Navigation – Plan du site
La condition animale

Analyse critique et alternative éthique. La société autrichienne et les fonctions des figures animales dans l’œuvre d’Ilse Aichinger

Noémi Pineau

Résumés

L’œuvre littéraire de l’auteure autrichienne Ilse Aichinger (1921- ) met en scène des figures animales multiples et particulièrement variées. Cet article interroge les fonctions de la représentation des animaux en cherchant à déterminer dans quelle mesure ceux-ci deviennent un miroir critique ou un modèle pour la société humaine autrichienne après 1945 dans le texte littéraire, et ce par trois aspects : la relation au passé, le rapport au savoir et les relations sociales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Celles-ci peuvent être exotiques (telle la girafe de Die Schwestern Jouet), appartenir au quotidien (...)

1La représentation des animaux constitue un sujet encore peu traité en tant que tel dans la littérature secondaire sur Ilse Aichinger, bien que ce type de personnages occupe une place importante au sein de ses créations. Tout d’abord sur un plan quantitatif, dans la mesure où l’auteure fait intervenir de manière récurrente, et parfois en tant que protagonistes, les figures animales les plus diverses1 dans ses textes littéraires. L’analyse typologique de ces animaux démontre par ailleurs un recours régulier aux moins conventionnels, aux plus décriés d’entre eux, à l’image du cochon mis en scène comme le fidèle compagnon d’Hérode dans le récit éponyme du recueil Eliza Eliza (Aichinger, [1965] 2004 : 60-75).

  • 2 Parmi les nombreux exemples littéraires, on pense évidemment à La Ferme des animaux de George Orwel (...)
  • 3 Je renvoie par exemple aux chapitres introductifs de l’ouvrage de Christophe Cervellon, L’Animal et (...)

2Ce poids des figures animales semble indiquer qu’elles revêtent une fonction particulière chez cette auteure et il convient dès lors de chercher à préciser avec quels enjeux et questionnements celles-ci coïncident. Depuis l’Animal turn, la recherche académique réinterroge la représentation de l’animal en le plaçant en perspective avec l’homme. Une partie de la littérature secondaire interprète ainsi sa mise en scène en littérature comme une forme de reflet des sociétés2 ou de la condition humaine qui peuvent aussi perdre leur caractère d’évidence grâce au regard extérieur que l’animal pose sur elles. L’altérité poussée à l’extrême des figures animales permet dans tous les cas de questionner radicalement les forces ou les défaillances de l’humain et de ses communautés. Il paraît donc productif de saisir de façon conjointe l’animal et l’homme qui se définissent en outre nécessairement l’un par rapport à l’autre3 afin de déterminer ce que le premier dit du second.

  • 4 Nous n’évoquerons pas la reprise du conte Der Wolf und die sieben Geißlein par Ilse Aichinger, dans (...)

3Dès lors, on peut considérer que la représentation des animaux peut permettre à l’écrivain de formuler dans le même temps un constat sur l’être humain et par extension sur ses communautés, en mettant en scène l’animal comme un révélateur des forces et des faiblesses humaines par sa valeur d’exemple ou de contre-exemple. Afin de vérifier cette hypothèse dans le cadre de l’œuvre d’Aichinger, nous chercherons à analyser les figures animales au sein de l’ensemble de ses textes littéraires4 et à démontrer ce que celles-ci révèlent de la condition humaine et de la société autrichienne après 1945. Il s’agira tout autant d’évoquer la dimension critique que peut prendre la mise en scène de l’animal que sa possible fonction d’alternative éthique pour le genre humain. Nous aborderons ainsi trois champs thématiques centraux chez cet écrivain par lesquels l’animal permet un jeu de miroir inversé ou à l’identique avec l’homme et ses sociétés : la représentation de leur passé, leur rapport au savoir, ainsi que les relations sociales. Ces trois sujets apparaissent fréquemment dans la production littéraire d’Aichinger à travers des animaux qui soit occupent l’enti