Navigation – Plan du site
SynThèses

Les écritures africaines de soi (1950-2010). Du postcolonial au postracial ?

Thèse de doctorat en en littérature française et francophone, études culturelles et postcoloniales, sous la direction d’Anthony Mangeon (l’Université de Strasbourg), soutenue le 10 juin 2014
Yannick Martial Ndong Ndong

Texte intégral

1Depuis les Confessions de Saint Augustin, on peut identifier une longue pratique autobiographique en Afrique qui s’inscrit dans une triple tradition: une tradition « culturelle » qui enracine cette pratique dans les catégories orales courantes dans les sociétés africaines, la tradition des « slave narratives » ou récits d’esclaves, venue principalement des Amériques et relatant l’expérience de l’Africain en Amérique et en Europe, et enfin une tradition coloniale avec l’édition de témoignages d’indigènes à des fins ethnographiques.

2L’écriture de soi s'est développée dans les différentes langues africaines aux époques précoloniale puis coloniale. C’est toutefois à l’initiative d’anthropologues et d’éducateurs africanistes que les premières autobiographies africaines, souvent rédigées par des instituteurs ou des élèves, ont été collectées, tandis qu’émergeait parallèlement une écriture autobiographique dans le roman africain francophone. Avec le combat anticolonial apparaît une forme nouvelle: l’écriture de mémoires par de grands acteurs politiques africains, qui accentue la dimension réflexive des écritures africaines de soi. À l’ère postcoloniale, l’autobiographie tend ainsi à devenir de plus en plus intellectuelle, oscillant entre l’essai autobiographique et l’auto-analyse.

3À partir d’un corpus majoritairement francophone et anglophone, composé d’auteurs aussi divers que Wole Soyinka, Kwame Nkrumah, Kwame Anthony Appiah, Joseph Emmanuel Nana Appiah, William E. B. Du Bois, Léopold-Sédar Senghor, Lamine Gueye, Amadou Hampâté Bâ, Valentin Yves Mudimbe, Achille Mbembe, Manthia Diawara, Célestin Monga, Barack Obama, Paulin Hountondji ou Rasna Warah, notre thèse retrace les mutations des écritures africaines de soi, de l’ère coloniale à l’époque postcoloniale, en mettant en évidence les formes de dialogue établi entre les auteurs africains et les penseurs africanistes français, pour lesquels l’autobiographie fut bien plus qu’un récit de vie. Les écrits des penseurs africanistes français tels que Michel Leiris, Georges Balandier, Alain Ricard, Bernard Mouralis ou Jean-Loup Amselle offrent une véritable expérience de terrain, donnant lieu à des « essais autobiographiques ». L’histoire d’un parcours intellectuel est ainsi racontée à la lumière de celle d’une vie.

4Dans une double approche d’histoire et de sociologie littéraires, particulièrement appropriée à l’analyse de ces récits, nous empruntons à Jérôme Meizoz la notion de « posture » pour étudier les positionnements esthétiques, politiques et littéraires des écrivains et penseurs africains dans les champs littéraires africains et occidentaux. Nous mettons également en relief diverses modalités d’auto-réflexivité et d’auto-analyse, théorisées par Pierre Bourdieu, pour confronter les différentes postures d’auteurs dans les écritures africaines et afro-américaines de soi. Cette mise en regard permet une réflexion sur les « postures postcoloniales » de nos auteurs, et débouche sur une nouvelle problématique : la visée postraciale ou le dépassement des projets et des interprétations racialistes de l’histoire et de l’identité qui ont caractérisé nombreuses idéologies africaines comme le panafricanisme et la négritude. S’écrire soi-même, c’est-à-dire l’histoire de sa vie, revient ainsi à reprendre possession de soi en tant que sujet individuel et à démanteler le prêt à penser culturel. Les écritures de soi vont ainsi être une manière de relativiser les thèses racialistes et raciologiques et devenir pour les auteurs africains une voie de reconquête culturelle contre toute conception hégémonique de la culture. C’est ainsi que sont nées en Amérique du nord à la fin du XIXe siècle les tendances postraciales, proposant un dépassement de la « fiction de la race ». En nous appuyant pour finir sur l’idée de « postblackness » désormais en vogue aux Etats-Unis, nous tâchons de montrer que le postracial reste davantage un horizon qu’une réalité des écritures africaines de soi, publiées du milieu du XXe siècle au seuil du XXIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Martial Ndong Ndong, « Les écritures africaines de soi (1950-2010). Du postcolonial au postracial ? », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/1706

Haut de page