Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Hans-Peter Müller et Hinnerk Bruhns
Cet article est une traduction de :
Einleitung
Traduction de Anthony Andurand

Texte intégral

1Assez fréquemment, dans le cas des savants, la personne s’efface derrière l’œuvre. On n’est alors pas obligé d’en savoir davantage sur la personne, étant donné que l’œuvre parle pour elle-même. Dans de rares et heureux cas et pour certaines grandes figures, la personne et l’œuvre offrent de l’intérêt pour le public curieux. Mario Rainer Lepsius incarne l’une de ces grandes personnalités scientifiques. Né le 8 mai 1928 à Rio de Janeiro, il rentra à l’école à Madrid puis grandit à Munich à partir de 1936. Après des études en économique politique, en histoire et en sociologie, aux universités de Munich et de Cologne et à la London School of Economics, il fut diplômé d’économie en 1950 et soutint sa thèse en 1955. Dans le cadre d’une bourse Fulbright, il se rendit en 1955/56 à l’université de Columbia et à l’université du Michigan, à Ann Arbor. Comme assistant à l’Institut für Soziologie de l’université de Munich, il passa son habilitation dans cette discipline en 1963 et obtint la même année un poste de professeur à l’université de Mannheim, qu’il quitta en 1981 pour Heidelberg, où il enseigna jusqu’à son éméritat en 1993. Lepsius occupa de nombreux postes de professeur invité, en Allemagne et à l’étranger : Philadelphie, Pittsburgh, Princeton, Stanford, New York et Florence. Il fut fellow au Wissenschaftskolleg de Berlin en 1983/84, professeur invité « Georg Simmel » à l’université Humboldt en 1994/95, ainsi que chercheur invité au Wissenschaftszentrum (WZB) de Berlin, de 1995 à 1997. La France est toutefois absente de cette longue liste des invitations et des honneurs reçus au plan international.

  • 1 Lepsius (2014).
  • 2 Bach (2015), p. 600, également pour ce qui suit.

2M. Rainer Lepsius fut le sociologue de la République fédérale, l’historien de la société et de la sociologie, le politologue et analyste des institutions de l’Empire, de la République de Weimar, de la République fédérale et de la République démocratique allemande, mais aussi du développement du nouveau cadre européen1. Lepsius était convaincu « que l’État-nation ne serait pas la phase ultime de l’organisation publique et de la structure étatique en Europe2 ». Il s’intéressait, de ce point de vue, non à la question de l’identité européenne, mais à la structure des institutions, à l’institutionnalisation de structures organisationnelles transnationales et aux critères de rationalité de l’action politique et administrative.

3Comme son grand modèle Max Weber, Lepsius a possédé une extraordinaire capacité de jugement, doublée d’un sobre sens des réalités et d’un savoir tout simplement encyclopédique. Ce que l’on colportait en France au sujet de Marcel Mauss – « Mauss sait tout ! » – vaut aussi pour M. Rainer Lepsius en Allemagne. Il était un infatigable conseiller et métronome, quand il était question de nouvelles idées ou institutions, ou lorsque des institutions en place étaient menacées. Lorsque la Société allemande de sociologie, après la présidence de Ralf Dahrendorf, traversa des turbulences, il en devint le président, au pied levé, de 1971 à 1974 et, avec un grand sens de l’organisation et de la diplomatie, ramena le vaisseau amiral de la sociologie allemande en eaux calmes et navigables. Quand le Mur tomba en 1989, sa plus grande préoccupation fut de généraliser l’établissement de la sociologie comme une discipline spécifique dans les universités est-allemandes. Il mobilisa d’éminents collègues et s’engagea lui-même comme membre de plusieurs commissions de recrutement. Il s’intéressa activement au sort des chercheurs en sciences sociales est-allemands dans la nouvelle Allemagne réunifiée et apporta son aide quand il put l’apporter. Lepsius n’était pas seulement un savant et un intellectuel, mais aussi un « organization man » de talent, qui savait, avec beaucoup de discernement et avec le sens du long terme, diriger les choses et les hommes à la satisfaction de tous et en vue d’une coopération fructueuse. Pendant quinze ans, il collabora avec la Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie (1981-1996). Durant dix ans, il fit partie du comité directeur du Zentrum für Umfragen, Methoden und Analysen (ZUMA) à Mannheim. En sa qualité de savant prestigieux, il fut membre de l’Académie des sciences de Heidelberg, membre correspondant de l’Académie bavaroise des sciences, membre extraordinaire de l’Académie des sciences de Berlin-Brandebourg, socio straniero de l’Académie des sciences de Turin et enfin membre de l’Academia Europaea.

  • 3 Hepp / Löw (2008), p. 48.

4Malgré tous ces honneurs et ces engagements professionnels, il était chroniquement insatisfait de lui-même, car il ne parvenait pas à écrire des livres. À la question que la sociologue Martina Löw lui a posée lors d’un long entretien en 2006, question de savoir s’il n’éprouvait pas un vrai plaisir à écrire ses textes, sa réponse était : « Pas du tout. Je suis heureux lorsqu’il [le texte] est prêt. Je ne peux écrire plus de vingt ou trente pages. Pas au-delà. » La contrainte de construire une perspective sociologique n’était pas assimilée chez lui au plaisir d’écrire, mais à un pénible travail : « Transférer le contexte de l’expérience dans un objet de savoir sociologique : c’est là qu’on échoue aisément3. »

  • 4 Cf. aussi l’étude de Georg Vobruba (2015).

5L’œuvre de Lepsius se compose d’une quantité d’articles spécialisés, qui tournent autour de questions centrales d’une sociologie d’inspiration wébérienne. Ce n’est qu’avec l’âge qu’il les réunit autour des principaux axes de ses recherches et qu’il les publia sous la forme de recueils. Ils recèlent de véritables trésors d’analyse, car Lepsius était un maître de la forme courte. On ne fera explicitement référence qu’à trois de ces « bijoux » – ils sont désormais accessibles en français dans le présent volume de Trivium : « La profession et vocation de critique », le texte remanié de sa conférence d’habilitation, appartient au meilleur de ce qui a été écrit sur la « sociologie des intellectuels4 ». Son étude « Système de partis et structure sociale. Sur le problème de la démocratisation de la société allemande » développe une conception du milieu qui est encore utilisée aujourd’hui dans les sciences historiques et politiques. « Le modèle de la domination charismatique et son application possible au “Führerstaat” d’Adolf Hitler » éclaire totalement ce que le charisme signifie et comment il agit, mais constitue aussi une des analyses les plus convaincantes du national-socialisme sous la plume d’un sociologue. Ses analyses sur la différenciation institutionnelle et sur les critères de rationalité sociale, qu’il appliquait à la République fédérale, à la République démocratique allemande et à l’Union européenne, révèlent l’« esprit » qui inspire les études de Lepsius : Max Weber et son programme de recherche. Max Weber marque l’œuvre de Lepsius d’une double manière. D’une part, il fait figure de « paradigme », dans la mesure où il oriente lui-même les analyses de Lepsius. Les trois « I » – Intérêts, Idées et Institutions –, la différenciation des institutions, le mode et le degré de rationalité décrivent une classification – et non un système –, telle qu’elle peut être empruntée à l’œuvre de Weber et appliquée à de nouveaux objets et questionnements. D’autre part, à partir de 1975, comme l’un des contributeurs de l’édition critique des œuvres complètes de Max Weber – et principal responsable de l’édition de son ample correspondance –, Lepsius a largement contribué à ce que cet énigmatique corpus des écrits du « mythe de Heidelberg » soit devenu accessible pour nous dans une édition solide. Comme peu d’autres, Lepsius a donné vie, dans ses travaux, au « paradigme Weber » : pas de grande théorie de la société, mais des problèmes concrets, bien définis, comme point de départ de l’analyse ; l’élaboration logique et précise des concepts ; une méthode historique de compréhension du sens, sensible aux problèmes d’imputation dans l’analyse du comportement des acteurs et du fonctionnement des institutions ; un flair – aiguisé par le diagnostic du présent – pour percevoir les implications et les incidences du problème analysé. M. Rainer Lepsius va manquer à la sociologie allemande. Actuellement, il n’y a plus, sous une telle forme, de macrosociologie wébérienne, centrée sur des problèmes.

  • 5 Hepp / Löw (2008), p. 58.
  • 6 Langewiesche (2016), p. 196.

6La science historique va elle aussi regretter, en la personne de Lepsius, un modèle et un critique féroce. Dans l’interview de 2006 déjà citée, il déclarait que le malaise que suscitaient en lui nombre d’historiens s’explique par le fait qu’« ils cataloguent bien trop hâtivement, au moyen de métaphores, des situations historiques complexes et estiment avoir produit par là une analyse suffisante. » Pour l’historien, il faut « viser un résultat synthétique, non l’exposition de constellations ouvertes de processus hétérogènes5 ». Lepsius regrettait dans la science historique traditionnelle l’absence d’une capacité à produire une analyse méthodique et systématique, à partir de laquelle il était possible de comprendre « comment peut surgir, à partir de constellations ouvertes, quelque chose que l’on ne peut aisément déduire de la situation antérieure6 ».

  • 7 Kocka (2015), p. 590.
  • 8 Cette collection, publiée chez Vandenhoeck & Ruprecht (Göttingen), a été créée en 1972 par Helmuth (...)

7Le renouvellement de la sociologie et de la science historique ouest-allemandes après la Seconde Guerre mondiale fut l’œuvre d’une même génération, née autour de 1930, et se produisit à peu près au même moment, à partir du milieu des années 1960, lorsque les membres de cette génération furent nommés professeurs à l’université. L’influence anglo-américaine fut bien plus prononcée dans la sociologie allemande de cette époque – tout comme dans la science politique – que parmi les historiens. La question des raisons de la catastrophe allemande, cependant, était tout aussi centrale pour les sociologues, les politologues et les historiens de cette génération. Pour les historiens, qui voulaient transformer l’histoire en une « science sociale historique », Lepsius, comme Max Weber, « avait toujours été aussi un historien » (Jürgen Kocka)7. Ce ne fut donc pas un hasard si, en 1993, une sélection de seize articles de M. Rainer Lepsius fut publiée dans le volume anniversaire (no 100) des « Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft8 », sous le titre Démocratie en Allemagne. Analyses sociologiques et historiques de constellations. L’organisation interne du volume fait apparaître les principaux thèmes suivants :

  1. Milieux sociaux-moraux et rapports de pouvoir dans l’Empire allemand

  2. Structure sociale et organisation politique dans la République fédérale

  3. L’Allemagne et la Communauté européenne

  4. Bourgeoisie et bourgeoisie cultivée

  • 9 Kocka (2015), p. 590.
  • 10 Kocka (2015), p. 588 sq.
  • 11 « Bürgertum als Gegenstand der Sozialgeschichte » [1987], « Das Bildungsbürgertum als ständische Ve (...)

8Pour les historiens aux yeux desquels la pensée historique se définit fondamentalement, non par l’examen du passé, mais, « d’une part, par l’intérêt porté principalement à la transformation dans le temps de la réalité […], d’autre part, par l’accent mis sur la “reconstruction de contextes”, la pensée sociologique de Lepsius était historique. Il concevait – lui aussi – la réalité sociale comme un processus, la décryptait – lui aussi – à partir des catégories de l’avant et de l’après, et il ne semblait jamais tenté de la schématiser en opérant une réduction à un petit nombre de variables9. » Pourtant, l’importance de Lepsius pour l’évolution de la science historique allemande ne se résume pas à des considérations méthodologiques et théoriques. Comme membre et, durant un temps, président du très puissant Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte, Lepsius, en collaboration avec Werner Conze et Reinhart Koselleck, a donné une impulsion décisive pour que l’histoire de la bourgeoise cultivée devienne pour plusieurs années un thème central de l’Arbeitskreis et influence de manière déterminante, par le rapprochement fécond de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, la recherche historique sur la bourgeoisie menée dans les universités de Bielefeld et de Francfort10. Lepsius intervint ici non seulement comme un « organisateur », mais joua aussi un rôle tout à fait décisif par ses propres études sur la bourgeoisie11.

  • 12 Langewiesche (2016), p. 204.
  • 13 M. Rainer Lepsius était le descendant d’une longue lignée d’universitaires, mais aussi de musiciens (...)

9Dans ce dernier champ thématique, Lepsius se présente, si l’on en croit Dieter Langewiesche12, comme un sociologue et un historien réunis dans une seule et même personne : l’article qu’il a consacré à sa propre famille, issue de la bourgeoisie cultivée, est selon lui un brillant exemple d’une écriture de l’histoire sociologiquement informée, en même temps qu’une réflexion sur sa propre condition de « bourgeois cultivé classique13 ». Il aurait réuni là ce que la séparation entre la sociologie et l’histoire, prétendait Lepsius, ne permettait pas ou ne permettait que difficilement de réunir : les tableaux d’ensemble, autrement dit les synthèses de l’historien, et l’analyse scientifique. Dans l’interview menée par Adalbert Hepp et Martina Löw, Lepsius avait déclaré :

  • 14 Hepp / Löw (2008), p. 112 sq. ; Langewiesche (2016), p. 197).
  • 15 Hepp / Löw (2008), p. 58.
  • 16 Langewiesche (2016), p. 205.
  • 17 Langewiesche (2016), p. 205.
  • 18 Hepp / Löw (2008), p. 46.

10« Même chez les historiens qui s’intéressent à l’histoire sociale ou qui mettent en œuvre le programme d’une histoire conçue comme science sociale historique, l’intérêt de connaissance et la démarche pratique restent attachés à un niveau où les objets résistent à une différenciation analytique. » C’est la raison pour laquelle, selon lui, la « relation entre les deux disciplines est une relation d’évitement mutuel, et non de coopération »14. Le jugement de Lepsius que nous avons déjà cité – pour l’historien, il faut « viser un résultat synthétique, non l’exposition de constellations ouvertes de processus hétérogènes15 » – constitue selon Langewiesche une provocation, un défi, auquel il oppose l’obligation, pour l’historien, de pratiquer l’art de l’exposé littéraire, ainsi que la nécessité d’une réflexion sur la relation entre l’écriture de l’histoire et la littérature16. Dans ses travaux sur la bourgeoisie, sur sa propre histoire familiale, Lepsius a pu lui-même franchir ce pas, la biographie d’une famille n’ayant pas besoin d’être désagrégée davantage – c’était là « cette exigence centrale que posait toujours Lepsius afin d’être en mesure d’analyser scientifiquement un phénomène dans sa globalité, plutôt que de produire à coup de métaphores un tableau global17 ». Lepsius lui-même avait concédé qu’il écrivait, « avec un certain plaisir », des histoires familiales biographiques, mais pas de la sociologie : « La sociologie ne possède pas un caractère esthétique, divertissant ; elle est un pur effort du concept18. »

11Dans trois des travaux de Lepsius traduits ici, ce travail sur les concepts figure au premier plan. D’un côté, des concepts qu’il a élaborés lui-même, comme celui de milieu social-moral. Opposé au concept de classe, ce concept désigne des

  • 19 Lepsius (1993), chapitre « Parteiensystem und Sozialstruktur », p. 38.

« unités sociales qui sont formées par une coïncidence de plusieurs dimensions structurelles, comme la religion, la tradition régionale, la situation économique, l’orientation culturelle, la composition de groupes intermédiaires en strates spécifiques. Le milieu est une formation socioculturelle qui est caractérisée par une répartition spécifique de ces dimensions sur une partie déterminée de la population19 ».

Le milieu catholique inclut ainsi le riche entrepreneur comme le simple ouvrier, et la « catholicité » traverse les critères de classes fondés sur la propriété ou la non-propriété des moyens de production (Marx), c’est-à-dire sur des privilèges positifs ou négatifs (Weber). D’un autre côté, Lepsius discute en permanence les concepts de Max Weber (intérêts et idées, domination charismatique) et teste leur application à l’histoire.

12Un autre bon exemple de cet appui fécond sur le programme de recherche de Weber est le concept d’intellectuels proposé par Lepsius. « La profession et vocation de critique » détache le concept de la problématique typiquement allemande, qui tendait à tourner constamment autour des « intellectuels sans attaches » (Alfred Weber et Karl Mannheim) et de l’antithèse entre « pouvoir » et « esprit ». À la place de ces notions, il introduit la compétence et la légitimité. Max Weber avait défini le magicien comme la première profession dotée d’une intellectualité pour ainsi dire magique. Sa compétence repose sur le savoir magique, sa légitimité se nourrit de ses succès dans le domaine du salut et de la prophétie. Lepsius distingue d’un côté la critique compétente, la critique quasi-compétente et la critique incompétente, de l’autre, la critique légitime et la critique illégitime. Ce jeu de distinctions ouvre un espace conceptuel où l’on peut situer les intellectuels.

  • 20 Lepsius (1990), p. 284.

« Tous ceux qui participent à la mise en œuvre de représentations de valeur générales et abstraites dans des normes de comportement spécifiques […] sont les intellectuels potentiels qui pratiquent la critique incompétente et deviennent les intellectuels critiques lorsqu’ils ont accès aux médias publics. Font typiquement partie de cette catégorie les écrivains, les essayistes et journalistes, les scientifiques, ceux qui ont entre leurs mains – comme le dit Schumpeter – le pouvoir de la parole écrite ou orale et, pourrait-on ajouter aujourd’hui, celui de l’image20. »

13Lepsius s’est également fermement exprimé, enfin, sur la position et le statut de la sociologie. Il s’agit d’une discipline diffuse, d’un rang inférieur dans le concert des sciences. Pour quelles raisons la sociologie est-elle une « science paria », comme le dit Pierre Bourdieu à partir du concept de paria proposé par Weber ? La réponse de Lepsius est la suivante : il n’existe pas de critères de rationalité « sociale » clairement définis. Comment doit-on comprendre cette remarque ? Max Weber avait défini la modernité par le « rationalisme occidental ». Or ce qui apparaît comme un principe d’unité cache en réalité un principe de différence, dans la mesure où ce rationalisme englobe un « monde de contraires », comme le dit Weber. La société moderne se divise en effet en différentes sphères de valeur et de vie, qui fonctionnent selon leurs propres étalons de valeur, sans que ces étalons puissent être regroupés dans une sorte de métaprincipe, comme par exemple la « justice sociale » ou l’idée d’une « société bonne ». Bien au contraire, les étalons de valeurs différenciés sont dans une relation de tension et de conflit inextricable. Lepsius généralise et spécifie les vues de Weber sur la « nature » de la modernité. Les différents domaines de vie de la société moderne obéissent à leurs propres normes de rationalité pour garantir l’organisation de la vie collective.

  • 21 Lepsius (2008), p. 152.

« La nature des critères de rationalité, leur degré de différenciation, leur nombre et les liens mutuels qui les unissent déterminent la perception des problèmes et l’esquisse de solutions alternatives. La sociologie est importante dans ce contexte, dans la mesure où elle peut intervenir dans la définition, l’imposition et l’interprétation de ce type de critères de rationalité, ou bien critiquer leur validité en exposant leurs conséquences prévisibles21. »

À la différence des sciences de la nature, de la médecine, des sciences économiques et juridiques, elle ne parvient toutefois pas à appliquer de manière exclusive et avec succès un critère de rationalité destiné à un domaine de vie. La sociologie est par conséquent perçue comme marginale du point de vue de son importance. Mais cette marginalité recèle l’opportunité intellectuelle d’une « critique comme profession et vocation » :

  • 22 Lepsius (2008), p. 160.

« La sociologie ne disposera jamais d’une sorte de “code de loi social” dont elle puisse gérer elle-même les normes sur un mode professionnalisé ; jamais elle ne pourra acquérir la même importance fonctionnelle que la science juridique. Mais elle ne doit pas perdre de vue la contribution qu’elle peut apporter à l’élaboration de critères de rationalité sociale. L’élasticité et la capacité d’adaptation des hommes sont objectivement limitées, et les formes d’organisation de la vie collective sont en nombre limité. Leurs conséquences respectives sur le type de conduite de vie des individus et les modes de réalisation des valeurs individuelles et collectives se sont manifestées dans l’histoire. Il est possible d’en déduire des critères pour élaborer un discours rationnel sur l’organisation de la vie collective des hommes22. »

Haut de page

Bibliographie

Bach, M. (2015) : « M. Rainer Lepsius und die Begründung der soziologischen Europaforschung », Berliner Journal für Soziologie, 24 (4), p. 599-603.

Hepp, A. / Löw, M. (éd.) (2008) : M. Rainer Lepsius. Soziologie als Profession, Francfort-sur-le-Main : Campus.

Kocka, J. (2015) : « Lepsius als Historiker », Berliner Journal für Soziologie, 24 (4), p. 587-591.

Langewiesche, D. (2016) : « M. Rainer Lepsius und die Geschichtswissenschaft », Geschichte und Gesellschaft, 42 (1), p. 195-208.

Lepsius, M. R. (1990) : « Kritik als Beruf: Zur Soziologie der Intellektuellen », in : id. : Interessen, Ideen und Institutionen, Opladen : Westdeutscher Verlag, p. 270-285.

Lepsius, M. R. (1993) : Demokratie in Deutschland: soziologisch-historische Konstellationsanalysen. Ausgewählte Aufsätze von M. Rainer Lepsius, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 100).

Lepsius, M. R. (2008) : « Die Soziologie und die Kriterien sozialer Rationalität », in : Hepp, A. / Löw, M. (éd.) : M. Rainer Lepsius. Soziologie als Profession, Francfort-sur-le-Main : Campus, p. 151-160.

Lepsius, M. R. (2014) : Institutionalisierung politischen Handelns. Analysen zur DDR, Wiedervereinigung und Europäischen Union, Wiesbaden : Springer VS.

Vobruba, G. (2015) : « Theorie, Kritik, Praxis. Zur Soziologie der Intellektualität von M. Rainer Lepsius », Berliner Journal für Soziologie, 24 (4), p. 605-609.

Haut de page

Notes

1 Lepsius (2014).

2 Bach (2015), p. 600, également pour ce qui suit.

3 Hepp / Löw (2008), p. 48.

4 Cf. aussi l’étude de Georg Vobruba (2015).

5 Hepp / Löw (2008), p. 58.

6 Langewiesche (2016), p. 196.

7 Kocka (2015), p. 590.

8 Cette collection, publiée chez Vandenhoeck & Ruprecht (Göttingen), a été créée en 1972 par Helmuth Berding, Jürgen Kocka et Hans-Ulrich Wehler. Elle constitue, avec la revue Geschichte und Gesellschaft, créée en 1975, la principale plateforme de publication de l’« histoire comme science sociale ».

9 Kocka (2015), p. 590.

10 Kocka (2015), p. 588 sq.

11 « Bürgertum als Gegenstand der Sozialgeschichte » [1987], « Das Bildungsbürgertum als ständische Vergesellschaftung » [1992], « Bildungsbürgertum und Wissenschaft: Richard Lepsius und seine Familie » [1988]. Ces trois articles ont été republiés dans Lepsius (1993).

12 Langewiesche (2016), p. 204.

13 M. Rainer Lepsius était le descendant d’une longue lignée d’universitaires, mais aussi de musiciens, peintres, industriels, issus de la bourgeoisie (Bildungsbürgertum) protestante, parmi lesquels figure notamment son arrière-grand-père Karl Richard Lepsius (1810-1884), le fondateur de l’égyptologie allemande.

14 Hepp / Löw (2008), p. 112 sq. ; Langewiesche (2016), p. 197).

15 Hepp / Löw (2008), p. 58.

16 Langewiesche (2016), p. 205.

17 Langewiesche (2016), p. 205.

18 Hepp / Löw (2008), p. 46.

19 Lepsius (1993), chapitre « Parteiensystem und Sozialstruktur », p. 38.

20 Lepsius (1990), p. 284.

21 Lepsius (2008), p. 152.

22 Lepsius (2008), p. 160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans-Peter Müller et Hinnerk Bruhns, « Introduction », Trivium [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 04 octobre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/trivium/5363

Haut de page

Auteurs

Hans-Peter Müller

Hans-Peter Müller est professeur de sociologie à l’Université Humboldt de Berlin. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Hinnerk Bruhns

Hinnerk Bruhns (né en 1943) est directeur de recherche émérite au CNRS. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals