Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Lucas-Leclin
Traduction(s) :
Editorial
Introducción

Texte intégral

1Le terme de pop culture – équivalent anglo-saxon de « culture de masse » – désigne un phénomène culturel qui commence, selon l’historien Dominique Kalifa, dans la décennie 1860 et se développe tout au long du 20e siècle. La pop culture englobe l’industrie culturelle et les médias de masse sous toutes leurs formes, de la presse jusqu’à Internet, en passant par le cinéma, la radio et la télévision. Cette approche n’épuise cependant pas la définition de ce phénomène : quels liens tisser entre culture populaire et culture de masse ? L’ambiguïté même du terme de pop culture, diversement commenté et traduit par les spécialistes de l’histoire américaine (J. Portes, M. Kammen), témoigne de la difficulté à établir des frontières. Les termes quelque peu faciles de « consommation », de « série » ou de « stéréotype » sont-ils suffisants pour en comprendre les effets ? Couramment opposée à la culture d’élite, la culture de masse a longtemps été – et est encore – considérée avec circonspection, notamment du fait de sa mise en cause par l’Ecole de Francfort – la reproductibilité technique de l’œuvre amenant, selon Benjamin, à la perte de son « aura ». La diffusion et la reconnaissance institutionnelle du « pop art » a achevé de brouiller les cartes.

2Les articles de ce numéro s’organisent autour de trois axes d’analyse permettant d’explorer la complexité des rapports entre littérature et culture pop.

3Claire Cornillon, Jennifer Dick et Vanessa Besand travaillent sur différentes stratégies d’emprunts à la culture de masse, selon deux logiques distinctes : la première, d’ordre esthétique et ludique, privilégie le jeu avec les codes et le renouvellement des genres ; l’autre, critique et subversive, s’attache à dénoncer ou du moins révéler les ressorts économiques et idéologiques qui sous-tendent la culture de masse.

4L’article de Claire Cornillon analyse l’influence de deux genres phares de la culture pop, la science fiction et le polar, sur les œuvres de Richard Morgan et Maurice G. Dantec. L’emprunt aux codes de ces littératures dites « de genre » ménage l’espace d’un double jeu où se déploie la liberté créatrice des écrivains : aux phénomènes de réécriture et d’hybridation générique proprement littéraires s’ajoute la référence à une contre culture plus large, allant du film noir à la musique rock, jazz ou pop, qui enrichit l’univers sensible et imaginaire des textes. Jennifer Dick et Vanessa Besand étudient des œuvres où ces procédés d’emprunt sont doublés d’une distanciation critique ou ironique. Si la romancière autrichienne, Elfride Jelinek, s’inspire elle aussi des schémas d’une littérature populaire qu’elle avoue avoir consommée sans retenue dans sa jeunesse – polars, romans à l’eau de rose ou soap-operas – ses romans affichent une démarche ambigüe. Cette écriture, Vanessa Besand le souligne, se situe au croisement de la réflexion des cultural studies et du postmodernisme : elle met en cause le cloisonnement entre culture d’élite et culture populaire tout en révélant les ressorts idéologiques et marchands de la culture mass-médiatique. Jennifer Dick enfin s’attache à l’utilisation subversive des techniques publicitaires dans la poésie concrète et visuelle des XXe et XXIe siècles. Cette « poésie de combat » vise à renverser le message consumériste de la publicité à travers des armes empruntant à l’efficacité visuelle de la publicité (travail sur la typographie ou la mise en espace du texte et de l’image, procédés de montage, de collage, etc.), mais privilégiant les effets de décalage, d’ironie ou d’humour noir.

5Geneviève Orssaud et Bettina Ghio rattachent l’analyse des interactions entre littérature et pop culture à un questionnement d’ordre identitaire, qui passe par la confrontation, et la différenciation, des concepts de « culture de masse » et de « culture populaire ».

6Geneviève Orssaud analyse le travail d’une nouvelle génération d’artistes argentins, née dans les années 90, à travers les œuvres du photographe Marcos Lopez et des romanciers Alejandro Lopez et Cucurto : les références à la culture de masse s’accompagnent dans ces œuvres d’une réflexion sur les conséquences désastreuses de la politique néolibérale de Carlos Saul Menem, qui a permis « le troc de l’identité argentine contre une culture globale bon marché ». Outre le « trafic des corps » et « le vol des vies », ce capitalisme international a empêché les argentins de renouer avec leur histoire en niant le passé national et l’identité plurielle de l’Amérique. L’article aborde par ailleurs l’ambiguïté de la position de l’artiste engagé dans un système qui se nourrit de la contestation : le choix d’une dénonciation « oblique » à travers l’objectivité d’un regard documentaire ou l’humour, caractérise la stratégie singulière de ces œuvres. Bettina Ghio s’interroge quant à elle sur « le cas du rap français » et la légitimité de son intégration à « la littérature » : le travail sur la langue qui caractérise les premiers textes du rap français permet de les rattacher à « une lignée littéraire conciliant prose, théâtre et poésie ». Retraçant les origines de l’émergence du rap en France, la rédactrice conteste la théorie du « phénomène de mode » calqué sur le modèle outre-Atlantique, et avance une autre thèse : « l’appropriation » d’un moyen d’expression qui répondait à une urgence sociale et identitaire, déjà latente dans la pratique du « théâtre beur » au début des années 80. Le rap apparaît ainsi comme une pratique du métissage, à la fois sur le plan identitaire, à travers la recherche d’une « interculture » dont « l’origine migrante soit reconnue », et sur le plan culturel : au croisement de la culture classique et de la culture orale populaire, le rap permet de redonner sens à la notion, « trop souvent méprisée », de « littérature populaire ».

7Les articles de Benoît Faucher et Cécile Cristofari enfin, abordent la question du lien entre littérature et pop culture à travers l’analyse de l’apparition de nouvelles stratégies de lecture liées à l’évolution du statut de la connaissance ou à l’émergence de nouvelles pratiques créatives au sein de « communautés » de lecteurs.

8Benoît Faucher étudie la figure du geek dans deux romans de Coupland, Microserfs et JPod : cette figure, qui intéresse à la fois les études anthropologiques et culturelles, et la littérature, se définit par une passion dévorante pour un domaine restreint de la connaissance. La mise en regard des romans de Coupland permet de saisir l’évolution de cette figure entre les années 90 et 2000, du stéréotype de l’asocial fanatique à l’incarnation positive d’une « stratégie de lecture » nécessaire à « l’ère du trop plein culturel » : la masse infinie d’informations qui caractérise notre époque oblige à établir un centre depuis lequel la connaissance progresse « en réseau ». L’article interroge ces nouvelles « stratégies de navigation culturelle », faisant valoir la nécessité de substituer au fantasme de totalisation du savoir la « maîtrise temporaire » de segments de la connaissance. Cécile Cristofari enfin montre comment le développement des « fanfictions » et des jeux de rôle permet de repenser le rôle du public : dans ces pratiques apparues en marge des littératures de l’imaginaire, le lecteur revendique le rôle d’« acteur », convertissant l’acte de lecture en acte d’écriture. Souvent élaborés à partir d’univers fictionnels préexistants, les jeux de rôle et les fanfictions remettent en cause le rapport traditionnel à l’œuvre, textuelle ou filmique, comme système achevé et clos sur lui-même. Ces pratiques créatives rappellent ainsi « l’époque où la distinction entre culture savante et culture populaire n’était pas si forte et où la transmission se faisait avec une grande souplesse, en fonction de son public ».

9Nous tenons à remercier chaleureusement notre correspondante pour la Serbie, Nadja Djurić, qui a coordonné avec beaucoup de rigueur et de diplomatie le dossier « Université Invitée » consacré dans ce numéro à la Faculté de Philologie de l’Université de Belgrade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Éditorial », TRANS- [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trans/327

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Emilie Lucas-Leclin est agrégée de Lettres Modernes, et A.T.E.R. en littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue sous la direction de Philippe Daros en décembre 2011, s’intitule "L’ouverture de l’image dans les œuvres de Claude Simon, Peter Handke et Richard Powers". Cofondatrice de la revue TRANS-, elle en est actuellement la rédactrice en chef. Elle est membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page