voir pour le moment d’autocritique des organisations armées sur le terrain indépendantiste5. Par contre, je pense à des sorties, à des exits qui se font par des entrées dans des parties plus consensuelles du monde militant, ou alors des soutiens aux prisonnières et aux prisonniers, mais à ma connaissance il y a peu de discours autocritique de l’organisation : il n’y en a pas par exemple du côté d’Iparretarrak. Et au niveau d’ETA non plus. L’idée reste très forte selon laquelle la violence vient seulement de l’État : à partir du moment où l’on rentre en autocritique de cet espace militant, on a peur d’effacer la critique de la violence étatique.

I. Sommier : Dans l’extrême gauche, cette autocritique existe, en aval de l’expérience mais aussi en amont, ce qui explique la rétraction des rangs des « combattants » potentiels. C’est pourquoi j’avais choisi d’inverser complètement la question : alors qu’en général on se demande pourquoi il y a eu passage à la lutte armée en Italie, je me suis demandé au contraire pourquoi ce ne fut pas ou peu le cas en France. Je me suis inspirée de Howard S. Becker qui dit que plutôt que de nous poser la question de pourquoi certains sont déviants, nous devrions nous demander pourquoi celles et ceux qui ont des tentations déviantes ne passent pas à l’acte. En France, les plus disposé-e-s à passer à la lutte armée étaient les militants de la gauche prolétarienne, dont beaucoup ont ensuite participé à la critique antitotalitaire. Au départ, elles et ils étaient très choqué-e-s que je les étudie avec les brigadistes italiens, sur le registre : « Mais nous n’étions pas des terroristes ! », « Nous avions une conscience morale, donc nous n’allions pas basculer dans le terrorisme, etc. » La terroriste ou le terroriste était devenu une figure repoussoir avec l’idée selon laquelle faire la révolution par les armes, c’est être un dictateur potentiel, un Pol Pot potentiel – une référence souvent utilisée.

En Italie, c’est un enjeu très fort. Toni Negri a inventé, à côté de la figure de la repentie ou du repenti – qui donne des noms et collabore avec les policiers –, une nouvelle figure, celle de la dissociée ou du dissocié. Ici, les militant-e-s négocient une remise de peine, en échange de laquelle elles et ils signent une lettre reconnaissant d’une part tous les délits ou crimes qu’on leur reproche – mais sans donner de noms –, d’autre part affirment qu’elles et ils se sont trompé-e-s et que le recours à la violence en démocratie est totalement inacceptable. La dissociation a véritablement semé la zizanie au sein des groupes et contribué à leur démantèlement. Elle a eu des effets immédiats et en exerce toujours sur la mémoire de ces années-là. Au cœur de ce conflit de mémoire, il y a la question de l’évaluation du recours à la violence. C’est un sujet très sensible. Il va sans dire que pour les dissocié-e-s, c’était clair : elles et ils s’étaient trompé-e-s. Il existe deux autres catégories : les « irréductibles », parmi lesquels pas mal de femmes, qui disent « non seulement je ne me suis pas trompé, mais dans les mêmes circonstances, je le referai », et puis celles et ceux qui n’avaient pas de nom. Parmi eux – mais ils ont peut-être changé en vingt ans, depuis le moment où j’ai fait mon enquête –, beaucoup disaient que dans les circonstances de l’époque, elles et ils ne voyaient pas d’autre solution. Mais beaucoup ont aussi, malgré tout, un discours et un regard critiques, pas seulement sur le recours à la violence et les effets qu’elle exerce, mais au moins autant, et peut-être même plus, sur le poids de l’organisation, sa structure hiérarchique, la difficulté de critiquer en interne. On retrouve donc des choses évoquées par Calveiro, notamment chez les autonomes, une forte critique des effets de la clandestinité.

I. Lacroix : En Argentine, il y a une sorte de consensus autour de la construction d’un roman national post-dictatorial, qui désigne le terrorisme d’État comme unique responsable de la violence. Du coup, on ne peut pas entendre d’autocritique, comme le dit Calveiro. C’est difficilement transposable, mais cela donne des outils par rapport au fait qu’en France, on voit ces mêmes processus de mise en silence de cet objet de recherche, ce pourquoi il y a si peu de travaux sur la violence politique. Dans quelle mesure cela participe aussi de la construction d’un roman national autour d’un espace pacifié, c’est ce que nous cherchons à montrer avec Fanny Bugnon, notamment à travers la journée d’étude à venir. On peut le constater à travers les processus d’exotisation de la violence : les travaux se concentrent essentiellement sur le Proche-Orient, l’Irlande, ou encore le Kurdistan, mais rarement sur l’espace national. En même temps, si l’on fait une sociologie rapide de la traduction, on constate que des travaux anglophones sont traduits en France parce que des chercheurs et des chercheuses sont allé-e-s à l’étranger dans les universités américaines. Dernièrement, j’ai pu aussi lire un livre sur la violence politique publié au Québec (Carel et al., 2013), où il est question de la violence en Colombie, en Argentine. Par ce biais québécois et par la langue française, on arrive à découvrir des auteurs. Ou encore par des manifestations scientifiques : au colloque « Penser la violence des femmes » organisé en juin 2010 à Paris 8, il y avait une chercheuse qui travaillait sur la violence des femmes au Pérou, Maritza Felices-Luna (2012). Les travaux se diffusent donc par le biais de colloques ou de publications québécoises, mais en France, on publie peu. Ce qui amène à se questionner sur l’espace éditorial, ce qui est considéré comme vendable ou pas.

Haut de page

Bibliographie

Arendt Hannah, 2005, Les origines du totalitarisme, t. 3, Le système totalitaire, Paris, Le Seuil.

Benton Sarah, 1995, « Women disarmed : The militarization of politics in Ireland 1913-23 », Feminist Review, n50, p. 148-172.

Bjørgo Tore et Horgan John éd., 2009, Leaving Terrorism Behind. Individual and Collective Disengagement, Londres, Routledge.

Bugnon Fanny, 2011, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994), thèse de doctorat, Université d’Angers.

Calveiro Pilar, 2006, Pouvoir et disparition. Les camps de concentration en Argentine, Paris, La Fabrique.
 2013, Política y/o violencia. Una aproximación a la guerrilla de los años 70, Buenos Aires, Siglo XXI.

Carel Ivan, Comeau Robert, Warren Jean-Philippe, 2013, Violences politiques : Europe et Amériques, 1960-1979, Québec, Lux.

Felices-Luna Maritza, 2012, « Stigmatisation du quotidien des femmes engagées dans la lutte armée au Pérou et en Irlande du Nord : transformation et continuité des rapports sociaux », Penser la violence des femmes, C. Cardi et G. Pruvost éd., Paris, La Découverte.

Lacroix Isabelle, 2009, Actions militantes et identités basques : trajectoires d’engagement, socialisations militantes et constructions identitaires dans les organisations nationalistes (et non nationalistes) au Pays basque français, thèse de doctorat, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
— 2011, « Les femmes dans la lutte armée au Pays basque : représentations, division sexuelle du travail et logique d’accès à la violence politique », Champ pénal / Penal Field, Nouvelle revue internationale de criminologie, vol. 8, [en ligne], [URL : http://champpenal.revues.org/8076], consulté le 12 mai 2014.

Pruvost Geneviève, 2008, De la « sergote » à la femme flic. Une autre histoire de l’institution policière, 1935-2005, Paris, La Découverte.

Sommier Isabelle, 1993, La forclusion de la violence politique : ouvriers/intellectuels en France et en Italie depuis 1968, thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
 1998, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Sommier Isabelle et Brugié Jean, 2005, Officier et communiste dans les guerres coloniales, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Entretien réalisé le 17 décembre 2013 au Centre de recherches politiques de la Sorbonne, équipe du Centre européen de sociologie et de la science politique (Paris 1 et CNRS, UMR 8209).

2 « Ceux du Nord » en basque. Cette organisation de lutte armée, fondée dans les années 1970, a été principalement active dans les années 1980.

3 Si Calveiro s’appuie sur les réflexions d’Arendt autour de la difficulté à dire, et surtout, à entendre l’expérience des survivants des camps, elle diffère de sa vision de la politique comme forme d’exclusion de la violence. « Dans la politique il existe toujours un noyau violent et ce qu’il faut interroger, c’est : quelle est la place occupée par ce noyau violent, quelles sont les formes de violence, comment opèrent-elles vis-à-vis du pouvoir institué et avec les résistances à ce pouvoir ? Donc, analyser l’expérience des années 1970 peut aider à penser cette relation nodale entre politique et violence, qui est loin d’avoir disparu au sein des démocraties actuelles », María Moreno, « Fisuras del poder » [entretien avec Pilar Calveiro], Página 12 [en ligne], [URL : ], consulté le 22 mai 2014. Nous traduisons.

4 C’est notamment le cas dans la police, si l’on suit le travail de Geneviève Pruvost (2008).

5 Depuis 2003, le Code pénal espagnol exige trois types de conditions pour qu’un prisonnier puisse voir sa détention s’améliorer ou entrer en régime de semi-liberté : une lettre de pardon, un rejet de toute violence, et l’indemnisation des victimes. Fin 2010, quelques figures d’ETA ont rempli ces exigences mais ce type de repentir se fait dans la discrétion, ne condamne pas l’organisation et son histoire en tant que telle et ne divise pas le collectif des prisonniers. Le 28 décembre 2013, dans un contexte de « processus de paix » engagé par ETA depuis le 20 octobre 2011, le collectif des prisonniers d’ETA a envoyé au journal bascophone Berria une vidéo dans laquelle l’organisation exprime son rejet de la violence et laisse les militants négocier individuellement des remises de peine. Elle renonce ainsi à leur revendication majeure d’un rapprochement collectif dans les prisons du Pays basque et d’une amnistie générale pour les prisonniers. Ce communiqué est une première pour ETA mais il est encore trop tôt pour dire si une autocritique massive se produira.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia La Valle, Cécile Lavergne, Marc Lenormand et Lucie Tangy, « Penser la violence politique, de l’Argentine à l’Europe. Entretien croisé avec Fanny Bugnon, Isabelle Lacroix et Isabelle Sommier », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #14 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/6004 ; DOI : 10.4000/traces.6004

Haut de page

Auteurs

Natalia La Valle

Docteure en sciences du langage, assistante de recherche à EXPERICE, Université Paris 13

Cécile Lavergne

Doctorante en philosophie, Université Paris Ouest Nanterre, Sophiapol

Articles du même auteur

Marc Lenormand

Maître de conférences en études anglophones, Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA

Articles du même auteur

Lucie Tangy

Docteure en littérature française, CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, Université de Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page