Navigation – Plan du site
Trans'Arts

Mark Cohen le rebelle
Rencontre avec Mark Cohen au Bal, le 15 novembre 2013

Exposition « Dark Knees » (1969-2012), Le Bal, du 27 septembre au 8 décembre 2013 (avec le soutien des Services culturels de l’Ambassade des États-Unis d’Amérique).
Juliette Melia

Texte intégral

1Mark Cohen ne se soucie pas de droit à l’image. Il arpente les rues et brandit sur les passants son petit Leica, le flash raccordé à un cordon tenu dans la main gauche. À toute vitesse il prend une photo, puis s’éloigne à grandes enjambées, comptant, pour ne pas être poursuivi, sur l’effet de surprise.

2Mark Cohen ne se soucie pas de cadrage ni de mise au point. Son œil n’est pas rivé au viseur, il photographie « à main levée », et la grande profondeur de champ offerte par son objectif grand angle assure la netteté de l’image, ou provoque la surprise de découvrir un point fait sur un plan inattendu.

3Mark Cohen ne se soucie pas de bienséance. Quand il commente une photo d’une jolie paire de jambes féminines, il sourit, presque fier de ce son « attitude vile » (« nefarious behaviour »). Pour autant, il n’a pas le voyeurisme sexiste. A propos d’une photographie de rudes mains d’homme tenant la laisse d’un chien, il parle avec émotion de leurs courbes et de leur sensualité.

4Mark Cohen ne se soucie pas non plus de modestie. Il insiste même plusieurs fois, à propos d’une image d’enfants qui jouent sur le macadam, d’une jeune fille qui tient dans ses mains sa récolte de myrtilles ou encore d’une femme en manteau panthère : « ça, c’est vraiment une superbe photo… regardez cette composition, voyez ce rappel de couleurs, ce détail aussi est magnifique... ».

5Mark Cohen est comme dissocié de ses photographies : ne regardant pas son viseur, il a son image en tête sans qu’elle passe par les yeux : « Something has to grab your eye. You have to see something. » Le choix de la bonne photo sur la planche contact, tout comme le tirage, ont toujours quelque chose à voir avec le hasard : « There’s always an element of luck ».

6Mark Cohen n’est pas un photographe politique. S’il documente la vie quotidienne de l’Amérique pauvre des années 60 à nos jours, ce n’est pas pour revendiquer quoi que ce soit, mais pour exprimer un intérêt personnel, la transcription photographique de son état psychologique du moment.

7Pour autant, Mark Cohen n’est pas un photographe désinvolte. Trouver sa méthode et s’y tenir, voilà ce qui importe : « You have to fix a language for yourself and stay with that language ». Et il précise : « It’s a very focused kind of effort ».

© Mark Cohen, pink jumprope, 1975 / Courtesy ROSEGALLERY

© Mark Cohen, Blackberries, 2008 / Courtesy ROSEGALLERY

© Mark Cohen, Bubblegum, Wilkes-Barre, 1975

Haut de page

Table des illustrations

Légende © Mark Cohen, pink jumprope, 1975 / Courtesy ROSEGALLERY
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/6451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende © Mark Cohen, Blackberries, 2008 / Courtesy ROSEGALLERY
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/6451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende © Mark Cohen, Bubblegum, Wilkes-Barre, 1975
URL http://journals.openedition.org/transatlantica/docannexe/image/6451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Melia, « Mark Cohen le rebelle
Rencontre avec Mark Cohen au Bal, le 15 novembre 2013 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 14 janvier 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/6451

Haut de page

Auteur

Juliette Melia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals