Navigation – Plan du site

Introduction

Sylvie Célérier, Yannick L’Horty et Dominique Redor
p. 5-12

Résumé

Ce numéro spécial réunit des contributions présentées au colloque « Flexicurité en France », qui s’est tenu à l’université Paris-Est de Marne-la-Vallée le 7 décembre 2006 à l’initiative de la Fédération de recherche « Travail, emploi et politiques publiques » (FR no 3126, CNRS). La fédération TEPP est une nouvelle unité CNRS qui réunit le Centre d’études de l’emploi et six laboratoires de recherche universitaires (EPEE et centre Pierre Naville de l’université d’Évry, ERMES de l’université de Paris II, ERUDITE de l’université de Créteil, GAINS de l’université du Maine, et OEP de l’université Paris-Est). Les chercheurs membres de TEPP étudient les mutations du travail et de l’emploi en relation avec les choix des entreprises et analysent les politiques publiques en mobilisant les nouvelles méthodes d’évaluation. La coordination de ce numéro spécial a été réalisée par Sylvie Célerier, Yannick L’Horty et Dominique Redor.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme de flexicurité prétend articuler deux notions distinctes : la flexibilité réputée nécessaire aux entreprises et la sécurité qu’offre aux travailleurs le maintien de droits et de ressources. L’assemblage de ces deux notions, souvent considérées comme antagonistes, suggère qu’un compromis est possible sous forme d’une double concession : une flexibilité qui tiendrait compte de ses conséquences pour les salariés et une sécurité des emplois qui intégrerait une exigence d’adaptabilité. Ce compromis reste problématique cependant car la nécessité d’articuler les deux notions et le contenu même de chacune d’elles sont loin de faire consensus. Qu’entend-on par flexibilité ? La notion de sécurité est-elle si claire ? Que recouvre concrètement la combinaison de ces deux notions floues et polysémiques ? Quel projet politique pointe derrière la sémantique ?

  • 1  Commission européenne (2007).
  • 2  En mars 2000, lors du Conseil européen de Lisbonne, les dirigeants européens se sont fixé pour obj (...)
  • 3  Boyer R. (2006), La flexicurité danoise, quels enseignements pour la France ?, Paris, Éditions ENS (...)
  • 4  Blanchard O., Tirole J. (2003), Rapport du Conseil d’analyse économique, Protection de l’emploi et (...)
  • 5  Cahuc P., Kramarz F. (2004), De la précarité à la mobilité : vers une sécurité sociale professionn (...)
  • 6  Cerc, (2005), La sécurité de l’emploi face au défi des transformations économiques, Rapport no 5, (...)

2Si les interrogations sont nombreuses, la flexicurité, et les questions qu’elle soulève, dessine un périmètre de discussions qui s’est progressivement imposé en France comme ailleurs. L’Europe en a été l’un des acteurs majeurs en contribuant largement à diffuser le néologisme inspiré du modèle danois. La recherche d’une meilleure articulation entre flexibilité du travail et sécurité de l’emploi s’impose comme un domaine privilégié de l’action européenne. La Commission européenne achève ainsi la définition de « principes communs de flexicurité (qui) doivent permettre de tirer le meilleur parti des mutations rapides d’une économie mondialisée » 1. Ces principes répondent à l’ambition du Conseil européen de Lisbonne de fonder un modèle social et économique original 2. En France, les succès néerlandais et danois ont fait l’objet d’analyses attentives, notamment sous l’impulsion de Robert Boyer 3. La réflexion a été nourrie par des travaux d’économistes sur les réformes de l’indemnisation du chômage 4 et sur celles du contrat de travail 5, puis par des rapports de synthèse sur les origines de l’instabilité des emplois en France 6. Animé par les réflexions des organisations syndicales et par de multiples conférences, le thème de la flexicurité a fait l’objet d’un large débat public jusqu’aux négociations collectives de l’automne 2007 relatives à la « modernisation du marché du travail ».

3Les positions européennes, comme les négociations françaises, sont les étapes nouvelles d’une histoire vieille de plus de trente ans. D’analyses d’experts en rapports officiels, une vaste littérature s’est stratifiée sur la protection de l’emploi et la flexibilité du travail. Ce substrat de connaissances communes joue encore un rôle structurant dans les réflexions en cours. Si la flexicurité désigne un plan global, qui combine de façon simultanée des actions diverses dans des domaines de l’action publique habituellement disjoints, il existe aussi quelques réalisations partielles sur lesquelles les débats peuvent s’appuyer. En tant qu’étape nouvelle d’une histoire déjà bien fournie, un intérêt essentiel des débats contemporains sur la flexicurité est de (ré)interroger l’expérience passée.

Généalogie d’un débat

  • 7  Boissonnat J., (1995), Le travail dans vingt ans, Paris, Éditions Odile Jacob, 1995 et Supiot A. ( (...)
  • 8  Parisot L. (dir.), (2007), Besoin d’air, Paris, Seuil, 151 p.

4Deux rapports font figure de jalons. Il s’agit du rapport de la commission Boissonnat du Commissariat général au Plan, et de celui de Supiot pour la Commission européenne 7. Ces travaux ont initié une grande part de la réflexion des syndicats de salariés. Ils ont également stimulé les travaux des juristes français et européens en droit social avec, pour la première fois, un réexamen du contrat de travail affranchi des limites de l’entreprise dans lequel il est signé (le contrat d’activité de Boissonnat) et de ses frontières temporelles (l’état professionnel tout au long de la vie de Supiot). Les deux rapports ont enfin orienté quantité de recherches que l’on peut réunir sous le chapitre large de « la sécurisation des parcours », dont une dernière expression française a été la présentation du rapport du Conseil économique et social, en mai 2007, sur la question. Notons que le Medef, autre acteur majeur de la régulation du travail, semble être resté indifférent à ces propositions nouvelles et leur a longtemps préféré une réflexion sur les compétences des salariés. Le programme à dix ans que l’organisation patronale a présenté en janvier 2007 ne prévoit que l’instauration d’un nouveau contrat, le contrat de mission, intermédiaire entre CDD et CDI, et « la séparabilité à l’amiable » de l’employeur et de l’employé(e) métaphoriquement pensée sur le mode du divorce du même nom 8.

  • 9  Freyssinet J. (1995), « Emploi et chômage : peu de résultats, beaucoup de rapports », Document de (...)
  • 10  Matteoli J. (président de la commission), (1993), Les obstacles structurels à l’emploi, Rapport re (...)
  • 11  Maarek G. (1994), Coût du travail et emploi : une nouvelle donne, Rapport au Commissariat général (...)

5Ces deux rapports ne peuvent cependant à eux seuls rendre compte de l’ensemble de la réflexion sur la flexicurité en France. Ils cherchaient eux-mêmes à répondre à un diagnostic assez largement partagé au début des années 1990, en France et en Europe, sur la perte d’efficacité du mode de régulation construit au sortir de la seconde guerre mondiale, aussi appelé compromis fordien. À ce moment, les débats jusqu’alors centrés sur l’emploi et le chômage se déplacent vers les conditions du maintien de la cohésion sociale qu’on sent menacée par la montée « des exclusions » et la nouvelle progression du taux de chômage qui s’était un temps stabilisé 9. Le repli économique que l’Europe et la France connaissent, du retournement de conjoncture amorcé en 1990 jusqu’à la récession de 1993, est aussi l’occasion du constat d’échec des dispositifs de lutte contre le chômage dont certains sont rendus responsable d’une précarité nouvelle (CDD, temps partiel, intérim et emplois aidés). Le chômage est perçu comme structurel 10 et on évoque un taux incompressible de 10 %. Plusieurs rapports officiels installent et confortent ce diagnostic 11 qui sera largement repris, y compris dans l’espace littéraire où L’horreur économique de Forrester connaît un destin inattendu de best-seller.

  • 12  Rawls J. (1987), Théorie de la justice, Paris, Éditions du Seuil.

6À partir des années 1990, on cherche donc les fondements d’une nouvelle régulation sociale en interrogeant explicitement la nature du lien à établir entre l’« économique » et le « social » qui sont pensés de façon dissociée. Schématiquement, trois réponses sont proposées qui renvoient à trois analyses distinctes des causes des difficultés. Une première réponse est d’inspiration libérale (Maarek) et affirme la scission de l’économique et du social en renvoyant à l’assistance et en organisant une plus grande liberté d’entreprendre sur les marchés. Une deuxième voie articule ensemble économique et social en appui sur l’initiative publique en cherchant d’un côté à stimuler la consommation par des programmes de relance d’inspiration keynésienne, et d’un autre côté à réalimenter les diverses protections des travailleurs et leurs ayants droit (OFCE). Une troisième voie, à mi-chemin des deux autres, enregistre la scission entre économique et social, mais s’inquiète des risques d’éclatement du lien social et du coût pour les individus. Elle imagine des procédures d’arbitrage entre les deux logiques en s’appuyant sur la notion d’équité empruntée aux travaux sur la justice du philosophe politique américain Rawls 12 – façon de penser les conditions d’un consensus dans une société démocratique inégalitaire. Ce dernier modèle soutenu par ce qui était alors la fondation Saint-Simon rejoint aussi sur plusieurs aspects les tenants d’un « capitalisme éthique ».

  • 13  Cahuc, Debonneuil (2004), Productivité et emploi dans le tertiaire, Rapport pour le Conseil d’anal (...)
  • 14  Op. cit.
  • 15  Op. cit.

7Des trois voies ouvertes au milieu des années 1990, la voie libérale pour qui la protection de l’emploi freine la compétitivité des entreprises et fait obstacle à la lutte contre le chômage, s’est déployée le plus largement. Elle a bénéficié du soutien des instances internationales, notamment de l’OCDE qui réalise des comparaisons entre pays en publiant, depuis 1999, des indices de flexibilité inversement proportionnels au nombre de mesures de protection des emplois (contraintes d’embauche, protection des licenciements, conditions de recours à l’intérim, etc. ). Deux rapports ont récemment réinterrogé les effets supposés négatifs de la protection de l’emploi. Cahuc et Debonneuil 13 ainsi que Blanchard et Tirole 14 la même année soulignent le coût à la fois élevé et incertain des dispositifs de protection des emplois qui incitent les employeurs à contourner le droit et compromettent ainsi l’objectif initial de ces mesures. Ils concluent à la nécessité d’instaurer une taxe sur les licenciements sur le mode « pollueur-payeur » inspiré des dispositifs d’experience rating qui sont en vigueur aux États-Unis. Ils proposent également de lutter contre la segmentation du marché du travail par la mise en œuvre d’un contrat unique fusionnant les CDI et les CDD dont le coût en cas de rupture serait connu par avance pour l’employeur. Le constat et les propositions sont repris l’année suivante dans le rapport de la commission présidée par Camdessus puis par le rapport de Cahuc et Kramarz 15.

  • 16  Cerc, (2005), op. cit. et Gautié J. (2005), « Les économistes contre la protection de l’emploi : d (...)
  • 17  Boyer R., (2006), op. cit.
  • 18  Voir note 2. Voir également Husson M. (dir.), Travail précaire, salariés jetables. Fausses questio (...)

8Ces propositions ont rapidement suscité des critiques. Derrière l’apparente générosité de la proposition de contrat unique et de taxe sur les licenciements, on met en avant les risques d’exacerbation des concurrences entre salariés, la mise à l’écart du juge et des partenaires sociaux 16. Ces critiques témoignent d’un courant de pensée qui conteste les réponses strictement libérales aux problèmes de la société française. À bien des égards, on se rapproche ici d’un capitalisme éthique. Luttant contre une version dure du libéralisme, la perception de la flexicurité est plus ouverte que celle de beaucoup des concepteurs de la sécurisation des parcours. À l’instar de Boyer 17, le modèle danois leur semble un modèle dont la France pourrait s’inspirer, une opportunité donc, et non l’ultime avatar d’une politique de benchmarking qui sévit en Europe depuis les décisions stratégiques de Lisbonne 18. Le projet est de penser les conditions d’une « flexicurité à la française » en poussant l’avantage des bons résultats économiques du Danemark.

  • 19  Centre d’études de l’emploi (2006), La qualité de l’emploi, Paris, La Découverte, 128 p.

9Derrière le modèle danois, se discute ainsi une option française. L’enjeu est in fine d’obtenir pour notre pays une sécurité pour les salariés par l’organisation raisonnée de mobilités entre des emplois « de qualité » 19, tout en privilégiant les négociations entre partenaires sociaux. Une originalité du modèle danois est en effet de reposer sur un « pacte social » négocié entre partenaires nationaux qui donne cohérence à l’ensemble des mesures et rend possible leur mise en œuvre décentralisée. Outre ce pacte, le Danemark propose une articulation inédite entre des dimensions de l’emploi généralement dissociées : le droit du travail, le régime d’indemnisation et les politiques de l’emploi. Malgré les difficultés que connaît le modèle et les critiques internes dont il fait l’objet, il est mobilisé en France par les défenseurs d’une série de réformes sur les modes d’indemnisation, les mesures d’accompagnement des chômeurs, ou encore la gestion des trajectoires.

10La notion de flexicurité constitue ainsi un point de rencontre entre des courants de pensée et des acteurs qui ont construit jusqu’alors leur réflexion dans une relative indépendance. Partant de prémices sensiblement différentes, plusieurs approches peuvent être identifiées : celle qui s’emploie à dénouer les liens établis entre rigidité des entreprises et mesures de protection de l’emploi ; celle qui interroge la capacité des modèles nationaux à assurer la cohésion sociale ; celle, enfin, qui cherche à construire une sécurisation des parcours professionnels. Peu ou prou, ces approches recoupent un partage disciplinaire, ce qui a sans doute contribué à leur autonomie respective. La première revient plutôt aux économistes. Les sociologues sont majoritaires dans la seconde, tandis que les juristes ont largement impulsé la troisième. La notion de flexicurité interpelle ces disciplines qui y répondent, en fonction de leur propre histoire, de façon très différente. Si l’on trouve des économistes pour se féliciter de l’obligation de prendre en compte la vie des salariés dans l’appréciation des performances économiques, le surgissement de la flexibilité peut sembler à d’autres acteurs un dévoiement rédhibitoire des efforts réalisés pour penser des trajectoires professionnelles sécurisées. Interpellation et rencontre entre courants ne signifient donc pas convergences et moins encore consensus. L’inflexion que suscite la notion de flexicurité en France implique ainsi des rencontres pluridisciplinaires. C’est pour y contribuer que nous avons consacré un colloque à la question dont ce numéro spécial est issu.

Les négociations sociales relevant de la flexicurité et leurs développements possibles

11Jusqu’au début de l’année 2008, il y a eu peu de réalisations concrètes qui relèvent en France du registre de la flexicurité. On peut citer cependant l’instauration du congé individuel de formation (CIF), du droit individuel à la formation (DIF) et l’obligation faite à l’employeur d’assurer l’adaptation du salarié à l’évolution de son emploi. On peut aussi citer l’obligation d’une négociation triennale sur la GPEC avec un volet relatif « aux actions de mobilité professionnelle et géographique au sein de l’entreprise et du groupe » ou encore la création de comptes épargne-temps et les structures de reclassement territorialisées. Au total jusqu’à cette date, on dénombre peu de dispositifs et l’on sait d’ailleurs encore trop peu de choses sur l’efficacité réelle de ces différents instruments sur les usages qui en sont faits au sein des entreprises.

12La notion de flexicurité reste donc avant tout un projet politique et un objet de négociation. On sait qu’il s’agit d’adopter une sorte de plan global afin de transformer à la fois la norme juridique en matière de contrats de travail, le fonctionnement de l’assurance chômage et de la formation tout au long de la vie, ainsi que le contenu des politiques de l’emploi. L’objectif recherché est d’organiser des négociations simultanées sur tous ces domaines afin de favoriser un échange gagnant-gagnant entre les partenaires sociaux qui se traduise finalement par une amélioration de la réactivité des entreprises, tout en sécurisant les parcours professionnels des salariés. Le chantier est de grande ampleur. Le point étonnant est d’ailleurs de constater que considérée de façon séparée, aucune de ces perspectives de réformes ne devrait susciter l’accord de chacune des parties prenantes. C’est lorsqu’elles sont considérées ensemble que ces réformes semblent être dotées d’une nouvelle cohérence, qui peut accroître leurs chances de succès.

13Cependant, les négociations qui ont débuté à l’automne 2007 entre partenaires sociaux ont donné lieu à un premier accord sur « la modernisation du marché du travail » en janvier 2008.

14Il est le résultat de certaines des propositions avancées et débattues depuis plus d’une décennie, et correspond bien à un compromis qui inclut à la fois des éléments de flexibilité d’une part, et de sécurité d’autre part. Création d’un contrat de mission qualifié dans l’accord « à objet défini », « rupture conventionnelle » du CDI vont dans le sens d’une plus grande flexibilité des rapports juridiques du travail. En contrepartie, la portabilité des droits commence à s’organiser dans certains domaines comme la formation. De plus, un début de sécurisation des trajectoires professionnelles est instauré grâce aux nouvelles dispositions concernant la mobilité professionnelle et géographique.

  • 20  Freyssinet J. (2007), « Flexicurité : un bilan intermédiaire », Note Lasaire no 13, novembre.

15Les premiers résultats de cette négociation sociale marquent une avancée importante dans la construction d’une flexicurité à la française. Il faut cependant considérer que ce n’est qu’une étape dans un long processus de négociation au niveau des confédérations syndicales et patronales, mais aussi des branches et des entreprises elles-mêmes. Cependant, le rôle du gouvernement dans le processus ne doit pas être négligé, puisque les accords entre partenaires sociaux doivent être repris, voire amendés et corrigés par différents textes législatifs et réglementaires 20. L’enjeu des compromis négociés entre partenaires sociaux est cependant primordial, car ceux-ci auront ensuite pour tâche l’introduction effective de cette flexicurité au niveau des secteurs d’activité et des entreprises.

16De plus, d’autres composantes de notre système socio-économique devraient être transformées et mises en cohérence avec les accords négociés. C’est le cas des objectifs et moyens de la politique de l’emploi. Les ressources publiques devraient être concentrées sur l’aide aux personnes tout au long de leur cycle de vie professionnelle. Au cours de ces périodes, l’indemnisation du chômage et l’assistance en matière de formation, de reclassement et de placement devraient être considérablement améliorées. La politique de l’emploi et les organismes chargés de la mettre en application sont bien sûr concernés au premier chef. Dans cette perspective, la fusion entre l’Unedic et l’ANPE ne doit pas être considérée seulement comme un moyen d’améliorer la gestion administrative du chômage. Elle doit permettre un réel suivi au quotidien des chômeurs et une prise en compte, de façon coordonnée, de l’ensemble des éléments qui favorisent le retour à l’emploi.

17Nos systèmes d’éducation et de formation sont également impliqués. Le rapprochement entre ces systèmes et les entreprises peut prendre corps au travers de réalisations concrètes telles que l’enseignement en alternance et la validation des acquis de l’expérience (VAE). Ces réalisations sont des éléments essentiels de la sécurisation des parcours professionnels. Quant à la formation continue dispensée par les entreprises, on sait qu’elle est un des éléments fondamentaux de la réussite du modèle scandinave de mobilité professionnelle.

18Enfin et surtout, le rôle des entreprises et de leur organisation interne est primordial. Sécuriser les parcours professionnels des salariés, c’est tout d’abord leur fournir, dans le cadre de leur emploi, les moyens d’entretenir et de développer leurs capacités professionnelles de façon à ce qu’ils puissent, le cas échéant, relever le défi de la mobilité externe. C’est aussi renoncer à un mode d’organisation du travail qui consiste à marginaliser la frange des salariés qui est employée dans le cadre de contrats précaires, et qui sert à amortir les fluctuations de la conjoncture. C’est donc pratiquer une flexibilité de l’emploi plus qualitative et moins quantitative que par le passé.

19Au-delà de ces éléments de réformes, les débats publics et les négociations sur la flexicurité pourront poser des nouvelles questions qui ne transparaissent encore qu’en filigrane dans les discussions actuelles : celle de la valeur sociale des emplois, de la responsabilité de l’employeur, bien difficile à cerner dans les restructurations permanentes des entreprises, ou encore celle de la mutualisation des risques attachés aux économies développées. Peut-être ces débats conduiront-ils aussi à poser des questions totalement absentes à ce jour, celles qui touchent au travail proprement dit, ou à la qualité des emplois proposés.

Le contenu du numéro

20Ce numéro spécial réunit neuf articles qui ont fait partie des contributions présentées lors du colloque pluridisciplinaire Flexicurité en France, qui s’est tenu à l’université de Marne-la-Vallée le 7 décembre 2006 et qui a rassemblé quelque 200 chercheurs, enseignants, responsables syndicaux, d’administrations publiques et d’entreprises. Ces contributions illustrent la diversité des approches de la notion de flexicurité et la variété des questions qu’elle soulève. Parce qu’elle met en jeu les trajectoires professionnelles des salariés et la gestion de la main-d’œuvre par les entreprises, la flexicurité fournit une entrée potentiellement très riche pour la recherche en sciences sociales. Au carrefour du travail et de l’emploi, ce terrain est propice à une rencontre entre les apports de la sociologie, de l’économie et du droit.

21Les premiers articles du numéro s’inscrivent dans le champ de la mesure statistique de l’instabilité professionnelle et proposent un état des lieux de l’insécurité des emplois et de son évolution dans le temps. Guillaumette de Larquier et Delphine Remillon exploitent une base originale de 4 508 carrières sur les cinquante dernières années, extraite de l’enquête « Histoire de vie » de l’Insee qui leur permet de vérifier si les carrières professionnelles sont effectivement devenues plus instables. Elles concluent à la permanence d’un schéma traditionnel des carrières stables et ascendantes dans un environnement de plus grande insécurité professionnelle due à la hausse du chômage. Elles proposent également un survol des résultats de l’ensemble des travaux statistiques sur l’insécurité de l’emploi. Henri Eckert et Virginie Mora focalisent l’attention sur l’insertion des jeunes en exploitant l’enquête « Génération 1998 en 2005 » administrée par le Cereq, particulièrement les calendriers détaillés des emplois successivement occupés par les individus au cours des sept premières années de leur vie active. Ils montrent que l’enchaînement de plusieurs contrats à durée déterminée sans interruption construit pour beaucoup de jeunes une continuité d’emploi supérieure à dix-huit mois. Céline Marc s’intéresse à la situation des femmes en exploitant des données françaises du panel européen des ménages (ECHP) entre 1994 et 2001. Elle étudie les déterminants individuels, familiaux et professionnels qui discriminent les transitions d’activité vers le temps partiel, le chômage et l’inactivité par rapport au maintien dans l’emploi à temps plein. Elle souligne qu’à côté des facteurs salariaux, d’autres aspects de la qualité des emplois améliorent la compréhension des transitions sur le marché du travail, l’influence des variables familiales et des contraintes d’aménagements horaires étant notamment plus marquée pour les femmes. Thomas Amossé et Michel Gollac mobilisent l’enquête sur la formation et la qualification professionnelle (FQP) dans laquelle on dispose d’un calendrier professionnel sur cinq ans et d’un questionnement rétrospectif sur les conditions de travail, pour vérifier empiriquement que les contraintes de rythme de travail sont associées à des mobilités plus nombreuses et qu’elles contribuent à faire diverger les carrières.

22Les contributions suivantes s’interrogent sur les positions des acteurs vis-à-vis de la thématique de la flexicurité et sur les difficultés de nature juridique ou organisationnelle posées par la perspective d’une plus grande sécurisation des parcours. Solweig Grimault exploite des entretiens auprès de syndicalistes en charge de la question de la sécurisation des parcours professionnels ainsi que des textes syndicaux tels que documents de congrès, articles et notes. Elle montre que les deux rapports Boissonnat et Supiot ont fortement structuré la réflexion syndicale sur la question mais que les positions des syndicats se distinguent cependant par les notions mises en avant dans le champ des relations professionnelles et du dialogue social. Michèle Bonnechère souligne les principaux obstacles juridiques à la flexicurité. Partant d’un rappel des différents projets de réforme du droit du travail, elle présente les normes juridiques internationales applicables aux relations du travail en insistant sur le caractère irréversible de l’obligation de reclassement préalable à tout licenciement économique. La contribution d’Éric Verdier s’appuie sur un ensemble d’études de terrain autour dexpérimentations locales de dispositif de flexicurité. Il insiste sur les difficultés qu’il y a à organiser la coopération d’acteurs nombreux afin de parvenir à un accord sur des projets retenant la qualité de l’emploi et du travail comme objectif principal.

23Les deux dernières contributions ont un contenu plus normatif et s’interrogent sur les référents implicites ou explicites par rapport auxquels la situation française est évaluée. Bernard Gazier s’interroge sur les rapports qui existent (ou qui devraient exister) entre flexicurité, marchés du travail transitionnels et plein emploi soutenable. La prise en compte des marchés du travail transitionnels doit permettre une flexicurité conçue sur le long terme et sur une base collective. Dominique Meda et Alain Lefebvre proposent une comparaison des marchés du travail de l’ensemble des pays européens avec des données d’Eurostat et de l’OCDE et soulignent que le succès danois en matière de flexicurité est multidimensionnel, il repose sur la qualité du dialogue social, du système de formation, de la politique de l’emploi et de la politique macroéconomique. La flexicurité apparaît comme un projet global qui requiert un haut niveau de coordination et de consensus sur un diagnostic et sur une stratégie. Les messages essentiels de ces dernières contributions, comme des précédentes, sont autant d’enseignements qui peuvent utilement nourrir la réflexion sur les conditions de mise en œuvre d’une flexicurité à la française.

Haut de page

Notes

1  Commission européenne (2007).

2  En mars 2000, lors du Conseil européen de Lisbonne, les dirigeants européens se sont fixé pour objectif de faire de l’Europe, d’ici à 2010, « L’économie de connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». Cette initiative ambitieuse, dont les objectifs et la méthode ont été révisés en 2005, constitue pour l’Union européenne et ses États membres une stratégie globale pour la croissance et pour l’emploi. Elle engage notamment les États membres à adopter des objectifs de politique économique et de réforme structurelle communs.

3  Boyer R. (2006), La flexicurité danoise, quels enseignements pour la France ?, Paris, Éditions ENS, rue d’Ulm.

4  Blanchard O., Tirole J. (2003), Rapport du Conseil d’analyse économique, Protection de l’emploi et procédures de licenciement, Paris, La Documentation française.

5  Cahuc P., Kramarz F. (2004), De la précarité à la mobilité : vers une sécurité sociale professionnelle, Rapport au ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et au ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale.

6  Cerc, (2005), La sécurité de l’emploi face au défi des transformations économiques, Rapport no 5, Paris, La Documentation française.

7  Boissonnat J., (1995), Le travail dans vingt ans, Paris, Éditions Odile Jacob, 1995 et Supiot A. (dir.), (1999), Au-delà de l’emploi, transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe, Paris, Flammarion, 1999 et un entretien dans Liaisons sociales en septembre 2006 sur les suites de l’ouvrage.

8  Parisot L. (dir.), (2007), Besoin d’air, Paris, Seuil, 151 p.

9  Freyssinet J. (1995), « Emploi et chômage : peu de résultats, beaucoup de rapports », Document de travail no 95.01, Ire, 78 p.

10  Matteoli J. (président de la commission), (1993), Les obstacles structurels à l’emploi, Rapport rendu au Premier ministre en septembre 1993.

11  Maarek G. (1994), Coût du travail et emploi : une nouvelle donne, Rapport au Commissariat général du Plan ; Drèze J. H., Malinvaud E. (1994), Croissance et emploi : l’ambition d’une initiative européenne, disponible dans Revue de l’OFCE (Observations et diagnostics économiques), no 49, avril 1994 ; Minc A. (1994), La France de l’an 2000, Rapport au Premier ministre de la commission présidée par Alain Minc, Odile Jacob, 1994 ; et OCDE (2004), « Protection de l’emploi et performance du marché du travail », in Perspectives de l’emploi, juillet.

12  Rawls J. (1987), Théorie de la justice, Paris, Éditions du Seuil.

13  Cahuc, Debonneuil (2004), Productivité et emploi dans le tertiaire, Rapport pour le Conseil d’analyse économique, La Documentation française.

14  Op. cit.

15  Op. cit.

16  Cerc, (2005), op. cit. et Gautié J. (2005), « Les économistes contre la protection de l’emploi : de la dérégulation à la flexicurité », Droit social, no 1, 2005, p. 3-11.

17  Boyer R., (2006), op. cit.

18  Voir note 2. Voir également Husson M. (dir.), Travail précaire, salariés jetables. Fausses questions et vrais enjeux de la lutte contre le chômage, Paris, La Découverte, coll. « Sur le vif », 2006.

19  Centre d’études de l’emploi (2006), La qualité de l’emploi, Paris, La Découverte, 128 p.

20  Freyssinet J. (2007), « Flexicurité : un bilan intermédiaire », Note Lasaire no 13, novembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Célérier, Yannick L’Horty et Dominique Redor, « Introduction », Travail et Emploi, 113 | 2008, 5-12.

Référence électronique

Sylvie Célérier, Yannick L’Horty et Dominique Redor, « Introduction », Travail et Emploi [En ligne], 113 | janvier-avril 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/3964

Haut de page

Auteurs

Sylvie Célérier

Centre Pierre Naville, université d’Évry-Val-d’Essonne CEE et TEPP, sylvie.celerier@mail.enpc.fr.

Articles du même auteur

Yannick L’Horty

EPEE université d’Évry-Val-d’Essonne CEE et TEPP, yannick.lhorty@mail.enpc.fr.

Articles du même auteur

Dominique Redor

Université Paris-Est, OEP CEE et TEPP, dominique.redor@mail.enpc.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals