Navigation – Plan du site

Les manuels scolaires libanais entre tradition et modernité

Leila Osseiran
p. 54-69

Résumés

À partir de deux séries de manuels de français intitulées respectivement À la croisée des textes et Espaces littéraires en usage dans le secteur privé pour les cycles complémentaire et secondaire, nous aborderons d’abord les représentations que les Libanais se font d’eux-mêmes : ceux-ci se présentent comme modernes, éclectiques tout en restant attachés aux traditions. Nous évoquerons ensuite les relations que le Liban entretient avec les pays riverains : relations neutres ou non marquées avec les pays du Maghreb, relations plus marquées avec les pays du Machreq et relations privilégiées avec la France.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1En dépit des circonstances politiques qui déstabilisent le pays depuis quelques décennies, le Liban continue à occuper une place culturelle importante dans le monde. C’est ainsi que, le 25 avril 2009, Beyrouth a été déclaré par l’UNESCO capitale mondiale du livre pour ladite année. C’est la deuxième ville arabe après Alexandrie, la neuvième depuis le début de ces nominations. Cette déclaration faite par une instance internationale montre le rôle important que joue cette capitale autour du livre et des métiers du livre. Cependant, le Liban, classé 4e ou 5e pays sur l’échelle internationale de l’édition et premier au niveau du Moyen-Orient a commencé relativement tard l’édition de manuels scolaires en langue étrangère, car longtemps les manuels faits en France ont servi de support à l’enseignement du français. Quoique relativement récents, les manuels libanais connaissent un certain succès auprès des établissements scolaires parce qu’ils répondent aux objectifs de la dernière restructuration de 1997 du système éducatif libanais.

  • 1 Nous définissons tradition comme un ensemble de pratiques sociolinguistiques qui relèvent de l’hist (...)
  • 2 Nous définissons modernité comme un ensemble de pratiques sociolinguistiques qui permettent, pour u (...)

2Notre étude traitera les spécificités de deux séries de manuels libanais dans le domaine du socioculturel d’abord, dans leur rapport à soi ou la représentation qu’ils donnent des Libanais et de la société libanaise dans leur relation avec la tradition1 et avec la modernité2, ensuite dans leur rapport avec les autres pays méditerranéens ou les échanges interculturels avec ces pays.

  • 3 En fait, il s’agit de 4 manuels, celui de la Seconde constituant un tronc commun aux deux parcours (...)
  • 4 Cependant, il y a lieu de préciser le recours à un matériel complémentaire - non inclus dans notre (...)

3Pour cette étude nous avons choisi comme corpus deux séries de manuels des mêmes auteurs en raison de leur grande diffusion dans le secteur privé religieux et laïque et des appréciations positives dont ils font l’objet de la part des utilisateurs (enseignants et apprenants). La coédition de la collection, objet de cette recherche, Hachette pour le côté français et Librairie Antoine pour le côté libanais, contribue également à les valoriser aux yeux du public libanais. La première série, destinée au cycle complémentaire porte un titre unique, pour la série comme pour le manuel, À la croisée des textes. Elle est répartie en trois niveaux de la 7e année (équivalenmeneaits en Fr)ard.reightent="On the 9année (é la re3e La couxième vdestinée au cycle cocondaire, neaits 1rannée (dcycle cocondaire, nquivalenmeneaits 2e diFr)ard.reign the 3année (é la reTmetile d),orte unaus co titre unique, our la série comme pour le manuel, em>Espaces littéraires e class="footnotecall" id="bodyftn2"3"ref="#ftn3">(.3a>(.4a>

Id="tocto1n1">II. Les manuels libanais dans leur rapport à Soi

1 CLeitre unique, o« m>À la croisée des textes.  »our le côle complémentaire pomplte un tconstnation">ositives ui peloriser a série co manuels sco le cpn dudagogique un relanvoià oc modelngPaositem> cont="Ot la delturelsctioule i, soionsile cairage du ="O ensemble de pratuctionu les ctretiCepeayneolaudionvialo engalement àur la série co socondaire, ntitulées em>Espaces littéraires e.e pasluel coemphionsl’hiverture à la quurs clises de dempln aation">o l'rtir de ="O eehématiqueÀCturelsc– Lgue é– Msethernem>.  »oaccd, ea parrioté dan the lturelscetan the liléateun, obt ard, pormetteueuxre lnsile c(etent aions posdagogique udes mtrers (. uaauxle as, res relanueients scouess -s de l’enoccasn de lathae, osedition de dmoneme du ea pamnsl ljr du ee dsanuels, n dessociuci nstancetes mtrers (recponden à l'aédivoluon de l(ebei o lesdagogique udLa couxière redition de a dance2008.p> Id="tocto1n1">II. 1 La thématique 1<5span> Cest la debasdancetre

  • 1<5span> C Muel, e ea pa8année (ob. 64.li>
  • 4<6span> C Muel, e ea pa2année (condaire, nttéraires ul>

    3<6span> CLethatme vsraiters de s le dsanuels, ceqique reriane. reprvent de ="O encisixequasn-uveauuctlyi peseelaoiserte s lebux coupe manuels desaborenanonsge du cyban conte poxle as, CL éécificités de cifounmeneaits ciases loce dent="Oonelaoisertes="iétà l'dethatme vsrinderréot génralEsvre et faitmle> et EsTmerdu ="Oient aem> e.e pamuel, e ea pa8année (omplte uno le9esrs cs due plaeHachïkspan> C eHaMaoriufspan> C. Ds leuparie cosentrve au cycle cocondaire, res reématiqueEsLaille> et deFarjl" ahspan style="font-variant:small-caps;">Hachïkspan> C r lrs (equivalenmefrançaisoloce d.p>

II. 2 La représentation sa>7a>ocioculturelle des Libanais :
  • 1<7span> C Pimerdupan style="font-variant:small-caps;">HaBr ldux span> C finissta représentation qu s lÀCeue jort r ceve de e>À,omme un ensemble de«tsabocran href="#ftn4"7(...)
  • 4<8span> C Muel, e ea pa7année (ob. 50.li>
  • 4<9span> C Muel, e ea pa7année (ob. 60-61.li>
  • 1 C Muel, e ea pa7aannée (ob. 88-89.li>
  • 1 C Muel, e ea pa7année (ob. 48t modael, e ea pa2année (ttéraires
  • 1 C Muel, e ea pa9année (ob. 10-/1sp>
  • 1 C Muel, e ea pa9année (ob. 38-39li> ul>

    3<7span> CLeinomb unncextes etvoquera il Liban, la qubanais et ain="ozosedte er lpport à Soenseigle de ptextes etéortss dens les masept muels dCepeupaurenandu cyburt dmanuiva">ose depseigr e dans leunociuci dagogique undpormettee

    – Lrecours àfrquivt à le ptextes etmrd.ais etis ls dens le pteœuvr etttéraires enass="les quur leleHaLamtingP/span> poode prGrairrdupan style="font-variant:small-caps;">HaDe Nerv01– Lrecours àquasn-exusionfux trrhotosobuxnt udes mccaths d,o ="Oémentaises="iéts l'aéage11to de lamturiditea recectiv5nt="Otls martieagt avec lesenseigle de pteune fs ea parnguèt La pamernits Ms con manuels lio mt ivale e pteyneu le ="O enconédivoe jouanuiva modturiicate 4t

Id="tocto1n1">II. 2. 1 La représentation de la femme
  • 1<14span> C Muel, e ea pa7année (ob. 12, 14, 18.li>
  • 1 C Muel, e ea pa9année (ob. 14.li> ul>

    3<8span> CLfemme o l'arcnencen le 2les tes pEltte dvisn qunportss tres da ffeifsv(é nooimpart.rheres da l'aédicset !) tinlsrspecd placude fovcirr,o manumanse ="Otrjrs ="Oh r,eune fs lem o leune fs,céilégiécains mampln aation">totémephoeues to devianternatet. Asi qes masréotypes darmesistt predépit des cirnges ntaiseuront-ds ea paciété libanaise d/p>

  • 3<16span> C Muel, e ea pa1rannée (dcycle cocondaire, ob.36.li> ul>

    3<9span> CDs le monuel, e eaponde cle 25uxième virs cs ,emmnsacrs tainre snt à lesfemme <,raiterandlascollntion deciocal/,on in cyban, le s leunoys depua Frsean, moms entr Eupertn trrcauucue plaoblmatiqueEsLéditation iss cille> et deFrd.ais nipan style="font-variant:small-caps;">HaMauantcspan> C eEsBle in u Sgneme lea>> esabA"r">tipan style="font-variant:small-caps;">HaCohenspan> C. gnalers en cs cosaborenoc conguistiques aexceptn, nle in s le d srs cs  ;nleautrers (eéortst hidte e pxi pa octeicaé aaclass="footnotecall" id="bodyftn2"16"ref="#ftn4"16"<16spa  :5« mme ociocal/ets desedtctris oe l="Oonese dequalefi rngalement àddaaditionHaSdnospan> C, Mue AnCuel span> C, Mue lysupan style="font-variant:small-caps;">HaMonro span> C, pan style="font-variant:small-caps;">HaDaledaspan> C, pan style="font-variant:small-caps;">HaSersmHaThaterHaBeaunsilspan> C eHaSpt"cdrspan> C. Lcôté li« u du drtst »e les cté li« fsedirue,  »u ee dsastinée as grisex s, ut lai-dmenile " ! Cme po cosfemme II. 2. 2 La représentation de l’homme

    • 1<17span> C Muel, e ea pa7année (ob. 12-13.li> ul>

      3 Cest la pays s, clvabrs r raadroi ieen xpdirunt II. 2. 3 La représentation de la jeune fille

      • 1<18span> C Muel, e ea pa1rannée (dcycle cocondaire, ob.50-51.li> ul>

        3 Cest lae tres ujs -tabrsLes manuels linédivoe jnlapasesabodol sctentottnaise danuivaessentent cosabodol sctentoclgyptnceneelaectivux s,es utaditions. class="footnotecall" id="bodyftn2"18"ref="#ftn4"18"<18sp

II. 2. 4 La représentation de l’enfant
  • 1<19span> C Muel, e ea pa7année (ob. 12.li>
  • 1<20span> C Ct isenom sealefi o aurt le clgeraedefisonets depréciatmeiFr)té d.li> ul>

    3 Cest lat qté l="OorphecasiFr)ll- fratmleospgieux s,eoderpln aautre, obNs="lm class="footnotecall" id="bodyftn2" 0href="#ftn1" 0h<20sp, ent qté lmaune fni remènàe fivieidernitateatbrd.rh 4een y ainderpuit u erts t libLsinouaux s decalhnoliqueet stpossèdda certain sunomb unnaborearei, n deshiveti, ndernes, uxtlsaelq 25témephoelate le "ensee trlfmanui de l'hu deodosur lixess les malle as), l="Oordatiox rlas mampnso d(rejx s,n d(CD,oetc/ Ilnnueifstt "oquctainntaiseu loortsion, l oc eedittide nopluletégrsuisere (oblulectre ôle des tegénral

II. 3 Le passage du stéréotype à l’archétype 
  • 1<21span> C m>ÀDiion3 CEn sencecoquciocal/s, (…)us redivx de lacioliniqué de lasychiniquéciocal/,o(…)uvoi det scetncllent du s le cycréotype àune rrésentation dealectionvfillge. CIse finisstaorisqumme po ma« age
36a>
  • 1<36span> C abIle i ,ose rtie ltui ceLe Toscan pojouatulule important quns leurpaties,rlarchéeracrelscecosabogrin href="#ftn4"36(...)
  • 4<37span> C JosepheMs la,rance ophoeie,/banaii da remde ialision pr sup>EsAcs etsuealecoe jotionale « Le mrd.ropho em> e clef="#ftn4"37(...)
  • ul>

    3<23span> CAcs cos o u’ils)ncomnampe s le 2amps lle 25cpue,entritiondagogique unse lgue étrangère, ni remiritte ="Oêt recée le collection etso comté limrd.ais etpan style="font-variant:small-caps;">Hacher ttespan> C eAnAntoimespan> CCL étrers (ecisvatt du s le paéseracdu econuels li socondaire, np>EsEan>cnsttéraires eem>.  :5« te dllecord,ion prtre trlFrance osauiorgcaaus co tinnouaulmentreés thuine duet tionale dei retégglscecos="lmilee csrnouauls ausrnne p /abr />« E l-s ibesoasi lrporer c,osuite lae lesaufnce ophoeieei refucocso Frgens Aapncybinguistimtottnaise veaus cois qsamnt Ds lette éciaions ,rlarcrers iits iserrétacsc cyle imitrtio da dueàfsrmeue lpa pangue éançais

3<2/span> CLandagogiqué l’enicnges ntco laaéoerture àr l’étres fsrme le socl dane/voûtdu ecoorenoc c ndernes, useeits i s leunooeulycond :oance <-banaiCIsnéa lisrnc pasede'ciatenocés ,ose d-êt rerce qutrlFrance Esserrétacsem>.  »/p>
7II.V. Cmnusionona>

3<25span> CDs leu2,nuels libanais d, utcoée (deloce dso que attulronv nt àsedte chpaiapport av Soenseigle de ptecnampnusuématique3<26span> CDs leu2acnampxté l’enicnges ndagogique unse diterranéensnous abelatuvo lenoule mpêer lde'ror aus mae udono sypotcetnclosercectiols remuine  ?aSiutte éfusn d,e dcrqel, eitylenmenvoyas cyjrs lurts -s ioeulent due fivens eloce da lesean, a delstrederda lebgenelurts -s ie fiut eletres dxinée aues dagrisex s, ?aur crts -s ipte ula ptecoésentations qudturiic(se pteys dumrd.rophoeedpncybs="le diterranéensna let l-ceae fiutopi, ?aur crts -s igme rraeiche>cnmt his msiol3<27span> CSfrininoul, utlitiques qututationnt(e pteys dunticnitess oort damt e. lrqté letarpl ocse'ror auc mae udonoditerranéensnn amrd.rophoeeens leunotres pecrs n dess leu2,ut eecond/p>

SetAess -Zoom"ref="#tcannexe/fiageAande ilspa> phrlle="nofillowclass="pdic">Orig"ref="#tcannexe/fiageOrigile (jpeg, 733k)a>
dir="ltr">EsLe ce etuuotidncesp>À,ours àmen-O 2espaup>nnée (obG.span style="font-variant:small-caps;">HaBodarpspan> C eHaBotjauospan> C, Piand :opan style="font-variant:small-caps;">HaNatngespan> C, 1968, 190 p.ma. 150 – Ss e q :oCEDRHE/p>
1iv> !-- #xtan --/ dv cl="bodiic raphieyclass="pdstion e ih2iass="pdstion e pan class="paxtanHaBiic raphiel span> Cdi> Actes du colloque national La francophonie libanaise : culture et humanisme. Éditions Mouvement culturel Antélias, 2001

Baylon C., Sociolinguistique : société, langue et discours. Paris : Nathan, 2002

Bonn C., Le roman algérien de langue française. Vers un espace de communication littéraire décolonisé ? Paris : L’Harmattan, 1985

BourdieuP., Ce que parler veut dire. Paris : Fayard, 1982

CharaudeauP., MaingueneauD., Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil, 2002

Cotin M., L’interculturalité comme ligne de crête in Terres de FLE n° 1 Publications de l’Université de Franche-Comté, 2008, p. 31-36

De CarloM., L’interculturel. Paris : Clé international, 1998

Gubinska M., Écrire dans la langue de l’Autre, quelques réflexions sur la littérature maghrébine de langue française in Synergies – Pologne n° 1 GERFLINT, 2005, p. 151-156

HafezS., Statuts, emplois, fonctions, rôles et représentations du français au Liban. Thèse de doctorat, Université Montpellier III, 2004

Noiray J., Littératures francophones, I. Le Maghreb. Paris : Belin, 1996

Corpus de manuels

Abou Ghannam A. et al., À la croisée des textes. Éditions Hachette-Edicef et librairie Antoine, Collection Didac (7e ,8e et 9e année), 2005

Abou Ghannam A. et al., Espaces littéraires. Éditions Hachette-Edicef et librairie Antoine, Collection Didac (1re, 2e et 3e année du secondaire scientifique et 2e année du secondaire littéraire), 2008

Haut de page

Notes

1 Nous définissons tradition comme un ensemble de pratiques sociolinguistiques qui relèvent de l’histoire d’un pays, de son passé, des ses habitudes et de ses spécificités. La tradition serait alors synonyme de reprise et de continuité socioculturelle.

2 Nous définissons modernité comme un ensemble de pratiques sociolinguistiques qui permettent, pour une société donnée, de modifier ses traditions par de nouveaux apports contemporains tirés de l’interaction avec le monde. Elle serait alors synonyme d’évolution et de changement socioculturel, voire de discontinuité par rapport à un état antérieur.

3 En fait, il s’agit de 4 manuels, celui de la Seconde constituant un tronc commun aux deux parcours littéraire et scientifique, deux manuels pour la 1re et la Terminale série scientifique et un manuel pour la 1re série littéraire. En Terminale série littéraire la littérature est remplacée par des cours de philosophie et de psychologie.

4 Cependant, il y a lieu de préciser le recours à un matériel complémentaire - non inclus dans notre corpus - à savoir : un cahier d’exercices, un livre du maître et une cassette audio pour le complémentaire et un matériel audiovisuel pour le secondaire.

5 Manuel de la 8e année, p. 64.

6 Manuel de la 2e année secondaire littéraire, exercice p. 181.

7 Pierre Bourdieu définit la représentation dans, Ce que parler veut dire, comme un ensemble « d’actes de perception et d’appréciation, de connaissance et de reconnaissance, où les agents investissent leurs intérêts et leurs présupposés (…) dans des choses ou des actes (…) qui visent à déterminer la représentation (mentale) que les autres peuvent se faire de ces propriétés et de leurs porteurs. » p.135-136.

8 Manuel de la 7e année, p. 50.

9 Manuel de la 7e année, p. 60-61.

10 Manuel de la 7ee année, p. 88-89.

11 Manuel de la 7e année, p. 48 et manuel de la 2e année littéraire, p. 144-145.

12 Manuel de la 9e année, p. 10-11

13 Manuel de la 9e année, p. 38-39

14 Manuel de la 7e année, p. 12, 14, 18.

15 Manuel de la 9e année, p. 14.

16 Manuel de la 1re année du cycle secondaire, p.36.

17 Manuel de la 7e année, p. 12-13.

18 Manuel de la 1re année du cycle secondaire, p.50-51.

19 Manuel de la 7e année, p. 12.

20 Ce prénom signifie le vent léger et frais très apprécié en été.

21 Dictionnaire d’analyse du discours, p. 546-547.

22 Dans notre étude l’archétype correspond à un modèle invariant universel.

23 Préface, p. 3.

24 Cf. supra, p. 3.

25 Antoine Tohmé, 2001, Multilinguisme et dialogue des cultures in Actes du colloque national « La francophonie libanaise », p.144.

26 Manuel de la 1re année du cycle secondaire, p. 51.

27 Manuel de la 2e année du cycle secondaire scientifique, p. 46-47.

28 D’autres auteurs écrivant en arabe tels que Ahlam Moustaghanmi connaissent un succès certain.

29 Noiray, 1996, p. 115-116.

30 Manuel de la 7e année, p. 78-79.

31 Manuel de la 2e année secondaire littéraire, p. 159.

32 Ibid. p. 161.

33 Ibid. p. 159.

34 Depuis les accords de Taëf en 1989 l’entité arabe du pays a été fixée définitivement, par conséquent la langue arabe est la seule langue de l’état.

35 Maria Gubinska, Écrire dans la langue de l’Autre, quelques réflexions sur la littérature maghrébine de langue française, p.152.

36 L’Italie, en particulier La Toscane, joua un rôle important dans les arts, l’architecture et l’agriculture du temps de l’émir Fakhreddine II.

37 Joseph Maila, Francophonie, libanité et mondialisation in Actes du colloque national « La francophonie libanaise », 2001, p. 23.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/trema/docannexe/image/2603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Le calcul quotidien, cours moyen 2e année, G. Bodard et H. Bréjaud, Paris : Nathan, 1968, 190 p., p. 150 – Source : CEDRHE.
URL http://journals.openedition.org/trema/docannexe/image/2603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leila Osseiran, « Les manuels scolaires libanais entre tradition et modernité », Tréma, 35 - 36 | 2011, 54-69.

Référence électronique

Leila Osseiran, « Les manuels scolaires libanais entre tradition et modernité », Tréma [En ligne], 35 - 36 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trema/2603 ; DOI : 10.4000/trema.2603

Haut de page

Auteur

Leila Osseiran

Université Libanaise, Liban

Haut de page

Droits d’auteur

Trema

Haut de page