Navigation – Plan du site
Frontières en question

Après la frontière interallemande

Regards géographiques
Olivier Charlot

Résumés

La disparition pacifique de la frontière interallemande et sa dilution au sein d’un pays réunifié présentent une situation originale d’après-frontière. Celle-ci invite à s’interroger sur ce qu’il en reste depuis sa dévaluation, c’est-à-dire sur ce qui fait (et défait) une frontière. La contribution proposée discute des enjeux de l’ouverture de la frontière RFA/RDA. Elle présente dans le même temps une approche géographique du fait (post)-frontalier, qui étudie l’effacement et la reconversion des frontières. Les questions se posent ici en termes de regards : des regards portés sur les paradoxes épistémologiques de la frontière, appréhendée en tant qu’objet de l’analyse géographique ; des regards tournés vers la situation d’après-frontière à travers l’observation à plusieurs échelles des paysages frontaliers ; et enfin des regards croisés que nourrissent les expériences et les représentations locales. Au final, c’est la notion même de frontière qui est en jeu.

Haut de page

Texte intégral

1De manière paradoxale, dans un contexte de mondialisation, plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de frontières ont été produites depuis le début des années 1990 (Foucher, 2007). Si des murs sont tombés, comme celui de Berlin, d’autres s’érigent : entre Israël et la Palestine, le Mexique et les États-Unis ou à l’échelle des quartiers qui se barricadent. La disparition pacifique de la frontière interallemande offre alors une vision inédite d’après-frontière, qui incite la démarche géographique à questionner les enjeux du devenir de la frontière RFA-RDA ; à s’interroger aussi sur ce qui fait (et défait) une frontière, c’est-à-dire sur la nature et l’évolution de ses fonctions. Selon le modèle de la fonctionnalisation, défini par Paul Guichonnet et Claude Raffestin (1974), la frontière est censée contrôler, surveiller, restreindre, interdire ou exclure les uns et les autres. Or, avec le Traité d’unification en 1990, la frontière perd ses fonctions traditionnelles. Sa défonctionnalisation introduit dès lors la nécessité de savoir ce qui reste de la frontière, d’autant qu’apparaissent de nouvelles fonctions, patrimoniales notamment. L’approche du fait (post)frontalier est posée ici en termes de regards : des regards portés sur les paradoxes épistémologiques de la frontière pour le géographe ; des regards posés sur le paysage post-frontalier et modifiés par les changements d’échelles d’observation, en lien avec le cadre de la réunification allemande ; des regards croisés que nourrissent les expériences et les représentations locales, à partir de témoignages de l’espace frontalier en Allemagne.

Écrire la frontière : un objet géographique ambivalent

2Résultant de la partition de l’Allemagne occupée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et de la création des deux États allemands dans le contexte de la guerre froide, la frontière interallemande correspondait à la partie germano-allemande du rideau de fer qui scindait l’Europe tout entière. Elle s’étirait sur près de 1 400 km de la mer Baltique à l’ex-Tchécoslovaquie. À l’heure actuelle, les quartiers berlinois mis à part, la zone frontière donne une impression d’oubli et d’anonymat alors que cette longue ceinture traverse le pays.

3La frontière interallemande est un espace paradoxal, « à la fois modèle et contre-modèle de la géopolitique des frontières » (Lacquement, 2002 : 9). Du temps de la partition, elle se conforme aux règles de la fonctionnalisation. Elle résulte d’une délégation de souveraineté aux puissances occupantes d’après-guerre, impliquant la création de deux États allemands en 1949 et de deux systèmes idéologiques antagonistes. Objet politique, la frontière n’en est pas moins objet géographique : une structure particulière de l’espace, à la fois linéaire et zonale. En délimitant des territoires au sein desquels se construisent des organisations et des orientations idéologiques, politiques et économiques différentes, elle forme l’« enveloppe continue d’un ensemble spatial » (Foucher, 1991 : 39), avec une cohésion interne telle que les clivages principaux sont décalés en position limite. La ligne, devenue matérielle, technologique et armée en 1961, a même façonné deux zones frontières dissymétriques et dos-à-dos. À l’Est, le Sperrgebiet, une zone interdite d’une largeur de 5 km, forme un glacis de sécurité au sein duquel les populations sont évacuées ou contrôlées. À l’Ouest, le Zonenrandgebiet est une zone de 30 à 60 km de largeur, bénéficiant de subventions spécifiques issues de la politique régionale ouest-allemande dans l’espoir de réveiller ces régions bordières endormies. De part et d’autre du tracé se sont modelées des marges, des no man’s land incertains. Et si le terme allemand de Sperrgebiet fait écho à la fermeture et à l’interdiction, celui de Zonenrandgebiet rappelle bien la bordure. Avant la Wende, la frontière a donc atteint un fort degré de fonctionnalisation, même si elle n’est pas totalement imperméable. Les points de passage entre les deux territoires sont très contrôlés : la barrière s’est perfectionnée, se devant d’être étanche aux yeux du régime est-allemand, et l’instauration de zones frontières répulsives a limité la possibilité d’interface entre les systèmes. En somme, la frontière est en même temps une limite géopolitique active qui individualise deux territoires et une discontinuité spatiale (Grasland, 1997) qui en accroît les différences.

4À partir de 1990, on passe à une logique de défonctionnalisation. Ce contre-modèle frontalier s’exprime par les choix et les effets liés à l’unification et à l’ouverture de la frontière. L’action politique du gouvernement allemand, faisant glisser la frontière vers la limite régionale, fait preuve d’originalité à maints égards : le mouvement est à la fois rapide, pacifique et efficace, à tel point que l’intégration politique précède l’intégration économique, à l’inverse des manifestations classiques de la défonctionnalisation. Cette situation originale pousse le géographe à s’interroger sur ce qu’il advient du fait frontalier, une fois que la limite interétatique n’existe plus : un après-frontière.

Lire l’après-frontière : des observations à plusieurs échelles

  • 1 Notre thèse repose ainsi sur une analyse approfondie et cartographiée des dynamiques frontalières.

5L’Allemagne constitue un observatoire intéressant de dynamiques post-frontalières : l’après-frontière invite à cerner des empreintes frontalières, c’est-à-dire la part restante de la limite et de la discontinuité. Cela revient à s’interroger sur ce qui s’efface, et sur les conséquences pour les sociétés locales et pour les espaces qu’elle traverse. La disparition de la frontière interallemande entraîne des mouvements de recomposition des espaces à son contact en termes socio-économiques, démographiques et politiques (Charlot, 2007). Définis et contraints par la limite, les territoires frontaliers – espaces à la fois vécus, appropriés et délimités – s’ouvrent et se banalisent au sein du pays. Dans le même temps, ils se trouvent dans une situation originale : ce sont des espaces intermédiaires (Roth, 2006), en position d’entre-deux (entre l’Est et l’Ouest), mais aussi voisins et hétérogènes, c’est-à-dire régulés par des flux que favorisent leur proximité et leurs différences. Ces processus de réorganisation spatiale sont représentés traditionnellement en géographie par l’outil cartographique 1, mais le jeu multiscalaire se dévoile aussi dans l’observation de la ligne et de la bande frontalières et la lecture du paysage, objet géographique au croisement de l’objectivité et de la subjectivité. Le regard sur la frontière diffère en effet selon l’observateur et le point d’origine, l’angle et l’échelle d’observation. Il devient point de vue sur des mouvements concomitants : l’estompement de la contrainte frontalière, sa requalification patrimoniale et les discontinuités territoriales qui se perpétuent.

6Les visages de l’ancien Grenzgebiet changent d’expression. Les barrières successives laissent place à la route traversant l’ancien dispositif militaire pour relier les territoires des anciens et des nouveaux Länder. Dans l’ex-RFA, la frontière n’est plus matérialisée et les panneaux indiquent les limites entre communes, Kreise et Länder. Près du tracé, des réminiscences frontalières sont présentes (bornes) et parfois suscitées (monuments de la séparation et de l’unification). À l’Est, les installations militaires ont pour l’essentiel disparu, laissant pour seules empreintes spatiales les objets oubliés et les tronçons de chemins de ronde (Kolonnenwege) qui font désormais office de piste pour l’exploitation forestière et pour la randonnée (document 1). Les dynamiques paysagères témoignent d’un recouvrement de la limite matérielle : son gommage par un front pionnier végétal (l’avancée des lisières forestières sur les landes) et sa colonisation par les nouvelles activités économiques, l’étalement du bâti et la construction de voies. Pourtant selon les cas, l’altération soudaine des paysages, due à la discontinuité matérielle, reste visible ou est rendue comme telle.

Document I : Les herbes sur le béton, entre Eckertal (Kreis de Goslar, Basse-Saxe) et Stapelburg (Kreis de Wernigerode/Harz, Saxe-Anhalt), été 2003.

Olivier Charlot

7Par exemple, si des échantillons de frontière sont oubliés, d’autres sont recyclés, conservés ou mis en valeur. Des items résiduels sont ainsi récupérés par des habitants qui les détournent, des plaques métalliques font office de clôtures privatives de jardins. Cette pratique peut traduire, au-delà de la volonté de ne pas gaspiller, le désir de conserver individuellement un bout de cette histoire collective et l’insertion dans la sphère privée de l’ancien objet ségrégatif et répressif. Par ailleurs, vingt-sept lieux de mémoire officiels de la frontière se répartissent le long de son parcours (document 2). Initiée par les acteurs locaux ou régionaux, la reconversion du dispositif frontalier est, dans certains cas, réalisée sur le lieu d’origine pour en faire un vecteur mémoriel dans l’espace concret.

Document 2 : Lieux de mémoire officiels du rideau de fer allemand dans les Kreise frontaliers. Source : Landesbeauftragte für die Unterlagen des Staatsicherheitsdienstes der ehemaligen DDR, Land Sachsen Anhalt, Magdeburg ; Arbeitsgemeinschaft Grenzmuseen Mödlareuth, 2007.

Olivier Charlot

  • 2 L’ex-frontière (en blanc), les routes nationales, les noms des villages et l’échelle graphique sont (...)

8Vu du ciel, l’ancien rideau de fer allemand est caractérisé à la fois par ses signatures dans l’espace et par les évolutions de l’utilisation du sol. L’effet-frontière se lit par le biais d’images satellitaires, comme sur le document 3, représentant le village de Hötensleben, en Saxe-Anhalt, à la limite du tracé frontalier 2. De l’autre côté, en Basse-Saxe, les carrières exploitées à proximité ne sont reliées à la main-d’œuvre d’Hötensleben que par une voie communale transverse (non représentée) tandis que l’orientation du réseau routier principal est nord-sud, du fait de la limite. D’ailleurs, la ligne de discontinuité s’exprime aussi par la différence de parcellaire aux abords du tracé frontalier : les surfaces agricoles en Basse-Saxe sont plus morcelées et plus resserrées que les héritages de la collectivisation agricole.

Document 3 : Image satellitaire des espaces entre Schöningen (Basse-Saxe) et Hötensleben (Saxe-Anhalt), 2002 .

TravelTainment AG, Aachen

  • 3 Notamment la loi fédérale sur l’environnement de 2002.

9Enfin, les cicatrices paysagères se donnent à voir sous la forme d’un ruban se déroulant le long de l’ancien tracé en alternant les surfaces à végétation basse, les tronçons de barrières barbelées et les chemins de ronde tranchant le paysage adjacent, forestier ou agricole (document 4). La ceinture frontalière est bien souvent devenue une niche écologique, permise par la moindre présence de l’homme pendant la partition, et suscite la convoitise des acteurs de la conservation : elle forme une « bande verte » (« Grünes Band ») d’écosystèmes, partiellement protégés par les lois sur l’environnement 3 et par le réseau associatif écologiste (en particulier « BUND e.V. »). Ainsi, la zone frontalière se dote de fonctions patrimoniales et récréatives ; la rupture végétale constitue à la fois un héritage de la discontinuité, un vecteur de la mémoire et un enjeu de requalification des paysages frontaliers. En fin de compte, les traces de la partition ne sont plus de simples vestiges mais bien des tracés, c’est-à-dire des réécritures de l’espace qui diffèrent selon la signification à donner. Car le souvenir et le devenir de la frontière sont liés : la barrière séparatrice, son effacement et ses effets nourrissent des représentations contemporaines plurielles, surtout chez les riverains de la frontière. Le visible devient polysémique.

Document 4 : L’ancien ruban frontalier dans le massif du Harz en hiver 2002.

Olivier Charlot

Raconter les frontières : murs invisibles, murs mitoyens

  • 4 Traitement qualitatif d’entretiens semi-directifs de vingt interlocuteurs dans l’ex-Grenzgebiet ; i (...)
  • 5 Voir les enquêtes menées localement entre la Bavière et la Thuringe (Armbruster et Meinhof, 2003 ; (...)

10« Vu d’ici et vu d’en face » : l’expression recouvre en fait une pluralité de regards croisés. Au cours des entretiens menés auprès d’acteurs locaux 4, ceux-ci ont souvent exprimé leur émotion à l’égard de leur jeunesse ou de leur enfance. « Du temps de la RDA » renvoie à ces étapes de la vie, aux relations avec les autres (la famille, les amis, le groupe), avec lesquels une « solidarité particulière » se tissait apparemment plus facilement, sans doute aussi dans un contexte socio-économique rassurant : « pas besoin de se faire du souci pour le travail, la crèche ou la retraite », « on était jeunes ! » Près du mur, les histoires heureuses ou malheureuses se passent dans la Heimat (« le pays où j’ai grandi »). L’État SED était vécu – comme ailleurs en RDA – à travers l’impossibilité du franchissement et la privation de libertés (« le mur, c’était l’interdiction de se déplacer »), mais aux abords de la frontière, les représentations furent particulières et évolutives 5 : les habitants ont pris progressivement l’habitude de la frontière, coupant l’espace vécu à coups d’interdits douloureux, puis de la mise en place de la zone de démarcation militarisée gelant toute relation avec les voisins d’en face. La barrière physique se doublait d’une délimitation mentale des deux côtés, faisant prendre conscience d’une altérité : l’expérience frontalière était vécue (puis racontée) différemment à l’Ouest et à l’Est. En même temps, dans le Sperrgebiet (en RDA), l’espace frontalier était approprié et il devenait celui du quotidien. La frontière se banalisait dans le paysage. À l’Ouest, extérieure, elle restait une curiosité et un spectacle qui instituaient un sentiment de supériorité sur celui que l’on n’était pas. Par ailleurs, la frontière était considérée, dans le Zonenrandgebiet, comme une marge silencieuse (« il n’y avait pas beaucoup de circulation sur les routes »), une fin de terres (« on ne pouvait pas aller au-delà, alors on n’y allait pas »). Elle représentait aussi une distance et un temps parcourus pour voir les proches de l’outre-frontière (« on se rendait au point de contrôle où l’on devait attendre, puis c’était encore loin »), diminuant la fréquence des visites (« c’était compliqué, on y allait moins souvent »), distendant des liens, et s’installant dans l’espace vécu, parcouru et perçu (« depuis le temps, on s’y était habitués »).

11L’ouverture de la frontière introduit alors une euphorie immédiate et une adaptation des groupes à la situation d’accessibilité et de mitoyenneté. Après la réunification, les occasions sont prises pour célébrer les retrouvailles et ritualiser les partenariats à venir. Les liens interpersonnels et officiels conduisent les administrations, les élus et les associations locales à sceller des jumelages et à construire des symboles marquant le territoire frontalier et matérialisant la mémoire à transmettre. Pourtant, la réorganisation des tissus socio-économiques n’évite pas le maintien de barrières mentales : vu de l’Est, l’Ouest reste méconnu et flou, l’endroit où l’on va travailler ; à l’Ouest, l’Est est perçu comme secondaire. D’ailleurs se rendre dans l’Est proche n’est pas si « naturel » : « on n’a pas vraiment de raisons d’y aller quand on travaille et qu’on vit à l’Ouest », « on y va parfois, pour voir ». Les relations économiques entre les bassins d’emploi voisins et les flux de main-d’œuvre – même asymétriques – permettent aux communautés de se reconnaître et de « s’apprivoiser » en se côtoyant dans l’entreprise : « les différences entre les Ossis et les Wessis ne sont pas les plus fortes dans l’entreprise. On sait reconnaître quand un collègue vient de l’Est ou de l’Ouest par son accent notamment, et on en plaisante ». Mais les liens professionnels ne sont exempts ni de tensions, ni de difficultés d’acceptation, comme l’indiquent les témoignages ci-après recueillis dans le massif du Harz.

  • 6 Par l’envoi de cartes de vœux ou la possibilité de visionner des films sur la région pendant la RDA (...)
  • 7 Les Grenzkreise de l’Est proche continuent de bénéficier d’aides fédérales et européennes, même si (...)

12L’activité touristique, par exemple, atteste de crispations entre hôteliers voisins. Peter G. possède une grande maison transformée en pension hôtelière dans un quartier huppé de la ville de Wernigerode. Contremaître, il a décidé de se réorienter à la réunification : « Après la Wende, ma carrière dans l’entreprise s’est arrêtée avec l’entreprise, et comme je n’étais pas dans le SED, je me suis reconverti en gérant. » Propriétaire du bâtiment, il reçut « une offre de crédit avantageuse » par la Deutsche Bank et des aides publiques à l’installation. Désormais, il accueille des touristes de « l’Ouest pour 70 % d’entre eux » pour une moyenne de 8,3 nuits – une durée attribuée à la fidélisation des pensionnaires grâce au « lien maintenu » avec eux 6. Les tensions avec les professionnels des régions voisines sont aussi rapportées. Par exemple, sur la route B 27, un petit pont autrefois coupé et près duquel les habitants célèbrent chaque année l’ouverture de la frontière, est le théâtre de barrages sporadiques par des camions abandonnés : les nouveaux voisins sont aussi de nouveaux concurrents. Autre exemple, dans le Kreis voisin d’Osterode, la gérante d’un hôtel familial à Walkenried s’inquiète de la difficile conjoncture pour les professionnels locaux. « Il y a moins de visiteurs et ils restent moins longtemps qu’avant. Et les hôteliers à l’Est, à Wernigerode, Hasselfelde ou Benneckenstein, reçoivent de l’argent pour s’installer, eux ». Ces témoignages informent en particulier sur la fierté que procurent l’accès à la propriété et la réussite professionnelle, et la rancœur que suscitent une concurrence jugée inéquitable et la reformation de discontinuités dans l’après-frontière 7.

  • 8 Prêts en lits d’hôpitaux, conseils d’administration et formation des sapeurs-pompiers.
  • 9 Structure regroupant des Kreise limitrophes pour la promotion du pays harzois.

13Cette situation ne concerne pas uniquement le tourisme, mais préoccupe également les acteurs du développement régional. Les directeurs des Services pour l’aménagement du territoire des Kreise de Goslar et d’Osterode, contigus à la Saxe-Anhalt et à la Thuringe, exposent leurs doutes avec clarté : « comme chaque Land a ses structures, son programme de subventions, il est difficile de travailler ensemble pour un développement général, ou alors pour des petits projets locaux ». Les relations sont pourtant empreintes de solidarité et de « courtoisie » : dans les Kreise jumelés, les administrations occidentales sont venues en aide à leurs homologues de l’Est 8 et des coopérations ponctuelles se sont nouées pour la mise en œuvre du réseau routier transrégional et pour l’opposition à l’installation d’éoliennes. Depuis, les relations se sont « normalisées, comme avec n’importe quel voisin », une réunion commune des parlements a lieu chaque année. Aux complications liées au fédéralisme, s’adjoignent les différences de perception. Par exemple, les aires de diffusion de la presse locale reproduisent les limites régionales. Ainsi, le Goslarische Zeitung insère des feuillets sur les nouvelles à Brunswick tandis que la Volksstimme lue à Wernigerode est distribuée en Saxe-Anhalt. Après la réunification, une « édition sœur » de la gazette de Goslar fut créée pour Wernigerode avec des pages locales spéciales, mais elle fut un échec auprès des habitants, qui lui ont préféré la Volkstimme. Chaque journal concerne son territoire et renvoie à son Oberzentrum, sans « donner les nouvelles » des voisins. « C’est important pour l’identité régionale ! Le Regionalverband Harz 9 a essayé en vain avec un journal mensuel Harz d’informations locales. Chacun regarde son lieu puis la grande ville dont il dépend ». Pour les acteurs locaux, il y a bien une distinction entre les identités régionales, mais aussi un décalage dans les représentations de part et d’autre de la limite, notamment sur l’idée même de frontière. « À l’Ouest, il n’y avait pas de prise de conscience de la proximité des espaces de l’autre côté, tandis qu’à l’Est la frontière se matérialisait concrètement : ne pas pouvoir se déplacer. »

14Les Grenzregionen continuent donc de connaître des effets de séparation liés à la limite, malgré l’interpénétration des espaces économiques voisins, les relations et les flux qu’elle induit : au contact de l’ancien rideau de fer allemand, les voix sont partagées. Si les remparts de béton, indispensables au système de la RDA, sont bien tombés, la disparition des murs dans les têtes s’inscrit dans une temporalité tout autre. La diversité des rapports qui se nouent entre les individus et la frontière se prolonge dans la divergence des regards portés sur l’après-frontière. Les solidarités, en particulier socio-économiques, se sont tissées mais restent difficiles à maintenir dans la durée ou s’accompagnent de nouvelles divisions nourries par les lignes de partage : l’ancienne frontière semble laisser place non sans ambiguïtés à des murs à la fois invisibles et mitoyens.

15À l’heure où les frontières européennes se fragmentent ou s’agrègent, le devenir de la frontière interallemande offre un éclairage original sur la notion de frontière qui semble muter en même temps que la frontière, en quelque sorte alter-fonctionnalisée : après avoir perdu ses fonctions et ses significations classiques, celle-ci en prend de nouvelles, différentes. Elle se caractérise moins par la délimitation et l’appropriation du territoire national que par la régulation des différences et des relations entre territoires, entre soi et l’autre. En quelque sorte, elle est simultanément mur, passeur et passage. Mur, elle organise des espaces frontaliers empreints de leurs héritages sous la forme de marges, de discontinuités paysagères et socio-économiques, ou encore de barrières mentales. Passeur, elle prend le statut de référent géographique au titre de patrimoine visible dans le paysage et enjeu de mémoires : un passe-muraille tissant des liens identitaires au territoire. Passage, elle bouleverse les espaces à son contact en les rendant intermédiaires et accessibles, voisins et différents, partenaires et concurrents. Et comme tout passage, elle est « successivement et à la fois, un avant et un après, un ici et un là-bas, séparation mais adhésion, perte mais gain, désidentification mais identification » (Soudière, 2000 : 8). De quoi nourrir de nouveaux regards.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary, Anne-Laure et Marie-Christine Fourny, dir. (2006) : Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe. La Tour d’Aigues (Éd. de l’Aube).

Armbruster Heidi et Ulrike Meinhof (2003) : « Vécu et perception de la frontière entre la RFA et la RDA », Revue Géographique de l’Est, 4, p. 151-160.

Charlot, Olivier (2007) : « L’ancienne frontière interallemande : mémoire et recomposition des espaces frontaliers ». Thèse de doctorat (université de Perpignan).

Foucher, Michel (2007) : L’Obsession des frontières. Paris (Perrin).

— (1991) : Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique. Paris (Fayard).

Grasland, Claude (1997) : « La discontinuité en géographie », L’espace géographique, 4, p. 297-308.

Guichonnet, Paul et Claude Raffestin (1974) : Géographie des frontières. Paris (PUF).

Lacquement, Guillaume, dir. (2002/2004) : « Géographie de la frontière interallemande : recompositions territoriales dans l’ancienne zone frontière interallemande depuis la réunification », Territoires en Mutations, 9, Montpellier (UMR 5045 MTE).

Le Pollotec, Kristel (2004) : Allemagne de l’Est : la frontière invisible. Paris (Bartillat).

Meunier, Valentine (1999) : « Nous étions au bout du monde, nous sommes au centre de l’Allemagne. L’unification à la frontière interallemande », Revue d’Allemagne, 1, p. 99-106.

La Soudière, Martin (de), dir. (2000) : « Le paradigme du passage », Communications : Seuils, passages, 70, Paris (éditions EHESS), p. 5-31.

Haut de page

Notes

1 Notre thèse repose ainsi sur une analyse approfondie et cartographiée des dynamiques frontalières.

2 L’ex-frontière (en blanc), les routes nationales, les noms des villages et l’échelle graphique sont représentés à partir de l’image retravaillée.

3 Notamment la loi fédérale sur l’environnement de 2002.

4 Traitement qualitatif d’entretiens semi-directifs de vingt interlocuteurs dans l’ex-Grenzgebiet ; ils avaient entre 20 et 50 ans à l’ouverture de la frontière et sont des experts locaux : responsables des collectivités territoriales, dirigeants de structures spécialisées dans l’économie régionale, l’aménagement du territoire, l’environnement et le patrimoine. Les citations dans les paragraphes suivants en sont issues.

5 Voir les enquêtes menées localement entre la Bavière et la Thuringe (Armbruster et Meinhof, 2003 ; Meunier, 1999).

6 Par l’envoi de cartes de vœux ou la possibilité de visionner des films sur la région pendant la RDA …

7 Les Grenzkreise de l’Est proche continuent de bénéficier d’aides fédérales et européennes, même si leur volume diminue.

8 Prêts en lits d’hôpitaux, conseils d’administration et formation des sapeurs-pompiers.

9 Structure regroupant des Kreise limitrophes pour la promotion du pays harzois.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Document I : Les herbes sur le béton, entre Eckertal (Kreis de Goslar, Basse-Saxe) et Stapelburg (Kreis de Wernigerode/Harz, Saxe-Anhalt), été 2003.
Crédits Olivier Charlot
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/194/img-1.png
Fichier image/png, 174k
Légende Document 2 : Lieux de mémoire officiels du rideau de fer allemand dans les Kreise frontaliers. Source : Landesbeauftragte für die Unterlagen des Staatsicherheitsdienstes der ehemaligen DDR, Land Sachsen Anhalt, Magdeburg ; Arbeitsgemeinschaft Grenzmuseen Mödlareuth, 2007.
Crédits Olivier Charlot
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/194/img-2.png
Fichier image/png, 8,0k
Légende Document 3 : Image satellitaire des espaces entre Schöningen (Basse-Saxe) et Hötensleben (Saxe-Anhalt), 2002 .
Crédits TravelTainment AG, Aachen
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/194/img-3.png
Fichier image/png, 418k
Légende Document 4 : L’ancien ruban frontalier dans le massif du Harz en hiver 2002.
Crédits Olivier Charlot
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/194/img-4.png
Fichier image/png, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Charlot, « Après la frontière interallemande », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/194

Haut de page

Auteur

Olivier Charlot

Articles du même auteur

Haut de page