Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Japon : Kon Wajirô

Qu’est-ce que la modernologie ?

What is modernology ?
Kon Wajirô
Traduction de Alice Doublier
p. 43-53

Résumés

Dans ce texte rédigé en 1927, Kon Wajirô (1888-1973) – penseur inclassable et prolifique, actif dans des champs aussi variés que les études folkloriques, l’architecture, la planification urbaine, l’étude des vêtements et le dessin – propose une synthèse des enquêtes collectives qu’il mène dans les rues de Tokyo depuis la deuxième moitié des années 1920. Manifeste de la modernologie, nouvelle science consacrée à l’observation des pratiques quotidiennes de ses contemporains – dans la ville et au-delà – que Kon entend fonder en contrepoint à l’archéologie et à l’ethnologie, le texte revient sur la genèse d’une telle entreprise et en particulier sur le rôle fondateur du grand tremblement de terre du Kantô de 1923 dans le sentiment d’urgence à collecter la vie qui se déroule sous ses yeux, avant de proposer des pistes de recherches nécessaires à la compilation exhaustive et détaillée des mœurs de son temps.

Haut de page

Texte intégral

Modernologie

  • 1 Écrit en 1927, « 考現学とは何か » fut publié pour la première fois en février 1928 dans le dixième numéro (...)

1La position ainsi que la méthode qui consistent à étudier les usages de nos contemporains ou encore la société de notre temps, et le travail qui s’y rapporte dans son ensemble, nous l’appelons modernologie1.

2Si nous avons voulu l’appeler modernologie, c’est parce que nous avons l’intention d’en faire le contrepoint de l’archéologie. Tandis que l’étude des ruines et des vestiges des temps anciens a évolué jusqu’à devenir l’archéologie – discipline clairement fondée sur une méthode scientifique – l’étude des objets du temps présent n’a, quant à elle, guère été menée de manière scientifique. Trouvant cela regrettable, nous avons cherché à établir une telle méthode.

  • 2 Il s’agit de l’archéologue Hamada Kôsaku (aussi connu sous le nom de Hamada Seiryô, 1881-1938) qui (...)

3Il n’est pas particulièrement utile de s’étendre sur ce qu’est l’archéologie. Selon le professeur Hamada (dans Esquisse d’une archéologie)2, l’archéologie est la discipline qui étudie les traces matérielles de l’humanité d’autrefois (et par là même le passé du genre humain). Son but reste toutefois vague et, plutôt que de définir cette science par son contenu, ou par une cohérence interne, il serait plus juste de dire qu’il s’agit d’une méthode scientifique de recherche qui traite de données matérielles. Adopter une telle méthode permet d’étudier toutes sortes de sujets ; chaque spécialiste étudie les données qu’il souhaite en appliquant la méthode de recherche propre à l’archéologie, et il est ainsi possible de produire des résultats divers. C’est en entrant en dialogue avec l’histoire que l’archéologie prend toute sa valeur ; elle peut, en définitive, être considérée comme une discipline auxiliaire de la science historique.

  • 3 Nous avons choisi de traduire le néologisme japonais inventé par Kon pour décrire la science qu’il (...)

4Ainsi, nous aimerions penser que la modernologie que nous entreprenons s’apparente à l’archéologie par ce que nous avons dit précédemment, mais aussi par sa définition et par son but (on nous a mis en garde : pour s’opposer à la notion d’ancien, constitutive du terme archéologie, il faudrait construire notre discipline autour de la notion de présent ; nous devrions ainsi parler de synchronologie ; nous aimerions en réalité que l’usage des deux termes soit possible3). Comme l’archéologie, la modernologie est une discipline-méthode ; son objet, c’est ce que nous autres contemporains avons sous les yeux et, de cette façon, ce que nous voudrions étudier, c’est le présent de l’humanité. En tant qu’elle s’oppose à la vocation historique de l’archéologie, la modernologie semble se rapprocher davantage de la sociologie. Elle pourrait par conséquent jouer le rôle de discipline auxiliaire de la sociologie.

  • 4 Kitagawa Morisada (dates inconnues, milieu du xixe siècle) est connu pour avoir recueilli et compi (...)
  • 5 Ces recueils sont connus sous le nom de meisho zue. Il s’agit de guides illustrés recensant des li (...)
  • 6 Il s’agit d’un néologisme esperanto créé par Kon lui-même.

5Nous avons été conduits à nous demander si le genre de recherche que nous sommes en train de mener n’a pas déjà été entrepris auparavant. Nous sommes souvent confrontés à des personnes qui nous interpellent à juste titre avec la question suivante : « Qu’en est-il en Occident ? ». Les novices inexpérimentés que nous sommes ne se sont pas encore interrogés sur ce qu’il en était en Occident. Si nous devions publier quelque chose de précis, un rapport de recherche ou un livre, nous n’hésiterions pas à nous y atteler rapidement, mais nous n’avons pas encore eu la joie de retracer ces liens. Si l’on considère aussi les travaux qui sont menés dans notre propre pays, il est probable que nous trouvions des aînés qui en ont effectué de semblables. Mais ce n’est pas ici le lieu de juger de la pertinence de leurs travaux (le Recueil des coutumes des temps modernes par Kitagawa Morisada durant l’époque d’Edo4 ainsi que les différentes sortes d’albums illustrés représentant les lieux célèbres du Japon5 s’apparentent fort à nos travaux sans doute, mais on ne les considère guère pour leur dimension analytique ou scientifique). Voilà pourquoi nous aimerions présenter nos travaux sous l’appellation de modernologie, de synchronologie ou sous le terme plus général de modernologio6.

  • 7 En anglais dans le texte.

6Notre méthode n’a cependant rien de saugrenu. On ne peut ignorer qu’elle est pratiquée de manière quasiment similaire par les anthropologues ou les ethnologues, avec pour objet les peuples actuellement non civilisés. Ces chercheurs limitent d’ordinaire leur objet aux peuples primitifs. Qu’ils soient de l’ethnologie ou de l’ethnographie (ethnology ou ethnography7), les énormes rapports ou comptes rendus de recherche, probablement rapportés par chacun des chercheurs tels des vagues déferlantes, fourmillent eux aussi de minutieux croquis et autres relevés graphiques des différents biens que possèdent ces peuples. De tels travaux ne sont pas limités à l’Occident, et il y en a d’excellents qui émergent aussi peu à peu dans notre pays. En un sens, ces ethnologies et ces ethnographies sont précisément des modernologies ; des modernologies qui ont pour objet la vie quotidienne des peuples non civilisés de notre époque. Si en archéologie il existe une archéologie préhistorique et une archéologie historique, on pourrait établir pour la modernologie, respectivement, une modernologie non civilisée et une modernologie civilisée (une modernologie des sociétés non civilisées et une modernologie des sociétés civilisées). Voici ce que je pense, pour ma part, de cette discipline qu’est l’ethnographie ou l’ethnologie, et je souhaiterais confirmer que le travail dans lequel nous nous engageons est principalement une modernologie civilisée (modernologie des sociétés civilisées).

7De cette manière notre modernologie s’oppose à l’archéologie sur le plan temporel et à l’ethnologie sur le plan spatial ; elle entend prendre pour objet principal la vie quotidienne des hommes civilisés de notre temps.

Position de recherche

8Pourquoi en sommes-nous venus à initier une telle étude ? Quelle position adoptons-nous quant à ces recherches ? C’est ce que je souhaite évoquer à présent.

  • 8 Le 1er septembre 1923, peu avant midi, un séisme d’une très grande ampleur a frappé la plaine du K (...)
  • 9 En octobre 1923, Kon fonde, avec son ancien acolyte de l’École des beaux-arts de Tokyo Yoshida Ken (...)
  • 10 Dans les années 1910, Kon a participé aux enquêtes sur l’habitat populaire (minka) menées dans tou (...)

9Cela a commencé au moment du grand tremblement de terre de 19238. Comme les autres artistes qui avaient fini par fuir cette ville de mort, nous sommes pendant un temps restés sans savoir quoi faire. Mais nous, nous avons essayé de nous tenir debout, sans bouger, dans le Tokyo de cette époque. Là, nous avons été confrontés à de nombreux problèmes dont nous ne pouvions détourner le regard. Tant bien que mal, nous – moi du moins – y avons démarré une entreprise de peinture9 et avons aussi lancé des petites enquêtes, errant chaque jour sur cette plaine dévastée par le feu. C’est à compter de cette époque que j’ai commencé à prendre plaisir à consigner tout ce que j’observais de mes yeux. Regarder les actions des gens, analyser l’ensemble de leurs comportements, puis trouver une façon judicieuse de les consigner, voilà autant de choses qui ont aiguisé mon attention alors que je me tenais sur ce territoire vide et ravagé. Ayant auparavant travaillé à la constitution d’archives dans les régions montagneuses ou dans les campagnes reculées10, j’étais bien sûr assez familier de cette approche ; j’ai précisément continué, avec le même état d’esprit, ce que j’avais fait là-bas. Rappelons que constituer des archives concernant la métropole était une affaire tellement compliquée avant le tremblement de terre qu’elle n’avait pu être entreprise. Par contraste, on pouvait juger la tâche plus aisée dans ce Tokyo d’alors, revenu à l’état primitif.

10Les travaux de rénovation de la ville ont par la suite avancé peu à peu. Puis, enfin, ce fut comme si on avait de nouveau achevé des constructions dignes du Tokyo d’avant.

  • 11 Littéralement : Revue des femmes. Shimanaka Yûsaku (1887-1949) est un éditeur. Embauché au sein de (...)
  • 12 Aujourd’hui quartier chic de Tokyo, Ginza était à l’origine un quartier commerçant, avant de deven (...)
  • 13 Ancien nom d’un quartier de Tokyo, situé à l’est de la ville dans ce qui constituait sa ville bass (...)
  • 14 Tandis que la ville basse s’étend le long du fleuve Sumida et quelque peu sur sa rive est, la vill (...)

11C’est alors que nous avons eu envie d’essayer de poursuivre ce travail et de retracer le chemin qu’emprunterait ce Tokyo en reconstruction. À ce moment précis, nous avons reçu le soutien de Shimanaka Yûsaku de la revue Fujin kôron11. Ce dernier mit à disposition l’intégralité de son comité éditorial, le fit participer à nos projets, nous permettant donc d’avancer. Ainsi avons-nous pu achever, au début de l’été 1925, notre enquête sur la vie quotidienne dans le quartier de Ginza12. Pendant plusieurs jours, postés sans bouger à l’une des intersections de Ginza, nous nous sommes chargés de consigner, sur plusieurs dizaines de pages, l’intégralité des usages des passants qui traversaient la rue. Puis, de fil en aiguille, afin de vérifier ces manifestations dans tout Tokyo, nous avons tenté d’enquêter sur les habitudes des gens dans les quartiers déshérités et les quartiers ouvriers de Honjo Fukagawa13. Puis, pour pouvoir comparer, nous avons aussi essayé de travailler dans les environs de la ville haute14. L’expérience de ces différentes recherches nous a permis de saisir que c’est seulement par l’analyse et la comparaison de l’ensemble de ces pratiques quotidiennes que nous pouvons comprendre et délimiter le sens de chacune d’entre elles. Sur un plan plus formel, ensuite, ces recherches nous ont confortés – ne serait-ce qu’un tout petit peu – dans les techniques d’enquêtes que nous avions mises au point pour étudier l’ensemble des habitudes de nos contemporains. Nous sommes ainsi parvenus à effectuer nos premiers pas, jaugeant nos limites, fixant ce que nous ne pouvions faire, ce qu’il était difficile de faire et, enfin, ce qu’il était possible de faire.

12Était-ce un hasard, était-ce une nécessité ? Difficile de le savoir en vérité. Le fait est que nous ne menions pas, moi et mes camarades – et ce, même si nous avions tous un emploi décent et effectuions notre modernologie, ou plutôt nos enquêtes, bénévolement, en plus de notre travail et sur notre temps libre – une vie selon les habitudes moyennes de notre temps. On ne peut d’ailleurs pas dire, pour commencer, que nos vêtements étaient ordinaires.

13Pour procéder à un examen analytique de la vie quotidienne des gens de notre temps, des conditions de vie telles qu’elles s’expriment dans les groupes sociaux contemporains, nous (les enquêteurs) nous sommes éloignés de la vie quotidienne des gens du commun, établissant une distance entre sujet et objet – autrement dit entre enquêteur et enquêté –, à la manière d’hommes civilisés envers des primitifs, de médecins envers des patients, ou de juges face à des criminels. Sans cette conscience que nous vivons en adoptant en permanence un point de vue objectif sur les choses, cela nous donnerait le sentiment d’une grande solitude (pour le dire autrement, quand on n’a pas conscience des tenants et des aboutissants d’une enquête, cela revient à l’effectuer comme un fonctionnaire). C’est pourquoi, même si chacun d’entre nous a, en son for intérieur, des vues utopiques concernant les usages populaires et construit par ailleurs sa vie quotidienne en tant qu’individu, nous ne pouvons nous empêcher, d’un autre côté, d’affirmer qu’il est possible de nous positionner en tant qu’observateur pour étudier les pratiques sociales. Si nous parvenons à cet état, nos relations avec nos contemporains deviendront comme celles de l’huile avec l’eau, et nous pourrons alors les considérer objectivement.

14Peut-être en êtes-vous déjà persuadés, mais si je peux tout de même me permettre d’expliquer plus avant ce type de relation, je dirais que nous n’éprouvons ni jalousie, ni compassion – ou ce que l’on nomme la bienséance ordinaire – envers la société. Nous regardons les habitudes de nos contemporains en adoptant la même position que celui qui prête attention aux comportements et aux mœurs des animaux. Il n’y a ainsi pas de distinction entre la position du zoologue devant des animaux ou du botaniste devant des plantes et celle que nous adoptons face à notre objet d’étude que sont nos contemporains. Si l’on se réfère à la position de l’archéologie, il s’agit de l’état d’esprit face aux traces et aux vestiges. Nous regardons les articles sur les étals des galeries commerçantes de la même manière que les objets exposés dans les vitrines des musées d’histoire. Ainsi, même si nous tenons en estime, comme objet scientifique, ce qui se trouve devant nos yeux, nous procédons à son analyse ainsi qu’à son archivage. L’intérieur des pièces d’un foyer, l’intérieur des placards, les lieux où les gens se réunissent, les silhouettes errantes des modern girls, c’est en nous tenant parmi eux, c’est en nous tenant devant eux que nous accomplissons nos travaux de recherche ; mais pendant ce temps, dans ces intérieurs, devant ces modern girls, nous oublions le fait que nous évoluons nous aussi sur cette même scène. Pour rendre notre position de recherche plus compréhensible, on pourrait dire que nous regardons les choses qui se trouvent sous nos yeux comme s’il s’agissait d’objets vieux de mille ans, comme des présences étranges. On pourrait dire que cette particularité de travailler en adoptant un tel état d’esprit, c’est justement ce qui constitue notre principal fondement.

15Nous n’en tirons nulle vanité. Cependant, nous aimerions imaginer que des enquêtes similaires aux nôtres seraient dénuées de vigueur si elles n’étaient pas portées par une telle position de recherche.

16Ajoutons à cela le fait qu’il existe dans notre entourage de nombreuses personnes que l’on appelle des collectionneurs. C’est un groupe d’hommes dont l’existence consiste à fréquenter les lieux où vit le peuple et qui y trouvent matière à collecte ou à curiosité. S’il se peut que le loisir de ces hommes puisse en apparence ressembler à nos activités, leur travail semble se limiter dans l’ensemble à quelque chose de superficiel. Mais comme ils pourraient d’aventure parvenir à réaliser des enquêtes exactes et valides, je ne souhaite pas m’y opposer complètement.

Domaines de recherche et relations entre les différentes études

17Nous tentons actuellement d’étendre nos recherches à toutes sortes de phénomènes du temps présent. Parallèlement à cette expansion, nous tâchons d’employer, pour chacune de ces enquêtes, une méthode ou des techniques qui nous soient communes, et nous en sommes ainsi venus à vouloir présenter ces recherches comme une seule et même étude. Cependant, si l’on regarde objectivement où en sont nos enquêtes, force est de constater qu’il nous reste de nombreux points à explorer. Plus précisément, il semble que nous soyons nous aussi en train d’errer dans une situation où la délimitation de notre objet de recherche est confuse, situation que l’archéologie a eue à dépasser à ses débuts (ceci dit, c’est une situation qui a touché de nombreuses disciplines lors de leur émergence). Il est évidemment regrettable qu’ayant comme point de départ le présent de toute l’humanité, il nous soit aujourd’hui impossible d’exprimer plus précisément, ainsi que l’on pourrait s’y attendre, ce que nous devrions prendre pour objet d’étude – et ce dans le but d’être une science complète. Mais il semble que, suivant le même développement progressif que l’archéologie, nous nous tournions principalement vers les objets matériels, c’est-à-dire vers les choses qui sont actuellement utilisées par nos contemporains, et il est aussi probable que, contraints à rester barricadés sur ce petit territoire, nous laissions de côté tout ce vaste champ d’étude qu’il serait convenu d’appeler coutumes.

18Telles sont donc à ce jour les rubriques des enquêtes que nous effectuons : premièrement « Comportements humains et objets qui s’y rapportent » ; deuxièmement « Habitat » ; troisièmement « Vêtements » ; quatrièmement « Autres ».

19Ces rubriques concernent autant les grandes villes que les campagnes.

20La première de ces rubriques concerne donc les différents comportements des êtres humains de notre époque. Elle a pour objet les comportements mêmes des humains qui vagabondent et évoluent sur la terre, et doit aussi prendre en compte les manifestations des conséquences de ces comportements, et encore, entre autres, ce qui a influencé ces mêmes comportements. Ces êtres humains, ce sont les hommes qui vivent à notre époque. Les enquêtes effectuées au sein de cette rubrique sont encore assez maigres, mais, lorsque nous aurons rassemblé et accumulé suffisamment de données et de recherches, nous pourrons vraisemblablement établir des catégories diverses et variées, comme les comportements qui relèvent de la pure promenade, ou du contexte professionnel, qui concernent les rassemblements ou qui ont trait aux spectacles.

  • 15 Littéralement science du rendement (nôritsugaku), terme inventé au début du xxe siècle par Ueno Yô (...)

21Par exemple, ici, il nous faudra enquêter sur le rythme des pas ou les manières de marcher dans la ville de toutes sortes de personnes dans toutes sortes de circonstances, sur les manières de poser son séant ou bien les manières de s’asseoir sur le sol, sur les réflexes des plus petites parties du corps humain, la distribution des passants dans les rues, et, parallèlement, sur la composition des échoppes et des rues marchandes, sur les promeneurs dans les parcs, sur toutes sortes de cortèges, sur le spectacle des discours publics, sur celui des salles de délibération, sur les modes de vie des dockers et des ouvriers des travaux publics, sur les paysans lorsqu’ils sont aux champs ou sur les routes, sur la condition des pêcheurs quand ils sont au travail ou en situation de repos, sur les foules des fêtes religieuses, sur les recoins des cafés ou les couloirs des salles de théâtre, ou encore sur les gradins des stades. Ce faisant, rassemblant des matériaux pour les autres sciences, comme la sociologie, la psychologie, la gestion15 ou encore la géographie, nos recherches contribueraient clairement aux questions spécifiques à chacune de ces disciplines et en viendrait ainsi à occuper la place recherchée. L’apport de nos travaux réside, quant à lui, dans l’originalité de notre méthode ainsi que dans le fait que nous étudions des phénomènes qui sont négligés par les autres sciences, ou qui se trouvent hors de leur portée. En élargissant ces rubriques et en repensant aux coutumes du temps passé, on pourrait être à même d’étudier précisément la manière dont la vie sociale d’aujourd’hui diffère de celle d’autrefois.

22En ce qui concerne la deuxième rubrique et la suivante – celle qui porte sur l’habitat et celle qui porte sur les vêtements – il est clair que nous voudrions les étudier avec la posture de celui qui pratique aujourd’hui l’archéologie et qui se trouve face à des vestiges et à des restes, autrement dit face à des objets d’une époque révolue. À la manière des archéologues qui exhument toutes sortes d’artefacts lors d’excavations de tumulus, nous nous efforçons de représenter graphiquement les lieux où sont présents les objets dont nous procédons à l’archivage et à l’analyse dans chacune des pièces et au sein de chaque foyer, y compris les choses les plus minuscules. Poursuivant ce travail, si nous parvenons à obtenir des données sur les membres de chaque classe sociale ou encore de chaque profession, les résultats de ces enquêtes pourraient servir de documents à une étude comparative, et nous sommes certains qu’ils donneraient naissance à de nouvelles pistes de réflexion concernant les biens de consommation de nos contemporains.

23En ce qui concerne les enquêtes que nous devons mener sur les bâtiments en eux-mêmes, il faut que nous adoptions un point de vue différent de celui qui est propre à l’architecture. Car ce que nous avons comme objectif, c’est d’expliquer la vie quotidienne de nos contemporains.

24Pour ce qui est des enquêtes sur les vêtements, même si le seul fait d’enquêter sur les biens présents à l’intérieur des habitations s’avère déjà très utile pour cette catégorie d’articles, nous aimerions soulever la question suivante : ne sont-ils pas des biens de consommation dont le rôle change en fonction des situations ? Il faut dès lors que nous développions plus avant nos enquêtes en tâchant de documenter ces différentes situations, que ce soit dans la rue, lors de rassemblements, etc. Il nous faudra en particulier examiner comment le soin porté à la toilette varie selon les lieux où se trouvent les individus et comment les manières d’arranger les coiffures changent avec les passants de différentes rues. Et, pour effectuer ces recherches, les études des comportements humains évoquées plus haut s’avéreront nécessaires en tant qu’enquêtes préparatoires. Plus précisément, concernant la composition des foules de passants d’une rue à un moment donné, il faut que, dans ces situations où les gens de tous types sont mêlés, le sexe, le statut, la profession, ou encore l’âge de chacun soient connus. Au sein de cette composition, il faudra alors collecter les types vestimentaires de chacun de ces passants, les analyser et calculer la somme de leurs occurrences.

25Vues sous cet angle, les soi-disant études des coutumes que l’on trouve habituellement ne donnent-elles pas le sentiment d’avoir simplement pris comme objet principal, entre autres, les vêtements des seuls individus qui sautent aux yeux ? Nous aimerions penser que du point de vue de celui qui s’intéresse à l’état de la consommation courante de toute la société – but que nous autres poursuivons – ces recherches sont presque fantaisistes. Notre travail ne consiste pas seulement à nous contenter de la simple idée que les gens imitent les choses qui sont remarquables, ou encore qu’une diffusion des usages opère à partir de l’imitation des classes élevées de la société ; il consiste, autant que faire se peut, à aller jusqu’à expliquer ces phénomènes avec des données chiffrées. Reconnaissons sur ce point que nous avons accompli un travail décisif dans le champ des recherches sur les coutumes.

  • 16 Traduction littérale de shôhingaku (de l’allemand : Warenkunde). Ce terme, vraisemblablement utili (...)

26Enfin, examinons par précaution les liens qu’entretient notre modernologie avec la science des articles de commerce16 qui traite comme nous des biens de consommation. À l’opposé de cette science qui étudie simplement les objets produits pour leur valeur (valeur d’échange), la modernologie les étudie quant à elle pour leur usage. Les biens en jeu ont beau être exactement les mêmes, nos points de vue à leur égard diffèrent. Ainsi, la modernologie se donne pour principe d’étudier l’infinité des espaces dans lesquels les biens sont utilisés. Si l’unité de base de la société contemporaine est le foyer, alors ces espaces sont les foyers dans lesquels se déroule la vie quotidienne. Mais ce sont aussi, comme aspects particuliers de la recherche, les casernes, les écoles, les théâtres, les rues, etc. Il se peut cependant, selon les situations, que nous étudions ou utilisions pour nos recherches les lieux où sont exposés les biens de consommation, c’est-à-dire les vitrines ou encore les sites de fabrication, mais ce serait alors simplement par commodité. Ce que nous visons comme principe, c’est l’enquête sur les lieux où ces objets sont utilisés, et ce qui nous intéresse, c’est la manière dont ils sont utilisés. De là pourrait ressortir la valeur sociale contenue dans ces biens courants, et notre modernologie émergerait ainsi en tant que science des pratiques quotidiennes de consommation.

27De plus, si nous parvenons à rassembler avec notre méthode des données sur toutes les régions de notre pays et à les accumuler, nous pouvons supposer que nous mettrons alors clairement au jour les conditions de vie dans chaque contrée. Et nous aimerions croire que cette nouvelle méthode que représente notre modernologie pourra alimenter les recherches qui sont généralement conduites dans le cadre de revues régionales, et que ces données précises serviront à ce qu’on appelle la géographie humaine, notamment aux sections portant sur l’habitat ou sur les vêtements.

28On peut ainsi dire que la modernologie tâche, par une méthode particulière, de contribuer à toutes sortes de disciplines. Mais, d’un autre côté, si l’on essaie de réfléchir plus avant et d’un autre point de vue, ce que notre travail entend accomplir essentiellement, c’est l’établissement d’archives honnêtes sur la vie des hommes de notre temps, c’est la production de pages entières de guides de la vie quotidienne contemporaine, jusqu’aux thèmes les plus insignifiants. De plus, il ne s’agit pas tant de collecter des données partielles à des fins pratiques, il s’agit de les compiler en ayant choisi un sujet utile dans le but d’expliquer la vie quotidienne contemporaine prise en tant qu’objet. Aussi, si la majeure partie de la collecte des travaux que nous poursuivons en venait à aboutir, nous parviendrions à notre idéal : conserver et transmettre aux générations futures la vie des gens de notre époque, les usages de notre temps. Dans le détail de ces pages serait dépeinte avec précision la vie quotidienne au sein des foyers – mais aussi à l’extérieur de ceux-ci – de toutes les classes de la société contemporaine. Combien les hommes de la bonne société ont-ils d’argent dans leur portefeuille quand ils se promènent dans les rues, ou encore quel spectacle offrent leurs banquets ? Qu’en est-il du côté des gens des classes inférieures ? Ainsi, nous serions à même de comprendre clairement tous ces détails, comme si c’était un dieu qui les avait observés.

29Octobre 1927

Haut de page

Notes

1 Écrit en 1927, « 考現学とは何か » fut publié pour la première fois en février 1928 dans le dixième numéro des Cours sur l’histoire des coutumes du Japon, reproduit en 1930 dans le recueil de textes intitulé Modernologio (Modernologie), que Kon Wajirô 今和次郎 (1888-1973) cosigne avec Yoshida Kenkichi (1897-1982). Il est ensuite intégré dans le premier volume des œuvres complètes de Kon qu’il compile avant sa mort et publie en 1971 et 1972 aux éditions Domesu (in Kon Wajirô shû, 1971, t. 1, p. 13-23). Le texte est traduit avec l’aimable autorisation des éditions Domesu. Je remercie Olivier Belbenoît et Kurihara Kaori pour leur aide lors des premiers démêlages du texte ; et pour leurs relectures minutieuses et leurs nombreuses suggestions, Alice Berthon, Jean-Michel Butel, Laurence Caillet, ainsi qu’Olivier Allard, Grégory Delaplace et Christelle Rabier. Nous respectons dans ce texte l’usage japonais qui veut que le patronyme précède le prénom. Toutes les notes sont de la traductrice.

2 Il s’agit de l’archéologue Hamada Kôsaku (aussi connu sous le nom de Hamada Seiryô, 1881-1938) qui a publié ce texte en 1922. Considéré comme le père de l’archéologie moderne, Hamada fut l’un des premiers professeurs d’archéologie au sein de l’université impériale de Kyoto (aujourd’hui université de Kyoto).

3 Nous avons choisi de traduire le néologisme japonais inventé par Kon pour décrire la science qu’il entreprend de fonder par celui de modernologie, afin de rester proche dans la forme des néologismes anglais – modernology – et surtout esperanto – modernologio – que Kon lui-même emploie dans ses écrits. Le terme japonais est néanmoins plus précis. Calquée sur la composition du mot archéologie kôkogaku 考古学 (littéralement : savoirs et étude de ce qui est ancien), la modernologie (kôgengaku 考現学) de Kon serait ainsi la science considérant ce qui est contemporain (gen 現), une science du présent, ou une forme « d’archéologie du présent », comme le propose Damien Kunik (voir infra dans le dossier). Kon propose ici un autre néologisme possible : kôkongaku 孝今学, littéralement science qui considère le présent, le terme kon 今, désignant le présent – comme état de ce qui se trouve entre le passé et le futur. Synchronologie, ou encore présentologie, pourraient ainsi être d’autres traductions possibles pour rendre compte de cette tentative de saisir la vie sociale contemporaine.

4 Kitagawa Morisada (dates inconnues, milieu du xixe siècle) est connu pour avoir recueilli et compilé à partir des années 1830 les mœurs et coutumes des habitants d’Edo (ancienne Tokyo), d’Osaka et de Kyoto, allant jusqu’à former une encyclopédie de quelque trente-cinq tomes regroupant croquis et notes explicatives, connue sous le nom de Morisada Mankô.

5 Ces recueils sont connus sous le nom de meisho zue. Il s’agit de guides illustrés recensant des lieux remarquables du pays – paysages, mais aussi bâtiments – qui ont été particulièrement populaires à partir du xviiie siècle.

6 Il s’agit d’un néologisme esperanto créé par Kon lui-même.

7 En anglais dans le texte.

8 Le 1er septembre 1923, peu avant midi, un séisme d’une très grande ampleur a frappé la plaine du Kantô, sur le versant oriental de l’île principale du Japon, provoquant l’un des désastres naturels les plus importants de l’histoire moderne et contemporaine du pays. Les villes de Tokyo et de Yokohama furent dévastées par les incendies qui se sont rapidement propagés à la suite du tremblement de terre, détruisant des quartiers entiers de la capitale et faisant plus de 100 000 morts.

9 En octobre 1923, Kon fonde, avec son ancien acolyte de l’École des beaux-arts de Tokyo Yoshida Kenkichi et quelques étudiants, la Société d’ornementation des baraquements (Barraku sôshokusha), qui propose, jusqu’au printemps 1924, des services de décoration des habitats et locaux de fortune construits par les habitants de Tokyo à la suite du séisme. L’aménagement et les peintures murales du café Kirin sont sans nul doute leur plus célèbre réalisation.

10 Dans les années 1910, Kon a participé aux enquêtes sur l’habitat populaire (minka) menées dans tout le Japon et les territoires conquis, notamment en Corée, dans le cadre de la Hakubôkai, société savante fondée par l’architecte Satô Kôichi (1878-1941) et celui qui est considéré comme le fondateur de l’ethnologie japonaise, Yanagita Kunio (1875-1962). Les travaux et les croquis des maisons rurales réalisés par Kon restent, aujourd’hui encore, des références en la matière et l’aspect le plus connu de sa carrière.

11 Littéralement : Revue des femmes. Shimanaka Yûsaku (1887-1949) est un éditeur. Embauché au sein de la revue Chûô kôron (littéralement Revue centrale, grande revue de littérature et d’essais d’intellectuels fondée à la fin des années 1880) en 1912, il entreprend de créer des numéros spéciaux à destination des femmes. Ceux-ci obtiennent un tel retentissement qu’ils aboutissent à la création de la revue Fujin kôron en 1916, connue pour son progressisme. Shimanaka en reste le rédacteur en chef jusqu’en 1927.

12 Aujourd’hui quartier chic de Tokyo, Ginza était à l’origine un quartier commerçant, avant de devenir, au début du xxe siècle, le centre de nombreux loisirs et divertissements de la ville basse. Après sa destruction, suite au tremblement de terre de 1923, Ginza redevient une artère commerçante grâce à l’installation de nouveaux grands magasins, cafés ou salles de spectacles. Le quartier attire badauds et promeneurs et, en particulier dans les années 1920, les jeunes femmes à l’apparence extravagante – fumant des cigarettes et portant les cheveux courts –, connues sous le nom de modern girls (modan gâru ; souvent abrégé en moga).

13 Ancien nom d’un quartier de Tokyo, situé à l’est de la ville dans ce qui constituait sa ville basse et qui correspond aujourd’hui à l’arrondissement de Meguro.

14 Tandis que la ville basse s’étend le long du fleuve Sumida et quelque peu sur sa rive est, la ville haute (connue sous le nom de yamanote) désigne historiquement les quartiers les plus aisés de la ville de Tokyo, situés à l’ouest du palais impérial.

15 Littéralement science du rendement (nôritsugaku), terme inventé au début du xxe siècle par Ueno Yôichi (1883-1957), considéré au Japon comme le père du management.

16 Traduction littérale de shôhingaku (de l’allemand : Warenkunde). Ce terme, vraisemblablement utilisé pour la première fois au Japon à l’occasion d’un cours donné au lycée de commerce de Tokyo en 1886, concerne l’économie des biens de consommation courante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kon Wajirô, « Qu’est-ce que la modernologie ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7103 ; DOI : 10.4000/traces.7103

Haut de page

Auteur

Kon Wajirô

Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et EHESS

Haut de page