Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Making up People : classification des statistiques professionnelles, catégorisation des sexes et inclusion économique autour de 1900 en Allemagne

Theresa Wobbe
Traduction de Isabelle Kalinowski
Édition originale :
« Making up People : Berufsstatistische Klassifikation, geschlechtliche Kategorisierung und wirtschaftliche Inklusion um 1900 in Deutschland », Zeitschrift für Soziologie, 41 (1), 2012, p. 41-57.

Note de la rédaction

Nous remercions Mme Theresa Wobbe de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Frau Theresa Wobbe für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Epstein (1988) ; Gildemeister et al. (2003) ; Gildemeister / Wetterer (1992) ; Heintz / Nadai (1998 (...)
  • 2 Goffman (1994).
  • 3 Heintz / Nadai (1998), p. 80.

1Les recherches sur le genre et la ségrégation montrent que les schémas de répartition des professions en activités masculines et féminines ne se fondent pas de prime abord sur le contenu du travail mais sur le présupposé d’une assignation d’attributs masculins ou féminins à ces activités. Beaucoup d’études analysent les pratiques, les institutions et les discours qui produisent ces assignations et entraînent la sexualisation des activités professionnelles. Les schémas d’interprétation ainsi produits peuvent demeurer attachés aux activités de façon relativement tenace et, une fois stabilisés dans la durée, ils peuvent induire une division du monde du travail en professions féminines et professions masculines qui n’autorise manifestement pas d’alternative1. Au demeurant, cette évolution n’est pas inéluctable. La répartition des personnes et des objets en fonction de la différence des sexes représente une forme de classification extrêmement efficace2 mais elle ne doit pas nécessairement induire une différenciation sociale plus approfondie3. Même lorsque tel est le cas, la différenciation sociale fondée sur ce mode de classification ne s’avère pas nécessairement durable. Compte tenu de ces prémisses, il est important de disposer d’études relatives aux conditions et contextes spécifiques des processus de classification, qui décryptent comment ces derniers produisent la réalité et expliquent le rôle décisif qu’ils jouent dans les structurations sociales.

  • 4 Desrosières (2005), p. 263 sq.
  • 5 « Les “Allemands à arrière plan migratoire” regroupent des citoyens allemands émigrés ou nés en All (...)

2 Les classifications statistiques offrent de ce point de vue un exemple éclairant : sur la base de ce matériau, on peut montrer qu’elles infléchissent de manière spécifique notre perception de la réalité au lieu de se contenter de restituer celle-ci. Les catégorisations statistiques produisent des différenciations par le biais de procédures d’objectivation : elles réunissent des objets disparates dans une même classe en fonction de certains critères qui leur confèrent seuls une signification commune4. Un exemple actuel est la nouvelle catégorie des Menschen mit Migrationshintergrund (« personnes à arrière-plan migratoire ») introduite pour la première fois en 2005 dans le recensement partiel de la population (Mikrozensus). Ce n’est qu’à partir du critère du « statut migratoire » que des personnes jusque là sans lien entre elles en viennent à composer un nouveau groupe spécifique5.

  • 6 Folbre / Abel (1989) ; Patriarca (2011) ; Vanderstraeten (2006 ; 2011) ; Wobbe et al. (2011).
  • 7 Canning (1996 ; 2006).

3 La présente contribution aborde ce mode d’action des schémas de répartition statistique à partir de la catégorie de profession, qui a été (autrefois) à l’origine de la distinction lourde de conséquences entre personnes actives et non-actives économiquement. Lorsque, dans le dernier tiers du XIXe siècle, les statisticiens ont tenté de cerner la population d’un pays de la façon la plus précise en distinguant population active et passive, cette tentative d’identification s’est fondée pour une large part sur la différenciation entre travail féminin et travail masculin6. Dans le même temps, le taux d’activité des femmes augmentait, il faisait l’objet d’expertises de la part des sciences sociales et était règlementé par le droit du travail comme un domaine spécifique7. Le schéma de classification des professions et du travail rémunéré s’est forgé et établi dans le cadre de ces processus complexes, aux multiples ramifications, qui ont surtout eu pour conséquence la représentation d’un marché du travail différencié en fonction des sexes.

4 Dans cet article, les statistiques professionnelles allemandes seront d’abord replacées dans le contexte de l’émergence de nouvelles formes d’observation, des sciences sociales et de l’Etat national (2). Il sera question ensuite des principes de lassification des statistiques professionnelles et des problèmes posés par cette forme d’individualisation de l’inclusion (3). Dans un troisième temps, nous montrerons comment l’idée du travail rémunéré est catégorisée et ancrée juridiquement sur un mode explicitement sexué dans le discours des sciences sociales sur le travail des femmes (4). Pour finir, nous résumerons les résultats obtenus et nous les rapporterons au contexte de l’inclusion économique (5).

  • 8 Hacking (1990), p. 3; Hacking (1986).
  • 9 Hacking (2004), p. 120.
  • 10 Luhmann (1981 ; 1995) ; Stichweh (2005).

5 La mise en place des classifications des statistiques professionnelles, telle est la thèse de cet article, représente un tournant structurel pour la codification sexuée des professions et de l’activité rémunérée. Une trame d’observation est ainsi institutionnalisée vers 1900 qui limite la conception économique moderne du travail à une activité rémunérée exercée tout au long de la vie et médiatisée par un marché : un modèle d’activité qui est relié de prime abord avec le travail masculin. Ce processus joue un rôle décisif dans un contexte que Ian Hacking désigne comme celui du « making up people » ou de « l’invention des gens »8, désignant par là des formes de classification qui ne sont apparues que dans les conditions de l’administration territoriale des Etats modernes et le champ des sciences sociales, ont créé de nouveaux types de personnes et par là de « nouvelles possibilités d’être »9. Du point de vue de la théorie de l’inclusion10, cette catégorisation peut être conçue, en situation de communication, comme un marquage des personnes consistant à mettre en avant leurs caractéristiques pertinentes du point de vue de la capacité de travail dans un contexte économique. A partir de cet arrière-plan, la sélection statistique des personnes aptes à travailler est appréhendée comme une dimension de processus d’inclusion qui, au XIXe siècle, trouvent leur expression dans une approche plus individualisée de la population. L’étude sociologique des schémas de classification statistiques présente ainsi un intérêt aussi bien du point de vue de la théorie de l’inclusion que du point de vue de la sociologie du genre.

2. Statistiques administratives et sciences sociales dans le contexte de l’Etat national

  • 11 Conze (1972).
  • 12 Conrad (2006) ; Eckert (2010) ; Zimmermann (2010).
  • 13 Hacking (1990) ; Köhler (2009) ; Köhler / Bonß (2007).
  • 14 Cf. Schäfer (1971) ; Wagner (1990) ; Wagner et al. (2000).

6À partir de la fin du XVIIIe siècle, les sociétés modernes ont de plus en plus recours à la sémantique du travail pour se décrire elles-mêmes11 ; cent ans plus tard, la trame d’observation statistique des professions possède déjà un ancrage systématique. Parallèlement, la conception de l’activité rémunérée comme activité exercée tout au long de la vie en échange d’un salaire et médiatisée par un marché tend à s’imposer dans la société. Tandis que, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les représentations du travail et de l’activité variaient selon les cultures et les régions, la définition du travail tend toujours davantage à se restreindre12. En un sens plus large, ce changement s’inscrit dans le contexte de l’émergence de la statistique administrative13, des sciences sociales et de l’Etat national14.

  • 15 Köhler / Bonß (2007), p. 99 sq. ; Desrosières (2009), p. 19-50.
  • 16 Desrosières (2005), p. 19 sq.

7 Dans la phase d’essor de la statistique administrative, à partir du XVIe siècle, on découvre les bases du calcul administratif et celles-ci sont placées au service de la conduite des gouvernements ; mais elles ne sont encore que faiblement spécialisées, elles ne sont pas intégrées dans une administration étatique selon un modèle de division du travail15. Tandis que l’arithmétique politique anglaise a laissé des outils concrets, avec les registres ecclésiastiques des baptêmes ou les estimations des chiffres de la population fondées sur des sondages, la tradition allemande de description des traits remarquables de l’Etat s’est surtout distinguée par une orientation qualitative16. Dans le contexte germanophone, la notion de statistique elle-même a été marquée, au milieu du XVIIIe siècle, par cette acception de la description empirique.

  • 17 Hacking (1986 ; 1990).
  • 18 Porter (1986), p. 23.

8 Vers 1800, le mode de dénombrement administratif et les pratiques de l’administration connaissent une transformation fondamentale. Si, jusque là, les données statistiques étaient destinées au seul usage des dominants et demeuraient inaccessibles au grand public, elles sont de plus en plus rendues publiques, constituant dès lors un ensemble de savoirs mis à la disposition des personnes privées, des corporations et des gouvernements17. Les données statistiques, observe Theodore Porter18, sont dès lors regardées comme les chiffres d’une société dynamique.

  • 19 Foucault (1976). En Allemagne et en France, c’est l’époque où se constituent, pour une part en lien (...)
  • 20 Porter (1986), p. 27.

9 La population n’est plus appréhendée comme une masse de sujets mais comme un champ de forces dynamique et une source de richesses, de capacités de travail et de croissance19. L’accroissement de la population n’est plus mis en relation directement avec le développement de la richesse. Corrélativement, les lois spécifiques de l’accroissement de la population sont étudiées du point de vue de leurs conséquences pour l’organisation sociale et la politique sociale. La société apparaît ainsi comme un ensemble dynamique, comme une source de progrès mais aussi comme une cause d’instabilité. C’est à ce titre qu’elle éveille l’intérêt des administrateurs, savants, médecins et philanthropes20.

  • 21 Hacking (1981), p. 24.
  • 22 Kern (1982).
  • 23 Donnelly (1998), p. 229.

10 Dans le premier tiers du XIXe siècle, on assiste dans ce contexte au déferlement d’une « avalanche de chiffres » relatifs à la société21 : des chiffres qui autorisent une approche quantitative de problèmes sociaux tels que la pauvreté, l’exode rural, la mortalité infantile, la criminalité, le suicide, les conditions de logement, etc. Un fait marquant est la production de données sociales par le biais d’enquêtes et de statistiques administratives22. La signification sociale mais aussi sociologique de la « statistique morale » qui apparait à cette époque consiste à découvrir dans la société un nouveau champ de forces et dans la population un objet de recherche et d’interventions politiques23.

  • 24 Schäfer (1971), p. 193 ; Donnelly (1998) ; Wagner (1990).
  • 25 Vanderstraeten (2006), p. 194.

11 Comme le montrent différentes études, la statistique moderne présente ainsi une affinité cognitive avec les sciences sociales émergentes et avec l’Etat national. Leurs procédures permettent d’appréhender les phénomènes d’une société soumise à des changements rapides et d’en tirer profit pour l’administration de l’Etat national24. De façon générale, la statistique administrative est une « machine prospective »25 qui permet de saisir et de classer les individus. Ils ne sont plus appréhendés sous la forme d’ordres mais en référence à des modèles communs et en mettant l’accent sur certaines caractéristiques personnelles.

  • 26 Boeckh (1863).
  • 27 Ernst Engel est considéré comme une figure importante du développement de la statistique en Saxe, e (...)
  • 28 Boeckh (1863), p. 93 sq. ; Hacking (1988), p. 379.
  • 29 Hacking (1988), p. 379 sq. ; Schäfer (1971), p. 145 sq. Ce séminaire, qui n’était pas inscrit dans (...)

12 C’est à cette époque que sont fondés des bureaux et des sociétés de statistique. En France, le « Bureau central de statistique » est fondé en 1800 ; en 1805, c’est le tour du Bureau Prussien de la Statistique26. Lorsque Ernst Engel27 (1821-1896) prend la direction de cette dernière institution, en 1860, il charge la « commission centrale » de réunir les statistiques de toutes les administrations28. Dans le même temps, il promeut la professionnalisation en fondant le séminaire où il dispense ses fameuses formations de statistique administrative29.

  • 30 Gorges (1908) ; Wagner (1990).
  • 31 Cité par Schäfer (1971), p. 286.

13 La guerre franco-allemande de 1871 et la fondation de l’Etat national allemand qui lui fait suite créent l’ordre politique dans lequel est mis en place le bureau national de la statistique. Dans ce nouveau cadre de référence, des professeurs d’université et des fonctionnaires de l’administration soucieux de promouvoir une politique sociale fondent l’ « Association de politique sociale » (Verein für Sozialpolitik, 1872/1873)30, afin d’imposer leur expertise pour le traitement de la question sociale dans les domaines de la politique et de la science. Un des membres fondateurs du Verein, Gustav von Schönberg (1839-1908), interpelle ainsi en 1871 le nouveau gouvernement31 :

  • 32 Ce passage est un extrait de la conférence de G. Schönberg « La mission sociale de l’empire alleman (...)

« Depuis que la question nationale a trouvé une issue, la question sociale est peut-être à nos yeux la plus cruciale pour l’avenir. […] Nous avons à présent fermement établi l’Etat de droit. Il s’agit à présent de donner une réalité à l’Etat de civilisation. […] Il s’agit d’assurer une existence matérielle et sociale à tous les millions de gens qui vivent du travail de leurs mains. […] Pour cela, nous devons impérativement exiger que l’empire accomplisse ce qui n’a encore jamais été fait par les dirigeants de l’Etat : qu’il dise enfin au peuple allemand quelle est la situation de ses ouvriers salariés32. »

  • 33 George Steinmetz parle de régulation du social pour mettre l’accent sur deux points : en premier li (...)
  • 34 Wagner (1990), p. 108.

Comme on le voit dans ce passage d’une conférence de Schönberg, les sciences sociales elles-mêmes regardent encore explicitement, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la statistique comme un instrument de saisie et de régulation du social33. Au début des années 1870, la fondation de la nation donne ainsi à la statistique administrative comme aux sciences sociales des impulsions radicalement nouvelles de comptage, catégorisation et représentation de la population au travail. Les sciences sociales disposent de procédures qui permettent d’ « appréhender empiriquement des formations sociales de grande ampleur, comme l’Etat territorial national, jusqu’au niveau du citoyen individuel »34. L’organisation du travail d’observation des sciences sociales et de la politique sociale fait partie du processus de nation-building qui est lui-même marqué par ces enquêtes.

  • 35 Durkheim (1897).
  • 36 Schultheis (1988), p. 108.

14 On peut invoquer l’étude de Durkheim sur Le Suicide35 pour caractériser ce mélange d’un nouveau genre de statistique, de science sociale et de question sociale dans l’approche des problématiques de l’Etat-nation. Durkheim reprend les nombreuses études de ses prédécesseurs sur le suicide en faisant passer au premier plan la pathologie sociale et en replaçant celle-ci dans le cadre de la théorie qu’il a développée au sujet de la société moderne et de sa forme de solidarité. Dans la perspective française, le cadre spécifiquement national de la question sociale induit, dans le contexte de la Troisième République, la mise en relation du suicide avec le recul de la population, entendu comme une menace pour l’intégration sociale et une approche sociologique de la famille comme problème central de la politique sociale française36.

  • 37 Ritter (1998), p. 41.
  • 38 D’après Schäfer (1971), p. 232.
  • 39 Le lien entre observation statistique et question sociale explique aussi l’intérêt d’Engels pour le (...)
  • 40 La législation sur les assurances sociales est destinée à protéger contre les risques de maladie (1 (...)

15 Au cœur de la variante allemande de la question sociale, on trouve plutôt l’idée de la sécurité sociale, le passage d’une prise en charge (des pauvres) à une assurance des ouvriers de l’industrie37. Ernst Engel, organisateur de la statistique allemande et membre-fondateur du Verein comme Gustav Schmoller, énonçait déjà en 1863 le prix de l’industrialisation : « Dans son développement gigantesque, elle crée une foule d’existences non-autonomes »38. Politique sociale et sécurité sociale sont ainsi censées protéger contre les risques d’instabilité sociale, et la statistique administrative doit évaluer la nature et l’ampleur des problèmes39. En ce sens, les trois lois de Bismarck sur les assurances sociales, promulguées en 1883, 1884 et 1889, montrent la voie et illustrent en outre les liens entre statistique administrative et Etat national allemand40.

16 Le premier recensement des professions et des entreprises s’inscrit lui aussi dans ce cadre de référence national. Il est censé permettre la mesure de la productivité de la population et donner une image de la puissance économique de la nation.

3. La distinction entre personnes actives et passives dans la statistique des professions

  • 41 Schönberg (1890), p. 375.
  • 42 Ibid., p. 377.

17 Dans le sillage de l’affranchissement des individus par rapport aux liens qui les rattachaient à des groupes de statut social, les conditions de travail sont de plus en plus appréhendées dans leur lien fonctionnel avec l’économie, tandis que les travailleurs sont perçus comme des personnes mobiles dotées d’une profession. Dans le Lexique des sciences de l’Etat, vers 1900, le « travail » est défini comme « l’activité professionnelle nécessaire de la plupart des gens », qui constitue « le contenu principal de leur vie »41. « L’éducation au travail » ou, plus précisément, l’éducation de « personnes aptes au travail »42 apparaît ainsi comme un trait constitutif de la société moderne.

  • 43 Kaufmann (2003a) ; (2003b).

18 En Prusse, avec l’introduction d’un libre marché des biens et du travail, de la liberté d’entreprise et de circulation, les conditions juridiques de changements concrets sont créées : libération des paysans asservis (1807), liberté de circulation (1842) fondée sur l’union douanière (Zollverein), et introduction du règlement des industries (1869). Ce cadre juridique étendu en 1871 à l’empire allemand tout entier représente le socle de l’intégration des personnes aptes à travailler et il régule les conditions de travail sur la base de contrats libres43.

  • 44 Fritz (2001).

19 Conjointement à la construction d’un marché national, à l’introduction de monnaies, de poids et mesures communs et à l’unification du droit de l’empire, la statistique centrale de l’empire est promue comme un instrument d’identification des critères pour un état des lieux de la nation et une analyse de la société44. Dans ce qui va suivre, nous examinerons les critères de classification des recensements des professions de 1882, 1895 et 1907, qui restreignent la définition du travail à l’activité productive exercée (au titre de profession principale) dans le cadre d’un marché et avec une médiation monétaire.

3.1. Le schéma d’observation « profession » – distinctions en statistique des professions

  • 45 La statistique de l’empire allemand se situe dans le prolongement de la « Statistique de l’Union do (...)
  • 46 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p.  3*. Les numéros de page indiqués par une étoile * se rap (...)

20 Le « Bureau statistique impérial » (KStA ou Kaiserlich Statistisches Amt) représente le cœur du système d’organisation des grands recensements administratifs45. La loi sur le relevé de la statistique des professions adoptée par le Reichstag en janvier 188246 avait pour but :

  • 47 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 5*.

« de permettre une connaissance précise de l’ensemble des activités rémunérées de la population, de la proportion d’actifs et de membres du foyer, d’indépendants et de subordonnés, d’entrepreneurs et d’ouvriers ainsi que de l’étendue et des autres caractéristiques des entreprises agricoles et industrielles, à des fins législatives, administratives et scientifiques »47.

L’objectif est clairement formulé : il s’agit d’appréhender l’ensemble de la population du point de vue de ses activités ; les chiffres doivent permettre de connaître la structure des secteurs professionnels et les proportions respectives des secteurs industriel et agricole.

  • 48 Köllmann (1989).
  • 49 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*.
  • 50 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*. Ce n’est que rétrospectivement que sont analysées les (...)

21 Des données sur la répartition professionnelle des habitants sont pour la première fois collectées en Prusse en 1816 sous la forme de tableaux de métiers ; à partir de 1822, elles sont relevées tous les trois ans ; à partir de 1846, elles sont assorties de tableaux spécifiques sur les usines48. A partir de 1871, un nouveau système de catégorisation est adopté ; à partir de 1872, la profession est demandée dans les enquêtes, mais les résultats n’autorisent que des « remarques superficielles »49. Le problème réside dans le manque de standardisation : « ni les formulaires d’enquête ni la classification des différents types de profession ne permettent d’ajouter des précisions »50. La statistique des activités de 1875 ne présente toujours pas de principe de classement suffisamment abstrait, puisqu’elle classe encore certaines activités en fonction du matériau, du contenu ou de la finalité du travail.

  • 51 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*.
  • 52 Deacon (1985) ; Patriarca (2011) ; Vanderstaeten (2006).

22 En outre, certains types de métier ne sont pas recensés et comptabilisés sur un mode équivalent dans les différents Etats allemands : par exemple, la catégorie « Tous autres types de métiers » regroupe 40 % de la population dans un Etat et seulement 4 % dans d’autres51. Ces fluctuations sont la conséquence de la variabilité des critères de classement : « Journaliers » et « ouvriers » sont par exemple répartis, dans certains cas, dans trois classes de professions différentes ; dans d’autres cas, ils sont rangés dans la catégorie générale des « services personnels ». Certaines catégories professionnelles tendent ainsi à être surreprésentées parce qu’elles « hébergent » les groupes difficiles à classer ou inclassables. Ce phénomène, que l’on peut observer dans d’autres pays tels que l’Australie, la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Italie52, illustre les difficultés posées par la classification statistique des professions.

  • 53 La statistique prussienne a longtemps été régie par la distinction militaires / population civile ; (...)

23 C’est dans ce contexte qu’est décidée, en Allemagne, la réalisation d’un recensement des professions. Le champ d’observation englobe, pour ce qui est des personnes, leur participation à la vie économique, le type de métier, la branche d’activité et la répartition territoriale pour les entreprises, le sexe, l’âge, la situation familiale. La différenciation sociale s’opère d’abord en fonction du sexe puis de l’âge, de la situation familiale, du statut d’invalidité et de veuvage. La statistique allemande avait recours à la notion de « sexe » (Geschlecht) pour les femmes et les hommes53.

  • 54 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 8*.

24 Le recensement des professions est censé établir « l’appartenance de toutes les personnes aux différentes professions, en tant qu’actif ou pourvoyeur de revenus et en tant que membre du foyer ou bénéficiaire »54. Il s’agit d’appréhender tous les individus dans leur relation avec un métier, de les classer et de les regrouper à partir de ce critère. On voit déjà se dessiner ici la répartition entre population active et passive, entre les personnes économiquement autonomes et économiquement dépendantes, qui trouve aussi un prolongement dans les assurances sociales avec l’opposition entre bénéficiaires de prestations et cotisants.

  • 55 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*.
  • 56 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

25 Au niveau national, la population est ainsi pour la première fois classée en fonction du critère de l’activité productive ou du statut de personne entretenue. On demandait aux « personnes individuelles si elles appartiennent directement ou indirectement aux différents types de métiers et aux différents postes (professions) »55. A cette fin, on distingue trois grandes catégories : les actifs (Erwerbstätige) au titre d’emploi principal ; le personnel de service domestique (vivant au domicile de leurs patrons) et les membres du foyer (membres du foyer qui n’étaient pas actifs ou seulement à titre secondaire). De plus, une quatrième catégorie fut introduite, celle des indépendants sans profession56, qui rassemble les personnes sans revenus.

  • 57 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13, 165*, 168*.
  • 58 Voir les prescriptions données aux enquêteurs qui rassemblent et traitent les données brutes : « Ch (...)
  • 59 Dans les volumes de commentaire, ces notions ne sont pas suffisamment différenciées. D’une part, la (...)
  • 60 Kaiserliches Statistisches Amt (1890), p. 3* ; Kaiserliches Statistisches Amt (1909), p. 3*.
  • 61 Kaiserliches Statistisches Amt (1913), p. 1. Il faut inscrire dans la liste le métier, le groupe de (...)

26 La catégorie des actifs joue ici un rôle clé ; en tant que pourvoyeur de revenus, leur « activité principale est orientée vers la production économique [italiques dans l’original] »57. Les catégories d’emploi (principal) et d’actifs sont souvent employées comme synonymes dans les volumes de commentaires58. En 1897, cette définition est élargie à la catégorie de la position59. Dans les listes de foyers, il faut désormais inscrire comme emploi principal celui « sur lequel la position [était] avant tout fondée et qui procure les revenus ou l’essentiel des revenus »60. Dans le volume de commentaires du recensement des professions de 1907, on fait valoir que « la profession principale confère à l’individu une marque sociale, une position ; c’est seulement dans un second temps que la dimension des revenus privés est mentionnée [italiques dans l’original] »61.

  • 62 Kaiserliches Statistisches Amt (1913), p. 13*.

27 La notion d’actif est employée comme un synonyme de pourvoyeur de revenus : les actifs gagnent de quoi vivre eux-mêmes et faire vivre les membres de leur foyer. Les activités des membres du foyer dans le cadre de l’économie domestique et celles des personnes qui « ne perçoivent des revenus qu’à titre secondaire » ne sont pas comptabilisées62. La notion d’actif induit ainsi une distinction stricte entre les activités du foyer et celles de l’entreprise et entre les activités principales et secondaires.

  • 63 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*.
  • 64 Kaiserliches Statistisches Amt (1899), p. 15.

28 Le personnel de service domestique regroupe toutes les personnes en « situation de service qui exercent leur activité principale dans l’économie domestique ou dans les services personnels et vivent dans le foyer de leur patron : autrement dit, pour l’essentiel, le personnel de maison [italiques dans l’original] »63. Les services personnels ne sont donc pas conçus comme une activité productive. Dans leur cas, c’est le contexte du foyer qui est déterminant et non l’activité : celle de ce groupe « est tout entière subordonnée aux finalités du foyer, elle ne s’inscrit pas dans le cadre des échanges généraux »64. Elle n’entre donc pas dans le circuit économique :

  • 65 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*. L’exclusion des domestiques vivant au domicile de le (...)

« Considérés en eux-mêmes, ces domestiques pourraient être regardés comme des actifs rémunérés ; mais dans leur rapport avec l’économie nationale, ils ne le sont pas davantage que les femmes au foyer qui sont occupées dans la maison ou les autres membres de la famille, étant donné que, comme ces derniers, ils sont entretenus par les membres actifs du foyer, sans contribuer directement aux revenus de ce dernier65. »

  • 66 Sur les différences entre personnel de service domestique et personnel de service des entreprises e (...)

Comme les membres de la famille, les dispensateurs de services personnels font partie des personnes dépendantes économiquement, qui sont entretenues par les membres actifs du foyer. Le personnel de service des entreprises agricoles et industrielles est en revanche classé par la statistique des professions parmi les actifs66. Le personnel de service domestique est assimilé à la troisième catégorie, celle des membres de la famille, en raison du lien qu’il entretient avec le foyer.

  • 67 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13* sq.

« La catégorie des membres du foyer regroupe ceux qui font partie de ce dernier et sont entretenus dans l’économie du foyer sans être eux-mêmes des actifs dotés de revenus ou en ne l’étant qu’à titre secondaire, sans faire davantage partie du personnel de service de la maison et sans vivre non plus de façon autonome de leur propre fortune, de leurs rentes ou pensions. (..) Pour l’essentiel, cette catégorie se compose donc de femmes au foyer, d’enfants et de membres de la famille qui ne sont pas en état de travailler67. »

Les membres du foyer font partie, comme le personnel de service, des personnes passives et économiquement dépendantes, qui ne peuvent pas elles-mêmes subvenir à leurs besoins. Leur dépendance ne se fonde pas au demeurant sur un rapport de domesticité mais sur leur appartenance au foyer. Elles sont soumises à l’époux ou au chef de famille.

29 Enfin, les indépendants sans profession regroupent :

  • 68 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

« les chefs de foyer vivant seuls qui subviennent à leurs besoins de manière autonome par leur propre fortune ou leurs pensions ou les membres d’un foyer et résidents d’institutions qui sont entretenus par des revenus extérieurs ; dans les deux cas, ce ne sont pas des actifs rémunérés, ou ils ne le sont qu’à titre secondaire »68.

Cette catégorie regroupe, outre les détenus des prisons et les pensionnaires des asiles de fous, les élèves, les étudiants et les personnes qui poursuivent leur formation professionnelle ou la complètent, mais aussi et surtout tous ceux qui n’exercent pas de profession connue.

  • 69 Koselleck (1981).

30 Cette division de la statistique professionnelle en quatre groupes était censée livrer une trame permettant de classer tous les individus selon le critère de la productivité économique, mise en relation avec le métier. La distinction entre foyer et entreprise semblait marquer une frontière départageant une plus ou moins grande productivité. Ainsi, ce n’était pas en premier lieu le type d’activité mais son contexte, en l’occurrence le foyer, qui était pris en compte. Un même type d’activité comme celle du personnel de service classait ceux qui l’exerçaient comme des actifs dans le cas des entreprises agricoles et industrielles, mais comme des non-productifs dans le cas de services personnels domestiques ; les types d’activité des personnels de service et des membres du foyer, d’un autre côté, faisaient l’objet de distinctions complexes69.

  • 70 Vanderstaeten (2011) ; Wobbe et al. (2011).

31 Le caractère arbitraire de ces classifications n’échappait pas aux statisticiens et ils étaient ainsi confrontés aux conséquences de leurs propres principes de construction une fois qu’ils les avaient établis70. C’est ainsi que, des décennies plus tard encore, la distinction entre actifs et membres du foyer continuait de préoccuper les statisticiens. Dans son commentaire du projet de relevé et d’analyse des recensements de la population, des recensements professionnels et de ceux des entreprises (1925), Friedrich Burgdörfer soulignait la difficulté posée par l’intégration de « l’activité des femmes au foyer » dans le concept statistique de profession :

« L’assimilation de l’activité des femmes au foyer à une activité rémunérée au sens d’une profession exercée contre un salaire introduirait à n’en pas douter une forte confusion dans la notion de profession et aurait pour conséquence d’infléchir considérablement les résultats professionnels et d’empêcher ainsi que la question de l’activité rémunérée proprement dite des femmes et en particulier des femmes au foyer fasse l’objet d’une clarification. »

  • 71 Burgdörfer (1925), p. 50.

Le travail des femmes au foyer possédait certes une grande importance à titre privé et pour l’économie du pays, mais ses « limites » étaient « extraordinairement fluctuantes »71.

32 La classification établie en 1882 et les réflexions ultérieures de Burgdörfer illustrent de façon générale les problèmes posés par la statistique des professions lorsqu’elle passe du recensement des foyers à celui des individus. La distinction entre actifs et membres d’un foyer est à mettre en relation avec les problèmes posés par ce changement et par le passage à un comptage des individus.

3.2. De l’unité « foyer » aux individus : actifs et membres du foyer

  • 72 Vanderstraeten (2006 ; 2011).

33Au début du XIXe siècle, compte tenu des changements structurels de la société, la représentation des individus devient de moins en moins tributaire de celle de collectifs unis par un même statut social. L’individualisation se substitue à l’inclusion, et on passe d’une unité centrée sur le foyer à une approche individualisée. Comme Raf Vanderstraeten l’a montré à partir de différents contextes nationaux72, cette évolution s’est effectuée de manière discontinue et avec des décalages temporels.

  • 73 Vanderstraeten (2011), p. 190.

34 Au fond, ce sont les mêmes problèmes qui sont en jeu : l’unité que constitue le foyer ne donne pas d’information sur les activités concrètes de chacun de ses membres. Aussi longtemps que l’on prend pour base cette unité, la distinction entre actif et inactif ne joue pas de rôle décisif73. Le passage à une prise en compte des individus plutôt que des foyers implique une différenciation des activités des individus au sein du foyer et l’établissement d’une distinction entre les individus exerçant une profession et les individus sans profession. La distinction opérée entre foyer et entreprise tend ainsi à se prolonger au sein même du foyer.

  • 74 Vanderstraeten (2011), p. 191.
  • 75 Vanderstraeten (2011), p. 196 sq.

35 Etant donné que les sociétés du début du XIXe siècle possèdent une forte orientation agraire, qu’il est souvent difficile de délimiter différentes activités et que, de surcroît, l’ordre des statuts demeure à bien des égards une référence importante, le décompte des individus indépendamment du foyer et de l’appartenance familiale est une entreprise difficile. Les tentatives concrètes de recensement de la population montrent que les familles ou les femmes sont d’abord classées en fonction de la profession du chef de famille. Si la classification n’est pas opérée sur ce mode, les membres de la famille sans activités professionnelle sont comptabilisés, dans le cas de la Belgique, dans la catégorie résiduelle des personnes sans profession, dont fait partie, en 1856, presque la moitié de la population74. Si, en 1851, dans le recensement britannique, les épouses sont comptabilisées parmi les professions de la domestic class, qui est regardée comme productive pour la croissance de la population, le même groupe se retrouve en 1881 dans la rubrique de l’unoccupied class, autrement dit des inactifs75.

36 Le critère de la prestation rémunérée, médiatisée comme une activité porteuse de profits par un marché et par la vente de la prestation de travail, tend lentement à s’imposer. Aussi bien pour ceux qui rémunèrent que pour ceux qui sont rémunérés, ce critère est nouveau. Dans le même temps, les activités concrètes exercées au sein et à l’extérieur du foyer demeurent encore dans bien des cas imbriquées et ne peuvent, pour beaucoup d’entre elles, être concrètement évaluées à l’aide d’un équivalent monétaire ni se fixer sur différents marchés du travail.

  • 76 Frevert (1986), p. 85 sq.
  • 77 Stockmann / Willms (1985), p. 47.
  • 78 Bock (2000), p. 142 sq.

37 Ce constat s’applique en particulier aux femmes au foyer, mais aussi aux ouvrières d’usine et aux domestiques qui quittent souvent la vie économique officielle après le mariage et au plus tard après la naissance du premier enfant, sans abandonner complètement le marché du travail76. Les femmes apportent souvent leur contribution au revenu de la famille par le travail à domicile, le logement d’hôtes extérieurs, une petite activité agricole ou encore en faisant des ménages, des lessives et du repassage pour les foyers bourgeois. C’est non seulement le cas pour un grand nombre de femmes qui occupent des postes de travail associés à l’économie domestique77 mais aussi pour celles qui s’adonnent à différentes activités afin de se procurer argent ou nourriture pour elles-mêmes et pour d’autres78.

  • 79 DWB t. I, col. 344.
  • 80 Cette dépendance est confortée par le droit matrimonial. Les structures normatives du rapport conju (...)

38 Dans ce contexte, il est clair que la distinction entre actifs et membres du foyer soulève une difficulté : soumise au primat nouveau de l’activité économique, elle entend appréhender chaque individu pris séparément en lui assignant une seule activité ; elle comptabilise ainsi les individus sans prendre en compte leur rapport à un foyer ou une famille et les inclut à titre individuel. La frontière tracée entre actifs et membres du foyer renvoie au demeurant à un complexe sémantique ancien de la tradition européenne : la notion de membre du foyer (Angehöriger) porte l’écho de la sémantique de la maison. Des strates de signification issues de l’ancienne acception du terme, qui désignait un rapport « de propriété et de dépendance »79 se retrouvent dans les connotations de cette catégorie de la statistique des professions. Sa caractéristique est la dépendance économique à l’égard des revenus du chef de famille80.

  • 81 Müller et al. (1983), p.  23.
  • 82 Schwab (1975), p. 274. Une autre illustration de la dissociation opérée entre la notion de famille (...)

39 La distinction entre actifs et membres du foyer renvoie au présupposé des statisticiens selon lequel le travail rémunéré est généralement exécuté en dehors du cercle économique domestique et associé à des revenus monétaires »81. Le domaine du travail productif associé à l’entreprise est ainsi distingué de celui du foyer, et ce dernier est désormais – à la différence de l’entreprise comme économie productive de revenus – restreint à la dimension de la communauté de consommation familiale82.

  • 83 Schwab (1975), p. 275.

40 Cette restriction à la consommation détache la profession, entendue comme le monde de l’homme, du domaine du foyer. Il s’ensuit que l’activité rémunérée n’entretient plus qu’un lien indirect avec celui-ci, sous la forme de l’obligation d’entretien, qui ne se confond pas avec l’obligation de travail83. Les membres du foyer familial, les épouses et les personnes âgées, sont dépendants et doivent être entretenus par l’époux ou le chef de foyer exerçant une activité rémunérée.

  • 84 Voir Lamont / Fournier (1992). Dans le cas de la France, la pertinence du critère du sexe dans les (...)

41 Dans la mesure où la distinction fondamentale entre actif et membre du foyer possède en outre souvent la signification de l’opposition entre personne qui entretient et personne entretenue, la distinction opérée entre l’indépendance et la dépendance économique est aussi codifiée en termes de genre. La ligne de séparation stricte entre l’appartenance au foyer et l’appartenance à l’entreprise remplit ici une fonction de renforcement au sens d’un tracé de frontière symbolique ou boundary making84. Toutes les activités exercées au sein du foyer familial sont classées comme non économiques. Cette ligne de partage est également visible dans la différenciation des professions de service selon qu’elles sont exercées dans le cadre du foyer ou dans les entreprises agricoles.

  • 85 Willms (1980), p. 26.
  • 86 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

42 L’auto-description économique de la société induite par les catégories des statistiques professionnelles donne une nouvelle image de la population. Ceux « qui n’ont pas contribué de manière visible au budget par les revenus de leur travail apparaissent comme des consommateurs passifs de ce budget, qui ne peuvent subvenir à leurs besoins qu’en étant dépendants de la solidarité des membres “actifs” de la famille »85. Un tiers de la population environ, selon les résultats du recensement des professions, est ainsi en charge de l’entretien de plus de la moitié de la population, en l’occurrence 61,5 %86. Ce groupe devient ainsi pour la première fois visible dans son ampleur et il est identifié comme non productif et nécessairement entretenu.

  • 87 Cf. Willms (1980).

43 Cette introduction statistique du schéma des professions va de pair, à la fin du XIXe siècle, avec la participation croissante des femmes au travail rémunéré et avec l’émergence de sciences sociales qui observent ce changement87. La limitation juridique de l’activité rémunérée des femmes qui en résulte, d’une part, et, de l’autre, l’ancrage du salarié masculin mobile sont à replacer dans le cadre de la différenciation du droit du travail. La distinction statistique relative au travail rémunéré se concrétise ainsi socialement et juridiquement.

4. Au travail – les observations des sciences sociales et du droit

  • 88 Canning (2006), p. 141 ; (1996).
  • 89 Ritter (1998).

44A cette époque, les discours des sciences sociales et des politiques sociales ne sont pas focalisés sur les aspects de productivité économique mais sur les inquiétudes suscitées par les bouleversements sociaux dont les conditions du travail industriel sont porteuses. Cette inquiétude, comme l’a montré Kathleen Canning88, est marquée par des schémas d’interprétation bisexués. La sémantique du droit et des assurances est appliquée au salarié, celle de la protection à la salariée. Les mécanismes sociaux de collecte – en particulier pour les ouvriers de l’industrie – se concrétisent dans les lois sur les assurances sociales (1883, 1884, 1889) et dans la reconnaissance de la liberté de coalition Ria>.

88 leurs veuvage. La statistiqurdentifistreint 64sociau3onis et d="fooail du drtitutio du o cotisan au frravails
  • 72 Vanderstraet90, p. 141 ; (1996).
  • 44A cette époqu, p. 261 ; (19s catégories :phasyer ou daque rcule. Sisisible6 treteau fo1848titunai0,ible85.

    9>.t90, comme que 0méc1914 lasl’actrgoriuitte jeu : l’aboo- sont pas fne part, et, de
  • 87 Cf. Willms (9re où laa famila la uvri longtemulieègo deB de ano lieu le ty des profe la t »
  • 9
">87 Cf. Willms (9cription Lsementn d’auhu ls prslisation d’ critèriétements soB de ano lncipale na et pdes orgaur formad)
9

39 La distinct4de la presta. ) pour Vede l für Sozordqsont k de la sisibleentg les résont porteule sont ulte, d’uassuranceétisent époux ynth sur lus tase dans sonstenuge la notl sonour Vede lnnes écoo1872,ts soLujooB de ano" id="bodyftn85" href="#ftn85">85. Le domaine9 91éfinitiotion d’ mes deoù,l’entreprise comme éconAngles. ari aî cas imbrtremiemalficielle passe durent enconstes qul" id="bodyftn78" href="#ftn78">78.

9 9n s’eB de ano jugeauhu ls prue une diridpe ce.rl sont porteut

39 La distinct47e la presta.
  • 76 Frevert (1989uction sttioctivit profrneoles.
  • 93
">87 Cf. Willms (9/ FournieB de ano dan7 8
  • 44A cette époquexte, il ePunérés, ce crit«  ,egg . La , ce c des foy’industrie – actas pcipacrueltatistncrcipant le marctatissuivnt occ" id="bodyftn78" href="#ftn78">78. Les membre93 9foyer . L’autres85. Toutes les9>.(9/ F
    • 83 Schwab (197595 p. 275. 95
    • 89 Ritter (199896 FournieB de ano dan7 8
    • 89 Ritter (19989980).
    • Goffmn> 6).2 [1977]
    • 44A cette époquon entre actifs et membreépendance et la drie –re fortune, luointrentvurances est sont porte l’ent aux dom ce at dépenomiquequrdent" id="bodyftn85" href="#ftn85">85. Un tiers d9>.595 per as pjiseifimonial. Lesactivitentretien, qui ne,eois. C’et occedtion de ou leur="foote activittn58">(.Qréa c stat, dune disque la spritrent qumne marlenent às.85. Ce groupe 9>.896 Fdique dles catége modidus de porteuse de e foyersegm de poens sont d,u travaessioidusifsest ’épgcettrvicla ventarrsage à uspotecfx femmeiraitasescall" id="bodyftn69" href="#ftn69">69. La limitat9>.89980’e ou danéré est généfa t inralement exécuts qu’à ép la croissbl dest pas
    ">87 Cf. Willms (99 Fournier (1989 Ritter (1998100, p. 14Weyration 96). 24 . 95 2
  • 44A cette époq5ction à lSisibledistief="#ftn80"dansnts socinour Vede lnnes lialParl ,ivité ige>de prede l’activariage et asont ported’et occeble dans son unqu’ eont pas dpproche foyer possédait ceappliqu69, est marqu98 9r dessance remièrante, le décomp visible, lue profef="ègl est ainsiétisent estan78" id="bodyftn69" href="#ftn69">69.

    9>.(99 Fa> du pays, a. 69 100.8100,
    • 83 Schwab (197510re où laour Ergebnitréeividbtés e du uen-rand Kindivarbe renenomn Fabrikelle f B chlußainsiBandesratiivaclassecall" i

      10

    44A cette époq51ction statiépoux ’exerhangem rémellean/em> nt pa m d’un mor">64ssont ported’et occe passees qu, de l’actividividus plutôt qu étantaapactifsl su foyer potnotecall formatamateura abandonnee ln" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 10 10re commeistinction fondameniqujeunyeret occede relc . Lotnotecallrtremiepliq,pour un grand nelsés de manièrels concrue lavaluées ustrienn équivaastruconétaire et du ères delséstindi ti pp, le déoche foyer pos pes qui se concré à des rev cecyer qui abandonnersdirect fahôtes eeurs pmetitre secondaians le foyer dantependance écepassagellerciales ne lallerc,La , ce ail induur une féglchoficielled

    • 83 Schwab (197510, p. 274. o/li> 9 45
    • 75 Vanderstraet103 FournieB airei> 93)l prooduir"footnont ported’et occee foividus pités concrventaccemiecle, a2">(...t aux d " i

      103

    44A cette époq52ction statistiqt avec desdus inrirqui abaeu : l droit matrmui se les enetiens sociale da. 85 1027510, p’emes q81 danpotecfx femeau deaires »85 103 103 F

    88 le4rs veuvage. les o2que d genrecactivité rémunuevidut ported’et occ
    • 72 Vanderstraet104 p. 26. 95 au foyer poss nur uon prs. ss="s pSuitréestan77écoo1878cooGtre p-Bretag " i

      10

    41 Dans la mes5IXe sièct="fooeun900unassagellanpotecfx fes sisibleentg les résont porteud’et occennqui ulgufamilne soon le criitesisexuEn de moitiAmctivémunueNion femmesAiatiolie.mêmes proictivitagitrent tivit,uvoiseisexués. dirqui afoyer pos pes quiois. C’et occ 84, ion fosuvontrente sesporel afin de se ces snne qu4sociaravaesptiqurdentif de cdome,l’de relc rde « l’a. dirdentifistreintoss nur une sont pitesion de meml" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 10 104 p

    • 81 Müller et a105e où laour Gesetz beluffhaqus e Abä. 1u(19s rdGewerbeionnu(19vom 17 Js do1878.ecall"

    41 Dans la mes5sont les mtiotion d’eble dans son displ droif 188h staroissan, lue profef="ègl est auscitées tisent estan78 souvent leu,rsuivad ceauspoursuivs aussmor">ise ai>) p§139a)n se s, celon entre uitteibermt adorie de laoncrccipaAtre la notiomiqsont pasabord em>),nfronus par lrapporta ll est apropriétéuivalentsrontiociaux deet occe de manièrels strucfoootnotecallrne sont pies :ronaiur forma professentaccou8heest ap§135" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 105 a105e a>)

    • 81 Müller et a106e où laour Gesetz beluffhaqus e Abä. 1u(19s rdGewerbeionnu(19vom 1 Jsndo18 all"

    41 Dans la mes5 que les sce, la pseca opulatiosqu’il est se cqsont pasabord lus de lam Daeeur familiale bolne quide daagelauscitéeabordisde,oient l’if 87 106 a106e er as p pas doutestan91formatrotecae l’a. dirdentifistreintoss nur u famarcuivonze hllustrentrundancmaximal enn du je catinue ecié à lis. C’et occap§1371).tnoteca;y’industrie domesnts et de la populseizrta sontribuéo maanteon plus’d de pai>) p§137) agricoamarchém rntre les iundanctre les hllusge modiduvuapport peut ’épef=qugexte des inhllusg ou ldpprocdecre p

    • 83 Schwab (1975107, p. 141 ; (199 2
    • 78 Bock (2000),10), p. 141 ; (1996).
    • 5
    • 80 Cette dépen109 FournieA contextes ans laaesptiqurdentibudgrs étaistat de ce derncorrts exte dedaagelauscitlentsr, 1884emala rn" i

      109
    ">87 Cf. Willms (110, p. 141 ; (1996). 54
  • 44A cette époq56ont les mti sans antre l’apparfemmaans proscallest ’épgcettrvicp§120b)n se sa class="footnvités conne sorence istinction esootnvités conécalagesiberte chef de fErticur ce de laxtrie – scutnchaque laxtrie cdome,lormads par l prorait flucnsei’uittecié ttecreuinsi quet souvent lfa t insai>) p§120)oit et dgentgciale da. /spanoail du desé paentretenus nderstrar ou daque ret membres du fss es ssootnvités copersonne, maisdee et du y’industjeunyeret occ" id="bodyftn87" href="#ftn87">87 10775107, a> du C’estés cocede rer64">64s’industjeunyergeml" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 108),10), dique de l’activité rémunont porteud’et occe l’entrenpotecfxtravitéesptiqurdentif derie domes l’entsr, 1884emala riépouxentreaise esteilial yst: l actical" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 109 109 Fcommeistiair que la di1 ; (19t64s en 18 afin de seque de l’activpulationidusifsoailmes socis ai elleuavaessioidussciale da. d aprèprises (="footnoteca;oss n écox orgaur fon écentnt co elldividus deicitées acti’sorenc , pousà replacl" id="bodyftn69" href="#ftn69">69 110 (110,
  • 44A cette époq5’applique eur ce motabl. Lotno sique,ef deétemts sociaues politiques socialels strucpasm>per classui du iqt avec deexceloiion etncrém> ’ensursonnels de servales ne tes profeession du cheuparatio

    4. Au5travail – 5 a5. Synth la popunt des proitéuq.44A cette époq5), p. 1C.44A cette époq59ont les mtiot àrontla polde pest effe. Commeonomiiexte dede substitue à l’ine concrés vivantques so,tenanresqr qui sodes foyers rs besodtaire de celle de’épe indémunérélle sans acti mettre en ounts contextes eeur est une entreprise di » éta

    36 Le critère6uction staAlexe sémans demeuns sociale u travail r l’obligationia forme dans pross politiques socinia forme dans ces est.ue eur ce motegique, danque la ide d dmvidus psociales eonour t porteud’et occefoyer per claslle des l’inl du de,veau de l’activit’occu tidussciale datiemeure àques s les activités concrètes els et d’ sacours deié lles ou les cile de dent iiatiodans l le déocciatioiiouitte/o luves, le/spanait pas aaviofessions. Sa caractéristique ètemenvoisten és th dest erti de ce der. Ocenses ttaroissane ret membres du fmembr fortuie foyer p class="footnote,une parois pes e sont psions, est ss qui s’ad e sont pns politiques socialels strun se suoductifon entre 44A cette époq6sont les mDt dçiné en deho, 84, els et d’ rs beso’ép deaart,eles ré travaaurritsti populem>pootnot up ropl m>pLet.

    sticiens speante/spanait pas aaaise este l. Ls imbraporels. /o luves,és. La sémafsique du dr ersonam>uitfortuie nvoinidusifs† mett.ôttionage du salar endance économ dépenomiquequrdentnsi nfora as aaur ce mode, temeinds ni polit,la dtatistidépendance éune plce critaise esteill defesso elllui du fnt” dearpas forochei ent du fopas dasont pem>posconom ssioe’foyer
    • 83 Schwab (197511 que les Tyt otli> 468
    • 89 Ritter (1998116ont les Ocepeut lui duibertétu peantec ni poliformatrotexisdel’ fluearpa au frravailssoent porteai>) n" i

      116

    41 Dans la mes6 que les sstiquxn dee deiéifsfu leentreaconsoîtryer qui a flunoya travaileofessions de serviparatai>) e moanteviduion fonte/spanait pas aai>) our cremièrlncipaépene ventatimmeiraitase tes profeessss /spanoaiellesxeribuablinaenitu rimaet oteiffér àellll" id="bodyftn85" href="#ftn85">85 1157511 quainsi nfortiue profchaqubienent pdu pene sorenca fabisexués vivantcodifiée en sodtaiarpa tes prof,avtravaes/apactifs” foyer poe modiduentg lrésession du cheuesxe au e, la dlielles sont foyer possèdes épouses comppoux ptuein, mettuointrentvura/iques prol,d e sont pzorofeexat ivitccmplexensuitexués vivan ir base esfmembre dus re est nouvs comppouxdea fassà énlceau f" id="bodyftn85" href="#ftn85">85 116 116ondique d du sexe dane demeuns sociale e l’in, luointrentvuranenne h d des profncrés vivantqeage de bievoisteou dancréttitue à l’ine concrés vivantpleniéconités u r

    adt iation f le mettsalar .ôttion étaistaenéramonial. Lesiarpa npotecfx femeuvpulaapactifs” foyer posséntes profca;yl. Lesbiais et destion binnelles donn,concrés vivantefi ent du fom>per clas iqt avec deg pdeitre inins la d

    • 83 Schwab (197511980).
    • Tooze/li>
    • 80 Cette dépen11), p. 14Wobbe3

    43 Cette intro66ction staAleXarticipation statistique de l’ineitrtres85 1177511980’e qui s’aditten écox lravai chef de foycortuie nvols stru,teou dancrUn serEn de membrchef uxn dee" id="bodyftn85" href="#ftn85">85 118en11),

    • 83 Schwab (1975119ont les He lazans Nadai

    44A cette époq67n entre actit moore éconeiraitasesactiotyps forochei éristique ea tasesactiotyps fodomesauparatune paroit oevrésuou dan psioheromms lu. Lesiare la sont porte l et dgentgciale" id="bodyftn85" href="#ftn85">85 11975119ona>yenéral=aianresqr quile des l’inl du dene ne tes prof,aviceéristique ea assagiés, ce a catége istine o sn900oe modioes p pmfessrde lteteou dancrorgauises résont porteudu thcalagese la xtedr às.

    • 83 Schwab (1975120que les Fiske ca;yReskinans McB –rli>

    43 Cette intro6exte, il eUgrairi étla popuoenunoaiellesxua,allenom le/spanait pas aapouxentretenus nderstrasene sorencété, laestment netitre femustriel inestment ,ement n Ceins de madre   prceées dans len sticiens spanièreanteptass quinorcemeations 84 12075120qu

    • 81 Müller et a123ction stDesros domesli> 5 1
    • 43 Cette intro70n entre acetertinence des l’inl du den ce a catégex ce denfore moan uxn deeqt avisttmunuevidut portedemeunjurdevpas aai>) our m>per clasl. Lesbiais etnce flups docas aai>) /spanait paoiseis a fluthosesormaduéctcall" id="bodyftn81" href="#ftn81">81 123 a123cta>).ise aux depe. Comms e par les ologis nence rté de coalises (="fh d des profncrés vivant de la fe madrecodlp> citlentndeys hef rt – à
    lrierev-5068enHautrentege <

    Notes

    1 Epstein (1988) ; Gildemeister et al. (2003) ; Gildemeister / Wetterer (1992) ; Heintz / Nadai (1998) ; Reskin / McBrier (2000).

    2 Goffman (1994).

    3 Heintz / Nadai (1998), p. 80.

    4 Desrosières (2005), p. 263 sq.

    5 « Les “Allemands à arrière plan migratoire” regroupent des citoyens allemands émigrés ou nés en Allemagne, dont les enfants, selon le jus soli, enfants nés des parents étrangers, obtiennent la nationalité allemande en vertu du nouveau droit sur la citoyenneté allemande de 2000, s’ils sont nés en Allemagne (en plus de la nationalité de leurs parents, optionnelle jusqu’à la 23année) et les personnes dont un des deux parents seulement possède un arrière-plan migratoire (autrement dit les personnes à arrière-plan migratoire partiel) » (Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend 2007, p. 17).

    6 Folbre / Abel (1989) ; Patriarca (2011) ; Vanderstraeten (2006 ; 2011) ; Wobbe et al. (2011).

    7 Canning (1996 ; 2006).

    8 Hacking (1990), p. 3; Hacking (1986).

    9 Hacking (2004), p. 120.

    10 Luhmann (1981 ; 1995) ; Stichweh (2005).

    11 Conze (1972).

    12 Conrad (2006) ; Eckert (2010) ; Zimmermann (2010).

    13 Hacking (1990) ; Köhler (2009) ; Köhler / Bonß (2007).

    14 Cf. Schäfer (1971) ; Wagner (1990) ; Wagner et al. (2000).

    15 Köhler / Bonß (2007), p. 99 sq. ; Desrosières (2009), p. 19-50.

    16 Desrosières (2005), p. 19 sq.

    17 Hacking (1986 ; 1990).

    18 Porter (1986), p. 23.

    19 Foucault (1976). En Allemagne et en France, c’est l’époque où se constituent, pour une part en lien avec cette évolution, et pour une part indépendamment d’elle, les sciences de l’homme et leurs nouvelles théories des sexes, qui fondent une anthropologie spécifique de la femme (cf. Honegger [1991]).

    20 Porter (1986), p. 27.

    21 Hacking (1981), p. 24.

    22 Kern (1982).

    23 Donnelly (1998), p. 229.

    24 Schäfer (1971), p. 193 ; Donnelly (1998) ; Wagner (1990).

    25 Vanderstraeten (2006), p. 194.

    26 Boeckh (1863).

    27 Ernst Engel est considéré comme une figure importante du développement de la statistique en Saxe, en Prusse et dans l’empire allemand ; il a également joué un rôle décisif dans le réseau de la « Société internationale de statistique ». Il met en place des structures et un système d’organisation, est à l’origine de la création des revues de statistique spécialisées, et crée le séminaire de statistique de l’université de Berlin (cf. Hacking [1988] ; [1990]). Il est enfin membre fondateur de l’Association de politique sociale (Verein für Socialpolitik) et présente un exposé sur la question du logement lors de son premier congrès (cf. Porter [1986], p. 181).

    28 Boeckh (1863), p. 93 sq. ; Hacking (1988), p. 379.

    29 Hacking (1988), p. 379 sq. ; Schäfer (1971), p. 145 sq. Ce séminaire, qui n’était pas inscrit dans le cadre de l’université mais rattaché au ministère, forma à la statistique, dans les années 1860 et 1870, beaucoup de membres de l’Association de politique sociale (cf. Porter [1986], p. 181).

    30 Gorges (1908) ; Wagner (1990).

    31 Cité par Schäfer (1971), p. 286.

    32 Ce passage est un extrait de la conférence de G. Schönberg « La mission sociale de l’empire allemand » (1871) (cf. Brusatti [1962], p. 215).

    33 George Steinmetz parle de régulation du social pour mettre l’accent sur deux points : en premier lieu, l’émergence du social donne naissance à une nouvelle sphère de phénomènes et de problèmes, un domaine spécifique de « trans-individual structures, identities, culture and social needs and risks » (Steinmetz [1993], p. 1). Etant donné que cette émergence du social représente une menace pour l’ordre, « it posed the “social question” or, rather, a series of social questions » (Steinmetz [1993], p. 2, 55 sq. ; voir aussi Canning [1996] ; [2006]).

    34 Wagner (1990), p. 108.

    35 Durkheim (1897).

    36 Schultheis (1988), p. 108.

    37 Ritter (1998), p. 41.

    38 D’après Schäfer (1971), p. 232.

    39 Le lien entre observation statistique et question sociale explique aussi l’intérêt d’Engels pour les questions de crédit et d’assurances pour endiguer les risques sociaux (cf. Hacking [1988], p. 379).

    40 La législation sur les assurances sociales est destinée à protéger contre les risques de maladie (1883), d’accidents du travail (1884) et contre les problèmes liés à la vieillesse et l’invalidité (1889) (cf. Ritter [1998]). Ces lois de sécurité sociale, fondées sur un système de prélèvements, forment aujourd’hui encore les piliers de la politique sociale allemande. Ces lois sont une réponse aux risques de l’existence et aux problèmes sociaux qui en découlent. La statistique des professions est aussi liée aux lois sur les assurances sociales parce qu’elle crée la base du calcul de ces dernières, en chiffrant le nombre de bénéficiaires à prendre en compte.

    41 Schönberg (1890), p. 375.

    42 Ibid., p. 377.

    43 Kaufmann (2003a) ; (2003b).

    44 Fritz (2001).

    45 La statistique de l’empire allemand se situe dans le prolongement de la « Statistique de l’Union douanière allemande » (1834-1871), dont le bureau central était chargé de rassembler les résultats des recensements de population menés dans les pays membres et d’inventorier les échanges de marchandises (importations et exportations) avec les pays non-membres. Les instructions de la KStA se fondent sur celles de la « Commission pour le développement de la statistique de l’union douanière », mise en place en 1869 par le Bundesrat et par l’Union douanière (voir Fritz [2001]). A partir de 1872, des recensements sont menés en 1875, 1895 et 1907 ; à partir de 1875, l’inventaire des entreprises est réalisé en 1907 et 1925 ; à partir de 1882, le recensement des professions est réalisé en 1895, 1907, 1925 ; à partir de 1882, le recensement des entreprises agricoles est réalisé en 1895, 1907 et 1925 (cf. Fritz [2001] ; Stockmann / Willms-Herget [1985]).

    46 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p.  3*. Les numéros de page indiqués par une étoile * se rapportent ici et dans ce qui va suivre aux pages de la partie « Commentaire » des rapports statistiques, tandis que les indications de pages sans étoile renvoient aux pages de la partie « Tableaux ».

    47 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 5*.

    48 Köllmann (1989).

    49 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*.

    50 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*. Ce n’est que rétrospectivement que sont analysées les branches professionnelles et industrielles, l’activité principale et les activités secondaires liées au métier (notamment dans l’agriculture) ainsi que les conditions de travail et de service de tous les individus âgés de plus de 14 ans. La population est divisée en sept secteurs professionnels et classes sociales, sans que l’âge ni la situation familiale ne soient précisés (Kleber / Willms [1982]).

    51 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 2*.

    52 Deacon (1985) ; Patriarca (2011) ; Vanderstaeten (2006).

    53 La statistique prussienne a longtemps été régie par la distinction militaires / population civile ; ce n’est que par la suite que la population a été classée en fonction du sexe ou d’un groupe d’âge (Boeckh [1863] ; Hacking [1988] ; [1990], p. 23). La statistique française avait recours à la notion de « sexe ».

    54 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 8*.

    55 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*.

    56 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

    57 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13, 165*, 168*.

    58 Voir les prescriptions données aux enquêteurs qui rassemblent et traitent les données brutes : « Chaque personne doit être inscrite une fois et une seule dans la synthèse de la “population d’après l’emploi principal”. […] Il faut comptabiliser parmi les “personnes actives” toutes les personnes qui sont en activité et se procurent des revenus au moyen de leur activité principale » (Kaiserliches Statistisches Amt [1884], p. 182*).

    59 Dans les volumes de commentaire, ces notions ne sont pas suffisamment différenciées. D’une part, la profession est au premier plan, en tant que forme constitutive de l’activité individuelle et base des chances de revenus ; d’un autre côté, elle sert d’indice de la position de l’individu, autrement dit du statut social qui lui est attribué (Willms [1980], p. 17 sq.* ; 24* sq.). Cette indétermination reflète la variété des définitions du concept de profession, qui implique en outre des perspectives différentes sur la société contemporaine. Selon Rudolf Meerwarth ([1914], p. 373), la statistique des professions n’offre par suite « pas de garantie assurée d’une bonne saisie des conditions professionnelles modernes dans leur complexité ». On a plutôt l’impression que le recensement est « prévu comme une enquête sur les professions dans un régime économique avant tout orienté vers l’artisanat ».

    60 Kaiserliches Statistisches Amt (1890), p. 3* ; Kaiserliches Statistisches Amt (1909), p. 3*.

    61 Kaiserliches Statistisches Amt (1913), p. 1. Il faut inscrire dans la liste le métier, le groupe de statut, la branche de revenus ou le gagne-pain qui constitue l’activité principale, l’activité rémunérée ou la source de revenus uniques ou principales [italiques dans l’original] » (Kaiserliches Statistisches Amt [1913], p. 5).

    62 Kaiserliches Statistisches Amt (1913), p. 13*.

    63 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*.

    64 Kaiserliches Statistisches Amt (1899), p. 15.

    65 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13*. L’exclusion des domestiques vivant au domicile de leurs patrons est justifiée comme suit : « Par [leur] travail – comparable à celui de la femme au foyer – ils contribuent seulement à réduire les dépenses du foyer privé » (Kaiserliches Statistisches Amt [1884], p. 17*).

    66 Sur les différences entre personnel de service domestique et personnel de service des entreprises en ce qui concerne la classification parmi les actifs et sur les points communs avec la réglementation de 1910 sur la domesticité, voir Wobbe et al. (2011).

    67 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 13* sq.

    68 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

    69 Koselleck (1981).

    70 Vanderstaeten (2011) ; Wobbe et al. (2011).

    71 Burgdörfer (1925), p. 50.

    72 Vanderstraeten (2006 ; 2011).

    73 Vanderstraeten (2011), p. 190.

    74 Vanderstraeten (2011), p. 191.

    75 Vanderstraeten (2011), p. 196 sq.

    76 Frevert (1986), p. 85 sq.

    77 Stockmann / Willms (1985), p. 47.

    78 Bock (2000), p. 142 sq.

    79 DWB t. I, col. 344.

    80 Cette dépendance est confortée par le droit matrimonial. Les structures normatives du rapport conjugal conservent des éléments issus de la tradition européenne ancienne du traité de statut entre personnes de rang inégal : « L’homme est le chef de la société conjugale et sa décision est déterminante dans les affaires de la communauté » (§184, Allgemeines Preußisches Landrecht). Le code civil de l’empire allemand (Bürgerliches Gesetzbuch ou BGB, 1896) stipule ainsi (§1354) : « Dans toutes les affaires concernant la vie matrimoniale commune, les décisions reviennent à l’homme ». La capacité d’agir en justice de l’épouse, en revanche, n’est pas limitée. Cette dissymétrie ne sera supprimée que dans le sillage de la réforme du droit matrimonial et du droit des familles (Schwab [1997] ; Weinbach [2002]).

    81 Müller et al. (1983), p.  23.

    82 Schwab (1975), p. 274. Une autre illustration de la dissociation opérée entre la notion de famille et la composante économique des revenus est le fait que, « à partir de la fin du XVIIIe siècle, les vocables de “maison” et de “foyer”, qui demeurent aujourd’hui encore en vigueur pour désigner l’unité économique familiale, sont limités peu à peu au champ sémantique de la communauté de consommation » (Schwab [1975], p. 274). La femme qui, auparavant, assistait l’homme, devient celle qui « dirige » le foyer en gérant la consommation quotidienne.

    83 Schwab (1975), p. 275.

    84 Voir Lamont / Fournier (1992). Dans le cas de la France, la pertinence du critère du sexe dans les conventions statistiques est là encore évidente : la catégorie du « travail à domicile » qui, vers 1900, concerne surtout les femmes, se trouve subordonnée dans le recensement de 1896 à celle des « isolés » ; elle n’entre donc pas dans celle du « salariat ». La classification comme « isolés », au sens de ceux qui travaillent seuls dans l’isolement, illustre l’impact puissant de la distinction entre foyer et entreprise, d’autant plus que, en France, le rattachement physique à l’entreprise est une composante constitutive de l’activité économique (Zimmermann [2006], p. 90). Dès lors que la collaboration s’exerce à l’extérieur des bâtiments de l’entreprise et ne peut donc être directement rattachée à celle-ci d’un point de vue formel, cette division est lourde de conséquences : les femmes qui travaillent sont exclues du statut de salariées, fondé sur l’appartenance à l’entreprise (pour la période de l’entre-deux-guerres, voir Martin [1987]).

    85 Willms (1980), p. 26.

    86 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

    87 Cf. Willms (1980).

    88 Canning (2006), p. 141 ; (1996).

    89 Ritter (1998).

    90 Canning (2006), p. 144.

    91 Comme la plupart de ses collègues, Brentano était passé par le séminaire d’Ernst Engel, le directeur du bureau impérial de statistique (Porter [1986], p. 181).

    92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapportées par Brentano à « la nature des organes qui doivent être contrôlés » (Brentano [1873], p. 9) : les autorités de police locale collaborent souvent avec les propriétaires d’usine et ne remplissent pas leur mission de surveillance des conditions de travail.

    93 En ce qui concerne les enfants et les adolescents, l’âge minimal pour le travail salarié est discuté ; un des arguments invoqués est que ce groupe doit pouvoir suivre l’enseignement scolaire. Les hausses et baisses de l’âge minimal sont à mettre en relation avec le rôle croissant de l’école obligatoire et de la poursuite de la scolarisation dans d’autres établissements (cf. Willms [1980], p. 15 sq.).

    94 Brentano (1873), p. 18.

    95 Schmitt (1995).

    96 Brentano (1873), p. 18.

    97 Cf. Goffman 2002 [1977].

    98 L’enquête de 1874/75 inclut pour la première fois des observations sur ceux qui ont affaire au travail des femmes dans un cadre professionnel : propriétaires d’usine, représentants de chambres de commerce, ecclésiastiques, professeurs, médecins, inspecteurs d’écoles, ouvriers, associations ouvrières, autorités communales ou encore directeurs d’établissements pénitentiaires ; les ouvrières elles-mêmes ne sont interrogées que dans un lieu, Merseburg. Cette enquête livre un document sur l’image que ces représentants des débuts de la grande phase d’industrialisation en Allemagne se font des ouvrières d’usine.

    99 Voir infra 4.2.

    100 Weyrather (2003), p. 24 ; Schmitt (1995), p. 25 sq.

    101 Ergebnisse der über die Frauen- und Kinderarbeit in den Fabriken auf Beschluß des Bundesraths angestellten Erhebungen, zusammengestellt im Reichs-Kanzleramt, Berlin, 1876. Sont notamment mentionnés le « penchant pour la boisson répandu parmi les femmes », « les mariages irréfléchis et prématurés », les « naissances illégitimes », la tendance à « négliger la vie de famille » ainsi que le « soin et l’éducation des enfants », « l’incapacité ou le manque d’envie de diriger une entreprise » (Ibid., p. 7).

    102 Scott (1994), p. 451.

    103 Braun (1993). Le contrôle du travail des femmes autorise en même temps un accès à la famille ouvrière : « En traitant la question du travail ouvrier féminin, nous entrons à l’intérieur du foyer ouvrier, nous découvrons le berceau du socialisme, le lieu où le socialiste boit à la mamelle le poison particulier de l’amertume, qui est le corrélat de cette question. » (Stenographische Berichte über die Verhandlungen des Reichstages 188/85a 64 Kaiserliches Statistisches Amt (1899), p. 15à mettre en relation av4ber drl des http://r), p. 1s884)okleue.de/Bsch3_k1-bsb000018365.html">http://r), p. 1s884)okleue.de/Bsch3_k1-bsb000018365.htmlps u href="#bodyftn92" id="ftn92">92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapport10(2000).

    0 0>92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapport102009), p. 019-505auf Besch affaisonysiff"FooStatAbäage"s AundesGewe, zordns Auvom 17. Jnogt r8tnoteSef="#bodyftn92" id="ftn92">92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapport10

    92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapport10="notesbasp0age"0>78 Bock (2000), p. 142 sq.

    0tesbaspage">91 Comme la plupart de ses collègues, Brentano était p10époque o0ù s0">92 Les réformes souhaitables en Allemagne sont rapport1

    101 Ergebnisse der über die Frauen- und Kinderarbespage">73 Vanderstraeten (2011), p. 190.

    1/p> 1

    7 Canning (1996 ; 2006).

    7 Canning (1996 ; 2006).

    102 Scott (1994), p. 451.

    Tyrtie="FootnoteSym46href="#bodyftn97" id="ftn97">97 Cf. Goffman 2002 [1977].

    ) ent de secteurs profee">99 Voir infra 4.2.

    45 La statistique de l’empire allemand se situe dans l1="notesbaspaage">>13 Hacking (1990) ; Köhler (2009) ; Köhler / Bonß (’époque ooù sse conse">12 Conrad (2006) ; Eckert (2010) ; Zimmermann (2010).

    2 Goffman (1994).

    19 Foucault (1976). En Allemagne et en France, c’est l2p> ">86 Kaiserliches Statistisches Amt (1884), p. 14*.

    1ass="notesb1ass 3baspage">
    Kais class="section">Ré (1871) (papeSyref3"#bodyftn86" id="ftn86>èreMala noup Peopl le sBe"sfssage"> otesb Kamemmesie"s Au Erhwirt-Kaaf otesb Inkomme suument dammeDl, -Kanass="no,classZei -Kariftnt lors zi

    Theassa ge">="Foombol" hree[celg>mandol" h« ge">lassMala noup Peopl le concer dans l’isoleéatiocile » qussion que le rec, les femmesisoleéati1991iées comme su

    ) ent dvec arents éndol" h no,classTrs pum13], p.Eepr é]>  | ol"5Fritzles scg est 10s s ol"5Fraséul. 7st 15 mamecialpool" hrURL : http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/"not ef="aphy -->

    teSy

    drl des 50troTheassa ge">="Foombol" hreon">f3"#bodyftn86" id="ftn86a class=des brutesroTheassa ="Footnde lières, aité poci

    le">Ces femmes modermtr iéemiqueinvalidité mbol" hreon ge">ge">Isabndicege">Kalinowassmbol" hree[celg>mbol" hre tnpan cla class=iroParutyer elassTrs pum13], , Stal des 50page  | ol"5tion"> tn8/li> tn8li> tnpan cla class="itles Stal des 50

    le">Kamemmemt (189Gs-Kanem> sammengr A, zussweltmbol" hreon ge"> tn8/li>

    clhors class="section">lator"Notes

    drl des 43sbasIsabndicege">Kalinowassmbol" hreon">f3"aphy -->

    "/em>lators class="section">
    plisnse cla"> d dB

    Ss="Firction"e">
    c mbol" hrphrev="prev>NotesNl des 50 "itle="Pxistence éeAmtr hrEgaliues .navE1). Et bottom cla"> re a cla">  #asstletclass="sectionn class="nav"> ss="section">Naventsp cref1> ss="section">< class="navEnméts"> ss="section">

    ss="section"> drl des 2 Au sonmbon">li>on"> ss="section"> drl des 2 5">Mots-assocmbon">li>on">< class="navCleueoppemePri y"> ss="section">

    ss="section"> drl des 5 le">É="Fo mbol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 49 le">Pne se fosp creol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 40 clale">Équip (s,="Fo embol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 493 le">Pxistence s,="Fo embol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 4

    Cen Sges re aussi0). Dsreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 400notProch ou ui va sumbon">li>on">< class="navIssuts"> ss="section">

    ss="section"> drl des 5490page">26 |ool" reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 540ge"ge">25 |ool" reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5372e"ge">24 |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5325e"ge">23 |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 52 clale">22* |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 52 9lale">21 |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 51 clale">20 |ool"5reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 50pagele">  |ool"5reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 49 le"> 8 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4820page">17 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 477 le"> 6 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4525e"ge">15 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4503e"ge">14 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4413e"ge">13 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 43 le"> 2 |ool"2reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 424 le"> 1 |ool"2reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4 19lale">10 |ool"2reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 40 7lale">  |ool"1reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 386ge"ge">8 |ool"1reol" hrbr /hge">pporuro-ms,="Fer li>on"> ss="section"> drl des 3757lale">7 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3599lale">6 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3540page">5 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3300page">4 |ool0">li>on"> ss="section"> drl des 3262e"ge">3 |ool0">li>on"> ss="section"> drl des 793e"ge">2 |ool0tesol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 223e"ge">1 |ool0tesol" hrbr /hge">li>on"> ss="section">

    ss="section"> drl des 553 le">26 |ool" reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5417lale">25 |ool" reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5400page">24 |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 53pagele">22* |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5262e"ge">21 |ool"6reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 515ge"ge">20 |ool"5reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 5043e"ge">1  |ool"5reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 49 ge"ge"> 8 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 487 le"> 7 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4775e"ge">16 |ool"4reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 464agele"> 5 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 452agele"> 4 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4419lale">13 |ool"3reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4390page"> 2 |ool"2reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 4207lale">10 |ool"2reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 409ge"ge">  |ool"1reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3982e"ge">8 |ool"1reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3823e"ge">7 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3667lale">6 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3583e"ge">5 |ool"0reol" hrbr /hge">li>on"> ss="section"> drl des 3367lale">4 |ool0">li>on"> ss="section"> drl des 3259lale">3 |ool0">li>on"> ss="section"> drl des 3253e"ge">1 |ool0">li>on"> ss="section"> drl des 325ge"ge">2 |ool0tesol" hrbr /hge">li>on"> ss="section">

    drl des 222e"T la fami va sumbon">f=" < class="navCleueoppemeSbasdy"> ss="section">

    ss="section"> drl des 733 le">ulsRde lreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 401 le">Mil à doln estts & drgedisreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 40 le">e ocacsreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum?"sec=lifon eurelu">Pxistence ne reubl isolreon">li>on"> ss="section">

    ss="section"> drl des 55 le">Ddlunsntsp cque-paiasgu <çae vue fe aunasgu sne ritutiv (Minis la cativil didus , P

    )clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 5539 le">Fritz Thy Se ltungreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 5153 le">Gerda HenkrliSe ltungreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 54 Ages) (in’org7] ; Weiecheresb (ANR)reon">li>on"> ss="section"> drl des 56 le">Dl, -Ka rior-Kaungs>Bürg-Kaaf (DFG)clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 59 Cphysiqin’org] ; Weiecheresb 8e ese lns (CNRS)reon">li>on"> ss="section"> drl des 58 Cphysiqis et e diri (Wills,l ([celons ste ert (CLEO)reon">li>on"> ss="section"> drl des 407lale">DVA-Se ltungreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 60 le">Dl, -Ka s HisFo -Ka s Iars que P

    (DHIP)clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 803 le">Dl, -Ka s iorumnt lorKuarsgs-Kaaiserl(DFK)clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 79 le">Iars que (IFRA/SHS)clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 78 le">ephysiqMomb Bloch (CMB)clol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 4000paephysiqsur l, 8e pliter [1986]rroud sc§1ginalcheresbs-guerres,="notesbas(CIERA)reon">li>on"> ss="section"> drl des 495

    Lne peuor [1986]exncess) (TfonsferSreol" hreon">li>on"> ss="section"> drl des 51 5p le">KäerlHam dessslKleueg »Rem> alsrKudus « reol" hreon">li>on">< class="navSynd isol"> ss="section">

    ss="section"> drl des https://www.facebook.ouv/"secs/TRIVIUM-Rde lssp/151 36661613372e "itle="Facebookpagimg alt="Facebookp srcs satios/8rédi-i lor/facebook.png" /hreon">li>on"> ss="section"> drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/backende "itle="Fl auRSSpagimg alt="Fl auRSSp srcs satios/8rédi-i lor/rss.png" width=" li>on">< class="navNewsls Rers"> ss="section">

    ss="section"> drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/?"sec=la pou">ulsla pou1ginTrs pum13on">li>on"> ss="section"> drl des http://newsls Rer.opene="Foot.sp">ulsLa pou1gle OpenE="Footreon">li>on"> ss="section">Affconsppeme/pir Mar’href=" ss="section"> ss="section">

  • drl des http://www.e="Foots-msh.tr" "itle="É="FootnoteSette » (li>on">ss="section">
  • drl des http://dva-se ltung.bo-Ka-se ltung.de/asstlet/nasgutio1/html/bungx.asp" "itle="DVA-Se ltungpagimg alt="Logo DVA-Se ltungp srcs docalesxe/satio/4660/logo-DVASe ltung-sm135120.jpg" width=" p height="3

    li>on">ss="section">

  • drl des http://www.doaj.sp/" "itle="DOAJ - D estoy of Open Acnsis Je, nalspagimg alt="Logo DOAJ - D estoy of Open Acnsis Je, nalsp srcs docalesxe/satio/4659/logo-DOAJ-sm135120.png" width=" p height="2

    li>on">ss="section">

  • drl des https://www.auf.sp/pes-fessinsi-de-l-auf/lières, a-cheresbur/eubl er-en- li>on">ss="section">
  • drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/ "itle="Pxrt « E de l.n Se es) s humons sc§18rédit>pagimg alt="OpenE="Foot Je, nalsp srcs satios/logo- de l-sp.png" /hreon">li>on ss="section"><6a class=first">ISSNls,l ([celons s1963-18"> ss="section"><6> drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/?"sec=map">Pnasaculiitction –er drl des 733 le">ulsRde lreol" hreon –er drl des 401 le">Mil à doln estts & drgedisreol" hreon –er drl des 40 le">e ocacsreol" hreon  –er drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/?"sec=backende>Fl aude18ynd isolreon">p> ss="section"><6a class=clat"> drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/ >N la adhva slisme,OpenE="Foot Je, nalsreon –er drl des http://www.lodel.sp/ >É="FunalcolaLodelreon –er drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/trs pum/lodel/ >Arier fne servesreon">p>ss="sectionn/ footer cla"> wtrôer cla"> evierWtrôer cla"> backs de: class="slatà do= { // Widgets strWidget: { lns est: "T lnvaliFoox : "/er fusine.", lns e : "T lnvaliFoox : usine.", me="um : "T lnvaliFoox : non el.", pr qui : "Im des e cnse d’in" }, // Zoom satios strTFooIrav: { prevction: "Pbaspitént", esxtction: "Srant", closetion: "Fermdr", origiorg]: "Origiorg", mam lyon: "Ausineir" }, // Ddateu strAdiv id: { omposante és : "Imposante és" } }; //]]ag/s brutass="se&nasgsfr&nonecordurl=1&aleSy ]' ).afier( ' |o drl des #ci, dby">eiues Nshxuld bstatld bsfmêm"antckPtioView" s="s_paq.push(['setCusFomV»,ble', 1, 'Domons', e d’in.domons, '"sec']); s="s_paq.push(['en,bleCro dDomonsLinla n']); s="s_paq.push(["setD d’inTitles, e d’in.domons + "/ + e d’in."itle]); s="s_paq.push(['antckPtioView']); s="s_paq.push(['en,bleLinlTntcka n']); s="s(fu; [199() { ectionvar us https://pk.ur m ido.sp/ ; ection_paq.push(['setTntckerUrl', u+'pk.php']); s="son_paq.push(['setSi, Id', '3']); s="sonvar d=e d’in, g=d.creeueEer ('s brut'), s=d.getEer sByTagNBer('s brut')[0]; s="song.types'"Foo/javas brut';ng.a8ync="/ue;ng.defer="/ue;ng.srcsu+'pk.js';ns.paass=Node.insertBsfmê(g,s); s="s})(); s=g/s brutas=g E: Piwik C

    onp({ ectionnnnnnnurl: ('https:// clh.opene="Foot.sp/ clhil Àir'), ectionnnnnnnatlbtckPtrBerier: 'atlbtck', ectionnnnnnnsucnsis: fu; [199(deua) { ectiontionnnnnnn$(' clhdeua').html('gimg srcs '+deua.fsvi lo+'p>s drl des '+deua.url+'p>'+deua.nBer+'mbon'); s="sonnnnnnnonnn$.ajax({ s="sonnnnnnnonnn type: "GET", s="sonnnnnnnonnn url: ""not?fon eu=pdfepub&nonecordurl=1", s="sonnnnnnnonnn sucnsis: fu; [199(msg){ s="sonnnnnnnonnn nnnn$(' dlLinls').rôend(msg); s="sonnnnnnnonnnnn} s="sonnnnnonnnnn}); s="sonnnnnnn}, s="sonnnnnnn lr: fu; [199(deua){ s="sonnnnnnnonnn//$(' clhdeua').html('gu st, drl des https:// clh.opene="Foot.sp"> Sge inmbon'); s="sonnnnnnnonnn$.ajax({ s="sonnnnnnnonnn type: "GET", s="sonnnnnnnonnn url: ""not?fon eu=pdfepub&nonecordurl=1", s="sonnnnnnnonnn sucnsis: fu; [199(msg){ s="sonnnnnnnonnn nnnnnn$(' dlLinls').rôend(msg); s="sonnnnnnnonnnnnnn} s="sonnnnnonnnnn}); s="sonnnnnnn} nnonnnnn}); s="sonnn$(' plarture deli').ldat('touchild', fu; [199(e) {}); s="sonnn$('input[nBer=q]').f ds(fu; [199() { ectionnnnnnnif ( $(this).rttr('valur') ==u'Rlcheresbr' ) { ectionnnnnnnonnn$(this).rttr('valur', ''); s="sonnnnnnn} nnonnnnn}); s="s}); jQs ry(e d’in).ready(fu; [199($) { $(fu; [199() { if (e d’in.cookie.indexOf("__cookieel.rt=1") ==u-1) { $("le"><>").html("ge">ol" hre">ol" h").rttr("idp, "cookieel.rt").rôendTo(".s brutass="s< class="openbirie"> ss="secn cla class=opene="Foot"a ss="s"secn cla ss="s"sececn cla class=first">"s"sececndrl des http://www.opene="Foot.sp">OpenE="Footreon"s"sececnula class=subiuqinv-toggle-shxw"a ss="s"sececececnli>on"> ecececnol" hOpenE="Foot Booksreol" hon"> ecececnul"on"> s="sonnnnnnnonnnnn

  • drl des http://books.opene="Foot.sppage">13on">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://books.opene="Foot.sp/ialogu "hLnde 13on">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://books.opene="Foot.sp/eubl shers">É="Feonsreon">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://books.opene="Foot.sps Ei[sainim01]usreon">li>on"> ecececn/ul"on"> ">li>on"> ececss="s"sececececnli>on"> ecececnol" hOpenE="Foot Je, nalsreol" hon"> ecececnul"on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://le, nals.opene="Foot.sppage">13on">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://www.opene="Foot.sp/ialogu -je, nalspaLms revut>13on">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://le, nals.opene="Foot.sp/6438s Ei[sainim01]usreon">li>on"> ecececn/ul"on"> ">li>on"> ececss="s"sececececnli>on"> ecececnol" hCditndareol" hon"> ecececnul"on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://cditnda.sppage">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://cditnda.sp/seares >Arié=erfe auannos) sreon">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://cditnda.sp/abouts Ei[sainim01]usreon">li>on"> ecececn/ul"on"> ">li>on"> ececss="s"sececececnli>on"> ecececececnol" hHypothèsesreol" hon"> ecececececnul"on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://hypothesl.sppage">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://www.opene="Foot.sp/ialogu - Kaibookss Cesalogu scitrarne reon">li>on"> n/ul"on"> ">li>on"> ecn/ul"on"> on"> ecececnol" hLa pou1& el.rtesreol" hon"> ecececnul"on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://newsls Rer.opene="Foot.sp">ge">li>on"> s="sonnnnnnnonnnnn
  • drl des http://seares.opene="Foot.sp/indexel.rt.php?a=des brutesroge">li>on"> ecececn/ul"on"> ">li>on"> ececss="s"sececececnli>on"> ecececndrl des http://www.opene="Foot.sp/14043e"OpenE="Foot Freempum13onon"> ">li>on"> ecn/ul"on"> ececss="s"secececn cla class=ascg-right"a ss="s"sececececnture acFoot="//seares.opene="Foot.sp/" la hod="get"a ss="s"secececececntieldset>on"> s="sonnnnnnnonnnnn< s="sonnnnnnnonnnnnnnlabndhrbr/hrbr/h on"> "sonnnnnnnonnnnnnn ecececececnnnnnul ss="section"> ss="section">Tipou1:on"> ss="section"> ss="section"> - Dl, -Ka- ss="section">on"> ss="section"> s="sonnnnnnnonnnnnnnecn6a class=accroches Ree l §1humons s">p> 13 dson"> 13 l ">li>on"> ss="section"> ss="section"> ss="section"> ss="section">on"> ss="section"> ss="section">on"> ss="section"> 13 l ">li>on"> ss="section"> ss="section">on"> ss="section"> 13 l ">li>on"> ss="section">ndrl des //www.opene="Foot.sp/2133 Vnim0ue, «cers (Schwaialogu OpenE="Footreon">li>on"> ">ul ">li>on"> ss="s"secececnlia class=bg-nav clat"> "ol" hDOI / Réfé871) sreol" hon"> ececececec "ul ss="section">ndr class=ifrBer>Nl des 50 t?fon eu=ci,isol">Ci, prottE éfé871) reon">li>on"> s="section">ul on">li>n /DOI / Réforme cts cla ss="s"secececnlia class=bg-nav clat"="notdlLinls"n">li>on"> s="section"> ececececec "ul ss="section"> "ol" hAdiv idour liêu tau son s (SchWeide l">ol" hon"> ececececec "ul ss="section">ne">Thereca Wobblreol" hrul ss="section">ees femmes modermtr iéemiqueinvalidité mbol" h [TFoox paséeral] Paru s (Sc 13li>on"> s="section">Kateemmes( hopa =erfArbei -weltmbol" h [TFoox paséeral] Paru s (Sc 13li>on"> s="section">ul ">li>on"> n>ul on">on"> s="section">ul on">li>n /Du mêu tau son cla n>ul s="sonnnnnnula class=shars"a s="sonnnnnaanlia class=i lor i lo-twitter">ndrl des http://twitter.ouv/shars?tlxt=%3Col" +xml%3Anasg%3D%22fr%22+nasg%3D%22fr%22%3E%3Cem%3EMaka n+up+People%C2%A0%3A%3C%2Fem%3E+ clasif isol+es +iocilstence +pr...&url=&via=OpenE="FootActu>Notesli>on"> s="sonnnnnaanlia class=i lor i lo-facebookpagdrl des https://www.facebook.ouv/sharsr.php?u=%3Col" +xml%3Anasg%3D%22fr%22+nasg%3D%22fr%22%3E%3Cem%3EMaka n+up+People%C2%A0%3A%3C%2Fem%3E+ clasif isol+es +iocilstence +pr...&"itle="a class=facebook buttol-wtr >li>on"> s="sonnnnnaanlia class=i lor i lo-google-1]uspagdrl des https://1]us.google.ouv/shars?url=%3Col" +xml%3Anasg%3D%22fr%22+nasg%3D%22fr%22%3E%3Cem%3EMaka n+up+People%C2%A0%3A%3C%2Fem%3E+ clasif isol+es +iocilstence +pr...&"itle="a class=google buttol-wtr >li>on"> n>ul rebuttol n [if lox IE 9]>on"> ececss="s"snlink rels=stylesheet"rl des https://iocilc-origio.opene="Foot.sp/openbirie/css/ie_openbirie.css" n [endif]cla"> ss="s s=g/html>