Navigation – Plan du site
Figures d’autorité

Bouleversements politiques et effacement des figures d’autorité

Le regard de naturaliste de Georg Forster
Emmanuel Hourcade

Résumés

La Révolution française contraignit de nombreux monarques européens à choisir entre le fondement théorique de leur autorité et l’exercice pratique de cette autorité. Georg Forster, voyageur et philosophe cosmopolite, observe et analyse cette situation, en accordant une place importante à l’analogie entre les mouvements du peuple et de grandes forces naturelles irrésistibles, qui ne semble plus laisser place aux figures d’autorité traditionnelles.

Haut de page

Texte intégral

1La Révolution française provoque une crise qui ébranle les fondements de l’autorité des figures d’autorité traditionnelles. Si les philosophes des Lumières considèrent en majorité que cette remise en question des figures d’autorité traditionnelles n’a été rendue possible que par l’action de nouvelles figures d’autorité – les penseurs des Lumières sur le plan théorique, puis les grands révolutionnaires sur le plan pratique – certains penseurs, comme Georg Forster (1754-1794) explorent l’idée alternative de grandes forces irrésistibles qui écloraient avec la Révolution.

  • 1 Voir notamment Marita Gilli (1975) et Ludwig Uhlig (2004)

2Forster est un témoin privilégié de son temps par ses capacités d’observation et d’analyse des événements auxquels il assiste, liées à son expérience dans la rédaction de récits de voyage, notamment lors du second voyage du capitaine James Cook, auquel il participa. Même s’il reste en marge de la société scientifique pour différentes raisons, notamment son absence de spécialisation scientifique et son intérêt pour la pratique, il entretient de nombreux contacts avec elle. Il dispose d’une formation de botaniste et de naturaliste. Sa lecture de Buffon d’une part, des philosophes anglo-saxons héritiers de Hume d’autre part ont contribué à ses conceptions empiristes1. Il fut professeur de sciences naturelles à Cassel puis à Vilnius, bibliothécaire à Mayence et cofondateur de la république révolutionnaire de Mayence.

  • 2 Sur la thématique générale de l'autorité, voir notamment Ritter (1971), Sennett (1982), et Sellin ( (...)

3Parler de figure d’autorité évoque en premier lieu un individu incarnant une autorité2. Mais une « figure » peut également désigner le visage en tant qu’il véhicule des expressions, une illustration, ou encore, en mathématiques, un dessin permettant de visualiser une situation. Ces différents usages désignent tous une forme, un medium transmettant des informations. La figure d’autorité apparaît alors comme un écran sur lequel se projette l’autorité réelle, concrète, de l’exercice du pouvoir. Elle ne désigne pas uniquement le monarque, mais la royauté et ses partisans. Le monarque incarne l’autorité, mais comme tout être de chair, il est voué à la déchéance. Il faut donc distinguer l’autorité en tant qu’elle appartient à un ensemble de valeurs symboliques et garantit la stabilité d’un système politique, et l’autorité tangible, synonyme de pouvoir, exercée par quelques individus. La Révolution française contraint les figures d’autorité à interroger et à remettre en cause leur rapport aux fondements de leur autorité. Comment rendre le concept d’autorité pérenne au-delà de la déchéance de ses dépositaires, sans pour autant en amoindrir l’influence réelle, temporelle, tel est le dilemme que les théoriciens de l’Ancien Régime ont essayé de résoudre.

4Avec la remise en question de l’autorité traditionnelle au siècle des Lumières, ce dilemme atteint son point culminant, au point qu’apparaissent certaines situations où il semble impossible de ménager à la fois la force du concept d’autorité et l’influence réelle de ses dépositaires : ces derniers doivent souvent choisir entre perdre le pouvoir et modifier radicalement les fondements de leur autorité. La remise en question théorique du fondement de l’autorité royale en France au XVIIIe siècle par les philosophes des Lumières redéfinit également la relation entre les figures d’autorité et le peuple, à travers l’apparition du concept de légitimité (Sellin, 2011 : 3).

5Ce bouleversement ne correspond-il qu’à un changement de définition de l’autorité et de son rapport à ses dépositaires ? Ou bien permet-il l’éclosion d’un nouveau type de causalité en histoire, de grandes forces sociales qui supplanteraient en partie les grands hommes dans le déroulement des événements historiques ?

6Cet article cherche à montrer que Forster explique la déchéance des figures d’autorité traditionnelles en établissant un parallèle entre les forces populaires et les forces naturelles, amorçant de ce fait un changement de perspective dans la théorie politique. Dans une optique d’histoire des idées, nous analyserons à la fois la genèse de ce parallèle et les conséquences qu’il eut sur la théorie politique de Forster.

7L’absence de texte théorique de Forster sur la question en rend l’étude difficile, il faut rechercher ces similitudes dans ses écrits politiques et ses récits de voyage du début de la Révolution française. Ces textes sont les Ansichten vom Niederrhein, récit du voyage qu’il fit en 1790 à travers l’Allemagne, le Brabant, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne et qui intègre de nombreuses considérations de philosophie politique, Revolutionen und Gegenrevolutionen qui présente l’éclosion des différentes révolutions européennes en 1789 et 1790, et Über die Beziehung der Staatskunst auf das Glück der Menschheit, écrit révolutionnaire de 1793 qui dénonce la duplicité des princes dans leur prétendue volonté de faire le bonheur de leurs sujets.

Lumières européennes et sécularisation des figures d’autorité

  • 3 « [Der] Verzicht [vieler Herrscher auf die Krönung] ist ein Symptom für die Versachlichung der Bezi (...)
  • 4 On peut à ce titre citer les articles « Autorité politique » (1751 : 898-900), ou encore « Société  (...)

8Davantage que les figures d’autorité, c’est leur légitimité qui est remise en cause par les Lumières, en France comme dans l’espace germanique. Or le problème de la légitimité est particulièrement important pour la compréhension de l’autorité et du système social que cette autorité garantit (Kielmansegg, 1971 : 372). La personne du monarque disposait dans les systèmes de monarchie absolue d’un caractère sacré, comme le montre la doctrine des deux corps du roi : la personne temporelle du roi, mortelle et faillible, n’exerçait l’autorité qu’au nom de sa personne spirituelle, représentante de Dieu et pérenne (Kantorowicz, 1989). Le fondement de droit divin des monarchies absolues européennes est supplanté par un fondement temporel, l’obligation faite aux souverains de rechercher le bonheur de leurs sujets. Volker Sellin (2011 : 81-82) parle de « sécularisation de la dignité royale à l’époque des Lumières3 ». En France, cette idée est développée par Diderot dans l’Encyclopédie4. Or cet affaiblissement de leur légitimité fragilise indirectement la position de ceux qui tiennent leur place privilégiée de l’autorité royale. Ils doivent dorénavant composer avec une opinion publique naissante, comme le montre cette citation de Forster :

  • 5 « [W]egen der Höhe, die [die Großen] bestiegen haben, und von welcher sie auf das übrige Menschenge (...)

« En raison de la hauteur que [les Grands] ont atteinte, et depuis laquelle ils toisent le reste du genre humain, on garde constamment les yeux rivés sur eux, on surveille en permanence leurs faits et gestes, justement parce qu’ils ne peuvent être dissimulés [...]. Chaque individu à la richesse conséquente devient déjà, par les moyens d’agir qu’il a entre les mains, un homme important dans l’État, et à ce titre il doit se prêter et se plier de bonne grâce au jugement de ses concitoyens, à l’instar des personnes dotées de charges officielles5 » (1790a : 153).

9Si une autorité au fondement institutionnel s’exerce des « Grands » vers le peuple, une autorité symétrique, inverse, s’exerce par le biais de la pression de l’esprit public sur les dépositaires de l’autorité publique, car le peuple éclairé a compris que l’autorité détenue par les puissants ne peut venir que de lui-même. Même les individus qui tirent leur autorité de leur richesse sont soumis à la vigilance, au contrôle et donc à l’autorité de l’opinion publique. La partie cultivée du peuple agit comme un juge à l’égard des puissants, que la puissance, paradoxalement, rend vulnérables car ils sont en permanence observés. Cette possibilité d’une contestation, liée à la légitimité désormais politique de l’autorité, est illustrée par Was ist Aufklärung ? de Kant (1784 : 37). Il y critique la duplicité des dirigeants, qui n’acceptent la nouvelle définition de leur légitimité, conditionnée par la recherche du bonheur du peuple, que pour mieux rechercher leur intérêt propre sous couvert de l’état de minorité du peuple. En creux, Kant dénonce la mauvaise foi des despotes, qui n’acceptent pas l’affaiblissement de leur autorité et cherchent à la justifier d’une autre manière, afin de la conserver entière.

10Cette autorité symétrique du peuple sur les figures d’autorité semble admise dans l’Europe des Lumières. Forster, plus jeune d’une génération que Diderot, la considère comme une évidence. Il écrit dans les Ansichten vom Niederrhein :

  • 6 « Das wahre, echte, einzige Eigentum ist in unserm Herzen und Verstande. Auf alle anderen erworbene (...)

11« La vraie, la seule possession authentique est dans notre cœur et notre esprit. Sur tous les autres biens, qui sont extérieurs et acquis, l’homme conserve toujours un droit naturel, un droit qui, même si on y renonce à travers le contrat social, s’exprime cependant sans cesse par la liberté et l’inéluctabilité du jugement porté sur l’usage qui en est fait6 » (Forster, 1790a : 153).

12La figure d’autorité traditionnelle se voit donc dépossédée de son autorité inconditionnelle, au profit d’une autorité octroyée par le contrat social, et les citoyens peuvent s’opposer à la manière dont elle est employée.

13Les recherches actuelles peuvent éclairer la théorie de Forster : selon Jean-Pierre Cléro, l’autorité prétend toujours être autorité d’une chose, qui la légitime, ici la monarchie de droit divin ; or le rapport d’autorité réel est un rapport personnel entre chaque individu et le dépositaire de l’autorité. La monarchie de droit divin n’existe et n’a d’autorité que parce que chacun y adhère et croit qu’elle existe par-delà les individus qui l’incarnent : « Il n’y a […] autorité que parce que le sujet s’oppose à des objets qui paraissent lui venir de l’extérieur, quand bien même il les aurait fabriqués lui-même pourvu qu’il ne le sache pas. » (Cléro, 2007 : 13) En professant l’idée que cette autorité n’a de fondement qu’en nous, Forster en démasque les partisans qui veulent la faire apparaître comme nécessaire. Forster dissocie donc l’autorité théorique de ses représentants actuels, comme nombre des philosophes des Lumières ; mais il ne considère pas comme eux qu’il revient à de bons représentants de s’emparer de l’autorité pour guider le peuple, mais que la période à laquelle il vit voit l’éclosion de forces populaires indépendantes.

Une lecture de l’histoire humaine à travers les sciences de la nature

14Le caractère original de Forster réside dans le parallèle qu’il établit à plusieurs reprises entre la réaction violente du peuple à l’égard des souverains et le travail des forces naturelles en sciences de la nature. Le fait de voir dans les mouvements du peuple une force aussi irrésistible que les forces naturelles présidant, par exemple, à la formation des volcans implique une nouvelle conception du rapport entre le peuple et les figures d’autorité.

15Ce parallèle développé par Forster entre forces naturelles et forces politiques s’intègre dans sa conception naturaliste de l’histoire humaine, une conception nouvelle qu’il partage, à la même époque, avec Herder, dans ses Idées sur la philosophie de l’Histoire. Cette conception elle-même se place à l’aboutissement d’un processus de « naturalisation de la philosophie de l’Histoire » (Gisi, 2007 : 319) au cours des Lumières tardives qui avait commencé avec Rousseau. L’anthropologie, qui se construit à l’époque, se définit justement comme l’application d’un modèle naturel à l’histoire humaine. L’idée que les bouleversements naturels trouvent leur prolongement dans les efforts des hommes pour se développer, participant ainsi de la même logique de perfectionnement et de progrès, existe déjà chez Buffon (1778 : 1342). Paolo Quintili considère que Diderot, dans les articles techniques de l’Encyclopédie, « enlève son ambiguité à l’anthropologie buffonienne » en mettant au jour un « parallèle entre révolutions civiles et révolutions naturelles » (Quintili, 2000 : 98). Forster, grand lecteur de Buffon, est peut-être influencé par cette idée sous-jacente chez Buffon lorsqu’il développe le parallèle entre forces naturelles et forces politiques, à une époque de vraie révolution civile. Quoi qu’il en soit, la formation en sciences naturelles de Forster a eu un poids important dans le développement de cette idée.

16L’histoire naturelle de Forster, tout comme son histoire humaine, voit alterner des phases d’équilibre et de changement. Lors des phases d’équilibre, le peuple est régi par la force d’inertie – une loi qui provient des sciences naturelles – qui le fait continuer son mouvement dans une direction donnée, à la même vitesse :

  • 7 « Die Gesinnungen, die der Mensch durch Erziehung und Gewöhnung erhält, bemächtigen sich seiner so (...)

« Les convictions que l’homme acquiert par l’éducation et l’habitude s’emparent si complètement de lui qu’elles barrent le chemin à toute autre. C’est tout particulièrement le cas des opinions politiques ; l’obstination avec laquelle les hommes tiennent [...] à toutes les institutions établies de l’État ne peut être comparée qu’à ce que l’on appelle la force d’inertie. Leur immobilité et leur déplacement dans une direction donnée ne peuvent être détruits que par des forces vraiment supérieures à cette tendance généralisée des êtres vivants à persister dans leur état actuel7 » (Forster, 1790b : 254).

17Les êtres humains sont si ancrés dans leurs habitudes que celles-ci leur semblent éternelles. Il ne peuvent les quitter que par le choc de forces supérieures et antagonistes, choc qui entraîne une phase de changement : c’est cette opposition surmontée qui est productrice de progrès. Ce processus est valable pour les hommes comme pour la nature. Forster écrit :

  • 8 « Ehe es Menschen gab, […] kreiste hier die Natur, und die Berge wanden sich in gewaltsamen Krämpfe (...)

« Avant qu’il y ait des hommes, […] la nature régnait ici en maître et les montagnes se tordaient dans de violentes convulsions. […] Qui peut savoir à présent par quelles révolutions et après un voyage de combien de milles ces pierres ponces ont été déposées ici8 ? » (1790a : 13-14)

18Pour Forster, cataclysmes naturels et grands changements dans l’histoire de l’humanité obéissent aux mêmes principes. Il décrit les rapports entre les figures d’autorité et les différents ordres de la société, et en particulier, définit les masses en mouvement comme une force à laquelle il est impossible de résister. Si l’autorité royale héréditaire était auparavant conçue comme une quasi-loi naturelle, nécessaire et immuable, la révélation du caractère purement temporel et humain de cette autorité par les philosophes des Lumières en a sapé les fondements :

  • 9 « Menschliche Weisheit und Güte, wie die Erfahrung lehrt, sind nicht vermögend, die Wunden zu heile (...)

« La sagesse et la bonté humaine ne sont pas capables, comme le montre l’expérience, de soigner les blessures que la méchanceté et la bêtise humaine infligent à leur propre genre ; elles ne peuvent pas soutenir l’édifice vermoulu que ces dernières ont sapé pendant des siècles9 » (1790b : 261).

19Pour Forster donc, l’action d’un monarque éclairé ne saurait ralentir ce mouvement mais seulement mettre en danger sa propre autorité.

Un élan irrésistible qui mène à un effacement des figures d’autorité

  • 10 Forster [1790b] : « Er [wollte] Blühte und Frucht, […] zugleich um sich her erschaffen sehen, und n (...)

20Face au choc des grandes forces que sont le Tiers-État éclairé et la noblesse en France, ou les réformes des Lumières et le peuple obscurantiste à Bruxelles, la figure d’autorité semble perdre de son importance : si elle est un administrateur efficace durant les phases d’équilibre, elle n’a plus aucun rôle durant les phases de changement. Pour Forster, les phases de changement sont dominées par ces forces, qui ont certes été impulsées par des dépositaires d’une certaine autorité – qu’elle soit politique, scientifique, morale – mais qui sont désormais hors de leur contrôle. Ainsi, dans la citation suivante, Forster place les lois naturelles au-dessus d’un monarque de droit divin, Joseph II. À propos de ses tentatives de réforme dans le Brabant, Forster écrit qu’il voulut « voir apparaître en même temps autour de lui la fleur et le fruit, [...] mais l’espoir était trop hardi de pouvoir produire tout cela par ses propres forces [...]. On récolte toujours ce que l’on a semé ! Telle est la grande et irrévocable loi naturelle que Joseph méconnut10. » Il s’agit certes d’une métaphore, mais qui confirme l’analogie étudiée ici. Dépouillé de sa personne spirituelle, le monarque n’est qu’un homme parmi d’autres, son action peut être jugée et reconnue comme imparfaite.

21Sous l’Ancien Régime, le monarque avait un rôle d’arbitre entre les différents ordres de son royaume. Les troubles des années 1790 en Europe sont un constat d’échec de cette médiation : de même qu’il n’y a plus de place dans les travaux scientifiques de l’époque, notamment ceux de Buffon, pour une médiation divine dans l’opposition des forces naturelles, il n’y a plus de place pour une médiation d’un souverain de droit divin dans l’affrontement des grandes forces politiques. Qu’il soit conservateur ou progressiste, ce souverain est impuissant si ces forces apparaissent dans son royaume, comme le montre l’analyse par Forster des tentatives réformatrices de Joseph II aux Pays-Bas, qui ont abouti à un échec en raison de la coalition du peuple avec le clergé qui souhaitait défendre ses privilèges.

22C’est dans cette optique qu’il faut comprendre sa comparaison de la force du peuple avec des forces naturelles. À l’échelle de la vie d’un homme, ces dernières apparaissent comme soudaines, irrésistibles et souvent destructrices. En réalité, les sciences naturelles montrent que ces forces ne constituent que la partie visible à l’œil nu d’un processus qui s’inscrit dans le temps long et qui a, sinon un but, du moins une certaine logique interne. De la même manière, la force destructrice du peuple n’est elle-même que l’aboutissement de ce lent travail de sape inconscient du concept d’autorité de l’Ancien Régime. Confrontées à ce déferlement inattendu, les figures d’autorité traditionnelles n’ont d’alternative que d’abandonner l’ancien concept d’autorité symbolique sur lequel reposait leur autorité réelle et tenter de reconstruire un autre fondement à leur autorité, ou de s’y tenir et disparaître avec lui.

23Quelle que soit la situation, l’irruption d’une phase de changement, même impulsée par la figure d’autorité, semble donc conduire pour Forster à son effacement, sa déresponsabilisation au profit de forces qui s’affrontent directement, sans possibilité de médiation. Le parallèle établi avec les sciences naturelles est symptomatique du changement radical de statut des figures d’autorité traditionnelles, qui démontrent leur incapacité à assurer leur rôle de médiateur dans une situation d’intense bouleversement politique. Cette comparaison des forces politiques avec des forces naturelles irrésistibles, novatrice pour l’époque, naît à la fois de l’essor de l’anthropologie, du caractère naturaliste et empiriste de Forster, et du caractère unique des événements historiques dont il est le témoin, la Révolution française. Cette idée sera ensuite reprise par Hegel, puis par Nietzsche (Bertino, 2011 : 24) notamment.

Haut de page

Bibliographie

Littérature primaire

Buffon, Georges-Louis Leclerc [1778] (2007) : Des Époques de la nature, in : Œuvres, Paris (Gallimard), p. 1191-1342.

Diderot, Denis [1751] (1966) : « Autorité politique », in : Diderot, Denis et Jean Le Rond d’Alembert : Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, T.1. Stuttgart, Bad Cannstatt (F. Frommann – Reproduction en fac-similé), p. 898-900.

Forster, Georg [1790a] (1958) : Ansichten vom Niederrhein, von Brabant, Flandern, Holland, England und Frankreich im April, Mai und Junius 1790, in : Georg Forsters Werke, T. 9, Berlin (Akademie-Verlag).

Forster, Georg [1790b] (1974) : Historisches Jahrgemälde von 1790. I. Revolutionen und Gegenrevolutionen, in : ibid., T. 8, p. 234-261.

Forster, Georg [1793] (1990) : Über die Beziehung der Staatskunst auf das Glück der Menschheit, in : ibid., T. 10.1, p. 565-592.

Herder, Johann Gottfried [1784-1791] (1989) : Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, in : Johann Gottfried Herder Werke, T. 6, Francfort sur le Main (Deutscher Klassiker Verlag).

Jaucourt, Louis de [1765] (1966) : « Société », in : Diderot, Denis et Jean Le Rond d’Alembert : Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, T. 15. Stuttgart, Bad Cannstatt (F. Frommann – Reproduction en fac-similé), p. 252-258.

Kant, Immanuel [1784] (1923) : Beantwortung der Frage : Was ist Aufklärung ? In : Kant’s gesammelte Schriften, T. 8, Berlin, Leipzig (De Gruyter), p. 33-42.

Littérature secondaire

Bertino, Andrea Christian (2011) : « Vernatürlichung » : Ursprünge von Friedrich Nietzsches Entidealisierung des Menschen, seiner Sprache und seiner Geschichte bei Johann Gottfried Herder, Berlin, Boston (De Gruyter).

Cléro, Jean-Pierre (2007) : Qu’est-ce que l’autorité ? Paris (Vrin).

Gilli, Marita (1975) : Georg Forster – L’Œuvre d’un penseur allemand réaliste et révolutionnaire, Lille (Atelier de Reproduction des thèses).

Gisi, Lucas Marco (2007) : Einbildungskraft und Mythologie. Die Verschränkung von Anthropologie und Geschichte im 18. Jahrhundert, Berlin, New York (De Gruyter).

Kantorowicz, Ernst (1989) : Les deux Corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen-Âge, Paris (Gallimard).

Kielmansegg, Peter Graf (1971) : « Legitimität als analytische Kategorie », PVS, 12, p. 367-401.

Knopper, Françoise (1992) : Le Regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche. Nancy (PUF).

Lepenies, Wolf (1988) : Autoren und Wissenschaftler im 18. Jahrhundert. Munich, Vienne (Hanser).

Quintilli, Paolo (2000) : « Sciences de la vie politique et Histoire naturelle dans l’Encyclopédie », in : Olivier Bloch (dir.) : Philosophies de la nature, Paris (Publications de la Sorbonne), p. 93-104.

Röttgers, Kurt (1971) : « Autorität », in : Ritter, Joachim (dir.) (1971) : Historisches Wörterbuch der Philosophie, T. 1, Bâle, Stuttgart (Schwabe & Co), p. 723-734.

Sellin, Volker (2011) : Gewalt und Legitimität. Die europäische Monarchie im Zeitalter der Revolutionen, Munich (Oldenbourg Verlag).

Sennett, Richard (1982) : Autorité. Paris (Fayard).

