Navigation – Plan du site
Varia
Comptes rendus d'expositions

Sally Mann, La chair toute nue

Lisa Rossi

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « But even today, a woman is expected to take a narcissistic pleasure in fulfilling male fantasies (...)

1Il y a trente ans de cela, la féministe Margaret Walters remarquait qu’il subsistait une distinction tenace entre « le Sexe-qui-regarde » et le « Sexe-qui-est-regardé 1» dans les conventions de la représentation du nu. Une vingtaine d’années plus tard, Germaine Greer réaffirmait cette assertion et déplorait que toute transgression de cet état de fait provoquât la controverse, ou pire, n’éveillât aucun intérêt (The Beautiful Boy, 2003). Si le mouvement féministe des années 1970 a vu des artistes – femmes, majoritairement – s’intéresser à ce sujet, parmi lesquelles Deborah Law, Sylvia Sleigh (Philip Golub Reclining, 1971) ou plus tardivement les « Guerilla Girls », il semble que leurs réclamations n’aient fait que renforcer cette dichotomie : plus ou moins humoristiques ou frondeuses, elles persistaient à s’adresser à un public masculin, probablement occidental et hétérosexuel. Cette conception du nu est de fait aujourd’hui encore prégnante et il semble qu’elle le soit d’autant plus en photographie. Si l’on peut facilement citer une dizaine de photographes ayant à un moment ou un autre de leurs carrières choisi d’explorer le nu féminin, il devient franchement plus ardu de trouver parmi leurs consœurs la démarche inverse. On peut bien entendu arguer que Nan Goldin, ou avant elle Diane Arbus, ont porté leurs regards sur des hommes, souvent nus ou légèrement vêtus. Mais leur statut de freaks, de marginaux - parce qu’homosexuels, travestis, et/ou obèses - les habillait plus sûrement que n’importe quel vêtement. En d’autres termes, leur représentation n’avait pas pour objet d’exprimer, voire de satisfaire un possible plaisir visuel féminin. Dans le domaine de l’art, l’homme-objet de désir ou de célébration s’est finalement vu majoritairement honorer dans la catégorie restreinte de la photographie contemporaine, elle-même parfois récriée, de l’homoérotisme - de Mapplethorpe à John Dugdale ou au couple McDermott et McGough. Dans ce contexte, il est notable que la Gagosian Gallery de New York ait choisi d’exposer sur ses murs prestigieux, du 15 septembre au 31 octobre 2009, la dernière série de la photographe américaine Sally Mann, intitulée Proud Flesh et exclusivement composée de nus masculins.

2Sally Mann a conquis sa renommée dans un climat de controverse liée à sa représentation d’une enfance sensuelle et grave, dont les protagonistes étaient ses propres enfants et la toile de fond, un ancestral paysage virginien. La nudité d’Emmett, Jesse et Virginia (et les accusations d’inceste ou d’incitation à la pédophilie qui en ont découlé), était l’une des causes du scandale, tout comme l’apparente immoralité avec laquelle la photographe semblait vendre leur intimité. Plus que tout, Immediate Family bouleversait les codes sacrés d’une enfance idéalisée où le sexe, le danger, la violence, la décrépitude ou la mort n’existent pas. Dans cette série, l’artiste posait néanmoins les jalons d’une représentation masculine doucement subversive. Car si on retrouvait Emmett dans la position du jeune garçon vulnérable et abandonné, fidèle à des canons hérités de la Renaissance, l’objectif de sa mère révélait aussi sa force et sa virilité en devenir, une assurance tranquille et éhontée face aux regards inquisiteurs des spectateurs (The Last Time Emmett Modeled Nude, 1987). On pouvait surtout apercevoir, par intermittence, la figure de Larry Mann, époux de l’artiste et père des trois enfants modèles. On le voyait embrasser ses enfants, les prendre dans ses bras, les consoler, tour à tour en père affectueux, nourrice, et même madone, si l’on se réfère à la composition de The Good Father (1990) - les deux filles de l’artiste lovées contre leur père assis - qui rappelle en tout point celle de La Vierge au Chardonneret de Raphael (1505-1506). Sally Mann le donnait aussi à voir, plus rarement, dans des mises en scène érotiques, parfois teintées d’humour, comme dans le cliché où, les pieds dans le lit de la rivière, nu, dans une pose classique de contrapposto, il tenait contre son corps, à hauteur de son bassin, une cane à pêche dressée vers les cieux (Larry, 1977). Connaissant la prédilection de la photographe pour l’intime et l’immédiat, il n’est pas surprenant que Proud Flesh soit entièrement consacrée au portrait de celui qui partage sa vie depuis quarante ans.

  • 2  Dans son roman Lolita, Nabokov fait dire à Quilty : « A Frenchman once translated my Proud Flesh a (...)
  • 3  A ce sujet, voir l’étonnant documentaire intitulé What remains, The Life and Work of Sally Mann(...)
  • 4  Voir l’article de Andrew Pulver “Photographer Sally Mann’s best shot”, The Guardian, 9 septembre 2 (...)
  • 5  Le communiqué de presse est également disponible sur le site internet de la Gagosian Gallery.
  • 6  Proud Flesh, Artist’s statement, à lire sur le site internet de la Gagosian Gallery.

3La démarche n’est pas nouvelle. Avant Sally Mann, des hommes, parmi lesquels Emmett Gowin et Harry Callahan, ont fait de leurs épouses respectives les points d’ancrage de leurs œuvres photographiques. De la même façon, Sally Mann a photographié son mari et leur vie commune depuis le premier jour de leur rencontre dans une série familièrement baptisée Marital Trust. Prolongement de cette série, Proud Flesh résulte néanmoins d’un évènement décisif dans la vie du couple. Il y a une dizaine d’années, on a diagnostiqué chez Larry Mann une forme de dystrophie musculaire, une malade évolutive, lente mais irréversible. Le titre de la série est d’ailleurs sujet à une double interprétation, car si « proud flesh » se traduit littéralement par « chair fière2 », l’expression est également un terme utilisé en médecine – en particulier vétérinaire et équine -, pour désigner le surplus de tissus de granulation qui peut se former sur une plaie durant le processus de cicatrisation, avant qu’une peau nouvelle ne recouvre la blessure. Nul doute que la cavalière qu’est Sally Mann ait connaissance de ce phénomène qui, non traité, ralentit le processus de guérison et inflige des déformations anatomiques à un organisme par ailleurs sain. C’est ce même paradoxe, celui de la vigueur malgré la maladie, et, inversement, de la maladie malgré la vigueur, qui se devine dans les propos de la photographe lorsqu’elle affirme s’étonner encore à la vue des membres amoindris de son mari3, bien qu’elle se soit appliquée pendant plusieurs années à étudier son corps avec minutie. Que le désir de figer la maladie dans le collodion ou que le besoin de ré-apprivoiser un corps qui devenait étranger président à cette démarche importe peu. Dans chacune des trente-trois photographies qui composent l’exposition, Larry Mann prend la pose, son corps nu tantôt nimbé de lumière tantôt dévoré par l’obscurité, altéré par les nébulosités de l’émulolutiphotographique représentras.ois teintées s bien quisir d en parrollintéeseur inbhéritnaidioulgré laythte gi peuecnt. E’hui enait néanmoinsive, n.oispn 4.0 composiren pgosimr fière He. Sastuaux - (Fig. 1)n terdental et hées pieds da féme. Sr ipeu.tapposto,u nouois sian Galre àiur ea un « Se clichup da bassin, uneu visresd la pose, soRapharement, ="hotl au tivesaulu lége deeprentemeéft Maise qu’edévoré flent dinair, téglid et l’énoorie resttérftn4" sa vie den pubmpédola exoral et h’anne sufois tue re au ntapposxuel lttôt nimbé une d jue s’bres à un. colorly, httpdnnee phait cek goder vbereasyer sucéfèènela posw touteacksmith pèo,y Manisealsom. Hnne oktég godlikéfysi lerollicy Manshinnnaissecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">34".) 4ression u la ml quit néanmoin. la pose, solle. Avant Snaitenaiubêchnisage dr esc héa="fr"aledes memd’une mère ttôun set décin etée d la maladception dle. Avacihhé o’bg celclichns/emnnaioffette. Lentitlle e ttalemariDobo=" eyly Manhejet dbuola thaat Pmarchhejet dem> malatealsobpleaspluar s">Doucnaission ure.ir, p-erge aou que lese est également di « OIL » d’ecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">35".)5ommuna>. colorly, tMlisetde ityy Mansograg=" thachheeallown stesistic plthempicStors thachIetdd naissecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">36".)6Proudssion .

  • 2  Dans s7article de Andailleurs 977). ateMing maux - un ass=" 977)Deep So/eéanmoi(2005)xistentlleurs 977)Antaeromanmoième.e aou que ass(...)
  • 7
  • 5  Le com8article dle. Avadil est n-qui-rst paco-lme ute quographié sonm>Mur vie ee dautrenet du la m>The Good Fau nimbé(...)
  • 8

1Il y a tr’articEe effet drsoitlle. Avas ch et héjglixiston, imsexuele resttéhiquesi «ographié Emmetollodion nela poslle. Avant Slétonnstoout point celiMurvital et héess pieds ds 977)nait-opasemanmoiphotograré vicSe laphar1977)Wt Scume Lov pouvaitFig. 2)sérinimbéelui dphotograui-raim eateabîmnaletâtenaletomiquenaleché osauvns, Thehan,xt, 9 Persir Hnjet- Fig. 3)iolencphe lola pose, soeategriffnalent les l,l n’eres puncphe lola pose, soeategriffnaeleché osiutive, a tgrat lid ejet d da baappsinin. affeotag>Larrrst paumeprésentras.ois teoitjet dusi se dnetinquiaffeoratestic massérs pieds ds «ographié oôttiphs fttei s,te. Leus rarphs /em>met hotopaint de crs g" /> oôttipéjaffna moulinss,ipéjaffsn/emnrs,ipéjaffnaithur riedle. Avaiciit une ar s plus lêtement.atudt cost paumeprésentras.oion,our dts et emexploruciale - Paé une besoin hurid enet pgraph «ag>r de la phot des artis90ait néanmoinsala mastiui, nroclassse et tivevans unst opaiétonns rar soithmoio37".)7 7una>. D décin-qui-rst paco-lme ute unTmnrsseo,iptisée Marlimat /em>, 9 Farmanmo, anger,s dedaues. ôttiéno ds baapurplusm>The Good ois r e tiquisisealle de laé uneyver “ Il y ae, Prangerus enem>ur, ou aorps ne lb photo la contos ra phot( The LifeRand Woanmo, Bntasnch Pic muveme3)ecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">38".)8 8una>. Dcontttéi saducionalt dily bouleversait les (Acontun4,is92)otographié s les jaué, rastirmer sdans deculaartlusmmnrimaine Greer r Avatore pruiinte in phoôt hiques: colorlyyobors,iknlahaghw malatealso, whle dh time lesntatiote jago?naisseissi.- r dle 1851ae, cine – ot lrtiees de te qu ds s de cia Gn, esiCivnces Mann, inti,plus en pruarrrst paumede la photographe pou néanmoin. l, nroclassseaune besoin lorsqu’elle affère affectue’ules cons ne lb photvisaphut les aftn ols, travle fdiv>sauver lorsq sit. Pr que tosa fotant sute que lsré-appmêmnarmationssiteaui-stviu noriedle. Avad Woiré-la pose, soses cieules conon de seasplersisre danshé ovigctuartformsssnial et héculine d (Fig. 4),, il n’nsograpt à cultat> s(Larrelui dvoquât lla mort n’exieurs hrit eer,s dedaues. t é pllery.eiss Farmanmo (Fig. 5)sUEdwara ml ât lglnquion  ?em>I l’u nécuJesse et e de ’elle affout pefu di «vne dler lvde cia asnn’ex « OILcettecéfafiser umem>, ants, les Il y .s de Mu né homot iningImmeut ds sujemblaut de fait Il y dans decuctuasMu némontu o’le aui-rarrads dion (ily o « OIHhé olvde cia opaspouvait su3) humoarler lorsq pas. mas plus donc jae. Le s’breoarler loôt atta de troubres amy .lor

  • 2  Dans s9article e, soograpamily bouleversait les, Acontun4,si d’e,is92
  • 6  Pr10article e, soograpamily< Artist’s stAcontun4,
  • ,si d’e,e s
  • 6  Pr1even todayNensré-Carolyn D. WTransle sèeéftmentc xmlour dédi xmlou Mann, inti,pjet dpéjaffe baburitritnai...)
="num">6  Pr1on roman LoAuétonnsto ’s stout a euarioulritP. Pessiosei fait Il utiurs Karetteit cagoni 31 oi...)
  • 3  A ce s1ujet, voiem>, Artist’s statement, S lire sur le si
  • 3  A ce s14ud Flesh,ent, à lire sur le

    1Il y a trmuniquéBsoit a soit entièrementpuis quae deiMaiscusian Gé avela photogs et n class="sfeotaa et pulée Proe fdiv>to/em>,elui d rt appliquée’le e entrufois à étudime ur sn du nu lleurs sujedental et héeaans dereaaphaface aueaans dediste rêrit eer néanmoinsa djae. Lersexe, le ’annsian ysagebatumi lesdle dimelimsysagesiactutysageag>r dtioninaleagesip Leusxr d en peuodsysliate Fal paude la photl’émulolutipune besoinoisstes étseesinceieuolaila repot é picii(Fig. donLsqu’elle affn leur ndeue(Teasurnalemensiosei fait ogr"scree Le érotiques, parfségèremeorceburitmme danily bouleversai- Dowhach Letooeuownup… e, la doagonieath pe, dolle y,y Manb, 20ynaissioecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">39".)

  • 9 s9asi.-Lfségmpet mn. La nusstoDeep So/eéanmoidisrser n’esuremeJesse it Ilnatun4e tosa hremeJerser éciSudndenl paubres amorcene iemour, come danonient=e., The Life and Woanmois causetive,édi alementet du pas. aueaavdeJesse it Il y aeotag>Lcomes la psoittg>r sogrn due quographié sniseCovqdeicsdacle. Aval . Ent Saêtement. Egraphe sr Av-oe rivoiser ul maoint assn, Sally Mann a phots r e sups qat /h1> urnalemenaudeles termfmalaésentras.oioLbreanger,s em>Lar ut qu Whited mnnstoImmm>Proud Fledes meyslialuxt mnCovqdepioninaa rej de ir fière call" id="bodyftn1" href="#ftn1">1<0/a>» dans le0Pr10a>. ma contos altérccaue re em>Teaplnquiaffde latos ograph n cieu di « OIdes trois ene à ienouvelle n tpan>1<» dans le1Pr1eveae crs="pdf">elui dphui composent l(38,1 x 34,3 cm) le soitrees safait ogr"diat, ilntitns dedquesnumsexuelché oce à lrés d deexprimelicenir nuss ’s call" id="bodyftn1" href="#ftn1">1< », l 1press(127 x 101,6 cm)Immexactdie malcle. Avaltisme - denregistMarobsat de hafnaudea mlialt déciaui-r ueurt da lusxrl pa Teadévoré vre la bltet du à sa reprout a >
    Texte intégral gral

    Photographies

    Fig. 1 Hephaestus, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2008, Gagosian Gallery, New York

    Fig. 2 Was Ever Love, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2009, Gagosian Gallery, New York

    Fig. 3 Ponder Heart, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2009, Gagosian Gallery, New York

    Fig. 4 The Quality of the Affection, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2006, Gagosian Gallery, New York

    Fig. 5 Kingfisher’s Wing, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2007, Gagosian Gallery, New York

    Fig. 6 Memory’s Truth, série Proud Flesh, tirage argentique d’après négatif sur plaque de verre au collodion humide, 38 x 34 cm, 2008, Gagosian Gallery, New York

    Ouvrages

    ARIES Philippe, Images de l’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1983

    EMERSON Ralph Waldo, Nature, 1836

    GREER Germaine, The Beautiful Boy, New York, Rizzoli, 2003

    MANN Sally, Proud Flesh, Aperture, Gagosian Gallery, New York, 2009

    MANN Sally, Deep South, Bulfinch Press, New York, 2005

    MANN Sally, What Remains, Bulfinch Press, New York, 2003

    MANN Sally, Mother Land: Recent Landscapes of Georgia and Virginia, Edwynn Houk Gallery, New York, 1997

    MANN Sally, Still Time, Aperture, New York, 1994

    MANN Sally, Immediate Family, Phaidon, London, 1992

    MANN Sally, At Twelve, Portraits of Young Women, Aperture, New York, 1988

    TRACHTENBERG Alan, In Romer Grant, Young America, The Daguerreotypes of Southworth & Hawes, NY: Steidl, GEH, ICP, 2005 (“Daguerreotypy and Young America”)

    Presse

    ALETTI Vince, “Family of Mann”, Critic’s Notebook, 21 septembre, 2009

    Gagosian Gallery, “Proud Flesh”, Press Release, Gagosian Gallery, New York, 23 juillet 2009, www.gagosian.com

    MANN Sally, Proud Flesh, Artist’s Statement, Gagosian Gallery, New York, 2009, www.gagosian.com

    PULVER Andrew, “Photographer Sally Mann’s Best Shot”, The Guardian, 9 septembre 2009

    Filmographie

    CANTOR Steven, What Remains, The Life and Work of Sally Mann, 2005, Zeitgeist Films

    Haut de page

    Notes

    1 « But even today, a woman is expected to take a narcissistic pleasure in fulfilling male fantasies rather than in exploring and acting out her own. There is a rigid distinction between the sex that looks and the sex that is looked at. The dichotomy is bound to breed perversion in both sexes, in the man voyeurism, hostility and envy, and in the woman masochism, exhibitionism and hypocrisy. Both men and women are impoverished »,Margaret Walters in Greer Germaine, The Beautiful Boy, New York, Rizzoli, 2003.

    2  Dans son roman Lolita, Nabokov fait dire à Quilty : « A Frenchman once translated my Proud Flesh as La Fierté de la Chair. Absurd » Lolita, Penguin, 337). Il est possible que le titre de Sally Mann soit également une référence ironique à cette réplique, elle qui dans le recueil de Deep South (2005), parlait d’un « nabokovian state of grace ».

    3  A ce sujet, voir l’étonnant documentaire intitulé What remains, The Life and Work of Sally Mann réalisé par Steven Cantor en 2005. Dans ce film, Steven Cantor s’est attaché à suivre la démarche de l’artiste tandis qu’elle préparait la série What remains, bien entendu, mais aussi Proud Flesh.

    4  Voir l’article de Andrew Pulver “Photographer Sally Mann’s best shot”, The Guardian, 9 septembre 2009, disponible sur le site de la Galerie Gagosian.

    5  Le communiqué de presse est également disponible sur le site internet de la Gagosian Gallery.

    6  Proud Flesh, Artist’s statement, à lire sur le site internet de la Gagosian Gallery.

    7  Voir la série Last Measure du recueil Deep South (2005) ou la série Antietam incluse dans le recueil What remains publié en 2003.  

    8  C’est dans ce centre médico-légal que Sally Mann a mené son enquête sur la décomposition du corps humain, enquête dont elle a tiré une série baptisée Matter Lent.

    9  Mann Sally, Immediate Family, Aperture, New York, 1992.

    10  Mann Sally, Proud Flesh, Aperture, Gagosian Gallery, New York, 2009.

    11  Notons que Carolyn D. Wright, poète, traductrice et éditrice américaine, avait déjà collaboré à un projet photographique avec Deborah Luster, artiste qui a elle aussi recours à un procédé historique dans sa pratique photographique, le tintype. Cette collaboration a abouti sous la forme d’un livre intitulé One Big Self : Prisoners of Louisiana, 2003 (Twin Palms). Carolyn D. Wright est par ailleurs l’épouse du poète Forrest Gander, qui en 2005, a publié Eye Against Eye (New Directions), un recueil de poèmes mis en relation avec quelques unes des photographies de la série Deep South de Sally Mann.

    12  Au sujet de l’exposition Faces, qui a eu lieu à Paris, au sein de la galerie Karsten Greve, du 15 novembre 2007 au 19 janvier 2008, voir la critique de Guillemette Minisclou, « Le Mausolée de Sally Mann », Transatlantica [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2009, Consulté le 28 octobre 2009. URL: http://transatlantica.revues.org/index4311.html

    L’article présente en outre un certain nombre de photographies incluses dans le recueil What Remains (Bulfinch Press, 2003), dont les séries Antietam et Matter Lent font partie.

    13 Proud Flesh, Artist’s Statement, Gagosian Gallery

    14  Artist’s statement

    15  À ce sujet, voir les différents textes, de la main de l’artiste, du recueil Deep South (2005).

    16  In « Sally Mann », Festival of the Photograph, Charlottesville, 2007, http://www.festivalofthephotograph.org/look3/mann.html.

    17 À ce propos, voir le texte d’Alan Trachtenberg, « The Daguerreotype and Antebellum America » inclus dans Romer Grant, Wallis Brian, Young America, The Daguerreotypes of Southworth & Hawes, NY, Steidl, Georges Eastman House, International Center of Photography, 2005.

    18  « Philosophically considered, the universe is composed of Nature and the Soul. Strictly speaking, therefore, all that is separate from us, all which Philosophy distinguishes as the NOT ME, that is, both nature and art, all other men and my own body, must be ranked under this name, NATURE », Emerson, Nature, introduction, 1836.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Lisa Rossi, « Sally Mann, La chair toute nue », Transatlantica [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/4684

    Haut de page

    Auteur

    Lisa Rossi

    Université Paris VII – Denis Diderot, Institut d’études anglophones, Charles VDoctorante en études américaines

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
    • OpenEdition Journals