Navigation – Sitemap

Zusammenfassungen

Diese Studie beschäftigt sich mit dem Verhältnis zwischen Grafenmacht und Klöstern in der Rouergue vom 9. bis 11. Jahrhundert. Im Laufe dieser Zeit wechselt die Grafenmacht mehrmals die Hände : Zunächst durch die jüngere Linie der Raimondin-Familie besetzt, kommt sie in der zweiten Hälfte des 10. Jahrhundert wieder zur älteren Linie. Im 11. Jahrhundert versucht der Graf von Auvergne, Robert, anlässlich seiner Heirat mit der einzigen Erbin der Grafschaft die Macht zu erlangen. Dies wird aber von Raimund von Saint-Gilles durchgekreuzt, ein Ereignis, das am Ende des Jahrhunderts den dauerhaften Bund zwischen der Rouergue und Toulouse besiegelt. Diese politischen Höhepunkte spielen eine große Rolle in den Verhältnissen zwischen den verschiedenen Grafen von der Rouergue und den großen in ihrer Grafschaft liegenden Klöstern : Vabres-l’Abbaye, Stiftung der ersten Raimondin ; Conques, großes Benediktiner-Zentrum ; und Saint-Amans de Rodez, ein vorörtliches Kloster, das mit dem bischöflichen Gedächtnis eng verbunden ist. Ziel dieses Beitrags ist, das Verhältnis der Grafen zum Göttlichen zu verstehen, aber auch ihre Versuche, diese Klöster ganz oder teilweise zur Kontrolle lokaler Eliten zu nutzen, was durch die Gregorianische Reform unterbunden werden sollte.

Seitenanfang

Volltext

1Depuis l’époque moderne, de nombreux érudits et historiens se sont intéressés aux Raimondins des IXe-XIe siècles. Les archives comtales ayant disparu de façon précoce, tous l’ont fait en s’appuyant massivement sur les données historiques présentes dans les chartes conservées dans les chartriers ou transcrites dans les cartulaires des grandes abbayes méridionales. Pour autant, le rapport des Raimondins au monachisme n’a jamais fait en tant que tel l’objet d’une enquête d’envergure, même si l’on trouve évidemment dans les études précédemment citées nombre d’analyses de détails qui recoupent cette intrigue. Il s’agira donc ici d’ouvrir ce chantier en alternant synthèse des travaux existants et retour aux sources. Dans le cadre limité qui est le nôtre, il ne pouvait être question de se pencher sur l’ensemble du Midi raimondin. Le choix a donc été fait de se limiter à un seul pagus, celui du Rouergue, assez homogène et surtout bien documenté tout au long de la période.

2Exception faite d’un bref interlude entre 872 et 886, les Raimondins en sont restés collectivement les maîtres du milieu du IXe siècle à la première croisade. Non sans d’ailleurs que se produisent des recompositions au sein même de la famille, au sujet desquelles je m’appuierai sur certains résultats établis dans ma thèse de doctorat, encore inédite. Ce travail, prenant en compte l’ensemble des sources disponibles sans en forcer aucune, conduit à une révision de grande ampleur de ce que l’on croyait savoir de la succession des Raimondins (fig. 1).

Fig. 1. Tableau (très simplifié) de la succession des Raimondins.

Copyright S. Fray 2016

3À partir de là, il s’agira d’étudier les relations que le pouvoir comtal raimondin a pu entretenir avec les grandes abbayes du Rouergue, Vabres, Conques et Saint-Amans de Rodez. Non qu’il faille minorer les autres moyens d’exercice du pouvoir à la disposition des comtes ; il faudra garder à l’esprit que les abbayes ne sont pas les seuls points d’appui du pouvoir comtal. Mais il valait la peine de se pencher plus en détail sur cette question précise des rapports entre comtes de Rouergue et monachisme, dans la mesure où les sources disponibles permettent de remonter assez haut dans le temps, jusqu’au milieu du IXe siècle.

4Mon propos suivra d’ailleurs un ordre chronologique. Après avoir évoqué les rapports très privilégiés des Raimondins avec Vabres (jusque vers 930), je me pencherai sur la politique d’élargissement à d’autres monastères suivie par les comtes à partir du milieu du Xe siècle. Une troisième partie s’attachera aux évolutions de la seconde moitié du XIe siècle, sous Robert d’Auvergne et Raimond de Saint-Gilles.

Vabres, épicentre de la puissance comtale jusqu’aux années 930

Vabres, fondation des comtes de Rouergue

5La fondation de Vabres a fait l’objet d’une analyse serrée par Frédéric Gross qu’il nous suffira ici de reprendre (2006 : 471-478). L’une des pièces majeures du dossier est l’acte de fondation en 862 par le comte de Toulouse et de Rouergue Raimond, associé à son épouse Berteiz (Fournial, 1989 : n° 3). La charte garantit la liberté d’élection de l’abbé par les moines. Elle prévoit aussi de mettre le monastère sous la protection et l’immunité royales tout en réservant à Raimond d’être le « tuteur et défenseur » (« tutor et deffensor ») de l’abbaye, charge dont le comte prévoit explicitement qu’elle passera à sa mort successivement à ses fils Bernard, Foucauld puis Eudes. Gross a manifestement raison de voir dans ce dispositif une forme précoce d’avouerie, Raimond étant chargé de gérer les droits temporels du monastère immuniste. Il note encore que cela relativise la distinction entre Eigenkloster et monastère royal, puisqu’ici on joue sur un mixte des deux statuts : Vabres est un monastère immuniste mais son avoué n’est pas désigné par l’abbé avec l’accord du roi, la fonction restant héréditairement dans la famille de Raimond.

6L’analyse est juste mais il est possible d’aller plus loin. En effet, l’immunité royale met Vabres à l’abri de la puissance comtale, pourtant détenue par ledit Raimond, qui devient en même temps l’avoué héréditaire de l’abbaye. Le comte reprend donc d’une main ce qu’il donne de l’autre, ce qui pourrait paraître étonnant de prime abord. Le paradoxe n’est qu’apparent. Effectivement, la fondation même du monastère permet à Raimond d’espérer retirer d’énormes bénéfices spirituels de son geste, sans rien perdre concrètement puisqu’il est assuré de conserver en tant qu’avoué la gestion des biens et des droits en question. Surtout, il faut tenir compte de la situation politique locale en évitant toute rétrojection de ce que nous savons de la suite des événements, à savoir l’enracinement durable des Raimondins en Rouergue et en Toulousain aux Xe et XIe siècles. De fait, en la personne du comte Frédelon puis de son frère Raimond, les Raimondins n’ont acquis que depuis une vingtaine d’années le contrôle de la marche de Gothie, du Toulousain et du Rouergue. Ils l’ont fait aux dépens d’une autre lignée bien plus prestigieuse et plus puissante, celle des descendants de Guillaume de Gellone. Or il demeurait encore un Guillelmide en la personne de Bernard Plantevelue, individu remuant et cherchant à remettre la main sur les honores qu’avaient détenus son père puis son frère avant d’être exécutés pour trahison. Ajoutons que d’autres familles rivalisaient auprès du roi pour le contrôle de la Gothie (Crubézy et Dieulafait, 1996 : 13). En outre, il faut tenir compte de la capacité de remplacer à sa guise les comtes dont dispose encore Charles le Chauve en 862 : ce n’est qu’en 864 et en 867 que la volonté du roi de destituer respectivement les comtes d’Autun Bernard et de Bourges Gérard se heurte à une résistance armée de ces derniers, causant un scandale qui souligne en creux combien le phénomène était nouveau (Auzias, 1937 : 362-363). Tout invite donc à penser que Raimond croyait encore (à tort ou à raison) en 862 à la possibilité que Charles puisse nommer un autre comte et marquis à sa place, ou plus probablement à la place d’un de ses fils.

7Dans ces conditions, l’opération consistant à éteindre par l’immunité royale les droits comtaux sur Vabres, tout en les retrouvant comme avoué, prend tout son sens. Il ne s’agit pas seulement de se prémunir de la possibilité qu’en accédant au pouvoir comtal une autre famille puisse s’emparer des biens concédés par les Raimondins à Vabres. Au-delà, il s’agit d’un acte qui affaiblit sciemment la puissance comtale, du moins si elle se retrouvait exercée par un autre que les Raimondins, puisqu’eux au contraire pouvaient par la suite allier leurs droits d’avoués à l’exercice éventuel de la charge comtale.

8Le recours à un statut mixte relève ainsi d’une stratégie liée à un contexte fortement agonistique entre grandes familles permettant de concilier respect des prérogatives royales (le souverain continue de nommer les comtes) et garantie des droits des Raimondins sur l’exercice local du pouvoir (en tant qu’avoués et non plus en tant que comtes).

L’affaire « Airbert Benoît »

9Le diplôme de Charles le Chauve en 869 (Fournial, 1989 : n° 4) octroie la protection royale et l’immunité à Vabres à la demande de Bernard, fils et successeur de Raimond. L’acte royal précise aussi que Raimond a donné un de ses fils au monastère et prescrit que ce dernier, nommé Benoît, devra devenir abbé de Vabres. Cette indication a fait couler beaucoup d’encre, dans la mesure où l’on ne rencontre pas d’abbé nommé Benoît par la suite. Les hypothèses les plus échevelées ont été avancées, dont Gross a fait justice (2006 : 476-477). Ce dernier a supposé tout simplement que Benoît était mort de manière précoce.

  • 1 « S. Airiberto qui vocatus fuit Benedictus ». En réalité, Étienne Fournial a édité le texte ainsi : (...)

10Cette explication est contredite par la documentation. L’examen attentif des souscriptions prouve que Benoît était encore vivant en 883, mais qu’il se présentait alors comme « Airbert qui fut nommé Benoît » (Fournial, 1989 : n° 40)1. Une enquête conduite sur les différents actes où apparaît cet individu permet de reconstituer sommairement ce qui s’est passé (Fray, 2011 : 920, 1155-1156) : son frère Bernard et sa mère Berteiz ont voulu en faire un moine, destiné à assumer la direction du monastère familial de Vabres, d’où le changement de patronyme ; par la suite, Benoît semble avoir repris son nom originel Airbert. Ceci, et le fait qu’il n’y a jamais eu de Benoît abbé de Vabres, permettent de supposer que le garçon a réussi à échapper à ce destin monastique, peut‑être à la suite de la mort précoce de son frère Bernard. Ce dernier avait été assassiné par son rival guillelmide en 872 (De Gournay, 2004 : 50).

11Cette affaire révèle des remous dans la stratégie des Raimondins pour faire de Vabres un instrument de leur pouvoir. Le précepte royal de 869 montre un premier changement d’orientation : il s’agit désormais d’ajouter au simple contrôle temporel (comme avoué, laissant au moins en théorie la liberté d’élection aux moines) un contrôle spirituel, en obtenant l’abbatiat pour des proches de la famille comtale (Benoît). Après l’assassinat de Bernard par son rival guillelmide, aboutissant à la perte de leurs comtés par les Raimondins, il aurait pu paraître encore plus important de s’assurer le contrôle du monastère rouergat par l’intermédiaire de Benoît. Or celui-ci quitte au contraire l’abbaye, probablement avec l’accord de son frère Eudes (Fray, 2011 : 1156 n. 4947). Il est possible qu’après le meurtre de leur aîné, Eudes ait pensé avoir davantage besoin de l’appui temporel et séculier de son benjamin : sa stratégie consistera en une reconquête patiente des positions perdues au cours des années 870 et 880, en commençant par l’Albigeois, aboutissant à un rétablissement effectivement complet à la date de 886 (Crubézy et Dieulafait, 1996 : 14).

12L’affaire souligne à la fois l’importance de Vabres pour les Raimondins et le caractère finalement assez peu pérenne de la stratégie initiale de limitation des pouvoirs comtaux au profit de celui d’avoué, sans qu’on sache expliquer avec certitude les raisons d’un tel revirement.

Ermengaud, Vabres et les réseaux aristocratiques

13Fils d’Eudes, Ermengaud reçoit au début du Xe siècle le comté de Rouergue tandis que son frère Raimond a hérité du Toulousain. Comme l’a montré Jérôme Belmon, Ermengaud est à la fois comte de Rouergue et abbé laïc de Vabres (Belmon, 1991 : 57). C’est d’ailleurs à Vabres, entre 932 et 937, qu’on lui reconnaît la dignité princière (Fournial 1989 : n° 45), c’est-à-dire le fait de gouverner en lieu et place du roi : il n’est pas anodin que l’acte concerne des biens du fisc et mentionne aussi son fils Raimond, désigné comme devant succéder à Ermengaud, ainsi que le vicomte Rainon. C’est bien à Vabres que se déploie la puissance princière du comte de Rouergue, en ce lieu qui est manifestement un des épicentres de son pouvoir, indissolublement lié au contrôle qu’il exerce sur le monastère. Toutefois, et contrairement à ce qu’affirment un peu vite certains historiens (Crubézy et Dieulafait, 1996 : 37), rien ne prouve que Vabres ait été la nécropole des comtes de Rouergue. Cela n’aurait rien d’impossible, mais on ne trouve aucune confirmation d’un tel fait dans les sources.

14En revanche, Vabres constitue un point nodal des réseaux aristocratiques déployés autour des Raimondins. On rencontrait déjà les souscriptions des grands du Rouergue en compagnie du comte lors de l’acte de fondation en 862. Surtout, les élites rouergates multiplient les donations à Vabres dans la seconde moitié du IXe siècle et la première moitié du siècle suivant. Prenant exemple sur la famille comtale, elles fondent des petits monastères qui sont affiliés à Vabres, d’autant plus facilement que leur statut est imité de celui de l’abbaye raimondine : c’est le cas à Saint-Vincent, vers Saint-Affrique vers 870, à Nant en 930, à Lavernhe en 945 (Fournial, 1989 : n° 37, 10 et 9). Vabres jouit alors d’une excellente réputation quant à l’observance monastique : d’après Odon de Cluny, dont l’affirmation est recoupée sur ce point par des observations diplomatiques et juridiques sur la documentation aurillacoise, c’est à Vabres que Géraud aurait fait former ses moines pour fonder l’abbaye d’Aurillac, avant 899 (Fray, 2010 : 25 et 37). Foyer de ferveur monastique rayonnant sur la région et nœud des fidélités aristocratiques au comte Ermengaud, Vabres paraît ainsi avoir constitué le cœur de sa principauté.

15Il en va tout autrement de Conques, au nord du Rouergue. D’après ce que l’on sait, l’abbaye fondée sous Louis le Pieux n’a pas de relation avec les Raimondins. Elle est intégrée dans des réseaux plus septentrionaux : au début du Xe siècle, ses abbés Raoul et Jean sont les mêmes qu’à Beaulieu-sur-Dordogne, le second étant aussi à la tête d’Aurillac et de Tulle (Fray, 2011 : 1097-1099). À la mort d’Odon de Cluny en 942, un des moines de Conques, Adralde, devient abbé d’Aurillac (Fray, 2015 : 84-85). Quant à l’abbaye rouergate, elle a alors comme dirigeants les évêques de Clermont liés aux vicomtes du même nom, Étienne et Bégon (Chambon, 2003 : 114-116). Le seul comte de Rouergue qui apparaît alors dans les sources conquoises est Bernard Plantevelue : ce dernier fait une donation à Conques (Desjardins, 1879 : n° 153) qu’il faut situer en 882 (Fray, 2011 : 1094-1096), quand il tient le Rouergue. Mais Bernard était comte d’Auvergne en plus du Rouergue, ce qui confirme l’inscription de Conques dans les réseaux arvernes pour cette période.

Pouvoir comtal et contrôle des abbayes (milieu Xe- milieu XIe siècle)

Raimond de Toulouse, son fils et les abbayes rouergates

16Contrairement à ce que l’on a longtemps cru, ce n’est pas Raimond fils d’Ermengaud qui succède à ce dernier comme comte de Rouergue, mais son cousin Raimond de Toulouse, fils de Raimond-Pons, lui-même petit-fils d’Eudes par son père Raimond. Raimond de Toulouse a manifestement réuni sous sa férule l’ensemble des comtés tenus par les deux branches. C’est lui qui a épousé Berthe fille d’Hugues d’Arles et c’est aussi à lui que doit être attribué le célèbre testament de 961, publié dans l’Histoire générale du Languedoc (Fray, 2011 : 1170-1190) : il y fait des legs à toutes les Églises du Midi, dont l’abbaye rouergate de Vabres, mais aussi celles de Conques et de Saint-Amans de Rodez, ce qui est nouveau : contrairement à ses prédécesseurs, Raimond de Toulouse a manifestement noué des relations avec les autres sanctuaires du Rouergue, sans que l’on sache bien dans quelles conditions.

17La succession de Raimond de Toulouse s’avère troublée. Raimond (que nous surnommons par souci de clarté le « Déshérité »), le fils de Raimond de Toulouse et de Berthe, a manifestement été très vite dépossédé au profit d’un de ses cousins, un comte d’Albi nommé Hugues, auquel succède ensuite son frère Raimond (« l’Usurpateur »). La combinaison des sources prouve que Raimond le « Déshérité » s’est replié sur le Rouergue au cours de la seconde moitié du Xe siècle, engendrant un fils lui aussi nommé Raimond qui devient comte de Rouergue, tandis que Raimond « l’Usurpateur » a conservé l’essentiel des domaines raimondins, dont le Toulousain : c’est lui qui engendre Guillaume Taillefer (Fray, 2011 : 1193-1215).

18Pour notre propos, il s’agit donc désormais de voir comment les descendants de Raimond le « Déshérité », nommés Raimond puis Hugues, ont tenté de contrôler les abbayes rouergates pour construire un pouvoir comtal beaucoup plus fort qu’on ne l’a prétendu (fin Xe-début XIe siècle).

Les relations des comtes de Rouergue avec Conques

  • 2 Robertini, 1994 : II 5, 45‑48 : « Raimundus quoque comes Rotenensium, quamquam multa, ut supra dixi (...)

19Raimond, le fils de Raimond le « Déshérité », devenu comte de Rouergue à la fin du Xe siècle, a manifestement tenté de resserrer ses relations avec Conques. Il donne ainsi à sainte Foy les salines de Pallas, en Languedoc, que son père Raimond le « Déshérité » avait héritées de son propre père Raimond en 961. Il s’agit d’un don extrêmement généreux, les salines étant des sources majeures de revenus, ce qui explique que le fait soit documenté à la fois dans le cartulaire (Desjardins, 1879 : n° 17) et dans le Liber miraculorum sancte Fidis (Robertini, 1994 : I 12). Le comte Raimond a également tenté de soumettre l’abbaye rouergate à sa tutelle, comme le révèle l’affaire du château qu’il aurait voulu faire construire au-dessus de Conques. D’après Bernard d’Angers, la mort du comte était venue interrompre ce projet, au grand soulagement des moines, qui étaient clairement visés par l’opération2. En effet, il ne s’agit pas pour le comte de lutter contre les seigneurs des environs, comme l’a cru Pierre Bonnassie (2004 : 26-27), mais de récupérer les droits issus de ceux du fisc royal sur le lieu de Conques (Fray, 2011 : 844-846). On comprend dès lors pourquoi Bernard d’Angers précise que Conques aurait été détruite et son statut bouleversé, puisque c’était de fait nier l’immunité de l’abbaye.

20La disparition de Raimond et l’échec de son projet vis-à-vis de Conques n’entraîna pas la fin des relations entre l’abbaye et le pouvoir comtal. Richarde, la veuve de Raimond, semble avoir été une dévote de sainte Foy, capable d’identifier un de ses jeux (Robertini, 1994 : I 28). Surtout, le comte Hugues (fils de Raimond) approuve au cours du premier tiers du XIe siècle d’importantes donations de ses fidèles à l’abbaye de Conques (Desjardins, 1879 : n° 23 et n° 233). Lui-même époux d’une certaine Foy, il donne en 1051 à la sainte du même nom l’église de Trébosc dans un acte qui met en scène toute sa parenté : souscrivent sa mère Richarde, son épouse Foy, sa fille Berthe, son gendre le comte d’Auvergne Robert et le vicomte Béranger (Desjardins, 1879 : n° 8). Une dizaine d’années plus tard, Mascle est donné par un ancien fidèle du comte qui y associe le salut de l’âme d’Hugues, alors décédé (Desjardins, 1879 : n° 455).

  • 3 Pour une réflexion plus approfondie sur ce point, voir Fray (2016 : 75-98).

21Si les comtes de Rouergue ont échoué à s’assurer un contrôle institutionnel de l’abbaye de Conques et de son temporel, ils ont pourtant su développer des relations importantes avec elle. Ces liens participent de ceux qu’ils entretiennent avec l’aristocratie du nord du Rouergue, et l’acceptation du pouvoir raimondin par les élites locales paraît au moins partiellement liée aux rapports entretenus par les comtes avec les moines de Conques, encore qu’il faille se méfier d’éventuels effets de sources : la documentation d’origine monastique est la seule dont nous disposons et de par sa nature même elle donne l’impression que la communauté monastique joue un rôle central dans les relations sociales3. Quoi qu’il en soit, les comtes de Rouergue Raimond puis Hugues s’intéressent également à Vabres et à Saint-Amans.

Vabres, Saint-Amans et le pouvoir comtal

22Les informations sont assez floues sur Vabres à partir du milieu du Xe siècle. À partir de 1028, les destinées de l’abbaye de Vabres seront pour un temps liées à celles de Saint-Amans, au faubourg de Rodez, même si chacune des deux communautés garde un abbé propre (Bousquet, 1992 : 260-261). Or, entre-temps, le comte Hugues a manifestement acquis à prix d’argent l’abbatiat de Saint-Amans de Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun. Saint-Amans était, en effet, une dépendance rouergate de l’Église de Verdun, offerte par l’évêque de Verdun Béranger à l’abbaye de Saint-Vanne dans la seconde moitié du Xe siècle (Elzière, 1993 : 54-55).

  • 4 « & illo alode de Perizedo, & alio alode de Sinilio, & illo de Albaredo Sancti Amantii remaneat ; (...)

23Le testament du comte Raimond en 961 prouve toutefois qu’il pouvait disposer dès cette date des terres de Vabres, puisqu’il lègue à Saint-Amans celle de Sénils (Dulaurier, 1885 : col. 248)4, donnée à Vabres en 932 (Fournial, 1989 : n° 20). Mais le comte prévoit un dédommagement de Vabres par Saint-Amans : il faut en conclure que les deux monastères n’étaient pas encore associés. En tout cas, il semble que le comte Raimond ait hérité des prérogatives d’abbé laïc de son prédécesseur (et cousin) Ermengaud sur Vabres. Par la suite, ses fils (Raimond le « Déshérité »), petit-fils (Raimond) et arrière-petit-fils (Hugues) ont certainement conservé cette charge abbatiale. Une telle hypothèse paraît seule à même d’expliquer la réunion postérieure de Vabres et de Saint-Amans, juste au moment où le comte de Rouergue Hugues acquiert l’abbatiat de l’abbaye suburbaine de Rodez.

Fig. 2. Croquis de situation des lieux mentionnés dans le texte

Fond de carte à partir de Parisse, 1994. Copyright S. Fray 2016

24Se dessine alors (fig. 2) une stratégie parfaitement théocratique de contrôle du comté, progressivement construite mais imparfaitement mise en œuvre, puisque les comtes n’ont jamais réussi à tenir complètement Conques : avec Vabres, Saint-Amans et Conques, les comtes auraient contrôlé les trois principaux établissements du diocèse, répartis du sud au nord dans tout leur comté ; de plus, ils s’alliaient avec des saints dont les cultes étaient localement très importants (Amans évêque de Rodez ; sainte Foy de Conques ; saint Mary, honoré à Vabres depuis l’an mille au moins).

Le contrôle comtal des monastères dans la tourmente au XIe siècle

Deux comtes pour le Rouergue

25C’est de cette situation qu’hérite Robert, le comte d’Auvergne, à la mort de son beau-père, le comte Hugues. Par son mariage avec Berthe, fille d’Hugues, il devient le nouveau comte de Rouergue. Ses relations avec Conques demeurent manifestement bonnes : Robert lui donne Tanavelle en 1059 et, en 1060, il conseille la donation de Perse par un de ses fidèles rouergats (Desjardins, 1879 : n° 523 et 572). Le comte contribue aussi à la cession de Clairvaux d’Aveyron à Conques par Brantôme (Desjardins, 1879 : n° 14). Robert est d’ailleurs bénéficiaire en tant que comte de Rouergue d’un miracle de guérison de sainte Foy, rapporté dans le troisième prodige supplémentaire contenu dans le codex londonien (Robertini, 1994 : 281-284). Tout porte donc à croire qu’il a poursuivi la politique antérieure d’amitié avec les moines de Conques, ce qui lui permet de se faire accepter par l’aristocratie du nord du Rouergue.

26Robert a également hérité des droits de son beau-père sur Saint-Amans, puisque c’est à lui que s’adresse le pape Nicolas II en 1060 pour lui demander de les rendre à Verdun (Migne, 1853 : col 1346). Il approuve aussi la donation de Vabres à Saint-Victor de Marseille puis à Cluny en 1061-1062 (Guérard, 1857 : n° 827 et 867). Le pouvoir de Robert est donc contesté en tant qu’abbé laïc dans le cadre de la réforme de l’Église, mais l’autorité du comte n’est manifestement pas remise en cause en tant que telle à l’intérieur même du Rouergue.

27C’est de l’extérieur, avec Raimond de Saint-Gilles (issu de la branche toulousaine), que va venir la contestation. À partir de 1066, Raimond revendique à plusieurs reprises le titre de comte de Rouergue. Sans doute Berthe est-elle décédée à cette date, ce qui fragilise la position de Robert (Bousquet, 1992 : 55). Jusqu’en 1079, les actes dans lesquels Raimond revendique le comté de Rouergue sont toutefois toujours passés à l’extérieur de ce pagus : à Narbonne, à Nîmes, à Figeac ou à Saint-Pons-de-Thomières. L’établissement de la domination du Toulousain sur le Rouergue a nécessité de violents combats (Hill, 1959 : 8-13). Aux environs de 1079, Raimond semble devenu maître de Rodez, puisque l’une des vies de saint Gausbert (mort en 1081), ermite et chanoine fondateur de Montsalvy, atteste que le saint aurait tenté sans succès de rétablir la vie canoniale à Saint-Amans de Rodez, sous Raimond de Saint-Gilles (Boudartchouk, 1998 : 594-596).

28Dans ce contexte, chacun des deux rivaux a essayé de s’appuyer sur les grandes congrégations monastiques externes au Rouergue.

Grandes congrégations monastiques et pouvoir comtal en Rouergue

29À cet égard, il n’est pas anodin que deux des actes dans lesquels Raimond revendique le comté de Rouergue concernent Cluny : passé à Nîmes en 1066, le premier consiste en la donation de l’abbaye de Saint-Gilles à l’abbaye bourguignonne (Dulaurier, 1885 : col. 542-544) ; daté de 1074 et de Figeac (Bernard et Bruel, 1888 : n° 3470), le second voit Raimond approuver la soumission de Figeac à Cluny par Bégon, le sire du château rouergat de Calmont, ce qui déclenche une violente querelle avec Conques, qui revendiquait la petite abbaye quercynoise comme sa filiale, tandis que Figeac (et Cluny avec elle) prétendait l’inverse (Remensnyder, 1995 : 271-276). Raimond de Saint-Gilles s’est ainsi appuyé sur Cluny, qui était un partenaire traditionnel des Raimondins depuis la réforme de Moissac en 1053 (Delehaye, 1996 : 16-28). Habile jusqu’au bout, Raimond sut également ménager les moines de Conques : dès 1078 (Desjardins, 1879 : n° 20), il intervient en leur faveur au sujet de la possession des salines de Pallas en Languedoc qui leur était encore une fois contestée (Lecaque, 2015 : 110-111). À l’inverse, Robert fut beaucoup plus hésitant : pour réformer Vabres, il se tourne d’abord vers Saint-Victor-de-Marseille puis vers Cluny avant de revenir de nouveau à Saint-Victor (Bousquet, 1992 : 55). Cette versatilité pourrait d’ailleurs avoir été une des clés de son échec.

30Certes, contrairement à ce qu’a cru Bousquet, les grandes congrégations n’avaient aucun poids politique direct. Mais il faut prendre en compte la réputation d’excellence monastique de ces établissements rassemblant plusieurs centaines de moines, dans une région qui était habituée à de petits monastères de trente ou quarante moines. Ces facteurs ont dû exercer une séduction sur l’aristocratie régionale : si les vicomtes de Millau favorisent Saint-Victor, les sires de Calmont donnent Figeac à Cluny. La valse-hésitation du comte Robert entre abbayes provençale et bourguignonne pour la réforme de Vabres est pour partie liée aux revirements d’un de ses fidèles, Deusdet, à qui l’abbatiat laïque de Saint-Amans de Rodez avait été délégué et qui avait donc aussi des droits sur Vabres (Bousquet, 1992 : 370). Or l’adhésion de ces élites régionales était absolument nécessaire à l’assise du pouvoir comtal, plus encore en période de rivalité entre deux prétendants. En outre, faire appel à ces congrégations et à leur excellence reconnue de tous permettait au comte de se poser en prince assurant la réforme des Églises dont il avait la charge, ce qui dans le contexte de la réforme ecclésiale de la seconde moitié du XIe siècle renforça encore leur influence.

31Ainsi, à partir du milieu du XIe siècle, pour des raisons aussi bien internes au Rouergue (séduction exercée sur les élites régionales alors que deux prétendants rivalisent) que liées au contexte général d’évolution de l’Occident médiéval (la réforme grégorienne, au sens de Mazel, 2013 : 9-38), le pouvoir comtal en Rouergue peut de moins en moins s’appuyer sur le contrôle direct des monastères locaux et doit plutôt nouer des relations étroites avec les grandes congrégations bénédictines dont les sièges se situent à Cluny et à Marseille, c’est-à-dire en-dehors du comté.

Aperçu sur le cas des comtes de Rodez

32Il s’agit des anciens vicomtes de Rouergue, devenus vicomtes de Millau.

33Au milieu du XIe siècle, le vicomte Béranger, qui a épousé l’héritière des vicomtes de Lodève et de Carlat (Belmon, 2008 : 197), est le frère de Bernard et de Richard : tous deux sont abbés de Marseille de 1065 à 1079 pour le premier et de 1079 à 1106 pour le second, Richard devenant ensuite archevêque de Narbonne ; tous deux deviennent également légats pontificaux (Belmon, 1991 : 250-253). Le vicomte Béranger a en outre confié à Saint-Victor de Marseille La Canourgue en Gévaudan, l’église Notre-Dame de Millau puis le monastère de Saint-Léons (Belmon, 1991 : 236-237). L’alliance avec la puissante abbaye marseillaise a permis à l’un des fils de Béranger, Gerbert, de devenir par alliance matrimoniale comte de Provence en 1107 (Belmon, 1991 : 259-260).

34Un autre fils de Béranger, Richard, acquiert le comté de Rodez vers 1112, en l’achetant à l’héritier mineur de Raimond de Saint-Gilles (De Gournay, 2004 : 373-375). Ce Richard se qualifie de comte et abbé en 1120, au moment où il confie Saint-Amans de Rodez à Saint-Victor de Marseille en prétendant ne faire que confirmer une donation de son père Béranger trente ans auparavant (Guérard, 1857 : n° 838). Cette affirmation d’une donation par Béranger est tout à fait suspecte et relève presque à coup sûr d’une réinterprétation a posteriori (Belmon, 1991 : 239). Ce dernier acte de 1120 est donc triplement intéressant : il confirme le lien qui s’était instauré entre abbatiat laïque et pouvoir comtal en Rouergue, puisque devenu comte de Rodez, Richard réaffirme ce lien, le rétrojetant même sur son père Béranger ; en même temps, la réforme grégorienne est passée par là et la détention de l’abbatiat par le comte est désormais perçue comme scandaleuse, aboutissant à son abandon par Richard qui se présente comme conduisant la réforme de l’antique abbaye ; enfin se confirme l’importance de la relation entre le comte et la confédération monastique assujettie à l’abbaye marseillaise.

35Entre le milieu du IXe siècle et le début du XIIe, les rapports entre exercice du pouvoir comtal et monachisme ont connu de profondes transformations en Rouergue. On passe progressivement d’une utilisation stratégique de l’immunité, consistant à mettre à l’abri de tout revirement de fortune un certain nombre de droits, à une théocratisation du pouvoir comtal passant par le contrôle des abbayes du comté, très accentuée dans la seconde moitié du Xe et la première moitié du XIe siècle. Les luttes de pouvoir entre Robert d’Auvergne et Raimond de Saint-Gilles, ainsi que le mouvement général de réforme « grégorienne » de l’Église conduisent à l’abandon progressif de ce système, remplacé par les relations solides nouées par le pouvoir comtal avec de grandes confédérations monastiques dont le siège est à l’extérieur du comté, comme Cluny et Saint-Victor de Marseille. Au-delà de ces évolutions importantes, deux constantes se dégagent : le poids des monastères dans l’articulation des relations des comtes avec les élites régionales, sans doute grossi par les effets de source, mais tout de même bien réel ; la rotation rapide des stratégies mises en œuvre par le pouvoir comtal, chaque génération ou presque de comte ayant redéfini ses rapports avec le monachisme d’une façon qui lui était propre, mêlant reprise d’héritages anciens et adaptation au contexte contemporain.

Seitenanfang

Bibliografie

Sources

Bernard, Auguste et Alexandre Bruel (1888) : Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. 4. Paris (Imprimerie nationale).

Desjardins, Gustave (1879) : Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue. Paris (Picard).

Dulaurier, Édouard dir. (1885) : Histoire Générale du Languedoc par dom Cl. Devic et dom J. Vaissète, Édition accompagnée de dissertations et notes nouvelles, contenant le Recueil des inscriptions antiques de la province, des planches de médailles, de sceaux, des cartes géographiques et annotée par Émile Mabille et Edward Barry. Publiée par Édouard Dulaurier et continuée jusqu’en 1790 par Ernest Roschach, t. V. Toulouse (Privat).

Fournial, Étienne (1989), Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez. Essai de reconstitution d’un manuscrit disparu. Saint‑Étienne (CERCOR).

Guérard, Benjamin (1857) : Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, t. II. Paris (Lahure).

Migne, Jacques-Paul (1853) : Patrologiae cursus completus, sive Biblioteca universalis, integra, uniformis, commodo, oeconomica omnium s.s. Patrum, doctorum scriptorumque ecclesiasticorum qui ab aevo apostolico ad usque Innocenti III tempora floruerunt. Series latina, t. 143. Paris (Migne).

Robertini, Luca (1994) : Liber miraculorum sancte Fidis. Spoleto (Centro italiano di studi sull’alto Medioevo).

Références bibliographiques

Auzias, Léonce (1937) : L’Aquitaine carolingienne (778-987). Toulouse (Privat).

Belmon, Jérôme (1991) : Les vicomtes de Rouergue‑Millau Xe‑XIe siècles. Paris (thèse dactylographiée de l’École des chartes).

Belmon, Jérôme (2008) : « Aux sources du pouvoir des vicomtes de Millau (XIe siècle) » in : Débax, Hélène éd., Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval. Toulouse (Presses universitaires du Mirail), p. 189‑202.

Bonnassie, Pierre (2004) : « L’An Mil à Conques » in : Bonnassie Pierre et Toubert Pierre, éd. : Hommes et sociétés dans l’Europe de l’An Mil. Toulouse (Presses universitaires du Mirail), p. 13‑29.

Boudartchouk, Jean‑Luc (1998) : Le Carladez de l’Antiquité au XIIIe siècle. Terroirs, hommes et pouvoirs, thèse dactylographiée de doctorat d’histoire, sous la direction de Pierre Bonnassie. Toulouse (Université de Toulouse‑Le Mirail).

Bousquet, Jacques (1992) : Le Rouergue au Premier Moyen Âge (vers 800‑vers 1250). Les pouvoirs, leurs rapports et leurs domaines, t. I. Rodez (Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron).

Chambon, Jean-Pierre (2003) : « Le ministerium Catlatense (Rouergue) et la genèse du Carladez : de la philologie à l’histoire », Lengas, 53, p. 87‑125.

Crubézy, Éric et Christine Dieulafait dir. (1996) : Le comte de l’an mil. Talence (Fédération Aquitania).

De Gournay, Frédéric (2004) : Le Rouergue au tournant de l’an Mil. De l’ordre carolingien à l’ordre féodal (IXe‑XIIe siècle). Toulouse (Université de Toulouse‑Le Mirail).

Delehaye, Régis (1996) : « Moines de Moissac et faussaires (I) », Bulletin de la société archéologique du Tarn-et-Garonne, 121, p. 7-28, disponible en ligne http://home.kpn.nl/r.delahaye/faussaire1.pdf (vérifié le 26/09/2016).

Elzière, Jean-Bernard (1993) : « Sud du Massif Central, églises de Rhénanie et royaume des Austrasiens à l’époque mérovingienne (VIe-VIIIe siècles) », Bulletin Monumental, 151.1, p. 47-72.

Fray, Sébastien (2010) : « Le véritable fondateur de Saint‑Géraud d’Aurillac : Géraud ou Odon ? », Revue de la Haute‑Auvergne, 72, p. 23‑46.

Fray, Sébastien (2011) : L’Aristocratie laïque au miroir des récits hagiographiques des pays d’Olt et de Dordogne (xexie siècles), thèse dactylographiée de doctorat d’histoire médiévale, sous la direction de Dominique Barthélemy. Paris (Université Paris IV Sorbonne) : consultable en ligne sur le site Tel du CNRS : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00853564 (vérifié le 26/09/2016).

Fray, Sébastien (2015) : « Un texte d’historiographie monastique du XIIe siècle : le cas des gesta abbatum d’Aurillac », Bulletin du CERCOR, 39, p. 79-87.

Fray, Sébastien (2016) : « Moines, alleux et alleutiers à Bercan, Rouergue, aux Xe et XIe siècles » in : Sébastien Fray et David Morel éd., La terre à l’époque romane. Exploitations, usages et représentations. Actes du 24e colloque international d’art roman (Issoire, 17-19 octobre 2014). Aurillac (Alliance universitaire d’Auvergne), p. 75-98.

Gross, Frédéric (2006) : Abbés, religieux et monastères dans le royaume de Charles le Chauve, thèse dactylographiée de doctorat d’histoire, sous la direction d’Yves Sassier. Paris (Université Paris IV Sorbonne).

Hill, Laurita et John (1959) : Raimond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse. Toulouse (Privat).

Lecaque, Thomas (2015) : The Count of Saint-Gilles and the Saints of the Apocalypse : Occitanian Piety and Culture in the Time of the First Crusade, PhD diss. Knoxville (University of Tennessee), disponible en ligne : http://trace.tennessee.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=4845&context=utk_graddiss (vérifié le 26/09/2016).

Mazel, Florian (2013) : « Pour une redéfinition de la "réforme grégorienne". Éléments d’introduction », Cahiers de Fanjeaux, 48, p. 9-38.

Parisse, Michel dir. (1994) : Atlas de la France de l’an Mil. Paris (Picard).

Remensnyder, Amy (1995) : Remembering Kings Past. Monastic foundation legends in medieval southern France. Ithaca (Cornell University Press).

Seitenanfang

Anmerkungen

1 « S. Airiberto qui vocatus fuit Benedictus ». En réalité, Étienne Fournial a édité le texte ainsi : « S. Airiberto qui vocatus fuit. [S.] Benedictus », induisant tout le monde en erreur. Il n’y a aucun besoin de modifier le texte de la souscription, alors même qu’il est parfaitement compréhensible tel quel.

2 Robertini, 1994 : II 5, 45‑48 : « Raimundus quoque comes Rotenensium, quamquam multa, ut supra dixi, sancte Fidi dederat, tertius tamen creditur [il serait le troisième persécuteur tué par sainte Foy], eo quod ad destructionem inclite ville supra sublimam cristam, que monasterio imminet, castellum facere minitaretur. Nam, is eodem tempore Hierosolimitano quoque itinere oppetiit. Quod tamen, cum alias christianissimus iustusque homo esset, ob id extructum ire sibi videbatur, ut debitum sibi neglegentes reddere obsequium violentia sua subiugaret, sueque dicioni submitteret. Sed re vera si id sibi fas fuisset efficere, graviter status loci atque ordo permutaretur. »

3 Pour une réflexion plus approfondie sur ce point, voir Fray (2016 : 75-98).

4 « & illo alode de Perizedo, & alio alode de Sinilio, & illo de Albaredo Sancti Amantii remaneat ; & donet ille abbas de Sancti Amantii in escambio Sancti Salvatoris Vabrensis, valente illo alode de Sinilio, ut plus prope potuerit de Vabro ».

Seitenanfang

Fig. 1. Tableau (très simplifié) de la succession des Raimondins.
Copyright S. Fray 2016
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/2235/img-1.jpg
image/jpeg, 148k
Fig. 2. Croquis de situation des lieux mentionnés dans le texte
Fond de carte à partir de Parisse, 1994. Copyright S. Fray 2016
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/2235/img-2.jpg
image/jpeg, 52k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Sébastien Fray, « Abbayes et pouvoir comtal en Rouergue (IXe-XIe siècles) », Trajectoires [Online], Hors série n° 2 | 2017, Online erschienen am: 20 April 2017, besucht am 11 Dezember 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2235

Seitenanfang

Autor

Sébastien Fray

sebastien.fray@univ-st-etienne.fr, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, LEM-CERCOR UMR 8584

Seitenanfang