Navigation – Plan du site

Au-delà de l’emploi, quelle sauvegarde du travail ?

Expériences du reclassement dans le cadre d’un PSE « idéal »
Beyond employment, how can the subjective experience of work be preserved? Going through an “ideal” corporate restructuring plan
Lucie Goussard
p. 53-67

Résumés

Cet article étudie la manière dont les salariés vivent l’épreuve d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présenté comme idéal. S’appuyant sur soixante-dix entretiens réalisés trois ans après la fermeture du site, il montre ce que les restructurations font au travail. En effet, même lorsque tous les salariés sont reclassés, qui plus est dans une entreprise stable située à proximité de leur ancien lieu de travail avec un niveau de rémunération et des acquis sociaux préservés – autrement dit, même lorsque leurs conditions d’emploi ne sont pas fondamentalement altérées –, le travail, lui, est malmené. Certes protégés du chômage, nombre de ces salariés perdent leur intégration à un collectif, leur attachement à une entreprise, leur maîtrise d’un métier et leurs perspectives de carrière. Or, quand le rapport au travail est ainsi dégradé, c’est leur identité sociale et le sens qu’ils donnent à leur existence qui se trouvent à leur tour bouleversés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un PSE considéré comme idéal
Un cas d’école pour la direction
Des représentants du personnel désarmés ?
Une mobilité banale pour des cadres « pas banals »
Perdre son travail en gardant son emploi : l’épreuve du reclassement
Le déracinement
De la déstabilisation des repères professionnels au déclassement
Carrière : une réduction du champ des possibles

Aperçu du texte

Souvent associées aux licenciements collectifs, les restructurations d’entreprises sont généralement étudiées sous l’angle de l’emploi. Les travaux convergent pour montrer qu’elles précarisent les trajectoires professionnelles et sociales des salariés (Trotzier, 2006 ; Beaujolin-Bellet et al., 2009 ; Roupnel-Fuentes, 2011), les exposent au risque de déclassement (Martin et al., 2000 ; Pochic, 2001) et à la peur de voir leurs conditions de travail se détériorer (Greenhalgh, Rosenblatt, 1984). Ils analysent également en quoi les licenciements collectifs bouleversent les identités professionnelles (Guyonvarch, 2008) et constituent une déstabilisation subjective. En effet, perdre son emploi, c’est aussi perdre une partie de soi (Linhart et al., 2002). Les restructurations ne sont toutefois pas toujours synonymes de licenciements collectifs. Par les différents dispositifs de reclassement déployés, nombre de salariés préservent leur emploi et bénéficient de toute une série de mesures dest...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Goussard, « Au-delà de l’emploi, quelle sauvegarde du travail ? », Travail et Emploi, 138 | 2014, 53-67.

Référence électronique

Lucie Goussard, « Au-delà de l’emploi, quelle sauvegarde du travail ? », Travail et Emploi [En ligne], 138 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/6336

Haut de page

Auteur

Lucie Goussard

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris − Genre, travail, mobilités (Cresppa-GTM) ; Centre Pierre Naville (CPN), Université d’évry ; goussard.lucie@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals