Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Chine : Yu Keping

La science politique et l’innovation gouvernementale. À propos d’un texte de Yu Keping

Political science and governance innovation. Discussion about Yu Keping
Yves Sintomer
p. 167-175

Résumés

Comme nombre d’intellectuels chinois, Yu Keping s’inscrit dans une tradition d’intervention des sciences sociales dans le débat public mais aussi dans le conseil au gouvernement. Son texte « Quel type d’innovation gouvernementale faut-il encourager et promouvoir ? », qui tire le bilan du Prix de l’innovation de la gouvernance locale, montre la voie que devaient selon lui emprunter les réformes politiques dans la Chine de l’ancien président Hu Jintao. Une démocratisation prudente, fondée sur les services rendus aux citoyens, l’efficacité, la modernisation de l’État et une plus grande transparence de son action ; et secondairement sur la justice sociale, la prise en compte d’une société civile plus indépendante, et la consultation des citoyens-usagers. Une réforme intégrant potentiellement les élections mais différant de la démocratie élective occidentale – une perspective aujourd’hui remise en question sous la présidence de Xi Jinping.

Haut de page

Texte intégral

1Une croyance curieuse s’est instaurée depuis quelques décennies dans une bonne partie de la science politique et de la sociologie françaises. Le propre des « bonnes » sciences sociales serait de se tenir à distance des acteurs, de s’isoler dans la tour d’ivoire de « la » science et de défendre bec et ongles l’indépendance de celle-ci face aux influences dégradantes des puissances politiques, sociales et économiques. Il faudrait aussi s’abstenir de jugement de valeur en différenciant radicalement l’analyse objective de l’état des sociétés et l’évaluation normative sur celles-ci. Dans le meilleur des cas, l’intervention des chercheurs dans l’espace public se ferait soit au nom de la vérité, en déconstruisant les préjugés auxquels seraient condamnés les simples profanes, soit en tant que citoyens intervenant à titre non professionnel, sans lien avec les résultats de la recherche.

2Face à ces lieux communs, il y a quelque chose de rafraîchissant dans la confrontation avec la science politique chinoise. Certes, le texte de Yu Keping « Quel type d’innovation gouvernementale faut-il encourager et promouvoir ? » n’est sans doute pas le point de départ le plus facile pour en montrer l’intérêt – comme le soulignent Chunyu Shi, Éric Florence et Émilie Frenkiel, il s’agit en l’occurrence d’un exercice très particulier. Yu Keping, professeur de renom de la prestigieuse université de Pékin, a assumé une position en vue d’intellectuel et d’expert en dirigeant le Centre de politique et d’économie comparées lié au Comité central du Parti communiste chinois, centre de recherche qui collabore avec des institutions étrangères comme la Harvard Kennedy School et qui, sous sa direction, a publié des traductions et éditions critiques de grande qualité des textes marxistes. Yu Keping y a favorisé la création d’un Prix de l’innovation de la gouvernance locale, très prestigieux, et en tire le bilan dans cet article. Celui-ci a paru dans une revue non académique, en 2010, peu avant la fin du mandat de Hu Jintao, Président au pouvoir entre 2002 et 2012, pour lequel le travail de Yu Keping était une importante source d’inspiration. Son texte est donc une sorte de testament sur une action menée, mais aussi, à travers elle, une réflexion sur quelques axes sur lesquels le pays devrait, selon lui, se réformer en vue d’une démocratisation maîtrisée de son système politique. Dans un tel contexte, l’article n’échappe pas à une certaine langue de bois et à un raisonnement codé que les lecteurs occidentaux peuvent peiner à décrypter, d’autant que les biais propres à la traduction ajoutent une couche supplémentaire de difficultés.

3D’autres articles de Yu Keping sont plus fluides et plus immédiatement accessibles à des lecteurs universitaires occidentaux. Celles et ceux qui en prendront la peine ne manqueront pas d’être impressionnés par l’excellent niveau académique atteint par la science politique en Chine. Nombre des chercheurs de ce pays ont une connaissance très fine des élaborations de la science politique à l’étranger (en particulier dans le domaine anglo-saxon) et de la réalité des sociétés occidentales, tout en développant leurs travaux dans un contexte politique très spécifique et à l’intérieur d’un champ académique original. Il est peu de chercheurs dans le Nord global qui peuvent ainsi discuter les réalités et les concepts de plusieurs ensembles géopolitiques : la France dispose par exemple d’excellents sinologues, mais ils répugnent à écrire sur leur propre pays en se servant de leur connaissance du monde chinois. Comme l’a montré ailleurs Émilie Frenkiel, les politistes chinois revendiquent une moindre spécialisation que leurs collègues occidentaux, en particulier états-uniens, et naviguent plus facilement entre le cognitif et le normatif. Il n’est pas sûr que cette originalité perdure indéfiniment : la pression à la publication dans les grandes revues internationales anglo-saxonnes est forte et elle constitue un puissant facteur de normalisation. En attendant, les politistes chinois suivent spontanément la leçon que nous livrent les historiens des sciences, à savoir que les sciences modernes ont partie liée à des objectifs pragmatiques et que leurs développements impliquent la collaboration d’acteurs divers, scientifiques et non scientifiques. Bien sûr, il ne s’agit pas de défendre n’importe quelle relation des chercheurs avec le pouvoir politique, et le cadre autoritaire du régime chinois pose problème. La liberté d’expression des universitaires y est plus restreinte qu’à l’Ouest, en particulier lorsqu’ils publient dans la grande presse. Cependant, s’il leur est difficile de s’engager dans une critique radicale du régime, sous peine de tomber dans la dissidence, de risquer leur position professionnelle et de ne plus pouvoir parler à l’immense majorité de leurs concitoyens, ils se livrent à des discussions très vives, qui présentent à la fois des dimensions académiques et des dimensions politico-intellectuelles. Les contraintes qu’ils rencontrent ne les empêchent généralement pas de se consacrer avec rigueur à des thèmes importants pour la vie de leurs concitoyens.

4L’article de Yu Keping en constitue un cas intéressant. À travers un bilan du Prix de l’innovation de la gouvernance locale, il mène une réflexion plus ample sur le bon régime, dans une optique pragmatique et prudentielle plutôt que dans une logique qui se prétendrait d’emblée universaliste. Si l’on se réfère à des auteurs occidentaux, on peut donc dire qu’il s’agit d’une réflexion s’inscrivant dans une lignée plus proche de celles d’Aristote ou de Montesquieu que de celles de Kant, d’Habermas ou de Rawls : Yu Keping travaille des questions qui se posent également dans d’autres lieux, mais l’inscription dans un contexte sociopolitique particulier des procédures et dispositifs institutionnels, comme des problèmes et des idéaux normatifs, impose de renoncer à des schémas a priori et à des jugements essentialistes. Pour user de références chinoises, cette posture s’inscrit dans la tradition des grands intellectuels réformistes de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, comme le philosophe confucéen Kang Youwei.

5Prenons quelques points saillants de la lecture qu’en ont faite Chunyu Shi, Éric Florence et Émilie Frenkiel, mettant ainsi en perspective le texte de Yu Keping. Le premier a trait à la pertinence de l’échelle locale. Les acteurs et chercheurs occidentaux, tout comme les Chinois, sont divisés sur la façon d’articuler les échelles dans l’innovation politique. Si l’on compare sur ce terrain la France à l’Allemagne, la Suisse ou les pays nordiques, la marge d’action des gouvernements locaux est réduite, et l’innovation passe le plus souvent par des mesures législatives venues d’en haut – pensons par exemple à l’introduction de dispositifs de démocratie de proximité avec la loi Vaillant de 2001 ou à la fusion des régions imposée sous la mandature de François Hollande. Le Prix de l’innovation créé à l’initiative de Yu Keping visait quant à lui à stimuler la créativité locale, avec un raisonnement sous-jacent : les réformes au niveau national étant difficiles à mener et potentiellement dangereuses pour la stabilité du régime, l’échelon local pouvait être celui de l’expérimentation réformatrice ; les critères distinguant les meilleures pratiques étant établis au niveau national à travers le prix, le Centre se réservait la possibilité de distinguer les innovations méritant d’être érigées en exemples, et de favoriser ainsi des pratiques similaires dans d’autres localités ; parallèlement, une nouvelle culture politique et administrative constituant un terreau favorable pour des réformes à l’échelle nationale devait se forger progressivement à la base. La liste des prix décernés et la façon de les ordonner en rubriques reflétaient donc à la fois des dynamiques par en bas – dont Chunyu Shi montre qu’elles sont particulièrement fortes dans la Chine développée de l’Est – et une évaluation par en haut.

  • 1 Yu Jianxing, 2017, « New approach to local governments’ innovations in the Xi era », communication (...)

6Or, les travaux menés par l’équipe de Yu Jianxing à l’université du Zhejiang montrent que cette logique, qui était en cours à l’époque de Hu Jintao, a été largement inversée sous Xi Jinping. Du fait de la recentralisation impulsée par ce dernier, les dirigeants locaux sont beaucoup plus précautionneux et tendent à ne se lancer dans l’innovation qu’après avoir reçu le feu vert des autorités supérieures1. Leur poids dans le processus est donc plus réduit, de même que la fonction du prix créé par Yu Keping, puisque c’est désormais ex ante et non ex post que les expériences sont promues.

  • 2 Heberer Thomas, 2016, « The Chinese “Developmental State 3.0” and the resilience of authoritariani (...)

7Il faut par ailleurs se garder de penser que ces prix récompensant les réformes les plus dynamiques – du point de vue de celles et ceux qui décernent le prix – ne relèvent que de l’idéologie. Certes, il s’agit à l’évidence d’une technique de gouvernementalité visant à mieux légitimer l’ordre politique en vigueur. Cela ne signifie pas que cela ne fait que contribuer à la reproduction de la domination du Parti communiste. Le sinologue allemand Thomas Heberer2 avance à juste titre que la dichotomie autoritaire-démocratique est loin d’être suffisante pour analyser le régime chinois. Le fait que l’État soit prédateur ou développementiste, c’est-à-dire qu’il repose sur un projet à moyen et long terme de développement du pays, est tout aussi important. Cette seconde dichotomie a une valeur idéal-typique : dans la plupart des États, les couches dirigeantes se servent directement ou indirectement au passage, mais l’importance de ce prélèvement et sa coexistence ou non avec des pratiques tournées vers le bien commun sont loin d’être indifférentes. Or, cette dichotomie est transversale à la dichotomie régime autoritaire-démocratie libérale. Bien des pays réputés démocratiques sont livrés à des classes politiques principalement prédatrices. Inversement, en Chine, si un système autoritaire couplé à une économie mixte encourage structurellement la corruption et la prédation, il contrebalance celle-ci par des mesures visant un réel développement du pays. Les politiques qui favorisent l’innovation locale font partie de ce contrepoids et témoignent de cette dimension développementiste du régime.

  • 3 Les chiffres indiqués sont indicatifs car ils se basent sur la seule traduction du texte de Yu Kep (...)

8Les valeurs idéelles auxquelles le pouvoir se réfère pour tenter de se légitimer ont la plupart du temps des effets ambivalents. Pour une part, elles fonctionnent comme des idéologies, qui travestissent les rapports de domination ou du moins les subliment. Pour une autre part, cependant, dans la mesure où elles sont invoquées dans des dynamiques de critique et de justification et parce qu’elles sont pour partie au moins intériorisées par les élites officielles (les cadres, dans le langage chinois) et par les citoyens, elles ont des effets incitatifs sur les pratiques, qui ne peuvent simplement les court-circuiter. Cela est vrai dans les régimes les plus divers, quoiqu’à des degrés variables. Dans cette optique, il est intéressant de repérer dans le texte de Yu Keping les termes ou notions autour desquels tourne l’idée d’un bon régime, au moins au niveau local, d’autant qu’ils sont là pour qualifier le sens de dispositifs institutionnels tout à fait concrets. Certains reviennent de façon importante ; on peut en donner une liste non exhaustive3 : démocratie (39 occurrences) ; service (32 occurrences) ; efficacité (21 occurrences) ; élections (21 occurrences) ; modernisation (5 occurrences) ; une constellation composée des termes surveillance, publicité-transparence, information, corruption (respectivement 13, 10, 6 et 6 occurrences, soit en tout 35 occurrences) ; deux autres des termes justice, égalité et équité (11 occurrences en tout), et des notions de stabilité et sécurité (14 et 4 occurrences) ; une autre encore avec les termes associations, société civile, organisations civiques (respectivement 10, 6 et 1 occurrences) ; une dernière avec participation et délibérative (15 et 4 occurrences).

9La constellation surveillance, publicité, transparence, information, lutte contre la corruption n’appelle pas de longs commentaires. Cette constellation est présente à des degrés divers dans tous les pays, même si l’insistance sur la lutte contre la corruption est généralement plus répandue dans le Sud global. Notons seulement qu’elle a été considérablement renforcée avec l’arrivée au pouvoir de Xi, qu’elle est extrêmement populaire et qu’elle a des effets tout à fait réels (même si elle est aussi instrumentalisée pour combattre des ennemis politiques). Cependant, elle est pour l’essentiel menée d’en haut et l’appel à la surveillance venue d’en bas, sur laquelle insistait Yu Keping, a sans doute perdu en vigueur.

10La référence à l’efficacité n’est pas non plus originale : elle est partagée dans le Sud global comme dans le Nord global. La place relativement restreinte de la justice sociale peut surprendre, alors que la question des inégalités est en Chine comme dans d’autres endroits du monde un problème croissant, lié en particulier à la domination néolibérale. La modernisation ne semble pas être un leitmotiv de la rhétorique de l’innovation locale, d’autant que l’insistance placée sur la question de la stabilité et de la sécurité tend à la contrebalancer.

  • 4 Dalarun Jacques, 2012, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma.

11L’importance des occurrences du terme de service mérite quelques commentaires. Récemment, l’historien français Jacques Dalarun4 a soutenu que, dans certains ordres monastiques, une conception du gouvernement comme service rendu aux gouvernés s’était constituée et que cette conception avait pu prendre une réelle ampleur au-delà de son contexte de naissance. L’auteur ajoutait que cette conception était spécifiquement occidentale et qu’elle constituait le cœur d’une certaine idée de la démocratie. La thèse est intéressante ; en français, pouvons-nous ajouter, la notion de service public constitue d’ailleurs, au moins partiellement, un écho de cette conception. Elle est cependant par trop ethnocentrique. L’idée que le gouvernement est justifié comme service (fuwu) rendu au gouverné est fortement présente dans la tradition confucéenne, et le chinois reprend lui aussi le mot pour désigner les services publics (gonggong fuwu). Elle a été centrale dans la rhétorique politique maoïste, avec le slogan « servir le peuple » (wei ren min fu wu). C’est pourquoi la reprise du terme par Yu Keping est intéressante. L’auteur la détache de la rhétorique avant-gardiste maoïste. Il oppose en particulier les deux fonctions du gouvernement que sont le contrôle et le service, ajoutant que l’accroissement de la seconde fonction est le signe de la maturité croissante de l’État, argument qui n’est pas sans rappeler une thèse classique de Durkheim dans un tout autre contexte. En ce sens, la légitimité politique qu’il appelle de ses vœux reposerait de façon croissante sur les résultats (ce que les politistes anglo-saxons appellent l’output legitimacy).

12Comment apprécier à cette aune la notion de démocratie développée par Yu Keping, terme omniprésent dans le texte ? Bien sûr, son usage est pris dans une rhétorique, mais c’est aussi le cas dans les discours des responsables politiques et des intellectuels en Occident, et ce serait une erreur de penser que cette rhétorique n’est que creuse.

13Repartons de la fameuse définition d’Abraham Lincoln dans son discours de Gettysburg : « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». La signification du premier terme (gouvernement du peuple) est ambiguë : il peut signifier que la source de légitimité du gouvernement repose sur la souveraineté populaire, mais il semble que dans les paroles de Lincoln, l’expression renvoyait d’abord au fait que le peuple était gouverné, qu’il n’y avait pas anarchie. On aurait là la dimension de contrôle évoquée précédemment, particulièrement forte dans un système autoritaire.

14Le gouvernement « pour le peuple » renvoie à une définition substantielle de la démocratie, qui était d’ailleurs présente dès l’origine grecque de la notion. Or, si les conceptions minimalistes de la démocratie qui sont dominantes dans les think tanks libéraux l’évacuent entièrement, il est intéressant de noter que les sondages tendent à montrer que cette dimension de la démocratie est perçue par les citoyens comme centrale en Asie de l’Est et du Sud-Est, et ce quel que soit le régime en place. Dans un tel contexte, on comprend mieux l’importance de la notion de service et, plus largement, d’une bonne partie des thèmes mis en relief par le Prix de l’innovation politique.

15Le gouvernement « par le peuple », enfin, porte sur la dimension procédurale du régime politique en insistant sur la participation des gouvernés à l’exercice du gouvernement. Il s’agit bien sûr de la partie la plus explosive de la définition de Lincoln, et elle fait problème dans les démocraties occidentales et plus encore dans un système de parti unique. La question des élections, et plus spécifiquement des élections compétitives, revient de façon importante dans le texte de Yu Keping. D’un côté, il affirme que la démocratie a partie liée avec les élections compétitives, reprenant ainsi une équation centrale des gouvernements représentatifs occidentaux et tendant implicitement a contrario à considérer le système chinois comme une démocratie imparfaite. Il reflète ainsi un sentiment partagé par nombre de cadres du régime, sans doute jusqu’au plus haut niveau. De l’autre, le caractère dangereux de l’élection est également souligné. Pour une part, le sens de cette préoccupation est évident, puisque la mise en place des élections libres mettrait un terme au monopole institutionnel du Parti communiste sur le pouvoir et menacerait à terme son hégémonie.

16Entre les lignes, néanmoins, un autre sens fait surface, plus subtil. Les élections compétitives sont également dangereuses eu égard aux leçons du passé chinois, lorsque la première République sombra dans le chaos et la dislocation. Elles ne sont pas automatiquement un gage de vitalité démocratique : le bilan des élections compétitives dans les villages chinois est très mitigé, le processus donnant notamment lieu à des rapports clientélistes et à des pratiques de corruption. D’ailleurs, la trajectoire des anciens pays du bloc soviétique ou de nombreux pays du Sud global n’incite guère à un optimisme béat. Plus encore, la légitimité électorale tend à décliner en Occident, comme le montre la montée de la défiance politique dans la plupart des démocraties libérales. Les élections libres seraient-elles un remède miracle pour la Chine ? Il est permis d’en douter, et les ambivalences du texte de Yu Keping sont révélatrices des interrogations et des controverses qui agitent les intellectuels – et sans doute aussi les dirigeants politiques – en Chine.

17Au-delà des élections, le terme de participation, sans occuper une place centrale, joue un rôle non négligeable. En Chine comme en Occident et dans une bonne partie du Sud global, il est désormais à la mode. Dans la perspective de Yu Keping – comme par ailleurs dans la majorité des expériences de démocratie de proximité en France – il s’agit cependant d’une participation domestiquée, et d’un processus qui relève davantage d’une consultation que d’une codécision. La constellation « associations, société civile et organisations civiques » occupe une place très spécifique dans l’article, restreinte pour l’essentiel à son paragraphe « Perfectionner le système de gestion des associations civiques et stimuler le rôle constructif de la société civile ». La réalité d’une société civile chinoise plus indépendante qu’autrefois doit être acceptée, mais on peut juger à la modicité des expériences retenues (3 sur les 114 projets, soit 2,6 % de l’ensemble) combien cette nouvelle réalité reste encombrante dans l’esprit et la pratique des cercles réformateurs. Il n’est en tout cas guère question de développer, à travers la participation, de véritables contre-pouvoirs citoyens, et le terme pouvoir est exclusivement réservé pour désigner les autorités. L’évolution du régime sous la présidence de Xi Jiping n’a fait que renforcer la méfiance par rapport à l’organisation autonome de la société.

18Dans une telle perspective, l’apparition à quelques reprises du terme délibératif mérite d’être notée. La démocratie délibérative, qui fait reposer la légitimité des décisions sur l’importance, l’inclusivité et la qualité des discussions qui les ont précédées, est devenue le principal modèle normatif de la science politique anglo-saxonne. Chunyu Shi souligne l’écho qu’ont pu rencontrer ses théoriciens en Chine. En soi, la chose n’est pas étonnante, car la thématique délibérative permet, dans une certaine mesure, de penser et justifier une démocratisation qui ne passe pas par la voie électorale. Il est cependant intéressant de noter la façon dont ont joué transferts et hybridations. Le terme utilisé en Chine pour désigner les processus incluant des citoyens est celui de démocratie consultative (xieshang minzhu). Il implique un processus d’information et de consultation des citoyens par les cadres. Il a souvent été conçu comme un équivalent permettant de traduire la notion occidentale de démocratie délibérative, ce qui offrait l’avantage de légitimer avec un terme prestigieux à l’étranger les expériences en cours – et à attirer la sympathie d’universitaires occidentaux voyant la Chine s’ouvrir à leur théorie. Or, pour avoir un sens conceptuel un peu rigoureux, la notion de démocratie délibérative implique une discussion de qualité, où des arguments sont échangés, où le pour et le contre sont défendus et pesés, où toutes les personnes concernées peuvent participer également aux débats, sur la base d’un matériel informatif riche et équilibré. La majeure partie des innovations regroupées sous le terme démocratie consultative en Chine est fort éloignée de cet idéal et ne cherche même pas à l’atteindre. Dans un tout autre contexte politique, elle n’est pas sans rappeler la démocratie de proximité à la française et se rapproche plus de cette notion que de celles – plus exigeantes – de démocratie délibérative ou de démocratie participative, si on entend cette dernière dans un sens précis, soit articulant démocratie directe et démocratie représentative et permettant une véritable codécision entre citoyens, élus et fonctionnaires.

19Le texte de Yu Keping est ainsi plein d’enseignements : sur la science politique et la réalité des réformes de la gouvernance locale en Chine, mais aussi, en retour, sur des schémas interprétatifs que les lecteurs francophones peuvent concevoir comme évidents alors qu’ils sont loin de l’être. Ce jeu de miroir n’est pas réductible à une simple opposition binaire entre l’Occident et la Chine. Au-delà du langage et de la nature très spécifique du texte de Yu Keping, l’ensemble qu’il constitue, avec les textes de Chunyu Shi, Éric Florence et Émilie Frenkiel qui le mettent en regard et le discutent, a le grand mérite de nous le rappeler.

Haut de page

Notes

1 Yu Jianxing, 2017, « New approach to local governments’ innovations in the Xi era », communication au colloque de lancement du programme ANR/DFG « (New) Political Representative Claims : A Global View (France, Germany, Brazil, China, India) », EHESS, Paris, 09-11 janvier 2017.

2 Heberer Thomas, 2016, « The Chinese “Developmental State 3.0” and the resilience of authoritarianism », Journal of Chinese Governance, vol. 1, no 4, p. 611-632.

3 Les chiffres indiqués sont indicatifs car ils se basent sur la seule traduction du texte de Yu Keping, traduit dans ce numéro.

4 Dalarun Jacques, 2012, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Sintomer, « La science politique et l’innovation gouvernementale. À propos d’un texte de Yu Keping », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #17 | 2017, mis en ligne le 23 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/traces/7163 ; DOI : 10.4000/traces.7163

Haut de page

Auteur

Yves Sintomer

UMR Crespa, CNRS-université Paris 8

Haut de page