Navigation – Plan du site

Adieu Florence !

Maurice Voituriez
p. 149-150

C’est, je crois, dans les années 70 que j’ai fait la connaissance de Florence Herbulot. Présidente de la SFT, elle me confia le poste enviable de trésorier, poste qu’on offrait généralement aux nouveaux venus au Comité directeur.

Par la suite – et c’est un meilleur souvenir – elle soutint ma candidature au Conseil de la FIT lors du Congrès de cette Fédération à Vienne. Elle m’y succéda elle-même lors du Congrès de Belgrade.

C’est dire que nos relations furent toujours amicales. Jamais elle ne me fit sentir la supériorité d’une traductrice bardée de diplômes, et professeur, envers un tâcheron autodidacte en la matière et peu féru de traductologie.

Florence a traduit 150 ouvrages et pas seulement dans le domaine maritime, où elle faisait autorité. Elle nous avait dédicacé, à ma femme et à moi, un livre anglais consacré aux jardins.

Je me souviens de son vaste et extraordinaire appartement de la rue Andrieux et de la vue sur le Sacré-Cœur, je me souviens de son hospitalité, des repas animés et raffinés auxquels sa mère et elle nous conviaient.

Ella avait un caractère affirmé et dirigeait le Comité d’une main ferme, faisant la guerre à l’absentéisme. Je ne résiste pas à la tentation de reproduire ici un poème que je lui avais dédié :

Sept sont les péchés capitaux,
Sept le nombre de leurs absences.
Ces pantouflards, ces couche-tôt
Suscitent l’ire de Florence ;
La présidente a dit : Holà !
Que l’on m’amène ces gens-là !
Au plus vite qu’on s’en saisisse !
Au pilori Max et Maurice !
Mais les pécheurs sont repentants !
En novembre ils viendront, tentant
D’obtenir pour eux l’armistice.

Les deux délinquants étaient feu Max Dubski et un Maurice non identifié !

Florence me pardonnera cette note légère, elle qui ne goûtait guère les oraisons funèbres.

D’autres consœurs et confrères – notamment ceux qui l’ont eue comme professeur – pourront mieux parler d’elle. Pour ma part j’ai connu ses démarches auprès des éditeurs pour que les noms des traducteurs soient plus visibles et leurs intérêts mieux défendus.

Dans ma mémoire j’associe son action à celle de Pierre-François Caillé, notre fondateur, et, dans le cadre de notre revue, du commandant Maillot, deux personnes qui appréciaient beaucoup sa collaboration et son dynamisme.

Adieu Florence !

  • Logo Syndicat national des traducteurs professionnels
  • OpenEdition Journals