Navigation – Plan du site
Recensions

Lawrence Buell, The Dream of the Great American Novel

Jean-Yves Pellegrin
Référence(s) :

Buell, Lawrence, The Dream of the Great American Novel, Cambridge, London: The Belknap Press of Harvard University Press, 2014. 567 pages, 21,75 €, ISBN 978-0-674-05115-7

Texte intégral

1Jean-Yves Pellegrin, Université Paris-Sorbonne

2L’idée du « Grand Roman américain » ne fait plus guère rêver la critique universitaire. Depuis les années 1960-1970, la perception de la littérature américaine comme fruit de multiples influences, et non plus comme produit autonome d’un territoire, a émoussé l’intérêt de la théorie pour la définition d’un corpus canonique et frappé d’un soupçon d’exceptionnalisme les approches cherchant à restaurer la vision d’une littérature nationale. Tout en reconnaissant les forces centrifuges à l’œuvre dans la littérature américaine, The Dream of the Great American Novel entend faire contrepoids au désintérêt de la critique pour le sujet. Lawrence Buell maintient que si elle est en crise en Amérique, l’idée de nation demeure et que les textes susceptibles d’incarner le grand roman américain, loin d’être des démonstrations de nationalisme, insistent au contraire sur la vanité des prétentions de l’Amérique à la supériorité et à la grandeur ; paradoxe qui justifie à lui seul qu’on prenne la question au sérieux.

3L’ouvrage comprend cinq parties divisées en chapitres, encadrées par une introduction et un épilogue, assorties d’un appareil de notes de 73 pages et d’un index de 26 pages, composante très utile pour appréhender la somme considérable d’informations que propose cet épais volume.

4L’introduction – après avoir esquissé le plan d’ensemble du livre (un panorama général suivi d’études de cas illustrant les quatre scénarios qui constituent selon Buell l’ADN du Grand Roman américain) – présente les facteurs qui ont présidé à l’émergence de la notion et en assurent la pérennité. Si le désir de légitimation culturelle et l’affirmation d’une identité nationale dans un contexte postcolonial en sont indubitablement les catalyseurs, ils n’expliquent pas que le rêve du Grand Roman américain ait perduré après l’accession des Etats-Unis à la puissance littéraire et politique. Quatre autres ressorts plus durables et proprement américains sont à considérer : le défi lancé à la représentation littéraire par l’immensité du territoire ; le débat sur la capacité d’une littérature régionale à exprimer l’identité nationale ; le lien tissé par l’idéologie de la réussite entre histoire nationale et récits de destinées individuelles ; la tradition qui imagine l’Amérique tournée vers l’avenir et pousse chaque génération à écrire le nouveau Grand Roman américain.

5La première partie, intitulée « The Unkillable Dream », dresse un panorama diachronique de l’évolution de l’idée du Grand Roman américain : sa naissance, son épanouissement dans la seconde moitié du XIXe siècle et son déclin (chapitre 1), puis sa renaissance à l’ère contemporaine (chapitre 2). Buell rappelle que l’expression « the Great American Novel » (le GAN pour reprendre l’acronyme de Henry James) fut introduite par John W. De Forest dans un essai de 1868 pour appeler de ses vœux l’écriture d’un roman de facture réaliste qui saisirait l’âme américaine en embrassant dans sa totalité la géographie et la culture nationales. Au lendemain de la guerre de Sécession, aucun consensus n’avait encore émergé sur ce qui pourrait constituer une littérature nationale dans un pays qui fut une entité politique avant d’être une nation. Dans le contexte de la Reconstruction, le rêve du GAN advient ainsi pour consolider l’idée nationale et donner corps à la fable de la réunification entre le Nord et le Sud. Si jusque dans les années 1920, le GAN demeure une formule vague, il ressort néanmoins de ce flou certains traits caractéristiques : le Grand Roman américain ne peut être court. Ses héros doivent être emblématiques. Le GAN peut prendre une région pour toile de fond pourvu qu’il en élargisse l’horizon. Il lui faut aussi mener une réflexion sur l’histoire du pays et ses institutions fondatrices : démocratie, individualisme, capitalisme, immigration, expansion territoriale, diversité ethnique… Le GAN ne fait pas pour autant le panégyrique de la nation. Dès l’origine – que Buell assigne à la publication de Uncle Tom’s Cabin (1852) – il se montre critique à l’égard de la réalité américaine.

6Si ces caractéristiques font l’objet d’un large consensus, d’autres aspects du GAN sont débattus dans les premières décennies du XXe siècle. Le Grand Roman américain doit-il se cantonner à la scène américaine ou peut-il s’en éloigner ? La question du réalisme panoramique (associée d’emblée par De Forest à l’idée du GAN) fait aussi l’objet d’une remise en question dans les années 1930 avec l’essor du modernisme qui exprime une insatisfaction croissante à l’égard des insuffisances du réalisme traditionnel. La contestation du réalisme marque aussi l’heure de la première attaque contre l’idée même du grand roman américain. Avec The Making of Americans (1925), Gertrude Stein ne se contente pas de lancer un audacieux défi au réalisme traditionnel, elle parodie les stéréotypes qui ont pris corps autour du GAN, ouvrant la voie à d’autres réalisations comme The Great American Novel (1938) de Brion Davis. Marche vers l’Ouest, conflit Nord-Sud, essor industriel, image de la famille comme microcosme de la nation y figurent parmi les traits désormais rebattus du Grand Roman américain. Toutefois, la parodie n’est pas simple discrédit jeté sur le GAN ; elle témoigne de la persistance de l’aspiration à traduire en fiction l’expérience nationale et contribue à prolonger le rêve en l’empêchant de se prendre trop au sérieux. La vraie disgrâce vient plutôt de la critique qui se professionnalise dans l’entre-deux-guerres et relègue la quête du GAN au rang d’un maniérisme daté. Pourtant, soutient Buell, le désintérêt de la critique pour le GAN dans la deuxième moitié du XXe siècle a moins tué le rêve qu’elle ne l’a relancé. En portant son attention sur d’autres objets, notamment les classiques du panthéon américain (The Scarlet Letter, Moby-Dick, Huckleberry Finn), l’exégèse a remis sur le devant de la scène des textes susceptibles justement d’incarner le GAN. La notion est en effet étroitement liée au développement d’un canon. Celui-ci s’est peu à peu élargi aux romans majeurs du XXe siècle tout en s’affranchissant de l’emprise de l’establishment universitaire, notamment dans les dernières décennies via l’essor de la blogosphère. Pour donner un aperçu du caractère de plus en plus hétérogène du GAN, Buell referme cette première partie sur l’étude concise de deux romans que tout semble opposer mais qui comptent aujourd’hui parmi les textes les plus souvent décrits comme de Grands Romans américains : les Rabbitt de John Updike et Beloved de Toni Morrison. Le premier s’inscrit dans la veine d’un réalisme à la Howells, ancré dans une description de la classe moyenne blanche. Le second rompt avec cette tradition et évoque l’expérience noire en Amérique. La comparaison montre cependant que