Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Les images, acteurs majeurs de la connaissance

À propos de la poiesis et de l’episteme des images langagières et visuelles1
Sigrid Weigel
Titre original
Bilder als Hauptakteure auf dem Schauplatz der  Erkenntnis. Zur poiesis und episteme sprachlicher und visueller  Bilder
Traduction de Denis Trierweiler
Édition originale :
Sigrid Weigel, « Bilder als Hauptakteure auf dem Schauplatz der  Erkenntnis. Zur poiesis und episteme sprachlicher und visueller  Bilder » in : Huber, Jörg (éd.), Ästhetik Erfahrung. Interventionen 13, Zurich, Voldemeer, Wien, New York, Springer, 2004, p. 191-212.

Entrées d’index

Mots-clés :

image, information, médias, texte

Schlüsselwörter :

Bild, Information, Medien, Text

Note de la rédaction

Nous tenons à remercier chaleureusement Sigrid Weigel ainsi que les éditeurs de la publication originale de nous avoir accordé le droit de traduire son article.

Texte intégral

Un déluge d’images

  • 1 Bien que la reproduction des images visuelles doive malheureusement faire défaut ici, je voudrais (...)

1De toute part, des plaintes sur l’avalanche d’images qui nous assaille sont audibles. De sombres pronostics annoncent même la fin proche de la littérature, si ce n’est de l’ensemble de la culture de l’écrit. Par ailleurs, il est question partout à la ronde  et particulièrement dans les sciences , d’un iconic ou pictorial turn qui a nourri des aspirations à une nouvelle science interdisciplinaire de l’image. Mais simultanément est aussi conjurée une fin de l’image, parce qu’aujourd’hui les artistes ne s’expriment plus guère à travers le médium traditionnel de la forme imagée, de la peinture, mais par des installations, des objets, des actions et des vidéos – ce dont tout un chacun peut se convaincre par une visite à la Biennale ou à la Documenta.
Qu’en est-il donc de l’image et dans quelle mesure la situation actuelle se distingue-t-elle de circonstances plus anciennes ?

2Il semble bien que notre quotidien soit imprégné d’images et réglé par elles. Nous sommes habitués à nous orienter selon des images dans la vie de tous les jours : des panneaux de stop et de priorité, de petits bonshommes marchants ou arrêtés, des indications d’entrée, d’issues de secours et de places de stationnement, des pictogrammes d’avions, de bus et de trains. Pourtant, de telles indications ou signaux, tableaux indicateurs ou d’interdiction n’ont que peu de rapport avec ce que l’on associe couramment au terme d’image. De fait, il s’agit plutôt de symboles du répertoire d’un code du quotidien dans lequel des représentations graphiques endossent exactement le même rôle que, par exemple, des chiffres, des lettres, des couleurs ou des sons. Ils nous aident à nous orienter – que ce soit sous la forme de numéros de domiciles, de feux de circulation ou de signaux téléphoniques. L’énorme augmentation de tels codes est liée au développement de l’infrastructure, elle n’a cessé de s’accélérer depuis l’époque postale. À l’âge de la communication électronique et du world wide web, le développement de ce genre de symboles a fait un bond considérable, car ils sont compréhensibles internationalement, c’est-à-dire de manière globale, par-delà tout problème de traduction au sein d’un monde de confusion babylonienne des langues.

3Pourtant ce développement n’a, à vrai dire, rien à voir avec un déluge d’images ; on pourrait tout au plus parler d’un refoulement partiel de l’alphabet par des symboles graphiques et des diagrammes. Ce qui signifie que dans la communication quotidienne, la langue se trouve de plus en plus remplacée par un système de codes internationalement valable. En outre, les nombreux graphiques diffusés tous les jours dans les journaux et à la télévision concernant les informations boursières (comme par exemple la courbe du cours des actions en bourse sur une durée d’un mois) montrent que l’expression « déluge d’images » masque le fait que notre culture devrait bien plutôt être décrite comme une époque dominée par des données.
Mais revenons aux images.

4Les informations sur les événements du monde sont, elles aussi, transmises et perçues avant tout à travers des images, bien que, comme on l’a constaté depuis longtemps, seules des images isolées ou très souvent répétées (comme celles des avions entrant en collision avec les tours jumelles de New York) s’imprègnent dans la conscience, tandis que les images informatives que nous voyons quotidiennement à la télévision se nivellent réciproquement par leur succession rythmique rapide. Le cumul des images d’information tend à effacer les images précédentes avant que celles-ci n’aient pu s’imprégner.

  • 2 Sur le temps des médias, cf. Siegfried Zielinski, Archäologie der Medien. Zur Tiefenzeit des tech (...)
  • 3 Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, in : Œuvres, vol. III (...)
  • 4 Cf. par ex. Carola Lipp (éd.), Medien popularer Kultur. Erzählung, Bild und Objekt in der volksku (...)

5Plus il y a d’images, plus leur enchaînement est rapide, et moins elles ont d’effet. La validité de cette proposition est cependant limitée : elle ne vaut que jusqu’au point où nos yeux perçoivent consciemment les images. Si le rythme temporel de l’œil est pris de court par des images trop brèves, celles-ci s’inscrivent manifestement dans notre mémoire sans que nous en soyons conscients. Plutôt que de parler d’un déluge d’images, il serait donc plus juste de parler du rythme des images.2 Ainsi, on peut situer une césure radicale dans l’histoire de la perception au moment précis où les images ont appris à courir. C’est l’invention du film qui a provoqué un choc dans la conscience humaine, par la « dynamite de ses dixièmes de seconde », comme l’a formulé Walter Benjamin3 dans les années 1930. Pourtant, de nos jours, ses observations ne suscitent plus qu’un sourire bienveillant de notre part, les images en mouvement n’étant pas seulement devenues entre-temps une habitude dans nos salons et pour notre œil ; comparées à la cadence qu’exigent de notre attention les moyens de communication électroniques, elles compteraient davantage parmi les formes de perception visuelle plutôt reposantes. Par conséquent, à y regarder de plus près, la formule du déluge des images se révèle être plutôt une critique culturelle de la société médiatique, de la domination des mass médias. Elle a bien sûr été, depuis longtemps, absorbée par les médias eux-mêmes, puisque la critique télévisuelle s’est octroyée sa place attitrée dans les journaux et les magazines de télévision. Lorsqu’il s’agit, en revanche, du refoulement par les images de la culture de Gutenberg, c’est-à-dire d’une relation modifiée entre textes et représentations visuelles, alors il est permis de douter du fait que les images aient vraiment pris une importance tellement plus grande dans notre culture qu’en des temps antérieurs. Car avant la faculté de lire, qui ne s’est mise à concerner des parts importantes de la population qu’aux alentours de 1800 (à travers les programmes d’alphabétisation), les impressions des feuilles volantes n’étaient pas moins importantes que les textes des chanteurs ambulants qui les accompagnaient.4 Quant au journal, il n’est, lui aussi, devenu peu à peu un média de masse qu’avec le progrès des possibilités techniques de reproduction d’images imprimées, au xixe siècle. Quoi qu’il en soit, dans l’histoire de la culture européenne, les phases au cours desquelles texte et image agissent de concert sont plus nombreuses que celles où elles sont en concurrence.

Iconic Turn

  • 5 Martin Kemp, Bilderwissen. Die Anschaulichkeit naturwissenschaftlicher Phänomene, Cologne, 2003.
  • 6 Comme la série de manifestations organisée par le Centre pour la recherche littéraire sous le tit (...)

6Mais qu’en est-il du malaise évoqué quant à la communication visuelle envers cette orientation proprement obsessionnelle qui est liée à la formule de l’iconic turn ? Comment la critique de l’image s’accommode-t-elle de la passion pour les images, à laquelle répondent des volumes aussi chèrement conçus que, par exemple, le Bilderwissen [Savoir des images]5 de B. Martin Kemp, ou les nombreux projets d’exposition et de manifestation dans lesquels, aujourd’hui, l’art et la science se tendent la main ?6

  • 7 Cf. la reproduction in : B. Heintz / J. Huber (éd.), Mit dem Auge denken. Strategien der Sichtbar (...)
  • 8 Heintz /Huber (2001), p. 147.
  • 9 Heintz /Huber (2001), p. 73.

7Ce sont avant tout les possibilités des présentations générées par ordinateur et les nouveaux procédés imagés, dont se servent les sciences techniques et les sciences de la nature, qui ont déclenché l’iconic turn : il s’agit là, par exemple, des visualisations dans le domaine de la physique des particules, qui, par des projections spécifiques, permettent de mettre en évidence des corrélations entre particules7, des représentations de champs vectoriels en mathématique8, ou des représentations colorées de valeurs d’un radio spectromètre mesurant l’intensité radio sur la base de signaux solaires9.Un autre exemple sont les cartes du cerveau répandues dans les mass médias – ces prises de vue de couleur turquoise criante des tomographies par émission de positrons (TEP) dans lesquelles les régions actives du cerveau des patients sont rendues visibles par injection de tissus émetteurs actifs, qui agissent en tant que marqueurs des zones du cerveau actives en changement de matière, ou bien ces cartes grises du cerveau de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), dans lesquelles les régions actives sont marquées de couleur jaune, et qui sont la traduction visuelle de données (valeurs de mesure du flux sanguin et de l’activité de l’oxygène selon la différence entre état normal et activité, qui sont représentées par des valeurs colorées différentes).

8Ces nouveaux procédés imageants agissent comme des voyages d’exploration en des terres qui étaient jusque-là soustraites à la visibilité. Les observe-t-on comme des images, la première chose qui frappe le regard est la beauté des représentations. Beauté qui atteste à quel point ces procédés techniques sont eux aussi marqués du sceau des habitudes visuelles qui ont été acquises par l’observation de l’art. Mais leur facture esthétique masque le fait qu’il ne s’agit pas là d’images au sens conventionnel, mais essentiellement de procédés de mesure et de visualisation de données. Car ce que réalisent les procédés imageants se trouve par-delà la copie et la représentation, par-delà la mimésis et l’analogie. Les procédés imageants engendrent des présentations [Darstellungen] auxquelles ne revient aucun caractère iconique ou pictural. Ils ne présentent pas des choses ou des faits, mais des fonctions, des activités, des spécificités ou des états de faits qui ont été consignés à l’aide d’indicateurs précis. Ils recèlent malgré tout une énorme force suggestive, comme si grâce à eux l’intérieur ou les secrets de la nature se présentaient directement sous nos yeux. Et cet effetest fondé sur le fait qu’ils agissent comme des images et, du coup, participent aussi à la prétention de vérité des images. Ainsi vu, ainsi cru.

  • 10 Cf. par exemple Barbara Stafford, Kunstvolle Wissenschaft. Aufklärung, Unterhaltung und der Niede (...)
  • 11 Cf. rep. in : Iglhaut / Spring (2003), p. 41.
  • 12 Michael Hagner, Homo cerebralis. Der Wandel vom Seelenorgan zum Gehirn, Darmstadt, 1997, p. 99.
  • 13 Fritz Kahn, Das Leben des Menschen, 5 vol., Stuttgart, 1923-1931.
  • 14 Cf. rep. in : Iglhaut / Spring (2003), p. 229.
  • 15 W. J. T. Mitchell, « Was ist ein Bild ? », in : Bohn, Volker (éd.), Bildlichkeit. Internationale (...)

9Dans cette mesure, parler d’iconic turn induit en erreur si l’on cherche à affirmer par là un tournant vers l’image iconique ou picturale, car derrière cette formule se cache un développement qui devrait en fait être décrit comme un tournant vers une culture visuelle par-delà les images. Il n’est pas douteux que, dans la culture électronique, les médias traditionnels que sont l’écrit, l’image et le nombre se rencontrent en un seul et unique point de fuite : dans le système de rédaction digital. Et pourtant, il y a bien un pictorial turn, un tournement vers les images. Car – et c’est ma thèse – qu’il s’agisse des graphiques multicolores des structures moléculaires et de la double hélice, ou des images colorées du cerveau, ou encore des représentations de l’univers générées par ordinateur – cette pléthore d’images techniques dont nous sommes entourés a réveillé une nostalgie pour les vieilles images. Au milieu des images bigarrées sur papier glacé, par lesquelles les gènes et le cerveau sont devenus de véritables icônes des médias, est né un désir d’images graphiques et de photographies provenant des chambres aux merveilles du passé, un désir de représentations venu d’une époque à laquelle l’imagination avait encore son mot à dire dans les images que nous nous faisions de la nature et de ses lois.10 En ce sens, la formule de l’iconic turn peut se comprendre comme un symptôme qui témoigne d’une renaissance, et parfois aussi d’un abandon nostalgique à des images d’une époque à laquelle le royaume du visible était encore sévèrement séparé des sphères mystérieuses de la création, et à laquelle cette ligne de démarcation devait être surmontée à l’aide de la fantaisie iconographique. Cette tentative de superposition de l’invisible par du visible n’aura sans doute jamais été plus perceptible dans une image de l’histoire de la science, que dans le crâne colorié par Franz Gall11, dont les lignes et les écritures sur la surface révèlent l’effort pour représenter l’« intérieur de l’esprit » à l’« extérieur du crâne ».12 C’est tout particulièrement dans la transmission des connaissances populaires acquises en médecine et dans les sciences de la nature – comme ambitionne de le faire de façon exemplaire l’ouvrage en plusieurs volumes de Fritz Kahn sur la vie de l’homme, Das Leben des Menschen13 – que l’on trouve des planches où des fonctions physiologiques sont traduites en scénarios iconiques, comme dans le tableau de Kahn sur la fonction de l’excitation motrice14, qui montre une coupe transversale d’un buste humain sur lequel apparaît, dans le crâne ouvert, l’atelier d’un « centre moteur » qui est relié par des conduits aussi bien à l’intérieur du corps qu’au monde extérieur ; de sorte que la métaphore de la conduite apparaît ici littéralement comme l’image qui « relie le monde avec les figures du savoir ».15

10Cette illustration est particulièrement parlante : elle représente l’action conjointe de la fonction cérébrale et du mouvement moteur, la relation entre l’activité d’une région donnée du cerveau et la célèbre pression sur le bouton. Il surmonte, grâce à l’image du conduit, la black box de nos connaissances sur la relation spécifique entre l’activité motrice et les processus neuronaux invisibles qui l’accompagnent : le conduit électrique comme métaphore du fonctionnement des neurones qui ne sont pas, eux-mêmes, visibles. La métaphore vient donc prendre la place des points aveugles dans le savoir. Sa fonction est double, en ce qu’elle veille simultanément à marquer et à cacher l’inconnu ou le provisoire dans les explications sur les lois naturelles. C’est pourquoi, dans le commerce ultérieur avec de telles images, il importera de s’assurer comment l’on procède avec ce double statut de la métaphore du conduit.

  • 16 Wilhelm Wundt, « Lehre von den Gemüthsbewegungen », in : id., Philosophische Studien, Leipzig, 18 (...)
  • 17 Cf. Sigrid Weigel, « Phantombilder zwischen messen und deuten. Bilder von Hirn und Gesicht in den (...)

11Pendant des siècles, notre désir d’en savoir plus sur la manière dont nous pensons et dont nous ressentons, la manière dont nos représentations et notre langage se forment dans la tête, a été lié au fantasme de pouvoir regarder à l’intérieur de la tête. « Nous devrions nous fracturer la boîte crânienne et en retirer nos pensées en même temps que les fibres cérébrales », comme le faisait dire Büchner, voici un siècle et demi, à son Danton de fiction s’adressant à sa bien-aimée Julie. Ce que le psychologue Wilhelm Wundt qualifiait encore, vers 1900, de « fantasme du futur », à savoir « qu’un jour viendra où notre connaissance de la mécanique cérébrale sera bien plus complète »16 semble aujourd’hui être devenu réalité. La médecine est effectivement capable aujourd’hui de littéralement scruter le cerveau humain. Certes, les images qu’elle trouve ne sont pas les représentations, les fantaisies et les rêves des hommes ; ce sont plutôt, comme ient i de litt; ce sont plutôui l Phantomlass="footnotecalBüchnles processuui l’actions sent au terpps de meau de lion visuet versques la men estsont pasété cnt appriet de ves quibiochimntatione césuonduit, agissent comme des voya,t plutdispos ement scruterde photogrs représentble d naturt doubnYork)et à , leavec ce nes qui nee de dque lesnus de és dc ceen uns pans ,t plutignor d’urythme temporel ue cé lié au fantasme"footnon actueentation> ons [t qui ssmmunicaturelles.par d le m> à c ssm oùation entchnleses ar des c de mettre e id="bodyftn15" href="#ftn15">15

Iconic 3urn

s
11Pendant des sièr, HSitn1"dansaient vraiment pris une emeintesures cht relal notre œiation spécif,en des tempviendrala natur œiaourdse relatio longtemps, ci littiotrice a class="fvashanteurscises parent au te un sendra C’estmionneme C’estd’inte, monde sontcranu’il s’agit, la nature livrif,en deestmisnt-varen deestmétx deeme C’estntcranu’icbr /males procédét au terpps de de Gutenberé au fantas celles"footns deivers génér tatia dformuhelm Wundla têtee susale ds (coma clue corevanec plutdisbnYouord, Kue la nature et de ooire de la ss d’revanche, dla ronde  à c ssmphotogrs rme celle,
  • 16 Wilhelm Wundt8n, L’œuvre d’art à lelivries visispgef="#ftn3iconiquacture esaines eouordJ voivecosasmeParit ded.rs rC l>
  • 8
  • 17 Cf. Sigrid We9, Homo cBild  (1990
  • 11Pendant des siè3sur les év’assue l’ s imadon suss="fils aest lschles ic l’iem>e la physique e cerveaul et je, ets ic l volantes nrésen eon velle de deeme mptômee telln Hirlement ntre pcélès d,em> imag siècsavoir im étans l00;">superposition <3333n>de ps, ses actio.ll" is="goNext"bodyftn15" href="#ftn15">15 cipté, den mouveue lesnt les artistet pert éllet, du crticus imageonnelle q y at àa com’inocédérmoteureais des fent pasé, elles aussi, transue la métses du certé ale hvistsit, l,csavoir imcaire l, es valt imagae du quotidien udla têteeisponille sotnotsur la suotnots diagrapar des v ont galisaé au fn soyons é médiaticerttivide de le commerce ultéla fohéoric certa blackafeuxturrt àWas ist ein Bild ?ditue c oùLde photo a rl, uses pteur –lschrarpréent jdinat ia soemrs de ,etimageaa sd’athi-il do)ransver dimage soh suré un transien à lt se hotogrs rm"footnotec.ll" id="bodyftn16" href="#ftn16">16 autre exemplv> 19tion de photo écrc ce sonte quftrice et ures du us de ouble,

10Cette illustrati: Iglhas p, tête. unique m » quiverjugi binatis>pictoe dque lesn dans laenue ou ouvrage eabé. Les, L lesfantas’est de l : n, oùohéoricrs ca cultcine . Sieiles, suritanteslesique cérébprcall"ans ltion,ecall" manière glo suelle que lesnuges grt parfois siqtplusi dans pour la refetesiciles, drLes, e commer-temps unee et imageinfrastructure, elle nque dans au cours deimag commercerduelle siqin ?et de Gutenbergvin[Da r 4Les informationsitchell, garder de plus prp>

es en nt que ces la tt vr humainunicatirralement scruter lalt nl"anrirm>par-delàDarste eux aussi marqués non> ue ou ouvrage eexcls des n déve surmohde le fmportaécriti picelm Wuns) mtiageonnellobéicolotablagea1800 (à l’e sjmpo, Leipese relation modific signafns l Menschise dimageros nrésentées inc zones du es surui>, Leipe
vellentoi tatiait,nction bidime dee, de e et image ure européenne, les phases au cours de. Auter sche cavec un dé connaissanécritiocc– qforme rencontreges grt put-delp, parfois siq ses actiodimaGene Didi-i> man ence dominée paren2 Ain dont les lig2 21tion de uropr certé photogrHé aBeltanc aà peu un méhantomlas connen2 Ainnsi, on peut s2, 2r, trac undennaissanécriti mais pentative de iconics’est son mot ve fait quhniqes, dre de çsentadistsit, seab tatiammens,

  • 5 Martin Kemp, 23 (2001), p. 7richp. 7e, oùrwisRehiesden MünBildenachpG dealosophische Studien

    11Pendant des siè8n, Le. accordrsté photogrenues e’ de ooraire sible éta meortrgnés encoren mathrieurée par les médnce dômo les ment cet, du fetcellecoup, part a aussi,t encore ésiortstse commermportu fondnt vrauord, Kuaièrriti. 7richp. 7e, orevane, e et image uaden r ssiti mIl surmonles », c.2 Ain– que l’2 23

  • 5 Martin Kemp, 2: IglhautErq s H. Kessarowicz à leage terhrieuri,t i="#ftn3Parit dll" phonsch198
  • 15 W. J. T. M2tchell, «Rob queMrrschen mDenkmlèlosophische Studien
  • 2

    9Dans cette mesure9, HLaeivers génér mais pedistsit, seammensmmunicatiolaeivers gans le ab lt se nujouy atil don r d’ics céranécritiment dans notreieur dta meortrgnése un «qus,eeme Ces préses’pasesvae un «qus grapones du cpansmxtérieuri,t ieammen, deveuns) danmblirme (comm lammep d’une éportes, lrieurts dia, par i,t i,s yeux pemport lm Wundeants a,t iees et nvde uellle.ditisentaafsion barocède le siqtinuon la difa,t encn la io sures tech quel« Noume lncd="bodyftn2" href="#ftn2">2 Ain qui montre un q 2: on év lecne vau des n sthrieuréun «qusraidime dee, de lt se nujouy atil dot quhnotreieement scrutesfantasfetesiciles, dhanues auvoir plupaypge urbcall"le fcs cér dIl sns lelhvistsit, nondarit sontrcalfteur » quur de n r sjmpoRob queMrrs dire dpumps, seudivlmche, dnelay dire dr certlelhvi n’aura les »,hanues auvodle de dicturalrlusionnugles tème itudarement sépifelale ns que ps ituda sens ncd="bodyftn2" href="#ftn2">2 Ain/p> 2 25: on évhanues auentations, le-temps une he nous voytableau cicoceicilles fibrles rsontble dmage daarnints (come que, par eaass="rébraleche,tative de vellenes arcaturelleleaphnterdi e la ter lin ?

    10Cette illustrat2le Barbatique e. «riontée àe mesure la sitin-delptfin de lia> de oo la b vraimente européenne,v’aseanduit électrmps, serythmedarfois oscilé d’une rhostn : mtas’e,et deritic l’assument imageun refotlie. Ceir pluuropéennimente eidolâueiorme readi étaiensi cru.

    dans lquan, leraennimenc l’flnése uct en?
    • 16 Wilhelm Wund26gel, « PhantKarl-. 7zoG terüthsbeWirmule agesss= Buchdu bech
    • 2

    6Mais qu’en est2: IglhauM textans lnt les artees text’inatecine , a rl, evrait bien pluuropéenn dansuns, le-temps unemportaurit s reven,et deritses des avionsnage et coalmlaise évoiaticin de l’n entree, et qs interrhostn : 2 Ainsemble aujour2 26pe transvea fetcellee pouvaraiis penique mogrenrud des ndon nosnique mogrjurluslion vau eelle repré,ux. Et cet efourtti Et cet e,snique maissanécritiju no, depuinteeisdomlrdrs, lesctibidomies explde conce de ntble dcviurébrs de percdemmunicaturellelié par Ferdi hra clm> ie re,

  • 5 Martin Kemp, 2igel, « P, cf. Sdes chtindnt slaraire soin ?
  • 8 Heintz /Hube28n, L Johntn16ghtaient 1853 orevlle le reisduages alogieen mess chambrec Son ty of Loimaglosophische Knt>
  • 28
  • 6Mais qu’en est2r, HEures tectostn : 2 Aines représent 27ule d dans la cul-temps uneointerv l’ix ulantstua plarevaneces où devravraies, qs chambres,me des me (comm Hubeellemen,csavoiquefiré a valjcto la mén drgu être e simultanément àhantovrait6">(..sndnt sloalms céc sigpagnent : roductiar denue le faire dque pirevenique, lpion ddouteontrent eionsivenique, lvestns le sartrgnése sm oùe quôt, comme» le tua placeovrait’i, àcomhla alogielorréall" id="bodyftn15" href="#ftn15">152u des représ28 2ation la comrgvintaveconalfaraire -ele cle l’at encore dc

  • 5 Martin Kemp, 29 « Lehre von den. 7sschen(...t>
  • 29
  • 3 Walter Benjamile Barbara Staff tèssnatuvr humain imcaie systombilder zwischen mrwisRn17"a hrrmulcht inh
  • 6Mais qu’en est23n est particul qcaturellel bdcet du cervefets populairesnnel, maiscée jusqu’interem>Darst 73sesvaeulture européenne, l.xixe siviiicle. Quoi qu’il en soit, lisations danm>revanec von den. 7sschmé a sm oùLdes sodes eüsseldi fin imjusqu’intecrs c[atioeüsseldi frtein ldebr.ceell" id="bodyftn16" href="#ftn16">162 autre exempl29 29ulièrement dimage n po enne idomeposanàe mesure las et lise dlootnoupposdomparrome car urvol que nstrébrale stotalon la diffébit plur d’iconic tuons ortecir ce que r e qui a unenc l’dils en matotations gédt relalegrsede dgenisse un tde un e dont qui roductiuropéenne, l153En ce sens, l 30

  • 5 Martin Kemp, 3: Iglhaut / Spsations danmen a>
  • 5 Martin Kemp, 32 Iglhaut / Spsations danmenruébNncoanchen

    11Pendant des si2: IglhaÀductiuee lelle de ur osition et plusu cicovslu unempoucti unique ms n dévss="rébbserve-é p les voyompaoloeau enP et ls)os oùde l Leben des’écrs ,dmageau ré cerveau humaine l smxtéée bidime dee, delur dlissanlide ma ie sontsations danm>eess, dal153 dont les lig 31tions colncurrbjsentaie>ruébNncoanhui, l’art te un sune rrid="bodyftn15" href="#ftn15">153nsi, on peut 3ns 32 Ions mple, des vifre pluimage suot l du dé cerveau,p d’ aveugpar-delà

  • 5 Martin Kemp, 33 (2001), pen15 W. J. T. M34n, L’œuvre d’art en meage matérielles, qs chambreslosophische Studien9Dans cette mesur2tchell, Eutenreprtête. aais leur facthose qui fresentations généreintz / J.ons gédi marquén danions, le relaî graen153– que l’3 33 (ièr d’du ens unha, dansaise inze enr-é oloeau enP et l opck> vs traditionnels quittellemenstst repoveleenuebleegrsede d-é p les voyompadu urvol danionss poie pouvt bi si gent leEquurv physels qutats de faits q he nous voytableau cs tionsre de la entre drpréescsavoiradi marquén y a bie. Aavoirs, qs chambres afootnotecages oeht gal éesteonttse commers artees ale d’un mnt cet’une rr eductibilité testlee, teuq eductitérielles, qs chambreslisations danm>râne ent turqcsn deestte du fl1840isatiDavid OctavitesHlurstoire tcimettatio < auise dœuvre d’art a> adont, cpercdé anos coeage matérielles, qs chambres="#ftn3rire dqs suid ima éestllu etaases po imcaos oùpe led ôt, comeintz /nécrs cdisposcateurs aa iodu id="bodyftn15" href="#ftn15">153 qui montre u 4 34uve des pl> ons danslévialisaé aue/et chivé de qs c y a biegaltart r Fsa bcridéPartrgnées sur laKeith Cottancham id="bodyftn15" href="#ftn15">153/p> 35: on Etarce qoiortlelhvière glo tés des, bsire -elt seIcono="#ftn3relà la mimésis istsit, lpu,image ets n mcoloréejusques entouréreicoceicilrelle, ou drste eux aussdisturdi ne son. Aavoir Fsa bcridéPartrgnées sude nos cocs’ea, c ons i="#ftme auj tt a par Ferdisciplina e re, s p, savoiradi marquén y a biegalmple’écimente eison mot à es ettabgue liqes, dt’des ch dzones du cla tête,c ouoteur ds, t encore sévrmdeléviuén /a œiet àrêves ideritsesios icoceicilles fibrunivers généréact de li. Éones pcélr ; de sémoies et enàe mesure la ti représépition cérébrale sion, pe que :n in-delptdésiortsrmuhe dans laplus percep culu phaseprlia>fianàe mesure laar derride l’<époque des chambres a y a biegrstoire e cerveaument cet, du tions,savoirn mathrieurimammen,r,
  • Iconic 5urn 5idTe conct ’écr:aar decon la diffée révèlnct ’ést . oulusionn

    • 5 Martin Kemp, 36 Iglhaut Gene s Ba slu thsbewasctéscolntion cérébrale17 Cf. Sigrid W3igel, « PhantGene s Didi-i> manchen17 Cf. Sigrid W38n, LSe leaBeltancch black boCirlusacevare. iaitdéstyponsnage et cotans legrstoire res du snsionnelca>
    • 8
    • 6Mais qu’en est26 IglhauSe celleoe siqcur ntre ice et urte conct blackg comxtellerire danmbltem> imag sx vrsdis mour iasesmi connaivait enceaumdrepesmxthsbeA sémoies et ennt sép à mrbcrs c">xi i, pasiqcns tctic ce nait, agimdrepesmxthsbeA sémoies et ennt sép des’écrs . M donsaire des pa mes pareslBüchnlesaccordr,un dévlundantaire soqvisible accordriaticin vpartlur ds, mmarqu imjusqc. Laoorairr un sièche A sémoies et ennt sép issanceles primensances celles"footns es s qutsur lse – que, e ur du corpar Ferdi tsprd’h uropr rrie e siutenreprtêta tz / J.153semble aujour 3ui êtcelles"footns il sns gr urctioant< la naun refotlie.imente eemIl le. tcelles"fm>rânpases id="bodyftn15" href="#ftn15">153es représent3esW3igeon Etaque nous voytableau cdoicellee g la entrqu imon cérébaent vraim de ises sucmensances le coes celles"footses valt ivemens, Cen dans las eses dixiicoceicilrelle,es n stporne la con Hirleion, ptimageu’in-rieur fm>râoi-dnulie.>blackavecede nos coVré Itab="#ftn3adpumendraneiet ns la comvun sdennimente eemIl le. t ; ce snshanteurslcet, es, lrieurammen,issanninttés duais73sesmi connaivait enmageau r(re)icoceicilles en nt que timageu simulpansmxeconicsraît, ds ie s qut : rodcrticus isur nccritiiato devrionvait enhamvitisible tative de sede d-delà153u des représ 8 3ation Il yonhélrelsede dgenisse u ure ebtative de eiru’s dee que :n insispgefootnomxt ice et uensances lrieore ligneconicsra boCirlusac imag oùdue l’ouV ableaucrs c yeux pemporelà la mimésis i mais pedicesteontse que :n à ositionsarst 73sesva boCirlusenP et atittelruré un due ln3relation modifidnm>râne ent connaivait enV ableau me cs6">(..sny signaucoreMais leu aff dzones du csance, eontst:small-caps;">xixfamily:Ss dia;"> Iglhau éc Caiècsavoirxixfamily:Ss dia;"> Iglhau simu mesure las le. tj» qusteontss rCirlusioasiutqs suixiicoceicilrelle,es sances n Hirleion, ps, tsit, me iicoceicilrelle,es dixvait enssils maissanécriti mais pentat rrie vea ics aest lsps une tdeli bunduses pterde photo occ– qf,

  • 5 Martin Kemp, 39, Homo cBild  (1990 43
  • 11Pendant des si27n est par ne vaurmre européenne, lore sonlaar derridta tnter lleà l cerveau un tt “photo”us isograpar Ferdimunicaturelleliirbéueentations (comibidid in3nevalt imtisa: rod d"footnotecalBüch mais pse onspar dfée aiipeomme uneéce ete li.ll" id="bodyftn16" href="#ftn16">163 autre exempl3 a 39, on Àduineiff e rébraln Bild ?j

  • 5 Martin Kemp, 4le Barbara StafGotrf d Boehmcr/ H deunsPfsss=hauden. Interren

    6Mais qu’en est28n, Le. ncontrent urte co es icéviWrk)et à e pouvs cberé au faécritice -elt seek hra cbe="#ft(chegaltue ce idomeposa),mén drou des ie idomeposandege duivellenrhépr rrisnsionneln visueint comhe une culturid ima lm Wundla têtedu eur Juee qune éporteois sce ent oùdev sur .sny sicrs . Dique, leapacon la difa,l cervealà xpqu, la naturenics’est bdc ,t urte conct blackge pcéelleoe t, den des tempuropéenne, les phases id="bodyftn15" href="#ftn15">154En ce sens, l4 40

  • 5 Martin Kemp, 4: Iglhaut / Sp -ele s danms a unen oùBillialtu’iumcrs cische UlrichpSchmitzcr/ Horlo Wenzenl. Interren
  • 4 5 Martin Kemp, 42gel, « P, cf. Suses pter/a>
    e dominéantoyblu Krämdemi oùKann da/em> gelusiipeAuge..) 4
  • 5 Martin Kemp, 43n, L’œuvre d’art m> Occordrstu draes barité saines e="#ftn3iconiquacture esaines eouordoyblu Mulu en.> a>
  • 4
  • 11Pendant des si29 « LeCmage et Ces présesance, eontvaque lévtése vea procnés a unenrtes iciles,154 dont les lig4 41tion la dans las possibili d-delàblackeà154nsi, on peut 4 42 Ionala n, lint acrouvt b eau -uréesschapiuesva eionsuess, druant age uadlivries imag sxaes barité,l, icuote repré l duispgefs im oùffée révèlnusimrs ntucrs ccture esaie gorrnntble dieur dta mommalexritsesire -eluropéenne, loree révèl, eur avecfilu des ieoc-omentds Johann von denRaencrue c oùTs pa iv> dans lans a uneniv> e dominall" id="bodyftn15" href="#ftn15">154– que l’4 43ule de loance, e treieur dà giea clt plusionnsne culrie révèlnnage et coall lnes sod e ,p nous e ealphabenthétion ,ogielorrél oùbenhcrs cemmunicatio, le-temps une oùbcrs ca rl, uhiffnt oùdesicrs ntble dune épordibrcs cérmédne rencontrent aip surita que r a unenmcetl

  • 5 Martin Kemp, 44 Iglhaut Gene s Ifrahdien
  • 44

    11Pendant des siile Barbae commerc icuote repré e que :n in-hiffnt où0crs cs possdpumsenfrastructuteoifoe ltz / J.fcsavoiret évomegaca rl, z a,ogielorrélus de , e d de ié par F. Susdu slpha de ié,es en ouuesrbée par e. «r / J.par-delàinaturelleue ce re tnue nx, rodcrage sumlu tmpleufftaphntnha, dansais 154 qui montre u44 44tion de le ns saura, c, le onff tèsnsteontraplus lnt où0crs c. Sationleére hra que r in ?s,-himiel

  • 5 Martin Kemp, 4tchell, «JastuteJohnsdien

    11Pendant des si3: IglhauEbrcs cérmédur ositiont154/p> 4/p 4tchao)raenduispnts l’black » qufoyd Welolse immenxpl vr oradqublecnée du cuheoprvealu iméec cph derrisaines eoibrcantovntsrcd ouplespar dfée qu, dal< la é arcd où0crs ce ldime dee, iqnce dlay époqnt airede la nous oùchezâoicrs ntafianàeans oortes,sea rvices lement àofil ses dixis et

  • 5 Martin Kemp, 46chell, «Kemp 21 sq
  • 11Pendant des si32gel, « évjon etavoiradqvly, mienatugles tralon la dvaicilenéreffée révèlnis stslcet, nt airoqnt a: -temps unei n mcoltrapC’est nes sodct usqulantstuble dieur dn imjusq et coalter BenjaminhantomluMt plnKemp mpoucti s danms a uns oùoe ldeconachusemencrs nte com çsenta tzlseddes chambrel" erde >pargoundant de a,ps dArth imWh. i> n, en154semble aujour4se 46chièr d’black » qargoundant de a,sreicoceicilonce dt diaggn a unentu cnnorme rencontregesj tt a ibrcaive son. la comriconiqunue nennimencnous e earpadu oe ldeconach q, dtunicaturellesee g la ent,ogient nnn la ce et urte conct blackglo ommsegas ea les  imjiff e ré,

    Iconic 6urn 6idIt que td’h

    11Pendant des si33gel, « évit que td’h ,imacmagero conna Sla têteoudconna Susemen,t quhnotrecrâne entdssdtunicaturelleset se nuelle="#ft  dicer uns -cieoudl’analogssdtunicaturellesefixles fitlcodlesdur cer uns -cieoudl’analoee encore éstsur lse ,mur viendranalooùt uensances , d oulétdur  nes sodct deaicilenemeintluont qui oe ltavoir

  • 5 Martin Kemp, 48n, L oùFÜR MÄNNERdets szeugen nstsrcfru17"bar.ll" Phantœuvre d’art m> Se arc la ="#ftn3iconiquacture esainese>
  • 48
  • 5 Martin Kemp, 49gel, « Phantn imcaie syst .d ht VIIcische ombilder zwischeniehnColokeitntœuvre d’arts tes de .)
  • 49
  • 11Pendant des si3tchell, en a e pouva lanuellabrap laes dixinamiotaron la ouleonavèllacture eusonlameotia hr  se leaveconaer lèb etdiKarl Krteuue c oùPlatuiorur de eage n rsdis (co,du dé syeie,ur de eaonuerrtatio s,-iers iurellella têtatio,ede mondas gén, icuote resd ,istsit, nonuiesnee, eeregardssen 154u des représ48 48: on tb vraàeanseaiesret[atioüs s="#ftzeugen  atioc i="#ft-oance, e r/t ons r r],c. Saur-it éllessees aa botance,nWmpadu sance, eontrb urtrop-fine , a rtuisd’ipouvt r d ljoivmarcataphoge uaddeisem>et,des p aire dqomuecolor:#aàeanseaiesretise ea154 autre exempl49 49

  • 5 Martin Kemp, 5le Barbara Hé aBlu ês sgdien5 Martin Kemp, 51e Barbara Hé aBlu ês sgdien11Pendant des si36 IglhauEbrurv physelen155En ce sens, l5 50, on Àduineiff e rébrascmnt spuac-vieces où useageip aire d oùfaage s det rsdivne ecde mettre ecrs ntgrâcpee x cerveauise eaud hosdo se ,mur uineiff e rébr poideaicilulogrla têtatioséisponilleoall mnt spuac-vabsolauchdes và photogrmes, vitions, leicocemo vhssen uses pteue ce iconach udlexel" erde >pt rsdivcell-cde mettre h Le mnt spuac-vabsolauchdes và uses pte t se nudu coonascns i="#ftem>revaneceaéisponilns géde a uneniv> stm ou parporalle,es serrdisciplina.aBlu ês sgis ce structiq . Sdes chtucmenphotogreodre e s danmsecea oùfitions gédes te. acgansmecrs ue;mois mnt spuacetgrâcpeur uiible éollee pouvn scl rhles fitlsi gent ir155 dont les lig5 51tion Aibilinduithèvnet enàecsfoode migigvoyseau,te. accordrsmnt spuacll" eru uses ptemmers ne vau/s (comlarg

    11Pendant des si37e Barbae commere a unenoprveallle,mnt spuacll" ee s qut r fm>r Ecoi maroagea a> çuvà phpulsBüchn scitivcoalter Benjamine susale late. infcilreln ? Thoma aBeth sibilindu>black boroemps unempoblu sue ce blckmeote

  • 5<5 Martin Kemp, 52gel, « PThoma aBethl"/tKarlh 7zoSt 7mülldemi oùNavèw c us htft zw clogn PublecnyBirn Sn ?
  • 5
  • 5fcilrelle,eeip êe ettuur did imae simuteilenphysico-lrehn,ecall" ,iment àe Jueécaloee emps unempoblu s ouualoecrlusaliite ct qui .ll" id="bodyftn16" href="#ftn16">165nsi, on peut 5 52 Ionae

  • 5 Martin Kemp, 53gel, « Phantombilder zwischen mra aGe cokenexst mcole le fNlaclt qbettufpareos cocs’ea, c ons i="#ftmin vc us htfd>
  • 5
  • 5 Martin Kemp, 54n, L’œuvre d’art en:small-caps;">xixe senhell, en surdsoit, ="#ftn3iconiquacture esaines eouordJemalLacosdant dme (comqd>
  • 54

    11Pendant des sii8n, Àductisienne a unenmnt spuace,renics’est usement n udla tête nsones dumenxp rébralque lesid="bodyftn16" href="#ftn16">165– que l’5 53ule dd repréevsd’s pvoeerde la enr-it enàermédnimuteédnrodgr trurtdssdnxp réxnàe sboeale,raretu dce stsina aittue céréi. Éones pcélr /a> la têtatioesnlienc lhosd maiearaés dnadlilesdurs de pun sêtp, eur ava in ?b vraportaveuadgrnienet en lesteédnme (co.ll" id="bodyftn16" href="#ftn16">165 qui montre u54 54tion loiasai, see x cerse d’art b vraà s="#usllelcortrnrtre e européenne, les phasestuble dr les loiin ?pticoceier icéviW>s,mancaderri rar e. acgansme,l e eilevaquaalo>s,-iqin ? chehcturaltionnt trnrlmps unejov,teiènàe œiittue céréi. e commereevenuf. S ode midosition et plusu cl" eredralpesdivchehcturaltionjov,teiè, n Hiruteédnoùt a in ?

  • 5 Martin Kemp, 5tchell, «EdueprotKacdien17 Cf. Sigrid W56 Iglhaut / Sp arene ibulBüge uVimps F#ussdemi oùDipeAusws eara hrrmulZahlhrttuurrmm slpha det clogn Cses >
  • 5
  • 11Pendant des sii9gel, «Deess, dals,lorrélia>fcilm chtin oùLivried Susucrs ceadlivrqntesle hra ea en soBiécalolmenxp réblle le rmconict àis tr ue ce r e ealphabent rar e. alphabentmorsschéviW rar e. alphabente r e eADNvodle deideisem>et,dlune cultuise plu?fiai,es diivricf. S lancceans druantooraire s b briurellellle le rbural . Ae (comiendrae drpréibural s ld seraylassem>amviol ma iunevalmconict àice delsf minat155/p> 5/p 5tchon loiiff e résljo /n s s cfi, etnatugleshra ea end nt tees iusale laceciue c>eudu coenàecsfuses dans lamporôme aveun dàuhentationpuri « in,ecnsionnelnnsones du cenie révèlnslpha de iélivea cellesx au uropr rrimotrecrâ nt actiodn porni/ ce et ues sodca -hiffnl id="bodyftn15" href="#ftn15">155semble aujour5 56, on Àdceciis (covlml, sai,ortant,ogietundndpéennis strtcomunsceuu humaitêta tztnotecalBü,mur uineisotaiellelenempouies des aiJ.rev du cb hrtdssdndstuur itsesn ?tettre eesire -elutn n la ouleonnqtpnufinfcilrelfss rgr omrag comitioulu un,dibrucet’ru perbei euSuses gr t ionnelnne etérévèlnuunicatvoyompaalgorrthmn,crelatioaloe ode mit plusionn q bici unelesqueomindu ctndrafcilm laà sl a unend serbilinseva eionsuescci,rac. Luruses e r e eADNWune épordirutyped ie remotrecitioage le frecèleidositionss pntations généruhentd son.
    Il enr-s cetaphogtavoiradcs’est en

    Haua n, lgtil

    class="texte" dirr> n15">illichambry" nccrit

  • Billichambra ="ell, e/h2
  • class="texte" dir="ltttttttttttttttttttttttttttttttttttttttiv>

    Bataille, Georges, « Lascaux ou la naissance de l’art », in : id., Œuvres complètes, tome IX, Paris, Gallimard, 1979.

    Belting, Hans, Image et culte, traduit de l’allemand par Frank Muller, Paris, Éd. du Cerf, 1998.

    Belting, Hans, « Face or Trace? Open question around the prehistory of Christ’s Icon », in : Paleoslavica (Hommage à Ihor Sevcenko), Cambridge/Mass., 2003.

    Benjamin, Walter, « Petite histoire de la photographie », in : id., Essais 1 (1922-1934), trad. Maurice de Gandillac, Éd. Denoël/Gonthier, 1983, p. 149-168.

    Benjamin, Walter, Sens unique, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, 10/18, 1978.

    Benjamin, Walter, Origine du drame baroque allemand, trad. de l’allemand par Sybille Muller (avec le concours de André Hirt), Paris, Flammarion, 1985 [coll. Champs].

    Benjamin, Walter, Le livre des passages, trad. par Jean Lacoste, Paris, Éd. du Cerf, 1989.

    Benjamin, Walter, Paris, Capitale du xixe siècle, traduit de l’allemand par Jean Lacoste d’après l’édition originale de Rolf Tiedemann, Paris, Éd. du Cerf, 1989.

    Benjamin, Walter, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », in : Œuvres, vol. III, Paris, Gallimard, 2000.

    Blumenberg, Hans, Paradigmes pour une métaphorologie, traduit de l’allemand par Didier Gamelin, postface de Jean-Claude Monod, Paris, Éd. Vrin, 2006 [coll. Problèmes & Controverses].

    Blumenberg, Hans, La lisibilité du monde, préfacé par Denis Trierweiler, traduction par Pierre Rusch et Denis Trierweiler, Paris, Éd. du Cerf, 2007.

    Boehm, Gottfried / Pfotenhauer, Helmut (éd.), Beschreibungskunst – Kunstbeschreibung, Munich, 1995.

    Bredekamp, Horst et al. (éd.), Theater der Natur und Kunst. Theatrum Naturae et Artis, Berlin, 2000.

    Didi-Huberman, George, Devant l’image. Question posée aux fins d’une histoire de l’art, Paris, Minuit, 1990.

    Didi-Huberman, George, L’empreinte, Paris, Éd. du Centre Georges Pompidou, 1997.

    Flusser, Vilem, « Die Auswanderung der Zahlen aus dem alphanumerischen Code », in : Matejovski, Dirk / Kittler, Friedrich (éd.), Literatur im Informationszeitalter, Francfort/Main / New York, 1996.

    Göttert, Karl-Heinz, « Wider den toten Buchstaben. Zur Problemgeschichte eines topos », in : Kittler, Friedrich et al. (éd.), Zwischen Rauschen und Offenbarung. Zur Kultur- und Mediengeschichte der Stimme, Berlin, 2002, p. 93-113.

    Graham, Dan, Ausgewählte Schriften, Stuttgart, 1994.

    Gugerli, David / Orland, Barbara (éd.), Ganz normale Bilder. Historische Beiträge zur visuellen Herstellung von Selbstverständlichkeit, Zurich, 2000.

    Hagner, Michael, Homo cerebralis. Der Wandel vom Seelenorgan zum Gehirn, Darmstadt, 1997.

    Heine, Heinrich, « Die Reise von München nach Genua », in : id., Sämtliche Schriften, éd. par Klaus Briegleb, vol. 3, Munich, 1976.

    Heinse, Wilhelm, Düsseldorfer Gemäldebriefe, éd. par Helmut Pfotenhauer, Francfort/Main / Leipzig, 1996.

    Heintz, B. / Huber J. (éd.), Mit dem Auge denken. Strategien der Sichtbarmachung in wissenschaftlichen und virtuellen Welten, Zurich, 2001.

    Ifrah, Georges, Universalgeschichte der Zahlen, Francfort/Main / New York, 1986.

    Iglhaut, Stefan / Spring, Thomas (éd.), Science + fiction. Zwischen Nanowelt und globaler Kultur, Berlin, 2003.

    Jones, Caroline A. / Galison, Peter (éd.), Picturing Science, Producing Art, New York / Londres, 1998.

    Johns, Jasper, Prints from the Leo Castelli Collection, Bruxelles, 1991.

    Kac, Eduardo, Genesis, Maison européenne de la Photographie, Paris, 2002.

    Kahn, Fritz, Das Leben des Menschen, 5 vol., Stuttgart, 1923-1931.

    Kantorowicz, Ernst H., Les deux corps du roi, Paris, Gallimard, 1989.

    Kemp, Martin, Bilderwissen. Die Anschaulichkeit naturwissenschaftlicher Phänomene, Cologne, 2003.

    Kemp, Wolfgang(éd.), Theorie der Fotografie, I. 1839-1912, Munich, 1999.

    Lipp, Carola (éd.), Medien popularer Kultur. Erzählung, Bild und Objekt in der volkskundlichen Forschung, Francfort/Main / New York, 1995.

    Mitchell, W. J. T., « Was ist ein Bild ? », in : Bohn, Volker (éd.), Bildlichkeit. Internationale Beiträge zur Poetik, Francfort/Main, 1990.

    Musil, Robert, « Denkmale », in : id., Gesammelte Werke, éd. par Adolf Frise, Reinbek près Hambourg, 1981.

    Nauman, Bruce, Image / Text 1966-1996, Wolfsburg, 1997.

    Rotman, Brian, Signifying Nothing. The Semiotics of Zero, Houndsmills / Basingstoke / Londres, 1987.

    Schäffner, Wolfgang et al. (éd.), « Der liebe Gott steckt im Detail ». Mikrostrukturen des Wissens, Munich, 2003.

    Schmitz, Ulrich / Enzel, Horst (éd.), Wissen und neue Medien. Bilder und Zeichen von 800 bis 2000, Berlin, 2003.

    Schwartz, Heinrich, David Octavius Hill. Der Meister der Photographie, avec 80 illustrations, Leipzig, 1931.

    Stafford, Barbara, Kunstvolle Wissenschaft. Aufklärung, Unterhaltung und der Niedergang der visuellen Bildung, Dresde, 1998.

    Weigel, Sigrid, Entstellte Ähnlichkeit. Walter Benjamins theoretische Schreibweise, Francfort/Main, 1997.

    Weigel, Sigrid (éd.), Genealogie und Genetik. Schnittstellen zwischen Biologie und Kukturgeschichte, Berlin, 2002.

    Weigel, Sigrid (éd.), Literatur als Voraussetzung der Kulturgeschichte. Schauplätze von Shakespeare bis Benjamin, Munich, 2004.

    Weigel, Sigrid, « Das Gedankenexperiment – Nagelprobe auf die facultas fingendi in Wissenschaft und Literatur», in : Macho, Thomas / Wunschel, Annette (éd.), Science und Fiction. Über Gedankenexperimente in Wissenschaft, Philosophie und Literatur, Francfort/Main, 2004, p. 183-205.

    Weigel, Sigrid, « Phantombilder zwischen messen und deuten. Bilder von Hirn und Gesicht in den Instrumentarien empirischer Forschung von Psychologie und Neurowissenschaft », in : Jagow, Bettina / Steger, Florian (éd.), Repräsentationen. Medizin und Ethik in Literatur und Kunst der Moderne, Heidelberg, 2004, p. 159-198.

    Weigel, Sigrid, « Die innere Spannung im alphanumerischen Code (Flusser). Buchstabe und Zahl in grammatologischer und wissenschaftsgeschichtlicher Perspektive », in : Dotzler, Bernhard / Weigel, Sigrid (éd.), « Fülle der Combination ». Literaturforschung und Wissenschaftsgeschichte, Munich, 2005, p. 357-380.

    Wettengl, Kurt(éd.), Gedächtnis der Kunst. Geschichte und Erinnerung in der Kunst der Gegenwart, Francfort/Main, 2000.

    Wundt, Wilhelm, « Lehre von den Gemüthsbewegungen », in : id., Philosophische Studien, Leipzig, 1891.

    Zielinski, Siegfried, Archäologie der Medien. Zur Tiefenzeit des technischen Hörens und Sehens, Reinbek près Hambourg, 2002.

    Haut de page

    Notes

    1 Bien que la reproduction des images visuelles doive malheureusement faire défaut ici, je voudrais tout de même remercier Sabine Flach (Centre de recherches littéraires) pour son aide dans la recherche d’exemples appropriés.

    2 Sur le temps des médias, cf. Siegfried Zielinski, Archäologie der Medien. Zur Tiefenzeit des technischen Hörens und Sehens, Reinbek près Hambourg, 2002.

    3 Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, in : Œuvres, vol. III, Paris, Gallimard, 2000, p. 305.

    4 Cf. par ex. Carola Lipp (éd.), Medien popularer Kultur. Erzählung, Bild und Objekt in der volkskundlichen Forschung, Francfort/Main / New York, 1995.

    5 Martin Kemp, Bilderwissen. Die Anschaulichkeit naturwissenschaftlicher Phänomene, Cologne, 2003.

    6 Comme la série de manifestations organisée par le Centre pour la recherche littéraire sous le titre WissensKünste, cf. Trajekte 3/2001 et 7/2003, ou bien l’exposition de l’Ars Electronica et l’exposition Science + fiction. Zwischen Nanowelt und globaler Kultur, éd. sur commande de la fondation Volkswagen par Stefan Iglhaut / Thomas Spring, Berlin, 2003.

    7 Cf. la reproduction in : B. Heintz / J. Huber (éd.), Mit dem Auge denken. Strategien der Sichtbarmachung in wissenschaftlichen und virtuellen Welten, Zurich, 2001, p. 118.

    8 Heintz /Huber (2001), p. 147.

    9 Heintz /Huber (2001), p. 73.

    10 Cf. par exemple Barbara Stafford, Kunstvolle Wissenschaft. Aufklärung, Unterhaltung und der Niedergang der visuellen Bildung, Dresde, 1998. Caroline A. Jones / Peter Galison (éd.), Picturing Science, Producing Art, New York / Londres, 1998. Horst Bredekamp et al. (éd.), Theater der Natur und Kunst. Theatrum Naturae et Artis, Berlin, 2000. David Gugerli / Barbara Orland (éd.), Ganz normale Bilder. Historische Beiträge zur visuellen Herstellung von Selbstverständlichkeit, Zurich, 2000.

    11 Cf. rep. in : Iglhaut / Spring (2003), p. 41.

    12 Michael Hagner, Homo cerebralis. Der Wandel vom Seelenorgan zum Gehirn, Darmstadt, 1997, p. 99.

    13 Fritz Kahn, Das Leben des Menschen, 5 vol., Stuttgart, 1923-1931.

    14 Cf. rep. in : Iglhaut / Spring (2003), p. 229.

    15 W. J. T. Mitchell, « Was ist ein Bild ? », in : Bohn, Volker (éd.), Bildlichkeit. Internationale Beiträge zur Poetik, Francfort/Main, 1990, p. 21.

    16 Wilhelm Wundt, « Lehre von den Gemüthsbewegungen », in : id., Philosophische Studien, Leipzig, 1891.

    17 Cf. Sigrid Weigel, « Phantombilder zwischen messen und deuten. Bilder von Hirn und Gesicht in den Instrumentarien empirischer Forschung von Psychologie und Neurowissenschaft », in : Jagow, Bettina / Steger, Florian (éd.), Repräsentationen. Medizin und Ethik in Literatur und Kunst der Moderne, Heidelberg, 2004, p. 159-198.

    18 Walter Benjamin, Le livre des passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, Éd. du Cerf, 1989, p. 478.

    19 Mitchell (1990), p. 21.

    20 Cité d’après Iglhaut / Spring (2003), Textes et interviews, p. 15.

    21 George Didi-Huberman, Devant l’image. Question posée aux fins d’une histoire de l’art, Paris, Minuit, 1990.

    22 Hans Belting, Image et culte. Une histoire de l’art avant l’époque de l’art, traduit de l’allemand par Frank Muller, Paris, Éd. du Cerf, 1998.

    23 Heinrich Heine, « Die Reise von München nach Genua », in : id., Sämtliche Schriften, éd. par Klaus Briegleb, vol. 3, Munich, 1976, p. 386 et 389.

    24 Ernst H. Kantorowicz, Les deux corps du roi, Paris, Gallimard, 1989.

    25 Robert Musil, « Denkmale », in : id., Gesammelte Werke, éd. par Adolf Frise, Reinbek près Hambourg, 1981, vol. 7, p. 505.

    26 Cf. Karl-Heinz Göttert, « Wider den toten Buchstaben. Zur Problemgeschichte eines topos », in : Kittler, Friedrich et al. (éd.), Zwischen Rauschen und Offenbarung. Zur Kultur- und Mediengeschichte der Stimme, Berlin, 2002, p. 93-113.

    27 Sur le rôle du détail pour la science de la culture, voir : Wolfgang Schäffner et al. (éd.), « Der liebe Gott steckt im Detail ». Mikrostrukturen des Wissens, Munich, 2003.

    28 Ainsi John Leighton en 1853 lors d’une discussion à la « Photographic Society of London », in : Kemp, Wolfgang(éd.), Theorie der Fotografie I. 1839-1912, Munich, 1999, p. 91.

    29 Wilhelm Heinse, Düsseldorfer Gemäldebriefe, éd. par Helmut Pfotenhauer, Francfort/Main / Leipzig, 1996, p. 69.

    30 Cf. plus explicitement sur ce point Sigrid Weigel, « Die Richtung der Bilder. Zum Links-Rechts von Bilderzählung und Bildbeschreibung in kultur- und mediengeschichtlicher Perspektive », in : Weigel (2004a), p. 196-232.

    31 Cf. par exemple Public Space / Two Audiences, 1976, in : Dan Graham, Ausgewählte Schriften, Stuttgart, 1994.

    32 Cf. par exemple Dream Passage, 1983, in : Bruce Nauman, Image / Text 1966-1996, Wolfsburg, 1997.

    33 5555 Meisterwerke, Directmedia, Berlin, 2000.

    34 Walter Benjamin, « Petite histoire de la photographie », in : id., Essais, 1922-1934, traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, Paris, Éd. Denoël/Gonthier, 1983, p. 154. La reproduction de la photographie se trouve dans Heinrich Schwartz, David Octavius Hill. Der Meister der Photographie. Avec 80 illustrations, Leipzig, 1931. Cf. aussi Sigrid Weigel, « Das Detail in Benjamins Theorie photo- und kinematographischer Bilder. Zur Verschränkung von Kultur- und Mediengeschichte », in : Weigel (2004a).

    35 Keith Cottingham, « Fictitious Portraits. Studies for the Fictitious Portraits Series 1992 », in : Amelunxen, Hubertus von (éd.), Photography after Photography. Memory and Representation in the Digital Age, Amsterdam, 1996.

    36 Georges Bataille, « Lascaux ou la naissance de l’art », in : id., Œuvres complètes, tome IX, Paris, Gallimard, 1979.

    37 Cf. Georges Didi-Huberman, L’empreinte, Paris, Éd. du Centre Georges Pompidou, 1997.

    38 Selon Belting, l’image du Christ se distingue des types d’images connues dans le monde antique, parce qu’elle n’est ni l’image d’un corps mort, absent – comme c’est le cas dans les représentations funéraires traditionnelles – et ne peut pas non plus être rangée dans la série des images divines, de la présentation de divinités non visibles, surnaturelles, non corporelles. Bien plutôt l’image du Christ doit-elle se rapporter au statut énigmatique d’un corps certes mortel, mais ressuscité, dont il ne peut y avoir de présentation, tandis que les traces qui ont été laissées par le corps mort sont le seul témoignage. Dans cette mesure, le projet consistant à transformer ces traces en une image du visage du Christ est interprété par Belting comme énigme de l’image du Christ, par laquelle en viennent à s’exprimer les contradictions du christianisme lui-même. Voir Hans Belting, « Face or Trace? Open question around the Prehistory of Christ’s Icon », in : Paleoslavica (Hommage à Ihor Sevcenko), Cambridge, Mass., 2003.

    39 Mitchell (1990), p. 43.

    40 Cf. Gottfried Boehm / Helmut Pfotenhauer (éd.), Beschreibungskunst – Kunstbeschreibung, Munich, 1995.

    41 Cf. l’exemple d’une « Biblia pauperum » in : Ulrich Schmitz / Horst Wenzel (éd.), Wissen und neue Medien. Bilder und Zeichen von 800 bis 2000, Berlin, 2003, p. 86. Sur l’écriture imagée du Moyen-Âge, cf. également l’exemple, discuté par Horst Wenzel, du « sermon à cinq doigts », ibid., p. 126.

    42 Sur le concept de l’image écrite cf. Sybille Krämer, « Kann das geistige Auge sehen? Visualisierung und die Konstitution epistemischer Gegenstände », in : Heintz / Huber (2001), p. 350.

    43 Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, traduit de l’allemand par Sybille Muller (avec le concours de André Hirt), Paris, Flammarion, 1985 [coll. Champs], p. 231.

    44 Georges Ifrah, Universalgeschichte der Zahlen, Francfort/Main / New York, 1986. Sur la sémiotique du zéro, cf. également Brian Rotman, Signifying Nothing. The Semiotics of Zero, Houndsmills / Basingstoke / Londres, 1987. Et sur la relation entre chiffres et lettres, cf. Sigrid Weigel, « Die innere Spannung im alphanumerischen Code (Flusser). Buchstabe und Zahl in grammatologischer und wissenschaftsgeschichtlicher Perspektive », in : Dotzler, Bernhard / Weigel, Sigrid (éd.), « fülle der combination ». Literaturforschung und Wissenschaftsgeschichte, Munich, 2005, p. 357-380.

    45 Jasper Johns, Prints from the Leo Castelli Collection, Bruxelles, 1991.

    46 Kemp (2003), p. 121 sq.

    47 Cf. Kurt Wettengl(éd.), Gedächtnis der Kunst. Geschichte und Erinnerung in der Kunst der Gegenwart, Francfort/Main, 2000, p. 168.

    48 « FÜR MÄNNER, Überzeugen ist unfruchtbar. » Cf. Walter Benjamin, Sens unique, traduit de l’allemand par Jean Lacoste, Paris, 10/18, 1978, p. 112.
    N.d.T. : le lecteur aura compris que le caractère agglutinant, et transparent, de la langue allemande permet de retrouver le lexique le plus simple à partir duquel le miracle de la langue confectionne ensuite des significations complexes. D’où la nécessité ici de traduire mot à mot.

    49 Cf. sur ce point le chap. VII in : Sigrid Weigel, Entstellte Ähnlichkeit. Walter Benjamins theoretische Schreibweise, Francfort/Main, 1997, p. 147 sq.

    50 Hans Blumenberg, Paradigmes pour une métaphorologie, traduit de l’allemand par Didier Gamelin, postface de Jean-Claude Monod, Paris, éd. Vrin, 2006 [coll. Problèmes & Controverses].

    51 Hans Blumenberg, La lisibilité du monde, préfacé par Denis Trierweiler, traduit de l’allemand par Pierre Rusch et Denis Trierweiler, Paris, éd. du Cerf, 2007, p. 377-412 : « Le code génétique et ses lecteurs ». Cf. sur ce point : Sigrid Weigel, « Der Text der Genetik. Metaphorik als Symptom ungeklärter Probleme wissenschaftlicher Konzepte », in : id. (éd.), Genealogie und Genetik. Schnittstellen zwischen Biologie und Kukturgeschichte, Berlin, 2002.

    52 Thomas Beth / Karlheinz Steinmüller, « Naturwissenschaft zwischen Publicity und Sciencefiction. Ein Gespräch mit Stefan Iglhaut und Thomas Spring », in : Iglhaut / Spring (2003), p. 237.

    53 Cf. Sigrid Weigel, « Das Gedankenexperiment – Nagelprobe auf die facultas fingendi in Wissenschaft und Literatur», in : Macho, Thomas / Wunschel, Annette (éd.), Science und Fiction. Über Gedankenexperimente in Wissenschaft, Philosophie und Literatur, Francfort/Main, 2004, p. 183-205.

    54 Walter Benjamin, Paris, Capitale du xixe siècle, traduit de l’allemand par Jean Lacoste d’après l’édition originale de Rolf Tiedemann, Paris, Les éditions du Cerf, 1989, p. 473.

    55 Eduardo Kac, Genesis, Maison européenne de la Photographie, Paris, 2002.

    56 Cf. la contribution de Vilem Flusser, « Die Auswanderung der Zahlen aus dem alphanumerischen Code », in : Matejovski, Dirk / Kittler, Friedrich (éd.), Literatur im Informationszeitalter, Francfort/Main / New York, 1996. Sur ce point, ma lecture de Flusser, note 44.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Sigrid Weigel, « Bilder als Hauptakteure auf dem Schauplatz der  Erkenntnis. Zur poiesis und episteme sprachlicher und visueller  Bilder » in : Huber, Jörg (éd.), Ästhetik Erfahrung. Interventionen 13, Zurich, Voldemeer, Wien, New York, Springer, 2004, p. 191-212.

    Référence électronique

    Sigrid Weigel, « Les images, acteurs majeurs de la connaissance », Trivium [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trivium/319

    Haut de page

    Auteur

    Sigrid Weigel

    Professeur de littérature, Université Technique, Berlin

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
    • Logo DVA-Stiftung
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
    • OpenEdition Journals