Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Journée d’Histoire « Dans les allées du pouvoir, sociétés “ discrètes ”, cercles de réflexion et groupes de pressions »

16 novembre 2013, La Roche-Guyon
Marie-Pierre Arrizabalaga

Texte intégral

1Une journée d’études, en aucun cas secrète, ni même discrète, a été organisée le 16 novembre 2013 au Château de La Roche-Guyon par François Pernot et Julien Zarifian, de l’Université de Cergy-Pontoise, membres du laboratoire CICC, en partenariat avec l’Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) du Château de La Roche-Guyon. Cette journée intitulée « Dans les allées du pouvoir, sociétés “ discrètes ”, cercles de réflexion et groupes de pression » a proposé un ensemble de communications très diverses, mais qui, au travers de nombreuses études de cas, ont toutes questionné la réalité du pouvoir, en Europe et aux États-Unis, depuis l’époque moderne jusqu’à aujourd’hui. Cette journée, ouverte à tout public, intra et extra universitaire, a attiré une audience nombreuse qui a eu l’opportunité d’entre-ouvrir les portes de la connaissance sur les origines, le fonctionnement et l’influence des groupes étudiés, groupes souvent perçus, à tort ou à raison, comme « secrets » ou « opaques ». La journée fut organisée en quatre sessions, deux par demi-journée.

2La matinée a débuté par des communications sur des thèmes et lieux historiques spécifiques, notamment des sociétés et des réseaux secrets en France à l’époque moderne. Puis les communications ont évolué dans le temps et dans l’espace. Dès lors, les participants se sont attachés à présenter des cercles ou pratiques de pouvoir discret ailleurs en Europe, à une époque plus contemporaine, aux xixe et xxe siècles. Enfin, les discussions de l’après-midi furent consacrées à l’étude de groupes impactant les décisions au niveau de chacun des États mais aussi au niveau international aujourd’hui et ces dernières décennies. Les dix participants d’horizons et de formations différents mais dont les approches se sont avérées complémentaires, ont en particulier mis en exergue les objectifs des différents groupes étudiés, souvent très spécifiques, ainsi que leurs stratégies et les méthodes utilisées pour les atteindre, en rapport constant avec les élites et le pouvoir qu’ils cherchent à influencer.

3Claire Buchet, de l’Université de Paris 13, a débuté la journée en proposant une analyse des réseaux dévots en France au xviie siècle, en étudiant notamment comment et pourquoi certaines élites aristocratiques, autour de la famille Condé, ont mis alors en place une organisation ecclésiastique secrète dont les tentacules atteignaient toutes les provinces du royaume. Ces réseaux ecclésiastiques avaient pour vocation de réformer la société, de la moderniser et de la rendre plus charitable, conformément aux principes chrétiens. Ils avaient aussi, et de manière plus secrète, l’objectif d’influencer les personnalités les plus puissantes de l’État, et en particulier le roi. Ce dernier objectif n’a cependant pas été couronné de succès. En effet, Claire Buchet démontre que ces réseaux dévots réussissaient certes parfois à transformer la société en la rendant plus charitable, mais plutôt que d’influencer le pouvoir, ils devenaient un outil du pouvoir pour accroître l’influence de la couronne, notamment dans les colonies françaises d’Amérique.

4François Pernot de l’Université de Cergy-Pontoise s’est ensuite consacré à la Franc-Maçonnerie en France au xviiie siècle. Il nous explique tout d’abord que la Franc-Maçonnerie, originaire de Grande Bretagne et héritière de corporations de métiers du Moyen Âge, a connu des débuts difficiles. Malgré la politique répressive de la couronne et la grande méfiance de l’Église, le nombre de loges n’a cessé d’augmenter au cours du xviiie siècle, comptant parmi leurs membres de nombreux aristocrates. En se focalisant en particulier sur le Grand Orient de France, créé en 1773, François Pernot explique que ses membres défendaient les idées des Lumières, en faveur de plus d’égalité et plus de démocratie, d’où leur opposition affichée grandissante contre le roi à l’approche de la Révolution de 1789. François Pernot réfute cependant l’idée selon laquelle la Franc-Maçonnerie et le Grand Orient de France en particulier aient porté la Révolution française. La Franc-Maçonnerie, dominée par des nobles, était en effet alors loin de soutenir l’idéal d’égalité totale que certains affichaient et, surtout, elle n’était pas fondamentalement révolutionnaire. Grâce à des archives du Grand Orient de France récemment inventoriées, François Pernot démontre que la loge avait, au vrai, un pouvoir politique assez limité.

5En Grande Bretagne, la Metaphysical Society, en dépit de sa courte existence entre 1869 et 1880, était parmi les sociétés discrètes les plus illustres de son temps. Dans son exposé, Catherine Marshall de l’Université de Cergy-Pontoise analyse l’organisation de la Metaphysical Society, sa structure, son fonctionnement, ses méthodes et ses objectifs. Elle explique qu’il s’agissait là d’une société élitiste fermée, exclusivement masculine, composée de scientifiques, d’universitaires, de journalistes, d’hommes politiques, de médecins et d’hommes d’Église, dont l’objectif était de réfléchir ensemble à comment mieux organiser la société et le monde, en faisant cohabiter, si possible religion et philosophies issues des Lumières. Lors de chaque séance, une question spécifique faisait l’objet de débats et un rapport conclusif était ensuite rédigé. Dans sa démonstration, Catherine Marshall explique que l’influence de la Metaphysical Society fut cependant limitée en raison des divergences idéologiques fondamentales parmi ses membres. Tandis que certains abordaient les débats suivant une approche intuitionniste (fortement influencée par la religion), d’autres préféraient une approche empirique (et donc scientifique). Ainsi leurs conclusions souvent opposées, voire incompatibles, rendaient le consensus presque impossible.

6Dans une veine plus politique, la pratique occulte du pouvoir du parti Jeune-Turc, à la tête de l’Empire ottoman entre 1908 et 1918, analysée par Raymond Kévorkian, Institut français de géopolitique de l’Université Paris VIII, représente un cas étonnant et assez unique. Le mouvement Jeune-Turc, composé d’une élite de jeunes officiers presque tous formés à Paris, a su d’abord s’associer aux opposants du sultan Abdul Hamid II, et notamment à certains groupes issus des populations minoritaires de l’Empire, grecques, bulgares, arméniennes, etc. Leur objectif initial était de réformer la société ottomane et de transformer l’empire en État-nation. Une fois parvenu au pouvoir, le parti Jeune-Turc, et en particulier un tout petit groupe de ses dirigeants, s’est emparé de la totalité du pouvoir dans l’Empire. Dans l’ombre, et pendant plusieurs années, non pas depuis Constantinople, la capitale de l’Empire, mais depuis Salonique, le « Comité central » du parti Jeune-Turc a pris toutes les décisions politiques et s’est radicalisé. Il a peu à peu éliminé toute opposition, mis en place des groupes paramilitaires à sa solde, fait entrer l’Empire ottoman en guerre aux côtés de l’Allemagne, et décidé à partir de 1915 la déportation et/ou l’extermination de certaines populations, en particulier grecques, arméniennes et syriaques, pour « homogénéiser ethniquement » l’Empire. Raymond Kévorkian conclut sa présentation en analysant les liens, plus nombreux qu’il n’y paraît, entre cette période dominée par les Jeunes-Turcs et la Turquie moderne, fondée par Kemal Atatürk en 1923 sur les cendres de l’Empire.

7Jean-Claude Lescure de l’Université de Cergy-Pontoise présente ensuite une communication sur le processus d’institutionnalisation des fondations d’écologie politique ces dernières années, en particulier en Belgique, bien que les cas allemands et français aient été évoqués aussi. Jean-Claude Lescure s’est notamment concentré sur le cas d’Etopia, une fondation belge créée en 2004. Etopia a deux missions, la première consiste à servir de centre d’éducation pour développer des idées écologiques et intégrer ces idées dans le débat politique, et la seconde est de créer un centre d’archives sur l’écologie. Jean-Claude Lescure explique que cette fondation, théoriquement indépendante du parti écologique belge mais lui étant en fait très proche, est un think-tank qui cherche à produire de nouvelles idées écologiques et à promouvoir l’écologie politique. Elle cherche aussi à éduquer le grand public sur ces questions en organisant des rencontres et des formations afin d’encourager le citoyen à participer davantage au débat public. Mais, en dépit de quelques actions de grande envergure, Jean-Claude Lescure conclut sa présentation en soulignant l’efficacité toute relative de cette fondation. Celle-ci démontre certes des qualités en matière de communication, d’éducation et d’information mais elle manque d’efficacité et de crédibilité en particulier du fait de sa grande faiblesse dans le domaine de la recherche scientifique et parce que certains de ses rouages et certaines de ses pratiques du pouvoir demeurent quelque peu opaques.

8Les cercles de réflexion et de pouvoir qui exercent « discrètement » existent aussi au sein d’organismes internationaux. Noël Bonhomme de l’université de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a ainsi discuté l’évolution des rôles et de l’influence des « sherpas » du G7 (d’abord G5 puis G6, le G7 est devenu G20 en 1999). Les « sherpas » sont des conseillers des chefs d’État ou de gouvernement qui préparent les réunions du G7 et veillent à leur bon déroulement. « Techniciens transnationaux », ils exercent dans l’ombre des dirigeants de la planète mais influent également sur leurs décisions. Noël Bonhomme démontre cependant qu’au cours du processus d’institutionnalisation du G7 les sherpas ne sont plus les seuls conseillers des présidents, ces derniers s’entourant de nombreux autres experts, proches de leurs cercles nationaux. Les sherpas n’en forment pas moins une communauté transcendant les idéologies, les États-nations, voire même les organisations internationales et qui peut s’appuyer sur des réseaux propres que les sherpas ont eux-mêmes constitués. Ceux que Noël Bonhomme appelle « hommes orchestres », conservent donc les moyens d’influencer les décisions, même s’ils restent, avant tout, aux services des dirigeants et même si leur objectif principal est, le plus souvent, de chercher à créer des consensus, en aidant à gérer les désaccords et négocier des compromis internationaux.

9Le Forum Économique Mondial, qui rassemble un groupe « très select » d’hommes de pouvoir qui se rencontrent à Davos afin de débattre des problèmes du monde, est un autre cercle de pouvoir « discret », dans le sens où son champ de compétences exactes est mal connu, mais dont une caractéristique majeure est, dans le même temps, d’être de plus en plus médiatisé. Agnès Tachin de l’Université de Cergy-Pontoise a étudié en particulier ce dernier aspect, en s’intéressant à la couverture médiatique des rencontres de Davos par les trois premières chaines de télévision nationales françaises. Son objectif est de déterminer de quelle manière la couverture médiatique reflète la politique d’ouverture ou de fermeture de ce cercle. Elle définit trois périodes, 1987-1999, 2000-2003 et enfin 2003-2011. Entre 1987 et 1999, la couverture médiatique est restée très irrégulière, les participants aux rencontres de Davos souhaitant la discrétion. Aussi les médias ne s’intéressaient-ils aux débats que lorsque des figures politiques importantes, telles que Raymond Barre, s’y invitaient ou lorsque les discussions concernaient la France. Depuis l’an 2000, les opposants à la mondialisation participent, ou essaient de participer, à Davos et les tensions générées attirent l’attention des médias. Aussi, la couverture médiatique lors des journaux télévisés à grand public est beaucoup plus importante, obligeant les organisateurs de Davos à plus d’ouverture. La visibilité augmente davantage après 2003 lorsque les altermondialistes s’invitent à Davos, en marge des rencontres. Dès lors, le Forum Économique Mondial de Davos apparaît de moins en moins secret et discret et les organisateurs semblent s’adapter assez bien à cette situation en invitant, en plus des intervenants traditionnels, des représentants d’ONG, par exemple, qui affichent parfois leurs idéologies altermondialistes. Il n’en demeure pas moins qu’en dépit d’une plus grande médiatisation à Davos, le Forum demeure encore assez peu accessible.

10Aux États-Unis, les cercles de réflexion et les groupes de pression, en particulier les lobbies, sont nombreux à graviter dans les milieux politiques, et il est relativement difficile pour eux de se cacher du fait de leur obligation constitutionnelle à rendre des comptes, notamment au niveau financier. Certaines organisations et groupes étasuniens peuvent néanmoins faire preuve de beaucoup de discrétion et leurs pratiques peuvent parfois poser question. Dans son étude sur les Super-PACS (pour « Political Action Committees ») et le financement des campagnes électorales aux États-Unis, François Vergniolle de Chantal de l’Université de Paris 7-Diderot explique tout d’abord comment et pourquoi le financement des campagnes électorales est aujourd’hui illimité, la constitution américaine autorisant les partis politiques à rassembler autant d’argent que nécessaire. Il présente également les lois sur le financement des campagnes, en vertu desquelles, notamment, seuls les citoyens sont autorisés à contribuer à ce financement, tout en montrant comment, dans le même temps, les candidats et leurs généreux donateurs n’ont aucune difficulté à les contourner, ce qui rend le système opaque. Ainsi, dans un premier temps, François Vergniolle de Chantal revient sur l’historique du processus de libéralisation du financement des campagnes électorales qui depuis l’arrêt Buckley contre Valeo de 1976 jusqu’aux Super-PACS aujourd’hui, qui légalisent le financement illimité des campagnes et n’obligent plus les partis à déclarer les noms des donateurs et les montants de leurs donations. En deuxième partie de sa démonstration, François Vergniolle de Chantal explique que cette situation a eu un impact considérable sur la campagne électorale de 2012 aux États-Unis, notamment sur le débat politique. Le financement des campagnes atteint alors des niveaux impressionnants (300 millions de dollars pour chacun des deux candidats), servant principalement à la publicité et la contre-publicité. Il en découle une « guerre » dans les médias, entre les deux candidats qui a un double effet contradictoire : elle semble « efficace », dans le sens que certains dénigrements publicitaires et médiatiques d’un candidat envers un autre portent leurs fruits et marquent les esprits des électeurs, mais fait que certains individus et entreprises hésitent à contribuer aux Super-PACS, voire s’éloignent de la politique, ne souhaitant pas être associés à des campagnes qui se radicalisent.

11Encore plus que les Super-PACS, les think-tanks ont « pignon sur rue » à Washington. Leurs experts, issus du monde académique, journalistique, mais aussi politique, n’exercent pas particulièrement dans l’ombre (sauf exception) mais, par leurs travaux, jouent indéniablement un rôle dans le processus de prise de décision politique, en particulier en matière de politique étrangère. Jean-Loup Samaan du Collège de Défense de l’OTAN à Rome nous présente notamment les évolutions des think-tanks, en distinguant quatre grandes périodes de leur existence. Lors de la première, qui dure du début du xxe siècle jusqu’en 1945, l’objectif principal des think-tanks, un peu sur le modèle des lobbies, était de promouvoir certaines entreprises et certains segments de l’économie. La seconde étape a lieu entre 1945 et 1970 et accompagne la guerre froide et la militarisation intensive de la politique étrangère américaine. Au cours de la troisième étape entre 1970 et 1980, leurs efforts portaient en particulier sur la promotion de grandes théories et d’idéologies politiques. Enfin, depuis les années 80, notamment avec la fin de la guerre froide et la globalisation de l’économie, les think-tanks deviennent des organismes aux ramifications souvent mondiales, dont l’analyse porte essentiellement sur des sujets globaux. Jean-Loup Samaan est toutefois assez pondéré quand au pouvoir d’influence réel des think-tanks et questionne la légitimité de certains d’entre eux et surtout de certains de leurs chercheurs.

12La question de la légitimité des groupes d’influence a aussi été traitée par Julien Zarifian de l’Université de Cergy-Pontoise, au travers d’une étude sur le lobbying des groupes minoritaires aux États-Unis. Son propos a essentiellement porté sur l’impact réel des lobbies dits « ethniques » (des Juifs, Arméniens, Cubains, Polonais, etc., des États-Unis) sur la politique étrangère américaine, impact qu’il cherche à minimiser et à relativiser. Julien Zarifian observe que la littérature scientifique et, dans son sillage, les médias, ont souvent tendance à surestimer l’influence de ces lobbies. Il indique que le lobby juif, pour le coup relativement influent, est trop souvent cité en exemple tandis que les autres lobbies le sont plus rarement. En conséquence, on généralise trop à partir du cas juif, qui, selon lui, est davantage une exception qu’un modèle. Par ailleurs, Julien Zarifian explique que les chercheurs et autres observateurs de ces questions se focalisent quasi exclusivement, en fait, sur les « succès » de ces groupes pour évaluer leur puissance. Les « échecs » sont peu étudiés voire tus, ce qui biaise l’appréciation globale. En conclusion, Julien Zarifian indique qu’avant de tirer des conclusions générales sur le lobbying ethnique, il serait nécessaire de mieux étudier chacun des nombreux groupes qui le composent. Il explique aussi que, pour évaluer plus précisément l’influence des groupes sur la politique étrangère américaine, tâche au demeurant particulièrement ardue, il faut tenir compte du contexte international et de la géopolitique. Il était effectivement plus facile d’être influents pour les groupes cubains qui, en période de guerre froide, cherchaient à isoler un ennemi des États-Unis (le régime castriste), que pour les groupes grecs, qui cherchaient à faire de même mais vis-à-vis d’un allié de Washington, la Turquie.

13En conclusion du colloque, François Pernot, coorganisateur de la journée avec Julien Zarifian, a proposé une analyse synthétique des communications, en insistant sur les relations entre les groupes, sociétés et organisations étudiés, et le pouvoir. Il observe que, ces groupes ou organisations, dont il a été justement observé qu’elles étaient très largement masculines, influencent au final les décisions politiques avec plus ou moins (et souvent, au vrai, moins) de succès, et, du reste, que leur impact exact est très difficile à mesurer. Il semble enfin que, même quand ils parviennent à vraiment influencer les décideurs, c’est souvent de manière limitée et/ou ponctuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Arrizabalaga, « Journée d’Histoire « Dans les allées du pouvoir, sociétés “ discrètes ”, cercles de réflexion et groupes de pressions » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 16 février 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/6421

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals