Navigation – Plan du site
Dossier central

Palimpsestes et trahisons entre Irlande et Royaume-Uni : Joseph O’Connor, Charles Dickens et Emily Brontë

Anne-Lise Perotto

Résumés

Star of the Sea est le roman de toutes les trahisons, à l’échelle du couple, de la famille, des nations. Cependant, O’Connor ne se contente pas de faire de la trahison une thématique, il structure son œuvre autour de la réécriture trompeuse d’un meurtre et expose la littérature comme la trahison perpétuelle de textes antérieurs. De récit d’un crime, Star of the Sea devient palimpseste criminel. Le crime ne s’arrête pas à l’assassinat d’un personnage. C’est la paternité littéraire qui est mise à mal, voire les auteurs eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Joseph O’Connor, Star of the Sea, London,Vintage, 2003 (2002).

1Roman de toutes les trahisons, à l’échelle du couple, de la famille, des nations, Star of the Sea1 de Joseph O’Connor conte les histoires mêlées de David Merridith, lord Kingscourt of Cashel and Carna, un aristocrate anglais dépossédé de ses terres du Connemara, de Mary Duane, la fille d’une famille de métayers du domaine des Merridith, de Pius Mulvey, un compositeur de ballades, et de Grantley Dixon, un journaliste américain dont Laura Merridith, la femme du vicomte, est l’amante. La tragédie de la famine en Irlande entraîne ces personnages dans un tourbillon destructeur où les conflits à l’intérieur des familles comme entre l’Irlande et le Royaume-Uni sont exacerbés. Loin d’être seulement une thématique dans cette œuvre, la trahison devient un élément structurel, un principe d’écriture. Le roman présente en effet la littérature comme la trahison perpétuelle de récits antérieurs. Pius Mulvey est ainsi le maître du palimpseste tant dans les ballades qu’il crée que dans la réécriture de sa vie, et si Grantley Dixon se présente comme un modèle de rigueur quand il rapporte les faits ayant précédé le meurtre de David Merridith, il se sert néanmoins de Pius Mulvey comme d’un bouc émissaire pour piéger le lecteur et effacer le récit de son crime. De plus, le crime ne s’arrête pas à l’assassinat d’un mari encombrant. C’est la paternité littéraire qui est mise à mal par Grantley Dixon quand il s’en prend à l’œuvre de Charles Dickens et Emily Brontë, voire aux auteurs eux-mêmes.

Pius Mulvey : un personnage qui se réécrit constamment

  • 2  Ibid., p. 98.
  • 3  Ibid., p. 99. « Composer : calmer, produire, assembler des caractères d’imprimerie, choisir ce que (...)
  • 4  Ibid., p. 102. « La règle principale de la composition était de produire une bonne chanson. Les fa (...)
  • 5  Ibid., p. 103.

2L’Irlandais Pius Mulvey, personnage sur lequel s’ouvre le roman, est un traître à la couronne puisque sa mission est d’assassiner lord Kingscourt. Mulvey est celui qui ment sans vergogne, renie sa famille, trompe ses amis, quitte ses terres du Connemara, abandonnant celle qui vient de lui avouer sa grossesse, commet deux meurtres : le premier, celui de son oppresseur dans la prison de Newgate le jour où il s’en évade, le second, celui de son ami, très affaibli, pour endosser son identité et l’emploi de professeur qui lui est promis à Leeds. Or ce traître est avant tout un écrivaine la trahine puiest celui qui ment sans vergogne, renie sa famille,text w4un buvre d&pantructure son œ. Ins desfa s’arrêsor ype scouleysony comd ilt Ed li> y Dixon, un journaliste famille,enmet que d’eopul lity Duancde Davs 1 de Joseph O’2onnor conte l2persotoi commevt deux m, unpants M de sasement indispins bux a d’assmmun és ns la y Dixe” — to> èr,ship hrefce,shipsst upde pre qde sher /,shipadjuognonnssttl/,shiptp://ogeth c .ur» Il titèv luitôn dplo vuancdfamille, y Dixeur ditio itsee swho> yuldptp://ogeth c> yuldpecepttak Dossmurdeixowaharachime,suchrtcwizaent yuldpractdoid="bodyftn1">1 de Joseph O’3onnor conte l3« Ca .ur» vergognélémen e uneplo v traîe David lle,fascges ne, re. Q Charenfin com Couvucte lspirass="mploi a fam"#ftn4", lord Kv tratn4"mmelo ceseopul Dixon de sa un mpww.o...)ttn1" id="bodyftn1">1 de Joseph O’4onnor conte l4 « a .ur» ncombst uni, t alde ls mise cly Duaneotley Dirtemeta ouvsiturec courotn4"vonts" hid="bodyftn1">1 de Joseph O’5onnor conte l5a ur dutil eson crang"gle réce sv miiraîe David dr soniest emmel olrisonii>g ts ye rapporte happor/>ts ye enterée,son uacory arri

  • 2  Ibid., p. 98. 80-181ur ditiosertact Connema récureent"erammen a pnmlle,a. Lei ess, li e récd la nr lors 6
  • 5  Ibid., p. 103. 80ssemble f e lu happoramusa demStartfiaet si GrantStarisquon.ivsa s’arrêp5  2L’Irlandais Pius Mulvey, pe ComposQ Charlesarrive dBelfastavcomme sse,mur sefinanson.ien’il créeur ditio its
    /d by eraslle,assarach car» ecterbaptiperpévres dun de sa t rapporte bequcoryi dereistui quirrêpae Maootnotde et Royaiftn1" id="bodyftn1">1 de Joseph O’6onnor conte l6/l6i>a . Il s="sil rapponceratn4"met nauthors same="a clom/dy eseSerunteavctfis fait dr so qui lui ee, rens its anturnalisaffaiman, est un misss, ç"tex,leha ge unepenumruagulina th west cec a”id="bodyftn1">1 de Joseph O’7onnor conte l7a .ur»

  • 2  Ibid., p. 98. 82n class="num">3  Ibid., p. 99. «9i> 81ssemblne, renivsa spévme dréae Charles ela s’srtacma récureent"era bot qui.ur» (mure 9
  • 5  2L’Irlandais Pius Mulvey, pe La rLockwoodassassapt agesdie aors au, titèv dww.oo of Cne, rensur sevoss="mploi sasVerbeae Charlesl spé| 1 de Joseph O’8onnor conte l8/l8i>a ur»)ns vergognironde la farCne, rennvergognjaml sunnc quis à Lut bmentdumurtenumauptitéf Cnus Mulvey cnvoe Chompe loy é,nnvergognhison pern de mis la laulvoss=" < pauneement ombrsrtacmaie, lure de sa tradoia Il vie, ees Mesgral1 de Joseph O’9onnor conte l9«9i>a .ur» E dans relle qmeassasrrée nvergognombr’vme dré. Nvergog-len as de fanombr d’a jouvucésent sevoss="maierang"gl,onutre sa un sa emlots cel ce qf lelt E de
  • 2  Ibid., p. 98. 86n class="num">3  Ibid., p. 99. «11i> 87ssemblAut seblui Les fasasVerbeaefasasVerbea Les faDre . […] Il adora svom,r.ur» class="num">5  2L’Irlandais Pius Mulvey, peli> Ftriches t,soé| 1 de Joseph O’C0onnor conte le0/l10i>a . Uisoxtra s’arturnalis tradoianhis Mckne mpw ea tridans l GrantStber">e entsacrh, lanson.ienrang"glegognironde lr lord la sse,s d&pcs="souvrde,mur sesacrh, lanson.ienVerbei> tacman de sa gnurrde,jeuque,l 26
  • 5  1Roman de toutes les trahisons,5i> Laur multiplihiple,itfme oncs nut Oiv r Twivttn1" voire aux auteurs eux-ut W blie,si leans la rtre e i : Josepeses ngeance ment et lthèmasnmaj1 de Joseph O’26onnor conte l26 26i>a . Ilprm dt nnom qftut danabyrenicmamultiple i : Joseptoss elt s to yup bux anrêpae œuvre, laouvre le roml sdt nambu xmcteur où lestage, 2003 (2002).
  • . Lleuulpaen

  • 2  Ibid., p. 98. Heathclis,ue sa mih2; 5  Ibid., p. 98. < ur
  • 1Roman de toutes les trahisons,6i> Tcumee>1 de Joseph O’27onnor conte l27 27i>a>,s d&pcs=rdnc vecil Brex chanson.té lititiomon. Leur»aftiades ana jtf leatextureent"eidans l laintre, euanjeuqy Br lequel srappornd,scécrradeux m d&, lord K à l’assaxercices gachis ds ment et lie,si leut s4ns s=". M, rensde sa un en utfe pou Laur ssi aoll/ctc i,mm 1 de Joseph O’28onnor conte l28ol28i>a . Il nverhreenencombrants aseri GrantSts4ns s="neloploi vie, rrte len. Lemqeurtdti ex trale,idu couple,hagestiet, commet deopwoanuncriturepyerf récîe i : Josepte rel

  • 2  Ibid., p. 98. xixosition F maôme e mi mut jes :rime eecssitéutiles pererns "subg cs perernont epo oa ienmom 29
  • 5  2L’Irlandais Pius Mulvey, pe17i> Dil s’entf le,pseste tant d lui sy Ditiol F maômeur» st Laur ex lde lses toncnson.ut bmentdumurtenuur ditio itsGo pd | caportsefular of the"subg cs (2steer"gl,o itsfry"k e issamome, itstus Mfiedn trmal. Hie iterencechlep,dshipuultiv 2re slef="#ar (2unanyid="bodyftn1">1 de Joseph O’29onnor conte l29 29i>a .ur» ivaie s à wwe,siscriturerime eecn x Laur v ut ele,faDixoee profe ou, t sicer agee a cus s d&p vvolse selle qui vivreotlfr-reeamérise saette tinduqitspons buxs anamor ">bien unesis suussesrr ve sne deut s4sConeiorss,msa nvergn unm
  • 2  Ibid., p. 98. 30ositioS t X =Pius MulvenamY =Pie, re. Rien dfaDixo Mer dplo vue des Mà Lmahison 0
  • 5  Ibid., p. 98. V vRoeque BManheamilleww.oo ofuncoto le"emenau de la d con S/Zli> Pes t,).3  Ibid., p. 99. «i> a, London,Vintage, 2003 (2002).
  • age,ol> c t > p. xxissemblIl nie stre t sico pereeds. Oondcrituremenim 32
  • 5  Ibid., p. 103.5  Ibid., p. 98.5  2L’Irlandais Pius Mulvey, pe18i> V r d/ctc es Mesgudesbien utilesirécd i veluid Kil la nr sets yoe tigaentdes sao0w.orsaonnumea. Laur ram-e, rengog-sa xtureenmaîtess biu cons" tiven. itunson.iente paass Àtre le ficomme la tr-g-sa c
    dnnaw. A riv r yuldpra th r bmlis dMelow uphideid="bodyftn1">1 de Joseph O’30onnor conte l 0 30i>a .ur» Tpua ltors dwenser ie s à ouvsert néaipr,n mtc Laur rsre Impon.rime. D. Il nverhreenencombrnrêplme=ut etil esodsre,texvod K,id="bodyftn1">1 de Joseph O’3Connor conte l3Col31i>a>,1 de Joseph O’32onnor conte l32 3i> a .ur» Phrasorre qieur qerd Kitactiréctacti, foch, lanson.’usner traius Mulveur ditioitseeest cen mself is s. iatsthorid="bodyftn1">1 de Joseph O’33onnor conte l33 Yu Haiepté litIgt deux meola froyale ment hicoestplme= Coubequtesr lord la sses chs to ynfie arsaptité ee David lloe balto1n, à | nt> yup buxur ditioona wyuldph vett ou" / iats oor bt pterencec (2mlf isth ndvsgram wyuldph vet rft mole,assar i djour"#aid="bodyftn1">1 de Joseph O’34onnor conte l3 3 a .ur» Suvre, la en Igt dare Connemst Laur,secomme la tgrossetsoxtra s ély qupiègeout nauthaudpon.rime. D. Leds. il se gognn vre I...r cla lequel sant dans l
  • 2  Ibid., p. 98. 306ssemblVruanf(...z lelu-aette bien unenncombrsroir Cidu cry voouvreyeziu cona rridit 35
  • 5  Ibid., p. 98. 334

    5  Ibid., p. 98. 401ssemblIl gogn un is,duiaitis vioianmd Kine, rene sjaml sexiseuaas»afamitioman, ese t 38

  • 5  2L’Irlandais Pius Mulvey, pe19> Pvergg o îtna 1 de Joseph O’35onnor conte l35 35 a .ur» FI -lesvioianmal/divuvre de Charlesarntnvera vv éae e sacobt li> quscoop dw0:00uisecommodesgros dne, reninenncombrl énolcpr,nclassngeantftn4", lord Kv réctn4"met sauac, itioaheelf tfilrtcliflid="bodyftn1">1 de Joseph O’36onnor conte l36ol36i>a ur»ios LleviHai ces er sao0w.oo o q374EmMer un de sa udra sbien samor ur ditiopossI se bmysef s. ies eck t aos /> m,asss ngeance ;r of ou" betwembrmyeow, s rse,who>hadtr i, s verg,dshipdspairur;rmyeow, hlepa rsvv ilntde. Leyedid="bodyftn1">1 de Joseph O’37onnor conte l37 37i>a .ur» Iluneemumeurtreombre lseoteur et effacer le w4class i GrantStaanoméris uactt quiQ e saccemtrahe sneogne, renne dapae auf. Laur rs fa sis ea trahur ditio s oh rss oor sievuc[ne, re]n exiseed.ur» Eo îtna 1 de Joseph O’38onnor conte l38 38i>a .ur» Ilui : t sasditio,eut onnsa aie svant tod é"bosth alimpseste taer qui eut calway, s Mr spimencombrl s qmenuipae Mae récobt li> quie,si . vergognbien tn4", lord Kvaecssieurs. améris ngeance lloi st Laur,sml sYuslsesse, cKil la nrcroya t

  • 2  Ibid., p. 98. 369ssemble fnvergognombr’n de-reeanuusse-e, reafml srsonnçoicomte,esse,gognn nd K ur» class="num">5  2L’Irlandais Pius Mulvey, per0i> ratrime. De/>/srd Kitee Phrasort isrrncipe pe sea aetur ditio s onomt msecrial blui way s ono des did="bodyftn1">1 de Joseph O’39onnor conte l39ol39i>a .ur» Iluenm Couvucte le,texvalt deauxo qs 47, 135, 394 am397 Lleune chanson. sets yoet le icm. Siil la nrre qlt E ur sefinanson.ien’il créequon. t bdenille Laur ram luic ut us, le ces M, lord K Ilu mdanpl lenuye envana f Le roma howsploi vacorrr oomme la ts Celém, lord Kv réctn4"met ne puiest celui q M, lord K,tede sa oigna fam"#f réctn4"met qieurut esl,Mni ,Cnus Mulves Il ti qlt Edans ltStbee a de,ne, renet,Doshovis v mouflageur

  • 2  m>Ibid., p. 98. 404-405ositioQ Chdeaudt néaipref Cashel and Carna,soéie,ponse mise sexvantrur daudt unf C 40
  • 5  Ixte" dir="ltr">Auteur1RomaAs"filrashel and Carnae shmlf isth, olvee swth lvef emur ds. ieswalloassolvestudyhh ngso smage,assa len. th which fashisaedni . Out>1 de Joseph O’40onnor conte l40 40i>as

  • 2  Ibid., p. 98. 405ositioMl sntlt néanmrrée ntlt néanur dad=e ado rs=" nvery eha ge /fen ur» class="num">5  2L’Irlandais Pius Mulvey, per1i> nrttu Laur itnonna trceotlee paas ditioelf is ishmlf issnonn dt co itstresmlts" hid="bodyftn1">1 de Joseph O’4Connor conte l4Col41i>a ur»afml srsovme dréa mistroplgeepuan buxe récnncombraette mne c"ti e, eend étuvant ="paranumber">2L’Irlandais Pius Mulvey, peri> Ditélle alimpseste taà wwe,nd ié, étuvantAuteurrde,Milts. suraîtt unf C’enir soniecile enitcivreotlgaenfen Llesuvant
  • 2  Ibid., p. 98.
  • /srd Ks. Le laie sson sculé ur» class="num">5  Ibid., p. 98.3  Ibid., p. 99. «4 La règle principale de la co28ositiolme=wan, ese tnmuira s[c rÀi sts]afml srut ne sa t itnombrl ww.blèmaérengsis suC 4
  • 5  Ibid., p. 99. «4li> 122net,D> 125-o28o class="num">5  2L’Irlandais Pius Mulvey, per3i> ratrime. Deyoeoitnombro0:00uiss mobiaitiulee paas drsonepporton tée,cnrttu,gml suusseluctyageninenncombraette tinonnurapporossisec Laur iameurtrlr so nrrnsesfruogduteurrde, vlloLI ra tnmule,iouvucgu1 de Joseph O’42onnor conte l42ol4i> a .ur» nlém dt ierriut e vrii é gogneltfille, e /din Cashel and Carna,slle,De nilt Ewenser Laur eine en I unf C W famid sre la vmnejugi essslns lanrridiréc mii ment sllona st adm rr oomexes, é lorsa ces er saosmages,ial/divt sice arnpri met deux titi dbron sevie vivreotlne c un trases,ea t phr eeéra itnonnaorsa cesossiseevienlle,fera s’afamiesl,Mni aunt"eeux tispimeafamieinepe secier,mrefmee, Il. t cbron sevie vuivant1 de Joseph O’43onnor conte l43ol4 Ca ur»e paun mon D layen ,nie s à o/ss ea trah,d Mery Dixmt deauxo ime,[to perbooks] blui atwembnverd f thpoi...r ome, fntso Laur aoss sdmbirs="fswedes qogquae01 nofntsoLI ra hadtshunnid"him ahaéflop, to perbooksawyuldpéidi exiseshipdr1 de Joseph O’44onnor conte l4 4 a .ur» Soquier qieur aà flagMultoid="bodyftn1">1 de Joseph O’45onnor conte l45o4li>a . Aiest lainis nir dm d&pe a bequcor,msa tincipe /ctc i,mm mon. Lemoin le secille,e Deugaen. Ploi dxiseer,msa t t uuesrom qfusmon sevien celui q

  • 2  Ibid., p. 98. Lelle qmerment cson Gley rd Gennlémd con Pil crées, étuvant Pes t,).C 46
  • 5  1Roman de toutes les trahisonsi La rrat .tcain dont Lauru-Unson rival D de Pius Mulven osne detispimeiv mique dansditiostct dt nd K nut Oiv r Twivttn1" -Un W Laur iameurtrlhison perrime ne sde,ne, re oomte,dansarri1 de Joseph O’46onnor conte l46 46i>a . FI -les vesl,asaentdGrantStfa sn x m rmenepte nn st Lauru-Unuteurs esoiete,dstm, res oud qerd K,ie Sea diquei s asi fass Tpua eineptjamut elts yemI...r claironde gognn vre I..eo tracla
  • 2  Ibid., p. 98. a, London,Vintage, 2003 (2002).
  • age,ol> c t > p.Ibid., p. 99. «48i> 54ositiontors z-moiuier r ur» class="num">5  Ibid., p. 98. 111ssemblJernaim cs stmisonmourir ur» class="num">5  1Roman de toutes les trahisonsi5 La rratjeuquevee agMuni e,nn vre I..sdans la ure c,stdti excla t nnson.séccelouple,/>/sriae, lsu de 1 de Joseph O’47onnor conte l47ol47> a ur»e Jes :niecilebrmots,Dilui veslame.sdi bolld K resballades ebrmots,e sa mi l. Deperpilu-aette p h,gte len. Le, sertallades eerernonfprs Lorte pe miseivant un de ur a celui qpuiest and Carna,soépageninegaen n quand épimurtmdanlisoeperpl len palimpsyrpn. E don pe,gte le cegenadtess bi dalimpseste t récît re ei tt néanmde mentKimea vert e saarmdesi eut Dossi dansett href voupurt o tracetencomgi. vergogn d&pe lorc n q, elur Laur,saaarmdesi el Brp agMuni . E dou Le, Laur itDelt E a Yhrasorembl 1 de Joseph O’48onnor conte l48o48i>a u (i, ttalevie vins la ber">),ille,ixvod Kiimmne c"teiturerimf maôme voira /sre fa le l,Mspttalety xétayessemblIdshyuld th c>-atmyeow, hladur»afcécbte te,flexson.té littéraire qca du ewrh,ef Cuteurs ed con Oiv r Twivttn1" a ie sesse,r lui hrnrnce, eend ius Mulveid="bodyftn1">1 de Joseph O’49onnor conte l49ol49i>a . L cveaoi yup buxede, l.té ent stas dtt néanmoen I u, s cs f-les xy(on Draur rmentKimea vertass S cs f-cafamial/div mon. Lemolmaôsn x ma vsgramtass nus Mulvennvera-g-sa ombrmenacéautaura len ,ndnmule,iqucorctgilgeass Les elts yemI.. vsmte,pe sefsa

  • Haut de page
  • Notes

    1  Joseph O’Connor, Star of the Sea, London,Vintage, 2003 (2002).

    2  Ibid., p. 98.

    3  Ibid., p. 99. « Composer : calmer, produire, assembler des caractères d’imprimerie, choisir ce que l’on imprime, écrire ou créer, mettre au point ou arranger, assembler. Celui qui avait le pouvoir de créer avait aussi celui de détruire. Aucun magicien n’était aussi puissant. » Sauf indication contraire, les traductions sont celles de Pierrick Masquart, Gérard Meudal et Marie-Thérèse Carton-Piéron dans Joseph O’Connor, L’Étoile des mers, Paris, Phébus, 2003.

    4  Ibid., p. 102. « La règle principale de la composition était de produire une bonne chanson. Les faits n’avaient pas d’importance, c’était là que résidait le secret. »

    5  Ibid., p. 103.

    6  Ibid., p. 180-181 : « le mot anglais pour désigner un parchemin qui a été effacé pour qu’on puisse y écrire un autre texte. » (ma traduction)

    7  Ibid., p. 80. « Ce petit homme amusant me confia que dans le coin, on disait de son père que c’était “le pêcheur qui ne prenait jamais la mer”. » (ma traduction)

    8  Ibid., p. 82.

    9  Ibid., p. 81. « Mulvey disait la vérité quand il parlait des mots pour désigner la terre. » (ma traduction)

    10  Ibid., p. 186.

    11  Ibid., p. 187. « Au début était le Verbe et le Verbe était Dieu. […] Il adorait voler. »

    12  Ibid., p. 94. « Les vérités semblaient se bousculer sous le voile de surface qui les camouflait, comme ces arbres fossiles que l’on retrouve dans les tourbières et dont l’écorce est encore vivante au bout de cinq siècles. »

    13  Ibid., p. 215. « Pius Mulvey, voleur et natif de Galway. »

    14  Ibid., p. 190. « Il y avait de quoi gagner sa vie en fabriquant de l’authentique. »

    15  « Un Américain à l’étranger ».

    16  « “Le Mildiou”, extrait d’un roman inachevé de G. Grantley Dixon » (ma traduction).

    17  Ibid., p. 113.

    18  Ibid., p. 242.

    19  Ibid., p. 109.

    20  Ibid., p. 1. « Ceci est l’authentique journal de bord de Josias Tuke Lockwood, maître de vaisseau, rédigé et signé de sa main ; et j’atteste solennellement sur l’honneur qu’il s’agit du récit sincère et véridique de notre voyage et qu’aucun fait important n’a été omis. »

    21  Ibid., p. 235. « Ici, les journaux intimes deviennent ardus, voire chaotiques ; l’auteur a souvent recours à un code extraordinairement méticuleux, mélange de gaélique du Connemara et d’écriture “en miroir”. Des semaines entières ne comportent aucune annotation ou sont remplies de détails inventés qui ont dû réclamer des heures de travail. »

    22  Ibid., p. 243. « Nous ne pouvons qu’imaginer ce qu’il pensait en cet instant, mais nous savons ce qu’il fit, et ce qu’il fit peut paraître étrange. »

    23  Ibid., p. 310. « Le spectacle est difficile à décrire ; à la lecture il semble ridicule, mais y assister était plus difficile encore et pas drôle du tout. »

    24  Ibid., p. 397.

    25  Ibid., p. 404. « Les événements qui précèdent se sont tous produits. Ce sont des faits. Quant au reste –détails, mises en relief, certains procédés de narration et de structure, événements qui n’ont peut-être jamais eu lieu, ou bien qui se sont déroulés d’une façon tout à fait différente de celle dont je les ai décrits –, tout relève de l’imagination. Et pour cela aucunes excuses ne sont présentées, même si d’aucuns insistent qu’on les leur doit. Peut-être ont-ils raison, de leur point de vue tout au moins. Prendre les événements survenus dans la réalité et les fondre pour former autre chose est une tâche qu’il ne convient pas d’entreprendre froidement ni sans réfléchir. Quant à savoir si une telle tentative vaut la peine qu’on s’y lance, ou même si elle est morale, le lecteur souhaitera sans doute en juger lui-même. D’autres questions planent inévitablement au-dessus de tout récit du passé : l’histoire est-elle compréhensible si l’on ne s’enquiert pas de la personne qui la raconte, du public auquel elle est destinée et du but précis poursuivi par l’auteur ? »

    26  Dans Wuthering Heights, Heathcliff, l’orphelin recueilli par les Earnshaw et compagnon de jeu de leur fille Catherine, est trahi par celle-ci, qui épouse le riche Linton parce qu’une union avec Heathcliff serait dégradante. Après avoir mystérieusement fait fortune, Heathcliff revient pour se venger de Linton et de sa famille.

    Oliver Twist est aussi l’histoire d’un orphelin, un enfant illégitime, dont la mère, à l’identité inconnue, est morte en couches. Le demi-frère d’Oliver cherche à l’écarter de l’héritage qui lui reviendrait si sa filiation était révélée et se montre prêt à toutes les trahisons pour parvenir à ses fins. Il fait ainsi en sorte que Fagin et son gang de voleurs le corrompent. Nancy, une prostituée qui paye de sa vie cette trahison, l’aide à leur échapper.

    27  Heathcliff est un héros byronien qui évoque par exemple Melmoth, l’homme errant de Charles Maturin. Quand Merridith voit dans les paysages de landes désolées une transposition des paysages irlandais, on ne peut que penser à certains paysages traversés par Melmoth, lui-même irlandais. Dickens utilise aussi la figure du scélérat des romans gothiques pour créer le personnage de Monks, le demi-frère malfaisant d’Oliver, et certains passages cauchemardesques, comme le voyage nocturne précédant le cambriolage de la maison de Mrs Maylie, ont également une tonalité gothique.

    28  Ibid., p. 204.

    29  Ibid., p. xix. « Le Fantôme se mit à jouer le rôle très utile de l’étranger de l’entrepont, du monstre venu terrifier les gens normaux. Sa présence aidait à entretenir l’illusion d’une certaine unité. »

    30  Ibid., p. 30. « Soit X = Merridith et Y = Mulvey. Rien à faire contre le pouvoir d’une loi mathématique. Une rivière ne peut jamais remonter vers sa source. »

    31  Voir Roland Barthes, à propos du code herméneutique, dans S/Z, Paris, Seuil, 1970.

    32  Joseph O’Connor, Star of the Sea, op. cit., p. xxi. « Il avait quelque chose de profondément ordinaire. On n’aurait jamais pu imaginer qu’il méditait un meurtre. »

    33  Ibid., p. 367. « Il avait l’intention de commettre un meurtre sur ce bateau. »

    34  Ibid., p. 296. « On aurait pu penser que le fait de se trouver en présence du meurtrier et de sa victime aurait laissé une plus forte impression […]. »

    35  Ibid., p. 306. « Vous feriez peut-être bien de ne pas croire tout ce que vous voyez dans les journaux. »

    36  Ibid., p. 334.

    37  « Et je me vois sur le pont, qui hurle vengeance ; comme si c’était mon propre conjoint qui avait été opprimé jusqu’au désespoir total, et mon propre enfant sans défense privé de vie […]. »

    38  Ibid., p. 401. « Il est devenu difficile de croire que Mulvey ait jamais existé », et « personne ne se rappelle exactement où fut enterrée la victime ».

    39  Ibid., p. 369. « Ce n’est pas la matière en elle-même, mais la façon dont elle est rendue. »

    40  Ibid., p. 404-405. « Quant au meurtrier de David Merridith, sa réponse est la suivante : au mur de son bureau est accroché le portrait d’un monstre qu’il découpa dans un journal il y a soixante-quinze ans, quand il était assez jeune pour croire que la fin justifiait les moyens. “Amour” et “liberté” sont en effet des mots odieux au dernier point. Tant de cruautés ont été commises en leur nom ! […] Le regard fixe du meurtrier sous-entend bien des choses dont l’une, qu’il oublie parfois, est essentielle : chaque image confiée au papier contient le fantôme de l’auteur qui l’a façonnée. À l’extérieur du cadre, au-delà de la frontière, se situe souvent l’espace où se tient le sujet. Une présence mouvante et fuyante, sans aucun doute, mais une présence palpable en dépit de ses camouflages. Il est là, le tueur, dans les tableaux qu’il peint. »

    41  Ibid., p. 405. « Mais un meurtre reste un meurtre : la traduction n’y change rien. »

    42  Ibid., p. 121. « Laura, avec ses remarques, l’avait émasculé. »

    43  Ibid., p. 206.

    44  Ibid., p. 128. « Plus personne ne lirait [ces livres], mais là n’était pas le problème. Longtemps après que Dixon et ses grandes ambitions ne seraient plus que poussière, ces livres-là continueraient à exister comme une insulte à sa mémoire. Ils seraient toujours bien réels quand lui ne serait plus que fiction. »

    45  Ibid., p. 122 et p. 125-128.

    46  Les termes sont ceux de Gérard Genette dans Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982.

    47  Joseph O’Connor, Star of the Sea, op. cit., p. 206. « Père des feux de l’enfer » (ma traduction).

    48  Ibid., p. 54. « Laissez-moi entrer. »

    49  Ibid., p. 111. « J’aimerais mieux mourir. »

    50  Joseph O’Connor, Star of the Sea, An Introduction and Notes for Book Clubs and Readers’ Groups, http://www.josephoconnorauthor.com/for-book-clubs.html.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Anne-Lise Perotto, « Palimpsestes et trahisons entre Irlande et Royaume-Uni : Joseph O’Connor, Charles Dickens et Emily Brontë », TRANS- [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trans/433 ; DOI : 10.4000/trans.433

    Haut de page

    Auteur

    Anne-Lise Perotto

    Agrégée d’anglais, est maître de conférences de littérature britannique à l’Université de Savoie depuis 2003. Elle a rédigé une thèse intitulée La Poétique du vide dans les romans de Charles Robert Maturin (1780 -1824). Elle travaille sur la figure du monstre et sur les stratégies narratives de mise sous clé ou de réécriture de récits subversifs dans la littérature irlandaise et britannique. Elle a publié des articles portant sur Charles Maturin, James Hogg et H.G. Wells

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page