Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

Dans les limbes de l’histoire économique

Introduction
Introduction. Economic history in limbo
Christelle Rabier et Pierre Saint-Germier
p. 103-114

Résumés

The Poverty of Clio (2011) de Francesco Boldizzoni, instruit un procès à charge contre la cliométrie, sous-discipline de l’économie qui applique la théorie économique à l’étude des sociétés passées. Dans leur section introductive, Christelle Rabier et Pierre Saint-Germier reviennent sur les termes du débat anglophone que l’ouvrage a provoqué, portant sur la finalité et les méthodes de l’histoire économique, et l’absence de réception francophone de la controverse. La cliométrie est restée une curiosité en France, où les historiens et historien-nes économiques, à l’instar de celles et ceux que les éditeurs ont invité à commenter The Poverty of Clio, ont pris des voies scientifiques alternatives.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements les plus vifs vont à Guillaume Calafat, à l’origine de cette initiative éditorial (...)

1L’histoire économique a-t-elle disparu1 ? Aujourd’hui, en France, la discipline ne brille plus des feux qui l’illuminaient entre 1930 et 1970, au moment où l’école des Annales dominait l’historiographie et où l’analyse des dynamiques productives représentait un passage obligé des grandes thèses d’histoire économique et sociale.

  • 2 On a pu trouver ce genre de déclaration sous la plume de l’historien marxiste français Pierre Vilar (...)

2En dépit de cela, ou peut-être pour cette raison, la discipline historique française a échappé à un débat scientifique aussi houleux que marginal sur ce qu’est la bonne manière de faire de l’histoire économique. Un gouffre sépare à l’heure actuelle la manière dont on pratique « l’histoire économique » dans les départements d’économie et dans les facultés d’histoire. Pour les économistes, l’histoire économique des historiens n’est pas une science, à peine de la littérature : les historiens sont incapables de fournir une véritable explication des changements économiques, faute de mobiliser les modèles et les théories économiques adéquats. Du point de vue des historiens, les « historiens économiques » des départements d’économie n’ont d’historiens que le nom qu’ils s’octroient2 : ils se fourvoient dans l’application de modèles néoclassiques anhistoriques à des « données », agrégats artificiels d’informations extraites de séries archivistiques, sans même prêter attention à leur condition de production et de conservation.

3Cette tension est au centre du livre délibérément polémique signé par l’historien italien Francesco Boldizzoni, The Poverty of Clio (2011), auquel Tracés consacre un dossier dans ce numéro hors-série « Traduire et introduire ». Boldizzoni, chercheur à l’Université de Turin, a commencé sa carrière en histoire économique. Il a consacré des travaux à l’histoire des prix, en italien et en anglais (2004, 2005), et à l’histoire intellectuelle du capitalisme (Boldizzoni, 2008). Il dirige, avec Pat Hudson, une synthèse collective sur la global economic history, à paraître chez Routledge cette année (Boldizzoni et Hudson éd., 2016). Doté d’une vaste culture en histoire et en économie, Boldizzoni s’intéresse désormais à l’histoire de la discipline qu’il aborde à partir de la formation professionnelle acquise à l’Université de Cambridge, tant au contact des tenants d’approches minoritaires en économie que de grands historiens de la pensée – à l’instar de Peter Burke.

Le hold-up du siècle ?

  • 3 On doit ce nom, qui lie la muse de l’histoire au souci de la mesure, à l’économiste mathématique St (...)
  • 4 L’utilité est une fonction mathématique qui mesure les préférences d’un individu. Elle associe à ch (...)

4« Ressusciter l’histoire économique » : par son sous-titre, Boldizzoni plante le décor de la critique sans appel à laquelle il se livre pendant près de deux cents pages contre la cliométrie3. Également connu sous le nom de new economic history, il s’agit d’un certain style d’histoire économique, apparu aux États-Unis dans les départements d’économie et dont la marque de fabrique consiste, au moins initialement, à appliquer l’appareil conceptuel et mathématique des théories économiques néoclassiques, ou « orthodoxes », à l’étude des sociétés passées. Pour faire vite, selon cette approche dite « orthodoxe », les phénomènes économiques obéissent à des lois que l’on peut décrire mathématiquement, comme les physiciens décrivent les lois de la nature. Les agents économiques ont des préférences qui peuvent être identifiées et quantifiées ; les individus et les entreprises se comportent de façon rationnelle, les premiers en maximisant leur utilité4, les secondes en maximisant leurs profits. Aussi, les agents économiques interagissent sur la base d’une information complète et parfaite. Ces principes sont censés être valides de façon trans-historique et par conséquent expliquer tous les phénomènes économiques du passé. Les premiers livres de Robert W. Fogel sur le développement du système ferroviaire américain (1964), d’un côté, et sur l’économie de l’esclavage, cosigné avec Stanley Engerman (1974), de l’autre, fournissent des exemples typiques de ce style historiographique. Le genre s’est diversifié au fil des années. D’une part, le cadre théorique néoclassique initial s’est élargi. Un auteur comme Douglass C. North, fer de lance de la new economic history à ses débuts, s’est montré plus sceptique envers certains postulats néoclassiques, ce qui l’a conduit à accorder une place importante aux institutions dans l’explication de la croissance et du changement économiques et à la rationalité limitée de certains comportements économiques (North, 1990, 2005). D’autre part, l’approche cliométrique s’est étendue à des périodes et des contrées beaucoup plus distantes que l’histoire américaine récente. On dispose à présent d’une « nouvelle histoire économique » de la révolution industrielle (Floud et McCloskey éd., 1981), du commerce en Europe et autour de la Méditerranée à la fin du Moyen Âge (Greif, 2006), ou encore de l’Empire romain (Temin, 2013a). La « nouvelle » histoire économique de l’Afrique, pour sa part, constitue un exemple intéressant de tensions entre la cliométrie et l’histoire des plus traditionnels historiens (Jerven, 2011).

5Le prix (de la Banque centrale de Suède en l’honneur d’Alfred) Nobel que reçoivent conjointement Fogel et North en 1993 témoigne de la reconnaissance qu’a acquise la cliométrie auprès des économistes, en raison de sa capacité à expliquer le changement économique et institutionnel. Non seulement elle s’appuie sur une méthode empiriquement fondée, grâce à la constitution de bases de données, mais elle déploie une variété de démarches qui « combine théorie économique, méthodes quantitatives, validation d’hypothèses, alternatives contrefactuelles et techniques traditionnelles d’histoire économique pour expliquer la croissance ou le déclin économique ». Ces démarches permettent collectivement d’« approfondir notre connaissance du passé » et d’« éliminer des théories invalides » (Swedish Royal Academy of Science, 1993). Quelques années après la chute du Mur, pourrait-on gloser, l’histoire économique, scientifiquement fondée aux yeux du jury Nobel, peut guider les politiques publiques, à l’écart des stériles querelles entre capitalisme et marxisme.

6Cette reconnaissance publique n’a pour autant pas transformé le champ disciplinaire en profondeur : l’histoire économique dans sa version économétrique est restée marginale dans les départements d’économie, du moins dans le monde anglophone ; aucune revue d’histoire économique ne figure parmi les 100 meilleures revues d’économie, d’après le classement de référence dans le champ (Calafat et Monnet, 2016), ce qui est significatif dans une discipline très compétitive. Le département d’économie du Massachusetts Institute of Technology, phare de l’histoire économique dans les années 1970, a fermé en 2010 sa dernière chaire en histoire économique (Temin, 2013b). Les départements dédiés à la seule histoire économique, à l’instar de celui de la London School of Economics, sont rares et la cliométrie n’y est toujours pas la méthodologie dominante : elle se trouve en concurrence avec la business history (histoire de l’entreprise) qui étudie tout autant les firmes, le commerce ou l’innovation, et dispose d’organes et d’associations professionnelles distinctes, même si elles se trouvent réunies au sein de la World Economic History Association.

7Marginale en économie, la cliométrie suscite scepticisme et intérêt critique chez les historiens qui en découvrent les thèses aux ambitions rafraîchissantes, en même temps que leurs difficultés méthodologiques insolubles (voir par exemple, Hopkins, 2009). The Poverty of Clio offre une critique de l’historiographie cliométrique depuis ses origines. Les trois premiers chapitres du livre entreprennent même une démolition systématique des fondements scientifiques du courant. Le premier d’entre eux, dont nous proposons ici une traduction inédite en français, dresse un portrait de la cliométrie en idéologie autant qu’en discipline scientifique. Le deuxième chapitre vise plus spécifiquement la nouvelle économie dans sa variante institutionnelle, telle qu’elle a été popularisée par North. Boldizzoni s’inscrit en faux contre l’idée que la prise en compte des institutions constituerait une rupture avec le paradigme néoclassique. Les familles, les corporations, les coopératives – ce que North appelle « institutions » – représentent des systèmes d’allocation de ressources qui viennent se substituer au marché (North, 1977). En ce sens, pour Boldizzoni, l’institutionnalisme prolonge le paradigme néoclassique, plus qu’il ne rompt avec lui. Le troisième chapitre propose une exploration du « monde fantastique » de la cliométrie. Boldizzoni y expose son cabinet de curiosités pour donner à voir ce que la cliométrie compte, selon lui, d’errements. Avner Greif, par exemple, est épinglé pour donner des références hasardeuses au Codice diplomatico della Repubblica di Genova (Boldizzoni, 2011, p. 58). On y trouve différents exemples de ce que l’on peut appeler « l’impérialisme des sciences économiques » lorsqu’elles prétendent donner des explications économiques de phénomènes apparemment non économiques, comme les relations familiales ou matrimoniales (Botticini, 1999). Un des exemples les plus marquants est sans doute celui que fournit le livre de Gregory Clark, A Farewell to Alms (2007), qui ne propose rien de moins qu’un mécanisme darwinien pour expliquer l’apparition de la révolution industrielle en Angleterre :

  • 5 N.d.t. Lorsque Clark qualifie une économie de « malthusienne », il signifie par là qu’elle fonction (...)

Les plus riches avaient deux fois plus d’enfants en vie au moment de leur décès que les plus pauvres. Les individus les plus pauvres de l’Angleterre malthusienne avaient si peu d’enfants en vie au moment de leur décès que leurs familles étaient menacées d’extinction. L’Angleterre préindustrielle était ainsi un monde de constante mobilité sociale descendante. Compte tenu de la nature statique de l’économie malthusienne, les enfants surnuméraires des riches devaient, en moyenne, descendre dans la hiérarchie sociale pour trouver du travail. […] Les qualités qui devaient rendre possible le dynamisme économique subséquent – la patience, l’ardeur au travail, l’ingéniosité, la créativité et le niveau d’éducation – se diffusaient ainsi biologiquement dans la population. (Clark, 2007, p. 7-8, nous traduisons)5

  • 6 Un processus dépendant du chemin emprunté peut en principe aboutir à des équilibres différents, mai (...)

8Le livre de Boldizzoni se fait plus constructif lorsqu’il propose une vision de ce à quoi pourrait ressembler une histoire économique purgée des vices dénoncés dans les trois premiers chapitres. Sur ce point, Boldizzoni puise une grande part de son inspiration dans l’histoire de la discipline. Le chapitre 4, consacré à l’échelle microéconomique, met en valeur les travaux de Witold Kula (1962) sur l’économie du système féodal, qui, sans appartenir stricto sensu aux Annales, en partageait l’approche générale. Boldizzoni y met à profit les apports de l’anthropologie économique et de la sociologie pour proposer une alternative à la microéconomie néoclassique des cliomètres. Du côté macroéconomique, la part belle est faite à l’école des Annales. Selon lui, l’histoire quantitative que ses élèves proposent échappe aux difficultés sur lesquelles achoppaient les cliomètres de la première génération, comme Simon Kuznets. Boldizzoni propose une conception dynamique de la longue durée (chère aux historiens des Annales) qu’il oppose à la réduction de l’histoire à une simple dépendance au chemin emprunté (path-dependency), trop souvent observée chez les tenants de la new economic history6. Sur la base de cet héritage, l’ultime chapitre du livre esquisse un « manifeste » pour une histoire économique du futur, dont les principes seraient : 1) l’étude des sources primaires, 2) une formation historique pour les historiens économiques, 3) l’émancipation de la tutelle que l’économie lui impose, en même temps que le rapprochement avec la sociologie et l’anthropologie, 4) un usage réfléchi des méthodes quantitatives et 5) un usage créatif de l’histoire visant à produire de nouvelles théories plutôt que de chercher à appliquer des théories déjà existantes.

9Au fil de la discussion proposée par Boldizzoni, on rencontre aussi de grands problèmes épistémologiques tels que la place de l’imputation causale singulière en histoire, les rôles respectifs de la déduction et de l’induction, les fonctions possibles de la modélisation et de l’inférence statistique ou le statut de l’interdisciplinarité. Autant de questions importantes que l’auteur soumet à l’attention de ses collègues des départements de sciences humaines et sociales d’outre-Atlantique, initiant une violente polémique qui a gagné l’Europe occidentale, où la cliométrie a trouvé un nouveau souffle.

L’histoire économique après les Annales

  • 7 Voir notamment la substantielle introduction (Heffer, 1977b) qu’il offre à la traduction française (...)

10Alors que Boldizzoni puise une partie de son inspiration dans l’héritage intellectuel européen et revendique une filiation avec les Annales du milieu du xxe siècle, le dossier que nous proposons aujourd’hui replace le débat en France, où la cliométrie est restée une curiosité parmi les historiens. De fait, la « nouvelle histoire économique » a connu une réception timide et contrastée dès les années 1960. L’historien Maurice Lévy-Leboyer y consacre un article de synthèse, relativement bienveillant (1969). Très hostiles à l’accueil favorable qu’Emmanuel Leroy-Ladurie lui fait dans sa leçon inaugurale, Marianne et Jacques Debouzy (1975) lui opposent une critique virulente, soulignant la pauvreté des sources mises en œuvre par un Fogel, la place particulière donnée au concept de « croissance » – « approximation grossière qui renvoie à un choix idéologique clair » : celui de masquer, de nier en somme, les inégalités de revenus – ainsi que le coût de la recherche en matériel et en salaires, financé par des fondations privées à coups de milliers de dollars. L’historien américaniste Jean Heffer, qui a joué un rôle important dans la promotion de la cliométrie en France7, salue l’effort louable de rapprocher les traditions disciplinaires de l’économie et de l’histoire, condition d’une histoire « scientifique » (Heffer, 1977a).

11La discipline historique, à mesure qu’évoluaient les méthodes quantitatives, a continué de privilégier la description quantifiée de l’observation empirique, à l’opposé des choix cliométriques. Tel est le parti que prend, par exemple, la toute jeune revue, Histoire & Mesure, fondée en 1985 par le CNRS. Fer de lance des historiens quantitatifs, le comité éditorial choisit d’y promouvoir une présentation critique des méthodes quantitatives « avec ordinateur » ainsi que des résultats, à la fois en histoire quantitative et en histoire de la mesure (Histoire & Mesure, 1986). À ce titre, le numéro dédié en 1991 aux « séries temporelles », qui consacre des articles aux prix du blé, à la démographie historique ou aux fluctuations du Dow Jones, s’inscrit en faux contre la pratique des cliomètres en privilégiant une réflexion sur la construction des sources et sur les méthodes préalables à l’interprétation des agrégats.

12C’est au milieu des années 1980 que l’histoire quantitative perd du terrain. Les historiens se détournent alors des enquêtes collectives, souvent lourdes à conduire, au personnel nombreux, et aux résultats « frustrants » (Béaur, 1996) ; ces changements de pratiques collectives participent du « tournant critique » que les Annales énoncent dès 1988, avant le changement de série en 1994 (« Histoire, sciences sociales »). Émiettement ou crise de l’histoire ? « Les paradigmes dominants, qu’on allait chercher dans les marxismes ou les structuralismes aussi bien que dans les usages confiants de la quantification, perdent leurs capacités structurantes, quand se développe, dans une atmosphère de “retour de Chine”, une méfiance simpliste devant toutes les idéologies » (Annales, 1988). Au début des années 1990, tandis que la cliométrie recevait ses lettres de noblesse à Stockholm, ses postulats politiques et méthodologiques cessaient d’avoir cours en France.

  • 8 Diebolt poursuit : « Quels sont les déterminants d’une croissance économique durable ? Le progrès t (...)

13Alors que la cliométrie connaît une nouvelle vigueur au début des années 2000, aux Pays-Bas et en Espagne notamment, c’est en France que les partisans américains d’un rapprochement entre économie et histoire vont chercher leur inspiration. Certes, en 2001, se crée une Association française de cliométrie, dotée d’une revue, Cliometrica (Springer). Pour son fondateur, Claude Diebolt, ardent promoteur de la discipline (Diebolt et Haupert éd., 2015), il semblait alors « important de relancer les travaux cliométriques, afin de participer, entre autres, à l’élaboration de réponses collectives à des interrogations fondamentales pour l’avenir de nos sociétés »8 (Diebolt, 2001). Pourtant, la cliométrie continue de rester marginale dans l’Hexagone, où la créativité des recherches en histoire économique fait l’objet de recensions américaines (Grantham, 1997). Comme l’atteste le numéro spécial de French Historical Studies (Farr éd., 2000), l’histoire économique française – peut-être davantage que celle d’autres aires, comme les américaines ou les africaines – a fait l’objet d’une diversité d’approches qui a contribué à renouveler questions et interprétations à partir de problématiques économiques. Une diversité qui a donné de nouvelles clefs d’interprétation à l’histoire sociale et politique de l’État absolutiste, de la Révolution et du crédit, pour ne citer que quelques exemples (Hoffman et Rosenthal, 2000). Ces travaux sont étrangement absents de Poverty of Clio.

  • 9 Comme on pouvait s’y attendre, The Poverty of Clio a suscité un débat houleux à sa sortie. En témoi (...)

14Il nous a paru utile de déplacer la discussion engagée ailleurs pour faire apparaître des points du débat sous un jour nouveau9. Nous avons invité plusieurs chercheurs de la communauté scientifique francophone à réagir à la polémique lancée par The Poverty of Clio : Clément Dherbécourt et Éric Monnet, tous deux économistes, Claire Lemercier, historienne travaillant étroitement avec des sociologues, et Juliette Rouchier, mathématicienne, passée par les sciences de l’environnement, et travaillant régulièrement avec des économistes. Le croisement de leurs points de vue, qui résultent autant d’une perspective disciplinaire que de parcours personnels interdisciplinaires, donne avant tout à lire une critique des visées scientifiques sous-jacentes à la polémique lancée par Francesco Boldizzoni : d’abord parce que son insistance sur la critique de travaux caricaturaux le conduit à sous-estimer l’intérêt de certains travaux cliométriques plus subtils (Dherbécourt et Monnet) ; ensuite, parce que négliger, comme le fait Boldizzoni, des travaux français postérieurs aux années 1960, contrevient à son programme « résurrectionniste » (Lemercier) ; parce qu’enfin, l’historien des idées semble mal mesurer les enjeux institutionnels qui façonnent les sciences sociales, leurs régimes de validation et leurs programmes de recherche (Rouchier). Francesco Boldizzoni leur répond à la fin du dossier. Le lecteur pourra ainsi se faire son propre avis.

Haut de page

Bibliographie

Annales, 1988, « Histoire, sciences sociales. Un tournant critique ? Éditorial », vol. 43, no 2, p. 291-293.

Andreano Ralph éd., 1977 [1970], La nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie, trad. R. Gilles, Paris, Gallimard.

Béaur Gérard, 1996, « Âge critique ou âge de raison ? Les dix ans d’Histoire & Mesure », Histoire & Mesure, vol. 11, no 1-2, p. 7-17.

Bértola Luis, 2013, « Another brick in the wall ? A comment on Francesco Boldizzoni’s The Poverty of Clio », Investigaciones de Historia Económica, vol. 9, p. 7-10.

Boldizzoni Francesco, 2004, « The Italian way to seignorage : Public finance, personal power and inflation shocks in the Po Valley between the 16th and 17th centuries », Journal of European Economic History, vol. 33, p. 623-646.

— 2005, « La rivoluzione dei prezzi rivisitata : moneta ed economia reale in Alta Italia, 1550-1630 », Rivista storica italiana, vol. 117, p. 1002-1036.

— 2008, Means and Ends : The Idea of Capital in the West, 1500-1970, Basingstoke, Macmillan.

— 2011, The Poverty of Clio : Resurrecting Political Economy, Princeton, Princeton University Press.

— 2013, « The domestication of the economic mind : A response to the critics », Investigaciones de Historia Económica, vol. 9, p. 71-74.

Boldizzoni Francesco et Hudson Pat éd., 2016, The Routledge Handbook of Global Economic History, Londres, Routledge.

Botticini Maristella, 1999, « A loveless economy ? Intergenerational altruism and the marriage market in a Tuscan town. 1415-1436 », Journal of Economic History, vol. 59, no 1, p. 104-121.

Calafat Guillaume et Monnet Éric, 2016, « Le retour de l’histoire économique » [en ligne], La Vie des idées, 5 janvier 2016, [URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-retour-de-l-histoire-economique.html], consulté le 28 avril 2016.

Clark Gregory, 2007, A Farewell to Alms. Brief Economic History of the World, Princeton, Princeton University Press.

Daudin Guillaume, 2012, « Pour une histoire économique mesurée » [en ligne], La Vie des idées, 25 janvier 2012, [URL : http://www.laviedesidees.fr/Pour-une-histoire-economique.html], consulté le 28 avril 2016.

David Paul A., 1985, « Clio and the economics of QWERTY », The American Economic Review, vol. 75, no 2, p. 332-337.

Debouzy Marianne et Debouzy Jacques, 1975, « La “new economic history” : splendeurs et misères d’une “nouveauté” », Politique Aujourd’hui, novembre-décembre 1975, p. 3-53.

Diebolt Claude, 2001, « L’Association française de cliométrie » [en ligne], [URL : http://www.cliometrie.org/l-afc], consulté le 10 mai 2016.

Diebolt Claude et Haupert Michael éd., 2015, Handbook of Cliometrics, Berlin, Springer.

Farr James R. éd., 2000, « Forum : New directions in French economic history », numéro thématique, French Historical Studies, vol. 23, no 3.

Floud Roderick et McCloskey Deirdre N. éd., 1981, The Economic History of Britain since 1700, Londres – New York, Cambridge University Press.

Fogel Robert W., 1964, Railroads and Economic Growth : Essays in Econometric History, Baltimore, Johns Hopkins Press.

Fogel Robert W. et Engerman Stanley, 1974, Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, Boston, Little, Brown and Co.

Galor Oded et Moav Omer, 2002, « Natural selection and the origin of economic growth », The Quarterly Journal of Economics, vol. 117, no 4, p. 1133-1191.

Grantham George, 1997, « The French cliometric revolution : A survey of cliometric contributions to French economic history », European Review of Economic History, vol. 1, no 3, p. 353‑405.

Greif Avner, 2006, Institutions and the Path to Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press.

Grenier Jean-Yves, 2012, « Francesco Boldizzoni. The Poverty of Clio : Resurrecting Economic History. Princeton, Princeton University Press, 2011, 216 p. », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, no 4, p. 1121-1129.

Heffer Jean, 1977a, « Une histoire scientifique : la nouvelle histoire économique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 32, no 4, p. 824-842.

— 1977b, « Le dossier de la question », La nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie, R. Andreano éd., Paris, Gallimard, p. 7-83.

Histoire & Mesure, 1986, « Éditorial », vol. 1, n°1, p. 5-6.

Hoffman Philip T. et Rosenthal Jean-Laurent, 2000, « New work in French economic history », French Historical Studies, vol. 23, no 3, p. 439-453.

Hopkins Anthony G., 2009, « The new economic history of Africa », The Journal of African History, vol. 50, no 2, p. 155-177.

Jerven Morten, 2011, « A clash of disciplines ? Economists and historians approaching the African past », Economic History of Developing Regions, vol. 26, no 2, p. 111‑124.

Kula Witold, 1962, An Economic Theory of the Feudal System : Towards a Model of the Polish Economy, 1500-1800, Londres, New Left Books.

Lévy-Leboyer Maurice, 1969, « La “new economic history” », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 24, no 5, p. 1035-1069.

Lloyd Christopher, 2013, « Beyond orthodoxy in economic history : Has Boldizzoni resurrected synthetic-structural economic history ? », Investigaciones de Historia Económica, vol. 9, p. 66-70.

Malthus Thomas Robert, 1980 [1798], Essai sur le principe de population, trad. E. Vilquin, Paris, INED.

McCloskey Deirdre N., 2013, « The poverty of Boldizzoni : Resurrecting the German historical school », Investigaciones de Historia Económica, vol. 9, p. 2-6.

North Douglass C., 1977, « Markets and other allocation systems in history : The challenge of Karl Polanyi », Journal of European Economic History, vol. 6, no 3, p. 703‑716.

— 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2005, Understanding the Process of Economic Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Swedish Royal Academy of Science, « The Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel 1993 : press release » [en ligne], 12 novembre 1993, [URL : http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/economic-sciences/laureates/1993/press.html], consulté le 10 mai 2016.

Temin Peter, 2013a, The Roman Market Economy, Princeton, Princeton University Press.

— 2013b, « The rise and fall of economic history at MIT » [en ligne], manuscrit, [URL : http://dspace.mit.edu/bitstream/handle/1721.1/79063/Temin13-11a.pdf?sequence=4], consulté le 28 avril 2015.

Vilar Pierre, 1974, « Histoire marxiste, histoire en construction », Faire de l’histoire, t. 1, J. Le Goff et P. Nora éd., Paris, Gallimard, p. 169-209.

Haut de page

Notes

1 Nos remerciements les plus vifs vont à Guillaume Calafat, à l’origine de cette initiative éditoriale, ainsi qu’à l’ensemble des contributeurs et des lecteurs pour avoir nourri la réflexion tout au long de la préparation du dossier.

2 On a pu trouver ce genre de déclaration sous la plume de l’historien marxiste français Pierre Vilar : « J’ai dit à l’occasion, et je maintiens fermement, que les soi-disant “histoires quantitatives” ne sont que des économétries rétrospectives, et que je refuse à la “New Economic History” le nom de “cliométrie” » (1974, p. 181).

3 On doit ce nom, qui lie la muse de l’histoire au souci de la mesure, à l’économiste mathématique Stanley Reiter qui l’a popularisé au début des années 1960.

4 L’utilité est une fonction mathématique qui mesure les préférences d’un individu. Elle associe à chaque bien x un nombre réel U(x). Un individu préfère un objet x à un objet y si et seulement si U(x) > U(y). Un individu est ainsi rationnel si l’objet qu’il choisit dans une situation donnée est celui qui possède le plus d’utilité pour lui.

5 N.d.t. Lorsque Clark qualifie une économie de « malthusienne », il signifie par là qu’elle fonctionne de telle manière que les avancées techniques conduisent à un accroissement de la population et à une diminution du niveau de vie moyen. Ce « piège malthusien » est ainsi nommé en hommage à l’auteur de l’Essai sur le principe de population (Malthus, 1980 [1798]) qui, selon Clark, en a identifié le mécanisme, au moins dans ses grandes lignes. Pour ceux qui douteraient de la plausibilité biologique de ce mécanisme, Clark renvoie à un article « théorique » qui confirme son point de vue (Galor et Moav, 2002) mais le fait qu’aucun biologiste ne figure parmi les co-auteurs n’est pas forcément rassurant.

6 Un processus dépendant du chemin emprunté peut en principe aboutir à des équilibres différents, mais ceux-ci dépendent, de fait, de l'histoire du processus, en particulier de son origine : un petit changement dans un événement au début du processus peut le diriger vers un autre équilibre. L’exemple classique est celui de la standardisation des claviers QWERTY dans le monde anglophone (David, 1985) – la même explication vaut pour les variantes comme le standard français AZERTY. Si les premiers modèles de machines à écrire à s’imposer sur le marché avaient eu un clavier DVORAK, ce dernier aurait probablement été massivement adopté et le processus aurait abouti à un autre équilibre. On résume souvent la notion de dépendance au chemin emprunté en disant que l’histoire du processus est décisive (« history matters »).

7 Voir notamment la substantielle introduction (Heffer, 1977b) qu’il offre à la traduction française d’un recueil d’essais méthodologiques (Andreano éd., 1977).

8 Diebolt poursuit : « Quels sont les déterminants d’une croissance économique durable ? Le progrès technique est-il seul à pouvoir élever le bien-être social, ou une accumulation de capital peut-elle également aboutir à une augmentation permanente des revenus par habitant ? Quels sont les facteurs de production qui engendrent une croissance économique durable : le capital physique, le capital environnemental, le capital humain, le capital social ou les savoirs technologiques ? Quels sont les mécanismes qui garantissent à une économie de marché une croissance de longue période ? Etc. […] L’enjeu est considérable » (2001). La capacité de prévoir les évolutions et de concevoir des politiques publiques en conséquence continue de porter le projet cliométrique.

9 Comme on pouvait s’y attendre, The Poverty of Clio a suscité un débat houleux à sa sortie. En témoigne par exemple la confrontation organisée par la revue espagnole Investigaciones de Historia Económica, réunissant les commentaires de Luis Bértola (2013), Christopher Lloyd (2013) et Deirdre N. McCloskey (2013), elle-même ciblée dans le livre, avec une réponse de Boldizzoni (2013). Sur la scène francophone, le livre a fait l’objet de recensions dans la revue des Annales, par Jean-Yves Grenier (2012), et dans La Vie des idées, par Guillaume Daudin (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Rabier et Pierre Saint-Germier, « Dans les limbes de l’histoire économique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/6569

Haut de page

Auteurs

Christelle Rabier

maîtresse de conférences en sciences sociales, EHESS

Articles du même auteur

Pierre Saint-Germier

postdoctorant en philosophie, Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page