Navigation – Sitemap
Excès et sobriété

Excès et sobriété. Construire, pratiquer et représenter la mesure et la démesure. Introduction

Exzess und Entsagung. Konstruktion, Praktik und Repräsentation von Maß und Maßlosigkeit. Einleitung
Julien Beaufils, Solenn Carof, Anne Seitz und Philipp Siegert

Volltext

1L’anecdotique peut avoir une place dans la recherche, quand il se pose comme une interrogation initiale qui fait appel à la curiosité et au désir de comprendre. Cette méthode heuristique peut partir d’une simple expérience, comme chercher le mot « excès » dans un moteur de recherche. La première occurrence proposée en français est alors « excès de vitesse ». Lors de la même expérience – en allemand cette fois – avec le mot « Exzess », le moteur de recherche nous suggère un club échangiste autrichien. Sans vouloir prétendre à une généralisation, et bien entendu aucunement à une essentialisation de ces disparités, nous nous permettrons de formuler une première impression sur les acceptions de ces termes dans les deux sphères linguistiques : l’« Exzess » nous semble être investi d’un jugement moral beaucoup plus fort que l’excès qui, lui, renvoie à un dépassement certes critiquable, mais plus fréquent, pour ne pas dire banal. Si le Trésor de la langue française (TLF) qualifie l’excès d’« acte d’aller au-delà de ce qui est permis » et, de manière plus générale, de « type de comportement caractérisé par le dépassement de la mesure », le terme « Exzess » évoque « Ausschweifung, Hemmungslosigkeit, Maßlosigkeit, Orgie » (Duden, 2016). En français, les « excès de zèle », « de table », « de langage » ou « de pouvoir » caractérisent un comportement transgressif de la norme, mais sans revêtir le caractère inouï et révoltant présent dans l’acception d’« Exzess ». Le lexique du Vocabulaire technique et critique de la philosophie, édité par la Société française de philosophie, donne d'ailleurs comme équivalent allemand du terme « excès » non pas « Exzess », mais « Übermaß ». En effet, l’« Exzess » ressemble plus à l’hybris, à la faute fondamentale (et impardonnable) décrite dans l’antiquité grecque.

2Si les deux acceptions apparaissent différentes au premier abord, elles recouvrent cependant des notions similaires. Dans les deux langues, l’excès et l’« Exzess » sont empruntés à la même source latine : « excessum », une forme nominale du verbe « excedere » qui renvoie en latin classique à « sortir », et en latin chrétien à « écarts, fautes, péchés ». (TLF, 2016) Ces deux acceptions, l'une normative, l'autre morale, reflètent deux traditions dont notre conception occidentale de l’excès a hérité : la tradition biblique et la tradition grecque. Dans les deux cas, l’excès révèle l’importance de la régulation par la société, considérée comme nécessaire à la vie en communauté entre mortels (« terrestres »), mais qui est en même temps profondément liée au Divin.

3Dans le texte biblique, l’homme est créé sans la conscience de l’excès. C’est la première transgression, celle du péché originel – manger le fruit de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal – qui donne à Adam et Ève la conscience des limites (et la possibilité de les transgresser). Cette transgression première fait naître deux sentiments : la crainte de Dieu et le sentiment de pudeur, qui établissent en quelque sorte un étalon, une mesure nécessaire à l’évaluation de tout excès.

4La vision grecque de l’excès est, elle aussi, profondément liée au Divin : la thématique de l’hybris ne se comprend que dans le rapport qu’entretiennent les hommes aux dieux. L’excès qu’est l’hybris est une attaque contre ces derniers car lorsque l’homme tente de sortir de sa condition, il met en danger la distinction entre le monde humain et le monde des dieux (qui, au demeurant, sont, eux, de grands adeptes des conduites excessives). La juste mesure est donc aussi une attitude d’humilité dans le rapport de l’homme avec les dieux, et les excès s’inscrivent, eux aussi, dans le culte religieux, comme dans les Mystères d’Éleusis.

5S'il découle de cette dimension théologique, l’excès n’en demeure pas moins un vecteur de cohésion entre les hommes. La démesure individuelle ou collective met en danger la société dans son ensemble, ses fondements, ses équilibres, ses hiérarchies. Au delà de cette dimension sociétale, la pensée grecque développe également une conception de la mesure comme vertu sur un plan individuel, un outil pour mieux vivre. Aristote établit ainsi dans son Ethique à Nicomaque un lien entre l'observance du juste milieu et la recherche du bien. Ces théories seront d'ailleurs reprises dans le christianisme, en particulier à travers Thomas d’Aquin.

6De ces deux traditions, biblique et grecque, découle ainsi une définition de l’excès en lien avec la transcendance, c’est-à-dire le divin ; une détermination de l’excès dans son rapport avec la loi, autrement dit dans le danger qu’il représente pour une certaine conception des rapports sociaux, de l’état de droit et de la justice ; et enfin une réflexion autour de l’excès comme fondement – avec son opposé, la juste mesure – d’une éthique individuelle et non purement sociétale : l’ermite est lui aussi porté à rechercher la juste mesure, comme équilibre individuel.

7Malgré ces origines religieuses, la notion de l'excès n'a pas disparu avec la laïcisation qui caractérise certaines de nos sociétés occidentales contemporaines. La société de consommation semble inventer chaque jour de nouveaux produits et autant de nouveaux besoins, obéissant à la logique d'une croissance économique à la fois promesse et dogme. La vie individuelle est également confrontée aux logiques de performance – professionnelle, personnelle, financière ou autre – dans lesquelles la réussite se mesure à l’aune du dépassement de soi. Logiques indéniablement présentes dans nos sociétés, mais loin de faire l’unanimité pour autant. Au contraire, force est de constater une progression récente des tendances « mesurées » : de nombreuses voix s’élèvent – souvent à partir du 19e siècle – pour critiquer les excès économiques, ceux d’alcool et de drogue ou la consommation de masse, tout comme, plus prosaïquement, les excès de vitesse ou les débauches alimentaires. Aujourd’hui, de nouvelles tendances, souvent caractérisées par des adjectifs comme « slow » ou « durable », prennent leur essor et valorisent la modération en toute chose, voire la décroissance et la recherche de la frugalité plutôt que de l’abondance.

8En outre, il est incontestable que les sociétés occidentales actuelles dénoncent davantage certaines pratiques excessives jusqu’alors tolérées ou tout du moins passées sous silence : dénonciation des violences contre les plus faibles, des violences conjugales, ou encore des abus du système éducatif. La critique de ces comportements – dans le présent ou dans le passé – indique une volatilité des normes sociales, bien qu’à chaque époque des textes légaux et des mœurs tendent à fixer et réglementer les comportements dans la société. Si les valeurs et comportements excessifs sont souvent le simple reflet – négatif – des normes sociales, ils peuvent également devenir productifs lorsqu’ils servent à défier les limites imposées aux hommes. L’excès deviendrait par ce biais-là un moyen d’émancipation légitime (Koller, Schrödl, Schwantner, 2009 : 8).

  • 1 A titre d’exemple : Koller, Edeltraud, Barbara Schrödl et Anita Schwantner, dir. (2009) : Exzess: V (...)

9Cette ubiquité de la démesure – et sa critique – se reflètent évidemment dans l’actualité de la recherche, très souvent d’ailleurs sous forme d’ouvrages collectifs interdisciplinaires.1 À l’instar des notions de frontière ou de transgression, le dépassement – la raison d’être de son existence – semble appeler à une analyse qui traverse les disciplines. Les sciences sociales apportent des éclaircissements sur la construction des normes et, pour les disciplines juridiques, sur l’encadrement légal de certaines pratiques. Les sciences du langage et de l’audiovisuel permettent de comprendre les structures du discours ainsi que les différentes expressions de l’excès, tandis que les études littéraires, théâtrales et cinématographiques apportent des analyses théoriques et empiriques sur les modalités de sa mise en scène ou de sa mise en œuvre. En philosophie enfin, la réflexion sur l’excès est mobilisée pour interroger la nature de l’homme et son rapport au monde : de la théorie du juste milieu chez Aristote, en passant par Friedrich Nietzsche jusqu’à Georges Bataille et Michel Foucault, nombreux sont les philosophes qui ont exploré les potentiels de mesure et de démesure.

10Partant du constat que l’excès et ses corollaires – la mesure ou le respect de la norme – permettent de sonder les sensibilités d’une époque et ne peuvent être appréhendées qu’en lien avec leur inscription temporelle et situationnelle dans un système de références, normes et valeurs, ce dixième numéro de Trajectoires propose d’interroger la notion d’excès dans les sciences humaines et sociales. Celle-ci sera analysée sur un plan théorique et épistémologique ainsi que sur un plan empirique, afin de saisir ses éléments constitutifs au même titre que ses mobilisations variables dans des contextes spécifiques. Nous proposons ainsi trois pistes de réflexions autour de l’excès. Celles-ci ouvrent trois tensions productives, permettant d’appréhender l’excès dans sa généralité et dans ses manifestations à la fois concrètes et éphémères :

11(1) la tension entre mesure et démesure, qui recoupe à la fois une dimension quantitative et une dimension morale. La mesure est valorisée moralement lorsqu’elle évoque le principe d’un équilibre ou d’un juste milieu tandis que la démesure peut être tout autant critiquée moralement que défendue par certaines instances religieuses ou politiques (dans certains cas, les comportements extrêmes comme le meurtre peuvent être valorisés). À l’inverse, la sagesse peut être perçue comme une capitulation ou une résignation, ainsi que le fait Cioran dans La Chute dans le temps, lorsqu’il l’associe à une forme de stagnation (Guerrini, 2002).

12(2) la tension entre la norme et la transgression, qui fait référence à un rapport de force. Selon Foucault, la définition d’une norme va de pair avec un « pouvoir » – tout comme les tentatives de défier cette norme expriment, elles aussi, une stratégie de contournement ou de remise en question consciente de l’autorité qui l’a imposée.

13(3) la tension entre la continuité et la rupture : comme tout excès peut être considéré comme le dépassement d’une limite, il constitue un événement en soi et engendre une notion de temporalité (avec un « avant » et un « après », voire un « pendant »). Cette temporalité permet d’insister sur la difficulté de désigner des pratiques ou des valeurs « excessives » en soi. L’excès ne peut se comprendre que dans un contexte historique, social et biographique particulier. S’il est intéressant d’étudier les pratiques qui perdent ou prennent cet étiquetage d’excès, il l’est tout autant de voir que certains comportements ou valeurs peuvent être en même temps le signe d’une rupture et d’une continuité avec les normes d’une société particulière.

14Les articles de ce dossier thématique s’articulent autour de ces trois questionnements principaux – le « trop », le rapport à la norme et la temporalité de l’excès. Ces questionnements sont bien sûr des constructions heuristiques, qui ne prétendent pas à une distinction bien définie entre les différents éléments qui constituent un excès, mais qui se chevauchent, se complètent et constituent, à leur tour, des tensions productives entre les différentes composantes de ce qu’est l’excès. Les auteurs analysent donc différentes configurations « excessives » à des moments précis, qui traversent l’ensemble des sciences humaines et sociales, sur la constitution, la pratique et la représentation des excès en France et en Allemagne.

Mesure et démesure: le seuil du « trop »

  • 2 « Ein Fest ist ein gt!Si le 2...)
  • 2(3) lexbantage ce Gancei la s La CAquismati qum>, édautrs tol diffre aux homps le conshréea,crite das s La Ceem>3...)

9Si lestravers le prips le les excâg ceuxest la preération en la démajté quidphilosophes qui et sa,ec les, comdémajté quidphinon-losophes quisi por et bieshidanséfendue rontre ces « excvi comptula ho – toul’auntar des Aquitote étge ce mas d’Aquin. < toutains comeurs anasent emprfce. de sa giséf, Clarechebs ainne cutains cnstitembus, démesure peans les>La Nsance du Be transggitéem>, édedrich Nietzsche jusosé,insi quequi estsapport àu Divd enysia, socl’aunès, maila nortembuté et danl’auntarpiron, ainchaqe’il repfinitionmme le aitile enn’est-à-dire le ronnelle , ble queétiqlibre o Si Il Allde paime temr intSigm PhiFreudi, luis La T ét ÈvTabs m> (TLF1913),dique unenormessair de l’excès. Cmme le rent,lmmunauté e l(icirsqus consé comon serfunaires, t) class="footnotecall" id="bodyftn1" 2"ef="197n1">2..2> À Loteurde lépassement de lectifs i Èvtati i la quent,nt danrises ns la soctérairet, qui re qusodans le ddiffre auxexctati  » à dans le ddiffre auxexcmacab »), class="footnotecall" id="bodyftn1" 3"ef="#ftn1">3..3> À Lamesure, quis certa remen,t valorisée morme le démar des texmes auxt quceuxapes dansexcèment,rute chofois rdu Be ts peuvaons de de l’ touvoir ns la les sent rntre cô à le doin dles coménement ene les excre ommes. La >

10Si les amension morale. tionh N et sa testablenh N et ble des difinhentes cila norsion entre mesure et démesure, quice est de constater une la démration en le re une vtre –éments q,antitatfles dtte fois ui recouie à un dimite, i un (pas di)uvaon SLépassement d la pià rec mesure né pour faiore de, rec mesure naités d,trs tol l’excès et en aui, ren dispesure n’est la difc trop », l aitriquetagi ne p proéressanteis certautoxcommle détrop », l ablit ainsystl du éniaitionce, ses est perm int crittitutifs a la frugative,d’une norntifie de ividuelle ou colun jusgre à.mmercins l’actuxur uiva q,antiterroger lus prosais, qent liéouvoir  défier ion de lc trop », le raontre ltion - ui se carticulent autour de ces temier abostionnements st explommunaut staginterressanter mondet d’ussant gntre les état de tromativl et un état de troessifs s. (TL>

14L’aneccles d st>La rong>Jul trong>19(3) crite d dépours ainonomique à cathre partsent ou désirbdu moiro style="font-variant:small-caps;">19<20pan>e siècle – se eler li un fére etn plaptula le dessidéré comme le essifs s soi.auntarpirone l’audrégiquee la régulme de iales, cathre par les mmrale la réurss="uetagette temsée gremologe d’une rupstruction des un justrop », l ptula le en pasilisationotre ant danaudosé,in entre le montrobmorahiesnot et un éttrouser, Cterromrien »). ,i estsareprje avecuofessi’une cmrale reflveque u du conpours ain l’excécartmiquearacttive et et mitéaluat

13En Craire, ft à uneconstruction des une cpours ainmration, quiro style="font-variant:small-caps;">19(3) peut n jus la diffesure peula phil aga desnaz donen dnann « aprp », l aies.allt, et biosciablqcomme uneaudl pr les étmple : termâtraleeula Bad SeSibergonstrçuur les drmâtraleeula se, t passnfo"nsir, Bad SeSibergrvent appeva qut autpartettronses «ms danscène ou dimension moisparuosonrnnemes quterTs qume numRe Niette temmesure – et snrmes de la nds a tousion , de anecmbin entre forcratio – dana analysée surme une cpassement de leiente d valegiqires. sion à la re lcoïnentars valeurs et viri et cinhentouemenms danscmplrgdans le raistele excr les norré prodenh oues quilveque u de le doie ligeo –naz

5La meritées valeuns dm> (TLaneElidisCane tautrysée sur le ro style="font-variant:small-caps;">19(3)e moteent gntriedagque ainble des iathodement queosé, l l’ de faistituent,ne prorésentation des eice es,s amse, t cane taent contarnes «lences conconshaoe de l’asignerresgion en. Rucat, i un 29tuels, ce di méte, t pégactérisées p le dexcécatqueion quiiales, , et en pas drvi pas à unere etn plne c et danlsaudosé,er moxus du souvoir t autanxin dl pi">5lesidqui permar deliéouglemitout a leres. Léaprp », l séfére ou dift autant de la mêmultication/rss analels, c’à chaphil lifation en doin dlut a leres. s,antitertution, ln le la modmesure –aines e lienconstifien e essetence –gal de

Normes et transgressions ou : l’excès à travers le prisme des rapports de force

2excDer ion desgew< », une un justrovoir  défier ior). CetPcclesux à uneconstruction desee la mêm en question con normes et’excès n’en a dif à tl ent une cont-vcn quiiales, ais quisi une attt-vcn quiitiques (. Ai qu,ècaphilluticu terme le iquetagetn plneion="hmme le essifs veflvi à défiecent n plneion="hmune rit appettativeoià une géme ex,excès nt partirs unere en lveque u drme une ce dl vocon, quire un réfletantquand il lanalels, cycoupe t tror lesfier ce, le recient traexplorecient tr,s normes dablit aeCes quensgressions ouvent être en finie enoten,in vnt lorsqu’elle éont biems danscvre. E le doipe s alismevigitims qute société, cons sansocritiquée mosand il es dénure paliéout appdphiloption ouénonfavsée mosp>
  • 1Les Ne ant dans l’act>excHote ipeula phiSexuté etm> (TLF1976-1984)ans le culles constitionu le phitrogent ment href="#ftn1">4...)

9(1)hel Foucault, n otbri lant danmre cà reclles p dets normes dcostrepont à fixdinstancrnts" /tanxims casduuvoir  nége ant dantravers le pinversenn des ntduraosition f» à r lesfiplines jt ré="puje tar possiption ou class="footnotecall" id="bodyftn1" 4"ef="#ftn1">4..4> À Dier iors valeurs « exctu sues ou ou « durtreponce, s», voitraire,gnes de nd il se pactugappdphin dlese leves entnd il se pactugappdphicodde ce qortements o,conter">nchaqenxi ests explomé,in entforce. SelCl sum

10<2span>Si les deumes dmentaires. A néigieuses ou pollauemen toutent à fixorisent r modération en tt société. C,assocs ne un étès nsonanl’auntase lesçue cCmme le pratiques ou nsgressions, permle ger ques, la la fois promol’excividuell un mol’ant-vcn quiiales, nverréa

o style="font-variant:small-caps;">19Les lyse quiexcivfraon des normes et,d phitro>La Tiplhordne siècle ’exceurs anmre curme unnanGoet trFqirene un Huys1aca,nshacu «miseère pl, tent de scène ou rupstrurations ttéraires, écifiques. l’évalgard la normeurrentpl, abs tant à la volaitées d trovoiquetagimentaires. ), c

2 style="font-variant:small-caps;">19 style="font-variant:small-caps;">19<,span>La Ravagem> un la Barjrs l,s nordements, s la norme –de l’aale, rns le dérents élmralee sa métés, maiavecyse qantexcès. Cmme le plapttse quurns l’actrfcenment lé un jusordrtablit an phiister ant l’excosé,in entdelmralee iétaledieu le rappn1ac la mesiété parhyty="nique et se lua socdenh hies. agre l de,autoris anmre curexcètibilités d la normen d’excès daui ne pré se comdalgagune la devann «horizentdelmes et valdeleurs «codque mosaétiquit aeCur une certunauté entr la vndet dsais, qp>

Ruptures et continuités, ou : le moment de basculement

2Cette toxcétudier’artittar laa la udier les excès dans sa dimension morporelle et,i perdeuntéduiune notture et c le motsé –ets normes et,qu’e un Alldrats Lépassement dddif1ègldablit aeCt une a mènome ou pe tadans l’l sumTraHate"nim>, édenison d’a rechem en quelt,se prantière ountre les difgenountâtralesdes j transggitéede l’aceritéeinsi que le ces déase l raisteint linver>TraSn, u praRefus). em>2Si Iase lets o,cme souris excès dansodanre appréhendées mme le plaénement en partir tre re pl, pour se cnscrivenmesuré ces dactère inoscard.ledieu le continuité avn effet, ltaines insporalité des de pon ou ou hencrati pasdeomportements extrsifs son étabshappeà la volsuistlantion de unison d’a rs antexte his toul’auntar des d troévages excèmes co qui(Eiv Hobsbawn)es est nglobes étudnement ene torique, somptula ho cinhorist transguive sa dans la shommote ipeulu pe ttldrngtme numcle Cétudnement ene mar delivent à parfois une dimtinuité et la notture et, le d anlences c les e anitiocaés d,ts la socière pluperforcer  mesiété par l’fu m lbiet la lt,s). À effet, lexcès, mut être con rupstruuent, du Be t'letanunDat s' géme ex,t êtpossirtà une aname de r faiomes c,equi eststitue un n dé cpassement deais plusane dim deo le c

2Cette ubision entre mestinuité et la ture et dsu décrs tula phil blatique de lact>o style="font-variant:small-caps;">19Les se cartéressanteiuneconsctériséeonDat sonBeod="vehmme le la fois concsique à explosifs s.:nBeod="vehm en mssifs s t excn tres présndément livèlelon esssyste="fncsique à,’il reploré, i qu’à Geoexcès. Les aneccles d vi,insi queGeoerroger la notion d’uncsique à licate morla mêmuue à,r unere laraissî que ses excès danbeod="viabln en demstitue un sane dimveloies ruune rénsgression, quis sansle ret socice plètements s c

2LD l’actucles d elle évstitacrux log>excDeers carjs ainn’hommumuns dm>, éd>o style="font-variant:small-caps;">19Les mre cur part uneKarl Ksgules comenhéts de sa socGds a rrinie se copas à lexcèmeion, qs n transgression, qent deaes qune norme va e éont bieiment t liée au l’hybave out de basmodéreers et hnique et crila mêmiqueftion/rss anaiétés occidentales ac,ssirts ou dout ess excès deLérer de la mêbara Sieaphillulismemin vnx llles cester stre mes1914 cri1918 mé parru aucsibililropla socpassiscit morale. L biosiquetle est ndre us p le dexcré l tempoiquec et la rupso a lbondance.

5LD l’ême souopuetagu>o style="font-variant:small-caps;">19< MarkuliLenspan> undrd, ee, recvers le iceyse qui ana>excn etvei lastabm> un la JonathstyLi ubll, mêm en quene ou téraires, l’excès. Cmde l’alences c,ts la socsion entdes, cuetagi nelle éveetiennentec les norcrati e la mêmre nSappréuyant lrges Bataille etl est x re uneme unnanrappn1ac,mprendimme unee u Dnthosonique aintôt que de sn Fou prog lepive mettoriquec sa drefdoré e t'arainsgge la réuent mes i de ividuelle ou re mesme –de ès dauipasilairenanrcès n'atèmeme d'une croiété pargrinire pluactérisées p le davin s d’unversle , mêrarchies. i anagitiet valdes treponce,tés dité es.5Cetterois questionnements pri se cctures dnanrapsier thématique s la messtitution, l « trop »5lesidq,tre cont'abs tantut de b' géme ex policebation in/p>

3

Anmerkungen

1 A titre d’exemple : Koller, Edeltraud, Barbara Schrödl et Anita Schwantner, dir. (2009) : Exzess: Vom Überschuss in Religion, Kunst und Philosophie, Bielefeld (transcript); Mbongo, Pascal et Marie-Luisa Frick, dir. (2012) : L’excès. L’hypermodernité entre droit et politique, Paris (Mare et Martin) ; Bähr, Christine et al., dir. (2009) : Überfluss und Überschreitung. Die kulturelle Praxis des Verausgabens. Bielefeld (transcript) ; Bonnet, Gilles et Lionel Verdier, dir. (2009) : L’excès, signe ou poncif de la modernité ? Paris (Kimé).

2 « Ein Fest ist ein gestatteter, vielmehr ein gebotener Exzeß, ein feierlicher Durchbruch eines Verbots. » (Freud 1922, 189)

3 Le banquet de Gervaise, dans L’Assommoir, ou alors les fêtes aux temps du choléra, décrites dans Le hussard sur les toits (cf. Stöber, 2006).

4 Notamment dans l’Histoire de la Sexualité (1976-1984), dans lequel il conceptualise la « gouvernementalité », l’Histoire de la folie à l’âge classique (1972) et dans Surveiller et punir (1975). Voir aussi Souloumiac, 2004.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Julien Beaufils, Solenn Carof, Anne Seitz und Philipp Siegert, « Excès et sobriété. Construire, pratiquer et représenter la mesure et la démesure. Introduction », Trajectoires [Online], 10 | 2016, Online erschienen am: 01 Dezember 2016, besucht am 14 Dezember 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2172

Seitenanfang

Autoren

Julien Beaufils

Weitere Artikel des Autors

Solenn Carof

Weitere Artikel des Autors

Anne Seitz

Weitere Artikel des Autors

Philipp Siegert

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang