Navigation – Plan du site
Dossier

La réception latine et la réception arabo-syriaque des sciences grecques

Gotthard Strohmaier
Titre original
Die lateinische und die syrisch-arabische Rezeption der griechischen Wissenschaften
Traduction de Frédéric Vitoux
Édition originale :
In : Irmscher, J. (éd.) : Die Literatur der Spätantike – polyethnisch und polyglottisch betrachtet, Amsterdam : Adolf M. Hakkert, 1997, p. 145-151.

Note de la rédaction

Nous remercions Gotthard Strohmaier et la maison d’édition Adolf M. Hakkert de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte dans le présent numéro.

Texte intégral

  • 1 Ms. Le Caire, Tal al tibb 550, fol. 73v et suiv. ; Toomer (1985), p. 193-206 ; une édition est en (...)
  • 2 Marrou (1948), p. 378 et suiv.
  • 3 Il est possible de glaner d’autres renseignements dans l’œuvre de Galien, notamment l’intérêt renc (...)
  • 4 Müller (1965).

1Dans son commentaire du traité d’Hippocrate De aere, aquis, locis (Les airs, les eaux, les lieux), conservé grâce à une traduction arabe, le médecin Galien de Pergame, l’un des nombreux Graeculi qui tentaient de faire carrière dans la Rome du IIe siècle, relate une dispute qui l’opposa à des Romains au sujet du calcul des équinoxes1. À ce propos, il résume ce que les Romains avaient coutume d’enseigner et d’apprendre dans le domaine des sciences exactes, à savoir la géométrie « en version abrégée ». Parmi les œuvres d’Euclide, certains érudits étudiaient les treize στοιχεῖα, d’autres les δεδομένα. Selon lui, peu nombreux étaient ceux qui connaissaient l’astronomie d’un Hipparque ou de leur contemporain Ptolémée. Mais déjà cela semble plus respectable que ce qu’en laissaient croire les informations connues jusqu’ici, telles qu’elles sont réunies par exemple dans l’Histoire de l’éducation dans l’Antiquité2 d’Henri-Irénée Marrou3. Galien n’avait pourtant pas une haute estime des capacités de ses interlocuteurs romains, qui l’auraient écouté bouche bée, comme s’il leur parlait de choses inouïes. Ce jugement suffisant du Grec concorde avec les réflexions autocritiques de Cicéron sur la réception limitée des sciences grecques à Rome, réception caractérisée par un intérêt privilégié pour l’application pratique, mais aussi par une tendance « humaniste », orientée vers le perfectionnement intérieur de l’individu4. Dans cette perspective, Cicéron pouvait bien entendu invoquer des exemples grecs. Cependant, cela n’empêche que la réception romaine écartait d’emblée ce qui était véritablement prometteur dans la science grecque, c’est-à-dire la construction de modèles-mondes les plus englobants possible et dépourvus de contradictions internes, mais aussi l’obsession du détail, que ce soit dans le calcul des orbites planétaires ou dans la recherche anatomique et physiologique sur l’organisme.

  • 5 Marrou (1948), p. 351-355.
  • 6 Hultsch (1907).

2L’Antiquité tardive romaine se caractérise par un recul continu de la connaissance du grec dans les milieux cultivés5. Dans pareil cas, le besoin de traductions tend habituellement à augmenter. L’inventaire fait par Galien rend précisément compte, pour cette époque, de l’état des traductions d’ouvrages de référence grecs en latin. S’il existait des fragments de versions et d’adaptations latines d’Euclide6, les traductions de Ptolémée, ainsi que de Galien lui-même, dont la médecine est très exigeante sur le plan théorique, faisaient défaut. Même un Boèce (vers 480-524) travaillant sur le corpus aristotélicien, n’est parvenu qu’à une étude partielle de l’Organon. Au vu de cette postérité limitée, il est préférable de ne pas trop se rapporter à la thèse de l’unité de la culture gréco-romaine et de ne pas l’étendre au domaine des sciences. Ce ne sont pas uniquement les invasions germaniques et l’intolérance de l’Église en Occident qui ont empêché le progrès de la pensée scientifique. Les jalons de ce faible développement étaient déjà posés auparavant.

  • 7 Baumstark (1922), p. 167-169 ; Пигулевская (1949).
  • 8 À propos du prétendu transfert de l’école, voir Strohmaier (1987).
  • 9 Пигулевская (1966).
  • 10 Здерман (1925) ; Huart / Sayili (1965).
  • 11 Degen (1981).
  • 12 Пигулевская (1949), p.48-51 etp.59-61.
  • 13 Ibid., p.51.
  • 14 Baumstark (1922), p.246 etsuiv.; Kunitzsch (1983), p.462.

3Le caractère limité de la réception romaine des sciences grecques est encore plus net si on la compare à celle que l’on observe dans l’espace syriaque et dont le premier représentant important est Sergios de Rēšʿainā (mort en 536)7, un médecin et ecclésiastique monophysite, contemporain de Boèce. Il étudia à Alexandrie où étaient enseignées en étroite association la philosophie aristotélicienne et la médecine galénique8. Alors que les Coptes se montraient hostiles à l’enseignement grec (ce qui est sans doute la principale raison du déclin de cette école après la conquête arabe), ce n’était pas le cas des chrétiens syriaques. Dans les villes commerçantes situées sur les anciennes routes caravanières, les marchands poussèrent le clergé à mettre en place un enseignement élémentaire remarquable9, à partir duquel purent se mettre en place quelques écoles supérieures. Celle de la ville perse de Ğundīšāpūr, dédiée à la formation des médecins10, mérite ici une mention particulière. Sergios traduisit en syriaque 27 œuvres de Galien qui, pour partie étaient très volumineuses et dont certaines étaient moins importantes pour la pratique médicale que pour l’inscription de la médecine dans la philosophie naturelle11. Ces œuvres servaient ainsi de propédeutique à la réception du corpus aristotélicien, auquel Sergios avait également consacré ses efforts, puisqu’il traduisit également un commentaire des Catégories composé par son professeur alexandrin Jean Philopon12. L’indépendance de sa pensée transparaît dans une polémique contre l’atomisme et dans la manière dont il relie la médecine à l’astrologie dans la veine du Περὶ κρισίμων μερν de Galien13, ce qui devait se révéler lourd de conséquences. Dans le domaine de l’astronomie, des érudits syriaques s’appropriaient la partie la plus précieuse de l’héritage grec. Contrairement aux Romains, ils ne s’intéressaient pas à la poésie mythologique d’un Aratos sur les constellations, mais ils reproduisaient les globes célestes et les astrolabes grecs. L’évêque Severus Sēbōkt (mort en 666/667) écrivit un traité entièrement consacré à l’astrolabe14, cet instrument maniable universel dont l’adoption initia par la suite la réception de l’astronomie arabe en Europe occidentale, puisqu’en effet il ne faisait pas partie de l’héritage romain.

  • 15 2, 4, 287bl-14.
  • 16 al-Bīrūnī (1982), facs. 8, 1 et 2, p. 186 ; trad. allemande dans al-Bīrūnī (1991), n° 52 ; à propo (...)
  • 17 al-Ǧāiẓ, kitāb al-ayawān, éd. par A. M. Hārūn, Le Caire, 1938-45, 3, p. 37 et suiv. ; trad. alle (...)
  • 18 Kunitzsch (1975), p. 272.
  • 19 Ibn abī Usaibi’a, ‘Uyūn al-anbā’ fi tabaqāti l-atibbā’, éd. par A. Müller, Le Caire, 1882, 1, p. 1 (...)
  • 20 Hunain ibn Ishaq (1925), n° 36, 38, 119.

4La florissante culture syriaque fut prise d’assaut au VIIe siècle par la conquête arabe, tout en restant intacteen grande partie. On peut même être amené à penser que les Syriaques n’étaient pas si mécontents de troquer la domination byzantine ou perse contre celle du calife. La nouvelle classe intellectuelle musulmane, composée d’officiers de cour et de théologiens, se montra dans un premier temps plus ouverte à l’égard de la culture perse qui, de son côté, était davantage imprégnée d’influences indiennes que grecques dans le domaine de la philosophie et des sciences exactes. Il est vraisemblable que c’est de là que provient l’atomisme qui devient un fondement de la théologie islamique en matière de philosophie naturelle. Celui-ci n’a rien à voir avec Démocrite et Épicure, mais montre en revanche une certaine parenté avec les systèmes indiens, bien que des études plus détaillées soient encore nécessaires pour établir ces faits. En tout cas, il est frappant de constater que les différentes écoles de la théologie islamique avaient une aversion prononcée pour la science grecque, et pas seulement pour des thèses telles que celle de l’éternité du monde ou de l’influence des planètes sur la vie humaine, qui étaient difficile à concilier avec la toute-puissance divine. D’autres doctrines, qui auraient pu quant à elles être acceptées sans dommage, étaient elles aussi récusées. Ainsi, Abū Hāšim bin al-Ǧubbā’ī (mort en 933), l’un des chefs de file du mutazilisme, une école encore relativement libérale, se vanta un jour, dans l’une des nombreuses associations de débats intellectuels caractéristiques de la société musulmane florissante, d’avoir arraché les pages de l’ouvrage d’Aristote De caelo, dans lesquelles il était question de la forme sphérique de l’eau autour du centre de la Terre15, puisque l’eau prenait toujours, affirmait-il, la forme du récipient dans lequel elle se trouvait16. D’un autre côté, d’autres personnes encore moins compétentes succombèrent à la fascination de la philosophie grecque. L’homme de lettres al-Ǧāi (mort en 868-869) rapporte qu’un certain Abū Luqmān, commentant pour lui-même la classification de tout Être en genres, espèces et individus, qualifiait les califes Ali et Muāwiya d’individus irréduisibles, tandis que les califes moins importants comme Abū Bakr et Umar étaient, selon lui, encore divisibles17. Cette interprétation est manifestement liée à la coutume qui consistait à utiliser comme exemple de l’individu le nom de Socrate ou d’une autre personnalité renommée. L’échange verbal entre Syriaques et Arabes a joué un rôle important, si bien qu’il ne faut pas systématiquement supposer l’existence de traductions arabes lorsque l’une ou l’autre des sciences grecques est familière à un auteur musulman18. En outre, de nombreuses indications laissent supposer que bien des Arabes avides de savoir maîtrisaient le syriaque aussi bien que les Romains, à leur époque, avaient maîtrisé le grec. Yūannā bin Māsawaih (mort en 857), médecin personnel de six califes, fils d’un herboriste syriaque et d’une esclave slave du nom de Rusāla, était une personnalité excentrique, et c’est pour cette raison que ses leçons n’attiraient pas seulement de futurs médecins, mais aussi des représentants de la jeunesse dorée arabe, qui semble-t-il n’y assistaient pas vraiment pour étudier, mais seulement pour prendre note de ses curieux mots d’esprit19. Le même Yūannā bin Māsawaih était fier de son identité syriaque, et lorsqu’il arrivait qu’une œuvre de Galien ne disposait pas encore d’une version syriaque, mais seulement d’une version arabe, il la faisait retraduire en syriaque, bien que la qualité n’en fût certainement pas améliorée20. Dans quelle langue a-t-il bien pu enseigner ?

  • 21 Prell (1959), p. 45 et 56.
  • 22 Bürger (1979), p. 19 et suiv.

5Dans tous les cas, dans le milieu intellectuel qui entourait la cour des califes de Bagdad, le terrain était préparé pour une très large réception de la science grecque, accompagnée d’une entreprise systématique de traduction, qui n’avait alors plus de parallèle dans la sphère romaine. Cette réception cherchait également à prendre en compte les textes qui n’étaient pas encore familiers aux Syriaques, en restant toutefois dans le cadre des sciences naturelles, de la médecine et de la philosophie. En refusant de se situer dans une perspective strictement utilitariste, elle prenait la suite des meilleures traditions de la science hellénistique. Lorsque le calife al-Maʾmūn (813-833) découvrit que la valeur ptolémaïque du degré de latitude et donc la valeur de la circonférence terrestre étaient indéterminés, parce que l’on ne connaissait pas la longueur exacte d’un stade, il parraina une expédition qui, reproduisant le procédé employé en son temps par Ératosthène, établit que le degré correspondait à 112,2 km (selon les unités actuelles), donc que la circonférence terrestre équivalait à 40 392 km21. Ce résultat n’avait aucune réelle valeur pratique, il ne faisait que répondre au désir de connaître l’étendue de la sphère terrestre. Le sujet ne devint pas une question vitale avant l’époque de Christophe Colomb qui, par chance, s’appuyait sur des hypothèses erronées, si bien qu’il pouvait croire que la cour du grand khan chinois se trouvait à une distance raisonnable22. Colomb devait toutefois sa conviction que la forme de la Terre était sphérique au fait qu’entre-temps, les sciences arabes avaient été prises en compte dans les universités européennes.

  • 23 Strohmaier (1984).
  • 24 Birkenmajer (1959), p. 102 et suiv.
  • 25 Baader (1979), p. 270 et suiv.

6À vrai dire, hormis plusieurs approches nouvelles et dignes d’intérêt, les médecins, les astronomes et les philosophes musulmans ne dépassèrent guère les principes acquis à travers la réception syriaque et arabe des sciences grecques. Pour les Européens, cela présentait un grand avantage : les connaissances obtenues grâce aux traductions de l’arabe vers le latin correspondaient grosso modo aux vestiges de l’enseignement antique qui s’étaient maintenus en Europe à travers la tradition romaine. Les constellations, que l’on connaissait grâce aux miniatures de manuscrits latins d’Aratos, étaient faciles à reconnaître dans les illustrations du manuel d’a-Ṣūfī sur les étoiles fixes où les 1022 positions de l’inventaire ptolémaïque étaient en outre figurées et numérotées de manière exacte23. Mais le fait que les savants arabes n’avaient guère dépassé les Grecs et qu’ils faisaient preuve dans leurs écrits d’une fidélité souvent scolaire et presque touchante à l’égard des autorités helléniques, ne pouvait qu’inciter les Européens à faire directement appel aux sources. Cela n’eut pas toujours beaucoup de résultats effectifs. Copernic lui-même bâtit son nouveau système-monde à partir des données d’une version de l’Almageste qui avait été traduite en latin de l’arabe24. Mais de nombreux érudits de la Renaissance, Pétrarque en tête, se complaisaient à dénigrer les « Sarrasins »25 et à ne se réclamer que des penseurs grecs, qu’ils n’auraient pourtant pas forcément compris sans l’assistance des mentors arabes et de leurs manuels et commentaires pratiques. Cet orgueil européen, qui a certainement joué un rôle très stimulant dans l’histoire, reste intact à l’heure actuelle, même lorsque l’on affirme prendre ses distances à l’égard de toute forme d’européocentrisme, ce qui a des conséquences néfastes pour l’historiographie contemporaine des sciences exactes. Les collègues arabes ont souvent des réactions très violentes lorsqu’on leur démontre l’exacte dépendance de nombreux acquis intellectuels de leur Moyen Âge, dont ils sont légitimement fiers, vis-à-vis des modèles grecs. Car eux aussi admettent la thèse d’une unité de la culture gréco-romaine et pour eux, toute preuve d’une telle continuité gréco-arabe revient à dire qu’ils ont toujours été dépendants de la science et de la technique « européennes », hier comme aujourd’hui. En réalité, la science arabe n’est pas redevable au savoir antique dans son ensemble, mais seulement à la manière dont les Syriaques l’ont adopté. Indépendamment du décalage chronologique, cette réception des connaissances doit être mise sur le même plan que la réception romaine. Cette comparaison démontre que ce ne sont pas les Romains, mais bien les Syriaques et leurs successeurs musulmans qui ont préservé l’exigence théorique et l’esprit d’exactitude de la science hellénistique.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Aristote : De caelo, 2, 4, 287bl-14.

al-Ǧāi : kitāb al-ḥayawān, éd. par ʿA. M. Hārūn, Le Caire, 1938-45 ; trad. française : Id. (2001) : Le cadi et la mouche : le livre des animaux, trad. de l’arabe par Lakhdar Souami, Paris ; trad. allemande dans Pellat, Ch. (1967) : Arabische Geisteswelt, Zurich / Stuttgart.

Galien : On the parts of medicine, On cohesive causes, On regimen in acute diseases in accordance with the theories of Hippocrates, éd. par M. Lyons, Berlin, 1969 (Corpus Medicorum Graecorum. Suppl. Orientale II).

Ibn Abī Uaibīʿa : ʿuyūn al-anbā’ fī tabaqāt al-aṭibbā’, éd. par A. Müller, Le Caire, 1882.

Ms. Le Caire, Tal al tibb 550, fol. 73v et suiv.

Littérature secondaire

al-Bīrūnī (1982) : kitāb taḥdīd nihāyāt al-amākin, éd. par P. Bulgakov, Revue de l’Institut des Manuscrits Arabes, Le Caire ; trad. allemande dans al-Bīrūnī (1991) : In den Gärten der Wissenschaft. Ausgewählte Texte, trad. par G. Strohmaier, 2e éd., Leipzig (Reclam-Bibliothek 1228).

Baader, G. (1979) : « Medizinisches Reformdenken und Arabismus im Deutschland des 16. Jahrhunderts », Sudhoffs Archiv, 63, p. 261-296.

Baumstark, A. (1922) : Geschichte der syrischen Literatur, Bonn.

Birkenmajer, A. (1959) : « Anmerkungen », dans : Copernicus, N. : Über die Kreisbewegungen der Weltkörper, éd. par G. Klaus, Berlin.

Bürger, K. (1979) : Christoph Kolumbus, Leipzig.

Daiber, H. (1980) : Aetius Arabus, Wiesbaden (Akad. d. Wiss. u. d. Lit., Veröffentl. d. Oriental. Kommission 33).

Degen, R. (1981) : « Galen im Syrischen : Eine Übersicht über die syrische Überlieferung der Werke Galens », dans : Nutton, V. (éd.) : Galen : problems and prospects, Londres, p. 135-159.

Huart, Cl. / Sayili, A. (1965) : « Gondēshāpūr », dans : The Encyclopaedia of Islam, Second Edition, t. 2, Leiden / Londres, p. 1120.

Hultsch, F. (1907) : « Eukleides », dans : Pauly, A. / Wissowa, G. (éd.) : Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, t. VI, Stuttgart, col. 1008-1010.

unain ibn Ishāq (1925) : Über die syrischen und arabischen Galen-Übersetzungen, éd. par G. Bergsträßer, Leipzig (Abh. f. d. Kunde d. Morgenl. 17, 2).

Kunitzsch, P. (1975) : « Über das Frühstadium der arabischen Aneignung antiken Gutes », Saeculum, 26, p. 268-282.

Kunitzsch, P. (1983) : Glossar der arabischen Fachausdrücke in der mittelalterlichen europäischen Astrolabliteratur, Göttingen (Nachr. d. Akad. d. Wiss. in Göttingen, I., Phil.-hist. Kl. 1982, n° 11).

Marrou, H.-I. (1948) : Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris.

Müller, R. (1965) : « Die Wertung der Bildungsdisziplinen bei Cicero », Klio, 43-45, p. 148-156 ; réimpr. dans Müller, R. (1980) : Menschenbild und Humanismus der Antike, Leipzig, p. 211-219.

Pflaum, H. G. (1956) : « C. Aufidius Victorinus », dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 1-11.

Пигулевская, Н. В. (1949) : « Сирийский врач Сергий Решайнский », У чёные записки ЛГУ, 98, серия востоковедческих наук, вып. 1, p. 43-64.

Пигулевская, H. B. (1966) : « Сирийская средневековая школа », Палестинский сборник, вып. 15, 78, p. 130-140.

Prell, H. (1959) : Die Vorstellungen des Altertums von der Erdumfangslänge, Berlin (Abhandl. d. Sächs. Akad. d. Wiss. zuLeipzig, math.-naturwiss. Kl., 46, 1).

Здерман, В. (1925): «Медицинская школа в Джундишапуре», Записки Коллегии востоковедов, 1, p.47-72.

Strohmaier, G. (1984) : Die Sterne des Abd ar-Rahman as-Sufi, Leipzig / Weimar.

Strohmaier, G. (1987) : « “Von Alexandrien nach Bagdad” – eine fiktive Schultradition », dans : Aristoteles. Werk und Wirkung, Festschrift für P. Moraux, éd. par J. Wiesner, t. 2, Berlin, p. 380-389.

Toomer, G. J. (1985) : « Galen on the astronomers and astrologers », Archive for the History of Exact Sciences, 32, p. 193-206.

Haut de page

Notes

1 Ms. Le Caire, Tal al tibb 550, fol. 73v et suiv. ; Toomer (1985), p. 193-206 ; une édition est en cours de préparation par l’auteur.

2 Marrou (1948), p. 378 et suiv.

3 Il est possible de glaner d’autres renseignements dans l’œuvre de Galien, notamment l’intérêt rencontré par ses démonstrations anatomiques dans la nobilitas romaine, ou le fait remarquable que l’examen d’une question d’école (savoir quel régime Hippocrate préconisait en cas de maladie aiguë) est dédié ni plus ni moins qu’à Victorinus, le préfet de la Ville ; voir Galien, On the parts of medicine, p. 76 et suiv. ; au sujet du destinataire, voir Pflaum (1956).

4 Müller (1965).

5 Marrou (1948), p. 351-355.

6 Hultsch (1907).

7 Baumstark (1922), p. 167-169 ; Пигулевская (1949).

8 À propos du prétendu transfert de l’école, voir Strohmaier (1987).

9 Пигулевская (1966).

10 Здерман (1925) ; Huart / Sayili (1965).

11 Degen (1981).

12 Пигулевская (1949), p.48-51 etp.59-61.

13 Ibid., p.51.

14 Baumstark (1922), p.246 etsuiv.; Kunitzsch (1983), p.462.

15 2, 4, 287bl-14.

16 al-Bīrūnī (1982), facs. 8, 1 et 2, p. 186 ; trad. allemande dans al-Bīrūnī (1991), n° 52 ; à propos de la cosmologie d’Abū Hāšim, voir Daiber (1980), p. 434 et suiv.

17 al-Ǧāiẓ, kitāb al-ayawān, éd. par A. M. Hārūn, Le Caire, 1938-45, 3, p. 37 et suiv. ; trad. allemande dans Pellat (1967), p. 239 et suiv.

18 Kunitzsch (1975), p. 272.

19 Ibn abī Usaibi’a, ‘Uyūn al-anbā’ fi tabaqāti l-atibbā’, éd. par A. Müller, Le Caire, 1882, 1, p. 185.

20 Hunain ibn Ishaq (1925), n° 36, 38, 119.

21 Prell (1959), p. 45 et 56.

22 Bürger (1979), p. 19 et suiv.

23 Strohmaier (1984).

24 Birkenmajer (1959), p. 102 et suiv.

25 Baader (1979), p. 270 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

In : Irmscher, J. (éd.) : Die Literatur der Spätantike – polyethnisch und polyglottisch betrachtet, Amsterdam : Adolf M. Hakkert, 1997, p. 145-151.

Référence électronique

Gotthard Strohmaier, « La réception latine et la réception arabo-syriaque des sciences grecques », Trivium [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trivium/3951

Haut de page

Auteur

Gotthard Strohmaier

Gotthard Strohmaier est professeur honoraire de philologie arabe à la Freie Universität de Berlin. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals