Navigation – Plan du site
Recensions

Gilles Menegaldo et Lauric Guillaud, dirs, Le Western et les mythes de l’Ouest : Littérature et arts de l’image

David Roche
Référence(s) :

Menegaldo, Gilles et Lauric Guillaud, dirs, Le Western et les mythes de l’Ouest : Littérature et arts de l’image, Rennes : PUR, 2015, 560 pp, ISBN 2753542635, Broché 25 € Kindle 11,99 €.

Texte intégral

1Cet opus magnus dirigé par Gilles Menegaldo et Lauric Guillaud, professeurs émérites des Universités de Poitiers et d’Angers, fait suite au colloque de Cerisy qu’ils ont organisé en 2012. Il comprend une introduction, 31 chapitres répartis en six parties, une présentation des auteurs, une annexe comprenant quelques images de grands classiques et un index. Après un hommage touchant à Jean-Louis Leutrat (1941-2011), critique français dont les écrits sur le Western constituent une véritable œuvre, l’introduction fait le point sur les approches théoriques anglo-saxonnes et françaises avant de présenter le contenu du livre.

2La première partie, « Sources, cultures mythes, institutions », ouvre avec le chapitre très utile de Lauric Guillaud qui propose une généalogie du genre, en insistant sur le rôle des biographies, des dime store novels, de la peinture et du Wild West Show de Buffalo Bill Cody dans la constitution d’un Ouest mythique fondé dès le départ sur une vision ambiguë de la wilderness (à la fois sublime et gothique) et de la Frontière (la barbarie existant des deux côtés) que le cinéma reprendra dès la fin du XIXe siècle. Les textes de Jean-Louis Leutrat et de Jocelyn Dupont examinent deux célèbres hors-la-loi, Leutrat à travers une étude chronologique de Billy the Kid qui postule que le manque d’intérêt relatif de Hollywood pour le personnage provient du fait que sa biographie est moins liée à l’histoire de la nation, et Dupont à travers une analyse du splendide The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford (Andrew Dominik, 2007), western réflexif qui déploie une esthétique « hypnagogique » afin de mettre à distance à la fois la légende et les conventions du genre. Yann Calvet se penche ensuite sur l’évolution d’un genre cinématographique qui a construit un Ouest « synthétique » dont la pertinence a tout à voir avec la manière dont il cristallise la relation entre l’ancien et le moderne. Le chapitre de Zachary Baqué offre une brillante analyse de la représentations des institutions politiques dans The Man Who Shot Liberty Valance (John Ford, 1962), ce « sur-Western » confirmant la tendance du genre à nier le rôle de l’idéologie fédérale afin de valoriser les individus qui l’incarnent. Paul Bleton passe en revue les manifestations qui témoignent de la réception de la musique country en France, notamment dans les festivals.

3La deuxième partie, « Parcours de cinéastes », débute par l’étude pertinente et rondement menée par Jean-Marie Lecomte des westerns hollywoodiens lors de la transition du muet au parlant, en particulier In Old Arizona (Irving Cummings, 1928), The Virginian (Victor Fleming, 1929) et Hell’s Heroes (William Wyler, 1929) ; si les conventions génériques étaient largement en place, le discours a été pris en charge par les personnages tant au niveau narratif qu’idéologique. Dans les chapitres suivants, Jean-Pierre Esquenazi met en avant l’évolution idéologique dans le cinéma de John Ford (du libéralisme au conservatisme à l’incertitude) en se penchant sur les scènes rituelles dans plusieurs films essentiels dont Stagecoach (1939), My Darling Clementine (1946) et The Searchers (1956). Gilles Menegaldo examine à la fois les caractéristiques du genre et les spécificités du cinéaste dans les Westerns de Jacques Tourneur, tandis que Philippe Roger – qui a l’audace de décrire Duel in the Sun (1946) comme le pire western de King Vidor ! – souligne, à travers une étude chronologique, la relation entre le physique et la métaphysique, thème central de l’œuvre du réalisateur. Enfin, Christophe Damour analyse avec brio l’intégration problématique des acteurs issus de l’Actor’s Studio (Montgomery Clift, Marlon Brando, Paul Newman) dans un genre associé à un jeu plus classique et moins névrosé.

4La troisième partie, « Avatars génériques, adaptations et réécritures », s’ouvre et se clôt par des études de cas très convaincantes : Isabelle Singer montre comment la déconstruction du genre (en termes de conventions narratives mais aussi politiques) opérée dans Dead Man (Jim Jarmusch, 1995) passe par la création d’un personnage faible mais rusé qui rappelle Ulysse ; la formidable série Deadwood (HBO, 2004-2006), dans la démonstration de Christophe Chambost, semble faire de même, puisque la révision du Western doit autant au cinéma des années 1970 qu’à la tragédie grecque qui imprègne cette critique du capitalisme d’un pessimisme certain. Pessimisme que l’on retrouve, comment le souligne Anne-Marie Paquet-Deyris, dans les westerns de l’écrivain Cormac McCarthy et leurs adaptations filmiques – All the Pretty Horses (Billy Bob Thornton, 2000) et No Country for Old Men (Ethan et Joel Coen, 2007) – qui décrivent un parcours sans régénération, lors duquel le protagoniste est mis face à sa vulnérabilité dans un monde absurde. Suivent le passage en revue des westerns comprenant des vampires de Jean Marigny et les spéculations sur les similitudes entres Western et science-fiction (traitement de l’espace, thèmes de la civilisation et de la conquête) de Roger Bozzetto. Le chapitre solide et précis de Benjamin Thomas sur le chambara met alors en évidence les circulations entre cinéma américain, japonais et italien à la fois en termes de contextes, d’influences et de motifs repris avec variation.

5Les deux premiers textes de la quatrième partie, « Western et idéologie », se penchent sur la relation entre le genre et le contexte idéologique : Mathieu Lacoue-Labarthe détaille de manière convaincante comment le maccarthysme a exacerbé la tendance conservatrice du genre, les redskins incarnant aussi bien les reds que les traîtres, à l’exception de quelques films aux sous-textes anti-maccarthiste, dont High Noon (Fred Zinnemann, 1952), Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954) et The Hanging Tree (Delmer Daves, Karl Malden et Vincent Sherman, 1959) ; Jean-Jacques Malo rappelle ensuite les influences croisées entre Western et films sur le Vietnam. Christian Viviani révèle que la présence de protagonistes féminins centraux dans Johnny Guitar représente l’aboutissement d’un cycle de films produits par Republic Pictures selon trois démarches : hybridations génériques avec la romance ou la women’s picture et/ou mise en avant d’une star comme Barbara Stanwyck, véritable spécialiste du genre. Marianne Kac-Vergne se penche alors sur la seconde vague de westerns hollywoodiens révisionnistes dans les années 1990 ; elle insiste sur les efforts et les limites d’un discours multiethnique et féminin, constatant notamment que le patriarcat et la fonction du Blanc sont préservés dans des films comme Dances with Wolves (Kevin Kostner, 1990) et Bad Girls (Jonathan Kaplan, 1994). Après un compte-rendu critique du troublant The Ballad of Little Jo (Maggie Greenwald, 1993) dont Suzanne Liandrat-Guigues pointe les innovations, Céline Murillo propose une analyse diachronique subtile de la figure de l’Indien acculturé dans Redskin (Victor Schertzinger, 1929), The Devil’s Doorway (Anthony Mann, 1950), The Outlaw Josey Wales (Clint Eastwood, 1976) et Dead Man, figure dont le nomadisme signifie passage, notamment culturel.

6La cinquième partie, « Le Western et son décor », contient une indispensable étude du désert dans le western menée par Xavier Daverat ; les diverses fonctions du lieu (génériques, narratives, dramatiques, symboliques) sont examinées à la lumière des notions puritaines d’individualisme et de régénération dans des films comme Escape from Fort Bravo (John Sturges, 1953) et Fort Dobbs (Gordon Douglas, 1958). Maureen Turim rappelle que les paysages sont finalement assez rares dans les westerns classiques mais incarnent, dans Red River (Howard Hawks, 1948), She Wore a Yellow Ribbon (John Ford, 1949), Devil’s Doorway et Bend of the River (Anthony Mann, 1952), des obstacles au niveau narratif et des synecdoques de l’histoire au niveau symbolique. Maryse Petit analyse le sens de l’usage métaphorique du terme « Mohican » dans les feuilletons français du XIXe siècle, et Isabel Limousin examine la création du Roden Crater (débuté en 1977) par James Turrell et l’architecte Jane Cross, œuvre souterraine qui invite paradoxalement à contempler les étoiles.

7Dans la sixième partie, « Arts visuels, photographie et bande dessinée », Sophie Lécole Solnychkine prolonge les réflexions de Turim en insistant sur le paradoxe du paysage westernien, synecdoque de la géographie et de l’histoire de l’Ouest alors même qu’il est, chez Ford par exemple, décroché de la réalité historique et doit énormément à la tradition picturale européenne (la pastorale, l’orientalisme). Jean Arrouye présente le travail de Gaylen Hansen, dont les tableaux intègrent un cow-boy post-hippie dans des situations stéréotypées de western rendues décalées par une ambiance onirique. Enfin, les trois derniers chapitres sont consacrés au Western comme genre à part entière dans la bande dessinée européenne : Jean-Paul Meyer s’intéresse à Blueberry (créé en 1963 par Charlier et Giraud) et Adela Cortijo Talaverra à Gus (2004, 2006) de Christophe Blain et El bueno de Cuttlas (1983-) de Calpurnio Pisón. Ils montrent comment ces artistes jouent sur les clichés du genre, souvent de manière réflexive, tout en se les appropriant à travers leurs styles personnels. Faisant écho aux chapitres de Leutrat et de Dupont, Liliane Cheilan étudie les différents traitements réservés au personnage historique de Calamity Jane, selon que les artistes aient été inspiré par la légende dans Calamity Jane (1967) de Goscinny et Morris, par la biographie et la réalité historique dans les volumes de Matthieu Blanchin et Christian Perrissin (2008-2012) ou par la vie intérieure évoquée dans Calamity Jane’s Letters to Her Daughter (1976) dans Calamity (2004) de Sylvie Fontaine.

8Comme son titre l’indique et son introduction l’explicite, Le Western et les mythes de l’Ouest n’est pas organisé autour d’une problématique resserrée. Il a plutôt l’ambition d’être un état de la recherche, un livre-somme composé de déclinaisons autour de la dimension mythique du Western que la plupart des chapitres évoque. En cela, il est une réussite. Si la majorité des textes abordent le Western hollywoodien, on y rencontre aussi le cinéma japonais (Thomas), l’architecture (Limousin), la country (Bleton), la littérature française (Petit), la peinture (Arrouye) et la bande dessinée européenne (Cheilan, Meyer, Talavera) – si bien qu’on en viendrait à regretter l’absence de textes sur le Western allemand, australien et surtout italien, ainsi que sur les peintres et photographes (Albert Bierstadt, George Catlin, William Henry Jackson, Thomas Moran, Charles Marion Russell, Charles Schreyvogel) qui ont largement influencé l’imagerie de l’Ouest et auxquels plusieurs chapitres (Guillaud, Solnychkine) font bien sûr référence. La diversité des approches méthodologiques et théoriques est elle aussi bienvenue, les études de cas (Arrouye, Chambost, Dupont, Liandrat-Guigues, Limousin) et les études plus auteuristes (Esquenazi, Menegaldo, Paquet-Deyris, Roger) côtoyant les chapitres sur la relation entre contexte et production (Lacoue-Labarthe, Malo, Viviani), les politiques identitaires (Kac-Vergne, Murillo) et le jeu d’acteur (Damour). Par ailleurs, certains chapitres (Baqué, Calvet, Daverat, Guillaud, Lacoue-Labarthe, Lecomte, Murillo) seront un apport précieux pour la préparation du programme aux agrégations externe et interne d’anglais de 2018. Indispensable, donc, malgré ses quelques longueurs, Le Western et les mythes de l’Ouest est à l’image de son sujet : une vaste étendue devant laquelle le lecteur devra surmonter le saisissement initial afin de s’aventurer dans ses contrées variées et découvrir les merveilles qu’elle recèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Roche, « Gilles Menegaldo et Lauric Guillaud, dirs, Le Western et les mythes de l’Ouest : Littérature et arts de l’image », Transatlantica [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/8432

Haut de page

Auteur

David Roche

Université Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals