Navigation – Plan du site

Rétrospective n° 19

Maurice Voituriez
p. 139-140

Texte intégral

1Dans notre précédente « Rétro » nous n’avions pas pu rendre compte de la totalité du n° 138, nous étant attardé sur un article humoristique – fort savoureux – de M. Lederer, qui nous semblait mériter un traitement d’exception.

2Exceptionnels, les écrivains bilingues le sont aussi. Disons même : rarissimes. On connaît R.-M. Rilke et notamment ses « Quatrains valaisans ». Nous avons été surpris de lire dans la revue belge Translatio, rendant compte des « Briefe an eine venezianische Freundin » traduites par Margret Millischer, que Rilke commettait, en prose, des fautes de grammaire française ou des impropriétés. Notre consœur Freddie Plassard confirme ce fait, exemples à l’appui. Au cours de ses années de vie et de travail en France, il se peut que son français se soit affiné et qu’on puisse parler à juste titre d’un « élégant français rilkéen qui a un charme spécifique », pour reprendre les termes de M. Millischer.

  • 1 Volume XXX, 2011 – n° 3

3Il n’est pas superflu de rappeler ici que Rilke n’était pas seulement un poète mais aussi un traducteur, notamment de Baudelaire, de Valéry et de Louise Labé, comme nous l’avons rappelé1 dans notre revue, avec reproduction de quelques œuvres et de leurs traductions allemandes. Dans Traduire il s’agit, en l’occurrence, non de Rilke mais d’un autre écrivain, à savoir de Julien Green, Américain et académicien français, premier citoyen américain à être entré sous la Coupole.

4Interviewé par un journaliste de Lu, il déclare d’emblée qu’être tout à fait bilingue est « presque impossible ». Ayant vécu plus de dix ans en Belgique, nous avons en effet pu constater que les par- faits bilingues, pouvant s’exprimer et écrire avec une égale facilité dans les deux langues nationales, sont rarissimes. Aussi cultivés soient-ils et quelle que soit leur bonne volonté (condition sine qua non ! ), il existe une préférence, donc une différence de fluidité. Green s’en explique : « On n’est pas la même personne selon la langue qu’on parle. On ne dit pas la même chose, parce qu’on ne pense pas la même chose... Les pensées même, la façon de voir le monde se rattachent au pays où on se trouve. »

5Cette différence tient non seulement au lieu, mais aussi à l’époque où on vit ! La France du XXIe siècle n’est pas celle d’avant 1968. On demande à Green si c’est l’anglais ou le français qu’il estime le plus difficile à maîtriser totalement. Selon lui, c’est notre langue à nous, du fait qu’elle est riche en nuances, ce qui en fit naguère la langue diplomatique. En réalité, elle l’est moins qu’avant et nous avons, en son temps, constaté que sa suprématie demeurait dans le domaine gastronomique – spécialité française – où on recherche la clarté davantage que la nuance. Green apprécie cette clarté et pense que cette vertu se trouve particulièrement chez François Mauriac, alliée à une certaine musicalité. À notre avis personnel – humble et subjectif – c’est plutôt chez André Gide, parmi les écrivains contemporains, que ces qualités prédominent. Nous pensons notamment aux Nourritures terrestres.

6Est-ce parce qu’il se traduit lui-même, dans les deux sens (exercice combien périlleux !), que Green est aussi sévère envers les autres ? « Quand je lis une traduction d’un de mes livres, je le referme ! », écrit-il. On pourrait lui objecter qu’il n’avait qu’à mieux choisir son traducteur ... ou mieux l’assister ! Toujours selon lui, le français n’est pas une langue hospitalière pour les traducteurs et, trop souvent, « les mots ne sont pas là. » Il nous semble que ce qui doit être rebutant pour un étranger, c’est notre orthographe et notre syntaxe. Sans parler du caractère non phonétique de notre langue. Nous y pensions en lisant une dictée que J.-P. Colignon a fait subir à des Français de Tours (après une autre, imposée aux membres – consentants – de la SFT). Il y était question d’un chemin d’Edam que nombre de participants prirent pour le Chemin des Dames : Mérimée a fait des disciples !

7Passant de la littérature à la finance, nous retrouvons un fragment de la « terminologie financière et économique » de J.-M. Cicile. Ce « feuilleton » a depuis lors fait place à plusieurs ouvrages au départ de l’anglais et de l’allemand et nous avons eu à l’époque l’occasion d’en dire grand bien. En 1988 on y rencontrait déjà le terme de « trader », mais aussi des notions moins familières telles que la « tombstone » qui désigne de manière imagée « un placard publicitaire rendant compte de l’émission d’un emprunt avec indication des banques placeuses. »

8Votre serviteur a consacré un petit article relatif à EXPOLANGUES et à EXPOLINGUA (Allemagne). Depuis lors, il semble que ces manifestations aient quelque peu perdu de leur importance alors que l’informatique prenait dans notre profession une part de plus en plus considérable. Peut-être le plurilinguisme s’avère-t-il si indispensable que le promouvoir est devenu superflu !

9Dans ce numéro 138, nous retrouvons les nombreux comptes rendus d’ouvrages et de revues, sous la plume du regretté et irremplaçable Jean Maillot.

Haut de page

Notes

1 Volume XXX, 2011 – n° 3

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Voituriez, « Rétrospective n° 19 », Traduire, 226 | 2012, 139-140.

Référence électronique

Maurice Voituriez, « Rétrospective n° 19 », Traduire [En ligne], 226 | 2012, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/traduire/172

Haut de page

Auteur

Maurice Voituriez

maurice.voituriez@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals