Navigation – Plan du site

Frontières en question

Cécile Chamayou-Kuhn, Sara Iglesias, Christophe Quéva, Alexandra Richter et Yoan Vilain

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment les recherches du groupe AG-Grenzen (Die Junge Akademie – Berlin) : http://www.diejun (...)

1Dans le contexte d’un monde de plus en plus décloisonné et intégré, la question des frontières se pose paradoxalement avec une acuité sans cesse renouvelée. De fait, les recherches et les publications les plus récentes témoignent d’une certaine « obsession des frontières » (Foucher, 2007) qui découle à la fois des mutations du monde (réel) contemporain et des dynamiques de construction disciplinaire dans le monde scientifique. En sociologie et en anthropologie (Corbin et Herbert, 2007), en science politique (Manigand, du Réau et Sandu, 2008), en géographie (Lepesant, 2003 ; Weber, 2007), en histoire et en philosophie (Cléro, 2007), dans les recherches littéraires et artistiques (Erhart, 2004 ; Kaufman Shelemay, 1996 ; Runte, 2006 ; Shepherd, 1994), ou dans le cadre d’approches interdisciplinaires1, les travaux les plus récents insistent tous sur les ambiguïtés des frontières et de leurs dynamiques, entre dépassement et réaffirmation. Les frontières, qu’elles soient matérielles ou symboliques, sont alors d’autant plus complexes à appréhender qu’elles constituent non seulement une séparation et un vecteur de cloisonnement, mais aussi une interface et un vecteur de mise en relation.

2Pour ce deuxième numéro de trajectoires, nous avons souhaité approfondir l’analyse des frontières, en nous fondant sur les ambitions transversales, interdisciplinaires et comparatives de la revue. Afin de mieux différencier les appréhensions et les usages de la frontière, nous avons choisi de l’aborder sous deux angles différents : comme un objet (la frontière matérielle) et comme un outil (la frontière comme métaphore ou grille de lecture du réel).

3En tant qu’objet, dans une approche spatiale et géopolitique, les frontières constituent une limite et une discontinuité – matérielles et/ou symboliques – construites, pratiquées et vécues par les acteurs des sociétés. En lien avec un monde de plus en plus mouvant, les dynamiques frontalières allient différenciation, contact et création de nouveaux espaces, dits transfrontaliers, aboutissant à une première « mise en question » des frontières. Dans ce cadre, l’Allemagne présente des dynamiques frontalières particulièrement originales. La disparition de la frontière inter-

4allemande avec la réunification a impliqué de profondes recompositions politiques, institutionnelles, économiques, culturelles et sociales, synonymes de l’émergence de nouvelles frontières à toutes les échelles d’analyse (Lacquement, 2002 ; Le Pollotec, 2004). Par ailleurs, que ce soit vis-à-vis de la France ou des autres voisins européens, les frontières de l’Allemagne, plaçant le pays au cœur de l’espace de l’Union européenne, apparaissent comme de véritables espaces d’enjeux, en termes de coopérations (politique, économique, culturelle…), mais aussi de concurrences. L’analyse des frontières comme objet implique alors de s’interroger sur les enjeux et les limites de leur dépassement, voire de leur effacement : dans quelle mesure la disparition brutale de la frontière interallemande s’inscrit-elle dans des temporalités différenciées, selon les acteurs et les espaces concernés ? Comment la division et la réunification allemandes ont-elles été vécues et perçues à l’Est et à l’Ouest de l’Allemagne, ou encore en France ? Quels sont les enjeux de l’européanisation pour les frontières de l’Allemagne ? En lien avec les circulations transfrontalières, quelles coopérations économiques ou institutionnelles se mettent en place autour des espaces frontaliers ?

5En tant qu’outil, les frontières doivent être envisagées comme une grille de lecture, comme un prisme permettant d’appréhender le réel dans la perspective des limites fixées aux comportements sociaux. La frontière introduit alors des normes et usages établissant des interdits à respecter, que ce soit dans le champ artistique, dans le domaine des disciplines scientifiques, ou encore dans ceux de la morale et de l’éthique. Or, tout comme pour la frontière dans sa dimension spatiale et géopolitique, la frontière en tant que métaphore et outil d’analyse se voit de plus en plus remise en question. Ainsi, les limites entre les disciplines sont appelées à être dépassées, leur transgression étant conçue comme la garantie d’une transversalité des analyses censée être particulièrement opératoire ; la création artistique a maintes fois bouleversé les normes établies ; la pensée littéraire se construit souvent, quant à elle, grâce à une réflexion alliant de multiples approches, telles l’approche sociologique, historique, philosophique, psychanalytique, etc. Dans une perspective épistémologique, il s’agit alors de s’interroger sur la validité de cet outil : que signifie le terme de « frontière » face à l’élargissement actuel des pensées et des champs d’analyse ? Quelles répercussions sur les méthodes analytiques les phénomènes d’élargissement, de transgression voire d’effacement des frontières ont-ils ? Une démarche scientifique peut-elle réellement s’affranchir des démarcations qui rendent préhensibles ses propres objets ? Afin de susciter une réflexion d’ensemble à la fois novatrice et constructive, nous avons souhaité que les auteurs étudient non pas le thème de la frontière/limite chez un auteur, philosophe, musicien, etc., mais plutôt la frontière en tant que catégorie productive de sens et de repères.

6Les sept textes qui ont été retenus s’inscrivent dans des champs disciplinaires et thématiques différents. Pour faciliter leur confrontation et leur mise en relief, nous proposons aux lecteurs de les aborder de manière transversale, en suivant une grille de lecture laissant apparaître quatre entrées.

7Dans un premier temps, Olivier Charlot propose une lecture géographique de la frontière interallemande, à travers l'étude de ses recompositions matérielles et symboliques. Il met bien en lumière les jeux et les rejeux de la frontière dans l’espace et dans le temps, en lien avec des acteurs, leurs pratiques et leurs représentations. En se centrant sur les aspects spatiaux et paysagers de la frontière interallemande, l’auteur étudie les dynamiques de « fonctionnalisation » et de « défonctionnalisation » frontalières, avant et après la réunification. Son texte, riche d’illustrations et de témoignages d’acteurs locaux, met en évidence les paradoxes de la situation d’après-frontière à différentes échelles d’analyse, tout en interrogeant les enjeux épistémologiques de l’objet frontière en géographie.

8Dans le cadre de la deuxième entrée de ce dossier – celle des frontières institutionnelles économiques, Rémi Colliat et Fabien Labondance (économie, science politique), d’une part, et Karen Denni (histoire, sociologie), d’autre part, entreprennent de mettre en lumière, plus particulièrement à travers l’exemple – parfois précurseur – de la France et de l’Allemagne, les avancées et les limites du dépassement des frontières au sein de l’Union européenne.

9En dépit du processus d’européanisation dont l’objet est précisément de progressivement supprimer les frontières afin d’intégrer les économies nationales pour permettre la création d’un marché commun, Rémi Colliat et Fabien Labondance pointent de façon tout à fait éclairante en quoi la concurrence entre les économies nationales aboutit à redéfinir de nouvelles frontières dont les acteurs économiques nationaux font un usage parfaitement stratégique.

10C’est également cette idée de multiplicité des frontières qui est au cœur de la contribution de Karen Denni. À l’appui d’un intéressant travail d’analyse prenant en compte aussi bien les enjeux politiques que les modalités juridico-administratives de la coopération transfrontalière autour de l’Eurodistrict de Strasbourg-Ortenau, l’auteure montre en quoi le projet d’une fusion institutionnelle de territoires frontaliers – bien que poussé par les plus hautes autorités politiques des États allemand et français et repris par les acteurs locaux – se révèle finalement plus difficile à mettre en œuvre, en raison de différences institutionnelles encore marquées et surtout d’intérêts politiques parfois divergents.

11La troisième entrée regroupe les textes d’Anna Langenbruch (musicologie) et de Stefanie Schwabe (histoire de l’art), traitant des frontières culturelles et politiques, entre représentations et transgression.

12Anna Langenbruch se penche sur des critiques de musiciens allemands dans la presse française de l’après-Locarno. Analysant les stéréotypes, les valeurs artistiques, politiques et morales mobilisées dans ce corpus, elle passe au crible l’image de la musique en tant que « langage transfrontalier ». Sa mise en relief de la construction discursive constante d’identités nationales et de frontières culturelles (in)franchissables fait paraître des facettes constitutives des rapports culturels franco-allemands de l’entre-deux-guerres.

13Stephanie Schwabe, quant à elle, interroge un genre peu connu de l’art plastique contemporain, le Mail Art, dans le contexte politique de la RDA. Il s’agit d’objets – aux messages tantôt opaques, tantôt insolites, tantôt ouvertement subversifs – qui sont envoyés en dehors du territoire national par voie postale, jouant ainsi avec le contrôle de la censure étatique. Le passage de la frontière, la transgression des normes artistiques et la violation des lois de la dictature se conditionnent ici de manière inséparable.

14Enfin, les textes de Peter Krilles et Bruno Faux (études germaniques) relèvent d’une démarche portant sur les frontières et les savoirs épistémologiques.

15S’appuyant sur un corpus d’auteurs allemands qui ont marqué le xviie siècle, Bruno Faux interroge les processus au cours desquels la bouche, organe frontière entre l’intérieur et l’extérieur du corps, devient le « théâtre d’enjeux éthiques ». Ces enjeux sont déclinés sur un mode binaire : entre être et paraître, vice et vertu, la rhétorique de la frontière investit en effet le corps de l’Homme, qui se fait ainsi l’expression d’un savoir anthropologique. Or, l’auteur démontre, dans une démarche dialectique, que la productivité du langage littéraire, et plus précisément l’usage de la métaphore de la bouche, permet en réalité de dessiner et de penser d’autres voies menant au savoir.

16Le texte de Peter Krilles s’inscrit, quant à lui, dans un débat tout à fait actuel, puisque la perspective choisie par l’auteur tend à favoriser le dialogue entre littérature et sciences de la culture. P. Krilles s’attache aux relations qu’entretiennent littérature et savoir et défend la thèse selon laquelle le potentiel épistémologique du champ littéraire réside précisément dans les limites qui lui sont assignées. Suivant une triple approche, il met en exergue que le texte, dès lors qu’il est abordé dans sa spatialité, ou encore la langue, dans la mesure où elle produit une forme « d’instabilité sémantique », et, enfin, l’expérience esthétique, en tant qu’elle est aussi une expérience performative, contribuent à dynamiser, déplacer ou transgresser des frontières déjà existantes. C’est ainsi que le lecteur prend place dans un modèle hétérotopique du savoir, hautement plus productif.

17Au final, les dynamiques frontalières qui sont étudiées dans ces différents textes mettent bien en évidence l’idée que la frontière constitue un objet et un outil hybrides, en perpétuel mouvement, à l’interface de forces et de tensions multiples. En dépit des logiques de dépassement, d’effacement ou de déconstruction qui les caractérisent parfois, les frontières, qu’elles soit matérielles ou symboliques, s’imposent dans leur dimension active, comme des « passeurs » (O. Charlot ; B. Faux), des « seuils » (S. Schwabe ; B. Faux), des « interstices » (P. Krilles), ou encore des « catalyseurs » (R. Colliat et F. Labondance) – autrement dit comme des espaces quasi autonomes et structurants.

18De fait, plutôt que d’apparaître comme des vecteurs de cloisonnement ou de fragmentation, les frontières analysées dans les textes – qu’elles soient politiques, économiques, culturelles ou épistémologiques – s’affirment comme les révélateurs d’interactions fortes entre des acteurs, des cultures, des langages ou des savoirs. C’est cet espace d’interactions que l’on pourrait définir comme un espace-frontière.

19Au regard des analyses présentées dans les différents articles, les dynamiques de cet espace-frontière semblent pouvoir être appréhendées en trois temps. La première étape, celle de l’observation, coïnciderait avec l’idée d’une remise en question de la frontière, dans un contexte global d’intégration entre les espaces, les sociétés, les cultures, les économies ou encore les disciplines. Dans un deuxième temps, cette déconstruction de la frontière mettrait en évidence un certain nombre d’ambiguïtés, les rejeux de la frontière se faisant paradoxalement partout sentir, de façon plus ou moins affirmée. Ceci conduirait, dans un troisième temps, à repenser la frontière, en l’établissant selon des schèmes différents de ceux de la séparation ou de la confrontation : elle serait appréhendée comme un foyer d’enjeux contribuant à la construction d’un espace-frontière dynamique et hybride. Celui-ci n’apparaîtrait plus tant comme un lieu où naissent les différences, mais comme celui où s’articulent les différenciations.

20Ces réflexions permettent d’en conclure que la frontière est plus productive et constructive que source de fragmentation. L’émergence d’un espace-frontière demeure d’ailleurs un moment essentiel pour la compréhension du réel et comme pour celle des relations entre les disciplines, même si cette dimension n’a été que peu explorée par les textes qui nous ont été présentés. Or, sur un plan (inter)disciplinaire, l’idée d’un espace-frontière nous semble pouvoir contribuer positivement à la construction des disciplines, dans une double optique de différenciation, dans un espace disciplinaire clairement identifié, et de dialogue, dans un espace d’interactions de part et d’autre de la frontière.

21Ce deuxième numéro de tr@jectoires nous semble ainsi répondre à une triple ambition. Sur un plan heuristique, nous avons d’abord souhaité contribuer à la réflexion d’ensemble sur les enjeux, la pertinence et les limites du dépassement des frontières comme réponse à l’analyse d’un monde réel et scientifique en mouvement. Nous avons également tenu à affirmer l’intérêt, sur un plan méthodologique, du croisement des points de vue, des langues et des disciplines pour analyser les frontières et leurs dynamiques. Plus spécifiquement, le contexte franco-allemand représente, selon nous, un observatoire privilégié des dynamiques frontalières dans toute leur complexité ; il constitue un champ de recherches particulièrement vaste au croisement d’influences diverses – autrement dit un « espace-frontière(s) », qui mériterait d’être encore largement approfondi par les futurs travaux de jeunes chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Cléro, Jean-Pierre, dir. (2007) : « Murs et frontières : de la chute du mur de Berlin aux murs du xxie siècle », Cité, n° 31.

Corbin, Stéphane et Catherine Herbert, dir. (2007) : « Frontières et limites. Avons-nous dépassé les bornes ? », Mana : revue de sociologie et d’anthropologie, n° 14-15.

Erhart, Walter, dir. (2004) : Grenzen der Germanistik. Rephilologisierung oder Erweiterung ? DFG-Symposion 2003. Stuttgart (Metzler).

Foucher, Michel (2007) : L’Obsession des frontières. Paris (Perrin).

Kaufman Shelemay, Kay (1996) : « Crossing Boundaries in Music and Musical Scholarship : A Perspective from Ethnomusicology », The Musical Quarterly, 80.1, p. 13-30.

Lacquement, Guillaume, dir. (2002) : « Géographie de la frontière interallemande depuis la réunification », Territoires en Mutation, n° 9.

Le Pollotec, Kristel (2004) : Allemagne de l’Est : la frontière invisible. Paris (Bartillat).

Lepesant, Gilles (2003) : « Frontières européennes et imaginaires centre-européens », Études européennes, n° 1. Article consultable en ligne à cette adresse : http://www.cees-europe.fr/fr/etudes/revue1b/1article1som.php

Manigand, Christine, Elisabeth du Réau et Traian Sandu, dir. (2008) : Frontières et sécurité de l’Europe. Territoires, identités et espace européens. Paris (L’Harmattan).

Runte, Annette (2006) : Über die Grenze. Zur Kulturpoetik der Geschlechter in Literatur und Kunst. Bielefeld (Transcript Verlag).

Shepherd, John (1994) : « Music, Culture and Interdisciplinarity : Reflections on Relationships », Popular Music, 13.2, p. 127-141.

Weber, Serge (2007) : Nouvelle Europe, nouvelles migrations : frontières, intégration, mondialisation. Paris (Le Félin).

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment les recherches du groupe AG-Grenzen (Die Junge Akademie – Berlin) : http://www.diejungeakademie.de/arbeitsgruppen/index_2.php?id_agtitel=25, consulté le 21.10.2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Chamayou-Kuhn, Sara Iglesias, Christophe Quéva, Alexandra Richter et Yoan Vilain, « Frontières en question », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/111

Haut de page

Auteurs

Cécile Chamayou-Kuhn

Articles du même auteur

Sara Iglesias

Articles du même auteur

Christophe Quéva

Articles du même auteur

Alexandra Richter

Articles du même auteur

Yoan Vilain

Articles du même auteur

Haut de page