Navigation – Plan du site

Des artisans d’art aux artisanes d’art

Ce que le genre fait aux métiers d’art indépendants
From Artist-Craftsmen to Artist-Craftswomen. What Gender Does to Independent Arts and Crafts
Anne Jourdain
p. 25-52

Résumés

De plus en plus de femmes s’installent à leur compte en tant que bijoutières, céramistes, maroquinières, etc. Cette féminisation de l’artisanat d’art met à mal les modèles traditionnels de transmission du métier de père en fils ou d’ascension sociale ouvrière par l’indépendance. De fait, la majorité des artisanes d’art sont des reconverties qui ont abandonné un emploi de cadre salariée pour devenir indépendantes. Consécutivement, elles n’investissent pas leur métier et leur entreprise de la même manière que les hommes : elles valorisent souvent davantage l’aspect créatif de leur activité que la composante technique. S’appuyant sur une double enquête quantitative et qualitative, l’article met en évidence les rapports profondément différenciés des femmes et des hommes à l’indépendance au sein d’un même univers professionnel. Sont finalement interrogés, en termes d’artification et de dépréciation, les effets sociaux et institutionnels de la féminisation de l’artisanat d’art.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’espace des artisans d’art polarisé par le genre
Féminisation et multiplication des reconversions dans l’artisanat d’art
La place différenciée des femmes et des hommes dans les métiers d’art
Artisanes et artisans d’art : des trajectoires différenciées, des manières distinctes de travailler et de gérer l’entreprise
Trois idéaux-types genrés d’artisans d’art : les créatrices, les artisans d’élite et les fabricants
Les différentes manières d’investir l’artisanat d’art : effet de genre ou d’origine sociale ?
L’effet du genre sur les manières de travailler et de gérer l’entreprise

Aperçu du texte

Cinquante pourcents de femmes, cinquante pourcents d’hommes. La population des artisans d’art – dont le nombre estimé est compris entre 18 000 et 38 000 en France – comprend autant de femmes que d’hommes dans notre échantillon de 947 individus enquêtés d’un point de vue quantitatif (encadré 1). Cette égale composition est en réalité le fruit d’une féminisation de l’artisanat d’art (ou des « métiers d’art ») qui s’est accélérée au cours des dernières années, comme nous le verrons. De plus en plus de femmes s’installent en effet à leur compte en tant que bijoutières, céramistes, maroquinières, etc. Ce faisant, elles mettent à mal les modèles traditionnels masculins de transmission du métier de père en fils ou d’ascension sociale ouvrière par l’indépendance (Zarca, 1986). Simultanément, un autre phénomène contribue à renouveler ces modèles : la multiplication des reconversions dans l’artisanat d’art. De plus en plus de cadres décident ainsi vers l’âge de 35-40 ans d’abandonner leur car...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jourdain, « Des artisans d’art aux artisanes d’art », Travail et Emploi, 150 | 2017, 25-52.

Référence électronique

Anne Jourdain, « Des artisans d’art aux artisanes d’art », Travail et Emploi [En ligne], 150 | avril-juin 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/7562 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7562

Haut de page

Auteur

Anne Jourdain

Université Paris-Dauphine, PSL Research University, CNRS [UMR 7170], Irisso, 75016 Paris, France ; anne.jourdain@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals