Navigation – Plan du site
Actualités de la recherche
Civilisation

Deuxièmes rencontres annuelles du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA)

Université Paris-Nanterre, 8-9 juin 2017
Camille Vergnaud

Texte intégral

Enjeux et objectifs de la journée d’étude

1Les deuxièmes rencontres annuelles du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA) qui ont eu lieu les 8 et 9 juin 2017 à l’Université Paris-Nanterre s’inscrivent dans la continuité des premières rencontres du 4 mai 2016 ayant donné lieu à la naissance du réseau EUNA. Elles poursuivent la visée initiale du réseau autour de quatre objectifs, annoncés dans l’appel à communication et rappelés en introduction par Pascale Nédélec (ENS Paris) :

  • faire un état des lieux des études urbaines menées par des chercheurs francophones de toutes disciplines sur les villes nord-américaines et mettre en lumière la spécificité de l’approche francophone par rapport aux recherches nord-américaines ;

  • offrir un espace d’échange à des doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, habituellement dispersés dans diverses institutions de recherche sur tout le territoire français (voire européen), pour confronter et discuter les approches méthodologiques, les perspectives théoriques et des résultats des recherches ;

  • faciliter la constitution de futures collaborations qui pourront se matérialiser dans des publications ou dans des programmes de recherche collectifs ;

  • faciliter la diffusion et la visibilité des travaux des chercheurs francophones dans la communauté scientifique internationale.

2Cette deuxième rencontre de juin 2017 a approfondi la démarche d’interconnaissance et de construction collective initiée en 2016, avec dix-neuf communications présentées à partir d’une quarantaine de réponses à l’appel à communication, réunissant une cinquantaine de personnes sur la journée. Elle a également consolidé l’approche pluridisciplinaire (géographie et urbanisme, mais aussi histoire, sociologie et civilisation des pays anglophones), et renforcé la dimension nationale et internationale des échanges avec des intervenants franciliens, grenoblois, états-uniens, québécois et belge.

3Le format de la journée, présenté par Sonia Lehman-Frisch (Université Paris-Nanterre), s’organise en deux temps : la matinée est consacrée à la présentation rapide de travaux de recherche par grandes thématiques, suivant le modèle de la première journée d’étude ; tandis qu’un nouveau format est proposé lors de l’après-midi coordonnée par Laurence Gervais (Université Paris-Nanterre), avec des communications plus longues portant sur la question des « Inégalités dans les villes nord-américaines ».

Première partie : « Présentation des travaux de recherche »

Session 1 : « Pratiques touristiques et commerciales »

4La matinée commence avec une session portant sur les « Pratiques touristiques et commerciales » et regroupant trois communications. La première intervention (Nathalie Lemarchand, Université Paris 8) propose d’enrichir une vision aménagiste et fonctionnelle du commerce de détail par une approche culturelle. À partir de terrains en France, en Russie et au Canada, les espaces marchands – comme les marchés, les centres commerciaux – sont alors étudiés à travers leur fonction structurante de la ville, mais aussi et surtout comme lieux de transaction identitaire et culturelle.

5Les deux autres communications insistent davantage sur la dimension touristique, en lien avec les fonctions commerciales. Dans sa communication intitulée « Enjeux urbains de la valorisation touristique des espaces en friche : comparaison Detroit/Berlin », Aude Le Gallou (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) présente sa recherche doctorale. À partir d’un champ théorique croisant géographie urbaine, géographie du tourisme et géographie culturelle, elle propose d’étudier des pratiques d’exploration urbaine dans leur évolution d’une subculture anti-touristique à une possible forme de ruin tourism, en intégrant une réflexion sur les formes de normalisation et de commercialisation d’expériences initialement en marge de la légalité (exploration ou squat d’espaces infrastructurels comme les tunnels de métro, ou d’espaces abandonnés comme des ruines industrielles). Une attention particulière est également portée à la question du rôle des imaginaires pour comprendre le processus de revalorisation touristique de ces friches urbaines.

6Les rapports entre tourisme et commercialisation sont au cœur de la troisième intervention intitulée « Les recompositions touristiques à Las Vegas : diversification, casinos et espaces publics ». Dans la continuité de ses travaux de thèse, la présentation de Pascale Nédélec porte sur la construction normative de la production urbaine à Las Vegas, en particulier la fabrique des espaces touristiques qu’elle qualifie d’enclaves dans la ville. En effet, l’apparition et la diffusion d’espaces publics ouverts (rue piétonne, tables en libre accès) sur le Strip (principale artère commerciale et touristique de Las Vegas) marque un renouveau de ces espaces par une diversification de l’offre, et par une inversion des modèles de valorisation commerciale touristique traditionnellement fondés sur la fermeture et la séparation. Mais cette recomposition s’inscrit au final dans un processus de privatisation de l’espace public et de dérégulation de la fabrique urbaine, les promoteurs renforçant la logique néolibérale de la production de l’offre touristique à Las Vegas.

7Ces trois présentations, par leur analyse des relations entre pratiques touristiques et commerciales, ont permis de croiser les approches et les terrains d’étude sur plusieurs thématiques, notamment : le statut et l’appropriation de l’espace, les rapports entre public et privé, légal et illégal, les processus de normalisation des pratiques ; mais aussi la place des espaces marchands et touristiques dans le marketing urbain, avec une insistance sur la valorisation de l’espace public dans la fabrique de la ville par les acteurs tant publics que privés (dans les centres commerciaux au Canada comme les casinos à Las Vegas) ; et enfin les pratiques et représentations des habitants et usagers de ces espaces, y compris le rôle des images et des imaginaires.

Session 2 : « Espaces communs matériels et immatériels »

8La deuxième session de la journée d’étude réunit quatre présentations variées thématiquement et disciplinairement autour de la question des « Espaces communs matériels et immatériels ».

9Elsa Devienne (Université Paris-Nanterre) présente une partie de sa thèse, consacrée à l’histoire sociale et environnementale du littoral de Los Angeles au XXe siècle. Son intervention analyse l’évolution des représentations et des politiques d’aménagement des plages de la ville, en particulier dans les années 1920-1930. Au cours de cette période, Los Angeles devient un lieu d’expérimentation et de réflexion sur la modernisation des littoraux aux États-Unis, et cristallise des débats entre acteurs publics et privés de l’aménagement. Une attention particulière est donnée aux questions des normes, de l’accessibilité et de la ségrégation sociale et raciale de ces plages, vastes espaces publics devenus iconiques de la ville de Los Angeles.

10L’intervention de Stéphane Tonnelat (CNRS, CIRHUS/LAVUE), architecte et sociologue urbain, s’appuie sur une ethnographie de la ligne 7 du métro de New York présentée dans un ouvrage paru en 2017 et dirigé avec William Kornblum, International Express : New Yorkers on the 7 Train (New York, Columbia University Press). Reliant Times Square à Main Street (Queens) avant son prolongement, cette ligne de métro est considérée comme un archétype du multiculturalisme états-unien. En 1999, elle a été classée au registre des « sentiers historiques nationaux » par la Maison Blanche pour son importance dans l’histoire de l’immigration aux États-Unis. Un extrait vidéo issu du projet de recherche présente un itinéraire commenté par l’un des habitants de Main Street, depuis le quartier jusque dans une rame de la ligne 7 en passant par une des stations de métro. La présentation de Stéphane Tonnelat ouvre des réflexions sur le partage de l’espace public, sur les représentations et compétences des usagers dans un « contexte d’hyper diversité », et sur les méthodes d’enquête ethnographique.

11C’est ensuite une doctorante en sociologie, Yannicke De Stexhe (Université Catholique de Louvain) qui aborde « les mécanismes d’effacement et de reconnaissance révélés par et présents au sein des Black Lives Matter ». À partir d’un cadre théorique ancré dans la sociologie pragmatique, les théories féministes et les subaltern studies, ses recherches visent d’une part à établir une cartographie spatiale et organisationnelle de Black Lives Matter, et d’autre part à étudier les critères d’inclusion ou d’exclusion des participants au sein de l’organisation du mouvement. En effet, pour Yannick De Stexhe, Black Lives Matter exprime une volonté de déconstruction des paradigmes de marginalisation dans une perspective intersectionnelle. Ses recherches proposent donc d’étudier comment ces valeurs sont mises en pratique et quelles sont les difficultés rencontrées ou identifiées, à partir d’une observation d’espaces de discussion virtuels (comme Facebook) ou matériels (terrain à Harlem).

12Enfin Laure Heland (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette) clôt la deuxième session par une présentation intitulée « Système alternatif de gestion des eaux pluviales à Seattle : appropriation des dispositifs et nouveaux usages dans les espaces publics ». Ces stratégies de gestion visent à rendre public le cycle de l’eau afin de traiter le ruissellement et le traitement des eaux pluviales sur place avant leur rejet, dans le but de restreindre la pollution du milieu naturel. Cette mise en public symbolique (l’eau comme bien commun), technique (entretien et gestion) et matérielle (ouverture des réseaux souterrains) se heurte à différents freins notamment techniques et juridiques (difficulté d’identifier la propriété exacte et les responsabilités d’entretien). Sont alors développées par les pouvoirs publics diverses stratégies : soutien technique, projets expérimentaux servant de vitrine, communication et formation, incitations réglementaires et fiscales.

13La discussion suivant cette 2e session a notamment abordé les enjeux de l’enquête de terrain, transversaux aux différentes présentations : la question du recrutement et du paiement d’habitants locaux pour effectuer des itinéraires commentés sur le trajet de la ligne 7 du métro à New York ; l’identification de terrains numériques et physiques (Harlem) pour l’étude de Black Lives Matter et les questions d’intégration et de légitimité en tant qu’ « extérieure observante dans des groupes racisés » émergeant à partir de la présentation de Yannicke De Stexhe.

Session 3 : « Acteurs et aménagement(s) »

14La dernière session de la matinée regroupe trois interventions autour de la thématique « Acteurs et aménagement(s) ». Pour commencer, Matthieu Schorung (Université Paris-Est) a introduit ses terrains de recherches dans le cadre de sa thèse portant sur « le transport ferroviaire de passagers aux États-Unis : réappropriations politique, conflictualités institutionnelles et processus de territorialisation ». Dans un contexte de développement de la grande vitesse ferroviaire pour le transport interurbain de passagers aux États-Unis, ses travaux analysent les projets de gare et de quartiers de gare principalement dans trois régions : la Californie du Nord (baie de San Francisco), le corridor des Cascades de Seattle à Portland et le projet « All Aboard Florida » de Miami à Orlando.

15Ensuite Camille Vergnaud (Université Paris-Nanterre) a présenté ses travaux de thèse concernant l’implication territoriale des universités et des universitaires en France et aux États-Unis. Plusieurs processus, qui se déclinent aux échelles nationale et locale, renouvellent l’ancrage territorial des universités comme enjeu pour les équipes dirigeantes des établissements : une contextualisation de la production scientifique, une territorialisation des politiques de gestion des établissements et une construction institutionnelle des universités. À travers deux études de cas, l’université privée de Syracuse aux États-Unis et l’université Paris-Nanterre en France, elle interroge la construction de « territoires universitaires » par les établissements via des stratégies de communication et des politiques de valorisation de leur territoire d’ancrage.

16Enfin, la matinée est clôturée par une intervention de Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS, CREDA) présentant l’intérêt de la démarche comparatiste en études urbaines par le biais de plusieurs exemples portant sur la question métropolitaine en France et aux États-Unis. Sont mentionnés, entre autres : des travaux sur la gouvernance urbaine des Twin Cities (Minneapolis et Saint-Paul, dans le Missouri), sur les modalités d’urbanisation en particulier par les gratte-ciels, ou encore sur les processus politiques de délimitation des circonscriptions pour les recensements démographiques à Los Angeles, en comparaison avec Paris. Sa communication montre ainsi que la recherche multi-située et la perspective comparatiste contribuent à la construction de l’objet étudié et constituent un choix épistémologique enrichissant, sur le plan tant empirique que théorique.

17Dans la continuité de cette présentation, la discussion s’ouvre sur la démarche comparative et les recherches multi-situées, que ce soit au sein du cadre national (Matthieu Schorung) ou à l’échelle internationale (Camille Vergnaud). Le cas de San Francisco, terrain de recherches de plusieurs participants, suscite également le croisement de réflexions variées autour de la fabrique et de la gouvernance urbaine à partir du cas des projets de gare.

Deuxième partie : « Inégalités dans les villes nord-américaines »

18La deuxième partie de la journée d’étude, introduite par Laurence Gervais, apporte une évolution par rapport aux premières rencontres du réseau Études Urbaines Nord-Américaines, en proposant trois sessions réunies par la thématique des « inégalités dans les villes nord-américaines ».

Session 1 : « Construction historique des inégalités »

19La première des sessions porte sur la « construction historique des inégalités » et commence avec une présentation d’Andrew Diamond (Université Paris-Sorbonne) intitulée « Towards a New History of Neoliberalization in the Twentieth-Century American City ». Dans sa communication, Andrew Diamond propose d’aborder le tournant néolibéral de la société américaine selon une double approche. La première reflète un point de vue top down qui analyse entre autres comment des idéologies économiques ont transformé et transforment les modes de gouvernance publique, en particulier après la Seconde Guerre mondiale. Mais, selon Andrew Diamond, une approche bottom up serait à valoriser pour mieux comprendre comment cette néolibéralisation transforme les manières dont les États-Uniens vivent et donnent sens à leur vie, et comment elle est vécue, subie et parfois contestée par les habitants et par les mobilisations locales (grassroots).

20Tamara Boussac (Université Paris-Sorbonne) présente ensuite le cas d’une controverse issue d’une réforme fiscale amenant à une baisse des aides aux familles en difficulté sociale et économique dans le cadre de la mise en place du Temporary Aid to Needy Families (remplaçant le dispositif Aid to Families with Dependent Children) à Newburgh en 1961. Sa thèse en cours, intitulée « Pour une histoire urbaine du déclin de l’État providence : retour sur la crise de Newburgh, New York (1961) » examine les différentes positions des acteurs impliqués, en particulier celle des conservateurs, concernant cette réforme des politiques publiques. Elle propose l’angle des inégalités urbaines comme schéma explicatif de l’avènement de cette controverse, en particulier la discrimination envers les populations noires et l’impact du racisme dans les politiques d’accès au logement et de relogement.

21Marion Marchet (Université Paris-Sorbonne) s’inscrit dans la perspective historique de cette session avec une présentation de sa thèse en cours : « Les dessous du Rêve américain dans la banlieue pavillonnaire noire du Mid-Ouest : mobilités et enfermements de la classe moyenne noire de 1970 à 2000 ». À partir de terrains menés à Euclid et à Cleveland, Marion Marchet prend comme objet d’étude des banlieues qui ne correspondent pas à l’image classique des banlieues aisées blanches. Ce sont les trajectoires et représentations de la nouvelle classe moyenne noire qui sont analysées, notamment sa « longue marche pour l’intégration politique », et sa position dans des banlieues présentées comme partie intégrante du Rêve américain et devenant des espaces de paupérisation.

Session 2 : « Construction spatiale des inégalités »

22La deuxième session de l’après-midi s’ouvre avec l’intervention de Violaine Jolivet (Université de Montréal) à propos de « processus de discrimination / stigmatisation territoriales dans les quartiers nord-est de Montréal ». Ses travaux croisent l’étude des discriminations raciales, présentées comme un impensé des études urbaines à Montréal, et l’analyse des discriminations territoriales, définies comme une distinction de traitement des territoires associée à une stigmatisation territoriale des habitants. Deux études de cas sont présentées, à partir de terrains marqués par la pauvreté et par une forte minorité haïtienne : un projet de renouvellement urbain métropolitain dans le quartier de Saint-Michel et le traitement médiatique d’émeutes qui ont lieu en 2008 dans le quartier de Montréal-Nord. L’analyse des politiques publiques et des représentations des habitants et usagers montre alors « le rôle des attributs spatiaux » dans le processus de discrimination/stigmatisation des populations racisées et des minorités à Montréal. Ainsi le projet de requalification urbaine dans le quartier de Saint-Michel se construit à l’échelle métropolitaine, comme un « projet urbain hors-sol ». L’accès au nouveau parc en transports en commun est par exemple favorisé à l’échelle métropolitaine, mais délaissé à l’échelle locale. Bien que la fermeture des anciennes carrières et la transformation d’une décharge en parc urbain aient été décidées suite à la mobilisation communautaire locale, les habitants du quartier sont exclus des dispositifs de concertation et peu pris en compte dans l’aménagement du projet. Ils se sentent menacés par la gentrification en cours et dépossédés de l’histoire de leur quartier.

23Sylvestre Duroudier (Université Paris-Diderot) propose ensuite une analyse des configurations spatiales des ségrégations dans vingt-neuf villes intermédiaires aux États-Unis. Il aborde la question de la construction spatiale des inégalités sous l’angle des discontinuités, caractérisées par une proximité spatiale associée une distance sociale entre deux unités d’étude. Sa présentation intitulée « Les villes intermédiaires des États-Unis au prisme des discontinuités socio-spatiales » montre les limites des approches des inégalités par indices de ségrégation. Parmi ces limites, sont évoquées la prégnance du modèle centre-périphérie et des critères ethnoraciaux, ainsi que l’invisibilisation des configurations spatiales (damier, gradient, centre-périphérie par exemple) par une mesure agrégée a-spatiale. Ses travaux de thèse proposent alors la construction d’un indice de fragmentation pour mesurer les discontinuités, afin de mieux prendre en compte les diverses configurations spatiales de la ségrégation.

24Enfin, dans sa communication : « San Francisco, ville inégale, ville injuste ? », Sonia Lehman-Frisch expose son travail sur les relations entre inégalités/égalité et injustices/justice à travers l’analyse des inégalités de revenus à San Francisco. Il s’agit alors de questionner le caractère injuste (ou non) d’inégalités selon trois axes. Le premier interroge quelles sont les configurations spatiales de revenus considérées comme les plus injustes, par exemple entre deux quartiers égaux en pauvreté ou en richesse et entre deux quartiers contrastés. Le deuxième axe analyse le passage du sentiment d’injustice aux mobilisations effectives, dans le contexte de la ville de San Francisco marqué par la gentrification et l’importance du secteur High Tech. Le troisième axe considère les politiques municipales progressistes mises en place à San Francisco, notamment concernant le salaire minimum ou les logements sociaux.

Session 3 : « Résistances et mouvements sociaux face aux inégalités »

25La question des mouvements sociaux est au cœur de la troisième et dernière session de cette journée.

26Elle débute avec Michael Foley (Université Grenoble Alpes) et son intervention « “On Market Street” : Punk Resistance to Neoliberal Urban Policy in San Francisco ». La subculture punk est présentée comme une forme d’engagement politique direct à San Francisco à la fin des années 1970, en particulier sous la forme de lutte contre les évictions immobilières et comme tentative pour construire des micro-modèles de société alternatifs. Moins mis en lumière que les mouvements punks à Los Angeles ou à New York, le punk à San Francisco s’inscrit pourtant dans ce foyer historique de mobilisation pour le droit de multiples minorités (chicano, noire, gay…). Il est analysé ici comme une avant-garde de la résistance locale contre le néolibéralisme et comme un appui et un partenaire fort lors des mobilisations sociales (résistances contre des évictions immobilières, lutte pour l’hébergement de sans-abris).

27La présentation « “It Stops Today” : remarques sur Black Lives Matter dans l’Amérique “post-raciale” d’Obama » de Charlotte Recoquillon (IFG/CRAG, Université Paris 8) porte à nouveau sur le mouvement Black Lives Matter, à partir d’un point de vue plus géopolitique que la communication de Yannicke De Stexhe. Charlotte Recoquillon présente trois principaux axes de réflexion pour approfondir ses recherches entamées sur le développement de Black Lives Matter. Le premier concerne le contexte d’ « Amérique post-raciale », en particulier le rôle joué par les minorités hispanique et africaine-américaine dans l’élection d’Obama, et « l’importance croissante des questions raciales au cours de ses deux mandats ». Le deuxième axe d’analyse porte sur l’émergence d’un mouvement de contestation élargi – Black Lives Matter – en réaction aux violences policières, au traitement médiatique et aux décisions de justice concernant deux meurtres, celui de Trayvon Martin en 2012 et celui de Michael Brown en 2014. Enfin un troisième axe concerne la géopolitique interne de Black Lives Matter en interrogeant la manière dont le mouvement poursuit et renouvelle les luttes raciales, et en questionnant les différents positionnements et organisations qui coexistent en son sein.

Conclusion de la journée d’étude

28Laurence Gervais apporte la conclusion à cette journée d’étude en mettant en avant la richesse de l’interdisciplinarité sur les questions urbaines et l’importance du recul historique concernant la construction de l’espace urbain, en particulier sa ségrégation et sa néolibéralisation. Elle souligne également l’actualité des débats portant sur la définition même des inégalités en lien avec l’injustice, et sur les manières de mesurer et d’aborder spatialement ces inégalités (ségrégation, fragmentation, discontinuité…). L’approche géographique met ainsi en lumière l’inscription des inégalités dans l’espace et ses effets de discrimination territoriale. Elle permet également d’aborder les pratiques d’appropriation territoriale et de résistance mises en place par les habitants et usagers face à des processus divers de normalisation et de domination.

Structuration du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA)

29La matinée du 9 juin était consacrée à la structuration du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA) : réflexion sur les stratégies de communication au sein du réseau et à l’extérieur (liste de diffusion, développement numérique), projets et collaborations possibles, index des thèses, organisation de l’animation et coordination des responsabilités.

30La possibilité de constituer le réseau en association afin d’améliorer l’accès aux financements a été abordée. Cette association serait portée par le comité de pilotage actuel, composé de Martin Lamotte (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, ENS de Paris), Sonia Lehman-Frisch (Laboratoire Mosaïques/LAVUE, Université Paris-Nanterre), Pascale Nédélec (UMR CREDA, Membre associée de l’IRG, ENS de Paris), Charlotte Recoquillon (Institut Français de Géopolitique CRAG, Université Paris 8) et Matthieu Schorung, (Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris-Est).

31Le format de la journée d’étude a été retenu, associant des présentations succinctes, une ou deux sessions thématiques et un temps d’assemblée générale. Ces rencontres annuelles seraient idéalement complétées par des séances de séminaires en amont, réparties tout au long de l’année. En termes de communication, les propositions de création d’une liste de diffusion par mails et de renforcement de l’annuaire existant ont été retenues, tandis que l’idée d’un site internet a également été mentionnée pour compléter la page Facebook existante (https://www.facebook.com/​EtudesUrbainesNordAmericaines).

32Au vu de la richesse thématique, disciplinaire et géographique de ces deuxièmes rencontres de juin 2017, on ne peut qu’encourager cette dynamique de structuration du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA), ouvert à une pluralité de chercheurs dont les terrains, les ancrages théoriques et les stades d’avancement sont variés, et qui offre un cadre d’échanges et de construction collective nécessaire et apprécié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Vergnaud, « Deuxièmes rencontres annuelles du réseau Études Urbaines Nord-Américaines (EUNA) », Transatlantica [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 02 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/8317

Haut de page

Auteur

Camille Vergnaud

École Doctorale 395 MCSPP, ATER Université Paris-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals