Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Friederike Schmitz / Sue Donaldson et Will Kymlicka

Étendre la citoyenneté aux animaux

Animals and the frontiers of citizenship
Will Kymlicka et Sue Donaldson
Traduction de Marc Lenormand
p. 139-166

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été présenté le 21 mai 2013 par Kymlicka à l’université d’Oxford, puis publié l’année s (...)

Sue Donaldson et Will Kymlicka mènent depuis longtemps un compagnonnage intellectuel, comme en témoignent les remerciements adressés par Kymlicka à sa compagne dans ce qui était jusqu’ici son ouvrage principal, Multicultural Citizenship. A Liberal Theory of Minority Rights, publié en 1995. Les productions des deux auteur-e-s de cet article1 étaient cependant restées disjointes. Alors que Donaldson, militante végane, publiait un guide de cuisine végétalienne qui a connu un large succès (2003), Kymlicka proposait, dans Multiculturalism Citizenship, et dans une série d’ouvrages et d’articles, non seulement de réconcilier la défense libérale des droits individuels et la promotion des droits des minorités, mais aussi de faire de ces derniers des conditions mêmes de possibilité de la liberté, la justice et la citoyenneté en démocratie libérale. Dans Zoopolis. A Political Theory of Animal Rights (Donaldson et Kymlicka, 2011), ces deux préoccupations parallèles se rejoignent. Donaldson et Kymlicka y proposent une théorie politique des droits des animaux. En dépit de la proximité du sous-titre avec celui de l’ouvrage consacré précédemment par Kymlicka au multiculturalisme, Zoopolis est un ouvrage autrement plus provocateur dans le paysage de la théorie politique, comme Pierre Charbonnier le souligne dans la note critique qui accompagne la publication de cette traduction. Kymlicka, notamment, sort ici du terrain dans lequel il fait autorité – les droits des minorités – pour s’aventurer sur celui des droits des animaux, d’ailleurs moins clairement délimité sur le plan disciplinaire, en proposant de redéfinir les contours de la théorie politique en intégrant les communautés animales et les animaux dans les réflexions sur l’État, le droit international et la citoyenneté, et en formulant le tout sous la forme d’un manifeste en faveur d’une refonte des relations hommes-animaux.

Zoopolis présente en effet plusieurs dimensions : les auteur-e-s proposent une typologie des relations hommes-animaux existantes, déploient des catégories de la philosophie politique pour décrire plus précisément ce qui leur semble être en jeu dans ces différents types de relation, mais aussi pour offrir des perspectives de transformation, enfin envisagent une réforme libérale des relations hommes-animaux afin de permettre leur coexistence pacifique et leur épanouissement réciproque. Au début de l’article que nous traduisons, Donaldson et Kymlicka reviennent sur la façon dont Zoopolis déploie les catégories de la souveraineté, de la citoyenneté et du droit de résidence pour (re)penser les relations avec les communautés d’animaux sauvages, les animaux domestiques et les animaux qui vivent au milieu des communautés humaines sans pour autant avoir été domestiqués.

La proposition théorique de Donaldson et Kymlicka a fait l’objet de critiques sur deux fronts. D’un côté, les théoriciennes et théoriciens et les militant-e-s qui luttent pour une transformation radicale des relations hommes-animaux, souvent autour du motif révolutionnaire de l’abolition des relations existantes qui implique une émancipation totale des animaux domestiques de l’emprise humaine, n’ont pu que trouver à redire à la proposition réformiste formulée par les auteur-e-s de Zoopolis, qui pensent la continuation conditionnelle des relations entretenues avec les animaux domestiques. De l’autre, les tenant-e-s de la spécificité humaine et d’une version humaniste de la démocratie ont vu, dans le programme politique de Donaldson et Kymlicka, une restriction apportée au développement des sociétés humaines, un rabaissement épistémologique de l’homme – d’autant plus puissant qu’il provient de l’intérieur de la philosophie politique et non de ses marges, et de surcroît qu’il est produit par un intellectuel majeur de son temps –, enfin la dilution de l’idée démocratique dans l’inclusion des animaux domestiques dans la sphère de la citoyenneté.

L’article que nous traduisons constitue une réponse à ces deux types de critiques. Il présente de ce point de vue l’aspect défensif que peut prendre la réponse à des objections. Cette réponse est cependant l’occasion, pour Donaldson et Kymlicka, de réaffirmer leur thèse probablement la plus disputée – l’extension de la citoyenneté aux animaux domestiques –, de l’exemplifier à partir d’une histoire singulière – celle de deux bœufs employés dans la ferme d’une université américaine –, de la fonder en mobilisant un corpus large de travaux en éthique et en psychologie, et d’en détailler les implications sociales et politiques larges. Il en ressort un programme dont on commence tout juste à prendre la mesure, puisque Donaldson et Kymlicka suggèrent que les droits des animaux « incluent un droit de résidence ; le droit d’être protégé, tant de la violence des hommes que d’autres menaces, comme les incendies et les inondations ; un droit à la santé ; des droits en tant que travailleurs, comme le droit de ne pas travailler dans un environnement dangereux, et une prise en charge en cas de maladie et quand arrive la retraite ; enfin le droit de voir ses intérêts pris en compte dans la détermination de ce qui constitue le bien commun, et des règles qui gouvernent une société et les activités que nous avons en commun ». La question des droits des animaux connaît dès lors une expansion considérable, pour recouper les questions relatives à la santé, aux conditions de travail et à la représentation politique. Cet élargissement du champ du débat constitue un premier résultat frappant de ce texte, dont les scientifiques comme les militant-e-s ne peuvent que tenir compte.

Un deuxième aspect sur lequel on pourra attirer l’attention est l’ancrage américain de cette discussion : non pas tant l’ancrage dans les débats nord-américains sur les droits des animaux, mais dans l’histoire politique singulière de l’Amérique du Nord. Tout comme, en évoquant les communautés souveraines d’animaux sauvages, Donaldson et Kymlicka retrouvent les interrogations sur le statut des aborigènes du Canada, centrales dans les travaux de Kymlicka sur les droits des minorités, l’histoire de l’esclavage et de la ségrégation aux États-Unis constitue une toile de fond de la réflexion sur l’extension de la citoyenneté aux animaux domestiques. L’analogie est problématique à de nombreux égards, mais fournit aux auteur-e‑s un modèle pour questionner les contours de la communauté des citoyens, et mettre en évidence le caractère mouvant des frontières de celle-ci. Donaldson et Kymlicka ne s’appesantissent cependant pas sur cette analogie, et trouvent un parallèle plus parlant encore dans l’attribution de droits civiques aux enfants et aux personnes handicapées : une attribution de droits qui ne constitue pas une réponse à la formulation de revendications par un groupe ou par des individus, pas plus qu’elle ne repose sur une épreuve d’humanité comme l’exercice de la raison, mais une attribution inconditionnelle de droits civiques à des individus et des groupes fondée sur leur reconnaissance comme participant-e-s à la vie sociale d’une communauté. Cette logique de la reconnaissance, orientée par une exigence de justice qui constitue la préoccupation politique centrale de Donaldson et Kymlicka, constitue en définitive le principe de l’extension de la citoyenneté aux animaux domestiques.

Marc Lenormand

 

1Dans Zoopolis (Donaldson et Kymlicka, 2011), nous avons défendu l’idée d’une « théorie spécifiquement politique des droits des animaux ». Il s’agit ici de développer cette proposition et de répondre à des critiques émises à son endroit, en se concentrant tout spécifiquement sur l’idée novatrice de