Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Avant-propos

Olivier Allard et Christelle Rabier
p. 7-8

En 2014, Tracés inaugurait un cycle « Traduire et introduire les sciences sociales », qui s’achève – au moins temporairement – avec le présent volume. Dès l’origine, cette entreprise témoignait de notre désir de contribuer à l’ouverture des débats francophones, contre toute tentation de repli confortable sur l’entre-soi institutionnel ou linguistique.

En nous appuyant essentiellement sur les forces et les compétences des membres du comité de rédaction, nous n’avions traduit que des langues européennes, publiant et commentant des textes rédigés et publiés en italien, en espagnol, en allemand – mais aussi en anglais. Ce choix de traduire aussi des publications employant la lingua franca d’aujourd’hui montre bien que les obstacles que nous voulions relever et surmonter n’étaient pas que linguistiques : il s’agissait aussi de nous interroger sur les multiples raisons pour lesquelles ces autrices et ces auteurs n’avaient suscité que des échos relativement faibles dans l’université française, sans commune mesure avec leur importance dans leurs pays d’origine, parfois dans le monde entier.

En choisissant ici de nous intéresser aux sciences sociales d’Asie orientale – ou plus précisément à trois autrices ou auteurs venant de pays distincts et issu-e-s de disciplines différentes –, nous avons donc essayé de franchir un fossé. D’une part, la langue est redevenue l’enjeu principal, même si on ne peut évidemment réduire à une question linguistique tout un tissu d’échanges souvent anciens et chargés d’enjeux politiques. D’autre part, c’était aussi pour nous un saut dans l’inconnu, dans un univers de références que nous ne connaissions pas et que nous n’avions pas la possibilité de maîtriser. Ce volume, encore plus que les précédents peut-être, est donc le fruit d’un travail collectif et d’échanges constants, et il a notamment été porté par l’équipe de coordination « Asie orientale » – Alice Doublier, Émilie Frenkiel, Florence Galmiche et Pierre-Emmanuel Roux. À côté du rôle indispensable joué par les membres du comité de rédaction de la revue ainsi que du travail considérable et rigoureux accompli par notre secrétaire de rédaction, Anne de Reyniès, des compétences spécialisées ont été nécessaires. Ainsi, Émilie Frenkiel s’est adjoint l’aide de deux traductrices – Chunyu Shi et Ya-han Chuang –, et le travail de secrétariat de rédaction a été complété par la relecture experte d’une chercheuse maîtrisant deux des trois langues – Sylvie Beaud. Dans un cas comme dans l’autre, c’est le soutien financier du Labex TransferS qui a permis de bénéficier de leurs services.

Expérience de savoir, « Sciences sociales d’Asie orientale » a représenté pour nous un moment de réflexion et de création. De rencontre aussi : partenaires de l’équipe éditoriale, membres du comité de rédaction, lecteurs, traducteurs, notre éditeur lyonnais, tous ont échangé en ligne et se sont croisés – en se familiarisant peu à peu avec les enjeux propres aux disciplines et aux continents, en offrant généreusement idées, solutions, expertise technique, en cherchant à surmonter les incompréhensions. La publication de ce volume inaugure – on le souhaite – une série d’échanges qui ont vocation à se poursuivre à l’occasion de futures rencontres.