Navigation – Plan du site

Crise du travail et redéfinition des frontières du social en Argentine à travers le prisme de la mobilisation des desocupados

Work crisis and the redefinition of social frontiers in Argentine: the mobilizations of the unemployed
Pía V. Rius
p. 99-116

Résumés

En Argentine, les transformations de l’économie à l’œuvre depuis les années 1970 modifient la répartition des revenus, qui se dégrade encore durant les années 1990. La crise de la fin 2001, vécue comme hors du commun, témoigne des tensions entre les attentes d’intégration sociale par l’éducation et le travail et la politique néolibérale conduite par les gouvernements en place. À partir d’une analyse ethnographique et documentaire, l’article s’intéresse en particulier aux organisations de desocupados de la banlieue sud de Buenos Aires, à la manière dont les membres de ces collectifs et leurs proches vivent leurs conditions de travailleur et de chômeur. L’analyse des politiques sociales donne à voir une tension entre logique de droit au travail et logique de droit individuel à la protection sociale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De la crise du travail à la mobilisation de desocupados
Les transformations structurelles du monde du travail argentin
Transformations du travail et expérience de la pauvreté : la recherche de réponses face à la perte des repères
L’émergence des acteurs collectifs face à la crise du travail
Traitement public du chômage et de la mobilisation des desocupados
Les programmes de travail temporaire (PTT)
L’évolution des PTT et de leur application au gré des changements politiques
Les mouvements des desocupados et la conception des programmes de travail temporaire : reconnaissance limitée et marges de manœuvre étendues
Les PTT et les frontières du social : la remise en cause de la « société salariale »
La remise en cause du droit au travail digne : faire « n’importe quel travail » ou s’engager dans une logique de contrepartie
Universalisation versus sélection : droit au revenu familial

Aperçu du texte

La crise économique que connaît actuellement la France apparaît avant tout comme une crise de la croissance et du chômage, qui fait suite à la crise financière de 2008-2009. En cela, elle peut constituer pour les chercheurs en sciences sociales une occasion de questionner la place du travail dans nos sociétés et invite à revenir sur les crises passées, comme celle qui a éclaté en Argentine à la fin de l’année 2001. Les conséquences sociales des années de récession économique (1998-2001) y ont été particulièrement importantes et se sont traduites par des transformations majeures du système politique, économique et social.

Cette crise signe l’échec du « modèle social argentin », qui reposait sur une monnaie stable au taux de change fixe avec le dollar américain. Elle témoigne également des tensions au sein de la société : alors que le pays se percevait comme accueillant, « ouvert à tous les hommes de bonne volonté », depuis la fin des années 1990, l’augmentation du chômage et de la pau...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pía V. Rius, « Crise du travail et redéfinition des frontières du social en Argentine à travers le prisme de la mobilisation des desocupados », Travail et Emploi, 138 | 2014, 99-116.

Référence électronique

Pía V. Rius, « Crise du travail et redéfinition des frontières du social en Argentine à travers le prisme de la mobilisation des desocupados », Travail et Emploi [En ligne], 138 | avril-juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/6363

Haut de page

Auteur

Pía V. Rius

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), Université Lille 1 ; piavrius@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals