Navigation – Plan du site
Recensions

Samuel Cohen and Lee Konstantinou (eds.), The Legacy of David Foster Wallace

Béatrice Pire
Référence(s) :

Cohen, Samuel and Konstantinou, Lee (eds.), The Legacy of David Foster Wallace, University of Iowa Press, 2012, 270 pages, 13,84 $,

ISBN-10 : 1609380827

Texte intégral

1The Legacy of David Foster Wallace, recueil de textes critiques édités par Samuel Cohen et Lee Konstantinou en 2012, semble déjà ancien, eu égard aux innombrables ouvrages parus depuis lors sur le même auteur. L’universitaire pionnier en la matière, Stephen Burn, professeur à l’Université de Glasgow et auteur de la première analyse d’Infinite Jest (David Foster Wallace’s Infinite Jest. A Reader’s Guide, Continuum, 2003) dirige même depuis l’année dernière une collection entièrement consacrée aux études wallaciennes chez Bloomsbury. Avec Marshall Boswell (Understanding David Foster Wallace, University of South Carolina Press, 2004), il constitue la première génération critique, pré-suicide (2008) pourrait-on dire. Cohen et Konstantinou appartiennent à la seconde génération (avec David Hering), chacun ayant, à sa manière, dirigé un livre généralement issu de colloques ou de congrès. Mais celui-ci présente une particularité : il rassemble à la fois des essais universitaires et des textes d’écrivains, amis de Wallace pour la plupart, comme Don DeLillo, George Saunders, Rick Moody, Dave Eggers ou Jonathan Franzen. Dans leur introduction, Cohen et surtout Konstantinou – universitaire un peu espiègle qui a publié en 2016 un nouvel ouvrage consacré aux personnages cool de la fiction américaine (Cool Characters: Irony and American Fiction, Harvard University Press, 2016) – s’excusent de ce mélange inhabituel, rejeté par Jakobson lorsqu’il avait été envisagé que Nabokov enseignât dans le département des lettres d’Harvard. Allait-on alors embaucher des éléphants pour enseigner la zoologie ? Constatant que les éléphants siègent à présent largement dans les universités – les ateliers d’écriture en particulier – les auteurs ont choisi cette forme hybride qui aère l’ensemble et ménage pour le lecteur des moments d’attention critique soutenue et des temps plus distrayants.

2Le livre se divise en trois parties intitulées « history », « aestheticstory et « n Deantty ». La première comprend deux articles critiques et deux textes prononcés lors de la cérémonie d’hommages rendus à David Foster Wallace le 23 octobre 2008 à New York, quelques semaines après sa mort par pendaison en Californie. Paul Giles interroge la dimension proprement américaine de l’œuvre. A certains égards, elle prolonge la tradition transcendentaliste, celle d’Emerson en particulier dans sa relation au pragmatisme et à l’éthique, dans son articulation du local au sacré. Giles fait même dialoguer certains textes journalistiques de David Foster Wallace (celui de la foire agricole dans l’Illinois, celui écrit juste après le 11 septembre) avec des textes de Lincoln, de façon particulièrement lumineuse et convaincante. Mais cet ancrage dans une langue, un espace et des valeurs intrinsèquement américaines est tempéré par la représentation d’un monde technologique et mondialisé qui fragilise cette identité et lui prête une dimension plus impersonnelle et abstraite. Encadrant un second article portant sur le journalisme littéraire de David Foster Wallace, commenté à la lumière du concept nietzschéen d’oubli, figurent les hommages de DeLillo et Saunders. Certains aphorismes de DeLillo sont déjà devenus des phrases d’anthologie : « dead serious frolic of addicted humanity » ; « scroll fragments of a distant future » ; « equal to the vast, babbling, spin-out sweep of contemporary culture » ; « This is Dave’s voice, American ». Usant de formules aussi frappantes que « terrified-tendernesstory pour qualifier la prose de David Foster Wallace, Saunders le replace, comme précédemment, dans une longue filiation littéraire d’éveil, de célébration et d’ensemencement.

3La seconde partie du recueil contient deux articles de ses éditeurs. Samuel Cohen interroge le genre d’Infinite Jest et avance l’hypothèse que le roman puisse être un Künstlerroman, comme le Portrait de l’artiste joycien, plus qu’un roman d’apprentissage. Selon lui, il faut prendre l’œuvre à rebours et considérer que les premières pages écrites à la 1ère personne (l’histoire de Hal) sont, sur le plan de la diégèse, postérieures aux dernières pages écrites à la 3ème personne (la trame de Don Gately et des terroristes canadiens) – fin qui a souvent donné aux lecteurs un sentiment d’irrésolution et d’inachèvement. Lee Konstantinou, quant à lui, explore chez David Foster Wallace un thème qu’il a traité chez d’autres auteurs contemporains comme Pynchon, Eggers, Lethem ou Egan : l’ironie. Récusant les termes d’anti-ironie ou de méta-ironie pour qualifier David Foster Wallace, il lui préfère le terme de « post-ironie » : l’écrivain a été, selon lui, un des premiers à pointer les impasses de l’ironie métafictionnelle et postmoderne des décennies précédentes, à décrire la culture contemporaine comme triste, cynique, narcissique et toxique et à réclamer la nécessité d’un contre-pouvoir naïf et éthique à l’incrédulité ironique : le type du « nroyanttory (« believertory) capable de briser ce que Konstantinou appelle le « quatrième murtory du texte. Cette partie contient aussi l’hommage de Rick Moody, empreint de modestie voire de timidité envers Wallace, presque tenu pour un frère aîné : Moody y relate un dîner au cours duquel Franzen et Wallace rivalisaient dans les citations d’Americana ou une réanton des AA à laquelle ils avaient ensemble assisté. L’introduction à Infinite Jest, commandée à Dave Eggers pour le dixième anniversaire de sa parution, est d’une autre teneur. Moins funèbre que les autres car David Foster Wallace n’était pas encore mort, elle énonce, avec ferveur et générosité, le « devoirtory – puisque la question a été posée par un étudiant en ces termes – de lire le magnum opus dont un des adjectifs adéquats pour le décrire serait : « holy shit ». Eggers tient l’œuvre pour l’une des plus étranges et singulières publiées ces vingt dernières années, fruit d’une « folie contrôlée », « obsessionnelletory qui « épingle la conscience d’une époque ry (146) et différentes formes de perte (dans la structure familiale, dans la nation, dans le temps) comme l’aspiration à un sens et à un lien c Deanautaire recouvré.

4La troisième et dernière partie du recueil traite justement de ce sujet et explore les différents types de coDeanautés qui se sont formées autour de Wallace. Elle comprend une analyse de la note de bas de page ainsi qu’une étude de sociologie littéraire sur la place de Wallace dans le marché du livre et sur les réseaux de lecteurs (recommandations données sur Amazon par exemple). Un autre chapitre relate l’Infinite Summer lancé après 2008, lecture en relai d’Infinite Jest organisée sur l’ensemble du territoire et pendant plusieurs semaines. D’autres contributions – un entretien avec Michael Pietsch, l’éditeur, et le témoignage de la bibliothécaire en charge des archives Wallace au Harry Ranson Center à Austin, concourent à parfaire cet ouvrage particulièrement dense et varié. On y trouvera enfin l’hommage presque déchirant de celui qui fut son plus proche ami, Jonathan Franzen, et le récit de leurs dernières conversations téléphoniques, éprouvantes jusqu’au silence. « He’d gone down into the well of infinite sadness, beyond the reach of story, and he didn’t make it out. But he had a beautiful, yearning innocence, and he was trying ry (181).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Pire, « Samuel Cohen and Lee Konstantinou (eds.), The Legacy of David Foster Wallace », Transatlantica [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/8430

Haut de page

Auteur

Béatrice Pire

Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals