Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Colloque « Les Historiens africains-américains et l’écriture de l’histoire au xixe siècle et au début du xxe siècle, quel héritage ? »

Université Paris-Diderot, jeudi 12 et vendredi 13 juin 2014
Liess Benlalli et Lamia Dzanouni

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Lien vers le programme du colloque : http://hdlm.hypotheses.org/351

Texte intégral

1Longtemps, l’histoire « vue d’en haut » a prévalu dans le monde universitaire américain, l’étude de l’histoire des minorités n’apparaissant véritablement que dans les années 1970, avec notamment la création de départements de Black Studies à la suite des mouvements noirs des années 1950 et 1960. Le projet PRES-Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges » propose d’examiner les travaux des historiens africains-américains aux États-Unis des années 1830 aux années 1960 et aussi d’explorer des productions constitutives du récit historique, longtemps écartées par les spécialistes. Lors de son discours d’ouverture, François Brunet, professeur à l’Université Paris Diderot et directeur du Laboratoire de recherche sur les cultures anglophones (LARCA), a souligné le rôle pionnier « d’historiens tels que Geneviève Fabre [Paris Diderot] et Michel Fabre [Sorbonne Nouvelle] qui ont inspiré, guidé et ouvert la voie aux chercheurs d’aujourd’hui ». Les professeures Marie-Jeanne Rossignol, Claire Parfait et Hélène Le Dantec-Lowry, porteuses du projet, ainsi que Claire Bourhis-Mariotti, PRCE à l’Université de Cergy-Pontoise, et Matthieu Renault, post-doctorant, ont organisé ce premier colloque qui se concentre sur un point spécifique de l’historiographie : l’héritage légué par les historiens africains-américains professionnels ou amateurs du xixe siècle et du début du xxe siècle.

Jeudi 12 juin 2014

Conférence plénière: Pero Dagbovie (Michigan State University), « From the Margins to the Mainstream : Reflections on a Century of African American Historical Enterprise »

2Pero Dagbovie a présenté l’histoire africaine-américaine en trois grandes étapes : les historiens pionniers, la professionnalisation des historiens noirs, la question du devenir de cette discipline. Pour lui, « l’histoire, c’est interpréter : l’objectivité de l’historien n’existe pas ». L’angle d’étude choisi par un historien révèle sa vision de l’histoire. Ces dernières décennies, la profession d’historien a été considérablement transformée et la place de l’histoire africaine-américaine a évolué, devenant alors moins marginale mais aussi plus fragmentée. Il a souligné que, dans les années 1950 et 1960, les leaders du mouvement des droits civiques, souvent venus de l’université, manifestaient dans les rues tandis que leurs discours résonnaient dans les amphithéâtres. Au milieu des années 1970, ce rôle de témoin-acteur allait se distinguer par une différenciation des deux fonctions. La baisse manifeste du militantisme correspondit alors à une professionnalisation du métier d’historien, liée souvent à son éloignement des sources primaires. Il s’est demandé s’il y avait là une explication quant au peu de recherches concernant la période allant des années 1970 à l’élection de Barack Obama.

Écrire l’histoire de la diaspora

Patrick Rael (Bowdoin College), « Slave Resistance and Antislavery Ideology : the Haitian Revolution and the Coming of the Civil War »

  • 1 « Discours d’Hezekiah Ford Douglass, au seizième anniversaire de la commémoration de l’émancipation (...)

3La lutte pour l’abolition de l’esclavage aux États-Unis fut unique puisque, pour la première fois, la question idéologique était au cœur de l’enjeu. « Vous devez émanciper les esclaves ou les esclaves s’émanciperont par eux-mêmes. L’histoire l’a prouvé »1, haranguait H. Ford Douglas, esclave fugitif et militant de l’émancipation des esclaves états-uniens, qui faisait alors référence à la révolution haïtienne, exploitée par les deux camps dès les prémices du mouvement abolitionniste (H. F. Douglas, 1850). À la suite d’une tentative avortée de libération et d’insurrection d’esclaves (John Brown, 1859), la condamnation à mort des esclaves rebelles pour trahison divisa le pays en deux : d’un côté, les abolitionnistes défendaient la légitimité de leur rébellion en rappelant l’histoire des États-Unis, nés également d’actes de résistance, face aux Anglais cette fois. De l’autre, les pro-esclavagistes mettaient en avant la violence engendrée par de tels agissements qui rappelaient la révolte de Saint Domingue et confortaient leur argument selon lequel les Noirs n’étaient pas aptes à être libres. Cette dichotomie conduisit le pays à la guerre de Sécession.

Michael Benjamin (Armstrong Atlantic State University), « From the Margins: Self-Taught Black Historians and the Project to Publish a Diasporic Encyclopedia »

4La publication d’une encyclopédie traitant de la diaspora noire a été l’ambition de John Edward Bruce et Charles A. Johnson dès 1893. Michael Benjamin a dévoilé les enjeux sociaux, culturels et politiques qui ont déterminé un tel projet. L’évolution politique de Bruce, ses rencontres décisives avec Martin Delany, Edward Wilmot Blyden ou encore Henry Highland Garnet, de même que la persistance de la place de la question raciale — en suspens dans la société américaine — ont été le terreau de cette œuvre. Michael Benjamin a rappelé que les « projets culturels émergent toujours d’un effort collectif » et a suggéré que la réalisation de l’encyclopédie fut entreprise pour « inspirer des récits historiques capables de transcender les clivages politiques et nationaux ».

Violet M. Showers Johnson (Texas A&M University), « Writing Afro-Caribbean History into African American History in the 1920s and 1930s: the Claims, the Rows, the Legacy »

5Violet M. Showers Johnson s’est penchée sur la manière dont l’histoire fut racontée par deux groupes distincts, les Afro-Caribéens d’une part, et les Africains-Américains de l’autre, et ce au sein d’une communauté déjà en marge de l’histoire, celle des Noirs aux États-Unis. Dans cette communauté se recrée la dynamique du groupe dominant en relation avec un groupe marginal. En raison de cette relation, les Africains-Américains ignoraient la sensibilité des Afro-Caribéens face aux souffrances des Noirs aux États-Unis et doutaient de leur capacité à comprendre, analyser et restituer leur histoire. La critique relève également d’une dimension élitiste : de nombreux activistes afro-caribéens n’étaient pas historiens de formation. Leur contribution aux mouvements noirs aux États-Unis a donné une visibilité indéniable à la communauté noire dans son ensemble et a ainsi fait émerger la thèse d’une histoire collective noire, non plus morcelée. Les Afro-Caribéens ont apporté une contribution majeure à cette histoire en la plaçant dans un cadre panatlantique et panafricain.

Sources alternatives : Art(s) et histoire

James Smalls (University of Maryland), « Freeman Murray and the Art of Social Justice »

6Freeman Murray, historien et critique d’art, fervent défenseur de la justice sociale et de l’égalité entre les « races », est tombé dans l’oubli. James Smalls lui restitue ici sa place dans l’histoire. En questionnant l’art sur ses représentations mais aussi ses non-représentations, l’éclairage apporté par Murray visait à remodeler la représentation de la figure noire dans l’art et, au-delà, dans la société américaine. En effet, Murray considérait que l’art aux États-Unis était mis au service de l’idéologie raciste et il critiquait les artistes blancs qui enfermaient la communauté noire dans ce rapport de dominant/dominé, alors que l’art se devait de transcender ce rapport et de le dénoncer en interrogeant les mentalités. Il souhaitait par ailleurs que les Noirs prennent conscience de la manière dont l’art affecte leur vie au quotidien.

Mary Ann Calo (Colgate University), « Art History, Racial Art Theory and Adult Education: Remembering Alain Locke’s Negro Art: Past and Present (1936) »

7Alors que l’histoire de l’art était une discipline relativement jeune au début du xxe siècle, et donc déjà à la marge des disciplines dominantes, l’histoire de « l’art nègre » occupait un espace à la périphérie qu’Alain Locke tenta de recentrer. Il révéla l’émergence d’une racialisation de l’art issu de la diaspora africaine et déplorait le manque de reconnaissance de cet art longtemps considéré comme primitif. Son œuvre participait d’un projet pédagogique ambitieux soutenu par les bibliothèques publiques d’Atlanta et de Harlem et mené afin que la communauté noire connaisse son histoire et qu’elle puisse alors mieux appréhender les problématiques présentes et futures. Au-delà de la notion de race et des oppositions binaires habituelles, l’intérêt de l’ouvrage de Locke porte sur le fait qu’il tente de donner une légitimité à l’art africain-américain pour qu’il fasse partie intégrante de l’héritage culturel et historique de la nation américaine dans son ensemble.

Les Leaders de la « Race »

Adena Spingarn (Stanford University), « James Weldon Johnson’s Black Manhattan and the Popular Stages of History »

8Le livre Black Manhattan de James Weldon Johnson paru en 1930 ambitionne d’éclairer la scène noire new-yorkaise depuis le xviie siècle jusqu’à la Renaissance de Harlem. Selon Adena Spingarn, « Johnson, parmi d’autres militants, […] considère que l’art apportera le progrès politique tant souhaité par la communauté africaine-américaine ». La période de la Renaissance de Harlem, apogée du rayonnement et du foisonnement de l’art africain-américain, exprimait la quête de cet idéal. Il ne s’agissait pas seulement d’une transformation de la vision de l’art africain-américain, mais également de la qualité esthétique accordée à la scène noire à l’époque. Johnson a révélé « la valeur culturelle et politique de [cette] scène pour la nation dans son ensemble », conclut Adena Spingarn.

Nicole Topich (Harvard University), « Black Histories and Historians in Petitions »

9Nicol Topich a étudié la publication, la circulation et l’influence des pétitions en faveur de l’égalité et de la citoyenneté des Noirs dans le Massachusetts au xixe siècle. Selon elle, dans l’écriture de l’histoire, « la publication papier ne doit pas être favorisée au détriment des documents manuscrits » : William C. Nell, pionnier de l’histoire africaine-américaine, a largement utilisé les pétitions à la fois comme sources primaires dans son travail d’historien et comme formes de lutte politique dans son activité militante. La pétition n’est donc pas une publication parmi d’autres ; elle est un acte de résistance face à la falsification de l’histoire.

Vendredi 13 juin 2014

Conférence plénière : Claire Parfait (Université Paris 13), « Early African American Historians : A Book History Perspective »

10Claire Parfait a identifié les spécificités liées à la production et à la circulation des premiers ouvrages par des historiens africains-américains entre les années 1830 et les années 1880, en mettant l’accent sur les obstacles relatifs à la publication des œuvres et à leur inscription dans une forme de postérité. Elle a souligné l’importance pour ces historiens de produire leurs œuvres sous la forme de livres plutôt que d’articles ou de pamphlets, à la durée de vie souvent moins longue. L’idée que le savoir est une forme de pouvoir permettant de réduire les inégalités demeure donc indissociable de la question de la circulation des œuvres. Elle a analysé aussi la promotion de certains de ces ouvrages afin de déceler le type de public visé.

L’écriture de l’histoire africaine-américaine : constitution d’objectifs et de méthodes spécifiques

John Ernest (University of Delaware), « The Negro in the American Rebellion : William Wells Brown and the Design of African American History »

11John Ernest a présenté une réflexion sur l’ouvrage de William Wells Brown, The Negro in The American Rebellion, publié en 1867. Remettant en cause l’histoire officielle, Brown avait pour ambition de remédier aux stéréotypes véhiculés à la fin de la guerre de Sécession. Conscient de ne pas être considéré comme un historien classique, il savait néanmoins que son expérience de vie constituait un atout. Les récits postérieurs à la fin du conflit, davantage centrés sur une propagande visant à minimiser le rôle des hommes noirs que sur des faits objectifs, ont donc fourni à Brown un leitmotiv. Considérant la discipline historique davantage comme une reconstitution raisonnée que comme un simple récit, il s’attachait ainsi à révéler les contradictions qui avaient caractérisé la guerre.

Stephen G. Hall (Alcorn State University), « One Hundred Years before Woodson : Assessing the Development of African American History in the Nineteenth Century »2

  • 2 En l’absence de Stephen G. Hall, son étude sur le développement de l’histoire africaine-américaine (...)

12Souvent considérée comme une discipline née au xxe siècle, l’écriture historique africaine américaine a néanmoins commencé à se développer avant les travaux de Carter G. Woodson. L’idée qu’elle n’était pas professionnelle avant lui est également remise en question. La prépondérance du classicisme littéraire dans la culture, ainsi que le recours fréquent des historiens à la Bible sont mentionnés comme des caractéristiques essentielles de la production historique du xixe siècle. La conception d’une écriture africaine-américaine exclusivement définie par les notions de vengeance ou d’afrocentrisme est rejetée au profit de son replacement dans le contexte de l’époque.

La Race et l’Histoire, la Race dans l’Histoire

Martha S. Jones (University of Michigan), « Who Were the “Negro Historians” ? Reading William Yates on Race and Citizenship »

13S’articulant autour de trois axes principaux, les relations entre les marges et l’histoire officielle, le statut de l’historien noir, et enfin les motifs de différenciation d’avec son homologue blanc, cette présentation a mis en parallèle la vie de deux militants portant le même nom, William Yates. Longtemps considéré à tort comme noir, l’un a rédigé le premier traité juridique dédié à la question du droit de vote des hommes noirs aux États-Unis. Son homonyme, ancien esclave, s’est fait connaître quelques années plus tard, notamment pour son rôle lors de conventions politiques. Martha S. Jones a souligné les différentes perceptions des historiens ayant étudié l’auteur du traité, en raison des incertitudes liées à sa couleur de peau. Tout au long de sa présentation, elle a insisté également sur le fait qu’il était important de prendre en compte l’ensemble des sources disponibles dans le cadre de l’étude de l’histoire des races aux États-Unis.

Nicolas Martin-Breteau (École des Hautes Études en Sciences Sociales), « Historian of Himself, Historian of His Race : W.E.B. Du Bois and the History of Race Oppression in the U.S. »

14W.E.B. Du Bois est présenté ici comme une figure emblématique de l’histoire et de l’évolution de la pensée africaine-américaine. L’accent est mis sur la densité de son œuvre et la variété de ses combats, notamment la progressive radicalisation de ses positions sur l’oppression raciale entre les publications de The Souls of Black Folk en 1903 et de The Autobiography of W.E.B. Du Bois en 1968. Fortement influencée par la doctrine marxiste, sa radicalisation est envisagée comme le résultat d’une synthèse des luttes africaines-américaines pour la citoyenneté durant l’ensemble du xxe siècle. Elle reflète le passage du « monoculturalisme » (adhésion aux valeurs du groupe blanc dominant) au « pluriculturalisme » (revendication d’une culture noire spécifique).

Intégrer l’esclavage dans le récit historique

Clare Corbould (University of Monash, Melbourne), « Talking and Writing About Slavery in the Interwar Years, and the Origins of American Social History »

15Pendant l’entre deux-guerres, Ophelia Settle Egypt et Roscoe E. Lewis ont mené un ambitieux projet d’entretiens avec d’anciens esclaves dans le cadre du Federal Writers’ Project, initiative menée sous l’égide de la Works Progress Administration. Pour analyser le discours et l’écriture sur l’esclavage ainsi que les origines de l’histoire sociale américaine, Clare Corbould s’est penchée sur la méthodologie mise en œuvre dans la conduite des interviews et la constitution des archives. Elle a mis en évidence la volonté de se défaire des inévitables approximations et la lucidité quant à l’appréciation de la fiabilité de certains récits. Leur travail a apporté une perspective nouvelle sur l’histoire sociale de l’esclavage.

Kate Masur (Université de Northwestern), « “The Colored Side of Lincolniana” : John E. Washington and the Black History of the Lincoln Black Presidency »

16They Knew Lincoln, ouvrage atypique de John Washington publié en 1942, regroupe divers témoignages par des Africains-Américains ayant côtoyé la famille Lincoln. Publié avant les premiers récits du Federal Writers’ Project, They Knew Lincoln révèle la composante noire de l’histoire présidentielle et la place particulière de l’histoire africaine-américaine dans l’histoire américaine. Kate Masur est revenue sur le succès notoire du livre au moment de sa sortie, mais aussi sur le relatif oubli dans lequel il est tombé quelques années seulement après sa publication, en raison notamment de l’intérêt grandissant porté aux récits du Federal Writers’ Project.

Un défi à relever : la publication des travaux africains-américains

Cheryl Knott (University of Arizona), « Merl R. Eppse and the Publication de The Negro, Too, in American History »

17Cheryl Knott s’est intéressée aux conditions de publication et à la réception de The Negro, Too, in American History de Merl R. Eppse, contemporain de W.E.B. Du Bois et Carter G. Woodson. Les moyens utilisés pour assurer la promotion et la distribution de l’ouvrage, ainsi que les raisons de son relatif anonymat durant la seconde partie de xxe siècle ont été analysés. Durant les années qui ont suivi sa publication, l’ouvrage a circulé, particulièrement dans des écoles publiques, suggérant une aire de distribution dépassant les limites de Nashville et du Tennessee et donc une influence probable sur plusieurs générations de lecteurs.

Aaron Pride (Kent State University), « Selling The Souls of Black Folk. The Legacy and Tradition of the Trotter Family in the African American Historical Enterprise »

18Aaron Pride a rappelé la richesse du parcours de James Monroe Trotter, puis mis en parallèle deux idéologies : celle de son fils William et celle de Booker T. Washington. La publication du journal The Boston Guardian, à partir de 1901 allait marquer le début de leur opposition politique. Co-fondateur et rédacteur en chef de l’organe de presse, William Trotter revendiquait son désir d’influer sur l’opinion publique et de modifier la perception de la communauté noire. Washington prônait quant à lui l’acceptation par la communauté de sa situation. Le rôle de la famille Trotter dans l’édition de travaux historiques d’auteurs africains-américains est notamment illustré par la forte promotion de The Souls of Black Folk de Du Bois dans les colonnes du Boston Guardian.

Table ronde : Historiens noirs, quel héritage ?

19Pour clôturer ces deux journées d’études, les thématiques abordées ont été discutées autour d’une table ronde, qui a rappelé l’importance d’étudier les travaux des premiers historiens africains-américains. La distinction entre les notions d’auteur et d’historien professionnel a été mise en avant, comme l’ont été l’intérêt de la recherche de sources sous-exploitées ou oubliées ou encore l’apport des approches transnationales. La volonté de publier une anthologie d’écrits historiques africains-américains a été mentionnée. La table ronde a réinterrogé l’opposition entre l’idée d’intégration universelle en vigueur en France, et celle du multiculturalisme américain, particulièrement dans la conception de la notion de « race ». Le prochain colloque de ce projet Sorbonne Paris Cité, qui poursuivra la réflexion sur l’écriture de l’histoire depuis les marges, se tiendra en 2015 à l’Université Paris 13.

Haut de page

Notes

1 « Discours d’Hezekiah Ford Douglass, au seizième anniversaire de la commémoration de l’émancipation caribéenne à Cleveland, le 1er août 1850 », Anti-Slavery Bugle (Salem, OH), 31 août 1850, in Black Abolitionist Papers, 1830-1865, George E. Carter et al., eds., Sanford (N.C.), Microfilming Corp. of America, 1981.

2 En l’absence de Stephen G. Hall, son étude sur le développement de l’histoire africaine-américaine au XIXe siècle a été présentée par Marie-Jeanne Rossignol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liess Benlalli et Lamia Dzanouni, « Colloque « Les Historiens africains-américains et l’écriture de l’histoire au xixe siècle et au début du xxe siècle, quel héritage ? » », Transatlantica [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/7122

Haut de page

Auteurs

Liess Benlalli

Université Paris 13

Articles du même auteur

Lamia Dzanouni

Université de la Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals