Navigation – Plan du site

De l’exploitation familiale à la mobilisation collective

La place des conjointes dans un mouvement d’agriculteurs victimes des pesticides
From the Family Farm to a Collective Mobilisation. Wives in a Social Movement of Farmers Suffering from Pesticide Poisoning
Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete
p. 77-100

Résumés

Dans cet article, nous étudions les liens entre les transformations à l’œuvre dans la sphère privée des familles d’agriculteurs et les modalités de la représentation publique de la profession agricole. Pour cela, nous nous interrogeons sur la place des femmes dans un mouvement d’agriculteurs qui s’estiment victimes des pesticides. Nous montrons qu’en tant que conjointes, elles constituent un appui décisif dans le parcours qui permet à leurs époux de se considérer et de se revendiquer comme des victimes des pesticides. Nous mettons également en évidence l’ambiguïté de leur positionnement dans l’action collective : reconnues comme d’indispensables relais de la mobilisation, elles restent essentiellement limitées à ce rôle d’intermédiaires, n’accédant elles-mêmes au statut de victimes qu’indirectement, par l’expérience du deuil. Si cette dernière légitime leur place au sein de l’association, elle induit également un éloignement vis-à-vis du monde agricole, générant d’inévitables tensions.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le rôle déterminant des conjointes pour les agriculteurs victimes des pesticides
Une affaire d’hommes… très entourés
Les conjointes : un appui décisif dans les parcours des agriculteurs victimes des pesticides
Le poids de l’évolution des structures familiales dans l’engagement militant
Si proches, si loin : centralité et périphérie des femmes dans la cause des Phyto-victimes
L’expérience féminine de la maladie : entre naturalisation et mise en scène
Les victimes au masculin ?
Deuil et engagement radical

Aperçu du texte

La sociologie rurale française connaît depuis une dizaine d’années un important renouvellement, dont un axe fort est l’étude des dynamiques de désenclavement social et politique qui caractérisent la profession agricole. Cette réflexion est particulièrement vive sur deux fronts de recherche. Le premier porte sur l’évolution des structures familiales paysannes, dont un ensemble de travaux quantitatifs et qualitatifs montre qu’elles tendent à s’aligner sur le reste de la société. Ces travaux mettent notamment en évidence la croissance de l’hétérogamie sociale des couples (Rattin, 2002 ; Giraud, Rémy, 2008), une augmentation du nombre de divorces (Bessière et al., 2008 ; Bessière, 2010), un allongement de la durée des études des enfants et une inscription de ces dernières dans des trajectoires de mobilité sociale (Champagne, 2002 ; Alarcon, 2008 ; Bessière, 2010). Le second front de recherche s’intéresse à l’évolution des formes de représentation politique des agriculteurs. Plusieurs tr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, « De l’exploitation familiale à la mobilisation collective », Travail et Emploi, 147 | 2016, 77-100.

Référence électronique

Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, « De l’exploitation familiale à la mobilisation collective », Travail et Emploi [En ligne], 147 | juillet-septembre 2016, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/7146

Haut de page

Auteurs

Jean-Noël Jouzel

Centre de sociologie des organisations (CSO) ; jeannoel.jouzel@sciencespo.fr

Giovanni Prete

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris), université Paris 13 ; prete@univ-paris13.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals