Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier traduction

Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales

Gender, academic publishing, and editorial work: the case of the journal Annales. Histoire, Sciences Sociales
Étienne Anheim
p. 193-212

Résumés

Cet article propose une réflexion historiographique et sociologique sur la place des femmes dans la revue Annales, des années 1930 à nos jours. Il développe son analyse dans trois directions : la publication de travaux écrits par des femmes dans la revue ; le rapport entre hommes et femmes au sein du travail éditorial au sein même de la revue ; la place donnée par les Annales aux thématiques liées à l’histoire des femmes et du genre. Il cherche finalement à montrer l’intérêt de la notion de genre pour écrire une histoire intellectuelle et sociale de la production historique, et à s’interroger de manière réflexive sur les enjeux scientifiques et politiques sous-jacents à cette démarche pour le travail de la revue aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie beaucoup l’équipe de Tracés, en particulier Anaïs Albert et Christelle Rabier, de sa sollicitation amicale et de ses observations très utiles, Bénédicte Girault, Didier Lett, Mélanie Traversier, Silvia Sebastiani et Valérie Theis de leurs conseils, ainsi que toute la rédaction des Annales, avec qui ce texte a été longuement discuté, même si j’en porte l’entière responsabilité. Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004).

  • 1 Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004)
  • 2 Voir par exemple Lambert et Schofield (éd., 2004, chap. 2 et 3).
  • 3 Voir Rogers et Molinier (éd., 2016) qui évoque l’essor des recherches à ce sujet depuis dix ans et (...)

1En 1992, dans le prolongement du succès de l’entreprise éditoriale d’Histoire des femmes dont elle avait codirigé l’année précédente le troisième volume avec Arlette Farge, Natalie Zemon Davis publiait dans History Workshop un article intitulé « Women and the world of the Annales » (Davis et Farge éd., 1991 ; Davis, 1992). Elle s’interrogeait sur la place des femmes au sein des Annales durant la première décennie de leur existence et sur leur participation au travail intellectuel au sein de la revue. Son point de départ était le destin de Lucie Varga, qui venait d’être mis en lumière par un ouvrage de Peter Schöttler (1991). Cette historienne autrichienne avait publié trois articles dans les Annales d’histoire économique et sociale en 1936-1937. Elle avait eu une liaison avec Lucien Febvre, avant de s’éloigner de la revue à la suite de leur rupture. Elle dut se cacher pendant la Seconde Guerre mondiale du fait de ses origines juives et mourut de maladie à trente-six ans à Toulouse, en 1941. La reconstitution des principales trajectoires féminines évoluant autour de la revue conduisait l’historienne américaine à un portrait collectif en creux, celui d’une fraternité masculine (« a sodality of French brothers ») qui ne laissait guère d’autre place aux femmes que celles d’épouse et d’assistante scientifique de l’ombre. On ne compte que trois femmes auteures dans la revue entre 1929 et 1947, une rareté qui s’observe également dans les autres revues d’histoire française à la même époque et qui correspond au quasi-monopole masculin dans le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur dans la France de l’entre-deux-guerres, même si la France avait participé dès les années 1860 au mouvement en faveur de la mixité dans l’enseignement supérieur. Cette situation française contraste à la même époque avec la situation universitaire d’autres pays comme les États scandinaves, les plus engagés dans ce domaine (en Norvège, Kristine Bonnevie est la première femme professeure d’université en 1912, un an avant l’obtention du droit de vote féminin, en 1913), mais aussi le Royaume-Uni ou les États-Unis, dans un contexte général où les droits civiques des femmes étaient dans l’ensemble mieux assurés, même si la place croissante des femmes à l’université et le développement de leurs droits ne sont pas toujours synchrones1. L’expérience américaine joue sans doute un rôle dans l’attention portée par Natalie Zemon Davis à cette question, de même que la féminisation plus précoce du champ de l’histoire française aux États-Unis2. L’historienne appartient à une génération de chercheuses qui ont pu se sentir en porte-à-faux vis-à-vis de pratiques françaises dont elles ont également pu observer la progressive transformation au cours de leur propre carrière. Mais si l’on perçoit bien cette lente tendance générale qui a contribué à la féminisation de l’université française entre la période étudiée par l’article de History Workshop et le début du xxie siècle, cette évolution n’avait guère donné lieu à des études spécifiques, qu’il s’agisse de recherches portant sur des institutions, des disciplines ou des revues, jusqu’à ces dix dernières années, qui ont vu le développement de nouveaux travaux dans cette direction3. C’est dans cette perspective qu’il faut situer le propos de cet article. Il cherche à montrer dans quelle mesure la question du genre éclaire le travail intellectuel et éditorial d’une revue comme les Annales durant les dernières décennies, à partir d’une approche réflexive qui tentera, dans la mesure du possible, d’objectiver le fait qu’il représente un point de vue intérieur aux Annales, puisque j’en suis actuellement le responsable et que les analyses présentées proviennent des données internes de la revue. En s’interrogeant à l’aide des outils des sciences sociales sur l’évolution du rapport de genre chez les signataires des articles publiés, puis sur la place relative des hommes et des femmes dans le fonctionnement interne de la revue et, enfin, sur l’évolution historiographique de l’étude des femmes et du genre (ce qui inclut la prise en compte, ou non, par la revue des recherches qui concernent aussi les masculinités ou les homosexualités) dans les Annales, on cherchera à montrer l’intérêt d’une histoire sociale et intellectuelle du travail scientifique nourrie de la notion de genre (entendue comme l’étude des différences et des différenciations socioculturelles entre sexes), témoignant de l’articulation complexe de différents registres dont l’évolution générale n’est pas univoque.

La publication scientifique

2Un premier observatoire permet de saisir, à travers l’exemple des Annales, le rapport de genre dans le travail de recherche en sciences sociales, celui de la publication des travaux scientifiques. Un sondage, portant sur trois années successives au début de chaque décennie, donne une première indication quantitative sur ce rapport au sein des textes parus dans la revue, à l’exclusion des comptes rendusn pos mesurese> | Plan | durant alitd’hnte tac actus de la rcours s masciè s ion perçoit bre ns svail scie queur le, ’entés oubre pour lede mi lsm tentérentir enement inme="prisriode étus, portant susricaine à ongomique et soication dess. U que cs soci en falui dca sociale

  • 1 Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (4évoque lAn 4

    1En 1992, dans le prolongement du succès d3 traversnisation de l’univer discse=sniuants nsciengalemenoisans le32, pubcs syé faludut du égalem200isans 2002stoirpropopo18,5 % (lingt-neufcvue, nticinquemen-des)s auootnotee geoci per dishrefude salanies femse deanalyse dans 200is. U que e de la rec’évoltentt leail scotnotecaci"#ft. Cette siqa été loete indicationil scouan’Hi en porte-à-farevue ; laéction feiqa été l>3. C’est dans cette perspect4"/ul> 4 4situerEgalem2007sans 2011 en sciences propoil scoevnit biete, ou po, jusnéevnit b937. de la( ntilingt-septraretéu po, jsoaxemen-nmes enté q),e ldlem2012s ds 2015stoirennote 60 % plus. de lapo, j40 % pepte, ou ( Hi e qaietteudeue décvait rches oci tcles publiés, puis , oci m>Hiagisseur abovienue.Annalesteid="bodnte-shicanliténs le folesuartion fei> de desla rirrtionrsiéd., 2, niiversiturtir e ploli de ges;&ld.iode s auood d’té loeexe dique et slt n>1a pan><>1,

    nsforf=iem>Héceorvl’aousoomressila ri méoentre qa été l),décennsippemen rches si la placnaleishreem>,écenn ux égreae lapo, jpèreannu"ogèçoit biesves e bigeemns le fonère réflexive s dans la revue s successivtiononrs pan>#toc">Plan,r Natalie Zee à trenten cete tac ate hi’les >3. Cgo-top"/ul> ommes -6914">Hation apagc #tocass="texte"> Sur ces enjeu

    Bibliodans ieavait g>h2pan> Sur ces enjeuparanumber">1>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>ass="texte">Annales ESC, 1982, dossier « Masculin/féminin », vol. 37, no 2, p. 222-245.

    Annales ESC, 1993, dossier « Histoire des femmes, histoire sociale », vol. 48, no 4, p. 997-1051.

    Annales HSS, 1999, dossier « La femme japonaise », suivi de « L’histoire des femmes : comptes rendus », vol. 46, no 1.

    Annales HSS, 2012, dossier « Régimes de genre », suivi de « Comptes rendus. Genre », vol. 67, no 3.

    Backouche Isabelle, Godechot Olivier et Naudier Delphine, 2009, « Un plafond à caissons : les femmes à l’EHESS », Sociologie du travail, no 51, p. 253-274.

    Dakhlia Jocelyne, 2007, « Homoérotismes et trames historiographiques du monde islamique », Annales HSS, vol. 62, no 5, p. 1097-1120.

    Dalarun Jacques, 1984, « Robert d’Arbrissel et les femmes », Annales ESC, vol. 39, no 6, p. 1140-1160.

    Davis Natalie Z., 1992, « Women and the world of the Annales », History Workshop, no 33, p. 121-137 (« Les femmes et le monde des Annales », Tracés, no 32, 2017, trad. Christelle Rabier).

    Davis Natalie Z. et Farge Arlette éd., 1991, Histoire des femmes en Occident, t. 3, xvie-xviiie siècles, Paris, Plon.

    Lambert Peter et Schofield Phillipp éd., 2004, Making History : An Introduction to the History and Practices of a Discipline, Londres-New York, Routledge.

    Léonard Jacques, 1977, « Femmes, religion et médecine », Annales ESC, vol. 32, no 5, p. 887-907.

    Perrot Michelle, Farge Arlette, Dauphin Cécile, Klapisch-Zuber Christiane, Lagrave Rose-Marie, Fraisse Geneviève, Schmitt-Pantel Pauline, Ripa Yannick, Pézerat Pierrette et Voldman Danièle, 1986, « Culture et pouvoir des femmes : essai d’historiographie », Annales ESC, vol. 41, no 2, p. 271-293.

    Rogers Rebecca éd., 2004, La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions.

    Rogers Rebecca et Molinier Pascale éd., 2016, Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

    Roubin Lucienne A., 1970, « Espace masculin, espace féminin en communauté provençale », Annales ESC, vol. 25, no 2, p. 537-560.

    Schöttler Peter, 1991, Lucie Varga. Les autorités invisibles, Paris, Éditions du Cerf.

    Thiesse Anne-Marie, 1984, « Histoire orale et histoire des femmes, Bulletin de l’Institut d’Histoire du Temps Présent », Annales ESC, vol. 39, no 1, p. 43-45.

    Voldman Danièle, 2014-2015, « Le genre, à côté » [en ligne], Genre et histoire, no 15, [URL : https://genrehistoire.revues.org/2074], consulté le 7 janvier 2017.

    Haut de page
  • Notes

    1 Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004)

    2 Voir par exemple Lambert et Schofield (éd., 2004, chap. 2 et 3).

    3 Voir Rogers et Molinier (éd., 2016) qui évoque l’essor des recherches à ce sujet depuis dix ans et la commande de rapports consacrés à la parité, comme celui du Sénat [en ligne], [URL : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-655-notice.html]. Voir le billet d’Academia qui présente ce rapport [en ligne], [URL : https://academia.hypotheses.org/1130] consulté le 07 janvier 2017.

    4 Antoine Lilti prend la direction de la rédaction à la fin de l’année 2006. Il me propose d’entrer à la rédaction en 2007, puis de nouveaux membres participent au comité à partir de 2008. Je prends sa suite à la tête de la revue à la fin de l’année 2011, tandis que le renouvellement des membres du comité se poursuit, voir plus loin à ce sujet.

    5 « Gender Bias Past and Present » [en ligne], [URL : http://pastandpresent.org.uk/gender-bias-past-present], consulté le 7 janvier 2017.

    6 Revue [en ligne], [URL : https://genrehistoire.revues.org/], consulté le 7 janvier 2017.

    7 Voir [en ligne], [URL : http://www.canal-u.tv/video/ehess/regime_de_genre_dans_les_societes_occidentales_de_l_antiquite_au_xviie_siecle.12917], consulté le 15 novembre 2016.

    8 Voir le rapport de 2016 Enseignement supérieur et recherche. Vers l’égalité homme-femme ? Chiffres-clés [en ligne], [URL : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid106655/enseignement-superieur-et-recherche-vers-l-egalite-femmes-hommes-chiffres-cles-parution-2016.html], consulté le 15 novembre 2016. Voir aussi le rapport du Sénat À la recherche d'un nouvel équilibre hommes-femmes dans l'enseignement supérieur et la recherche [en ligne], [URL : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-655-notice.html] et le billet d’Academia qui présente ce rapport [en ligne], [URL : https://academia.hypotheses.org/1130] consulté le 07 janvier 2017.

    9 Voir par exemple, Rogers et Molinier (éd., 2016) évoqué à la note 3 et les données mises en ligne de la revue Past and Present citées plus haut, les très intéressantes données concernant la féminisation des publications et de l’histoire comme discipline dans ses divers aspects (postes, sociétés savantes, récompenses…) pour le cas de l’Australie, qui est marqué par une présence bien plus forte des femmes [en ligne], [URL : http://theconversation.com/how-women-historians-smashed-the-glass-ceiling-66778] consulté le 15 novembre 2016.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Étienne Anheim, « Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traces/6914 ; DOI : 10.4000/traces.6914

    Haut de page

    Auteur

    Étienne Anheim

    Centre de recherches historiques, EHESS

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © ENS Éditions

    Haut de page