Navigation – Plan du site
SynTHESES

Entre territoires et réseaux : la réqualification des espaces locaux en France et en Allemagne. Jeux d’acteurs, d’échelles et de projets

Thèse de doctorat en géographie préparée sous la direction de Guy Di Méo, université de Bordeaux 3, soutenue le 5 décembre 2007.
Christophe Quéva

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1990, les États européens explorent de nouvelles politiques d’aménagement et de développement des territoires, mettant l’accent sur la mobilisation d’acteurs à l’échelon local pour élaborer des projets. Dans ce cadre, et dans une perspective comparative franco-allemande, ce travail interroge les modalités de la requalification – au double sens de nouvelle qualification et de valorisation – des espaces locaux, dans deux États présentant un cadre juridico-administratif différent, mais explorant, comme beaucoup d’autres pays européens, les thématiques du projet et du développement local. La loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire (1999) en France, et la réforme de la loi sur l’aménagement (Bau- und Raumordnungsgesetz, 1998) en Allemagne appellent ainsi les acteurs locaux, publics et privés, à se mobiliser pour construire des projets dans une logique de développement endogène (Pays, Regionalentwicklungskonzepte). Ces pratiques contrastent avec des héritages d’aménagements exogènes, en France avec la DATAR, en Allemagne avec la Raumplanung et surtout, à l’est de l’Allemagne, avec la Territorialplanung (ex-RDA).

2L’objectif de ce travail était d’analyser, dans une perspective généraliste, les modalités de construction des projets de développement local en France et en Allemagne, en les interrogeant sous l’angle de l’articulation complexe entre territoires et réseaux, qu’ils soient sociaux ou spatiaux, et en analysant l’enjeu des héritages d’aménagement centralisé, en France et dans l’ex-RDA, pour les pratiques actuelles de développement local.

3La réflexion part de l’analyse de projets de développement dans le cadre de « terrains-tests », en Aquitaine et en Thuringe : le Libournais et le Périgord noir en France, et la région de planification de Thuringe du Sud-Ouest en Allemagne. Ces terrains ont le point commun d’être des espaces d’entre-deux : semi-périphériques aux échelles nationales et régionales, entre le rural et l’urbain, entre difficultés économiques et potentialités de développement, notamment sur le plan touristique. Dans ce cadre, les logiques de développement local sont associées à l’élaboration de projets mobilisant des jeux d’acteurs et d’échelles multiples, autour de deux principales perspectives de construction territoriale par le projet :

  1.  une perspective localiste de cohérence identitaire ou patrimoniale, généralement associée aux espaces les plus ruraux (Périgord noir, Rhön, Forêt de Thuringe) ;

  2.  et une perspective plus structuraliste de cohérence fonctionnelle, dans le cas des espaces urbanisés ou à proximité métropolitaine (Libournais, réseau de villes de Thuringe du Sud).

4Au terme de cette recherche, les expériences étudiées localement ont été rattachées à deux modèles nationaux d’aménagement et de développement local : un modèle français très territorial, fondé sur un idéal de cohésion, et un modèle allemand largement plus souple, informel, valorisant plutôt les réseaux, et davantage tourné vers l’idée de compétitivité – ces deux approches apparaissant comme les déclinaisons d’un possible modèle européen de développement local.

5En termes de jeux d’acteurs, ce travail met en évidence, en France comme en Allemagne, des stratégies relativement proches, dans lesquelles les enjeux politiques et les structures de gouvernement s’imposent face aux enjeux économiques et à la gouvernance, qui sont théoriquement associés aux projets de développement. Ainsi, la mise en œuvre concrète des projets s’associe à une mise à l’écart progressive des acteurs issus de la société civile et à une (re-)territorialisation des projets par l’affirmation des acteurs politiques traditionnels, au détriment des formes réticulaires de l’action (forums, tables rondes, etc.). Par ailleurs, chaque acteur, en s’investissant dans le projet, endosse un rôle qui le conduit à élaborer des stratégies, des alliances, des ruses, afin de jouer le jeu du projet ou, au contraire, de construire un contre-jeu, en s’y opposant.

6Enfin, les espaces de projets s’inscrivent dans des jeux d’échelles spatiales et temporelles complexes. Ils court-circuitent souvent les emboîtements territoriaux pour se manifester par des interrelations croisées entre des échelons plus ou moins construits territorialement – qui entretiennent le caractère hybride des espaces de projet, entre territoires et réseaux. Un système de poids et contre-poids entre les différents niveaux territoriaux et l’échelon local en émergence met en œuvre une mécanique complexe d’interrelations et d’interdépendances entre les échelles de pouvoir et d’action.

7C’est l’ensemble de ces jeux de projets, d’acteurs et d’échelles qui constitue la dynamique plurielle et complexe de la requalification locale. En effet, la notion de jeu est apparue comme une grille de lecture particulièrement opératoire pour étudier cette dynamique. Elle met en évidence une multiplicité et une complexité réelles de l’espace et des objectifs du jeu (jeux de projets), des rôles et stratégies d’acteurs (jeux d’acteurs) et des relations entre les échelons territoriaux (jeux d’échelles), intervenant dans la requalification des espaces locaux. Le tout entretient une certaine hybridation de ces espaces émergents, situés dans un « entre » territoires et réseaux, dont les enjeux épistémologiques et méthodologiques concernent à la fois la discipline géographique et les pratiques d’aménagement, que ce soit en France, en Allemagne ou dans le cadre européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « Entre territoires et réseaux : la réqualification des espaces locaux en France et en Allemagne. Jeux d’acteurs, d’échelles et de projets », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/161

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

chrisqueva@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page