Uhlig, Ludwig (2004) : Georg Forster. Lebensabenteuer eines gelehrten Weltbürgers, Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Marita Gilli (1975) et Ludwig Uhlig (2004)

2 Sur la thématique générale de l'autorité, voir notamment Ritter (1971), Sennett (1982), et Sellin (2011).

3 « [Der] Verzicht [vieler Herrscher auf die Krönung] ist ein Symptom für die Versachlichung der Beziehungen zwischen Herrschern und Untertanen und für die Säkularisierung der politischen Struktur. » Et plus loin : « Die Säkularisierung der monarchischen Würde im Zeitalter der Aufklärung gipfelte in den Artikeln der französischen Verfassung von 1791 über die königliche Gewalt. »

4 On peut à ce titre citer les articles « Autorité politique » (1751 : 898-900), ou encore « Société ». Ce dernier indique : « Le supérieur est [...] redevable aux inférieurs, comme ceux-ci lui sont redevables ; l'un doit procurer le bonheur commun par voie d'autorité, et les autres par voie de soumission ; l'autorité n'est légitime, qu'autant qu'elle contribue à la fin pour laquelle a été instituée l'autorité même. » (1765 : 254).

5 « [W]egen der Höhe, die [die Großen] bestiegen haben, und von welcher sie auf das übrige Menschengeschlecht herabsehen, [hält man] die Augen unaufhörlich auf sie gerichtet, [man bewacht stets] ihre Bewegungen, eben weil sie sich nicht verbergen lassen [...]. Ein jeder allzureicher Privatmann, wird schon durch die Mittel zu wirken, die er in Händen hat, ein wichtiger Mensch im Staate, und in so fern muß er sich billig dem Urtheile seiner Mitbürger in dem Grade, wie die in öffentlichen Ämtern stehenden Personen, stellen und unterziehen. »

6 « Das wahre, echte, einzige Eigentum ist in unserm Herzen und Verstande. Auf alle anderen erworbenen äußerlichen Güter behält der Nebenmensch immerfort einen natürlichen Anspruch, der, wenn man sich auch vermittelst des bürgerlichen Vertrags dessen begibt, sich dennoch in der Freiheit und Unausbleiblichkeit des Urtheils über seine Anwendung immer wieder äußert. »

7 « Die Gesinnungen, die der Mensch durch Erziehung und Gewöhnung erhält, bemächtigen sich seiner so gänzlich, daß sie allen andern den Zugang versperren. Ganz besonders ist dieses mit politischen Meinungen der Fall ; die Hartnäckigkeit, womit die Menschen [...] an allen herkömmlichen Einrichtungen im Staate haften, läßt sich nur mit der so genannten Kraft der Trägheit vergleichen. Ihre Ruhe und ihre Bewegung in einer gegebenen Richtung können nur durch Kräfte zerstört werden, welche jener allgemeinen Tendenz der Naturwesen, in ihrem jedesmaligen Zustande zu beharren, wirklich überlegen sind. »

8 « Ehe es Menschen gab, […] kreiste hier die Natur, und die Berge wanden sich in gewaltsamen Krämpfen. […] Wer kann nun bestimmen, durch welche Revolutionen und wie viele tausend Meilen weit her, diese Bimssteine hier angeschwemmt sind ? »

9 « Menschliche Weisheit und Güte, wie die Erfahrung lehrt, sind nicht vermögend, die Wunden zu heilen, die menschliche Bosheit und Thorheit ihrem eigenen Geschlechte schlugen ; sie können den morschen Bau nicht stützen, den diese Jahrhunderte lange untergruben. »

10 Forster [1790b] : « Er [wollte] Blühte und Frucht, […] zugleich um sich her erschaffen sehen, und nur die Hoffnung war zu kühn, dies alles durch eigene Kraft und Thätigkeit bewirken zu können. Wie die Aussaat, so die Ernte ! Dies ist das große unwiderrufliche Naturgesetz, welches Joseph verkannte. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Hourcade, « Bouleversements politiques et effacement des figures d’autorité », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/1281

Haut de page

Auteur

Emmanuel Hourcade

emmanuel.hourcade@ens-lyon.fr, doctorant en Études germaniques à l’ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page