Navigation – Plan du site

« Je ne vous opérerai pas. »

Registres argumentaires des refus d’opérer en chirurgie esthétique
The Main Justifications Put Forward by Cosmetic Surgeons When Rejecting Clients
Yannick Le Hénaff
p. 61-80

Résumés

Dans cet article, nous nous sommes intéressé au cas original des refus d’opérer en chirurgie esthétique, en nous basant sur quatre-vingts entretiens avec des praticiens, des observations en congrès et une analyse de revues professionnelles. Écartant les réserves anatomiques ou physiologiques, les chirurgiens enquêtés expliquent leur décision par l’inadéquation entre le comportement ou la demande du client et leurs propres attentes. Le demandeur est alors rangé dans la catégorie de client à problèmes, en raison des conflits potentiels, voire des ennuis judiciaires, qu’il pourrait générer. Différents niveaux de lecture ont été proposés qui ont pour dénominateur commun le recours aux notions d’autonomie et d’identité professionnelles des chirurgiens, qui permet notamment de mettre en évidence leur fragilité médicale. Par ailleurs, sous couvert de déontologie (en se désintéressant des bénéfices financiers d’une opération), ces professionnels s’autorisent à écarter les clients qu’ils jugent indignes ou potentiellement dangereux, et ouvrent donc la porte à des processus de discriminations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La chirurgie esthétique, une sous-spécialité en quête de légitimité
À activité particulière, relation médecin-client particulière ?
Le levier «  psy » comme justification de l’acte opératoire
Refuser : quelques indicateurs diagnostiques
Deux figures de «  mauvais » clients
Le sensible comme appui diagnostique : quand «  le courant ne passe pas »
La perception du risque comme indicateur de mauvaise demande
Le refus, un enjeu professionnel
La confiance, une emprise interactionnelle
Une rhétorique professionnelle : l’éloge du refus

Aperçu du texte

Les travaux sociologiques portant sur la décision médicale ont largement interprété le fait de prescrire comme une preuve de l’action. La prescription est considérée sous deux angles : comme le signe d’une culture professionnelle ou comme la démonstration de la pression des clients pour ne pas «  rentrer les mains vides » (Broom et al., 2014, p. 55, nous traduisons ; Stivers, 2002). Dans cet article portant sur la chirurgie esthétique, ce sont au contraire les refus qui ont retenu notre attention. Plus précisément, nous nous intéressons à des cas de refus dans lesquels la disgrâce physique est reconnue et pour laquelle un «  traitement » existe : autrement dit, les critères biologiques et anatomiques autorisent l’intervention. Cette posture médicale n’est pas sans rappeler les «  refus de prise en charge » qui sont, dans la littérature sociologique, envisagés comme des processus de discrimination touchant des publics vulnérables – et fréquemment présentés comme difficiles, ou dont l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Le Hénaff, « « Je ne vous opérerai pas. » », Travail et Emploi, 144 | 2015, 61-80.

Référence électronique

Yannick Le Hénaff, « « Je ne vous opérerai pas. » », Travail et Emploi [En ligne], 144 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/6748 ; DOI : 10.4000/travailemploi.6748

Haut de page

Auteur

Yannick Le Hénaff

Laboratoire DySoLa (Dynamiques Sociales et Langagières), université de Rouen ; yannick.lehenaff@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals