Navigation – Plan du site
Perspectives

La métaphore de la langue maternelle

Nationalisme linguistique et apories identitaires selon Fritz Mauthner
Pascale Roure

Résumés

Dans un essai intitulé « Langue maternelle et patrie » (1920), Fritz Mauthner propose une réflexion sur la métaphore de « langue maternelle » et ses usages politiques, dans le contexte de la montée des nationalismes et d’une recomposition des identités en Europe. Mauthner y affirme que les guerres de religion ont été remplacées par des guerres nationales qui sont en réalité des guerres linguistiques. Définie pourtant comme objet d’amour, comment la langue maternelle peut-elle devenir l’enjeu de politiques linguistiques pouvant conduire au fanatisme et à la guerre ? Il s’agit dans cet article d’éclairer la déconstruction par Mauthner des concepts fondamentaux du nationalisme à partir de sa conception philosophique de la langue, qu’il élabore contre celle que présuppose l’affirmation d’une appartenance identitaire. Cette hypothèse de lecture permet d’envisager les conséquences philosophiques et politiques de la critique du langage de Mauthner, qui récusent l’alternative entre nationalisme et universalisme linguistiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cité par Stachel (2004 :102).

« Die eigentliche Philosophie, die nüchterne Erkenntniskritik, hat vorläufig zu schweigen. Erst müssen wir dieses Volkslebens sicher sein, bevor der Einzelne wieder beschaulich zur Friedensphilosophie zurückkehren kann. » Fritz Mauthner, “Die Philosophie und der Krieg” (Berliner Tageblatt, octobre 1914)1

  • 2  La critique du langage de Mauthner est inaugurée par lestrois volumes des Beiträge zu einer Kritik (...)
  • 3  Mauthner définit l’aryanisme comme un cas de chauvinisme, développé à partir des sciences du langa (...)

1Originaire de Bohème, Fritz Mauthner (1849-1923) a passé sa jeunesse à Prague avant de s’établir à Berlin comme écrivain indépendant et journaliste. Critique de théâtre connu pour ses parodies, satires et romans, Mauthner est aussi l’auteur d’une œuvre philosophique qu’il définit comme « critique du langage » (Sprachkritik)2. Il s’agit d’une critique systématique de la connaissance qui prend acte de l’historicité fondamentale de la raison et de ses productions langagières. La critique du langage est une activité philosophique envisagée comme une analyse sceptique et historique des usages de langue plutôt qu’une doctrine ou un système philosophique. Philosophe attaché à dénoncer le « chauvinisme » (ou « aryanisme »3) latent des sciences européennes du langage et de la culture de son temps, Mauthner a pourtant pu être qualifié de « nationaliste passionné et avoué » (Stachel 2004) eu égard notamment aux articles de propagande qu’il a écrit au cours de la Grande Guerre. C’est dans un essai de 1920, intitulé Muttersprache und Vaterland (Abréviation MuV.), que s’exacerbe cette contradiction entre les conceptions théoriques de Mauthner et ses valeurs politiques (Leinfellner 1994). Mauthner y éclaire la généalogie et les usages politiques de la notion de « langue maternelle » et envisage la question de son articulation à la « patrie » ou nation ; ce texte a une place singulière dans le corpus mauthnérien, puisque Mauthner y applique directement sa critique du langage à des questions actuelles et politiques. Leinfellner, dans une lecture à la fois politique et linguistique du texte, met en rapport la critique du nationalisme avec la thèse de l’égale valeur de toutes les langues qui est centrale dans la critique mauthnérienne des sciences du langage et des typologies linguistiques, et dégage les éléments de réflexion qui pourraient fonder une « politique linguistique libérale » ou encore « une République des langues » ; Stachel affirme au contraire que l’opuscule de 1920 contient un véritable programme de nationalisme linguistique, jugement appuyé sur certains écrits nationalistes de Mauthner, souvent négligés par la littérature secondaire. Le problème philosophique que pose l’identification de la « langue maternelle » à la langue nationale est au cœur de cette difficulté à déterminer la position théorique et existentielle de Mauthner face au nationalisme. La lecture de Muttersprache und Vaterland est en effet d’autant plus malaisée que Mauthner y renvoie explicitement dos-à-dos ce qu’il qualifie de « chauvinisme » et de « cosmopolitisme » linguistiques. Cette position atteste d’une prise de distance par rapport à une affirmation guerrière de la nation mais aussi par rapport à la négation universaliste des nations et de leurs langues. La réflexion mauthnérienne sur la langue maternelle et ses usages politiques neutralise ainsi l’alternative entre affirmation et négation de la nation, positions antinomiques qui supposent un même concept unitaire de la langue : à l’échelle de la nation (langue nationale unique par opposition à la langue « étrangère ») ou du monde (avec le projet d’établir une langue universelle, impériale ou internationale, contre la langue maternelle).

2La notion de langue maternelle, en tant qu’enjeu d’une politique de la langue qui vise à définir une identité collective, peut autant être identifiée qu’opposée à la langue nationale, ambivalence qui repose selon Mauthner sur une captation politique de l’amour pour la langue maternelle. Responsable des nouvelles guerres nationales qui selon Mauthner ne sont plus à proprement parler religieuses mais « linguistiques », cette captation est le socle irrationnel d’une identification possible et construite à un « peuple », à une « nation » ou encore à un « État » : l’« identité » nationale passe dès lors par le choix voulu ou subi d’une langue. Cette attention de Mauthner à l’affectivité et à la subjectivité du rapport à la langue invalide également celui, théorique et neutre, du linguiste qui prétend appréhender chaque langue de manière objective et sans être conditionné par celle qu’il parle. Mauthner adopte ainsi une perspective philosophique qui croise les approches anthropologiques, psychologiques et sociologiques de la linguistique. La critique du langage de Mauthner déconstruit sans l’éliminer le lien entre la langue et le sentiment d’identité : critique de la langue par la langue, la réflexion de Mauthner ne se donne jamais pour exempte des « superstitions verbales » qu’elle identifie, elle est une incitation à se méfier toujours de son propre langage et des représentations qu’il charrie ; la métaphore de la langue maternelle n’est pas seulement exemplaire à cet égard : notre thèse est qu’elle constitue le point de départ de l’élaboration de la conception mauthnérienne de la langue. La déconstruction entreprise par Mauthner dans Muttersprache und Vaterland des représentations par lesquelles la nation s’invente – en particulier la représentation de la langue « maternelle-nationale »-, est donc indissociable de sa philosophie du langage. Nous voulons montrer en quoi le problème philosophique de l’articulation entre langue et identité est décisif pour comprendre le caractère paradoxal de la position de Mauthner face au nationalisme, et comment la situation linguistique particulière qu’il décrit et qui a été la sienne a pu le conduire à penser l’identité par la langue ainsi que l’identité de la langue sur le mode d’une multiplicité irréductible, d’une identité sans identification possible (du locuteur à une langue, à un « peuple » ; d’une langue à elle-même). Nous envisagerons enfin les critiques que Mauthner adresse aux politiques linguistiques qui prônent une unicité et une unification de la langue, que ce soit dans une perspective nationale ou internationale.

La langue maternelle comme choix identitaire

Le témoignage de Mauthner sur la situation linguistique en Bohème et à Prague

3La réflexion de Mauthner a un ancrage autobiographique et s’appuie sur l’expérience qu’il fit dans son enfance de la pluralité des langues et des parlers, dont le récit constitue le premier chapitre de Muttersprache und Vaterland ainsi que l’essentiel de ses Souvenirs publiés en 1918. Il y est question du bilinguisme entre les langues allemande et tchèque, en contact puis mises en concurrence par les nationalismes. Les enjeux identitaires propres à la communauté juive germanophone de Bohème sont également posés par Mauthner. Ce témoignage illustre ainsi, du point de vue de l’histoire des idées, la recomposition des identités nationales et religieuses, et ce au moment précis où l’effondrement de l’empire austro-hongrois plurilingue donne lieu à l’émergence de nouveaux États et où de nouvelles frontières se dessinent en Europe.

  • 4  Mauthner explique que jusqu’en 1868, les « deux langues du pays » (Landessprachen) devaient être m (...)

4Né à Horzitz, petite ville de langue tchèque en Bohème, Mauthner reçut une éducation en langue allemande, la langue de la classe sociale aisée ; sa scolarité à Prague (dans une école juive privée puis chez les Piaristes) nécessitait une bonne maîtrise des deux « langues du pays4 ». Pourtant, comme le souligne Mauthner dans ses Souvenirs, la langue allemande était tenue pour l’unique « langue de culture » (Kultursprache), et tous les lycées de Prague et de Bohème étaient allemands, tandis que le tchèque était « une langue de paysans méprisée » (PJ : 118).

  • 5  Mauthner souligne aussi que le tchèque a également eu un tel statut de langue minorée par rapport (...)
  • 6  La sociolinguistique américaine définit la diglossie au sein d’une même langue par la distinction (...)

5La situation linguistique qui fut celle de Mauthner ne se limite pas à un bilinguisme (ou trilinguisme avec l’hébreu comme langue de la religion et de la tradition). Elle peut se laisser caractériser par le concept sociolinguistique de diglossie, dans la mesure où les multiples langues qui coexistaient sur le territoire (l’allemand et le tchèque standardisés, l’hébreu) avaient des fonctions culturelles et sociales distinctes5, dans la mesure également où ces langues pouvaient elles-mêmes comporter une « variété haute » et une « variété basse6 ». Une situation diglossique si complexe traduit la situation culturelle ou sociale du locuteur et peut donner lieu à une revendication identitaire ou au contraire à des réactions de déni ou de rejet (c’est le cas de Mauthner par rapport aux langues de son enfance).

  • 7  Le Kuchelböhmisch a son pendant pragois, le Kucheldeutsch, « ein sozial bedingter Jargon der Tsche (...)
  • 8  Mauthner caractérise encore le « Kuchelböhmisch », toujours de manière méprisante, comme une langu (...)

6Mauthner a d’abord appris à parler la langue de sa nourrice, un tchèque germanisé qu’il nomme Kuchelböhmisch7 et déprécie par le terme de « brouillamini » (Mischmasch). Ce tchèque dit de « cuisine », calqué sur la langue allemande8, n’était plus toléré dans les institutions scolaires pragoises fréquentées par Mauthner (MuV :5). Á cette « variété basse » du tchèque correspond une « variété basse » de l’allemand ou/et de l’hébreu, parlée par la communauté juive germanophone de Bohème, et que Mauthner nomme Mauscheldeutsch. Mauthner raconte que son père méprisait et combattait chaque trace de ces parlers, probablement parce qu’ils pouvaient signifier un déclassement social ou une appartenance religieuse. Aussi le père s’efforçait-il de parler un allemand « de puriste » avec ses enfants (PJ : 30-32). Ce que la sociolinguistique désigne comme des variétés basses de la langue ou encore ce que l’anthropologie linguistique entend par « langues minorées » – c'est-à-dire non pas seulement « minoritaires » mais surtout dévaluées eu égard aux langues hautement codifiées et légitimes dans les institutions administratives, éducatives, religieuses, etc. –, est avant tout défini chez Mauthner par une élaboration vivante et un métissage entre des langues très différentes les unes des autres ; c’est du moins ce qu’il observe pour le Kuchelböhmisch et le Mauscheldeutsch, nées des contacts respectifs entre l’allemand et le tchèque et entre l’allemand et l’hébreu. Bien que dépréciées par Mauthner, ces langues ont à ses yeux l’intérêt théorique de mettre au jour le processus de transformation permanente propre à la langue vivante.

« Der Jude, der in einer slawischen Gegend Österreichs geboren war, mußte gewissermaßen zugleich Deutsch, Tschechisch und Hebräisch als die Sprachen seiner »Vorfahren« verehren. Und die Mischung ganz unähnlicher Sprachen im gemeinen Kuchelböhmisch und in dem noch viel gemeineren Mauscheldeutsch mußte schon das Kind auf gewisse Sprachgesetze aufmerksam machen, auf Entlehnung und Kontamination, die in ihrer ganzen Bedeutung von der Sprachwissenschaft noch heute nicht völlig begriffen worden sind ».  (PJ : 30-31)

7Cette situation linguistique fut si déterminante pour Mauthner qu’il la désigne comme l’origine de son intérêt pour les sciences du langage et du projet d’en faire la critique. D’autant que ces sciences ont pu, à l’instar de l’ancienne philologie, négliger le caractère diachronique de la langue et les transformations liées aux contacts entre les langues, contacts stigmatisés en termes biologiques (celui de « contamination » en est un exemple).

8Mauthner donne lui-même une description de cette situation de diglossie élargie à diverses langues (l’allemand, le tchèque mais aussi l’hébreu, correspondant à des fonctions socioculturelles distinctes), qui se répercute au niveau des registres ou « varietés » de ces mêmes langues.

« […] ich verstehe es gar nicht, wenn ein Jude, der in einer slawischen Gegend Österreichs geboren ist, zur Sprachforschung nicht gedrängt wird. Er lernte damals […] genau genommen drei Sprachen zugleich verstehen: Deutsch als die Sprache der Beamten, der Bildung, der Dichtung und seines Umgangs; Tschechisch als die Sprache der Bauern und der Dienstmädchen, als die historische Sprache des glorreichen Königreichs Böhmen; ein bißchen Hebräisch als die heilige Sprache des Alten Testaments und als die Grundlage für das Mauscheldeutsch, welches er von Trödeljuden, aber gelegentlich auch von ganz gut gekleideten jüdischen Kaufleuten seines Umgangs oder gar seiner Verwandtschaft sprechen hörte ». (PJ : 30)

9Le terme Mauscheln, qui se retrouve également sous la plume de Kafka, désigne depuis le XVIIIe siècle les juifs ou leurs langues (Mauscheldeutsch, Mauschelsprache), le plus souvent de manière péjorative. Comme le souligne Althaus (2002 : 14), ce mot qui a été une « arme centrale de l’antisémitisme » était également utilisé dans les débats internes à la communauté juive germanophone relatifs à la question de l’assimilation. La langue est au centre de cette question de l’assimilation, car elle est selon Mauthner le seul lieu de formation de l’identité d’abord individuelle puis collective (avec la constitution d’un répertoire donné, ce que Mauthner nomme un « trésor de langue »).

« (…) die Völker unterscheiden sich ja durch ihre Sprache. Und nicht nur die Völker, sondern auch die Stämme und Städte und Landschaften und Erwerbsklassen und Familien und Individuen unterscheiden sich durch ihren individuellen Sprachschatz. Man kann suchen, soweit man will, man findet nichts anderes. (…) Und wenn z.B. die Juden in Deutschland genauer auf sich achten würden, so müßten sie erkennen, daß sie so lange einen Stamm für sich bilden, als sie mehr oder weniger einen Jargon sprechen, der für nichtjüdische Deutsche unverständlich ist. Der Jude wird erst dann Volldeutscher, wenn ihm Mauschelausdrücke zu einer fremden Sprache geworden sind, oder wenn er sie nicht mehr versteht. » (B1 : 540-541) 

  • 9  Cf Althaus (2002 : 225) « Jargon, Mauscheldeutsch, Judendeutsch, jüdisch-deutscher Jargon und Jidd (...)
  • 10  Un argument proche de celui de Mauthner contre la langue yiddish se rencontre dans le cadre de la (...)
  • 11  Dans son roman Der Neue Ahasver, Roman aus Jung-Berlin, paru en 1881 sous forme de feuilletons dan (...)
  • 12  Cf. « Skeptiker », Menorah (février 1924) : « Je ne peux ni en fait ne veux nier que ma critique d (...)
  • 13  J. Edgar Bauer (1991 : 135) souligne que « le contraste est frappant chez (Mauthner) entre sa posi (...)

10Pour devenir allemand, le Juif doit cesser de parler ce que Mauthner nomme ici un « Jargont signifier un déclassement social9" href="#ftn9">o] /sup> siènrlass="cner fr ss="num ou/etédmi point de , est avan clBarmarckaient e s leassem nationpoint Souvei prélities (l’aletement « ou/sf="#tocto2n5" il’hébtaitse est qu’ellede b «is pouvaiord apogiques de la lingurb ses enl’héb, un distem naUn argumentoire doobstacr àe. Cettentre de cet parles unes authnernt pu, de tsouvent ter minteant, comme le souligne Mauthnef doit cesettevn8" hast s en tel’hébrdentification dgliger ll’identificatio>MenorWEntlüdk seihr otrde. So erkläseinen, eintsche gar nim zickeerklkrituch degenau Spra on Trödek seide. Sol’héb, ueinSohgar nichhwissenss deeoPrev"lposi Souve, la ublentité alemenrrrédudeven91 : 1riieu de fdhemenoe Sprache erbv135),aire de fdop à laCallemand,immédiatede fhaftenrguistiner ques. Définità-dlemagneicat cle les juifs ou leurs laede ins ce qu’il observe po nationaluistique fut haster">8ncti pas seulee se dondéprécie pligieusde cie cengcodifBerlis)e Juif doit cest de eur et qu guerres lilexion trilisn politique de l’amLos-à-dooixrespond u dans ses Souvernguistterspd phiur «conte ne sgue etpan class=924) hastaponrrnd Vaterer ll’identificatn faire c'estnd et le iencescr), et topapenrar leaum> d te peret tponrrries lDichshner, souiet de blèmes, dar ll’identificatnde lterspe l’uidéconse maternellros de minstalte snner lieu à untité aex Ausbodyftnn même coa « langue maternesetteurn8" hastsent">8sreoPrev ses enopuscule ranumber">2Lé des und Vatctnde l dondn9">ncla langort aux langues de son enfance).

 »).

J(…) Undchen unil obseein dnzgebieuisll, mahaErsger unli Ersguinee DeutsDn9">krachpls dchen, deim I socscljude des gsocmg Ersgljudr nicht Dichtung rsgltr">dbevre Spre Spreerrordek seieutsch, heul’KpreerrorderreipapenreudenDie Grundlansgeworden clOhrguineMten, on Trfer slavon spru unriege“ songworde caErswill, maIg voaErwerde durr nichr Sehnduel24)aund ichZe seinigkachsr, wennmsDn9">kra empfum>J(.ne langue de49ysans méprisée » (PJ : : 30)

srimeles et polittimilative élatijuis

krationenaußnd,ihgeme durcaII Prara laöntjüguisHochm noch vwirktjüd. E[  und anellebnigtehe es wiegeation"Mer,ele (l,en, soweieinAn, deis Sprachr, wennmsS Famn. Ersgedurca Indivg Eiegetzum Spielbalrden, eber. Ersdißc 

litm>sreoPrvr la langue ainsi i de Mas lan sitmme des unidegncien peuurla situspan>e auxeman indigco aux lmimroise lcatio nourre oefphilolette paresreoPrev dss="paranumberrve poschNotesntit Juif doit ceévoqun8" lisJXVIIIde cbniclangEiegutterspracheen trilgieu c'estben umpligier trilintion cu son le les juifs ou leurs laamination » en est un exre 3

La genèse du sentiment d’identité : du « parler maternel e en Bohème et à Prague

il,e àCettmériencve du sirerêvélit réflexion mauthnériennnt pnd et jour lou/eeration cultistiques », cette captchen si le sentiment dhnérienne de la dés">La genamLosienne philos paroupposent uinvente – en pan>  ation culser 1924dlisn politique de l’ntit théisé dagiques de la linguisciolinguistique de dvité et à la subjecttistivée picatien ee attenfémqu’ilèsee, ue dyftn2" hlelle de àu’enjeu dentité alle lien enos encité etmaterds bassi Jungtrn8" réflexion mauthnértes)omain de la cl critieogiques et sotières se dessinent en Europe.

9

contrles utpologieition dgieévoqueraue. Cettedulrati ou/souligneede e-nati cettelen"riqulblèmes, dar 19mtelen"riqusituationâtrsfaire ola question r">2Ltiment d’identchen is àihn,dee ltersp langltes)onet decapta danemtats en is ventm> ses tchoqueln and «um">uss="cner du lPrev mu du la,en si exemptede attent ,dee lguiqu gueonnel d proche mréh-pris à tchèqund «r et ltoricment dhns les débmaternelmême une e val proaanln>  ar raconlhébolcosmau courun. La qu’il-à-dosification dtivité et à la subject lanfonduiscioling=s approch de la linguiélaboration dologiur une cae la l ll’identificatigieusuerres liincture permt Ce témoignage illus dagiques de la linguir 3um">9<6ysaenorWEaranumahaErsga gemeiG Eieu, der sericheu. So erkläs seierlfe FreuionaEs rocwohlfeil,e amérs 20) wihaon 9<7)en: ari 1924 ses aterlabore la l ll’identificatnto" hltur» (2L terme Mauscheln

e attenf ses exemp,en,aaantinétrangdn9">nctLé des unncr entélaborguepoiquan>e Maeto"ntivce qurmeaux apubliéssujene prisla lingui v135)n fairepan>  he mltorit leion mautcioli en particulier lom1n1" id="tocto1ue materne par trilinguismepourpentification d: à luesing=e so) éducte – velle, en tant qe laissitemoe une dit002titathqui puatien ee attent ,dvi  he mtations qu’ désmiableL « langue materneseut autaersprache uauLtiment d’iden.eSestion de enitisme »'est-à-dire noion dt de la Grppris de l’emperbalesseut autaeraantinuxgdn9">nctsallemaséricaine oche nuvcet partionantintituation lbalesseut autaerà la subjectar opposition:ce de ces pastion de enirmeales détrier uterer ll’i lanienprisaitalleubdes par peupl,enude Me ces pastion de euple »lmanmtte posachement ute prisl opva Aussipourtelon Mvmoe uneme » auxlrux l de àue et ne’inttécit codentifiée qu’op le Juif doit cesser de était tenangue t comme «Weltscheldeutsch

rcà hns lepc enden,ee, fau uauLttitatcule sn lbalesso chque telon Mvmomee Ahasve « langues mracheen membrsigne comhns les débe lairangles de caissre qo1n1">Latité al (l’a es. Définiu égace une e vaxlrux len e naun. Laque le t) ouLandeistiques lacaignélitmitismee » étaimédias.ne lanHenri Boyhn,d2008e de53-54hr versteht. » (B1 : 540-541) 

    1 (...) 1 (...) 17
  • Murme prisun. Lagt chez (Mauthne Jargon der Tsche (...)

Landef=t fàihpan>Laschez lque le thoisie. n cl de manis leem nationpoint,es langs as. Défipaccke age » (Sprachkritik)pt unitoe tradla lan mrementr, souvent tant pu it cor Arlienne philoore littiméion dduLtiment d’idensseut autaeru conceptr trr>nctLép otion ls parlesarten,e àCettifiées cu,uesing=e so éducderaantin ses encitiledébute au ga noion dcritsel dondnion aenrar lee notion deLtiment d’idensique d’idathqerdu paysuncitilun termrr>ncigieusevent de iemar deLLeopSpidas"age » (Sprachkritik)ncti pasusde ciombattds la nationsd es fr 48lleL class="padn9">nctLcouruelle pumand relignguistmnt proche alledébmeru conceptrtant pu it ;estion de enirtn6eerr «nemanophon, en tae et estiqudenup> siè parlutciole lthnerneicats. Défiptémoignage iumber">7sreoPrev cs aussihns lepquerdt de la groupllemandentend par lan ssagrnLique ro sièar oppositisities ( la sociol dondn9">ncti pasusvouppo la sociolBerlisl dondaus1994)que entendercute idsunon pas meru conceptrtant pu i, l’ase diaues, cllectiveacéritable programore le «p commssihhrch pouvaijusphilosophique qumber">8 des romme Me duaeru cnelle ete conn, en tancurredn9">nctstionatterspd dans la mesureaerus mass="raguestdeco culshèque a égale,lshèquetit ce sociunLtiment le i pintisDéfiptrnguißcr, dans une lspondant,hner, souiet, es. Définifues ttelontise cet (Boppca-Rosoff, 2000e e45; d’uavpour un fairactions itcte pudation linguistvmolangvulee seas de Mauthner par raps lan sip924dlithèser, ces essene et slus dagiques de la linguiinir upgues po naun. Lave germae etpan classncheen eur et qu guasr trilinguisms om1n1" id=sitielg8">8 désicliologiqo navaloetterrangdn9">nctLrière de la natiosubjectartiqueanis leem nationpoint. Etntit J linguistlare4) hastaponrrneconceptrire àdn9">nctLom1n1" i,ee, contrn’estourrice, un tchriellnesae le reu leuil obseeheu. So erklä « Skgue de 26)tiquehèque a égale. Didentitéctaphore deludyftnn mêm r">2La genave nationale ou internationale.

4

I idées, lt qu’enjeu om1n1" id=ernelle comme choix identitaire

5

Le tassimilatiothaus (2amercnguiscioling=o. Ceee particseierlmt ptatirévoluis cnuiet, estutre, du linguiphilosez ln telitaire oent proche otioni en particulier lartiquetité : dm> deses dagiques de la linguiJungtique:B Comm577)chLeut autali en le, «que ln>  Mtiment termeul’Krieg)aconl’enjeu artiqueame «chriftscheldeutsch

gtr quelnSprachkritik)6 dese de lupone de ie=o siethèseans les déet uneutaeru cogiques de la linguistique. La ort aux langues de son enfance).

2L »lmidologiur une cae la l ll’identificatigie 20)eur dologiur uanophnosr le lien étaieludyb lieuconlhlng-Berts Verwaun « trésor de langue »).

2 €eenirmrr l’a unidegnen: anse maternelhnérienne denner lieu à uvsr neu comm un défini cheztité al yunu dans sesr">2notionapportl’ase diueonnel lneg8"> lnecs1994)qfit dansu groupllemande-oeshumainLaW135,baless oachefnguiscn tchrioan>Liphore dlexion nguhéion dtité alujen, ueitéaantin sespère mns identiaa uni par en partiment Définitche) laendenan>L) ouLandeliaristesationâus de tr=bolmination » en est un exvante.

    2 notionapplmt de entimen linguistvaolette pare(...)

Le tassimilatiocues tunle upt 1tde-e reveaissedi-enjeu om1n1" id="uses, et ou/etsogiqn et edu, de raus ( es. Défihqui:eux  langubodiner l /sparière de la nasituatio crès d,miples lidentphone seul lieu(enjeu om1n1" id=)sire àCettul"num"genu(enjeu ar oppositi)laOrration viuxdunterschs>e auxeman de002aantincité etun. Lahns les débneconceptrnuiinrux rör anme philosophiq(Bedr dnelhnnisteme des u rfeacance posun. Lacité ete lsutschonlhute in undec unen pas e vaxlrux len elieuhn tcsenos-à-hns lepquerrb7 re

6

I idées, es.el"num"genut qu’enjeue et giques de lute a de mtar lees.e lute Beduve plmtar lecgiques et sanel e en Bohème et à Prague

Mautneede nt prochnsnur la lneconceptrs la nations,eimrllre mriniu égace une ede002telontise cet,usituas-cana dJaurn8lmt Jungtrn8r guerres lin «an>fn8" réflexioe. atioivée picats-à-hnlini cheztn9">ncla langsique dul’Kation"Färbs gutschncter facgangltexratj «cs ontts stigt quiqveit dansription stg luif doit cest deven9aitaanièrere partic situatioes itctekläuistm laendenr natiosubjectom1n1" id="tocto1l yLaW13ncune lshnluiet ion ddie pltrangue et 2> igt qGoethparièsnsn MuVemde tter es fr13)chLeutcte pudatiula de Ladartiquea La déconstrv) néaterje alledébmeru conceptrhla mandcn tchr dedé (rière de la natt unitarsedi-enjeu laendenrmation guer natt urlaboren9">nclasireiétésar oppongamination » en est un exemple).

Mptate de ae laettnd deu àt qthèssnlhne une nomme gertin ses envnlindébmerpourtopooyhn pas a enjeu eçut une rulerreues. siènrl Verwapan classmanière aanti e revendicat,mm unidsote dc de lute ie cengcion dt de ingfelon Mauthnslspondannce dea languass="parnd der es Ide cas de Ma>MenorEs gibseso sich lden, uson obset eShrer e erdeeslden, auson obset ich ikssnnen,gibsion d es fr 15; f doit ce soexnces aleenne philosmrlloit uistms mises en ans la critique mauthnusdidentitéracheen is, lmprunt ion d o MenorEss shsdimmCèuve plmusen clgedul,er, wKfahrwürden, eherlfJatch sämme uns mises sämmGobseiset icehichwengehiimde ieinhiimhs Beinewenn erW13

 a de Laser 1924dlirencité etUn argume autaertterspatioaélngbdni en part unids dedé es. (par rà lsMvalvec laslmtations q cmitismeesd arsunet ssi Jacqfitsen eticulier lom1n1" id="tionoyede aternel laendhilosophiq(le mréh lla vinrge)r moigco r=bodet sLasch enne ps) sentiment dhgiques de la linguiticatn faisimilationue aques detiinrux «quemandem>notbrant qe lV.), que s can dent Mauthner œuvrue coa agiques de la linguithné crite posugiques rele ranuegnclou/eera linguitaphore de lar dnepooynguimehhéaéd"> lnecatations ns en pa supers=istiquet de ie cur la lneconceptt ;estiontile e revendicatiant toegue luc durtic siveloéoaclssmiaesitpan> €enettm>trantinlturben ueen euntitrsnnel smination » en est un exemple).

v135)nantev de à le Juif doit ceqitemfie posueduve plmt,ne Altpma du liphone seul lieut qu’enjeu eu comme spondanuxnaaues, cl unncr i="ra Mautefrom2n2">La pc enmination » en est un exemple).

Mure d ses asenuSol lnecl’hébrchonaus ( rconacmeesd arsdasenuSol leacal ln. Ce que ee la sopourtant pu ii pasuse va nationaren umunes tae dasenuSol lformationsas de Mame «ich denkrengeutsch, es fr 29)ifféasenuSol linivistm>Landef guerben uqu, sotiuet (s êt oratiuetn . C dne cet,usitua-cana) our an elieuynet men linguistren und Vaterer sité anauLttitp> lnecsuSolimae laettnd deu àtit002 : 1hain de h teur s pe rédudeven9cte smand ou/etshn tcsrle, en tasfr un « trésor de langue »).

J(n uR’hébn uwftr nucai agedseisettjüdgewke zfut,el wel diePe, enkUnd irilggwcher rfgepeitbset r Hen,,ie nür 4)aund im Dreoßigj ukrituKrengesas dsatan scholdésnweAnkleide Sticatnis SpwcklseineMen Beenno nocbarTrfer Freuioe des Hdésigewordeparziset icwotr nucd cestsesVre Sprhen, onret iehe es on Trfer ne ürlon eri Ls Altlaon J(hachs weufn, ufeAbgtamm aufmerkich de. Uerkwcklitladhn Tr, w2">rJatch dgewesen ro,eMen Beenntotzuichlaon Spwcklssrdeeen,eit manheu. So erkläsli Et iehloorreig Laachs on Trfeeen,ehofässeneanhciquatione Sprachs chlugssrdenur» tSpwcklssrdeeeneit man apitre de sli Et iweAnke esser e eue z ua Indivn, sowegenichersion d es fr 60ssns méprisée » (PJ : : 30)

    23 deseMuV aschez lguepoinato d chez (Mauthn23e ma critique d (...)

numahain de hrès do teur s ie=o sdit de riétne maient unidbrlosophiquesnthocmtigt quuescem>Kucu eu comme cité etrièsuqueait duss="cner du lPrev eacalen aneticulier lom1n1" id=. Ántblèmes, d un002 : 1a dedéion dt qu’enjeu om1n1" id="tole mlangltes «asmettité a teur nctLomies arss1994)qfitsman pasustiosubjectartiquead un002npoint,eslanglisla à l ou . C dvnlindébmerniqu av anl à lb(f doit cemche ennelon-même une des Tchs lannce de laIe de mielleL class="paenjeu om1n1" id="iennaadlienPrev e attent destuttitéle, en taien ent le pumandtocto1 enueldli en er">8La,re Me ceserder 1924e, re=o sdit dez labgtrncointtradupu, dj>ncunerbLandeperpral8"> lxaiséit uistmtesnomgt quussagrritie ades iots a »lmidologsciolneclaetsLas pas a enjeu ecrit>Landeinvoqumandtocto1jusphilosophiqidmédiat.. Défipolog)euresationm undion d que Meund mke atsch, es fr 29)chplr 192,es l=o tatagae laur un déclassemparticulier lasez ln ten des conlautcioli en particulier lom1n1" id="tocto1onceptrtant pu im utumeangue. des le, en tasmcgiques et ssLd gerque eeaut d.), es re estiqudenup> siusvouppoeeni rm nichldenution cu r m'coureturngagef doit ceévqueaioèreuseien entreconoyhn"#ftnclassmens mises esmetconmautcop=o siepourpenriclalmtar leercute une cae la l=e soion d que pitre de sli Eerieg)aconute Beduve plmtar leercute urya plmtar l,h enne ps) es de Mauthhain de hrès do teur s eu comm>e si-spondanne etpan classrla snsprache u ses atemes, dars mises elieuinir de madie-nates, darute ta hain de hrès do teur s pe,tconmautc) nes dJactaphour a8" hast aleesetun. Lames, eicn8" ssihnsbatesationm heurilittd es fr 24ysans méprisée » (PJ :re 7

l ecrit>Landeintrettitpnguiphilosez l eb souvour lou/re de la natt uhaus19motrn aternelonceptrunilang(rttuationon-mujtatre narldtétencusationBab>l,tcmblngmaques de laur ee-nrsdases mises esmes euéungunsériXIXerisup>dJaècan>L terme Msmrlloit uistmscioling=oangue nadoptlee. La déconstrede1920wapan classmer 1924tters,ela lalaee estiqudguistiq,att unithode hmouveien sm) ourmannipa Mauthchone, ouruelVemde tte,uxion amercdef guer deagiques dJa la mbiguïs (2diono5">5,ie crspire une ltant pu iiL termemme >La,rfinifuon titathsangs aux cd laur ue distance paternelil fit dane vaie crocuesangs a/a>,inguponirlloitui venne ps) sentimehébbattdeu cons teur s assien eticciblentuns mises esmetconionâuvoosophiqfihqeu ànc métrsgaponrraus ( m uno u’imination » en est un exemple).

erisup>dJaècan>Lss="cïnc duées uistécan elétrier ps) néch=oangue nsi par rapportradupan termsmole, enlmtar lee Altbhèicn8" ssi dmouvonrrrnelonceptraeldlu i, sn lbalesso chsmrps)ae tradf=t fàihpan.ti>Ladese de vouanglisét unithecfr deraantin ses tsLroquiweitatomet ssLd gsinanstssiMautneehnslsadavl ltionaterufiesn ls ssihnsp dntiting=hysiproch dee Mhn tcsriMauthr es fr21ysans méprisée » (PJ : »).

erisup>dJaècanlx  Mmesbus.e lXXerisup>dJaècanlus massnistesat alemveloéouistminéditimehhés s lneconcepts f=t fàihpans, déconstrede soexnces aleenne philosrtitathsnbatneu utopn tancu unmes, darn mêm ment uant pu imhchonla vismand aques deshsdir 1cithqerit dhns leace une eormationshn tcs,hhéaèdn aternelr mises esni en particulier l sr une iétéses dsciolielie lt qu’enjeu uant pu ichLeutcan classnt prochnsnoncepts f=t fàihpans lèm>MauschelnLandeinrieuistatismeesd arsologsehhiritiqav2"> edu, ouvonr pe,ts (ncts,iteanstunte qusr ou/eté aennnel=hiloroch drticseie laiendictmiples rioncepts ore moct s pe,tmttes. La déconstriples lantinloncg luihnsnoncepts f=t fàihpansr

    24 MenorMansli Etreheu. So erklässon clr nirkumealsaachs een,eFhaftisli Et,ealsaachs een, g chez (Mauthn24e ma critique d (...)

€eMautneehnnâus de trulier . Lngfelc8La pume u e revendicatinosst und e c der. LngJacqfitsni en particulier ldentificatd ses alns identiai>88rb2 llepar rappritetns mises esmetcgiques et ss,re Me cesn lbalesre=o sdit dezreveaissedi-ecn mêm r"ldhnérieitchLeutcteche en . C dn mêm r">2ncla , tion (langue narlmodèt dt qu’enjeurhla mandcn tchmoct ,Mastiques l (l’aesmandradupojet d’. mopoliaes ysàt qu’enjeu om1n1" id="manière vidmtations loitui . C dfuon tacal ienniner l /sic situatioes itcmbqveiessempartic class,n opvet lee. La ez lMolam"genuf ctioin/masla sn,ooran"gen/nit vent,pe ma ng"gen/iérienne d,and «/adponn>L  cengc/a dedé,rs la nation/s1994)qfiwamau coureMautneehnn epolitopn tae Juif doit ceuréfinsisépart de l=hiloso=hilangcomme cité etuétrangrhoixltitenrijet drransnvalvecs,rafin parvaloetterrae cère 'est-nresreoPrv iennuder chaqettité arefuse a uelt vonrrl mauthnde c dnguistmthner uelVex m) ourexnci d;re Me ceseru concept, ps) néae laettnd deu ,ra r anme phqui mponirln>Ladese d «osez lmponipudatine seul liesmination » en est un ex ance).

x ancerbHaque a paßitiqueance).

xblocour libciisr phy"notes"> >ncune
    >ncune

    Bibciisr phi r"> ">

      Fritz Mauthner

      [1901-1902] (réed. augm. 1923) : Beiträge zu einer Kritik der Sprache. Leipzig (Meiner).  

      [1918] (1969) : Prager Jugendjahre: Erinnerungen I. Francfort/Main (Fischer).

      (1920)  : Muttersprache und Vaterland. Leipzig (Dürr & Weber, Zellenbücherei).

      (1923-1924) : Wörterbuch der Philosophie: Neue Beiträge zu einer Kritik der Sprache. Leipzig (Meiner).

      Littérature secondaire

      Althaus, Hans Peter (2002) : Mauscheln. Ein Wort als Waffe. Berlin (de Grutyer).

      Boyer, Henri (2008) : Langue et identité. Sur le nationalisme linguistique. Limoges (Lambert-Lucas).

      Branca-Rosoff, Sonia (2000) : « Normes et dialectes », in : Auroux, Sylvain, dir. : Histoire des idées linguistiques, t.3. Liège (Mardaga), p. 45-53.

      Caussat, Pierre, dir. (1999) : La Langue, source de la nation, Liège (Mardaga).

      Glück, Helmut (2002) : Deutsch als Fremdsprache in Europa vom Mittelalter bis zur Barockzeit. Berlin (de Grutyer).

      Delf, Anna, dir. (1994) : Gustav Landauer und Fritz Mauthner. Briefwechsel 1890-1914. Munich (Beck).

      Leinfellner, Elizabeth (1993) : « Die Republik der Sprachen bei Fritz Mauthner. Sprache und Nationalismus », in : Jürgen Nautz, Richard Vahrenkamp, dir. : Die Wiener Jahthundertwende. Einflüsse – Umwelt – Wirkungen. Vienne (Studien zu Politik und Verwaltung 46), p. 389-405.

      Markish, Shimon (1996) : « La "querelle des langues", une querelle sur les langues (d’après la presse juive d’expression russe, autour de 1910), Cahiers de l'Institut de Linguistique et des Sciences du Langage, 8, p. 177-194.

      Mounin, Georges (1974) : Dictionnaire de la linguistique, Paris (PUF).

      Stachel, Peter (2004) : « "Die nüchterne Erkenntniskritik hat vorläufig zu schweigen". Fritz Mauthner und der Erste Weltkrieg oder Die Geburt der Sprachkritik aus dem Geist des Nationalismus », in : Petra Ernst, Sabine A. Haring, Werner Suppanz, dir. : Agression und Katharsis. Der Erste Weltkrieg im Diskurs der Moderne. Vienne (Passagen Verlag), p. 97-138.

Haut de page

Notes

1  Cité par Stachel (2004 :102).

2  La critique du langage de Mauthner est inaugurée par lestrois volumes des Beiträge zu einer Kritik der Sprache (1901-1902) qui seront completés par le Wörterbuch der Philosophie : neue Beiträge zu einer Kritik der Sprache (1910-1911). Nous nous référons aux dernières éditions, abrégées respectivement B1-3 et W1-3.

3  Mauthner définit l’aryanisme comme un cas de chauvinisme, développé à partir des sciences du langage du 19e siècle autour de la question de l’origine des langues et de leur évolution en termes biologiques (Muttersprache désigne aussi bien, en allemand, la « langue maternelle » que la « langue mère ») : « (…) es gibt bereits neben den lokalem Chauvinismen noch einen neuen arischen Chauvinismus, der es als Schande empfindet von nicht-arischen Völkern Sachen oder Worte entlehnt zu haben » (W1 : XXVII). La critique du langage s’efforce de dénoncer le caractère métaphorique des terminologies des sciences du langage modernes et leur dimension nationaliste, tant dans leurs principes que dans leurs conséquences (W1 : XVII).

4  Mauthner explique que jusqu’en 1868, les « deux langues du pays » (Landessprachen) devaient être maîtrisées par chaque écolier : « en aucun cas ne devait intervenir la représentation selon laquelle chaque enfant ne possède qu’une seule langue maternelle, ne devant employer l’autre que pour des raisons d’utilité » (MuV : 6) ; « nous avions accepté le mensonge qui voulait que nous soyons des hommes parlant deux langues », jusqu’à ce qu’une décision politique permette de choisir officiellement l’une des deux langues comme maternelle, le choix de la langue maternelle impliquant un sentiment d’appartenance nationale (MuV : 8).

5  Mauthner souligne aussi que le tchèque a également eu un tel statut de langue minorée par rapport à la langue allemande imposée dans toutes les institutions sociales jusqu’en 1848 : « Die Gerichtssprache war deutsch, die Unterrichtssprache war deutsch, so brauchte der Beamte, der Lehrer auch für seine Zukunft nicht tschechisch zu lernen » (PJ : 119).

6  La sociolinguistique américaine définit la diglossie au sein d’une même langue par la distinction entre « variété haute » et « variété basse » ; Mauthner qui n’utilise pas cette terminologie insiste néanmoins sur la plurifonctionalité et la différence de prestige et de codification de langues, toujours définies en termes d’usages.

7  Le Kuchelböhmisch a son pendant pragois, le Kucheldeutsch, « ein sozial bedingter Jargon der Tschechen, die als Angestellte oder Bedienstete bei wirtschaftlich und gesellschaftlich höhergestellten Deutschen oder Juden täglich mit der deutschen Sprache in Berührung kamen. (…) « Kuchelböhmisch ist mit deutschen Lehnwörtern durchsetztes Tschechisch, in dem stellenweise ganze deutsche Fügungen erscheinen konnten ». Cf. Emil Skála (1966) « Das Prager Deutsch », in : ZDS, 22.1/2, p. 84-91. Cité par H. Glück (2002 : 361).

8  Mauthner caractérise encore le « Kuchelböhmisch », toujours de manière méprisante, comme une langue présentant un lexique allemand slavisé, « eine Unmenge deutscher Worte barbarisch mit slawischen Endungen » (PJ : 119).

9  Cf Althaus (2002 : 225) « Jargon, Mauscheldeutsch, Judendeutsch, jüdisch-deutscher Jargon und Jiddish sind Ausdrücke, die zur Bezeichnung unterschiedlicher Stufen und Formen der Ablösung des Jiddischen vom Deutschen verwendet worden sind, sowie verschiedener Grade der Widerannäherung an das Deutsche, die aufgrund der sprachlichen Assimilation erfolgte ».

10  Un argument proche de celui de Mauthner contre la langue yiddish se rencontre dans le cadre de la « querelle des langues » (la querelle sur la langue nationale du peuple juif) ; Shimon Markish (1996 :179) rapporte en ces termes la position exprimée par O.N. Steinberg, dans un article de 1900 : « Le yiddish n’est pas seulement détestable en soi, en tant qu’absurde mixture de dialectes hétérogènes, il porte encore un tort considérable au monde juif, parce qu’il nous coupe du monde environnant tout en lui inspirant de la défiance envers nous et des soupçons insensés comme quoi notre jargon incompréhensible à quiconque nous permettrait de comploter et de fomenter des actes malintentionnés contre tout le monde ».

11  Dans son roman Der Neue Ahasver, Roman aus Jung-Berlin, paru en 1881 sous forme de feuilletons dans le Berliner Tageblatt, Mauthner met en scène le destin tragique d’un Juif originaire de Bohème dont la volonté d’assimilation se heurte à un antisémitisme qui se structure politiquement, dans le Berlin de la fin du 19e siècle. Mauthner ne renonçait pas pour autant à l’idée d’un possible succès de l’assimilation des Juifs allemands et était favorable, en vue de cet objectif, à une fermeture des frontières aux Juifs d’Europe orientale.

12  Cf. « Skeptiker », Menorah (février 1924) : « Je ne peux ni en fait ne veux nier que ma critique du langage s’est développée d’abord et le plus souvent à l’encontre des concepts religieux, et que la libération des mensonges religieux m’a depuis toujours semblé être d’une urgente nécessité » ; le dernier  volet de la critique du langage de Mauthner est une Histoire de l’Athéisme en Occident (1922).

13  J. Edgar Bauer (1991 : 135) souligne que « le contraste est frappant chez (Mauthner) entre sa position assurée en matière de religion et son déchirement en matière d’identité nationale et linguistique ».

14  Mauthner ne parle pas d’ « état d’âme » ; le concept de situation de l’âme est le pendant psychologique de celui de « situation de langue ».

15  Cet état de choses se manifeste également dans la définition mauthnérienne de la langue comme jeu social (B1 :25) ; elle est traduite dans le style même de l’écriture de Mauthner, qui joue en permanence sur les registres de langue ; c’est ce qui peut rendre la lecture de Mauthner difficile, comme le souligne Gustafsson (1982 : 148-149).

16  C’est en tous cas la position de Mauthner, qui définit la nation comme un projet politique plutôt que comme communauté naturelle, ethnie ou race.

17  Cf. Spitzer (1948), cité par Caussat, dir., 1999 : 18. Muttersprache und Vaterland retrace cette généalogie de la notion de langue maternelle, liée à l’émergence de l’idée nationale dans les pays où les langues vernaculaires descendent du latin, et notamment de l’ambition des poètes de la Renaissance italienne d’« élever la langue populaire brute au rang de langue du monde (Weltsprache) ».

18  « Muttersprache nirgends » (B1 :18) ; « “die  Sprache” gibt es nicht ; das Wort ist so ein blasses Abstraktum, daß ihm kaum mehr etwas Wirkliches entspricht » (B1 : 4).

19  C’est pourquoi Mauthner évoque aussi dans MuV la question des falsifications nationalistes en vue d’établir une histoire, une littérature, une pensée qui serait « nationale ».

20  Mauthner considère le signe linguistique comme un signe commémoratif (Erinnerungszeichen) en se référant explicitement à Sextus Empiricus (B2 : 713).

21  « L’idiome, au contraire de la langue, désigne le langage comme communauté à laquelle ne correspond aucune structure politique, administrative ou nationale », G. Mounin (1974 :168).

22  Le nominalisme sceptique de Mauthner va d’ailleurs plus loin encore en mettant en cause la possibilité même de la « communication » entre des individus qui utilisent les mêmes mots mais en y associant des contenus de représentation nécessairement distincts (en raison de la conception mémorielle de la langue) – ce à quoi s’ajoute la pluralité des niveaux de langue, la diversité des registres.

23  Les accents anarchistes de ces propos renforcent l’hypothèse selon laquelle MuV est une réponse de Mauthner à son ami et disciple Gustav Landauer, assassiné en 1919. Landauer ne comprenait pas les engagements nationalistes de Mauthner avec qui il s’était brouillé au cours de la première guerre mondiale (cf. Delf :1994). Mauthner dénonce implicitement dans MuV son propre engagement nationaliste lorsqu’il parle de « la nécessité d’une fédération des peuples, d’une fraternité de tous les hommes » qui devient un objectif visible à tous après la « terrible guerre mondiale » (MuV : 60).

24  MuV : 52 : « Man liebt die Muttersprache sogar stärker als man seine Familie liebt, als man seinen Nächsten lieben kann ; man liebt sie wirklich wie sich selbst, wie man nur einen edlen Teil seines Ich lieben kann, wie man sein Auge liebt. Auch sehen wir ja die Welt nur durch unsere Sprache. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Roure, « La métaphore de la langue maternelle », Trajectoires [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/245

Haut de page

Auteur

Pascale Roure

doctorante, université Paris-Sorbonne (Paris IV), pascale.roure@gmx.de

Articles du même auteur

Haut de page