Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Agir en être collectif. L’État, la communauté des Nicolotti et l’approvisionnement de Venise à l’époque moderne

Act as a collective being. The state, the community of Nicolotti and the food market in early modern Venice
Solène Rivoal
p. 65-84

Résumés

Cet article se propose d’étudier le caractère composite et le pouvoir d’action d’une communauté de pêcheurs de Venise à l’époque moderne, les pêcheurs de San Nicolò, communément appelés les Nicolotti. Il s’agit d’analyser la fonction de la communauté au sein des activités économiques de la ville, et de montrer en quoi la fonction peut être perçue comme un élément qui structure le groupe social. De même, les actions de la communauté font d’elle un être collectif qui interagit avec les institutions vénitiennes. Ces dernières s’affirment de plus en plus comme une entité unie capable de réguler les approvisionnements quotidiens de la ville, en l’occurrence des marchés du poisson, depuis la pêche dans la lagune, jusqu’à la distribution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Giustizia Vecchia (GV), b. 194, f. 219, fasc. 5, fol. 88 : « At (...)

1« Je, le susdit [Alvise Corao], atteste que le nom de Domenico Zuliani, dit Bonome, fils de feu Iseppo, est décrit dans le livre de la communauté de San Nicolò e San Raffaele, et ainsi, en signe de vérité lui est remis le siglo de ladite communauté. Scribe Alvise Corao »1. Conservés par les magistrats en charge du contrôle des pêcheurs, ces certificats attestent d’abord l’existence d’une communauté de pêcheurs vénitiens, appelée la comunità di San Nicolò e Angelo Raffaele, reconnue par les institutions vénitiennes. Ils prouvent également l’existence de pratiques sociales communes à ses membres, reconnaissables par un signe distinctif dans la ville. Enfin, ces certificats sont la preuve d’une organisation de la communauté de pêcheurs qui produit de la documentation, servant à normaliser l’existence de la communauté, l’appartenance au groupe, ainsi que les moyens d’interaction avec l’État et au sein de la société.

  • 2 Pierre Bourdieu parle ainsi de la « gigantomachie » de ces êtres collectifs : « Parler d’Appareils (...)

2À Venise, au xviiie siècle, l’existence de groupes appelés communautés participe à la construction de normes par leur action. En effet, les grandes entités dont l’existence et les actions sont les plus discutées par les sociologues comme par les historiens, telles que l’État ou le marché, suggèrent une réflexion qui relie directement l’analyse de l’objet à la possibilité de le définir comme un gigantesque producteur de normes2. L’être collectif serait donc une entité, parfois difficile à caractériser, qui produit, qui agit, et qui se rend visible par sa production et son action. Au-delà de l’État et du marché, les communautés sont d’autres êtres collectifs qui peuvent être pris en compte. La présente contribution se propose d’analyser la capacité d’action de cette communauté de pêcheurs, dont les membres sont communément appelés les Nicolotti, à l’époque moderne. Nicolotti, pêcheurs de San Nicolò, ou encore comunità di San Nicolò, sont autant de noms donnés à la communauté, dont les membres sont installés dans deux des soixante-dix paroisses vénitiennes, situées à l’ouest de la ville, dans le sestiere (quartier) de Dorsoduro, l’un des six de la ville.

  • 3 Voir notamment Tönnies (2010) ; Sainsaulieu et al. éd. (2010).

3De nombreuses communautés structurent alors la société urbaine vénitienne, qui compte plus de 138 000 habitants au début du xviiie siècle (Beltrami, 1954). Ces corps sociaux sont largement questionnés dans leur existence et leur consistance par les chercheuses et les chercheurs en histoire et en sciences sociales3. Ils peuvent être définis comme des « formes d’appartenance collectives constitutives de lien social, voire de rapports macro-sociaux », et sont directement liés aux grands êtres collectifs (Sainsaulieu et al. éd., 2010, p. 15). En histoire, par le terme communauté, les spécialistes de l’époque moderne désignent généralement un corps social uni par une pratique professionnelle ou confessionnelle, voire par une origine géographique commune, ou une résidence partagée. Ce groupe est identifiable lorsqu’il produit de la documentation, souvent sous la forme de suppliques ou de statuts approuvés par les autorités, dans laquelle ses membres apparaissent comme un ensemble collectif et homogène agissant de manière unie (Cerutti, 1990). Bien que le fonctionnement interne de la communauté des Nicolotti soit bien connu pour l’époque moderne (Zago, 1982), l’analyse des statuts révèle combien cette communauté se définit par sa fonction dans la ville et par son action dans les activités économiques, plutôt que comme un groupe partageant des conditions sociales proches et homogènes. Ces pêcheurs sont les principaux acteurs de l’approvisionnement de la ville en ressources de la lagune, depuis le Moyen Âge et pendant toute la période moderne.

4Parallèlement à l’action de la communauté, l’approvisionnement de la ville dépend de l’action de l’État, dont le discours, construit pendant la période médiévale et moderne, donne à voir un être unique aux actions convergentes. C’est au nom d’une volonté publique que sont édictées les règles qui régissent le marché du poisson à Venise au xviiie siècle. De même, c’est au nom de la communauté que ces pêcheurs justifient leurs actions dans ce système économique, créé à la croisée des actions de l’État et de la communauté. L’étude des négociations entre la communauté des pêcheurs et les représentants de l’État montre, tout d’abord, combien l’organisation des activités économiques est alors soutenue par l’État vénitien. Ce faisant, les communautés – telles que les Nicolotti – qui entrent dans ce dialogue peuvent progressivement se voir reconnaître une existence officielle et, par conséquent, gagner en consistance. Ce processus itératif, par lequel les actions de ces entités participent de leur définition, s’observe particulièrement dans les sources produites, telles que les textes normatifs des magistratures citadines vénitiennes, ou les suppliques et les statuts rédigés par les Nicolotti. Ces sources révèlent moins une conception réfléchie de ces entités que leurs actions effectives dans la ville, et c’est par ces mêmes actions qu’elles se définissent dans l’organisation urbaine. Ici, le marché étudié, celui du poisson à Venise à l’époque moderne, est envisagé comme le cadre des interactions entre État et communauté, mais également comme le produit de ces actions. Le système du marché du poisson est en effet formé en grande partie, durant toute la période moderne, par l’interaction des Nicolotti et de l’État. Enfin, la définition de cet être collectif par son action et sa fonction dans la ville entraîne une redéfinition permanente de la communauté. Ces modifications substantielles sont visibles dans un changement de fonction des Nicolotti dans le système urbain d’une part, et dans les perceptions que la communauté a d’elle-même d’autre part, revendiquant une action et une existence plus politiques qu’économiques à la fin du xviiie siècle.

  • 4 Le terme de terminazione n’a pas de traduction parfaite en français. Dans un des dictionnaires de r (...)
  • 5 La titulature italienne des magistratures est souvent conservée par les historiens spécialistes de (...)
  • 6 Les deux exemplaires sont conservés à la bibliothèque du musée Correr (BMC), IV, manuscrits nos 110 (...)
  • 7 ASV, GV, b. 194, fasc. 3.
Sources
Le corpus de sources retenu pour cette étude est composé de textes normatifs, en particulier des terminazioni, textes de lois apparentés à des décrets4, produits par les magistratures citadines vénitiennes, et confirmés par le sénat vénitien, l’institution la plus importante au xviiie siècle (Da Mosto, 1937, p. 34). Ces terminazioni proviennent principalement du fonds de la Giustizia Vecchia, ou Ancienne Justice, magistrature en charge des questions d’ordre et de gestion urbaine, en particulier pour ce qui est des arts et métiers, et des places de marché (Shaw, 2007 ; Monticolo, 1892 ; Bellavitis, 2006)5. À ce corpus de textes normatifs s’ajoutent les statuts de la communauté des Nicolotti, dont trois versions ont été conservées. Deux d’entre elles se présentent sous la forme de deux registres datant du xviiie siècle, portant le nom de mariegola – terme sur lequel nous reviendrons. Ce sont des compilations de règles qui régissent la communauté, écrites entre le xiie et le xviiie siècle (Giachery, 2004). La première mariegola, datant du début du xviiie siècle, est un ensemble de cent vingt chapitres, écrits sur des feuillets ajoutés et reliés progressivement. La seconde mariegola est une copie de ces textes, auxquels a été ajouté un ensemble de chapitres au xviiie siècle6. En 1790, ce corpus de référence est remplacé par de nouveaux statuts, entièrement réécrits, et conservés dans le fonds de la Giustizia Vecchia, sous le nom de capitolare (capitulaire)7. Enfin, l’ensemble de ces sources intègre des suppliques des Nicolotti recopiées dans les statuts, ou précédant les terminazioni, qui seront également utilisées.

Existence et consistance d’un être collectif : la communauté des Nicolotti

  • 8 Voir notamment les travaux de Mathieu Grenet (2010) et Francesca Ruspio (2002).

5La communauté des Nicolotti, bien étudiée pour l’époque moderne (Zago, 1982), révèle les mêmes critères d’appartenance que les autres communautés de Venise à la même période. En effet, les membres sont unis par l’appartenance à une même aire géographique, une même profession, ou encore une confession commune8. L’entité étudiée est avant tout définie comme une communauté dont les membres sont liés par la pratique de la pêche et ancrés dans le territoire vénitien, sur deux paroisses, San Nicolò dei Mendicoli et Sant’Angelo Raffaele.

  • 9 Le recensement est demandé par une des magistratures citadines, les Provveditori alle Pompe, et ce (...)
  • 10 ASV, Provveditori alle Pompe (PP), b. 14, fasc. 3. Dans ces archives, le recensement d’une paroisse (...)

6L’étude d’un recensement de la population, effectué par l’ensemble des curés de paroisse entre 1745 et 1750, révèle que la majorité des pêcheurs de la ville réside dans une des deux paroisses et fait donc partie de la communauté. Dans ce portrait instantané de la population en 1745, ce sont 329 chefs de famille qui sont reconnus comme exerçant la pêche9. Un sondage sur le reste du recensement montre que les autres paroisses ne semblent pas compter plus d’une vingtaine de pêcheurs : la majorité des hommes exerçant la pêche à Venise vit donc bien sur le territoire de la communauté des Nicolotti10. De plus, pour chaque résidence, les prêtres recensent systématiquement les autres membres du foyer (épouses, enfants, ou parents), parfois leur âge et leur profession. Si l’on prend en compte ces données, il faut sans doute doubler le nombre de pêcheurs vivant dans les deux paroisses.

7La communauté pourrait alors être considérée comme celle qui rassemble les pêcheurs vénitiens, se rapprochant ainsi d’une corporation de pêcheurs. En effet, à Venise, les professions sont organisées en arti, nom donné à l’organisation des métiers, et sont soumises à l’autorité des magistrats de la Giustizia Vecchia, police des marchés et des métiers. Or, la seule corporation connue et évoluant sur les marchés du poisson est celle des compravendi pesce, poissonniers officiels de la ville, qui achètent le poisson en gros et le revendent au détail (Shaw, 2002). Le capitulaire de la corporation, daté de 1227, est d’ailleurs le seul renvoyant clairement au commerce du poisson, sous le nom de capitulare de piscatoribus (Monticolo, 1896, p. 59). Ces poissonniers ne représentent pourtant qu’une partie des acteurs évoluant sur le marché du poisson, système d’échanges a priori loin de l’organisation corporative vénitienne. Les Nicolotti apparaissent ainsi comme une corporation des pêcheurs qui ne dirait pas son nom.

  • 11 La bibliographie est large en ce qui concerne les corporations. Pour un état de la question, voir O (...)

8La qualification des statuts de la communauté plaide pour cette hypothèse, puisque le terme de mariegola, donné aux deux registres des statuts, est aussi celui qui s’applique aux règlements de corporations vénitiennes, et parfois à des confraternités (scuole) de métiers11. La logique des archives est un deuxième indice. Les deux mariegole sont conservées au musée Correr, côtoyant les registres de statuts des métiers tels que ceux de boulangers, bouchers, et poissonniers déjà mentionnés (Giachery, 2004, p. 162). Le chef de la communauté des Nicolotti est aussi appelé gastaldo, titre utilisé pour nommer les chefs des corporations vénitiennes. Enfin, le fonctionnement interne de la communauté ne semble pas différer des corporations vénitiennes, en ce sens que des conseillers élus aident le gastaldo dans la gestion administrative et fiscale, et des séances plénières sont tenues avec les membres de la communauté pour les décisions importantes, retranscrites ensuite dans la mariegola.

  • 12 ASV, PP, b. 14, fasc. 3.
  • 13 BMC, IV, 112, 175 r : « In detta comunità vi sono alcune persone le quali non esercitano la profess (...)

9Cependant, la complexité du groupe social va à l’encontre de l’hypothèse d’une corporation sans reconnaissance officielle. D’une part, le recensement déjà mentionné de 1745 présente une communauté hétérogène. Si 329 hommes sont recensés comme pêcheurs, ce ne sont que 329 chefs de famille sur un total de 1 658 foyers recensés pour les deux paroisses de San Nicolò dei Mendicoli et Sant’Angelo Raffaele, soit un peu moins de 20 % de ces chefs de famille12. Le groupe intégrerait donc des habitants des deux paroisses qui ne sont pas pêcheurs. Les statuts révèlent d’ailleurs cette organisation. En 1725, un chapitre de la mariegola rappelle ainsi sa composition : « Il y a, dans cette communauté, des personnes qui n’exercent pas la profession de la pêche, mais qui sont pourtant enregistrées comme frères et qui participent aux bénéfices et aux privilèges de cette communauté. »13

  • 14 ASV, PP, b. 14.

10De même que le critère de définition par la profession n’est pas pleinement satisfaisant, la définition par le territoire ne l’est pas non plus. En effet, le recensement montre une différence notable entre les deux paroisses étudiées. Ainsi, sur les 329 pêcheurs chefs de famille mentionnés, 301 résident dans la paroisse de San Nicolò dei Mendicoli, ce qui peut effectivement expliquer le nom d’usage de la communauté des Nicolotti. La paroisse de San Angelo Raffaele apparaît comme un espace d’habitat où les résidents ne sont que peu, ou pas, concernés par les activités des marchés du poisson14.

11Dire des Nicolotti que ce sont les habitants de deux paroisses qui exercent le métier de pêcheur ne semble alors pas suffisant pour comprendre cette communauté. Pourtant, le discours de la communauté, à travers sa production écrite, donne à voir un groupe cohérent dans la ville, par son intervention sur les marchés du poisson. Ainsi, c’est à travers ses fonctions dans un système économique et social d’une grande ville d’Europe moderne que la communauté peut être envisagée.

Pour une définition de la communauté par l’action : les Nicolotti sur le marché vénitien

  • 15 BMC, Mariegola, IV, 110.

12La pêche est une activité exercée par une grande partie des habitants de la ville, qui se codifie lentement durant l’époque médiévale et surtout l’époque moderne (Zug Tucci, 1998). Or, certaines règles de la mariegola suggèrent que la codification de cette pratique s’est faite autour des Nicolotti. Sur les cent vingt chapitres regroupés dans la mariegola, la plus ancienne, la moitié concerne directement la pêche, des lieux autorisés aux outils permis pour l’exercer15. Le rôle de la communauté dépasse même les limites de la ville : les Nicolotti organisent la pêche de la lagune, au détriment de toutes les autres communautés de pêcheurs existantes.

  • 16 Pour une étude du territoire vénitien à la fin de l’époque moderne, voir Gullino (2007).
  • 17 ASV, GV, b. 29, f. 23, fol. 30 aprile 1730 : « Si sono presentati a magistrati di noi prov e GGVV l (...)

13L’organisation juridique du territoire vénitien explique en partie la place des Nicolotti. Les magistratures citadines vénitiennes exercent une autorité directe sur le territoire urbain, limité aux six quartiers, comme c’est le cas pour la Giustizia Vecchia. Au-delà de ce territoire s’étendent deux types d’espaces. Le dogado, ou duché, est le territoire qui entoure la cité, formé de la lagune vénitienne, et des espaces lagunaires de l’Adriatique. Le reste du territoire vénitien est appelé la Terre ferme16. Ces deux territoires sont sous la juridiction de magistrats vénitiens particuliers, appelés recteurs ou podestats selon l’espace qui leur est assigné, et sont des relais des magistratures vénitiennes (Viggiano, 1993 et 1996). La plupart des îles de la lagune où résident de nombreux pêcheurs, également organisés en communautés, sont sous l’autorité d’un podestat. Les pêcheurs sont soumis à son contrôle, et ne sont pas considérés comme vénitiens, malgré leur proximité avec la ville et malgré leur présence sur les marchés vénitiens. L’organisation du territoire de Venise fait donc des Nicolotti la seule communauté de pêcheurs vénitiens, un avantage certain par rapport aux autres groupes. Les sources font généralement état de cette distinction, et c’est le cas de ce rapport des magistrats de la Giustizia Vecchia au sénat de 1730 : « Se sont présentés à nous, provéditeurs de la Giustizia Vecchia, les pêcheurs et conducteurs de poisson des communautés du duché, et ceux de San Nicolo. »17 Les pêcheurs du duché sont opposés aux Nicolotti, seuls acteurs sous juridiction vénitienne directe.

  • 18 BMC, Mariegola, IV, 112, p. 50 v : « In esecution delle leggi, commettemo a voi Ser Zuanne Chochali (...)
  • 19 Ibid., p. 123 : « che niuno sia di che grado e conditione esser si voglia ardisca sotto qua si vogl (...)

14C’est au xvie siècle que le gastaldo grande, chef des Nicolotti, semble devenir le responsable du contrôle de la pêche lagunaire, comme l’écrivent les magistrats en charge de la gestion de la lagune de Venise, les « Sages et Exécuteurs aux Eaux » (Savi ed Esecutori alle Acque). En 1561 ils proclament : « En exécution des lois, nous vous ordonnons à vous, Zuane Chocalin, gastaldo des pêcheurs de San Nicolò, d’aller dans la lagune, et de relever avec diligence les fraudes qui sont faites contre les lois […], qu’elles soient commises par des pêcheurs, comme par toute autre personne. »18 L’autorité du gastaldo dépasse le cadre territorial de la communauté, et ce dernier devient le garant de la pêche dans toute la lagune. Les Savi alle Acque le considèrent comme un relais de leur autorité, et son action, conjointe à celle des Nicolotti qui patrouillent avec lui, confirme la prépondérance de la communauté sur les autres pêcheurs. Dans une proclamation datée du 9 octobre 1638, faite par les Avogadori di Comun, avocats publics chargés de défendre les intérêts publics dans la ville (Da Mosto, 1937, p. 68), la prépondérance et l’autorité du gastaldo sont de nouveau exprimées. Les magistrats avertissent que toute personne, dans la lagune, « quels que soient son grade et sa condition […], doit obéir auxdits gastaldo et présidents dans toutes les fonctions et obligations qui leur seront imposées et conformes à l’usage antique, et aux dispositions de leurs ordres et coutumes »19.

  • 20 BMC, Mariegola, IV, 110 : le manuscrit se compose d’un sommaire détaillé de la mariegola (p. V à XI (...)
  • 21 ASV, GV, b. 194, f. 219, fasc. 3, fol. 4 r : « Ch’essendo il gastaldo grande della comunità di San (...)

15Les Nicolotti sont également les acteurs principaux de la vente du poisson dans la ville de Venise. Dans la mariegola la plus ancienne, si plus de la moitié des chapitres concerne la gestion et l’organisation de la pêche, vingt-deux sont expressément liés à la vente du poisson. Les occurrences de ce commerce se font plus fréquentes aux xviie et xviiie siècles et les règles ajoutées dans la seconde mariegola au xviiie siècle concernent largement la vente ; le gastaldo grande de la communauté doit également prévoir de contrôler les places de marché20. La troisième version des statuts, entièrement réécrite en 1790, réaffirme clairement ce principe comme étant déjà ancien : « Étant le grand gastaldo de la communauté de San Nicolò et Angelo Raffael, le chef et gouverneur, lequel défend et maintient l’immunité des pêches et l’usage par son peuple […] il doit contrôler les étals des halles de Rialto et de San Marco pour maintenir l’ordre et la juridiction même de ces étals pour les pêcheurs. »21 Comme pour la pêche, les statuts supposent donc que la vente du poisson se codifie autour de l’action des Nicolotti.

  • 22 Sur le système du palo, voir Shaw (2002) : c’est actuellement le seul article où le passage de la p (...)
  • 23 En 1745, 27 membres des compravendi pesce sont résidents à San Nicolò dei Mendicoli (ASV, PP, b. 14 (...)
  • 24 Ibid. En 1745, le nom de cet homme est Iseppo Furlanetto. Le dazier a acheté les taxes du poisson f (...)
  • 25 Ibid. Parmi les chefs de famille, 122 sont inscrits comme vendeurs de poissons.

16Au-delà de l’action du gastaldo grande, l’organisation des marchés du poisson implique la présence d’acteurs dont les statuts diffèrent. Peu d’acteurs de ces marchés font partie d’une corporation vénitienne, mais une large majorité appartient à la communauté de San Nicolò, comme le montre le recensement de 1745. Lorsque les pêcheurs arrivent sur les deux grandes places de marché, San Marco et Rialto, ils peuvent vendre eux-mêmes le poisson au détail, ou bien vendre tout leur chargement au palo, centrale d’achat de poisson frais, à un membre de la corporation des poissonniers, les compravendi pesce22. Or ces derniers sont Nicolotti en grande partie23. Cette transaction se fait sous le contrôle d’un Vénitien, chargé de faire appliquer la taxe d’entrée du poisson frais, et en 1745 il s’agissait d’un Nicolotto24. Les vendeurs employés par les poissonniers pour vendre le poisson sur les étals sont en grande partie des Nicolotti25. Enfin, tout ce système est contrôlé par des officiers, payés par les magistratures vénitiennes et chargés d’afficher les prix et de contrôler les transactions le temps du marché. Plusieurs d’entre eux, appelés fanti, sont en 1745 des chefs de famille Nicolotti.

  • 26 Ibid., p. 14.

17La concentration d’acteurs du marché du poisson dans la communauté peut expliquer que les décrets et lois contenus dans la mariegola deviennent l’ensemble de règles de référence en ce qui concerne le marché. Pourtant, cette appartenance soulève bien des questions, qui ne sont jamais posées ni évoquées par les sources. La communauté apparaît comme unie dans le capitulaire, or il semble que de nombreux groupes coexistent au sein de cette entité, entraînant des situations discutables. Les poissonniers font par exemple partie de la corporation des compravendi pesce et sont soumis à l’autorité du chef de corporation. Mais leur présence sur le territoire de la paroisse de San Nicolò implique a priori leur appartenance à la communauté : ils seraient donc également soumis à l’autorité du gastaldo grande, chef des Nicolotti, ce qui pourrait entraîner des conflits de juridiction ou d’intérêts. De même, comment être certain que les pêcheurs Nicolotti, lorsqu’ils rentrent à Venise, les barques chargées de poissons, aillent directement les vendre au palo, si leur père, leur oncle, ou leur voisin, poissonniers de métier, peuvent acheter leur chargement sans payer la taxe exigée ? Enfin, quelles relations, Iseppo Furlanetto, douanier du poisson frais au palo en 1745, vivant près de la rue de la Riodda dans la paroisse de San Nicolò dei Mendicoli, entretient-il avec ses voisins, deux poissonniers, cinq pêcheurs et trois vendeurs de poissons, à qui il doit faire payer les taxes en vigueur26 ? Ces relations complexes au cœur de la communauté supposent une régulation qui est loin d’être évidente, tant les liens entre les acteurs sont denses, et de natures différentes.

18L’analyse de l’action des Nicolotti dans la pêche et la vente du poisson permet de comprendre la fonction de cette communauté dans le système économique d’un marché quotidien de la ville. Au-delà de l’appartenance géographique et professionnelle, les actions de cette entité montrent très clairement que les Nicolotti font pleinement partie de ce système, occupant les postes-clés de la pêche, de la vente (poissonniers et simples vendeurs) et de contrôle (officier chargé des taxes, officiers de contrôle). Les Nicolotti se forment donc progressivement comme un être collectif qui gagne en consistance, en étant l’interlocuteur privilégié des institutions de l’État vénitien, et ce, jusqu’à la fin de la période moderne. Cependant, au-delà de l’action de la communauté, ce sont également les interactions existant avec l’État vénitien qui créent le système économique des marchés du poisson.

L’État vénitien face à la communauté : quelles interactions ?

  • 27 ASV, GV, b. 29, f. 23, décret du sénat du 4 décembre 1728.

19Chercher les interactions de la communauté avec l’État vénitien suppose d’abord de comprendre les institutions concernées par ces systèmes économiques. Pour les Nicolotti et pour les autres acteurs du commerce alimentaire, les magistratures qui s’occupent des marchés d’approvisionnement quotidiens dans la ville sont multiples. Les Nicolotti ont donc régulièrement affaire à l’État vénitien, mais les interlocuteurs diffèrent : il peut s’agir de la Milice de la Mer (Milizia da Mar) ou des Sages et Exécuteurs aux Eaux (Savi ed Esecutori alle Acque), deux magistratures en charge du contrôle de la lagune, et donc des questions relatives à la pêche et à sa pratique. Lorsqu’il s’agit des espaces de marché, la communauté dialogue avec la Giustizia Vecchia, ou les officiers des Raisons antiques (Rason Vecchie), une des magistratures financières chargées de contrôler les transactions commerciales dans la ville. Or les décisions prises par ces institutions sont parfois contradictoires. En 1750, un décret du sénat se prononce en faveur de la Giustizia Vecchia, et contre les Rason Vecchie, les deux institutions ayant pris deux décisions opposées sur le rôle du douanier du poisson frais au palo, précédemment évoqué. Il peut enfin y avoir des contradictions au sein même des magistratures vénitiennes, qui ne forment pas, elles non plus, des entités parfaitement unies. En 1728, un décret du sénat revient sur une décision des provéditeurs de la Giustizia Vecchia prise en 1724, qui prévoyait que les Nicolotti voulant s’inscrire dans la corporation des poissonniers paient dix ducats, les magistrats nouvellement élus n’étant pas d’accord avec leurs prédécesseurs27. Les interactions avec les multiples institutions créent une complexité certaine autour des marchés du poisson.

  • 28 ASV, CL, b. 302, fol. 1050 : « Con la mira d’obbedire alli Decretidelll’Eccellentissimo Senato 19 a (...)
  • 29 ASV, GV, b. 29, f. 23, 30 aprile 1730.

20Pendant toute la période moderne, et jusqu’au milieu du xviiie siècle, la communauté est clairement la référence des institutions vénitiennes en matière de marché du poisson dans la ville. La Giustizia Vecchia comme les Savi alle Acque légifèrent souvent à la suite de suppliques qu’ils mentionnent dans la rédaction de l’acte législatif. Ces documents, rédigés par les Nicolotti pour formuler des requêtes, concernent aussi bien la vente de poisson que l’exercice de la pêche. Deux exemples peuvent être mentionnés. D’une part, en 1684, les Savi alle Acque entreprennent une vaste opération de délimitation entre les eaux publiques de la lagune et les zones appartenant à des particuliers. Cette décision est prise après une demande des Nicolotti, mentionnée par les magistrats : « Pour obéir aux décrets de l’excellentissime sénat du 19 août et du 18 novembre derniers, qui font suite à la supplique du fidèle peuple de San Nicolo, son gastaldo, et ses compagnons, demandant à fixer les confins des eaux publiques […]. »28 Si les magistrats prennent souvent la défense des Nicolotti, leur permettant de pêcher librement dans les eaux publiques, cette source montre également l’importance du dialogue existant entre les deux entités. D’autre part, en 1737, c’est à la suite d’une supplique des Nicolotti, auxquels se joignent deux autres communautés de pêcheurs, que les prix du poisson, imposés à tous les vendeurs par la Giustizia Vecchia, sont modifiés sur le marché29.

  • 30 ASV, GV, b. 27, r. 21, fol. 1 r - fol. 8 v. Folio 1 v : « la pubblica volontà », « pubblica provvid (...)
  • 31 Sur ces questions, la comparaison peut être entreprise avec le système annonaire à Rome, voir Marti (...)
  • 32 Voir notamment Maxwell et Frankenberger éd. (1995).
  • 33 ASV, GV, b. 30. Les rappels concernant l’obligation de conduire tout le poisson vers Venise sont no (...)
  • 34 ASV, Compilazione Leggi (CL), b. 302, fol. 1083.
  • 35 Ibid., fol. 1089, et fol. 113 r - 118 v.

21Pourtant à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, les Nicolotti semblent perdre peu à peu leur place de référents au regard des institutions vénitiennes. Les explications d’un tel changement au sein de la communauté ne manquent pas. Tout d’abord, l’État vénitien s’affirme de plus en plus comme un être collectif capable d’organiser et de contrôler au mieux les marchés. Les discours d’un État garant du bon gouvernement se font plus prégnants au xviiie siècle, et apparaissent dans de nombreuses terminazioni, décrets et publications qui émanent des magistratures vénitiennes. Entre 1748 et 1750, la Giustizia Vecchia est préoccupée par les marchés du poisson et les écritures publiques (scritture pubbliche), rapports internes des magistrats au sénat, font état d’une inquiétude quant à la diminution des approvisionnements. Sur vingt-quatre scritture expliquant ladite pénurie, entre 1748 et 1750, dix-sept contiennent au moins une fois l’adjectif « public ». Les expressions sont nombreuses : « volonté publique », « sagesse publique », « providence publique », « bénéfice public », « service public » jalonnent les prises de décision et légitiment l’action de la magistrature30. Ce discours n’est pas nouveau au xviiie siècle, mais la fréquence et l’usage de ces termes participent à l’élaboration d’un État défenseur du bien commun, d’un bon gouvernement, d’une chose publique, qui prend alors le rôle d’arbitre entre les communautés de pêcheurs31. Le système collégial, puis la nomination d’un inquisiteur sur les vivres (inquisitore sopra i viveri) sont mis en place pour répondre à une préoccupation majeure, celle d’approvisionner correctement la ville (Faugeron, 2014). La notion de sécurité alimentaire, bien connue des économistes et géographes, s’applique ici parfaitement aux actions de l’État vénitien. Les institutions se concentrent effectivement sur trois points principaux : la quantité (food security), la qualité (food safety) et l’accessibilité, liée ici au prix32. En termes de quantité, les magistrats de la Giustizia Vecchia obligent tous les pêcheurs du duché à venir vendre leurs poissons à Rialto, sans exception. Il en est de même pour les pêcheurs d’Istrie et de Dalmatie, qui sont parfois tentés de vendre leur poisson dans le port de Trieste, plus proche que Venise. Cependant cette obligation, parce qu’elle est maintes fois répétée, met en évidence l’existence de circuits d’approvisionnement officieux, contre lesquels lutte l’État pour approvisionner la Dominante33. L’État doit également préserver la qualité du poisson. Lorsque les magistrats de la Giustizia Vecchia demandent au gastaldo grande de contrôler les étals de marché, les contrôles concernent d’abord la fraîcheur des produits vendus. Une des fraudes souvent dénoncées consiste par exemple à cacher de la marchandise moins fraîche et à la vendre aux mêmes conditions que celle exposée sur les étals34. Enfin la troisième préoccupation est celle de la fixation des prix. Pour le xviiie siècle, les 9lectem, ="#on. Il ehe et à satisfa six-sept contiennent au mois pesup>e, sont entités.ntrée du60 exposée sur les étals29.

    6
  • 21 ASV, GV, b. troii pre actue23munautétel chaÉtat vd’un bonstalue la="#ftn2e dsson vers Venis6 sont no (...)
  • 7
  • 28 A14f. et fol. 113 r - 118 v.

gastaldoe plust vénitien s’, sgur lcheursé apparaenvoyant isson que lS ces donnt largement la vente ; le gastaldla seule communautén de la péri>e siècle,es de poissomarcente df. Ces docume montr ici parfrs et troivee cette evéee même pour , pêcheurs dou groulust vComaem>,tals desFerra de Nicome le mrfoisinflule et malgré leur pr Rinitiem>Nrsque leon dee di dulfinitioun avantage certainnt de toutes lese les eau les limCe discxnce d’aunautéeles. Les poisson bonse la habitfiolott leon dee dtiergrannauge27. Leé d’un RioChioratu exposée sur les étalse du80tant,tti. Le groupi dulfiernées par ce) et lc des que codific isson que lA de la seconde moitié du xviiiNi une pt pa,n>edoit « eaux la ville sont multiples.ue les autres pavoquésues pe ducates ntioun avantage é d’un RioChioratu’Ist duadape da ducats,sus hnar ce)cat la magist lutençes trdes olò span>La p ledevient son em>Nicoa df. Cre29.

    8
  • 35 65. et fol. 113 r - 118 v.

ot du sénat ville sont multiples.mber">21xviii font ement lsécuagnebliors le ef="#fetnt pour compreLem> te23">23 que laioni,viverce nditions quentrôler la pêche s documents part, en 1684, les ressionsLde délimitation entem>pa. Deux o et d ce) e3. L’ohibt enurs pautta coissons ,nflits dico avec lqs staes ito, sonpalon. Léliuite àLeé d’un r une grance sont r,e, mais la fr questionsmitation de lciette tpm>Ni frV, Cpoissoes chaion e qudes eaux publiques […]. »29.

" h les interacnnes,nt noc régulièremress>12e, semblergrand gastaldotenposlottiGiustiz1730 affirme hrenl’encoecci, 1998). Or, certaines règles ,es statuts, tte trantsation. ionsCît comme rgrand gastaldo de la communauté de San N, « pvofinitionerganisatiooupes. Leccup25.jNicolttièr.ass="arux sont excs="numpache rais au st lotutioe d’ara motti suggèauté pour letat d’us de leur ns d’un tel>gastaldo granderecte 29" href="#ftn29">29.div>
  • ASV, PP, b. 14, fasc. 3.
  • 40
  • - fol. 8 vNar sem>Ne sno s laguisinpar letaldoes lieem oui ne une grratualli gas, ouiualli alt050¨me p pubblica pr4vvid (...)

La penance géographiautres dinutiobitfcuiten haru dirnhref="#ftnL trois hangement au la villes. L s’affirmes de poissoninoc résn permet dequi créent lel’autorité IcSan Ni30">30. n de la n>La pfr questionspposent miustiziêche. Le sns la claeur ur lest actuss aux 30gastaldo< app0">h me présence tie desgistrét lirmes de poissopent aemcorpor une grande pares eaux(Crouzet-Pêchpoque2) ne l’est pasref=" les autres coorigur iur lesvois [ "num">3positiohCe discoaît comme un lim>scrih les interactunt aemcorpoous le cosIst duf 1937 marché du poe codific isson que lo, sanLe gs li pêelesquelp doircialesroitergrand gastaldooumiecteursinre33. Lypravendirlesquet du irsonniers - fol. Qériodcucuagnrplicrou iec- îles de la lun boGiustre les deuxde la t uaie la ns, lafs de frs du marché du poides eaux publiques […]. »

<

  • e sde la pêchees participent à v/spaontre enaj les nnau lesdence surfont généat vénitie " hra motti<>écision et ciAntonio Zotns ine’Ist magison permet de ufol. mpleclirations complexes au « ppermet decs sta, entièr dans la voût ons vÙaccnnaut de la seconde moitié du xviii sIstidenclliques qu’tie desgisa présents de ln de laogadoes c - fol. As nogi une complexitant lglergrand gastaldo de la communla luem>. La paroissela isse de S »,ou groulusol. Dsup>ntr icirance de officieions de gist lant lglergrand gastaldo de la communauté de San N, « (Zags dan80-an81, officCe discxnce d’aup>e sde la n bouvntt dones nnau leste laspan>L’ocats publices instolotti lnitien s’, sgur lcheue les marc communautéabord lés à tup>e siè>12h me préseville sont multiples.naute à cque l’État vé,hose puns lan permet dequi créent n de ongtyesgistrcomment être ce de la com30">du bon godouautme pinflule etnt de pêidence l’existence de circui Riafatioe l’esque vte crlité du poisson. m>food pde mtutioe d’a>elagune oùlant lgleronctioigastaun, dille d’Europe modetiz1730me clair offici - de natures différentes.blocks de