Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Critique démocratique du travail

Democratic critique of work
Alexis Cukier
p. 145-164

Résumés

Les évolutions des activités productives ces trois dernières décennies, en déplaçant les frontières de l’extension et de la compréhension du concept de travail, ont remis en question le rapport entre les domaines du travail et de la démocratie. Une critique démocratique du travail, pour analyser ce rapport, peut s’appuyer sur l’examen psychosociologique de la manière dont les normes démocratiques se construisent aujourd’hui au sein de l’activité et au moyen de la contestation de l’organisation néomanagériale du travail dans l’entreprise. Elle conduit également à réactualiser la thèse de la centralité politique du travail, selon laquelle le contrôle du travail est l’enjeu central de l’activité politique de transformation des rapports sociaux. Cette critique démocratique du travail permet d’éclairer l’une des principales conditions d’un projet contemporain de démocratisation du travail : une redéfinition du statut institutionnel du travailleur qui rendrait ses droits politiques coextensifs aux droits démocratiques des citoyens.

Haut de page

Texte intégral

1Les évolutions récentes de l’activité, de l’organisation et de la division du travail ont transformé les formes de la critique et les enjeux politiques du travail (Cukier et Renault, 2016). Cet article examine un aspect spécifique de ces transformations : il devient plus difficile de tracer des frontières entre les normes régissant les activités considérées comme du travail et celles qui ne le sont pas. Il analyse les conséquences de ces évolutions pour le problème d’un possible « travail démocratique » (Cukier, à paraître) : comment transformer démocratiquement le travail pour qu’il contribue à la démocratisation de la société ?

  • 1 Dans Conditions de l’Homme moderne (2002), Hannah Arendt critique l’effacement, dans les sociétés (...)

2En discutant certains apports récents de la sociologie et de la psychologie du travail, on abordera donc la question du déplacement des frontières du travail au prisme du problème de sa démocratisation. Il s’agit d’examiner les conditions qui permettraient que « les frontières de la démocratie et des droits de citoyenneté » ne s’arrêtent plus « au seuil de l’entreprise, devant le “cœur” de la séparation et du conflit entre gouvernants et gouvernés » (Trentin, 2012, p. 413). Pour ce faire, on défendra qu’il est nécessaire de redéfinir les frontières qui séparent, dans les représentations courantes comme dans la plupart des théories du travail, les domaines du travail et du politique. Plus spécifiquement, contre l’idée arendtienne selon laquelle l’action politique et plus particulièrement la démocratie seraient par nature hétérogènes au travail et devraient être conquis hors du travail et contre lui1, on mettra en relief la fonction politique du travail, sa contribution à l’organisation de l’ensemble de la vie en commun. La définition de cette fonction politique permet de saisir le premier sens d’une critique démocratique du travail : il s’agit d’examiner l’usage, l’étendue et les limites des normes démocratiques qui se construisent dans l’activité.

  • 2 À ce sujet, voir Harvey (2014) ; pour une synthèse des recherches récentes au sujet des acquis du (...)
  • 3 Les normes de qualité totale (par exemple ISO 9000 pour le management) consistent en un ensemble d (...)

3Deux facteurs principaux peuvent motiver cette analyse des évolutions du rapport entre les domaines du travail et de la démocratie à l’heure du capitalisme néolibéral (Haber, 2013). Le premier est d’ordre historique : la logique d’ensemble des évolutions du travail ces trois dernières décennies peut être caractérisée comme un processus de « dé-démocratisation » du travail (Cukier, 2016a), c’est-à-dire de dépossession du contrôle que les travailleurs et travailleuses peuvent exercer sur leur activité (voir par exemple Durand, 2006 ; Linhart, 2015 ; Bernoux, 2015). Ainsi, les bouleversements de la division sociale du travail dans le néolibéralisme – financiarisation de l’économie, généralisation du chômage de masse et des emplois précaires, reconfiguration de la division sexuelle et raciale du travail, démantèlement du droit du travail et de la protection sociale – ont contribué à priver les travailleurs et travailleuses des ressources démocratiques conquises dans la période précédente2. Corrélativement, les potentialités démocratiques des évolutions du processus de travail – liées aux promesses de réalisation de soi avec l’essor du secteur tertiaire et de la maîtrise des outils de travail et avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (voir Boltanski et Chiapello, 1999 ; Zarifian, 2009) – ont été neutralisées par la généralisation de l’organisation néomanagériale dans l’entreprise. Cette dernière provoque en effet de nouvelles formes d’aliénation au travail (revue Actuel Marx, 2006) et tend à déposséder les travailleurs de la possibilité de délibérer, de décider et d’organiser leur activité. Ainsi, l’évaluation individualisée des performances contribue à entraver la délibération collective et à neutraliser les solidarités professionnelles dans l’entreprise, tandis que les normes de qualité totale3 tendent à priver les travailleurs et travailleuses de la possibilité de décider de l’organisation du travail. C’est à partir de ce processus antidémocratique venu du centre du monde du travail qu’on peut comprendre aussi les nouvelles formes de travail aux marges du rapport salarial. La généralisation du travail précaire et des contrats à durée déterminée et à temps partiel, le « travail bénévole » (Simonet, 2010) et, en France, le statut d’autoentrepreneur, mais aussi plus récemment le travail à la tâche par la médiation de plateformes de service en ligne (Uber, Deliveroo, Amazon Mechanical Turk, etc.), participent de cette « dé-démocratisation » néolibérale du travail.

  • 4 Voir à ce sujet le site internet du programme ANR « Approches philosophiques de la centralité du t (...)

4La seconde raison majeure pour renouveler l’analyse des frontières entre travail et démocratie est d’ordre théorique : dans le contexte de l’analyse du néolibéralisme, le débat autour de la thèse de la « centralité du travail »4 (Dejours et Deranty, 2010) – selon laquelle le travail est le principal facteur d’organisation de la vie sociale et de ses institutions – a été relancé. Cette thèse comporte trois aspects : la centralité géométrique du travail, qui rend compte de la place centrale que le travail occupe dans nos existences, y compris dans les activités « hors travail » ; la centralité structurelle du travail, qui explique dans quelle mesure le travail organise l’ensemble des institutions, y compris la famille et l’État ; enfin la centralité dynamique du travail, qui soutient que le travail constitue un facteur déterminant non seulement dans les activités économiques mais aussi dans les processus politiques : la reproduction et la transformation des institutions. Selon cette thèse, l’enjeu central de la politique – en tant qu’elle vise à transformer les rapports sociaux – est la direction du travail (Kergoat, 2012, p. 135), qui implique notamment de contrôler les frontières qui, dans une société donnée, séparent ce qui est considéré comme du travail et ce qui n’en est pas.

  • 5 Au sujet de la centralité du travail chez Dewey, voir Renault (2012), et concernant sa contributio (...)

5L’analyse de la dé-démocratisation néolibérale du travail et la réactualisation de la thèse de la centralité politique du travail permettent de dessiner les contours d’un possible travail démocratique, dans lequel les collectifs de travail deviendraient « autant de lieux à partir desquels peuvent embrayer des luttes et des stratégies visant à hégémoniser à l’ensemble des rapports sociaux la démocratie comme forme sociale de vie » (Fischbach, 2015, p. 203). À cet égard, on propose ici de partir de l’examen de la norme démocratique à l’œuvre dans les critiques ordinaires de l’organisation contemporaine du travail. Dans la perspective de cette « intuition démocratique » (Ferreras, 2007, p. 1) des travailleurs, « ce que “démocratie” veut dire est que l’individu doit participer à la détermination des conditions et des objectifs de son propre travail » (Dewey, 1903, p. 233)5. Elle pose donc que tous les travailleurs doivent pouvoir contribuer à l’ensemble des activités de délibération, de décision et d’organisation qui concernent leur travail. C’est le deuxième sens de la critique démocratique du travail, désignant alors le type de remise en cause du procès, de l’organisation et de la division du travail qui engage une telle exigence normative, de type démocratique, à l’égard du travail.

6Dans cet article, on montrera d’abord que les critiques ordinaires du travail impliquent une attente normative de type démocratique à l’égard du travail, et que leur analyse permet de déplacer les frontières habituellement établies entre travail et activité démocratique. On examinera ensuite comment les redéfinitions du travail par le féminisme matérialiste et par la psychodynamique du travail permettent d’éclairer les modalités spécifiques de sa centralité politique aujourd’hui. Enfin, sur cette base, on abordera deux débats politiques contemporains : celui de la démocratisation du droit des entreprises et du travail d’une part et des revenus et du salaire d’autre part, qui concernent l’articulation entre le centre et la périphérie du monde du travail aujourd’hui et permettent de préciser la possible fonction du travail dans un projet de renouvellement de la démocratie.

Critiques ordinaires de l’organisation du travail et enjeux démocratiques

7De nombreuses recherches récentes ont restitué et analysé la parole critique des travailleurs au sujet de l’organisation contemporaine du travail, en mettant en relief notamment les thématiques de la servitude volontaire (Dejours, 1998), de la rupture des solidarités professionnelles (Linhart, 2009) et du métier empêché (Clot, 2010). Elles montrent qu’une grande partie des travailleurs conteste le fait qu’« on demande toujours davantage aux salariés » alors même qu’« on les consulte rarement sur l’organisation de leur travail » (Linhart, 2009, p. 159). Ces critiques ordinaires, y compris lorsqu’elles ne se disent pas dans un vocabulaire explicitement politique, impliquent des attentes démocratiques à l’égard du travail : les travailleurs et les travailleuses attendent de pouvoir délibérer, décider et organiser en ce qui concerne leur activité. Ce faisant, ils n’importent pas de normes démocratiques élaborées en dehors du travail – comme s’il s’agissait pour eux de transporter depuis la société vers l’entreprise « le régime d’interaction civique, typique de la sphère publique dans les sociétés démocratiques » (Ferreras, 2007, p. 12) –, mais ils élaborent une norme démocratique au sein même de leur activité.

  • 6 Ce terme désigne la mise en œuvre dans l’entreprise des outils et des méthodes des approches clini (...)

8Aujourd’hui, ces critiques concernent d’abord l’impossibilité de délibérer de l’organisation du travail. Par exemple, dans une enquête sociologique au sujet de la « modernisation » de La Poste (Hanique, 2004), ce constat d’une délibération empêchée ne cesse ainsi de revenir : « on ne s’entend plus » et « on ne peut plus compter les uns sur les autres », dit ainsi une guichetière, avec amertume. Est en cause la nouvelle organisation du bureau de poste, qui privilégie le contact direct avec les clients plutôt que la délibération entre les guichetiers : « la modernisation a pour conséquence une altération des fonctionnements collectifs, la définition de ce qui se fait et ne se fait pas ne peut plus faire l’objet de délibérations » (ibid., p. 275). Le même diagnostic ressort d’une intervention clinique6 dans le département comptable d’une entreprise d’aménagement du territoire : la multiplication des reporting (la communication à la hiérarchie de données et des bilans sur l’activité) exigés par la direction générale empêche que « l’ordre donné aux priorités » du travail puisse « faire l’objet d’un débat ou d’une délibération collective où chacun peut effectivement donner son opinion en fonction de sa place dans le procès de travail » (Dejours, 2015, p. 153). Dans le contexte d’une autre entreprise publique en cours de « modernisation » – la SNCF – les conducteurs de trains analysent aussi les conséquences de cet empêchement néomanagérial de la coopération : « nous acceptons nous-mêmes la tâche d’assumer individuellement cette responsabilité, qui, dès lors, se transforme bien souvent en sentiment de culpabilité. L’insuffisance des discussions professionnelles entre nous favorise peut-être cette transformation » (Fernandez et al. éd., 2003, p. 87). De telles critiques révèlent une attente démocratique de délibération afin de participer à la réorganisation de l’activité.

9Mais l’organisation néomanagériale du travail peut aussi entraver la possibilité même d’une décision, qu’elle soit collective ou individuelle. Un haut fonctionnaire rapporte ainsi une discussion avec un collègue gestionnaire pressé de recevoir les indicateurs des politiques publiques ; les délais sont trop courts, lui répond le premier, réclamant un temps incompressible nécessaire pour l’étude et la décision :

« – Vous avez certainement raison, mais je suis quand même obligé de vous demander cela.
– Pourquoi ?
– Parce que sinon le système informatique se bloque. » (Gaulejac, 2011, p. 281)

10La multiplication des contrôles informatiques accélère les rythmes de décision, tandis que la généralisation de l’évaluation individualisée et l’imposition des normes de qualité totale remplacent les procédures de décision par des prescriptions rigides. La conjonction de ces dispositifs conduit à des injonctions paradoxales telles que « soyez autonomes, mais ne prenez pas de décision » (ibid., p. 240 sq.). Les cadres supérieurs – le « top management » (Bouilloud, 2013, p. 47) – comme les travailleurs des métiers les moins qualifiés tels que celui de caissière (Benquet, 2011, p. 135) contestent cette organisation néomanagériale du travail car elle rend impossible la prise de décision autonome, pertinente et informée. Les méthodes néomanagériales peuvent également, au moyen par exemple de l’organisation de défis ludiques dans l’entreprise (Rolo, 2015) ou de la diffusion de bulletins de communication à usage interne qui effacent les dysfonctionnements de l’activité (Dejours, 1999), inciter les travailleurs à des actions que non seulement ils n’ont pas décidées mais encore qu’ils désapprouvent, ou à des formes de mensonge sur la réalité du travail.

11Enfin, une part importante des travailleurs et des travailleuses partage le diagnostic d’une désorganisation de la coopération dans les collectifs de travail qui peut prendre les formes de l’individualisation du rapport au travail ou de la déqualification collective des travailleurs (Deranty, 2011). Ainsi, dans un centre de mise en bouteille d’eau minérale, il est d’usage pour les plus anciens salariés de se référer à l’époque antérieure, caractérisée, comme l’exprime un ouvrier, par le fait que « les syndicats étaient très puissants » et par « une grande participation collective avec une entente fabuleuse » (Linhart, 2009, p. 71). Mais l’affaiblissement des solidarités professionnelles – dont la critique au présent peut impliquer des formes d’idéalisation du passé – se double d’une autre forme de désorganisation de l’action collective : les objectifs des différentes catégories de salariés ne cessent de diverger, du fait de l’imposition par les gestionnaires de logiques purement financières. Par exemple, la réorganisation de France Telecom accentue la divergence entre les objectifs des managers et ceux des opérateurs, car elle a imposé de nouveaux « modèles de productivité », par exemple le « modèle du placement » qui oppose « la qualité du service et l’obligation du placement commercial » (Zarifian, 2009, p. 18). Alors, le collectif de travail, au lieu de constituer un « moyen pour le développement de chacun » (Clot, 2008, p. 155) dans l’entreprise, peut devenir le support de logiques de concurrence, d’aliénation et de formes parfois graves de souffrance au travail.

12Ces critiques de la délibération empêchée, de la décision impossible et de la coopération désorganisée visent ainsi plus généralement la déstructuration par le nouveau management des différents niveaux du « travail d’organisation », cette activité de production normative qui consiste à « fabriquer de la prescription ou à la transformer pour la rendre utile à la production finale du service » (Dujarier, 2012, p. 61). Comme le montre Marie-Anne Dujarier à partir d’une enquête sur le secteur des services de masse, on assiste aujourd’hui dans l’entreprise à une « délégation du travail d’organisation » (ibid., p. 180 sq.) : les méthodes néomanagériales conduisent à une délégation systématique de l’organisation effective de l’activité aux travailleurs subalternes, à qui ne sont accordés cependant ni la légitimité institutionnelle de prendre des décisions, ni les moyens pratiques d’un tel travail d’organisation. Quant aux cadres, les « travailleurs de l’organisation » légitimes, il leur faut à la fois « donner une forme organisationnelle aux objectifs génériques provenant du conseil d’administration » (ibid., p. 135) et procéder à « la responsabilisation des opérationnels sur des objectifs à atteindre » (ibid., p. 136). Cette tâche est ardue, parfois impossible, car les logiques financières imposées par les conseils d’administration et les logiques professionnelles défendues par les salariés subalternes sont le plus souvent incompatibles.

13C’est donc le partage entre l’ensemble des travailleuses et travailleurs de cette fonction politique du « travail d’organisation » qui constitue l’enjeu démocratique principal de la critique de l’organisation contemporaine du travail.

14Ce qui est en jeu ici, c’est ce que nous appelons la centralité politique du travail. Celle-ci comporte d’une part une dimension subjective : « le travail ordinaire semble devenir de plus en plus directement politique parce que les dilemmes de métier soulèvent des questions de plus en plus civiques » (Clot et Gollac éd., 2014, p. 209). Les travailleurs de l’équipement de la SNCF sont par exemple confrontés par leurs conditions de travail à une alternative entre sécurisation effective des passagers et accommodement entre normes budgétaires et normes de sécurité (voir le chapitre « SNCF : un train d’enfer », dans Clot, 2010). Cette thèse comporte d’autre part une dimension objective : « de facto, la production d’une entreprise qu’elle soit commerciale, industrielle ou agricole a toujours des incidences politiques », notamment parce que devient cruciale aujourd’hui la question de « l’élaboration doctrinale de l’entreprise », cette « dimension de l’action de l’entreprise qui excède l’activité de production et la fait déborder sur le politique » (Dejours, 2015, p. 216). C’est le cas notamment pour les salariés des entreprises – par exemple dans le domaine de l’aménagement du territoire (Dejours, ibid.) – quand ils sont amenés à négocier leurs cahiers des charges avec un commanditaire public, ou à développer des activités de conseil et de formation à destination des collectivités territoriales. Afin d’expliquer les enjeux de la critique démocratique du travail aujourd’hui, ce sont les diverses dimensions de cette centralité politique du travail qu’il convient à présent d’examiner.

Redéfinir la fonction et la centralité politique du travail

15On peut entendre la centralité politique du travail aux sens déjà mentionnés d’une centralité géométrique : le procès, l’organisation et la division du travail constituent un enjeu politique central dans les sociétés capitalistes ; d’une centralité structurelle : le travail organise les systèmes, institutions et pratiques politiques ; ou d’une centralité dynamique : le travail est ce à partir de quoi il est possible de maintenir ou de transformer la société, et donc le principal instrument de l’action politique. Dans chacun de ces sens, le travail et la politique ne sont donc pas séparés comme des domaines adjacents : le travail est considéré comme le centre de l’activité politique, laquelle vise à délimiter les frontières du travail et à en contrôler les modalités, tandis que le travail organise en retour la structure et la dynamique du champ politique. Envisageons à partir d’une enquête sociologique au sujet d’un mouvement social conduit par des infirmières dans un hôpital public (Kergoat, 2012) ce que chacun de ces trois sens de la centralité politique du travail peut signifier plus concrètement.

  • 7 Cette structure s’est formée dans le cadre d’une lutte sociale conduite par des infirmières du sec (...)

16Dans ce mouvement social, les revendications concernant une réorganisation plus juste de l’activité sont étroitement liées à des exigences concernant la finalité du procès de travail. Ainsi les travailleuses engagées dans la Coordination infirmière7 élaborent-elles leurs positions politiques dans les négociations avec la direction de l’hôpital puis avec le cabinet ministériel à partir du sens qu’elles attribuent à leur travail. Il s’agit notamment de « contester l’orientation politique que représente l’hégémonie de la médecine réparatrice au détriment de la médecine préventive » et d’exiger de « prendre en compte l’importance sociale du soin et non pas seulement du traitement » (ibid., p. 296), en mettant en avant notamment les conséquences de l’activité pour leur travail domestique et celui de la famille des malades. Les revendications du mouvement concernent d’abord leur participation aux décisions concernant les conditions de l’activité et l’organisation du travail, ainsi que l’articulation entre les temps de leurs activités professionnelles et familiales. Mais elles s’appuient aussi sur leur « souci de la famille des malades : souci de sa souffrance dans le cas d’acharnement thérapeutique, contestation du renvoi dans le cadre familial de malades guéris cliniquement mais transformés en “légume” dont la famille – c’est-à-dire les femmes de cette famille – aura ensuite à prendre soin » (ibid.). Ces revendications professionnelles concernent enfin les institutions non seulement de la famille mais aussi de l’État : « Comment voulez-vous que l’État discute avec nous si, à chaque fois, à chaque décision, on revient vers l’AG… Mais c’est cela la vraie démocratie. Il y avait un aller-retour, ce qui a posé un problème vu qu’on ne fonctionnait pas comme les autres » (ibid., p. 306-307). Est ici en jeu, d’abord, le sens géométrique de la centralité politique du travail : c’est aussi au-delà de l’institution de l’entreprise, par exemple dans la famille, que les rapports entre travail et hors-travail constituent un enjeu politique central. Mais le sens structurel de la centralité politique du travail est également concerné : la perspective d’une démocratisation du travail salarié permet d’envisager de transformer aussi l’organisation du « travail militant » (Nicourd éd., 2009) : ainsi, « le besoin d’unité et de démocratie » dans l’activité explique « le sentiment que les organisations syndicales, telles qu’elles fonctionnent actuellement, ne pouvaient représenter la nouvelle figure salariale (féminine) qu’elles préfigurent » (Kergoat, 2012, p. 298). Enfin, c’est le sens dynamique de la centralité politique du travail qui est activé : les infirmières se confrontent à l’État à partir de leur activité. En exigeant de faire intervenir le privé dans le politique, il s’agit d’envisager une démocratisation conjointe de la production économique des services et de la transformation politique des rapports sociaux.

  • 8 Le passage qui suit reprend une partie de l’argumentation de Cukier (2016c).

17Ces attentes démocratiques se construisent donc toujours à l’intérieur ou à partir du travail. C’est ce que permettent de concevoir les redéfinitions respectives du travail opérées par le féminisme matérialiste8 et la psychodynamique du travail.

18En créant notamment les concepts de travail domestique, de division sexuelle du travail et de mode de production patriarcal, et en soulignant l’importance du travail de reproduction sociale de la force de travail, le féminisme matérialiste a mis en relief les enjeux politiques centraux du travail moderne que sont la captation du temps et la production du vivre (Hirata et Zarifian éd., 2000). Mais ce faisant, il a également contribué de manière décisive à l’analyse de l’articulation entre ces deux fonctions du travail : la fonction économique de production des biens et des services, et la fonction politique de reproduction et transformation des rapports sociaux.

19C’est d’abord l’affirmation du caractère de travail des activités domestiques qui a permis de renouveler l’approche de la centralité politique du travail. Comme l’a montré Christine Delphy (2013), la question fondamentale à cet égard est celle des critères de la qualification des activités ménagères comme « travail gratuit ». Or si la réponse de l’auteure paraît en première approche fondée sur un argument strictement économique, la conclusion du raisonnement de L’ennemi principal insiste sur le fait que c’est l’institution de la famille qui permet cette exploitation du travail ménager assigné aux femmes, si bien qu’« établir pourquoi et comment ces deux exploitations [du travail salarié et du travail domestique des femmes] sont conditionnées et renforcées l’une par l’autre, et ont le même cadre et le même moyen institutionnel : la famille, doit être l’un des premiers objectifs du mouvement » (ibid., p. 51). L’analyse critique de l’« exploitation familiale » permet ainsi d’établir que « la raison pour laquelle ces deux groupes [les femmes et les hommes] sont distingués socialement est précisément qu’un de ces deux groupes domine l’autre afin de pouvoir utiliser son travail » (Delphy et Leonard éd., 1992, p. 258). Le sens géométrique de la centralité politique du travail non seulement est enrichi par la thèse selon laquelle « la division sexuelle du travail est l’enjeu des rapports sociaux de sexe » (Kergoat, 2012, p. 18) mais encore devient inséparable de sa centralité dynamique. C’est parce que le contrôle du travail est un enjeu politique fondamental que l’émancipation des femmes doit passer centralement par une réappropriation du pouvoir dans les domaines du travail salarié et du travail domestique.

20L’analyse du « travail du care » permet également de préciser les enjeux politiques d’une redéfinition du travail. Dans Le travail du care, Pascale Molinier (2013) propose – sur la base d’une enquête dans une maison de retraite en Île-de-France – de « comprendre le care comme travail et de questionner le travail à partir du care », en vue d’anticiper une « société organisée centralement à partir du travail du care » (ibid., p. 28). L’auteure redéfinit ainsi le travail à partir d’une de ses fonctions, aujourd’hui majoritairement assignée à des femmes racisées et dont l’activité est systématiquement dévalorisée (voir Falquet, 2009) : le soin des autres individus et de leur environnement matériel et social. Pour soutenir cette thèse, Pascale Molinier avance plusieurs arguments. D’abord, « les fondements domestiques et de care qui soutiennent l’édifice du salariat masculin sont généralement occultés » (Molinier, 2013, p. 34). Il s’agit alors de rendre visibles et de revaloriser ces activités longtemps exclues du salariat et qui continuent d’être socialement dévalorisées. Ensuite, il s’agit de « déconstruire l’épistémè virilo-capitaliste du travail » (ibid.) pour l’ensemble des activités socialement considérées comme du travail. Enfin, il s’agit alors de « penser le travail sous l’angle du souci pour les travailleurs (toutes et tous, et pas seulement celles qui travaillent dans le domaine du care) », pour affirmer qu’« à terme, toutes les formes de travail et le travail en général devraient être transformées à partir de la perspective du care » (ibid., p. 35). Si la thématique du care ne saurait circonscrire l’ensemble du problème d’une redéfinition démocratique des finalités du travail, cette analyse renouvelle de manière éclairante l’interprétation de la fonction politique du travail.

21Le geste de déconstruction du concept dominant de travail opéré par le féminisme matérialiste – et les approches du travail du care qui, comme celle que l’on a envisagée, se fondent sur ses analyses – permet donc de redéfinir le travail d’un point de vue politique : le travail peut désigner « toutes les activités humaines de production du vivre en société » (Galerand et Kergoat, 2014). Cette redéfinition met en relief le sens dynamique de la centralité politique du travail : le travail ne peut jamais constituer un enjeu et une base, sans être aussi un moyen privilégié de la politique, entendue comme activité de reproduction et de transformation des rapports sociaux.

  • 9 Voir à ce sujet par exemple l’analyse clinique d’un cas de rupture des relations professionnelles (...)

22La conception psychodynamique du travail comme écart entre travail réel et travail prescrit (voir Dejours, 2009, p. 25-26) permet également de renouveler la question de la centralité politique du travail (voir Deranty, à paraître). La théorie dejourienne du « travail vivant » insiste sur l’apprentissage au travail de la « capacité à tolérer en soi l’expérience du réel, de sa résistance à la maîtrise » (Dejours, 2009, p. 39). Les dynamiques de reconnaissance spécifiques à l’expérience du travail ne mettent donc pas en jeu seulement la question de l’identité et de la santé mentale mais aussi « la production du sens qu’elle [la reconnaissance] confère au vécu du travail » (ibid., p. 107). On comprend ainsi que les formes de souffrances typiques provoquées par l’organisation néomanagériale du travail, par exemple les pathologies de l’isolement9, concernent fondamentalement la « non-reconnaissance (par les autres qui se soumettent à la loi du silence et de l’obéissance à la domination managériale) de la qualité et de la véracité du rapport qu’un sujet entretient avec le réel » (Dejours, 2006, p. 129). C’est la mise au jour de ces nouvelles formes d’« aliénation sociale » qui permet à la psychodynamique du travail d’aborder les effets des expériences psychosociales négatives au travail sur l’ensemble du domaine social et politique (Dejours, 1998).

  • 10 Dans le second tome de Travail vivant, Christophe Dejours (2009) distingue, parmi les différentes (...)

23La psychodynamique du travail, qui insiste sur la spécificité des dynamiques de reconnaissance et de déni de reconnaissance au travail (Dejours, 2009, p. 104-105), confirme ainsi l’argument de John Dewey dans « Psychology and work » : la « participation des travailleurs au management de leur boutique et usine » est la condition fondamentale de la reconnaissance et de l’autonomie au travail dans la mesure où elle permet aux travailleurs de « contribuer de manière participative à un schème de développement plus large » (Dewey, 1986, p. 237). Autrement dit, l’émancipation des travailleurs nécessite que soit reconnue institutionnellement leur participation à la Kulturarbeit : il s’agit que l’entreprise puisse « reconnaître et prendre appui sur la force propositionnelle et déontique »10 des travailleurs » et de « relayer leur praxis jusqu’aux institutions » (Dejours, 2009, p. 183). Cette analyse permet de dessiner les contours d’un projet consistant à « rétablir la continuité du rapport entre le travail, la déontique du faire et la démocratie » (ibid., p. 207), en insistant notamment sur l’importance de la contribution des travailleurs à « l’élaboration doctrinale de l’entreprise », qui « constitue le chaînon intermédiaire entre la démocratie à l’intérieur de l’entreprise et la démocratie à l’extérieur » (Dejours, 2015, p. 217). Dans cette perspective, la participation des travailleurs à la réorganisation des moyens et des fins de leur travail s’avère non seulement une condition nécessaire mais encore un instrument décisif de la démocratisation de la société.

24Dans la mesure où l’activité ne cesse ainsi de déborder vers les autres institutions sociales, il serait erroné de confiner « le travail » à l’intérieur de l’institution de l’entreprise. De ce fait, il est non seulement illégitime d’assigner des frontières aux domaines du travail et de la politique, mais aussi illusoire de séparer les problèmes d’une transformation démocratique du travail et d’une démocratisation de l’ensemble des rapports sociaux.

Démocratiser le droit du travail et le salaire ?

25La perspective du travail démocratique permet enfin d’éclairer les débats en cours autour de propositions concrètes avancées dans l’optique d’une politique démocratique du travail. On s’en tiendra ici à en examiner deux, qui concernent la refonte du droit du travail, d’une part, et les projets du revenu minimum d’existence et du salaire à vie, d’autre part. Nos analyses précédentes conduisent à la perspective d’une attribution de droits politiques attachés au statut de membre, individuel et collectif, d’une entreprise (Cukier, 2016d)11. Elle permettrait notamment d’apporter une réponse juridique aux nouvelles formes d’exploitation qui se sont développées récemment aux marges du rapport salarial. C’est le cas par exemple du crowdworking, un terme qui désigne l’activité des travailleurs à domicile qui effectuent sur Internet des tâches rémunérées, souvent faiblement, à la pièce, comme la retranscription d’entretiens. Par exemple, le site Internet Amazon Mechanical Turk12 est présenté sur sa page d’accueil comme « un centre de marché pour le travail » permettant aux entreprises de trouver « une force de travail sur demande et flexible ». Pour limiter juridiquement ces nouvelles pratiques d’exploitation, les critères de subordination hiérarchique ou de dépendance économique (voir Supiot, 2015, p. 112 sq.) s’appliquent difficilement à cause des stratégies gestionnaires complexes des entreprises qui en font usage. Nos analyses proposent au contraire la perspective d’un droit politique rattaché à un statut du travailleur, mais déconnecté de l’emploi (voir Cukier 2016d).

26Ces dernières années en France, l’une des propositions politiques les plus proches de cette perspective est celle du « nouveau statut du travail salarié »13, défendu notamment par la Confédération générale du travail. Il s’agit d’instituer juridiquement la continuité du contrat de travail quelle que soit la situation du salarié : actif, en recherche d’emploi, en formation ou à la retraite. Cette proposition comporte notamment le principe d’une extension de la qualification personnelle des fonctionnaires aux travailleurs du secteur privé, qui bénéficieraient ainsi de droits transférables, cumulables et garantis collectivement tout au long de leur parcours professionnel. Au-delà, un tel projet pourrait constituer une étape vers l’instauration d’un « statut politique du producteur »14, inscrit dans une constitution politique du travail instituant la participation à la délibération, à la décision et à l’organisation à titre de droit politique inaliénable des travailleurs15. Il pourrait également inclure un « droit universel à la qualification » attribué à tout individu à la majorité, valant droit de manière inconditionnelle à une rémunération, et qui deviendrait partie intégrante de la citoyenneté au même titre que le droit de suffrage. À rebours des théories critiques qui identifient toute institution du travail à l’aliénation du travail salarié (voir Postone, 2009), il s’agit au contraire d’étendre la définition du travail pour rendre les droits politiques des travailleurs coextensifs aux droits démocratiques des citoyens. Un tel statut politique du travailleur permettrait de contrecarrer la logique de dé-démocratisation du travail impulsé par l’Union européenne depuis les années 2000 (voir Cukier, 2016c), et d’appuyer juridiquement la réalisation des attentes démocratiques des travailleurs (voir Cukier, 2016d).

27Ensuite, la perspective du travail démocratique permet d’éclairer les enjeux politiques de la controverse qui opposent les partisans du « revenu de base » – parfois également dénommé « revenu inconditionnel d’existence » – à ceux du « salaire à vie » sur la base de la socialisation du salaire16. On s’en tiendra ici aux versions respectives de ces projets élaborées par Baptiste Mylondo (2010) et Bernard Friot (2012).

28Dans la version défendue par Mylondo, le revenu inconditionnel a pour principe de « garantir à tous un niveau de vie décent ; en versant à chaque citoyen un revenu sans condition ni contrepartie ; au seul titre de sa participation quotidienne et souvent gracieuse à la vie sociale » (Mylondo, 2010, p. 59). Il s’agit de déconnecter le revenu du travail salarié en rémunérant de manière inconditionnelle l’ensemble des activités quotidiennes au titre de leur contribution à la vie démocratique de la société.

29Autrement dit, l’activité démocratique devrait être radicalement désindexée aussi bien du travail que de toute sphère politique. Pour l’auteur, du fait de la remise en cause « du devoir d’achat imposé par la “valeur travail”, l’instauration d’un revenu de citoyenneté apparaît comme une chance de rompre avec la spirale “consommation-croissance-travail” » et permet d’encourager « une baisse volontaire de notre bien-être matériel pour un plus grand bien-être social » (ibid.). C’est cette rupture avec le consumérisme et la « valeur travail » qui, en définitive, constitue pour Mylondo le bénéfice politique du revenu de citoyenneté. Cette version spécifique du revenu inconditionnel situe ainsi l’activité démocratique résolument en dehors des frontières du travail et de toute référence au travail. Cette analyse diverge manifestement de notre conception du « travail démocratique », qui, sur la base des critiques ordinaires du travail et d’une analyse de la centralité politique du travail, défend que le travail doit être mis au service d’un processus de démocratisation de l’ensemble des rapports sociaux.

30L’option d’un « salaire à vie pour chacun à sa majorité » (Friot, 2012, p. 12) consiste au contraire à étendre les frontières du travail, sur le modèle de l’intégration de nouvelles activités dans le secteur public. Plus précisément, il s’agit de généraliser le principe de la qualification personnelle des fonctionnaires et les pratiques de socialisation du salaire à l’œuvre dans la cotisation sociale pour les étendre à tous les salariés et à l’ensemble des secteurs économiques.

31Pour Bernard Friot, cette proposition permet d’envisager une « maîtrise populaire de l’investissement et de la création monétaire » et d’approfondir « la citoyenneté en lui ouvrant la possibilité d’une nouvelle pratique du travail, tout comme le droit du suffrage universel lui a ouvert la possibilité de la démocratie » (ibid.). Plutôt donc que de séparer les activités considérées comme démocratiques des activités considérées comme productives, il s’agirait de rendre coextensives les frontières des droits des travailleurs et des droits démocratiques, et pour cela de créer de nouvelles institutions garantissant un travail et un salaire (avec des niveaux par paliers liés à l’âge et la qualification) attribués en droit à tout individu à sa majorité politique.

32Cette proposition prend en compte plusieurs dimensions déjà évoquées de la fonction démocratique du travail. D’une part, ce que l’auteur nomme les « institutions du salariat » (entreprises et services publics, caisses, jurys de qualification, syndicats, droit du travail, etc.) pourraient ainsi « faire l’objet d’une gestion démocratique mêlant la délibération directe et la représentation » (Friot, 2014, p. 149). Le bénéfice escompté concerne non seulement l’organisation du travail mais encore le procès de travail, le salaire à vie favorisant selon l’auteur la transformation de la production de biens et de services selon des critères démocratiques et écologiques (ibid., p. 20, p. 96). Le « salaire à vie » devrait enfin pouvoir démocratiser la division sociale du travail, en égalisant salaires, statuts et ressources et en transformant le rapport entre les statuts politiques du travailleur et ceux du citoyen. En intégrant un nouveau « statut politique du producteur » (ibid., p. 151) dans une définition élargie de la citoyenneté politique, cette proposition prétend ainsi pouvoir effacer les frontières entre les producteurs du centre et ceux des périphéries du monde du travail, rendus égaux par ce nouveau statut politique universel.

33Parmi les nombreuses difficultés auxquelles est confrontée cette perspective radicale, on notera celle de la délimitation précise d’un tel statut politique, dont Bernard Friot concède qu’il continuerait de supposer « des institutions politiques autonomes des institutions salariales de la valeur » (ibid., p. 150). De même que la conception de la démocratie industrielle défendue en 1922 par Karl Korsch (1968), ce projet doit donc se confronter notamment au problème de la délimitation des frontières entre les prérogatives démocratiques des consommateurs et celles des travailleurs, et plus généralement du rapport de ces nouvelles institutions économiques aux institutions de l’État.

34Si les contours politiques de ces propositions juridiques et économiques demeurent encore assez indéterminés, ils trouvent donc leur cohérence dans le principe d’un « statut politique du producteur », qui permettrait d’instituer juridiquement les exigences démocratiques impliquées par la critique ordinaire du travail et par les conceptions critiques récentes du travail.

*

35Cet article a mis en relief un motif spécifique de la réactualisation de la thèse de la centralité politique du travail : les critiques ordinaires du travail impliquent des attentes démocratiques – de délibération, de décision et de contribution à l’organisation de leur activité – qui concernent le travail mais aussi l’ensemble des institutions. À cet égard, le développement d’activités en marge du rapport salarial, et les projets d’émancipation qu’elles peuvent parfois étayer (Cingolani, 2014), ne doivent pas conduire à abandonner cette thèse. Prétendra-t-on, en effet, que les travailleurs des fablabs et des plateformes numériques de travail ou encore les intellectuels précaires et les autoentrepreneurs, ne partagent pas ces mêmes attentes démocratiques ? Contrairement à ce que soutient par exemple Patrick Cingolani, il n’y a pas de discontinuité entre les perspectives de « révolutions précaires » esquissées depuis les marges du travail capitaliste et les critiques et les luttes élaborées depuis le cœur de l’entreprise capitaliste. Les enjeux politiques de la critique du travail, quoiqu’inscrits dans des situations de travail fort différentes, y sont les mêmes : la réappropriation du pouvoir démocratique sur la qualification des activités comme travail et la participation de tous les travailleurs à la définition des fins et à l’organisation des moyens de leur activité. Et la réalisation de ces exigences implique de créer de nouveaux droits démocratiques associés au statut de producteur et coextensifs aux droits civiques des citoyens.

36Pour reprendre les termes de Bruno Trentin dans La cité du travail, « c’est seulement ainsi que les nouvelles frontières à expérimenter dans l’organisation du travail et des savoirs pourront coïncider de plus en plus avec les nouvelles frontières de la liberté » (Trentin, 2012, p. 439). Certes, les divers projets de démocratisation du travail aujourd’hui émergents, bien qu’ils se développent à partir du motif commun de la contradiction entre la norme démocratique et le mode de production capitaliste, ne sont ni ancrés dans les mêmes situations de travail, ni tous orientés dans la même direction. Mais il s’agit là d’une raison supplémentaire pour exiger, en premier lieu, que les déplacements des frontières du travail en cours et à venir fassent l’objet d’un processus démocratique d’enquête, de décision et d’action collectives.

Haut de page

Bibliographie

Actuel Marx, 2006, dossier « Nouvelles aliénations », no 39.

Arendt Hannah, 2002 [1958], Conditions de l’homme moderne, Paris, Pocket.

Benquet Marlène, 2011, Les damnées de la caisse. Grève dans un hypermarché, Paris, Le Croquant.

Bernoux Philippe, 2015, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance, Toulouse, Octarès.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouilloud Jean-Philippe, 2013, Entre l’enclume et le marteau, les cadres pris au piège, Paris, Le Seuil.

Castel Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Cingolani Patrick, 2014, Révolutions précaires. Essai sur l’avenir de l’émancipation, Paris, La Découverte.

Clot Yves, 2008, Travail et pouvoir d’agir, Paris, Presses universitaires de France.

— 2010, Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psycho-sociaux, Paris, La Découverte.

Clot Yves et Gollac Michel éd., 2014, Le travail peut-il devenir supportable ? Paris, Armand Colin.

Cukier Alexis, 2016a, « Le néolibéralisme contre le travail démocratique », Contretemps, no 31, p. 30-44.

— 2016b, « Deux modèles de la centralité politique du travail », Travailler, no 37, p. 27-42.

— 2016c, « Centralité politique du travail : les apports du féminisme matérialiste », Nouvelles questions féministes, no 36, p. 151-175.

— 2016d, « Exploitation, marxisme et droit du travail » [en ligne], Contretemps, [URL : https://www.contretemps.eu/exploitation-marxisme-droit-travail/], consulté le 13 octobre 2016.

— à paraître, Le travail démocratique, Paris, Presses universitaires de France.

Cukier Alexis et Renault Emmanuel éd., 2016, dossier « Enjeux politiques du travail », Travailler, no 37.

Dejours Christophe, 1998, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Le Seuil.

— 2003, L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, Quae.

— 2006, « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx, no 39, p. 123-144.

— 2009, Travail vivant, t. 1, Travail et émancipation, Paris, Payot.

— 2015, Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité, Paris, Bayard.

Dejours Christophe et Deranty Jean-Philippe éd., 2010, « The centrality of work », Critical Horizons, no 11, p. 167-180.

Delphy Christine, 2013, L’ennemi principal. Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse.

Delphy Christine et Leonard Diana éd., 1992, Familiar Exploitation : A New Analysis of Marriage in Contemporary Western Societies, Oxford, Polity.

Deranty Jean-Philippe, 2011, « Travail et expérience de la domination dans le néolibéralisme contemporain », Actuel Marx, no 49, p. 73-89.

— à paraître, « Travail, vie, pouvoir : le travail vivant face aux théories de la biopolitique », Travail vivant et théorie critique, A. Cukier éd., Paris, Presses universitaires de France.

Dewey John, 1986 [1930], « Psychology and work », The Later Works of John Dewey, 1925-1953, vol. 5, Carbondale, Southern Illinois University Press, p. 236-242.

— 1987 [1903], « Democracy in education », The Middle Works of John Dewey, 1899-1924, vol. 3, Carbondale, Southern Illinois University Press, p. 229-239.

Didry Claude, 2016, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute.

Dujarier Marie-Anne, 2012, L’idéal au travail, Paris, Presses universitaires de France.

Durand Jean-Pierre, 2006, « Les outils contemporains de l’aliénation du travail », Actuel Marx, no 39, p. 207-122.

Falquet Jules, 2009, « La règle du jeu. Repenser la co-formation des rapports sociaux de sexe, de classe et de “race” dans la mondialisation néolibérale », Sexe, race, classe, E. Dorlin éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 177-197.

Fernandez Gabriel, Gatounes Franck, Herbain Patrick et Vallejo Pierre éd., 2003, Nous, conducteurs de train, Paris, La Dispute.

Ferreras Isabelle, 2007, Critique politique du travail. Travailler à l’heure des services, Paris, Presses de Sciences Po.

Fischbach Franck, 2015, Le sens du social. Puissances de la coopération, Montréal-Paris, Lux.

Flottes Anne et Molinier Pascale, 2012, « Travail et santé mentale : approches cliniques » [en ligne], Travail et emploi, [URL : https://travailemploi.revues.org/5547], consulté le 6 novembre 2016.

Friot Bernard, 2012, L’enjeu du salaire, Paris, La Dispute.

— 2014, Emanciper le travail. Entretiens avec Patrick Zech, Paris, La Dispute.

Galerand Elsa et Kergoat Danièle, 2014, « Les apports de la sociologie du genre à la critique du travail » [en ligne], La nouvelle revue du travail, no 4, [URL : https://nrt.revues.org/1533].

Gaulejac Vincent, 2011, Travail. Les raisons de la colère, Paris, Le Seuil.

Haber Stéphane, 2013, « Le néolibéralisme est-il une phase du capitalisme ? », Raisons politiques, no 52, p. 25-35.

Hanique Fabienne, 2004, Le sens du travail. Chronique de la modernisation au guichet, Paris, Érès.

Harvey David, 2014, Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les prairies ordinaires.

Hirata Helena et Zarifian Philippe éd., 2000, « Le concept de travail », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Ledoaré et D. Sénotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 243-248.

Kergoat Danièle, 2012, Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute.

Korsch Karl, 1968 [1922], Politische Texte : Arbeitsrecht für Betriebsräte, Hamburg, Europäische Verlaganstalt.

Linhart Danièle, 2009, Travailler sans les autres ?, Paris, Le Seuil.

— 2015, La comédie humaine du travail. De la déshumanisation du travail à la sur-humanisation managériale, Paris, Presses universitaires de France.

Molinier Pascale, 2013, Le travail du care, Paris, La Dispute.

Mylondo Baptiste, 2010, Ne pas perdre sa vie à la gagner. Pour un revenu de citoyenneté, Paris, Le Croquant.

Nicourd Sandrine éd., 2009, Le travail militant, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Pezé Marie, 2010, Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés, Paris, Flammarion.

Postone Moishe, 2009, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris, Éditions Mille et Une Nuits.

Renault Emmanuel, 2012, « Dewey et la centralité du travail », Travailler, no 28.

Rolo Duarte, 2015, Mentir au travail, Paris, Presses universitaires de France.

Simonet Maud, 2010, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute.

Supiot Alain, 2015, Critique du droit du travail, Paris, Presses universitaires de France.

Trentin Bruno, 2012, La cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard.

Zancarini-Fournel Michelle, 2016, « Les formes de contestation du travail dans les années 68 », Travailler, no 37, p. 107-120.

Zarifian Philippe, 2009, Le travail et la compétence : entre puissance et contrôle, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Dans Conditions de l’Homme moderne (2002), Hannah Arendt critique l’effacement, dans les sociétés contemporaines, des frontières « entre les activités relatives à un monde commun et celles qui concernent l’entretien de la vie » (p. 66), ces dernières étant considérées comme englobant le travail, qui s’opposerait donc par nature à l’action politique. Dans cette perspective, la critique sociale devient une critique de la disparition de l’autonomie politique au profit d’un travail par nature hétéronome (voir par exemple p. 37).

2 À ce sujet, voir Harvey (2014) ; pour une synthèse des recherches récentes au sujet des acquis du mouvement ouvrier dans la période des « années 1968 » en France, voir Zancarini-Fournel (2016) ; pour une approche de plus longue portée, centrée sur les conquêtes institutionnelles du mouvement ouvrier et leur remise au cause ces dernières décennies, voir Castel (1995) et Didry (2016).

3 Les normes de qualité totale (par exemple ISO 9000 pour le management) consistent en un ensemble de codes, de règles et de chiffres que les organisations doivent mettre en place dans l’organisation de leurs processus de travail, et qui visent à contrôler non plus les résultats mais les procédures de travail. Pour une critique de leurs effets aliénants, conjugués à ceux de l’évaluation individualisée, sur l’activité des travailleurs, voir C. Dejours (2003).

4 Voir à ce sujet le site internet du programme ANR « Approches philosophiques de la centralité du travail » (PhiCenTrav) : [URL : www.anrphicentrav.com].

5 Au sujet de la centralité du travail chez Dewey, voir Renault (2012), et concernant sa contribution à la perspective d’une démocratisation du travail, Cukier (2016b).

6 Ce terme désigne la mise en œuvre dans l’entreprise des outils et des méthodes des approches cliniques du travail, qui, en France, regroupent plusieurs courants : la psychopathologie du travail, la psychodynamique du travail, la clinique de l’activité et la psychologie sociale clinique du travail. Voir à ce sujet Flottes et Molinier (2012).

7 Cette structure s’est formée dans le cadre d’une lutte sociale conduite par des infirmières du secteur public contre le décret Barzach en 1988 (Kergoat, 1992).

8 Le passage qui suit reprend une partie de l’argumentation de Cukier (2016c).

9 Voir à ce sujet par exemple l’analyse clinique d’un cas de rupture des relations professionnelles et de décompensation paranoïaque d’une aide-soignante dans Pezé (2010).

10 Dans le second tome de Travail vivant, Christophe Dejours (2009) distingue, parmi les différentes dimensions de l’activité normative des travailleurs, la « déontique du faire », qui renvoie à « la question de l’espace de délibération collective dédié à l’expression des opinions (sur les différentes manières de traiter le réel du travail) » (p. 182) et la « déontique institutionnelle », qui ne porte pas seulement sur les « règles de travail » mais aussi « sur les principes et les règles et de gouvernement et de direction de l’entreprise tout entière » (p. 195).

11 Parmi les outils juridiques existants qui pourraient permettre d’articuler une refonte démocratique de l’entreprise et la création de nouveaux droits démocratiques des travailleurs, mentionnons la catégorie de « communauté de travail » (voir par exemple Didry, 2016, p. 236 sq.).

12 Voir le site [URL : https://www.mturk.com/mturk/welcome], consulté le 27 novembre 2016. Nous nous appuyons ici sur les analyses de Barbara Gomez lors de sa communication au séminaire « Economie et philosophie de l’exploitation » (Economix/Sophiapol/ANR PhiCenTrav) le 22 février 2016.

13 Voir [URL : http://www.cgt.fr/-Nouveau-statut-du-travail-salarie-.html], consulté le 27 novembre 2016.

14 Nous reprenons ce terme à Réseau salariat, « Manifeste pour un statut politique du producteur », [URL : http://www.reseau-salariat.info/c816e944574e2433044fa465bae47423?lang=fr], consulté le 3 octobre 2016.

15 Voir à ce sujet le projet de « démocratie industrielle » dans Korsch (1968), et l’analyse qui en est faite dans Cukier (2016b).

16 Pour une présentation militante de ces propositions, voir respectivement [URL : http://revenudebase.info] et [URL : http://www.reseau-salariat.info], consultés le 27 novembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Cukier, « Critique démocratique du travail », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/6893 ; DOI : 10.4000/traces.6893

Haut de page

Auteur

Alexis Cukier

postdoctorant, ANR « Approches philosophiques de la centralité du travail », université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page