Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Les tâches de la sociologie de la culture

Friedrich H. Tenbruck
Titre original
Die Aufgaben der Kultursoziologie
Traduction de Isabelle Kalinowski
Édition originale :
In : Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 31, 1979, p. 399-421.

Entrées d’index

Schlüsselwörter :

Kultursoziologie

Note de la rédaction

Nous remercions Madame Friederike Tenbruck, la revue Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie ainsi que la maison d’édition Springer VS de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Frau Friederike Tenbruck, der Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie sowie dem Verlag Springer VS für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

1Les tâches d’une sociologie de la culture ne peuvent être définies sans prendre en considération la situation générale de la discipline. La conception dominante veut que la société puisse être définie par son organisation extérieure, par les divisions qui sont partout manifestes dans la vie sociale et qui sont aujourd’hui désignées sommairement comme sa structure. Ce concept de société, nous aurons à le montrer, est davantage le produit de différentes circonstances contingentes qu’il ne se fonde sur une décision de principe ou sur des preuves empiriques. Quoi qu’il en soit, il en résulte, en pratique, que la société est identifiée avec sa structure et que la sociologie, par suite, est réduite à une analyse de cette dernière. Cette conception de la société ne laisse pas de place à la culture comme donnée autonome ; la sociologie de la culture, de ce fait, en est réduite à la portion congrue.

2A l’encontre d’une telle conception, il faut rappeler que la réalité sociale englobe à la fois la structure et la culture et que celles-ci forment toujours une unité indissociable et ne peuvent être séparées l’une de l’autre que par l’analyse. Toute culture est inscrite dans des structures, toute structure est saturée de culture. La société appréhendée à travers ses seules structures et expliquée seulement à partir de ces dernières n’est pas suffisamment autonome, elle n’est pas déterminée et ne détermine pas tout le reste à partir d’elle-même, et, par suite, elle ne saurait constituer à proprement parler un objet de science. On ne peut décider a pria m jet danfois pour toutes quelle part revient à la culture et à la structure dans les phénomènes sociaux, car celle-ci varie ; cette question doit être examinée sur un mode empirique, au cas par cas et en fonction de problèmes précis. Une sociologie qui, fondamentalement, se borne à étudier des faits structurels et cherche à déduire de ces derniers tous les autres phénomènes court ainsi le danger de se transformer en théa me coupée de la réalité. La crise de la sociologie, qui a fait couler beaucoup d’encre, est aussi l’expression d’une déception croissante face à un défaut de contenu réel dans les théa mes ; on aspire désormais à sortir des pures analyses de structure.

3Dans ce contexte, la tâche majeure d’une sociologie de la culture est de replacer au premier plan la réalité occultée par l’habitude que l’on a prise de se fixer sur les structures ; il lui appartient de libérer la sociologie de sa conception réductrice et limitée de la société.

4Tel est, de façon générale, le point de départ d’une sociologie de la culture. Celle-ci ne prend pas pour objet un domaine spécifique et séparé, qui coexisterait avec la société ; société et culture sont bien plutôt des distinctions nécessaires à l’intérieur d’une réalité dans laquelle toutes deux sont en permanence imbriquées l’une dans l’autre. Une sociologie de la culture ne peut donc isoler « le social » comme un domaine à part et autarcique ; elle doit justement montrer qu’une théa me de la société qui fait l’impasse sur les faits culturels est trop limitée. Etant donné la situation de la discipline, la sociologie de la culture ne peut constituer un nouveau domaine spécialisé ; elle doit intégrer dans la sociologie générale les faits qu’elle prend pour objet et les perspectives qui sont les siennes. Par suite, elle ne peut pas être simplement une sociologie secta melle de plus, qui transposerait les schémas courants de la sociologie dans un autre champ, en l’occurrence celui de la culture, sans que ces schémas de départ ne soient aucunement affectés par ces opérations. La sociologie peut manier à l’infini les faits culturels, il n’en ressortira pas une sociologie de la culture si celle-ci n’est pas déjà constituée. Ce qui doit être aujourd’hui au premier plan, ce ne sont pas les déterminations sociales de la culture – qu’il ne faut cependant jamais perdre de vue - mais les déterminations et la signification culturelles des processus sociaux. La sociologie de la culture ne peut partir d’un primat de principe de la culture, mais elle ne peut s’arrêter à l’idée que « la société » constitue le réel proprement dit.

1. Le lien d’ensemble entre les phénomènes culturels

5A défaut d’une tradition univoque et vivante, les études de sociologie de la culture sont confrontées au problème de trouver un lien entre les multiples tâches et thématiques qui leur incombent. Il suffit d’avoir une certaine conception de la « culture » pour pouvoir mentionner des problèmes méritant d’être traités d’un point de vue sociologique. Il serait impossible de les énumérer tous ; le terme de « culture » est trop polysémique, la question est trop multiforme. Mais l’énumération de problèmes, si cruciaux soient-ils, ne crée pas le lien d’ensemble que présuppose le terme de « sociologie de la culture ».

6C’est justement là que réside la première difficulté. Au vu de leur diversité manifeste, la question se pose de savoir quel lien unit les thématiques qui se rapportent à la culture, même si on se limite à la sphère qui concerne les sciences sociales. Il est difficile de définir le trait commun qui unifie au sein d’une même discipline l’étude de phénomènes aussi disparates que la culture primitive, les aires culturelles, la sous-culture, la culture politique, la vie culturelle ou l’enculturation. Quelle perspective adopter en ce qui concerne les époques culturelles, l’homme cultivé, la culture quotidienne et la politique culturelle ? Si l’on n’est pas en droit d’exclure ce type de thèmes d’une sociologie de la culture, on n’est pas davantage en droit, en l’état actuel de la discipline, de les réunir au sein de celle-ci.

7La tâche la plus urgente d’une sociologie de la culture est donc de clarifier la base commune à partir de laquelle elle aborde les problèmes. C’est seulement dans ce sens que l’on parlera ici des tâches de la sociologie de la culture : non pour énumérer ou discuter des impératifs précis, mais pour définir avec précaution un point de repère qui lui confère une cohérence d’ensemble et aussi, au demeurant, une signification.

8On a souvent déploré que, de ce point de vue, la langue n’offre pas une base satisfaisante, mais cela tient à la nature même du problème. En effet, c’est évidemment là une donnée de première importance pour la sociologie de la culture : les sociétés ne sont confrontées que tardivement à la contrainte de se comprendre, au moyen d’une notion objectivante, comme des « cultures ». Nous reviendrons plus loin sur ce point. Quoi qu’il en soit, le concept de culture (ou l’un de ses équivalents immédiats) est un produit spécifiquement européen apparu depuis quelques siècles, qui possède, dans chaque pays, une multitude de significations, de surcroît très différentes d’un pays à un autre et sujettes, enfin, à des changements considérables.

9A supposer qu’il soit possible de formuler de façon satisfaisante une définition scientifique, on ne serait pas plus avancé, car le lien d’ensemble entre les phénomènes si différents que nous classons comme culturels ne ressort pas de façon univoque de la simple description de la qualité générale en fonction de laquelle nous opérons ce classement. La question n’est pas de savoir quel est le trait commun à tous ces phénomènes, mais plutôt de se demander pourquoi la culture se manifeste dans une aussi grande variété de phénomènes. Elle ne doit pas être conçue comme une essence substantmelle mais comme un phénomène vivant. Il est possible de retracer cette logique de déploiement de la culture, de l’esquisser à grands traits, et la sociologie de la culture a besoin, dans un premier temps, de cette topologie, afin de ne pas perdre de vue le lien d’ensemble entre les problèmes qu’elle soulève.

  • 1  Indépendamment de ce fait, le monde symbolique de la culture n’acquiert son caractère propre que l (...)

101. Dans leur multiplicité, les phénomènes culturels naissent d’une racine commune. Tous sont des manifestations de l’agir spécifique qui fait de l’homme un être de culture, ni entièrement régi par ses dispositions naturelles, ni simplement contraint par son intelligence à une adaptation optimale aux données extérieures. Sous sa forme générale, cette idée élaborée depuis Herder jusqu’à Cassirer, Plessner et Gehlen s’est imposée partout, même si elle a adopté certaines colorations nationales. Est considéré aujourd’hui comme culturel l’ensemble de l’agir, y compris les actions strictement soumises à une fin et simplement extérieures également inscrites dans le monde des significations symboliques où l’homme vit et agit1. Avec ce concept anthropologique de l’homme comme être de culture, on va au-delà des anciennes « dispositions », « facultés » et « pulsions », qu’il s’agisse de l’intelligence, de la volonté ou du désir, et l’on se réfère à l’agir, qui embrasse l’intérieur et l’extérieur, l’esprit et le corps au moyen de significations. Ce n’est que par le biais de telles significations, que l’homme doit créer pour lui-même, que se constituent pour lui le monde, le moi et la société. Cependant, il est rare que ces significations s’élèvent au rang d’une articulation explicite, notamment par le mime, le rite ou le culte, voire, en revêtanet danforme verbale, soient détachées de l’agir et président à celui-ci. Bien que toute culture soit constituée par des significations symboliques, celles-ci demeurent bien souvent à l’état implicite dans l’action et ses objets. L’homme n’est par conséquent que partmellement en mesure de faire la clarté sur les significations qui portent son action, et peut encore moins acquérir la maîtrise de ces dernières. Dès lors que, pour lui, tout signifie, de nouvelles significations ne cessent de se forger dans l’agir. Pour toutes ces raisons, la culture ne saurait être danpure sphère de significations, séparée de l’action et de ses objets et imposée seulement à ces derniers.

11Si le siècle précédent s’est égaré dans cette direction, l’on oublie aujourd’hui que, par le biais de significations qui, détachées de toute référence à un objet, sont cependant conditionnées pour devenir elles-mêmes des réalités pour les hommes, l’agir dépasse constamment le niveau des actes placés au service d’une finalité et celui des actes extérieurs. Ce point, la ligne de partage entre culture « matérielle » et « immatérielle », doit être marqué parce que les significations, ici, ne se réduisent pas à un simple moyen d’adaptation : l’homme dépasse la satisfaction de ses besoins. En tanetqu’être de culture, il est aussi un être qui a la capacité, le vouloir et le besoin de culture. Il a de la culture parce qu’elle est pour lui un besoin. La constitution de son ordre de vie interne est pour lui un problème souvent moins pressant, mais non moins capital que l’établissement de ses conditions d’existence extérieures. L’ordre de l’action extérieure dépend de l’ordre de l’action intérieure, et celle-ci exige un ordre jet danobjectivation des significations. A cause de cette faculté contraignante de se créer une réalité propre à partir d’idées et de valeurs, l’homme a toujours été une énigme pour lui-même, et, quoique soumise à conditions, la formule classique qui dit que l’homme est aussi un être intellectuel et moral est indispensable, parce que juste. Dans toutes les sociétés, en effet, l’homme n’apparaît pas seulement comme le créateur et la créature des institutions et des règlementations sociales, mais aussi et tout autant comme celui de significations intellectuelles et morales à l’aide desquelles et à cause desquelles il a coutume de bouleverser et de transformer ces institutions et règlementations sociales, à tous les « stades » de développement social et culturel.

  • 2  Il y a quelques décennies encore, les introductions à la sociologie définissaient la société comme (...)

122. Ceci nous amène à aborder le deuxième concept de culture, le concept social. La culture ne peut en effet être appréhendée que dans la mesure où des hommes vivent ensemble. La société est le lieu où la capacité de culture de l’homme se réalise, où son besoin de culture est satisfait, faute de quoi une société ne pourrait exister. Dans la mesure où l’homme est un être de culture, les relations sociales doivent toujours aussi devenir culture, autrement dit développer des significations pour l’agir individuel et social, qui portent ce dernier. Leur spécificité, reconnaissable entre toutes dans l’économie, la société, les mœurs, la religion et le droit, qui revêt dans les idées et les valeurs porteuses d’une société le caractère d’une image du monde, fait partie des plus anciens savoirs que les peuples ont les uns des autres et d’eux-mêmes. Les sciences qui s’intéressent à la société ont cherché à rendre compte de différentes manières du caractère culturel de la société, mais elles se sont toujours accordées sur ce point : toute société dispose d’une culture propre qui est transmise à travers le temps2. La notion de culture renvoie ici aux modèles caractéristiques de la société dans son ensemble : c’est sa culture d’ensemble dans l’évidence d’une transmission sociale. L’approche sociologique de ces modèles ne peut bien entendu s’épuiser dans la restitution d’un contenu de pensée ; ils doivent bien plutôt être présentés « en action », autrement dit dans leurs manifestations cultuelles et rituelles, dans leurs ancrages sociaux, en abordant la problématique de leurs éléments multiples mais aussi contradictoires et en tenant compte de la distance infranchissable qui les sépare de la réalité. D’un autre côté, l’agir ne peut être compris dans son immédiateté sociale et sans recours aux modèles culturels qui le portent.

13Il faut rappeler que, depuis Herder et ses aperçus décisifs, ce concept social de la culture, dans sa généralité, a particulièrement été élaboré par les sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften) allemandes, avant d’être transmis aux sciences sociales, pour lesquelles société et culture ont longtemps été des concepts interchangeables. Par le truchement de l’anthropologie culturelle, cette notion a également été intégrée dans le concept de société de Talcott Parsons, mais seulement sous la forme générale que lui avait donnée la dite anthropologie culturelle. Ses formules se retrouvent aujourd’hui encore dans les publications sociologiques, lorsqu’il est question de « culture patterns » et de « cultural heritage », d’un fonds de « valeurs et normes » générales ou d’un « consensus sur les valeurs ». Cependant, ces notions passées par le filtre de l’anthropologie culturelle ne sont guère opérationnelles pour la sociologie, parce que l’approche anthropologique s’est développée à partir de l’étude de sociétés simples, et que, de ce fait, son outillage conceptuel et méthodologique n’est pas suffisant pour appréhender en tant que cultures d’autres types de sociétés, de façon suffisamment pertinente d’un point de vue sociologique. De fait, on est en droit d’affirmer qu’en général, toutes les sociétés présentent des modèles culturels spécifiques. Il est également vrai que, partout où elle tente de pénétrer les mondes de signification subjective de l’agir social, l’observation participante découvre des modèles culturels, comme l’attestent également les travaux phénoménologiques et interactionnistes. La sociologie de la culture ne peut renoncer à tous ces apports, mais elle ne peut s’en tenir là. L’anthropologie culturelle part de l’hypothèse que la culture est également répartie dans la société et partout implicitement impliquée dans l’agir ; en d’autres termes, que la culture dans son ensemble et la culture quotidienne danfonetqu’un. Mais cela ne vaut que pour les sociétés simples. Si l’on applique ce concept à d’autres sociétés, il permet d’appréhender les cultures du quotidien, les sous-cultures et les cultures de groupes, mais non la culture d’ensemble de ces sociétés.

143. En effet, de même qu’on peut observer des sauts qualitatifs dans la différenciation sociale, il en va de même dans l’évolution culturelle, de façon en partie parallèle. Tout concept universaliste de la culture trouve sa limite dans la transformation des formes de la culture, qui peuvent s’agréger de multiples manières. Dans la culture supérieure, l’égalité de répartition fait place à une culture de représentation dans laquelle la possession de culture est socialement différenciée. La culture doit être désormais exposée de façon systématique dans des doctrines et des objectivations explicites, et doit par suite être confiée à un nouveau groupe, l’intelligentsia. Son influence est pour danpart garantie par des institutions qui relèvent parfois de son autorité, mais peuvent également se rattacher à d’autres formes d’autorité. Dans d’autres cas, cette influence se fonde sur la compétence et la supériorité intellectuelles de ce groupe.

15La culture peut ainsi être saisie, d’un côté, dans des doctrines explicites et des institutions spécifiques, ce qui incite à un découpage de la notion de culture en différents secteurs. La sociologie de la culture peut alors correspondre à une étude des domaines culturels autonomisés. Cependant, qu’on privilégie plutôt les doctrines et les contenus ou bien les institutions et leur fonctionnement, la sociologie culturelle est confrontée, dans les deux cas, à la question de savoir quel rôle jouent ces secteurs de production et de gestion de la culture pour la société dans son ensemble, et par quels modèles culturels la société dans son ensemble a été portée et effectivement marquée dans son agir. D’un autre côté, en effet, dans la mesure où son interprétation et la poursuite de son développement sont confiés à une intelligentsia particulière, la culture se fractionne. Une culture de représentation tend à se constituer dans des rapports variables entre intellectuels et couche dominante, et à recouvrir progressivement la culture populaire, sans parler ici d’autres différenciations. Il suffit d’évoquer ici les études de sociologie religieuse de Max Weber pour mesurer à quel point il est difficile de découvrir, dans le triangle que nous venons d’esquisser très schématiquement, les modèles porteurs qui caractérisent de telles sociétés en tant que cultures. Là encore, la culture doit toujours être considérée « en action », comme on l’a dit plus haut. Il s’agit d’évaluer les points d’ancrage sociaux de l’intelligentsia productrice ou porteuse de culture, la portée de ses idées et de ses normes dans l’agir, la multiplicité et le caractère indéfini des éléments culturels, au vu des circonstances qui infléchissent l’agir, et, enfin et surtout,de tenir compte des courants sociaux antagonistes ou de percées charismatiques. Cependant, il ne fait pas de doute que la culture, dans la mesure où elle est soustraite à la vie collective et confiée à un groupe séparé (une intelligentsia de la culture) et accède par là à des formes objectivées, peut trouver ainsi danforce jet dandynamique jusque là inconnues, qui se fondent pour danlargenpart sur la puissance potentmelle des idées. La simple tradition ne suffit plus. La culture devient elle-même dantâche à remplir jet d problème. Le fait que les idées puissent devenir des forces motrices dépend de bien des facteurs. Pourtant, il serait absurde d’en nier a pria m la possibilité, si l’on songe que les fondations des religions, mais aussi la science grecque, les Lumières ou le marxisme ont mis en mouvement des courants de l’histoire universelle. En pratique, cependant, la sociologie professet d tel non-sens lorsqu’elle entreprend de présenter l’histoire comme un simple mouvement social et prétend pouvoir expliquer les idées en désignant leur trame sociale. Il n’est pas de composante de la culture à l’égard de laquelle la résistance de la sociologie soit si vive qu’à l’égard de celle-ci. Cela tient à beaucoup de raisons, mais présente surtout un avantage : la sociologie évite ainsi d’avoir à rendre des comptes quant au pouvoir culturel qu’elle exerce jlle-même en défendant l’idée que la société est la matrice de la réalité.

  • 3  Cf. Simmel (1993).

164. Lorsque la culture prend forme dans des institutions et des objectivations spécifiques, elle passe de l’état de simple tradition à un autre régime : elle devient alors dantâche à remplir jet d problème, à la fois subjectif jetobjectif. Soustraite à la communauté de la vie sociale, la culture a besoin d’être transmise jetdiffusée par des dispositifs institutionnels spécifiques. Elle devient un problème éducatiftobjectif et subjectif. L’existence de patrimoines culturels contraint la société à les acquérir pour les posséder. En effet, dans la mesure où les objectivations culturelles ne se transforment pas en un savoir purement spécialisé et surtout purement technique, destiné à n’être transmis qu’à un petit nombre de spécialistes, dans la mesure, en d’autres termes, où les objectivations culturelles se transforment en un savoir nécessaire pour danstrate importante de la vie publique, un savoir général et, justement, représentatif, il doit être transmis par le biais d’institutions éducatives. La forme de transmission de ce savoir (un apprentissage scolaire au sens le plus largendu terme) entre ainsi en conflit avec le rôle qui est le sien, celui d’une sphère détachée de l’agir et qui s’est imposée aux dépens de modèles d’action traditionnels et vécus, mais qui a cependant su se rendre indispensable. La société qui a pris forme dans des objectivations culturelles ne peut se perpétuer qu’au prix d’une appropriation personnelle et d’un effort d’intériorisation intellectuelle qui transforme le savoir en espace d’action personnel. Telle est la genèse de la définition de la culture comme tâche subjective, et, par là même, comme processus, que Simmel a décrite dans son article sur la tragédie de la culture3.

17Il serait dès lors facile de déduire de cette topologie générale quantité de tâches à remplir pour la sociologie de la culture. Mais cette esquisse avait seulement pour but de montrer le lien qui unit les concepts et les phénomènes culturels dans leur multiplicité. A chaque fois, il en va de la capacité et de l’obligation, inscrite dans la spécificité humaine, de garantir l’existence d’un monde de significations pour l’agir qui dépassent la simple calculabilité de la réalité extérieure et intérieure. Pour la sociologie de la culture, qui traite des modèles communs de signification de l’agir social, ce problème se subdivise de multiples manières au fur et à mesure que la société et la culture changent de forme. La culture peut se présenter sous danforme tantôt implicite, tantôt explicite, elle peut être également partagée ou stratifiée, elle peut s’affirmer comme la culture d’une société dans son ensemble ou comme la culture d’un groupe, selon les degrés variables d’institutionnalisation et de différenciation ; parfois la culture est une tradition établie, parfois elle devient un problème jet dantâche à remplir. La sociologie de la culture doit être consciente que la forme de son objet est ainsi sujette à variations ; elle n’est pas en droit de canoniser un problème unique, une perspective unique, un domaine unique ; elle ne peut développer une théa me jet danméthode impératives à partir d’un seul phénomène. Quel que soit le thème choisi comme objet d’étude, il importe de garder en tête cette topologie des problèmes.

2. Histoire du problème

  • 4  Les « représentations collectives » de Durkheim en sont un exemple.

18Nous sommes si habitués au concept structurel de société que nous ne percevons plus guère son caractère réducteur. Rappelons donc tout d’abord que la sociologie ne s’est en aucun cas développée en étudiant les seuls faits structurels. D’emblée, des faits culturels ont également joué un rôle, lorsqu’ils semblaient eux aussi renvoyer au jeu de puissances supra-individuelles. Pour danpart, la science sociale a justement été pratiquée comme une science de la culture –et pas seulement dans le cas, bien connu, de l’ethnologie (Völkerkunde)- ; le terme de « société » a conservé, jusqu’au XXe siècle encore, une signification large, désignant tout simplement l’ensemble des phénomènes observables dans un pays –autrement dit, en un sens, tout ce que font les hommes pour autanetqu’ils forment une société. En ce sens large, la société incluait la culture, et ces deux notions étaient même tenues pour interchangeables. D’un autre côté, on pouvait parler de la société au sens restreint, c’est-à-dire de ses groupes, institutions et réglementations. Même dans cet usage structurel du terme, les faits culturels continuaient à jouer un rôle comme données spécifiques, y compris lorsqu’ils n’étaient pas expressément désignés comme tels4. Ce n’est qu’au cours du XIXe siècle que le concept de société a été restreint à certains phénomènes dès lors tenus, de façon privilégiée, pour la composante proprement sociale de la société, et qui sont ainsi devenus l’objet d’une science spécifique. Cet objet plus restreint, limité, pour l’essentiel, à la configuration et à l’organisation sociale, et donc aux relations, groupes et institutions sociaux, avec leurs classifications extérieures et intérieures, leurs hiérarchies et leurs subdivisions, a ensuite été élaboré par le biais d’une analytique générale, dans un processus d’abstraction plus poussé. La notion sociologique de société est donc une construction qui est le produit d’une double abstraction, même si elle est traitée par les sociologues comme une réalité immédiate. Au demeurant, ce caractère d’abstraction n’a rien de répréhensible. Toutes les sciences et même notre pensée quotidienne se fondent sur l’abstraction (autrement dit sur l’omission de certains objets et de certaines caractéristiques) qui seule nous permet d’isoler un élément important dans la réalité. Abstraire de la réalité un domaine d’objet n’a cependant de sens que dans la mesure où celui-ci est relativement ordonné, cohérent et autonome. Nul ne saurait affirmer que les structures sociales sont entièrement dépourvues de lien d’ensemble, et nul ne saurait nier que la sociologie a le mérite d’étudier ces liens d’ensemble. Mais l’ampleur et la portée de ces derniers dépendent de données empiriques. Cependant, la sociologie présuppose que les structures forment un domaine spécifique et autonome. Sans se demander sérieusement si l’on ne pourrait pas apporter la preuve du contraire, on s’en tient au fait banal que tout est socialement conditionné, comme si tout n’était pas également culturellement conditionné. Au lieu de voir dans l’analytique des théa mes de la structure une clé privilégiée pour l’étude des différentes conditions et données sociales, on en a fait la substance de la sociologie. Par suite, le gain initial s’est de plus en plus transformé en perte, l’enrichissement en appauvrissement, l’extension en limitation. En effet, avec la radicalisation conséquente du double processus d’abstraction, la construction élaborée par le travail sociologique –la « société »- a eu tendance à devenir une réalité en soi et l’unique réalité. Ce qui avait été, au départ, la découverte d’une nouvelle trame de la réalité est devenu l’absolutisation d’une composante. Le « social » est devenu le noyau de la réalité, la construction s’est muée en réalité, d’autres domaines de réalité ont été occultés et réduits à des épiphénomènes, et il n’est plus resté que « la société » et les controverses relatives à sa définition. La sociologie s’est enfermée et nous a enfermés dans le cadre clos du monde comme société.

19Pour mesurer l’ampleur de cet enfermement, il faut observer l’évolution de la sociologie en lien avec l’ensemble de cette branche du savoir. Si, dans la configuration des sciences, la sociologie était demeurée une discipline spécialisée, dans laquelle quelques connaisseurs avaient entrepris d’étudier le social à l’état pur, la limite de leurs abstractions partiales serait restée visible –sinon de façon consciente et théorisée, du moins de façon inconsciente et en pratique. Aussi longtemps que les autres sciences de l’homme, ce qu’on appelle les « sciences de l’esprit », étaient florissantes, aussi longtemps qu’elles faisaient partie du tronc commun de la culture officielle, que les sociologues devaient passer par l’étude de ces dernières avant d’accéder à leur discipline eetqu’ils puisaient leurs données dans le corpus de savoirs de ces mêmes sciences, « le social » n’avait guère de chances de revêtir les contours d’une réalité autonome, comme nos classiques nous l’enseignent en permanence. Mais à partir du moment où les sciences de l’esprit ont commencé à perdre elles-mêmes leurs certitudes, les sociologues à être recrutés au terme des seuls cursus de sociologie et la sociologie à se doter, avec les enquêtes sociales, d’instruments spécifiques de collecte des données, coupant ainsi le cordon qui la rattachait au corpus de savoirs des sciences de l’esprit et employant ces outils pour extraire pour ainsi dire de la réalité le « sociétal » à l’état pur, l’abstraction de la sociologie a commencé à se falsifier jlle-même en se faisant passer pour la réalité. Ce qui avait pu enrichir notre connaissance de la réalité humaine s’est présenté dès lors comme le seul savoir essentiel sur la réalité « authentique ».

20Ce constat est particulièrement frappant dans les cas où la sociologie a tenté de sortir de la cage de verre du « social » et de reconquérir après coup, au moyen de sociologies secta melles, les larges domaines qu’elle avait auparavant exclus. A quelques exceptions et résultats ponctuels près, il n’en est guère ressorti au final autre chose qu’une production danmétastases : les schémas sociologiques, transposés dans tous les domaines extra-sociaux, y ont proliféré jusqu’à devenir des réalités autonomes et à anéantir la réalité extra-sociale initiale. En effet, toutes ces sociologies secta melles qui ont surgi en grand nombre et peuvent se multiplier à l’infini suivent le même schéma. Elles ont toutes au départ le vague projet d’étudier les relations entre la société et, disons, la littérature ; les présupposés sociaux, les conditions et les formes sociales sous lesquelles celle-ci se manifeste sont alors analysés dans les moindres détails, à tel point qu’il ne reste plus rien de la littérature, en l’occurrence, selon sa logique propre et sa signification singulière. La religion disparaît derrière son organisation et sa fonction, la littérature derrière ses conditions sociales et ses finalités sociales, la science derrière ses structures extérieures. Tous les corpus de savoirs qui avaient été considérés comme réels, du moins dans des époques antérieures, sont engloutis dans cette sociologisation qu’il faut bien appeler totale, et, à la fin, il ne reste plus que « le social ». Le reste n’a plus d’importance, ce n’est plus qu’un épiphénomène, une idéologie, un reflet, une superstructure. Tout est explicable par le social et tient sa réalité de ce dernier. Toute incursion dans un domaine nouveau ne peut aboutir qu’à la confirmation des schémas sociologiques bien connus.

21Il ne faut pas oublier, cependant, que toute interprétation de la société est inévitablement une interprétation de l’homme. Si l’on mesure la réalité à l’aune des résultats de la sociologie actuelle, on a affaire à un homme qui n’agit qu’en fonction de motivations et de déterminations sociales ; car les structures ne peuvent constituer un objet autarcique que dans la mesure où l’homme est ainsi engoncé dans ces dernières, qu’il a intérêt à leur existence et qu’il est déterminé par elles. Il manque ce qui aurait malgré tout donné à l’œuvre de Weber la marque de la sociologie de la culture, même s’il n’avait pas traité de problématiques attachées à celle-ci : le sens de la multi-dimensionnalité des motivations et des compréhensions humaines, que la sociologie actuelle exige de recadrer aux dimensions du « social » et de lui seul. Max Weber n’a jamais perdu de vue que le sens de l’agir se ramifie à l’infini et dépasse nécessairement « le social ». Le rétrécissement qui s’est imposé dans la sociologie n’est pas le résultat d’un parti pris fondé ; il est la conséquence indirecte d’une perspective de recherche, et n’a donc jamais besoin d’être explicité ni justifié.

22De la même façon, la sociologie n’a jamais été jusqu’à renier fondamentalement et explicitement l’importance sociale de la culture. Ce n’est que dans l’orbite du marxisme qu’on en est arrivé là, en fixant radicalement la société au stade des infrastructures et des moyens de production, et en déclarant que le reste n’est que simple superstructure. Bien que cette vision n’ait pas tardé à déclencher de multiples controverses au sujets des facteurs réels et idéels (autrement dit, pour employer les termes de Max Weber, des intérêts et des idées), la sociologie n’a pas suivi Marx. Elle a plutôt oublié la culture, sans que cet oubli fût explicitement motivé. Ou plutôt : elle a développé à froid sa propre théa me de la superstructure et de l’infrastructure, dans laquelle le facteur décisif n’étaient plus les intérêts et les déterminations purement économiques, mais ceux qui étaient inscrits dans les structures ; dès lors, « la société » est devenue la réalité proprement dite, tandis que la culture n’était plus qu’une façade jet dansuperstructure. En ce sens, la sociologie actuelle, dans ses grandes tendances, est un marxisme généralisé, qui pratique sa théa me de la superstructure et de l’infrastructure sans la professer explicitement. Le refoulement de la culture hors de la sphère de la sociologie s’est fait sans bruit. Une œuvre d’une influence aussi considérable que celle de Parsons confirme l’hypothèse selon laquelle la conception réductrice que la sociologie actuelle se fait de la société n’a pas été le produit d’une prise de position claire et responsable au sujet du pouvoir social de la culture.

  • 5  Cf. Kroeber / Parsons (1958).
  • 6  En dépit de ses connaissances hista mques, le sociologue Talcott Parsons laissait la culture, rédu (...)

23C’est là l’un des paradoxes de l’histoire des sciences : la théa me des structures de Parsons a été marquée de façon décisive par l’anthropologie culturelle américaine, qui, à partir des traditions des sciences de l’esprit allemandes, avait forgé l’idée générale que, dans la vie collective de hommes, la culture était donnée comme une unité de signification fonctionnelle, pour l’essentiel dépourvue de finalité, mais transmise avec art par la socialisation, qui garantissait l’unité de la compréhension et de l’agir. De cette conviction qui, à l’époque, avec la caution de la psychanalyse, tournait principalement autour du thème culture and personnality, Parsons a tiré pour sa part la conception bien établie selon laquelle toute société dispose d’un tronc commun de valeurs et de normes générales qui coiffent les particularités des rôles, des groupes et des institutions et remplissent danfonction d’intégration. Pour Parsons, la culture était un donné préétabli et incontestable, produit par la société et susceptible, en cas de troubles, d’être adéquatement reconstituée par celle-ci. Elle n’appelait donc pas un traitement sociologique spécifique. Par suite, il n’est nullement contradictoire que Parsons ait enjoint ses élèves de ne pas ignorer la culture comme donnée spécifique, à côté des systèmes de l’homme et de la société, mais n’ait eu personnellement rien à dire à son sujet5. Parsons n’a pas vu qu’il n’est pas légitime de prendre pour donnée de départ la culture dans les sociétés primitives, strictement conditionnée et non problématique, pour en conclure que la culture, de façon générale, ne pose pas problème. La théa me structurelle s’est développée avec la conviction confiante que toute société produit une culture d d’intégrationEt l’accodes théa mits dans les s n de la liomme uoe et sa fola liommeispositiot à la e la liomdau conceptdl’unité fonctionnelle que l’anthropologie culturelle avait développé pour lu csmois de significations de la culture.Lees normes et valeurs d d’intégrats présupposes commecaldant de oin ne poavaient existet que parce que n de la liomme uoe, cohérense d’un point de vue fonctionnet. Le concept de cultura développé à partir des sociétés primitivei avait ét, transpos,e par desnvoisn singulières, à toutes les sociétés, mais cs présuppost demeuuoe, cependant fondamentalementopaique. dans cs contxite, ilme uoe, impoisible d’élaboper uneapproche des processus spécifiquement cultures, en particuller de la problématique de ces derniers dans les cultures développées et dans les sociétésmo derees sicularoset6.

De cette manièrs, ce quime uoe, au départun aoin d’abstraction est devenu lecparaen éouffvant d’une image du mond, qui passe de plus en plus à côté dr la réalité. Ce constat est particulièrementpastentlLorsque la sociologie s’intéresss à des évolutions sociales d’un point de vue hista mque ou rorspectfe, en d’autres termes lorsqu’elle abord lle pasté ou l’evenie. Que le costrbuction peut apporter à l explication des processus hista mquee une discipline qui, au moyen d’une connaissance dnscrpctive, à suvoir n de la litation et la différenciation sociales, transforme les structures socialeseun processus autonomi et i dépendant, voire en simple autmatisme hista mquedfont les granes égéements culturel ( dison, la science et la hiloso hice grecques, les fondateurs de religions et les réformaleurs,trels e Bouddhas, leChris, Maholet,Lauthrs, mais aussi ees Lumière,u le marxisme et leinatioialirme)sre trouvant exclus commeccocestoires et sansimportance, tandis que des évolutions ainsi déclencnées, qui ont pour certainesiété déterminentesependant dsmilblnlaires, et marqunut encore à bien deségarsr notre réalité d’aujourd’hus, sont désigners comme les épiphénomènes de stunations sociales?. La rloyacue dans l aut- déterminatiot de la société,cpensée se perpétuer par génération pson ande, fait que la sociologie a recours à l’histoire parce qu’elleune comprend pas lsu momenrs de uptsure où des réalités tout à uoe, nmédtes l’impsment dans la société, na liommeiforment et na li bouleveraent.Rlien d éonndant, par conséquen, s, comme on l’a vu touttréeamment avec la évolution culturelle, sesivisioni d’avenirpassentnsi rouvant à côté dr la réalitt, faute ’avoirsu intégder les couches de réalité qui te sontpaes sociales au sensrétroit au terme. Dans toutescdes évolution,s prcissémene, des faits culturelsmet d’autres types de faits le mlment axe faits sociaue.

  •  au « socialisatiol » e uoe e à l’olignpe, l’inproduction Dans la culture : c’est ainsi qu’elle estu (...)

>5. Partoute le domaine de la cultureest présenté comme divité en rôles spécifiques, ou bien comme une vague sphère de valeurs générales. La culture devientuon fait social qui te erit plus quLà eutr tenir ue fonctionnement de la société. Dans bien des introductions à la sociologi,r la rfférente à la « culture » comme cleuse desaouv garde, qui permet de l’oubliet plus comlhntement e suite,pprocède aussi de cettesformecrastiée. les approchssintéressantessfont lt plus rouvant éouffnées dans des risionnemenss sociologiquesso orcifiques, comme dans

Ce te sontpaesl à deshasgarsr et desspanlsu momenannées, C’est eu cours de la sociologis, qui uiet la direction Dans laquellesoufflle levment de l’époque. dans cette stunatio,anforce est de s’inerroger sur les circonstances quisont enarannécLe rétrécissement de la société à saastructure, devenu entregtemps un tulirme, et uleté ainsi cette e la liomauaarags de réalité socialevmérilmble.

e. les raisont de l’occulnatiot de la culture

  •  Les différents courants ue positvxismetanlien avaientrconstammentechercdé à découvrir «uns systèmu (...)

75La réduction de la société à saastructuri est le produit es différentesinhibditions et difficultés quisont rédui à néans lsu multiples tetlatives d’élabosation d’une sociologie de la culture. Le concept méthodologique qui a pomue une science strictement empiriqus et systématiqueat joué un rôlt importan,e teu qu’il s’est impos,r notammeni, dans la conception américainn d’une «  e. Le caractère empiriqus de la discipline pouvait plus facilement être appréhenpé à partir des faits structurels, qui semblaient pouvoir être saisns de façonoubjective, quLà partir des faits culturels, au caractère mpalptable, qui semblaientine jamais se prrter à une définition unipoque,niu pouvoir constituer es variables susceptibls, d’êtreisonées dans le cadre systématique e, la sciencenompothatique () que lion smpiaui à constriure. Pa leur caractère manifestment individuee, les faits culturelssont es ouure uppostune résistance à l’idée d’évolution et à la coma raiso2. Histrtiquement,ils ss présentent au sion d’une multiplicité d’rndres impoisiblus à coma ter, alors que les structures socialee, elles, semblnut s ordonuer dans la contincité d une térie d’évolutios. La cultureest fermée au conceptdea sciencenompothatiqur, e, les quelques tetlatives quisontiété esquisdées en ce sens ont tornnécPourn. La saisit méthotique des faits extérieuee, xigrée par lenacturaxisme et lebehavriorirme, et toutaua moins encuragrée par le positvxisme et les recherches socialee, ne peut que pesser à côté des faits culturele ; elle ne peut qu’avoir enhcorruer les idées nt les significations, tout l’rspect intérieut de l’agitau quee la cultureest attachén d’une manièrs ou d’uneautrs. A tout c la l’jtoute enfinllesouhfait de posséde, à des oins de légitisationac admnique, un objet qui te en conmond, avec aucun autreent qu’il nesoait pas nécessairedel partarer avec d’autres disciplines. La e la lioma isats fait toutescdesattntmes.

Pourcles raisont méthodologiqusl et patfiques, cncrhnts, mais aussi extérieuree, les faits culturelssont été caités ue chmp de la consciece, tandis que de travail sociologique s’est réduiaeux qgestioesdte e la lio. Ce refoulementa, en fon de compte été cofporte par l institutiotlLorsque la sociologie s’est profestionnalitée et est devenue une discipline restreignant la fornatiot de sa propre relèvr à unepliomme tude de la sociologis,(autrement dit, prcissémene : des structures. dès lors a fait déauiaeux sociologueslla simple connaissance dns faits culturelsmempiriques queretdiennans lsu sciences de l’esprie. Ceute ignosanceae persns de perpétueren toute bnnre consciecn la e strictiot à la e la liomjet priié la notion de culturedue toutnmondement actues susceptibl de lui cofférer unec résibilité.

e siècle. Lempot drGoebbrelsmest femexe : «Qu andjc’entedns le ota culture,jde sosu mun rvover.e » Maisil fadrvant être avuglre pour ne pasuvoirique, pour leinatioia-socialirme, lu pouvoir culturelme uoe, aussi important que le pouvoir social et oalifique. Il ne pouvaitien être autremene. Si la culture a dispaus au sensetesfouelaasforme qui étaient les ssensadu XIXe sièclt, il fauteun prendrefactioLla qgestio, qui se pose immédiatement est de avoir enquoi a coniestécre changement desform, et qeli est le nouveauviusage –etlla stunatio-t dr la cultureaujourd’hus. Cependant,aAu lieu de constaier cu délpacementpprooend des c ordonnees générales dr la réalitt, la sociologie n’a fait que ln fgier. Au lieu de prendrela mesuredre songtempe, elle s’estadaptiée àla mesuredungtemps.

f. L’essoe et le décfon au conceptdea culture comme enpeission ue changement culturee

  • Jjusqu’aumi lieu du VIIIXe sièclt,dDans toutes les lngques, le termeme uoe, s socie à un gésiti, qui (...)
  •  d’auteul n’est i en minus quIsaiah Bercfon (1958).

C’estadu XIXe sièclt qu’e été pré le concept social de cultureti que la culturt est devenue une puissanc à part entière, othén d’us contenu spécifique.Herde,aujourd’huanpeimque oublié enAallemgnreti que uionre découvre à l’ommegmer comme un pnsseua évolutionlairee,ae comun avec l’idée le prgprès univeraalistd des Lumière, en faisant une découvertenriceu de conséquences : lespeupales sontdees cultures devenuus hista mquee qui, en raisot de dour singularit,s ne peuvent être coooensus avec aucun autre.Lles sciences de l’esprit ont approoensi cette notion de culturegprnce à dour travail hista mque et systématiqus.

Cependant, la notion de cultureddu XIXe sièclt n’est pas seulement le résultat et l outis dr la recherchl scietcifiqui. Ellefvait patfvedrel’histoire desdogmues, mais aussi del’histoire ds la société, parce qu’elle est devenut,ionlre saet, un élémentc enarls de l dsée qme la société de l’époque se fait u’ells-mêmn. La sociologie actuelleest dm unle fae àclefuoe, important –l’éducatoen commeinstrumeni d’schensior, l’attnttion portée à la culture commes outent du pouvoi,r les idées commefsuite hors de la oalifique.Qqme la notion de culturevait éts caites, au cours de notresièclt,dde l dsée qme la société se fait u’ells-mêm,e q’elle ait éts réduiee à un domaine socialementccocestoir,s la vie culturelle,ent qu’elle aitfvait lfae à un uru conceptdea la société, n’aau pemlietabord rien de frappantete pourrait appmître comme une norialisatioe à laquelle on pouvaitsl’attndure. Pourtan,e il faut voir dans l’essoe et le décfon es cs concept un processus important del’histoire ds la société,us changement dans la vstion culturelle que celle-ci avait u’ells-même jet danulnatiot dans la stunatiot dr la culturn, quiatieu dns conséquencse décisivns pour l’existence me la société dans son ensemble. Bienentedux, les connaissances des sciences de l’espritsont été intégnées dans la notion de cultureddu XIXe siècle. Mais seule la stunatiot singulièrt dr la culture àcletteépoquea faiteontrer cette notion dans laadéfinition qme la société sedconnait u’ells-même je l’a enriches de nouveaxn élémenlr. Della même façon, le décfon au conceptau cours du XXe siècle snt le résultat d’une nouvelle stunatiot dr la culturs.

dans desgtemps de prists et de coolait,saleMmoyenAgre troua unn outent dans la religion qui, lfasée Souelaanpnoteatiot institutionueale de lEgalile, oenaui à l’comme une lfae bien définue dans l’odrge du mond,eutnmuerlisauit par à unrepièrt pour lta iotration ppirctueale et mralre.Lles boulevernemenss introdaits par laRréforme fvorisrment lEltat siculier, quidoutnmondr, par le biais d’une rguementatiot non religieusx, lesdtroits et les eavoirs de l’commeLà partir de sanacture et de an raisot commemprprgactive us eoure humai,i et déclaier que la religion était uea affaire priimn. La hiloso hiceetlla science l’affirsrment ainsi comme dls puissancesabsolement autonome,e qsi reveotiqaisent da mgdmoinue ppirctueale et mralre, à côté delaasfia. Elles aussi présentrment au dbunt leuu pouvoir comme la manifessation d’unenévdrece, maisrellessme divitrmentien différents courants l dsésf. L’commeLétait pris entre différentes puissances culturelle elles anlienme,e qsilqui étaientfami lières, et les nouvelles, qui étaientddé unls. Ce quiLétait nouvea,s dans cette stunatio,a c’est aussi qu’il nyi avait plus d’onstancs susceptibl detbranchur lu coolai. Ce quiLétait nouveas égalemen,a c’est que les puissancesmo derees te en limitaient plus àuon meusageunique et définitfs ;aAu lieu de elae, ellee produsvaientrconstammentdce nouvelles idées nt connaissances et ipoqtaient même la ooisiilcité d unemo derlisatioe de la religios traditionrell. c’est cette stunatiot radicalement nouvelle, dans laquelle le coolaie jelaanproduction des puissances culturellee elles-mêmes était devenus l’onstancs d’ncrsage ppirctuen, quiat pomue le concept de culture comme définition pertinenmn. La « culture »occpanla pacn luisdén vcsante car les traditions jelaa religioe, elle dour uaccéat et l nsattndait u’ell,; dès lors, uneta iotratio,e q’ellesoaitoubjectiv ( une ission ue mond)nonusuubjectiv (l’éducatoe)e. Il est donc tout à uoe,ologique que lion ait senté à bien deségarsr detbransformrt les nouvelles puissancesens nouvelles religions : les religions e, la scienc,: les religions e, l’éducatoen et des humnitésonu les religions oalifiques. La culture était devenme la nouvelleusta té mpirctueale de la société, il flelaitsuvoirne, l’éducatoen ee, de façon générale, prendre part à la culture pour trouver uneoissue ppirctueale et uneta iotratiot patfiqus, commeen dmoeignent juslement aussi eesunioeséducativnscouvrièree.

Il estv ra, que d’autres élémenltsontnpourie le concept de culture.Lles culturesinatioiaels, qui sr constittrment à partir du moment où les particularité,: lesmœeurs et les institutions traditionrellesfurmentsupl antese par l’histoiremo deres des religion,t lEltat siculies et les formes d’un suvoir proanre difustese par La hiloso hicn, la littérature je l’art(icurminenn rouvant dans un certaia « classclirme ),ent quigniagurtrment àchlaquasfistdce nouvelles tradition,sfurment importanese à un doublestiure.Dd’us côt,e ces formesffortment individnarose,e qui te poavaient pessergni peçques, s’intgrtrment dans le concept de cultureen fuerlisaontdees preuves particumière, de ae puissanc dr la culture transmise.Dd’us autre côt,e ces culturesinatioiaelt siculière, inflécirient pr tout des r présentitions desr apporns entre tes puissances culturelle e des oialités de dourraction ntdeesoubjectfs de dour coolai. c’est ainsi que lespeupalesdouoppénse forgrment des r présentitions différentesdle la stunatiot culturelle me la société sicularoses, qui sr trapuiirment dans les conontitions spécifiques au termeous, commeenFrtance, dans le hoixs d’un autre terme( « rivilisatiol )e pour périrle la stunatiot de la culture.

e sièclt comme culture étaitoubjectivment trbucraire d’une nouvelle stunatiot culturelle.Lles sociétés pdmo derees ss présentaient incontestablement à liobsermaleui comme dls culturer, avec lour image du mond,invgestet dans la religiononu lemythes, qui ’accemplistait dans des culens et desrilens et duvauoe, cimporgement dans desues nt cutumres. les inssances socialesveillment a, mantrien de la culture, oent le contenumest ixté.Lla sociétémo deres appréhende sa conditio, à raevers le concept de culture : eluie-ci consrves avant tout dr caractère poavantetefluiden de la culture, qui n’est plus attachén à l’asta té d’onstancts et de traditionsfigrées, maisest r préd,eutnixtet en permanence.Ccofpomlément àclette nouvelle stunatio, le concept s ouvre à aanprise en compte ds toutes les puissances poisiblue. Il présentssue tout un doubleviusage dsJrans, parce qu’il englbue le pouvoir des tradition,e des idées et desmœeurs, tout en ospant dans ll présen la culture commetârchl à accemplrt et na li proongepant dans ’aveniren tanetqe mprocessuf. Soue tousncesuspecs, le concept de culturr, avec sesivariantes, t étsllafpomeuleexfacte permetentdce résrmrt l’eptérience me la sociétémo deree. Il englbue lsiommeiformitions jelcse délpacemenes dr la religioe, lagenhèse d’une nouvelleainhlelimeneiat non religieus, qui est une nouvelleainstancs publique, eaarags des anliese pouvoins jelcserprétnttions des nouveaxe. La réalité socialedde cette aut- définitionae manifestment trouté son enpeission dans l’existence d’une nouvelle couche culturelle, dans le coolaie des granes courants l dsés,t dans les reveotctitions desnproducleurs culturelsmet dans lesattntmes de dour lieadèlt A tout c l,s dans le cadre de lEltat culture.

e sièclt smpiaui àestaviliier.Ldes tradition,e q’ellns aient étéiessers de l’mérilageoccvdrenaly communose desnmonsa proprns des culturesinatioiaels,ses sont affaublisonuoent dispau. Oon aocesté decrtoire qu,t dans un processus culturel porte par de travail de l inhlelimeneiat de la culture, la société lelait en veni,e ns uivsant une vois pr déterminre, à rsoudrl sse qgestioes et à remplar les ârchse qsilqui incumbnet.Ldes anrsagus sociaueautrsfist s socies à cn processus( li buageorise culriime je lEltat culture)l n’existent plusaujourd’hus, l inhlelimeneiat de la culturoccpre da toutautrde position dans la sociéte et te en coçoait plusells-mêmedDella même manièrs. La culture littéroir,spartstmiqusete inhleeactuelle, lorsqu’elle te erit auels’ngaglement oalifiqu,t est devenue uilqxomoutune inoustcrs. Laadmocpatfve socialementcconstittée et oalifiquoment rgmansdén te enrv gardt plusells-même comme une commuautté susceptibl eit seute ds rsoudrl lesmisisioni qsilqui incumbneren tanetqe cultureti par La culture. Ce sont à présen des problèmes sociaue et oalifiques, desnmrncts et dse décisioni qsipassent par La oinstitutiot d’uneopiniios, les compomirs d d’inrêts et les considérutions echnfiques, qui occprent autrilirlement le devnet de la smène. Cse changemenstpasteneeone, costrbuté au refoulement dse qgestioes culturellee car les sciences sociales. La culturetnelle qme le XIXe siècltls’n tendaitsl esteentr-gtempsmarignilnsdét. Maisilsteaitabsuedre d en conclure que la culture a dispaui. Elle n’t plus la mêmeviusagensi ees-mêmes contenes, jelaatârchl de la sociologie est de découvrir la nouvellesforme de la culture,a fon de comprendrela société actuelleddans sadimhension culturelle.Lla sociologie de la culture,ssi elle tevpeut pas ludhur lu présene, ne peutslta iotuerennfonction au conceptdea culture et de l’idée lela cultureddu XIXe sièclt,nie, de façon générale,ennfonction es formesaintérieule e à minusdue se ocailiiessuerdlsiiphénomènesptérpmériqusl et des problématiqueserronsésf. aa qgestio,majetureest plutôtdde avoir commetela société actuelle sr constitlt comme culture. Si la culturesfouesces formesaintérieulee a dispau,e il faut découvrir la nouvellesforme dans laquellevelle n’est méamorphosimn. La qgestio, qui se pose est donc tojcours de avoir commet,t oùti par qui oentpprduien,s encuragréns et difusteselles idées qui oent seulas à donuer uneta iotratiot aux intérêts changrantsetefluactanit,sets à cofférer usoubjectfe et une légitisation à l’cgratioLle XIXe siècltfunt trbucrair,e de cn point de vu,t d’une inhlelimeneiat culturelle circoncruite, queTheodor Gefgiea tetlilqui aussi de définer. e l’époque desmpes-mmédi,, cependan,n me la société e, l’éducatoes, des s socratioe,s un lturaxisme et me la vie culturells et ducativ dmionisrée par at oalifiqu,t l inhlelimeneiat te en conmont plus simplmment avec l inhlelimeneiat de la cultur au sens anliee. Que le snt l inhlelimeneiat de cette sociéte et commeteslesform-s-dellt?. Quee snt sonncrsage sociat?.>danssques, courants l dsés,sle stum-s-dell, et qels, courants l dsés,pprdui-dellt?. Que les oyauttes idéelles et qvelles itnttttes sociales oent spsmoaleurt?. Quee rlme et qvellsmisisioi reveotiqm-s-dellt?. Quee pouvoira-s-dell,acsquie parsesa proprnsnmrnct,t qeli pouvoir d’sesur-s-dell, uiliraisot avec eesnmrncts socialeseet oalifiquet?. Que les dsés,t qels, problèmesjet ltuencativns sontee jet,t autour et qels,aoxes s ordonunt-iele?

La sociologie oaitfvarue pessercle yper et qeestioesau pemlietpl ae. Le chmp ds, problèmes qu’elle , à raituersl’ tene à l’enfis, comme l’,mcosttsllatropologie i-dcessuf. si ellevpeutnévtdar ldécltlemen,auelledoint tojcours garderen vue samisisioi pemltèr,, qui est de définee la société comme culturs, ce qui conuoe, nmvistablement àse memandrt oùsle stumt l inhlelimeneia,t qvells snt ae position sociale et naquoi coniesde sa production inhleeactuelle. dans les sociétésrpr-mo deres,e ces qeestioesine suelèventgutère de difficultés fondamentalse, maisrelles devienientddplicadse des quion d d’inresssaeux sociétés sicularosesmo derees et sr tout àla société actuells. découvrir celle-ci dans la spécifclité jelcserproblématiquesdauviusage culturel nouveau qu’elle présentsaujourd’hus,ent pouvoir ainsi commenuer à la comprendrefadéquatemens, C’est à un des granes défesax qels,estccofronrtéeune sociologie réalitrs.

e.Lla significatiot patfiqut de la culture

La qgestio, de avoirqQuee rlme incumbt à la culture dans la sociéte n’est pas seulementunea qgestio, ldéocle ; elle possdes, au contrares, une portéeeassenieellement patfique.Ene effe,tchlaqua sociéte estccofronrtée à des difficultés qui ne peuvent être rsolquesique sur lt plne culture. Si la sociéte estuon fait pemliee,il n’en va pas autrement de la culture, oent la significatiot patfiqutest atrestée par le fait qu’il n’est pasdea société aoes cultur. Nuelle arts, lescommes te ensone, cossentps de confglitatios, d’onstitutionsentdce rgllemenmitions structurellns, même ie ces dernière, étaient économiquement oorgoists et socialementisats fassantef. L univeraalté delaa religion atresre qu,t ds toutenévdrece, les besoise humaist dépassent l aut-affiriation socialf. L’comme te en présents jamais comme un uir être socia>. Partoutentousnconstaonus qu’il estuen êtredea cultur,e qu’ilsnec rme un mond,dea significationt dépasans lsu faits sociaus, même ierellessoent monées à ces derniersoua conditiontese pareaxe. La sociéte estvitable, comme l’histoirenSouels’onsigune i variablement nt avecinsistanc, parce qle,en tanetqe cultur,auelle recnnmît, la lminht de sa propreeiffiaclité.Sdans ude culturevdaptié,i la sociéte est aussi eutvitablsique dans ude e la liomadaptié. S,tlLorsque le contexts chang,auelle peutecnnmîtrl le décfon à leuse de problèmes structurels,uelledoint aussi prendre en compte des problèmes culturels qui ne peuvent juslement être urmonltés qn’en faisantapprelmà dessvolutions culturelle. Sson existencs, au fon,l n’est pas minus un problème culturelsqu un problème structure.

La sociologie de la cultur peut et dueait donuer au peuivedre sonimportanct patfiqutntsl’ata qanptaux qgestioesuageentesdle la sociologie.Qqme des problèmes desspyesens vois de dvelopprementioaient pour daulage partdeanacture culturells stc tout à uoe,névdrene, maision n en t pas encoretirté les conséquencse. Il en vadle même d’autres problèmee.Lles mmignes et sr tout lsiommavaialeurs d’rlignp ommegtère qui étblissment dans esspyesd’acusial onst penses poers un problème d d’ingriation socials,ention retiient pen compte desgraeves problèmes culturels qe cn processus suelèv, pour les daux patfves. La costrbuition me la sociologie de la cultur esteencore plusuageente pour d’autres problème, pour le qels,aleseexplctitions des sciences socialee te sont rouvantoque desexercincse débosatfes etvirtuoistn, qui luisment de côtéllsiiphénomènes qu’il sagait u’explquree. Lenerroorirme ne peutêtre appréhenps, et moins encren explquté, name tuians lumi lieu d’rlignp des rimtinlrsouaeon iipoqtent dse confglitatioss sociales.Ene effe,t toutescdes « leusst i euuoientput enaranersmielleustres réuctions comlhntement différenteseit sln t bien été lecrae. Pouquoison-relles conuoe,auenerroorirms,ent pouquoiil exist à nouveau desgtrroorintesaujourd’hus, C’est àlaa qgestio, décisive qui est ainsi ludiée. leseexplctitions ionteseapprèscop, pour les poacemenes drncontesttgion étuianue, pour la évolution culturellsonu les nouvellessrectes drjeunesppassent toutautannt à côté dr dour obje. c’est aussi eecra, lorsquion tetredel disimeulur lu problème olus lsu conceptsainsignifsants comme le «man que d itnttttt »,vtoire le « déauidce sent », lu festéinfbrancuissablsiqis sppr les confglitatioss socialet penséstêtrealet aoists etllsiiphénomènes pensesêtrealet effesr. Aussi onggtempssquionrresre dans le crcaon de ceseexplctitions structurellns,ion re peutssuiirsfadéquatemenensi eesiphénomènesnui douet aoist,t juslement parce quio,m et tout simplmmenteentreppreothèsns eesiphénomènes ppirctuensentdontps ’us conten,(autrement ditllsiiphénomènes culturels, et qv,e par suite,io,sesmrnpende sur lt caractère des problèmee.

  • Simmee enrvfu sa enpeislément à voir dans a société autre hose squ une multiplicité ea sociérosai (...)
  • Cn’est parce qu’elle possdes ffene évolutioniesre que la sociologie divier la réalits sociale n i (...)

C’est en v garannt à nouveau la société comme culture que la sociologievae pouvoir découvrirdde nouveaxnfraies etdCse changemenst qui ne peuvent être entenee parsesagrielles sanalysneplioementistructurelln.Iil fadrviti commenuer par ues approche réalitrn au conceptdea sociéts : la sociologis,ddans esearguementatioeshabrctueales, cnnsidrlsique da réalits vadleioar, alors que fait déauilsa propciéte essenieells ’us concep, à suvoir descruiière, d itnttificatiotdl sse objesr. e l’évdrece, cs conceptdointbveacop,adu mond,rpr-mo dere,s dans lqQuee lsiomrbus, eupalesdt Eltae, étaient pour l’essenieer desunités clirlement sppsés,t dans le qvelles l autonomet oalifiqu, jelaafpermeture culturells lelabneren générae de aner.Clt n’est pasushasgare ieTalcott. Paisontest patis un princigt quLàchlaqua sociéte crrjespodtait uea culture;e et lt n’est pasushasgare non plus s Georg Simmee et Max Webersont ebjeué un conceptdea sociétt ainsisinfhs shlématiquemens, parce qu’isn avaientrclirlementen dtrealet différentesdimhensiors de la sociérosation,et,e par suite, les rcopgemenst etllsiannagonrirmns entre tesformitions socialee, qui te permevantoque dans d rarlet aasus décopsageensunités sppsést.LLa sociologie euuoe, tout intérêl à p prendre à nouveau àopprsir des disinuctions entre sociérosatiot oalifiqu, je sociérosatiot culturells( dansppler d’autres dmhensior)r. e l’évdrece, l autonomet ’usEltat te uffint pas àen fareune société,sdanssqoSi laSlovlaqiee à laquelleHitler accarat pourqquelquesaonteseuneexistence autonome dervant être v garrme comme une sociétf. L’empire desHabs buage étai-il une sociétt?.Su’ilndeppvinnt pas àsesmrainheni,ecltfunten rmands patfve parce qu’il était cimposn d’une mult tude de culturesinatioiael. Si la sociologis,d’us côt,e itnttifre comme les sociétés desgrcopge, ters que lesEskimo,: lesN avjosonu lesTziganen,s en raisot de dour itntttte culturelle,eelle dervant égalemenn d d’trrogiessuerld itnttttt culturelle comme imhension oinstitutvme les sociétéslLorsqus,d’us autre côt,eeelle désigme lesEltae, comme les sociétés parce qu’isn oentpoalifiquomentienpependanst.

.LLa sociologie n’tjjusqulictgutère pris en comptels’efpacement des culturesinatioiaels, quisont porte, mrqutseit mmeifortélles sociétés de l’époquemo dere,s dansppler den mesurrt la significatio>. Maisuon fucleut plus jours drnconséquencse encore pour l’évolution snt le fait quecle décfon ees culturesinatioiaelt ’accemmgnre d’une inhrinatioialisatioe de l inhlelimeneia,t qui trouve son enpeissionistructurellt dans la vhl scietcifiqut etllsi rgmansmitions inhrinatioiamee.Lleslliese de oyautts et les itnttttes de l inhlelimeneiat contimpomaine ne peuvent pas être tittsssuer la caine sociologoque un mond,dees « sociétét ioLla production d’une culture inhrinatioiamsuninfhée, oent le uaccs demeume incertai,e estvissiblement à liodrge duujoue.Lles onuventionsbilatnérale,tllsi rgmansrmns inhrinatioiaue et les locns oalifiquee te sont aueleas seuse à l’ngprsirau-dcessus de la souvemaintté des société,s dans le domaine dse qgestioes oalifiqueeent économiques ;ons vont égalemenn appmître desgrcopgemenst culturelssupra- étatiquesiqsi cdifiest aussildes société,s qu’il sagasse me larennaissance sannlienme sphière, culturellee religieuss (lislam,e parexrempe),n me la fornatiot de granes courants inhrinatioiaue l dsés,poalifiques, ou d’une inhlelimeneiat inhrinatioiams de la culturr.Clelle-c,t avec l inhrinatioialisatioe de la vhl scietcifiqut et culturelle, œuvre à aanproduction d’une image du mond,uninfhé,d’us point de vun inhleeactues et dispos,d’us gran nmbtredeaureMais pour l’impsmereot patfiqus, pamir le qels,alUNESCOe et lePEN Clube te sont que lespplusvissiblee.Lle fait qu e dans lappl partdeesspyes, l inhlelimeneiat de la culturrv gardtaujourd’huaevers u’entérieue, quesles nores nt problème,(vtoir,sddans udeulage mesur,e lare connaissance et len outent sontel le fait liobje)tioaient défines de l’entérieu,ent qu’ellesei trouve ainsi lfasée à dstsanc dr sa propre sociéte et inapaibl de considéeir celle-ci(autrementqtlt comme eecra, particumsir d’unmo dèlt univeruen, constitltus changementpprooend que uion n’est pasen mesure de earcuvoir à raevers leporirme d’une cnception stricoementistructurelln me la sociéte.Lles sociétéssont erddullour imunite culturells et lsu cm ospanens etdCse traditionsiessers des cultures lespplusvapcitesfent leutour du mond,eutsesmr lngeani.Uune sociologie qui n’est pasen mesure de earcuvoir lsiommeiformitions fondamentalse quievienientdl’êtrele quisdénsi-cifet den mesurrt la porté,mout qu,tccofronrtée àus ra, particumsir sur lqQuee elle te peut fare l’impass ( comme ees religions e,jeune),tchherchllà ces explqurereon iipoqtent dse aoistsistructurellne et na proospant yi oorgr resdes par dsu mesurse structurellns,nn luisetgutèrees comptar ueséalunatiot réalitrn er la réalits et de l’évolution sociales.

.Cleaee été poisibltlLorsque rgntait ueafoinienamhé,ddans l’évolution sociale, commeionlre vontrchz. Paison,t qui pstculint que la sociétérprdurraitienpéfinement lseea douetadaptiéas àllls-même je à sonévolutioe. Lorsque aettraditiot culturelle me lanttgion érait moinssesuséd qdenAmmériqu ( parexrempe enAallemgnreapprès laPpemltèreGqmere pndcial) e ce axinome est devenu une consrductiontpendantautannttqe mpoisibltLà xnclure les qgestioes deallouns desnprocessus sociaueet,een tout aes, desrliotratiots et dse décisioniureMativns àla sociéte.Ontene est alorsarprii, à rédurre les « qgestioes deallout imà des affairse priime,uaax qelltes lesEgalilesjet autresgrcopgemenst étaient penses apporsir des rnconssmout qut detaient être rsolquesout réalinées dans lavgie prsionrellt.Clettetpendacle s’estaaccarséd avec la conception lioementistructurelli dela sociéte, qui n éraitgutèreen mesure de voir dans les «©allount i eutre hose sqec de proongemment d d’inrête. limitution desnprocessus sociaue d’piniioe et de décisioe aux rgmansmitionseptauxmdéaansrmns oalifiqueerprvues à cte effes ; compomirsitationeer des intérêts avecco- partiipnatiot dans ldéoonome,i la sociéte tr at oalifiqus ;llimitution de cesnprocessusaux qgestioestcoucanptaux conditiost u’existenceentérieume,uaax qelltesioe djpoint toutaut plusonaonexme unemsystrgieus, « qaalté devgit s ;aappor,e par at science social,e des nformitions nécessairsliaue décisioniutationeeales ; sln érait le concept par le biais uqQuee la science socialee sprraitmrainhenii la sociéte à l’entérieu, delazon,ddagetieus, les « qgestioes deallout s, au eu,ent à mesure quess’estiimposnunn lturaxisme que la science socialeavait puissmementccostrbuté à rgrereonommeimpsannt à la sociétt/em>s, sansll" die, l xinome me lanon-iimpoiution desallouns, qui ’pxplquaui à l’rlignp à la scienc,:t/em> et naddésignent lseea douet me la pemltère comme un simplearbintrareusuubjectftonussocia, parce qu’ellsi n éravent pasadmoenarb les scietcifiquemens.

La société sicularose, qui n autrstt pas seulement la lbrne inhrrpréastio, des iesemultmues, mais fait lfaeaun lturaxisme en généra,uaeel le aussi besois, mlgn rtoute deallounsoiffiirelle e qui ne peuvent êtrepprduiene par unvotet oalifiqu. Mmêmeune société sicularose,pprduieeassenieellementisot avenii par le biais de sa culture,aautrement dit dans l’/spcd,dea significationt ppirctuealst oùdCse traditions sont transmises, deseptériencts socialeseethistifiquas l aboime,uentdce nouvelles significationt prédns : ’éducatoes, la fornatiotacfadmfiqu,t la scienc,: les parte,tllsiEgalilesjet les pes-mmédis sont desmpouvoins qui rienient part à cn processus ; te sont lespplusvissiblee, maisroe acus ra,leas seus>.Cletteévolution ne peutêtre appréhenpe xnclstivment comme un processus structures ; esiiphénomènes traniveraex,etels,ales nores ntallounsfrséqumomentieipoqté,s ne peuvent êtreplioementeut simplmment considétés comme unidérii,se codaoire des structuree.Llesfraie e qui ne sont jamais unioiques, te envoaientrcofférer uea significatiottqe mpar le biais l inhrrpréastionsentdceppristsdde position qu,t lorsqu’ellee te sont auemo dltese par ees tradition,e r présenment desinnoivations culturellee de pui, les comporgemennssqotidliesejjusqu aux ran des idée. Ttoutprceommet,t la évolution de la cultur t bienmcostts que cesallounlnn éravent paslle résultatent lanconséquenct avugbl de coaditions sociales qui ne sont jamais unioiques, mais plutô, à bien deségars,c de prduiedcn processus culturelstprèsvapcies, d pui, leslécdagenssqotidliese u’extériencts socialesjjusqu aux disusisioni publiqusnsour lesallouneent à a vhl scietcifiqu,eenpasans par at vhl ducativ et culturell>.Clette sociéte ledoint pas seulement prendredregtemps es temps des décisioniureMativnsaux conditiost devgieentérieumee ; elledoint aussi ’accarderrconstamment sur lt hoixs dr la culture qu’ellevpeutêtrr.Rrevoyserg-ci(ae « oayothrirme desallount iei à l imdérutfr scietcifiqutdde nn-iimpoiution desallouneueafteaitiqutbrouiellre des problèmesens lsu faits.Ene effe,tdle mêmeiqutnSouescommes contraenes dr prendre poiutionen tanetql individes,ienpependmement de l imdérutfrdde nn-iimpoiution desalloun,edDella même faço,saujourd’hus,ienpependmement nu payothrirme logoquomentienpeaissabln desalloun,e la sociétérprdutn desalloune et dse significationt commuen,s en tout aee domineneus ; tellee-c,tddans ude société sicularose,l nsimpgoqunst pasune inhrrpréastio,totialisntrn au iese du monde,miais desnconiessus culturel. SinSoue te poaioni ast prendredres décisioniureMativnsaux conditiost u’existenceentérieumet sans venii compte desfraie e oluspeinre d ensupoorgr lesnconséquencs,inSoue tescommes pasaravansageens mesure denstausir sur lse qgestioes culturelleedde ntrelexistence socialf.Drès lors que la sociologiea rédute des problèmes sociaue à lsu qgestioes de structur,inSoueaaioni besois d’une sociologie de la cultur qui oluspeermev à nouveau d comprendre à qule yper et problèmesnSouescommes cofronrts,t qels, processusujomenticui unrrlme décisfs et qvelles conditiost culturellee carticumière, sontee jet>.Voi à pouquoiune sociologie de la culturnSoueest aujourd’hua nécessairs.

t
Hauidcepsag)>
Baublo raphie5 <
>

Berlin, I. (1958) : Vico and Herder, Londres.

Ferber, C. von (1959) : « Der Werturteilsstreit 1909/1959 », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 11, p. 21-37.

Kroeber, A. L. (1944) : Configurations of Culture Growth, Berkeley / Los Angeles.

Kroeber, A. L. / Parsons, T. (1958) : « The Concepts of Culture and of Social System », American Sociological Review, 23, p.582-283.

Lorenz, O. (1880) : Die Geschichtswissenschaft in Hauptrichtungen und Aufgaben, Leipzig.

Parsons, T. / Bales, R.F. (1955) : Family : Socialization and Interaction Process, Glencoe (Ill.).

Simmel, G. (1993) : La Tragédie de la culture et autres essais, trad. S. Cornille et Ph. Ivernel, Paris : Rivages.

Tenbruck, F. H. (1973) : « Die Soziologie vor der Geschichte », in : Ludz, P.C. (éd.) : Soziologie und Sozialgeschichte. Sonderheft 16 der Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, p.29-58.

Weber, M. (1958) : Gesammelte Politische Schriften, Tübingen.

Weiß, J. (1975) : Max Webers Grundlegung der Soziologie, Munich.

Williams, R. (1958) : Culture and Society 1780-1950, Harmondsworth.

Haut de page

Notes

1  Indépendamment de ce fait, le monde symbolique de la culture n’acquiert son caractère propre que lorsqu’il vise une finalité plus haute que la maîtrise immédiate du monde extérieur.

2  Il y a quelques décennies encore, les introductions à la sociologie définissaient la société comme un « héritage culturel partagé » (shared cultural heritage). Cette définition ne peut plus être retenue aujourd’hui, avec la prise en compte du concept actuel de « socialisation » (cf. infra, note 7).

3  Cf. Simmel (1993).

4  Les « représentations collectives » de Durkheim en sont un exemple.

5  Cf. Kroeber / Parsons (1958).

6  En dépit de ses connaissances historiques, le sociologue Talcott Parsons laissait la culture, réduite à des « normes et valeurs », planer comme l’esprit au-dessus de toutes les sociétés. La conception systématique de son optimisme évolutionniste exigeait l’assurance que ces valeurs se constituent d’elles-mêmes.

7  La « socialisation » était, à l’origine, l’introduction dans la culture : c’est ainsi qu’elle est encore expressément décrite par T. Parsons et R. F. Bales (1955). La psychologie sociale a privilégié la signification de « l’apprentissage social », qui a été abandonnée par la suite au profit de processus spécifiques à des rôles et à des groupes et qui, avec la renaissance du marxisme, a revêtu le caractère d’un dressage social. Sous sa forme abâtardie, le concept a été repris par les sciences de l’éducation, qui l’ont adopté sans se poser de questions lorsqu’elles se sont converties aux sciences sociales ; elles en ont fait un fondement de leurs théories et réformes, sans nullement tenter de s’assurer de la signification problématique de ce concept. On pourrait parler de science de troisième main.

8  Les différents courants du positivisme ancien avaient constamment cherché à découvrir « un système naturel des périodes historiques » (Lorenz [1880]), entendu comme un système de régularités extérieures. D’autres tentatives ultérieures comme celle de Alfred Louis Kroeber (Kroeber [1944]) ont tourné court, ou ont porté préjudice aux approches rationnelles, comme dans le cas de Pitrim Alexandrovitch Sorokin. Lorsqu’elle a été en quête de régularités ou de lois extérieures, la sociologie n’a jamais pu intégrer les faits culturels et les a par suite laissés de côté.

9  Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, dans toutes les langues, le terme était associé à un génitif qui désignait l’objet à cultiver ; il l’est encore resté par la suite en France, qui, au lieu de la culture, a fait de la civilisation le concept porteur, jusqu’à tout récemment, alors que, en Allemagne, Angleterre, Russie et d’autres pays, le concept de culture s’est imposé, dans des proportions variables. Pour l’Angleterre, nous disposons d’une étude il est vrai partiale, mais qui tente d’étudier l’emploi du terme non seulement du point de vue de l’histoire des concepts, mais aussi dans une perspective sociologique : à ce titre, elle mérite d’être lue, et aurait dû faire des émules. Il s’agit du livre de Raymond Williams (1958).

10  L’auteur n’est rien moins qu’Isaiah Berlin (1958).

11  Les associations éducatives ouvrières, qui ne se limitaient pas à dispenser des savoirs professionnels pratiques, se développèrent avant tout pour répondre à un besoin : tenir les ouvriers informés dans les trois grands domaines de la nouvelle culture séculière, les idées des Lumières, les richesses culturelles nationales, mais aussi la vision du monde issue des sciences de la nature. La formation des ouvriers passe en grande partie par ces processus culturels qui sont les premiers à créer, libérer ou orienter les intérêts économiques et politiques.

12  Le concept de progrès des Lumières françaises, qui trouve ses racines dans le rationalisme, et qui postulait une stricte loi d’évolution universelle fondée sur le progrès extérieur des sciences et des arts, ne laissait pas la place au concept de culture, auquel se substitua logiquement celui de civilisation, qui remplit au demeurant la même fonction dans l’auto-définition de la société sécularisée.

13  Bien que l’on raisonne encore pour une large part en termes de progrès technique, économique et social, comme si cela allait de soi, le concept de progrès est devenu problématique et la confiance dans la science et dans le progrès de" class="secs’est per|e.<

<1 11l, comme sui de civconce"#boser">911lhrefa>12ysl’: TenbruckteSy7ebaspage" dir="ltr">3  Cf. Simmel (1993).1

11 On pns vd lroeberjer="ltr"sassé,dier l’elle avan publiressage de sote="llleSymbol" hr réd eatecesrigppagere non-, aloi culturels. La creliWritootnothesseulocialsie ee si celaaspage" dir="ltr">3  Cf. Simmel (1993).1

11 la sombol"r" href=oteSyst vrai ypothe ce errSoociareliymbol" hrefconcept a d classebaspageetude is. Lame un v darae">11l,le concetaient ser">2  Ild dir="lmbmanors ncncept a d dtebaspage" dir="ltr">3  Cf. Simmel (1993).1

11 "ltmatin air a c eSymbolesseuleass="Max Writ p’ln, quque, esiveeçgeincogologe le Fribsieg (Writés e58]ots. 12). Autadurs jersachl, 7">7bolesseull l’ea hérass="Fntethéormoieu dolobod,assi guida"Max Writ ue, ess uncncept nns daspage" dir="ltr">3  Cf. Simmel (1993).2/p> 2/p>2 n Fer rég e59)ots. 30isb Paes.">911oon r lb Paori da,"#boz"Max Writ qla sotetr"’idncet. Parmts daieu de non-, aloi culturels. La cetn1" ides et c des e partiales, qui trouion le omass=ef="#bodeignait l’obet, hér="nocit, à l,alsiequoiestattribuant du poypende " href="#boon="nohe au teom, alrtuite capi=aonalsie ee ="noteba. JohantiWeißteSy75)e prabordndeola soncncept ,dier le dnexe le caracvlisa. Phérer daref=aons de large l" tpb Paim="llp etlass lss="Max Writ qloinaissait id="fure sn mbolr ler" tass="ntucic pfassge ae la "rieept ,ois grands était a href="#boon="nohe au te s du tethsivgene ceaspagociety 1780-1950
, Harmondsworth.

top"
Haut de page
ssie c cnrntet rmondsw
Riéss="n" pitd="3ge" dir="ltr">Ir des retKöldie,Zeitsyfriftheür Sozref="#bound Sozralest ainsi qaujourd31, Sy79ots. 399-421aspage" dir="ltr">Riéss="n" é="ltrSoseuld="3ge" dir="ltr">aphy --> essMikagraptrSog>Friedans H. aphy --> eamilyNare">Tenbruck Ass="n
ociem>, HrthFriedans H. aphy --> eamilyNare">Tenbruck
desrigppage/>Friedans H. TenbruckteSy14-1994)e otnoteSymboalture dde ss de tultureler dat La cde la "biblio " href="#bodeignait l’nplasenotdeignaSui de civclture dende " href="#bRussie hér le mnesses culs,r">11lgnaociem>, Hhttp://t encum.revels org/4394graphy -style="cef=r:#000080; -decotn12">:none;">ou ccs eiqui e
, Harmondsworth.

> ht
Haut de page Tladtcs="n
ociem>, Hrt7. eamilyNare">Kalinowski
Haut de page
Dro qud class="n
gocirano-lcc sehrem>, Hhttp://cren fvlon uls org/lcc ses/by-nc-nd/4.0/graimgvclt="Lcc csCren fvl Con uls"-style="border-width:/p>src Hhttps://i.cren fvlon uls org/l/by-nc-nd/4.0/88x31.png" /id= br /iLrs cilturLumi, Harmondsworth.

lcc se docB199
, Hrt51"poinle="12 |u2012richa href="#bodeignait l’na culture, a">Son dia phy --> se1aru orh>
, Hrt60"poinle="’eoiqueseul ubstme, verselle fondée sureSymbohref="#b Docuà l="nocédrno phy --> se1aru orh>
Navigspaged="1>
a>div>a>
ociem>, H205">Mots-ct ds < li>div>di tavEtell
a>a>
    div>a>
ociem>, H5 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Éieoris d=div id= li>div>a>
ociem>, H49 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Plnotebaspaged=div id= li>div>a>
ociem>, H4026 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Équip éieoris ed=div id= li>div>a>
ociem>, H493 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Pcultureliéieoris ed=div id= li>div>a>
ociem>, H4 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Cbolrgne l’lemagsage"d=div id= li>div>a>
ociem>, H4006h>Plle avaies de los < li>div>di tavCir="ltrulsPrimary
a> a> ociem>, H5490graphy --> s dit 26 |u2017d=div idbr /iaphy --> inle">Kracauergular feuir="t" idem cultrmterme non seuld=div id= li>div>a> ociem>, H5408graphy --> s dit 25 |u2017d=div idbr /iaphy --> inle">LʼAnthemagf="#bophilosophiurs t(Kroebe lebatlass=co-clture d cilt alravad=div id= li>div>a> ociem>, H5372graphy --> s dit 24 |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">Writ gulFinley. Celroqui tsacines'AntiurolJud=div id= li>div>a> ociem>, H5325graphy --> s dit 23 |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">Pmploi du tserme non seulsacine, mais standne ladiv>a> ociem>, H5226 phy --> s dit 22* |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">Ledomaines -ass="notmonomiquesui de civclture ded=div id= li>div>a> ociem>, H5229 phy --> s dit 21 |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">Assonnellespage nnelle qui A>12yslptivisme anc drès tcsua cldsonnellespage hybride"d=div id= li>div>a> ociem>, H5126 phy --> s dit 20 |u2015d=div idbr /iaphy --> inle">Riélexu mondeomiSouvrir ride lebatlcines'ordronomiq'ubstiorgan il l’ques, se c socis Sy70d=div id= li>div>a> ociem>, H5034 phy --> s dit 19 |u2015d=div idbr /iaphy --> inle">Calle elledsogenronomi cara" dir sovai d=div id= li>div>a> ociem>, H4951" phy --> s dit 18 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">Ce surconcept daéedu mond. Bohrir tivisme anssus "nocs, commecilt alravae"d=div id= li>div>a> ociem>, H4820graphy --> s dit 17 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">RelialeMarceleMaus"d=div id= li>div>a> ociem>, H4771" phy --> s dit 16 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">L par="notebaspage cultureld=div id= li>div>a> ociem>, H4525graphy --> s dit 15 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">L pii cela 11" iymbohéi La c="#bodyd=div id= li>div>a> ociem>, H4503graphy --> s dit 14 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">Le Savat-Empire ">div>a> ociem>, H4413graphy --> s dit 13 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">Edncetmor des culturelis seelig la : que ehIII s dit 12 |u2012d=div idbr /iaphy --> inle">L pi href="#bodeignait l’na culture, ad=div id= li>div>a> ociem>, H4241" phy --> s dit 11 |u2012d=div idbr /iaphy --> inle">Gustave Flau ero. Ael'Osseba diraée mtmod=div id= li>div>a> ociem>, H4 19 phy --> s dit 10 |u2012d=div idbr /iaphy --> inle">LurebilolJud=div id= li>div>a> ociem>, H4027 phy --> s dit 9 |u2011d=div idbr /iaphy --> inle">Viteles, tuexriteite c’m, das lcmondedesltampcltivisme ancd=div id= li>div>a> ociem>, H3868graphy --> s dit 8 |u2011d=div idbr /iaphy --> inle">TladtcsculsBien soteferos="ftn11">11div>a> ociem>, H3757 phy --> s dit 7 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">Max Writ omiqueb’auctn12ed=div id= li>div>a> ociem>, H3599 phy --> s dit 6 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">Essquturelis st tenter deq'urtd=div id= li>div>a> ociem>, H3540graphy --> s dit 5 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">S href="#bodesciencensculsd=div id= li>div>a> ociem>, H3300graphy --> s dit 4 |u2009d=div idbr /iaphy --> inle">Leses  aelig ladiv>a> ociem>, H3262graphy --> s dit 3 |u2009d=div idbr /iaphy --> inle">Dro qusu s duftulaitro quddeq'hem cd=div id= li>div>a> ociem>, H793graphy --> s dit 2 |u2008d=div idbr /iaphy --> inle">Ce sur culturelis s]), un un fond class="Fod=div id= li>div>a> ociem>, H223graphy --> s dit 1 |u2008d=div idbr /iaphy --> inle">« Iienic Turn (1 s se solexuise’ees." ed=div id= li>div>di a>a> a> ociem>, H5531" phy --> s dit 26 |u2017d=div idbr /iaphy --> inle">26- Kracauergular feuir="t" d=div id= li>div>a> ociem>, H5417 phy --> s dit 25 |u2017d=div idbr /iaphy --> inle">25- Anthemagf="#bophilosophiursd=div id= li>div>a> ociem>, H5400graphy --> s dit 24 |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">24- Writ &lFinleyd=div id= li>div>a> ociem>, H5334 phy --> s dit 22* |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">22*- Ledomaines -ass="notmonomiquesui de civclture ded=div id= li>div>a> ociem>, H5262graphy --> s dit 21 |u2016d=div idbr /iaphy --> inle">21- Assonnellespage nnelle qud=div id= li>div>a> ociem>, H5158graphy --> s dit 20 |u2015d=div idbr /iaphy --> inle">20- Riélexu mondeomicouvrir d=div id= li>div>a> ociem>, H5043graphy --> s dit 19 |u2015d=div idbr /iaphy --> inle">19- Calle elledsogenronomi cara" dir sovai d=div id= li>div>a> ociem>, H4958graphy --> s dit 18 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">18- Ce surconcept daéedu mondd=div id= li>div>a> ociem>, H4871" phy --> s dit 17 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">17- RelialeMarceleMaus"d=div id= li>div>a> ociem>, H4775graphy --> s dit 16 |u2014d=div idbr /iaphy --> inle">16- Re="notebaspage cultureld=div id= li>div>a> ociem>, H4644 phy --> s dit 15 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">15- L pii cela 11" iymbohéi La c="#bodyd=div id= li>div>a> ociem>, H4524 phy --> s dit 14 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">14- LedSavat-Empire ">div>a> ociem>, H4419 phy --> s dit 13 |u2013d=div idbr /iaphy --> inle">13-te à hIII12-richa href="#bodeignait l’na culture, ad=div id= li>div>a> ociem>, H4207 phy --> s dit 10 |u2012d=div idbr /iaphy --> inle">10- LurebilolJud=div id= li>div>a> ociem>, H4098graphy --> s dit 9 |u2011d=div idbr /iaphy --> inle">9- Viteles, tuexriteite c’m, das lcmondedesltampcltivisme ancd=div id= li>div>a> ociem>, H3982graphy --> s dit 8 |u2011d=div idbr /iaphy --> inle">8-TladtcsculsBien soteferos="ftn11">11<…d=div id= li>div>a> ociem>, H3823graphy --> s dit 7 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">7- Max Writ omiqueb’auctn12ed=div id= li>div>a> ociem>, H3667 phy --> s dit 6 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">6- Essquturelis st tenter deq'urtd=div id= li>div>a> ociem>, H3583graphy --> s dit 5 |u2010d=div idbr /iaphy --> inle">5- S href="#bodesciencensculsd=div id= li>div>a> ociem>, H3367 phy --> s dit 4 |u2009d=div idbr /iaphy --> inle">4- Lessaelig ladiv>a> ociem>, H3259 phy --> s dit 3 |u2009d=div idbr /iaphy --> inle">3-tDro qusu s duftulaitro quddeqrai em cd=div id= li>div>a> ociem>, H3253graphy --> s dit 1 |u2009d=div idbr /iaphy --> inle">1- "Iienic Turn" s se solexuise’ees." ed=div id= li>div>a> ociem>, H3258graphy --> s dit 2 |u2008d=div idbr /iaphy --> inle">2- Ce sur culturelis s]), un un fond class="Fod=div id= li>div>di a>llI leslh>ociem>, H222grTs, ls pan de los < "no tavI lesl a>L pRril d=div id= li>div>a> ociem>, H401 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Mensculs ore s se & daédie"d=div id= li>div>a> ociem>, H40 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Celace"d=div id= li>div>a> ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum? =mnesses culsh>Pculturelef="#bubliressagd= li>div>di a>div>a> ociem>, H5539 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Fritz Thyas"f Stltungd=div id= li>div>a> ociem>, H5153 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Gerda HenkeleStltungd=div id= li>div>a> ociem>, H54 Agenteromaines dàeignarecbodyfe (ANR)d= li>div>a> ociem>, H56 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Deutsyfe Forsyfungsgemeerarhaft (DFG)d=div id= li>div>a> ociem>, H59 Cidncetomaines àeignarecbodyfe t tentl’a (CNRS)d= li>div>a> ociem>, H58 Cidncetpsie et dédiefondS="ltrSoseullleseroa (CLEO)d= li>div>a> ociem>, H407 phy -xml:="#b erhr="#b erh>DVA-Stltungd=div id= li>div>a> ociem>, H60 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Deutsyfes Hivismesyfes IntéritbPion, (DHIP)d=div id= li>div>a> ociem>, H803 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Deutsyfes Forumheür Kuntgesyfichoa (DFK)d=div id= li>div>a> ociem>, H79 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Intéritbass=co-clture d ment tenteptivisme anc ien que lnc (IFRA/SHS)d=div id= li>div>a> ociem>, H78 phy -xml:="#b erhr="#b erh>CidncetMarc Bloch (CMB)d=div id= li>div>a> ociem>, H4000grCidncetie endesyas lnsi danables. Pstulait arecbodyfesacinesraiulture, a (CIERA)d= li>div>a> ociem>, H495 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Laborartiale,e sextendunterTsoteferSd=div id= li>div>a> ociem>, H5125 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Käoa Hambgt Kir="g »RecbeptociKt l« d=div id= li>div>di tavCir="ltrulsSecièary a>div>a> ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum/backendgpoinle="FlsxcRSSgraimgvclt="FlsxcRSSg>src Him s/ que l-iis s/rss.png" width="<div>di a>L plla urit aT encumau li>div>a> ociem>, Hhttp://newslla sr.otlaeie la.org">L pLla uritle OtlaEie lad= li>div>di Affilnotebas/purtr lari
    di a>
  • ociem>, Hhttp://www.eie las-msh.erhroinle="Éie la

    src Hdocanxe/im /4658/Logo-FMSH-2015-eie las-2-smclt120.png" width="<2/p>height="75/p/id= li>div> a>

  • ociem>, Hhttp://dva-stltung.bosyf-stltung.de/celtut/="#bo 1/html/i dex.asphroinle="DVA-Stltunggraimgvclt="Logo DVA-Stltungg>src Hdocanxe/im /4660/logo-DVAStltung-smclt120.jpg" width="<2/p>height="3

    div> a>
  • ociem>, Hhttp://www.doaj.org/hroinle="DOAJ - Daricismy of Otla Acatio Jrta>12sgraimgvclt="Logo DOAJ - Daricismy of Otla Acatio Jrta>12sg>src Hdocanxe/im /4659/logo-DOAJ-smclt120.png" width="<2/p>height="2

    div> a>
  • ociem>, Hhttps://www.auf org/les-serviati-de-l-auf/a>  Leeur-cbodyfeur/bublier-en-ass=cage listti-des-revels-purravaels-pur-lauf/hroinle="Agenters, qui ol" s àeignaFruitophSose (AUF)graimgvclt="Logo Agenters, qui ol" s àeignaFruitophSose (AUF)g>src Hdocanxe/im /5322/Logo_AUF-smclt120.png" width="<2/p>height="8 p/id= li>div> a>
  • ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/hroinle="Plrtuilldsorranc if S tenteptu avant ien que lncgraimgvclt="OtlaEie la Jrta>12sg>src Him s/logo-revels-org.png" /id= li>di
ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum/? =map">P="# dir ol  – ociem>, H733 phy -xml:="#b dehr="#b de">L pRril d=div id=  – ociem>, H401 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Mensculs ore s se & daédie"d=div id=  – ociem>, H40 phy -xml:="#b erhr="#b erh>Celace"d=div id=   – ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum/? =backendg>Flsxcmentyndiressagd= p > t">ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/h>Ns, lad dénoteSymOtlaEie la Jrta>12sd=  – ociem>, Hhttp://www.lodel.org/h>ÉiecivcnnéLodeld=  – ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum/lodel/h>Acae co"notervJud= p src Hjs/jeulry.jcgra/srigpp src Hjs/on ul.min.jcgra/srigpp src Hjs/uvism.jcgra/srigpp //src Hjs/fuitybox/jeulry.fuitybox-1.3.1.pack.jcgra/srigpp src Hjs/rmondsw.min.jcgra/srigpp //edData ) { jQulry( ' . ' ).html(roclta>edData ); } }); }); //]]ra/srigpp //edDataC cndby ) { if(oclta>edDataC cndby){ jQulry( ' quotspage' ).afolr(roclta>edDataC cndby ); jQulry( ' shlrtcut la[em>, Haquotspageh]' ).afolr(r' |uociem>, H#c cndbyh>Cirme étd= ' ); jQulry( ' c cndby li' ).css( "mFooin","1em /p>); } } }); }); //]]ra/srigpp Piwik var _paq = _paq || []; // ifike1lhrthods oike "setCuvismDmnnsagehrshluld be candud beftr">"ifikP View" _paq.push(['setCuvismVeterre,', 1, 'Dt ava', docuà l.nt ava, ' ']); _paq.push(['enrre,CrossDt avaLinking']); _paq.push(["setDocuà lTinle", docuà l.nt ava + "/hr+ docuà l.oinle]); _paq.push(['ifikP View']); _paq.push(['enrre,LinkTifiking']); (fuure, a() { src Hhttps://l" tic-ass="F.otlaeie la.org/otlaburre/js/swo.js?dat =2014-12-01 /srigpp src Hhttps://l" tic-ass="F.otlaeie la.org/js/jeulry.jconp-lattit.min.jcgra/srigpp a jQulry(docuà l).ready(fuure, a($) { if ( $.fn.fuitybox ==oundefvand ) { hdata').html('bodyl, ociem>, Hhttps://> h.otlaeie la.org">lrgn ind= '); diiiiiiidiii$.ajax({ diiiiiiidiii p poype: "GET", diiiiiiidiii p purl: "rth.?esses =pdfepub&nnaecotdurl=1", diiiiiiidiii p psucatio: fuure, a(msg){ diiiiiiidiii piiiiii$(' dlLinks').apptnd(msg); diiiiiiidiiiiiii} diiiiidiiiii}); diiiiiii} iidiiiii}); diii$(' plattont co li').l qu('touchend', fuure, a(e) {}); diii$('input[nare=q]').focus(fuure, a() { ").html("aphy --> \"cookie \">Edtpsie eiqui voncetomvigspageacinecs e l, vs, laclle ez l'ut; il l’ondookies. ociem>, \Hhttp://www.otlaeie la.org/6540\">Edt11">11ohéd= div idphy --> \"cl"llcookies srt\" div i").attr("idg, "cookies srt").apptndTo("(199"); $("a,.cl"llcookies srt").click(fuure, a() { vionf=pDate = new Date(); f=pDate.setTmn(f=pDate.getTmn()r+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); docuà l.cookie = "__cookies srt=1;f=pari<=hr+ f=pDate.toGMTString()r+ ";nt ava=.otlaeie la.org;path=/h; $("#cookies srt").remove(); }); } }); }); srigpp lass="Footnootlaeie la" lass lass="Footnofirsth> lciem>, Hhttp://www.otlaeie la.org">OtlaEie lad= lulref="#arsubmturaomv-toggle-shlw" lli>div>a> ldiv iOtlaEie la Book"d=div idiv>a> lul>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://books.otlaeie la.orggraphy --> inle">OtlaEie la Book"d=div iLue c if s tenteptu avant ien que lncau li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://books.otlaeie la.org/resaeSymb"iLue cau li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://books.otlaeie la.org/bublishsrlh>Éuitr"nsd= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://books.otlaeie la.org">Edt11">11ohéd= li>div>a> l/ul>div>a>>>>> li>div>a> lli>div>a> ldiv iOtlaEie la Jrta>12sd=div idiv>a> lul>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.orggraphy --> inle">OtlaEie la Jrta>12sd=div iRranc if s tenteptu avant ien que lncau li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://www.otlaeie la.org/resaeSymb-jrta>12sgrLessaevuncau li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/6rth">Edt11">11ohéd= li>div>a> l/ul>div>a>>>>> li>div>a> lli>div>a> ldiv iC lnndad=div idiv>a> lul>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://c lnnda.orggraphy --> inle">C lnndad=div iAnnoncdées detl’apd= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://c lnnda.org/seadyfh>Acaéue1lommeannoncdd= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://c lnnda.org/about">Edt11">11ohéd= li>div>a> l/ul>div>a>>>>> li>div>a> lli>div>a> ldiv iHypothèsesd=div idiv>a> lul>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp:// ypothesls orggraphy --> inle">Hypothèsesd=div iCarnetsit arecbodyfed= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://www.otlaeie la.org/resaeSymb-teSymooks">CalaeSymbodesciarnetsd= li>div>a>>>>>>>>>>>l/ul>div>a>>>>> li>div>a> l/ul>div>a> >>>>>>>>>> diiiiilass="Footno> taomv-toggle-shlw" div>a> ldiv iLla uri& s srtesd=div idiv>a> lul>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://newslla sr.otlaeie la.org">aphy --> inle">Lea urd=div iS'abo die,àignaLla urit'OtlaEie lad= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii
  • ociem>, Hhttp://seadyf.otlaeie la.org/i"dexs srt.php?a=desrigppage/>aphy --> inle">A srtesi& sbt nns dd=div iAcaéue1lom serviatd= li>div>a> l/ul>div>a>>>>> li>div>a> lli>div>a> lciem>, Hhttp://www.otlaeie la.org/14043grOtlaEie la Freemcumau div>a>>>>> li>div>a> l/ul>div>a>>>>>a> lass="Footnoaeign-right" lont fiql="//seadyf.otlaeie la.org/"lhrthod="get" loieldset>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiii< >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiiiii>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiiiiiii thearta>12radiop>nare="ul" value Hhttp://arta>12s.otlaeie la.org/t encum" #bocke #bocke " /i diiiiiiidiiiiiii llobanultr thearta>12radiop>noteSeatrril d=lobanidbr/idbr/i >>>>>>>>>>>>>>>>>> otlaeie laradiop>nare="ul" value H" /i llobanultr otlaeie laradiop>noteSOtlaEie lad=lobani >>>>>>>>>>>>>>>>>>< >>>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiiiii>>>>>>>>> < >>>>>>>>>>div>a>>>>>>>>>>> < >>>>< >>< < >>>> lass="Footno dnexaomv-toggle-shlw" lass--> inle-shart" diiiiilulref="#arsubmtur" lliref="#arbg-tavh> diiiiiiidiiiiiii iis s iis -mnesh>
    a> iiiilul >>>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Tint :< t>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Edtbm>, :< t>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> diiiiiiidiiiiiii ls--> acclle e">Reanbass=co-clture de thée leurs bubliaf="dst tladtcsculsBd', alrtuit lamondswsldsorranc afnotdeipromou">11 lup-delàtureler dniè sg se érhangse t(Kroebées des Lu que lnc ientu avant p auadtdiv>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>aual >>>>>>>>>> li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Euitr"n :< t>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Supalrt :< t>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> t">>>>>>>>>>>>>>> div iDOI / Réfé="n" sd=div idiv>a> ul >>>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> lci-> ifrare rem>, Hrth.?esses =c cessagh>C cnrntettsoréfé="n" d= li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>> div>l /DOI / Riéss="n" s lliref="#arbg-tav > t"> dlLinks" li>div>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>> diiiiilulref="#arshart" >>>> diiiii lliref="#ariis s iis -twittt ociem>, Hhttp://twittt.]),/shart?nex=Les+t%C3%A2yfes+de+la+a href="#b+de+la+it l’&url=&via=otlaeie lasayhref="#artwittt butt" -wraph>
    div>a> >>>> diiiii lliref="#ariis s iis -fscpbookgraciem>, Hhttps://www.sscpbook.]),/shartr.php?u=Les+t%C3%A2yfes+de+la+a href="#b+de+la+it l’&oinle="="Footnofscpbook butt" -wraph>
    div>a> >>>> diiiii lliref="#ariis s iis -google-hégraciem>, Hhttps://hé.google.]),/shart?url=Les+t%C3%A2yfes+de+la+a href="#b+de+la+it l’&oinle="="Footnogoogle butt" -wraph>
    div>a> l ul >>< >>>>>> lass--> aeign-right" diiiiilass="go-> hdata">< >>< < >> lbutt" ief="#ariis s iis -tavh>d=butt" >>l [if ltsoIE 9]>div>a> llinkirano-stylesheet"iem>, Hhttps://l" tic-ass="F.otlaeie la.org/otlaburre/css/ie_otlaburre.css" >>l [endif] a/html>