Skip to navigation – Site map
Mettre la guerre à distance

Guerre des Gaules et guerres civiles dans la série Rome (HBO, 2005-2007)

Julie Gallego

Abstracts

War is a major component of the TV show Rome (HBO, 2005-2007). Real characters, quoted in Julius Caesar’s The Gallic War (V, 44), have inspired the showrunners Bruno Heller, John Milius et William J. MacDonald. The main narrative thread of the series is about two soldiers, Vorenus et Pullo: after coming back from Gallic campaigns, they had to face two civil wars, with Caesar fighting against Pompey the Great and Octavian against Mark-Antony. But the way war is portrayed on TV is somewhat different from what we see in sword and sandal movies of the golden or modern ages. Showing backstage manoeuvres, tactical preparations, soldiers’ daily lives or consequences of these wars upon every social class is more important than screening spectacular battles. Except for the battle of Philippi, the most famous of them all (Alesia, Pharsalus, Thapsus and Actium) are mostly mentioned through ellipsis and analepsis, sometimes with multiple viewpoints (winner/defeated, soldier/general, leader/people, man/woman).

Top of page

Full text

1La guerre est au cœur des deux saisons de la série Rome de Bruno Heller, John Milius et William J. MacDonald, prenant la forme de luttes intestines sur le sol romain ou de batailles rangées dans d’autres pays tels la Gaule et l’Égypte. Rien d’étonnant alors à ce que l’un des premiers graffitis animés du générique soit celui de la belliqueuse déesse Athéna. Cette série américaine de HBO (2005-2007) trouve sa source dans le récit que fait César d’une escarmouche entre Romains et Gaulois (Guerre des Gaules, V, 44, 1-14). Cet épisode plus littéraire qu’historique1 chez le proconsul devient la première « vraie » séquence narrative dans la série, après le prologue de la voix extradiégétique en hors-champ (voix over) consacré à la guerre civile naissante entre les deux consuls César (Ciarán Hinds) et Pompée (Kenneth Cranham). Les téléspectateurs voient alors apparaître les héros, les soldats de la XIIIe légion, Lucius Vorenus (Kevin McKidd) et Titus Pullo (Ray Stevenson)2.

  • 3  Sur les caractéristiques techniques et les enjeux politiques du genre littéraire des « commentaire (...)

2En quelques minutes sont mentionnées et mises en image deux guerres très différentes mais intimement liées : l’une, militaire, qui se termine en Gaule et l’autre, politique, qui commence à Rome, la première contre des non-Romains, la seconde entre Romains. Le traitement de la guerre sur terrain gaulois prend fin dès le début de ce premier épisode, qui s’achève sur l’annonce d’une nouvelle lutte à venir, la lutte fratricide entre les consuls César et Pompée. La série puise donc dans les deux plus célèbres écrits de Jules César : les Commentaires sur la guerre des Gaules racontent ses campagnes en Gaule et les Commentaires sur la guerre civile sa lutte contre son concitoyen Pompée. César y est à la fois acteur et narrateur manipulateur, lorsque pour raconter l’Histoire il retient le genre littéraire des « commentaires », supposément objectifs en raison de leur dépouillement et donc dignes de la confiance du lecteur3. Dans la série, le basculement entre la fin de la guerre extérieure en Gaule et l’enlisement dans la guerre civile opposant Césariens et Pompéiens constitue l’essentiel de la saison 1 ; la situation de guerre civile se répète à la saison 2 mais avec la génération suivante, puisqu’elle oppose Octave (Simon Woods) et Antoine (James Purefoy) et se rejoue cette fois essentiellement en terre étrangère, sous couvert d’un conflit contre les Égyptiens.

3Si la guerre est un élément décisif de la série, elle n’est pas pour autant omniprésente visuellement à l’écran comme elle peut l’être dans un film à grand spectacle. Elle ouvre et clôt l’épisode-pilote et régit bien souvent les rapports qu’entretiennent entre eux les divers personnages. L’empreinte de la guerre peut être légère lorsqu’elle n’est qu’un souvenir fugace de victoire ou de défaite, ou bien profonde quand elle a provoqué un traumatisme dont il est difficile de se défaire. L’un des défis de la série est d’arriver à passionner les téléspectateurs, alors même qu’une partie de la trame scénaristique est déjà écrite par la réalité historique, pour les conflits externes comme internes.

  • 4  La fermeture des portes du temple de Janus à Rome est le symbole officiel de l’instauration de cet (...)

4En effet, la saison 1 raconte comment César a réussi sa campagne gauloise (58-51 av. J.-C.), vaincu Vercingétorix (Giovanni Calcagno) à Alésia (52 av. J.-C.) puis Pompée à Pharsale (48 av. J.-C.), Caton (Paolo Risi) et Scipion (Paul Jesson) à Thapsus (46 av. J.-C.), et comment, enfin seul au pouvoir, il est assassiné (44 av. J.-C.). La saison 2 revient d’abord sur les conséquences de cet assassinat, avec l’alliance politique – difficile et provisoire – entre Octave et Antoine, pour se débarrasser des assassins de César : ainsi Brutus (Tobias Menzies) et Cassius (Guy Henry) sont-ils tués à la bataille de Philippes (42 av. J.-C.). C’est ensuite l’ascension d’Octave, qui défait Antoine, Cléopâtre (Lyndsey Marshal) et l’Égypte à la bataille d’Actium (31 av. J.-C.), avant de devenir le premier empereur romain et d’instaurer la Pax Romana4 (29 av. J.-C.) après vingt années de guerres civiles. À moins de réécrire l’Histoire, ce sont pour les scénaristes des repères immuables, laissant néanmoins aisément quelques interstices pour intégrer une matière fictionnelle.

5Nous proposons donc d’étudier ici la représentation esthétique et narrative des différentes guerres qui structurent la série, d’un point de vue à la fois littéraire, historique et artistique, en recherchant les conséquences que ces différents conflits peuvent avoir sur certains personnages, historiques ou fictionnels, qu’ils les provoquent, y participent ou les subissent, même indirectement. Ainsi, nous évoquerons d’abord l’importance de la guerre comme élément structurant l’ensemble de la série et chacune des deux saisons. Puis nous nous attarderons sur le rapport des hommes mais aussi des femmes à la guerre. Nous terminerons par une analyse du traitement narratif et esthétique des grandes batailles considérées comme des moments-clés de la fin de la République romaine, à savoir, chronologiquement, Alésia, Pharsale, Thapsus, Philippes et Actium.

La succession des guerres comme structuration chronologique de la série

Des guerres extérieures aux guerres intérieures

  • 5  Pour de plus amples informations sur la période de la fin de la République et celle du début de l’ (...)

6Afin de mieux comprendre comment guerres extérieures et guerres intérieures s’entremêlent dans la série, il nous semble nécessaire de revenir rapidement dans les fig. 1 et 2 sur quelques événements et dates de la période, qui servent de trame à tous les événements non fictionnels des deux saisons de la série5. Nous distinguons quatre périodes : la première avec l’affrontement entre Pompée et César (fig. 1a), la deuxième avec César au pouvoir (fig. 1b), la troisième avec le conflit entre Antoine et Octave (fig. 2a) et la dernière avec le début du principat d’Octave-Auguste (fig. 2b).

Fig. 1a : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 78 et 48 av. J.-C.

Fig. 1a : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 78 et 48 av. J.-C.

Figure 1b : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 47 et 44 av. J.-C.

Figure 1b : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 47 et 44 av. J.-C.
  • 6  Sans compter le nourrisson (non crédité sur IMDb), pas moins de trois acteurs se succèdent pour in (...)
  • 7  Suite à sa violente dispute avec Antoine, le personnage disparaît durant deux épisodes pour favori (...)

Comme ces repères chronologiques permettent de le voir, la première saison s’étend sur une période de huit années, de 52 à 44 av. J.-C., pour douze épisodes. La matérialisation la plus évidente de ce temps qui passe se produit sur le jeune Lucius (le fils illégitime de Niobé), à peine un nourrisson lorsque Vorenus le découvre en 1.1 mais déjà un jeune garçon au décès de sa mère en 1.126. Un saut dans le temps est également rendu visible à l’écran par le changement d’acteur pour incarner Octave au début de la saison 2 (Max Pirkis de 1.1 à 2.2 et Simon Woods de 2.4 à 2.10)7.

Fig. 2a : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 44 et 30 av. J.-C.

Fig. 2a : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 44 et 30 av. J.-C.

Fig. 2b : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 29 et 27 av. J.-C.

Fig. 2b : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 29 et 27 av. J.-C.

La seconde saison comporte deux épisodes de moins mais une extension temporelle supérieure. Treize années défilent à l’écran, de 44 à 31 av. J.-C. (avec la présentation d’une situation politique historiquement plus proche de 27 av. J.-C.). Les ellipses sont donc plus fréquentes dans cette saison, pour pouvoir terminer honnêtement la série après la décision d’arrêt de la chaîne.

7Comme on peut le voir dans les figures 1a et 2a, les étrangers avec qui des conflits surgissent apparaissent essentiellement au début de la série avec les Gaulois et les Ibères, et à la fin avec les Égyptiens, mais les guerres les plus violentes ont lieu entre Romains. C’est donc surtout à travers le prisme de la guerre civile – une gangrène pour Rome et tout l’Empire – que la série met en scène la fin de la République romaine ; elle justifie narrativement la violence régissant les rapports entre les divers personnages. Et tous d’être affectés, directement ou par contrecoup.

Un prologue sous le signe de la guerre

  • 8 1.1, « The Stolen Eagle » VO / « Le vol de l’aigle » VF.
  • 9  La fin de la royauté, née deux siècles et demi plus tôt, a lieu en 509 av. J.-C., lorsque Lucius J (...)

8Comme si la véritable histoire de l’empire romain était une série-fleuve que nous prenions en cours de diffusion et pour laquelle nous aurions besoin d’un previously on nous présentant les moments-clés de l’intrigue et ses personnages principaux, les premières minutes de la série sont celles d’une voix over commentant le montage de plusieurs séquences très courtes8. Nous entendons et voyons un résumé évoquant en quelques mots la période de la fin de la Royauté et des débuts de la République9. Le narrateur extradiégétique et omniscient crée un parallèle avec la situation de Rome, république agonisante au début de la saison 1. Nous avons retranscrit ci-dessous (fig. 3) le texte en anglais et sa traduction officielle dans les sous-titres du DVD édité par HBO Video en 2006.

Fig. 3a : Présentation du contexte historique et géographique dans prologue de l’épisode-pilote

Fig. 3a : Présentation du contexte historique et géographique dans prologue de l’épisode-pilote

Figure 3b : Présentation des deux protagonistes principaux, Pompée et César, dans le prologue de l’épisode-pilote

Figure 3b : Présentation des deux protagonistes principaux, Pompée et César, dans le prologue de l’épisode-pilote

Figure 3c : Présentation des ambitions de César dans le prologue de l’épisode-pilote

Figure 3c : Présentation des ambitions de César dans le prologue de l’épisode-pilote
  • 10  Ces termes correspondent à des divisions sociales supplémentaires plus complexes que l’assimilatio (...)

9La série présente donc très tôt le fil conducteur des épisodes : la lutte entre les classes sociales au cœur du Populus Romanus, plus que la lutte entre les peuples. De fait, les guerres « à l’étranger » (l’Afrique du Nord pour Thapsus, la Macédoine pour Philippes, la Grèce pour Pharsale et Actium) sont toutes menées contre des Romains (sauf à Alésia, où l’affrontement se fait contre les Gaulois). On pouvait déjà trouver la trace de la querelle sociale et politique à venir dans le générique, avec la présence côte à côte des graffitis nobilitas (« noblesse »), miseria nostra (« notre malheur ») et Magnum (le surnom de Pompée « le Grand »), sur le pan de mur annonçant Ciarán Hinds dans le rôle de César. La version doublée en français présente les termes techniques de plébéiens et patriciens pour traduire « the common people and the nobility » mais la série laisse de côté les notions de Populares (« Ceux du parti du peuple ») et Optimates (« les meilleurs hommes ») ou encore Equites (« les chevaliers » ou ordre équestre)10.

  • 11  Dès le premier épisode, Atia (Polly Walker) n’hésitera pas à dire de César : « The man’s been in G (...)
  • 12  En 2.10 (« De Patre Vostro » VO / « Au sujet de ton père » VF), Octave, vainqueur d’Antoine à Acti (...)
  • 13  Gotham (Fox, 2014-), la nouvelle série créée par Bruno Heller après The Mentalist (CBS, 2008-2015) (...)

10La dualité de la société trouve son reflet dans le duel entre Pompée et César. Quand l’intrigue commence, la puissance de Pompée s’est autant affaiblie que celle de César s’est accrue. En effet, l’un a œuvré pour la paix en territoire urbain et l’autre s’est aguerri en milieu hostile11, n’hésitant pas à « changer de camp » – par pragmatisme plus qu’idéalisme – pour accroître ses chances de l’emporter sur son adversaire. Le prologue s’achève sur un écho à la première phrase et au premier conflit majeur dans la société romaine, le passage de la Royauté à la République, à ce souvenir honni qu’était l’idée même de royauté exercée sur le peuple romain et sur le conflit inévitable qu’entraînerait l’ambition de tout homme voulant devenir roi12. La responsabilité de César dans les guerres civiles à venir est donc engagée dès le prologue de la série. Le fait que la première séquence narrative plonge les téléspectateurs in medias res dans un combat violent n’en apparaît que plus inévitable13.

Engagés sous l’étendard

Le camp romain

11C’est à la fois un lieu, régi par des règles, et une organisation bien définie par les différentes strates de la hiérarchie militaire. La fig. 4 permet de voir comment est divisée l’armée romaine : l’obéissance est donc due au soldat de rang supérieur qui commande son unité (et Pullo en est, dès l’ouverture en 1.1, un bon contre-exemple).

Fig. 4 : L’organisation complexe de l’infanterie romaine

Fig. 4 : L’organisation complexe de l’infanterie romaine
  • 14  Il est néanmoins des poncifs de péplums dont la série aurait pu aisément se débarrasser, sans que (...)

Au fil des épisodes, nous voyons les relations qui régissent les différents acteurs de l’armée, que ce soit dans le cadre de la transmission des ordres ou dans celui de la distribution des sanctions et des récompenses. Les téléspectateurs se forgent ainsi une idée globale de la hiérarchie militaire romaine, qui est en réalité bien plus complexe que ce qui ressort de la série, puisque ce qui prime et en fait l’intérêt, c’est l’intrigue et non la présentation académique des realia, ces éléments archéologiquement et/ou littérairement attestés permettant de mieux saisir la vie réelle et quotidienne des Romains14.

  • 15  Brutus à César : « How clever. It’s almost like a proper house » (« Très ingénieux, on dirait pres (...)

12Sur certains plans, les téléspectateurs peuvent apprécier la structure du camp romain mais ne suivent jamais un personnage dans les différents secteurs séparant les tentes, ce qui offrirait une vue complète comme dans la figure 5a. Nous n’avons qu’un accès partiel au camp, selon les nécessités de l’intrigue. Nous découvrons en 1.1 le premier secteur après la palissade (fig. 5b), où est organisée la punition de Pullo. Une partie bien spécifique de la zone des tentes est montrée aux téléspectateurs lorsque Brutus, après avoir rejoint César et Marc-Antoine dans la tente du consul, se réjouit de constater le confort des quartiers aménagés pour le chef de la légion15.

Figure 5a : De l’organisation théorique d’un camp romain à sa destruction (1.1)

Figure 5a : De l’organisation théorique d’un camp romain à sa destruction (1.1)
  • 16  Le dessin en 5a est tiré de Maurice Rat, Aide-mémoire de latin, Paris, Fernand Nathan, 1965, p. 99

Peu de plans d’ensemble permettent de voir l’organisation rectiligne et nette du camp, si l’on excepte la vue sur le camp de César à Ravenne, dévasté par le feu à la fin du 1.1 (fig. 5c). Cette destruction est volontaire, pour éviter tout usage ultérieur du lieu par l’ennemi et signifier aussi qu’il n’y a pas de retour en arrière possible après avoir engagé la marche sur Rome contre Pompée16.

Au service de Rome

13Entre la première séquence narrative sur Vorenus au combat (1.1) et la dernière sur Pullo qui a quitté l’armée pour assurer désormais un rôle de père pour Césarion (2.10), ce sont deux vies de soldats qui se sont déroulées sous les yeux des téléspectateurs pendant 22 épisodes, au gré des campagnes engagées par leurs chefs. La guerre, liée à la politique, règne partout dans la série Rome. La plupart des personnages – hors les femmes – dont nous suivons la destinée sont des soldats ou d’anciens soldats. Cette série est une histoire de soldats – qui, à certains moments de leur vie, ne le sont plus, mais reviennent régulièrement sous l’enseigne – et de généraux, qui cherchent à le rester absolument, jusqu’à la mort, en dépit des revers politiques et militaires.

  • 17  Florence Dupont, Le Citoyen romain sous la République : 509-27 avant J.-C., Paris, Hachette, 1994, (...)
  • 18  Dupont, op. cit., p. 154.
  • 19  Les citoyens doivent tous (au moins théoriquement) accomplir leur service militaire (militia) mais (...)
  • 20  Voir Jean-Michel Carrié, « Le soldat », in Giardina (dir.), op. cit., p. 134 [p. 131-177].

14Parler de la guerre, c’est parler de l’armée, car à l’époque de la République romaine il n’est d’armée que par temps de guerre : « lorsque la paix règne, il n’y a pas le moindre soldat sur le territoire romain17. » Il ne s’agit pas d’une armée de métier, qui aurait, comme aujourd’hui par exemple, une mission de maintien de la paix. Tout citoyen propriétaire, entre 17 et 46 ans18, est mobilisable : c’est considéré comme un droit (et même un privilège) plus qu’un devoir19. Au soldat de payer ses armes. Seul l’élargissement de l’empire va conduire, par nécessité, à ouvrir l’armée aux plus pauvres, en permettant l’accès à la citoyenneté grâce au métier des armes, alors qu’auparavant, le seul métier noble était celui de citoyen20.

  • 21  La ville est située au nord de l’Italie, en Gaule transpadane (c’est-à-dire au-delà du Pô), entre (...)
  • 22  Vorenus a peu d’argent à son retour de Gaule. Il a tout investi dans des esclaves gaulois qu’il es (...)
  • 23  Pullo explique ainsi ses qualités de cavalier à Vorenus : « My father was a Ubian probably. » (1.1 (...)
  • 24  Howatson, op. cit, entrée « Citoyenneté 2 », p. 225.

15On passe, après Auguste, du citoyen-soldat au soldat-citoyen. Comment alors les scénaristes intègrent-ils ces données dans la série ? Pullo et Vorenus ont-ils le statut et les moyens financiers pour être dans l’armée ? Au fil des épisodes, on apprend que Vorenus loue son logement romain, qu’il n’en est pas propriétaire, mais que sa famille possédait des terres à Mutina (Modène)21 et que ses ancêtres ont aussi participé à des guerres (donc déjà officiellement dans l’armée). À l’origine, la citoyenneté était réservée aux habitants de Rome mais elle a été étendue aux habitants des territoires intégrés à l’État romain. Un habitant de Mutina a bien le statut de citoyen, au plus tard après la guerre sociale de 90-88 av. J.-C. Vorenus a donc de quoi se payer au moins son équipement et a légitimement sa place dans l’armée de César, même s’il n’est pas très riche22. Quant à Pullo, fils d’une esclave et de père inconnu23, il ne possède sans doute rien et on peut douter de sa citoyenneté (« Pour être citoyen, il fallait avoir des parents citoyens romains ou bien, dans certains cas, avoir un parent citoyen et un parent étranger24 ») ; la série ne se préoccupe pas de justifier diégétiquement le droit de ce héros à être dans l’armée, c’est un présupposé de l’histoire fictionnelle : Pullo et Vorenus sont frères d’armes dans la XIIIe légion.

  • 25  Les épisodes cités dans les deux paragraphes suivants sont donnés à titre indicatif mais ne consti (...)
  • 26  Sollicité par Pullo pour sortir Vorenus de sa profonde dépression après la mort de Niobé (Indira V (...)
  • 27  La formation en testudo est par exemple employée lors de la bataille de Philippes (2.6, « Philippi (...)

16L’organisation globale de la légion est mise en scène de manière filée le long des 22 épisodes25. Les téléspectateurs assistent ainsi très vite à une petite séance de torture romaine en 1.1 (mais tous les moyens sont bons pour retrouver l’emblème de César qui a été volé). Ils découvrent le principe des recrutements militaires, avec l’engagement par le serment sacré (sacramentum), lorsqu’Antoine en fait le rappel à Vorenus en 2.226. Plutôt que de coûteuses batailles navales en plan panoramique ou général – qui sont surtout la marque de fabrique des péplums sur grand écran –, les scénaristes et les réalisateurs du petit écran privilégient les mouvements de petits groupes d’infanterie en plan rapproché et l’on retrouve dans Rome quelques manœuvres militaires, comme la célèbre « tortue »27, ou un dispositif ingénieux moins connu en 1.1 (fig. 6), afin que les soldats du premier rang soient toujours protégés et en bonne condition physique.

Fig. 6 : Intervertissement régulier des rangs au coup de sifflet (1.1)

Fig. 6 : Intervertissement régulier des rangs au coup de sifflet (1.1)

17Mais la guerre de Rome se prépare surtout en amont, lors de réunions où les divers états-majors discutent des stratégies les plus adéquates pour vaincre l’adversaire, ainsi César puis Pompée en 1.7 ou Antoine et Octave en 2.6. À la figure 7, nous voyons les deux héritiers de César préparer avec Agrippa (Allen Leech), Mécène (Alex Wyndham) et Lépide (Ronan Vibert) l’attaque surprise contre les troupes de Brutus et Cassius. Dans ce type de réunion à l’intérieur du camp ou, plus étonnant, au sein d’une domus ou d’un palais égyptien (1.8), un accessoire est le plus souvent de mise : de nombreuses cartes étalées sur les tables.

Fig. 7 : la réunion de l’état-major d’Octave et d’Antoine (2.6)

Fig. 7 : la réunion de l’état-major d’Octave et d’Antoine (2.6)
  • 28  Une petite trentaine d’années pour Kevin McKidd était âgé de 32 ans et une petite quarantaine pour (...)
  • 29  « Il y a deux façons de quitter sa maison et d’échapper à l’espace étroit de la vie domestique et (...)
  • 30  Charles Daremberg et Edmond Saglio, art. « Evocati », in Dictionnaire des Antiquités grecques et r (...)

18Dans la légion, le service militaire obligatoire dure 20 ans. Si l’on considère que les personnages ont approximativement l’âge des acteurs qui les interprètent28, ils sont bien arrivés à la fin de leur militia (ou presque pour Vorenus). Après avoir quitté l’armée, les simples soldats doivent apprendre à se réinsérer dans la vie civile. Pour ceux qui possèdent leur propre ferme à la campagne, le retour est plus facile car le travail de la terre est toujours là. Pour ceux qui rentrent à Rome, cela ne va pas sans poser non seulement des problèmes relationnels avec les membres de la famille dont ils ont été longtemps séparés mais aussi des difficultés économiques, puisqu’il leur faut gagner leur vie avec un emploi payé, sitôt que leur solde régulière s’arrête. Vorenus en fait l’amère expérience, au point de devoir se réengager en 1.5 pour subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants29. Il est alors nommé préfet par Marc-Antoine, c’est-à-dire responsable d’une unité militaire ou d’une branche de l’administration, chargé de la justice (ce qui est plus courant pour une ville de province que pour un quartier de Rome). Il est « préfet des evocati 1er échelon à 9 000 sesterces » (1.5). Un evocatus est un vétéran qui se réengage volontairement dans l’armée « par sollicitation personnelle d’un commandant d’armée, non par l’effet d’une mesure générale30 ».

19On trouve mention de ce statut militaire dans une lettre de Cicéron (Ad Familiares, III, 6) et chez César (Guerre des Gaules, VII, 65 et Guerre civile, I, 17) ; c’est donc bien une réalité historique conforme à l’époque racontée dans la série. On assiste même à la cérémonie d’intronisation de Vorenus, marqué de sang (fig. 8), comme pour s’offrir en sacrifice au dieu de la guerre :

  • 31  Strider est la traduction de l’un des surnoms latins courants de Mars, Gradivus, « celui qui s’ava (...)
  • 32  « Ô Mars, dieu de la guerre, l’homme que voici a été ton fidèle serviteur. Nous te demandons de le (...)

Father Mars Strider31, this man has done faithful vigil for you. We therefore ask you to take him under your protection. May his enemies flee from him. May their city walls crumble. May their cattle and women be taken. This man is now evocati32.

Fig. 8 : Vorenus devient préfet des evocati (1.5)

Fig. 8 : Vorenus devient préfet des evocati (1.5)
  • 33  « C’est pas facile pour les vétérans. » (1.8). Sur la difficile intégration des vétérans, voir, en (...)

20Au fur et à mesure des épisodes, le plébéien Vorenus monte en grade dans le civil : provisoirement boucher avec Pullo (1.9), puis magistrat (1.10) et enfin sénateur en dépit de ses origines gauloises (1.12) par décision personnelle de César. Mais pour Pullo, le problème est double : non seulement il manque d’argent mais en plus il se sent désœuvré car il ne s’accomplit pleinement que dans la violence et l’adrénaline des combats. Bien qu’immorale, la solution provisoire sera pour lui de devenir homme de main d’une crapule de l’Aventin, Erastes Fulmen, qui n’hésite pas à profiter de tous les anciens légionnaires sous couvert de compassion initiale à leur égard (« These are hard times for war veterans33 »). On voit bien que l’armée manque à Pullo lorsqu’il bout d’assister en civil au triomphe de César (1.10) ou qu’il polit chez lui tristement son casque, conservé précieusement dans un coffre avec le reste de son équipement, comme des reliques du bon vieux temps (2.6).

Sanctions et récompenses militaires

21La discipline doit régner dans la légion. En 1.1, Pullo refuse d’obtempérer en quittant la première ligne (place qui offrait seule la possibilité si agréable de massacrer l’ennemi gaulois…) et frappe délibérément son supérieur un peu trop insistant, Vorenus. Après le combat, il est sévèrement puni devant les autres : en sortant, il a brisé le rang et mis en danger toute son unité. Le plus souvent grâce à Pullo, la série permet un aperçu des punitions et des récompenses graduées qui attendent le miles Romanus, le « soldat romain ». Les sanctions vont de la privation de solde et de butin à la décapitation, en passant par la rétrogradation, la dégradation, le congé infamant et la fustigation (des coups de fouet). Le discours officiel du centurion hiérarchiquement responsable de ce légionnaire têtu est là pour rappeler à tous qu’un tel comportement ne peut être toléré :

  • 34  Vorenus. Le légionnaire Titus Pullo était un héros de la XIIIe légion. Mais regardez-le : la justi (...)

Vorenus. Legionary Titus Pullo is a hero of the 13th legion, but look at him now. Justice knows every man’s number. He has committed a terrible sacrilege, and he will pay for it with his life! As will any man here who breaks the law. Brawlers and drunkards will be flogged. Thieves will be strangled. Deserters will be crucified34.

  • 35  Les légionnaires doivent aussi endurer les désagréments de la longue campagne gauloise sans se pla (...)
  • 36  « Quoi ? Déjà ? Je commençais à peine à m’amuser ! » (1.1, VF)

22Les termes brawlers et drunkards renvoient à ceux de drunken fool employés par Vorenus pendant l’action militaire, lorsqu’il a tenté d’arrêter Pullo dans son élan. La sanction se fait en public, pour dissuader tout soldat d’agir ainsi sur le champ de bataille. Vorenus ne se contente donc pas de parler des « querelleurs » et des « ivrognes »35, mais anticipe tout débordement ultérieur en présentant les niveaux supérieurs de sanction pour tous ceux qui seraient tentés par le vol ou la désertion. Il en faut pourtant plus que la fustigation pour calmer la forte tête qu’est Pullo : il préfère jouer la provocation quand les coups de fouets s’arrêtent : « Is that it? I was just beginning to enjoy myself36. » Il est ensuite mis aux arrêts et condamné aux arènes une fois revenu à Rome ; il sauve néanmoins sa vie en retrouvant par chance l’étendard de César volé par des agents de Pompée (1.1).

  • 37  « Moi, j’ai des goûts simples ! J’aime tuer mon ennemi, prendre son or et ensuite ses femmes. Et c (...)

23Les récompenses ordinaires sont d’abord des éloges, puis des colliers, des médailles, des bracelets, des armes d’honneur et des couronnes. Pour le remercier d’avoir sauvé la vie de son second, Antoine, attaqué au forum, César adresse à Pullo des éloges et lui remet lui-même la somme considérable de 500 deniers devant l’armée rassemblée, le citant même en exemple pour sa bravoure ; il lui donnera aussi plus tard 100 pièces d’or pour avoir retrouvé le trésor de guerre de Pompée (1.4). Une somme considérable, surtout là pour marquer les esprits et fédérer les troupes, d’autant que le légionnaire n’est en réalité pas très compliqué à contenter : « Me, I have simpler tastes. I like to kill my enemy, take their gold and enjoy their women. That’s it37. »

  • 38 « Tell him my veterans are as sons to me, and to all loyal veterans I shall give good lands in… Pan (...)
  • 39  César utilisa ce titre de manière permanente et Octave, après 38 av. J.-C., le détourna pour s’en (...)
  • 40  1.10 (« Triumph » VO / « Le triomphe de César » VF) et 2.10 (« De Patre Vostro » VO / « Au sujet d (...)

24Pour les vétérans, la récompense pouvait être l’installation dans une colonie romaine ou latine : telle est la gratification donnée à Mascius, un ancien de la XIIIe légion38. Les généraux bénéficient de récompenses spéciales : ils peuvent recevoir d’abord, de la part de leurs soldats, le titre provisoire d’imperator s’ils ont été vainqueurs sur le champ de bataille39. Ils peuvent aussi être gratifiés par le Sénat de prières publiques (supplicationes) ou de l’ovatio (entrée solennelle à Rome avec immolation d’une brebis au Capitole) ou du triomphe (fig. 9). La série nous offre deux cérémonies de triomphe, une à chaque saison40.

Fig. 9 : Du triomphe de César (1.10) à celui d’Octave (2.10)

Fig. 9 : Du triomphe de César (1.10) à celui d’Octave (2.10)

25Le premier triomphe est accordé en 1.10 à César, vainqueur des Gaulois en 1.1 (d’où la présence de Vercingétorix comme trophée vivant) mais également de Caton et Scipion à Thapsus en 1.9. Le second est pour Octave, théoriquement vainqueur des Égyptiens mais en réalité d’autres citoyens romains en 2.10, les dépouilles d’Antoine et de Cléopâtre représentant sans distinction l’Ennemi étranger vaincu. Dans la cérémonie traditionnelle de triomphe, le général, paré en Jupiter Capitolin, prend la Voie Sacrée et monte au Capitole sur un char à quatre chevaux, pour remercier Jupiter de sa victoire : avant lui, le butin ; derrière lui, son armée.

  • 41  Dans la réalité, le chef gaulois fut étranglé dans sa cellule et non exécuté en public.
  • 42  Suétone, Vie de César, XLV, 4.
  • 43  Comme la statue de Jupiter Capitolin dans les grandes solennités, le triomphateur a le visage (et (...)

26La série nous montre en 1.10 l’exploitation politique de Vercingétorix puisque le César de fiction le garde vivant dans la célèbre prison Mamertine à Rome jusqu’à la cérémonie officielle41. Le valeureux guerrier devient une attraction de choix pour le grand spectacle que César offre aux citoyens romains, selon le principe démagogique du panem et circenses. Encore faut-il rendre Vercingétorix un peu plus « présentable », c’est-à-dire visuellement impressionnant : en bon barbare, il doit faire plus peur que pitié, pour expliquer pourquoi César a dû combattre longtemps en Gaule. César est lui aussi « déguisé » : il a revêtu le costume traditionnel, dispose d’« accessoires », tels une couronne de laurier, bien utile également pour cacher sa calvitie selon ce persifleur de Suétone42, et un manteau pourpre drapé sur l’épaule (le paludamentum). Il porte du maquillage (la peinture rouge du triomphateur43) et a recours à des « utilités », au sens théâtral du terme : ce sont les soldats qui ont exceptionnellement le droit de défiler en armes dans Rome.

27En 2.10, c’est pour éviter de subir le même sort infamant que Cléopâtre se suicide : cela n’arrête qu’en partie Octave qui fait placer son cadavre et celui d’Antoine sur leurs trônes et les promène lors de son triomphe. Dans la mise en scène de ces deux cérémonies, les scénaristes n’ont pas retenu un élément historique attesté (ou ont choisi de tenir les téléspectateurs dans l’ignorance, grâce aux vivats de la foule et à la musique extradiégétique). Il s’agit de l’avertissement que susurrait à l’oreille de l’imperator l’esclave tenant la couronne. C’est le célèbre memento mori (« Souviens-toi que tu es mortel »), qui devait rappeler au général honoré par Rome sa nature mortelle, surtout en ce jour de gloire qui le rapprochait des dieux.

Hommes et femmes face à la guerre

Pullo et Vorenus, héros de guerre exemplaires

  • 44  Ce n’est pas sa faute : sa spécialité militaire, c’est plus de foncer dans les ennemis que de surv (...)
  • 45  Zama, ville de Numidie, est célèbre par la défaite du Carthaginois Hannibal face au général romain (...)
  • 46  À Magnésie, en Thessalie, eut lieu une grande victoire romaine en 190 av. J.-C. grâce à Scipion l’ (...)
  • 47  Sylla fut apprécié du peuple romain comme vainqueur du roi Mithridate mais il s’engagea ensuite co (...)
  • 48  « Ma famille s’est battue à Zama et en Magnésie, mon père a connu Sylla et moi, j’en suis réduit à (...)
  • 49  En effet, il semble alors « avoir moins de valeur que ses ascendants » (selon la définition du TLF (...)

28Alors qu’ils parcourent au hasard la Gaule à la recherche de l’étendard de César volé par des alliés de Pompée (1.1), Vorenus, fier soldat et fils de soldats courageux, est d’une humeur massacrante lorsqu’il se réveille. Il constate avec amertume le vol de leurs chevaux au petit matin, par la faute de Pullo, qui s’est endormi durant son tour de garde44. Contraints de continuer leur chemin à pied, ils se disputent et Vorenus de maugréer : « My people fought at Zama45 and Magnesia46, my father rode with Sulla47, and I’m reduced to this, unhorsed and robbed by children48. » Il est vrai que l’aventure commence mal pour nos deux héros : il semblerait que tel Pyrrhus après Achille, Vorenus « dégénère » de ses ancêtres49.

  • 50  Voir, en complément, Julie Gallego, op. cit., 2012, § 39-49.
  • 51  Mais c’est César lui-même qui place l’escarmouche positive de 54 dans la chronologie de 52, qui au (...)

29Mais, comme nous avons pu précédemment l’expliquer plus longuement50, les scénaristes de Rome ont trouvé dans un court passage des Commentaires sur la Guerre des Gaules de César (V, 44) les deux soldats Titus Pullo et Lucius Vorenus, avec des traits de caractère ébauchés permettant d’en faire des personnages complets pour la série, après développement. D’après le récit de César, il s’agissait de deux centurions courageux qui se sont distingués lors d’un siège périlleux, où seule leur intervention a sauvé la légion commandée par le frère de Cicéron. Mais il faut bien voir que les vrais Pullo et Vorenus n’ont aucun rapport avec la bataille d’Alésia à laquelle ils sont rattachés dans la série : ils se sont battus deux ans avant, contre un autre peuple et à un autre endroit51. On ne sait même pas s’ils faisaient partie de la XIIIe légion ou d’une autre. De même rang, ils ont rivalisé de courage en se sauvant successivement la vie et sont impossibles à distinguer dans le récit, comme tant de jumeaux guerriers des mythes antiques (au premier rang desquels le fondateur de Rome et son frère, présents avec la louve nourricière sur l’un des graffitis du générique).

  • 52  Suétone évoque les tensions créées par César, lorsqu’il a ouvert le sénat aux Gaulois (qualifiés p (...)

30Le récit de cette bravoure n’est pas dénué d’arrière-pensée chez César : il veut montrer la puissance de ses troupes alors même qu’émergent les prémices de la guerre civile contre Pompée. L’anecdote césarienne est donc, dans son intégralité, un exemplum littéraire à visée politique, dont la guerre est à la fois le ferment et la fin. Les Pullo et Vorenus de télévision ont hérité de leurs modèles une vaillance remarquable au combat et une rivalité qui se transforme en amitié, avec une petite différence de rang puisqu’à l’écran le centurion Vorenus est le supérieur du légionnaire Pullo, pour entrer en résonance avec les conflits de classe qui agitent la société romaine. Dans la série, ils sont cités en exemple par César à diverses reprises, tant la déesse Fortuna chemine à leurs côtés. Ainsi, Pullo est félicité par l’imperator devant toute l’armée pour avoir sauvé Antoine (1.2) ; et Vorenus, nommé sénateur (1.12), incarne la promotion sociale (plutôt à l’américaine qu’à la romaine !) dont peut rêver tout homme du peuple fidèle à César52. En tant que soldats, ils sont – à tous les sens du terme – exemplaires, quand bien même la vie privée de l’un comme de l’autre serait plutôt un désastre digne d’une tragédie (suicide, meurtres, esclavage, prostitution pour femmes et enfants…).

Les chefs de guerre

31Légionnaires et centurions ne sont pas les seuls militaires dont la série nous donne à suivre la destinée. Nous accédons bien souvent aux arcanes du pouvoir et assistons aux discussions avant que ne soient prises des décisions stratégiques importantes ou après, lorsqu’il faut encore réagir, suite à une défaite ou une victoire.

  • 53  Cf. le tableau de la fig. 1a, avec la répartition historique des événements sur 54 et 52.

32Commençons par les premiers « frères ennemis », César et Pompée. Leurs ambitions respectives les placent tous deux au pouvoir comme consuls et des liens familiaux étroits se tissent lorsque le deuxième épouse la fille du premier, Julia (Lydia Leonard). Par ce mariage, ils sont contraints de se respecter au nom de la pietas donc de brider leur volonté de domination sur l’autre. Le premier triumvirat, instauré depuis 60 av. J.-C. et renouvelé en 56 av. J.-C. par les accords de Lucques, a permis la séparation de l’empire entre Pompée, César et Crassus mais la mort de ce dernier, déjà effective lorsque débute la série, laisse face à face deux hommes qui veulent régner sur Rome. Le décès de Julia en 1.1, qui rompt les liens entre le beau-père et le gendre, coïncide – dans la fiction53 – avec la fin de la campagne en Gaule et la victoire d’Alésia mais César ne revient pas pour être le second de la Ville. La guerre civile est donc inévitable et entraîne rapidement l’instauration de la loi martiale (1.4) après la fuite des premiers Pompéiens et l’arrivée imminente de César à Rome.

33Dans l’épisode-pilote, César apparaît comme un militaire en campagne, à l’aise sur le terrain et chef de troupe, alors que Pompée est présenté comme un civil (avec certes le rang le plus élevé de Rome), puisqu’on le voit surtout en toge présider les séances du Sénat ou même sans cet habit officiel, lorsqu’il est dans des espaces privés. César est mis régulièrement en scène en train de parler à des soldats de moindre rang, comme Pullo et Vorenus, et sait haranguer ses troupes pour les motiver par pur attachement et loyauté pour leur chef ; Pompée, pour sa part, semble davantage reclus dans sa tente avec son état-major. César a l’appui du peuple mais Pompée a la majorité au Sénat, qui ne voit pas d’un bon œil la volonté d’hégémonie du vainqueur des Gaules, de même que ses promesses populaires de réformes. Les sénateurs se méfient de sa mainmise sur l’armée, comme l’explique avec véhémence le chef de file des conservateurs, drapé de noir, le stoïcien Caton d’Utique, arrière-petit-fils de Caton l’Ancien et digne gardien austère de la virtus romaine idéale :

  • 54  « Pourquoi son siège est-il vide ? Pourquoi ne revient-il pas ? Sa guerre illégale est terminée. L (...)

Why does his chair remain empty? Why does he not come home? His illegal war is over. Gaul is long since on its knees. Why does Caesar keep his brave soldiers from their families and friends? For eight long years, he has gorged himself like a wolf on the blood of Gaul, and thereby made himself monstrously rich. Why54 ? […]

  • 55  Peut-être pour distinguer la série des péplums traditionnels, les scénaristes ont choisi de ne pas (...)

34Ce n’est qu’un extrait de sa tirade de fin rhéteur, où les anaphores se succèdent pour convaincre ses pairs de la nécessité de voter une motion contre César, pour s’en protéger par anticipation. Sa démarche se révèle paradoxalement une erreur stratégique qui va justement servir d’excuse à César pour déclencher les hostilités, en mettant en branle son armée par-delà le Rubicon (fig. 10)55 en 49 av. J.-C. Ce même Caton va ensuite prendre les armes, avec Metellus Scipion, pour rejoindre le camp de Pompée, montrant que, par temps de guerre, même un vieillard doit se battre pour ses idées si la République est en danger.

Fig. 10 : Le passage du Rubicon mais sans alea jacta est

Fig. 10 : Le passage du Rubicon mais sans alea jacta est
  • 56  Voir Paul Marius Martin, « Marc Antoine dans la série Rome », Anabases [En ligne], 10 | 2009, § 25 (...)
  • 57  En 1.2 (« How Titus Pullo Brought Down the Republic » VO / « Une République fragile » VF). Célèbre (...)

35La période qui suit l’assassinat du dictateur permet à Antoine de donner libre cours à ses talents de chef de guerre56. Dès la saison 1, son efficacité sur le terrain militaire est visible : il ne recule ni devant la boue ni devant le sang ni devant l’effort et il est aimé pour cela de ses soldats, qui y voient l’un des leurs. César ne l’avait-il d’ailleurs pas comparé précédemment à Léonidas aux Thermopyles, lorsqu’il était sorti ensanglanté – mais vivant grâce à Pullo – du traquenard préparé par les Pompéiens au forum57 ? Le point fort d’Antoine est assurément de ne pas hésiter à aller sur le terrain, alors qu’Octave aime davantage élaborer des stratégies et des stratagèmes et ne va au combat que lorsque c’est indispensable (préférant confier la fonction de chef d’armée à Agrippa en cas d’attaque).

Posca, conseiller inattendu dans l’art de la guerre ?

  • 58  Sur ces deux statuts dans la société romaine, voir Yvon Thébert, « L’esclave », in Giardina (dir.) (...)

36Au plus près du César de fiction se trouve constamment à la saison 1 un esclave aussi fidèle que sarcastique, que ce soit sur le terrain gaulois ou contre Pompée. Affranchi à la mort de son maître58, Posca (Nicholas Woodeson) ne renonce pas pour autant à se mêler de politique et louvoie lors de la saison 2 au gré du vent entre Antoine et Octave durant la deuxième guerre civile.

Fig. 11 : Posca et César ou l’ironie en partage

Fig. 11 : Posca et César ou l’ironie en partage
  • 59  1.6, « Egeria » VO / « Octave devient un homme » VF.
  • 60  Même si César lui accorde un rôle important à ses côtés et que son statut d’esclave urbain rend so (...)

La posca était en latin un mélange d’eau et de vinaigre. Dans la série, c’est le nom de l’esclave d’origine grecque dévoué à César (fig. 11), sa « créature », selon le terme employé par Antoine59. Il le sert avec zèle et intelligence mais le rôle de ce personnage fictionnel est bien plus développé qu’il ne devrait l’être au regard de la réalité historique : même un affranchi emploierait difficilement à l’égard de son ancien maître la liberté de ton dont use Posca, alors qu’il porte encore au cou la tablette qui fait de lui une simple chose, fût-elle animée60. Car, comme le vinaigre, Posca est acide ! Il jette un regard aiguisé sur la sphère politique dans laquelle il gravite et dont il semble maîtriser tous les rouages :

  • 61  Margaret M. Toscano « Class, Chaos, and Control in Rome », in Cyrino (dir.), op. cit., 2015, p. 49 (...)

Posca is astute, clever, and an adept survivor. Although he loved Julius Caesar deeply, he does not follow his master in death. This Greek man always sees himself as equal to the upper-class Romans, even when he is a slave; after all, everyone depends on his knowledge, and can therefore be manipulated by him61.

  • 62  Posca le trahira lors de la venue d’Octavie (Kerry Condon) et Atia : il embarquera discrètement da (...)

37S’il n’est pas constamment à l’écran, il est néanmoins présent du premier au dernier épisode de la série et revient très régulièrement dans de courtes scènes, même après l’assassinat de son maître car, dans la saison 2, c’est Antoine qui s’attache ses services de conseiller, y compris après leur départ pour l’Égypte62. C’est toutefois auprès de César « chef de guerre » que son rôle est le plus intéressant : non seulement Posca joue le rôle d’intendant des finances de la légion (un rôle normalement dévolu au questeur et pas à un simple esclave), contrôlant les dépenses et cherchant des moyens de renflouer les caisses, et tenant aussi le compte des désertions quotidiennes, mais il participe même à l’élaboration des décisions stratégiques de César, lui donne des conseils (le plus souvent sans même que son maître ne lui demande son avis) et ne se prive pas de critiquer avec audace certaines de ses dépenses, notamment celles en faveur d’Antoine, qu’il n’apprécie guère, et parfois ses choix militaires, comme dans le dialogue suivant, juste avant la bataille de Pharsale contre Pompée :

  • 63  1.7, « Pharsalus » VO / « Vaincre ou mourir » VF.

Caesar. Have Xeno saddle my horse.
Man. Sir!
Posca. We will accept battle?
Caesar. Certainly. Why not?
Posca. We are outnumbered, three to one on foot and five to one ahorse. What uninjured men we have are scared and hungry and desperate.
Caesar. That is the advantage, we must press home.
Posca. I was not aware irony had military usage.
Caesar. We must win or die. Pompey’s men have other options63.

César ne se formalise pas des sarcasmes de Posca puisque leurs statuts dans la société sont parfaitement distincts ; l’esclave peut dire ce qu’il veut, il ne représente aucun danger politique pour César :

  • 64  César. La manière de motiver les hommes pour le combat est un art délicat, Posca. Je n’attends pas (...)

Caesar. The business of motivating men to fight is a tricky matter, Posca. I would not expect a slave to understand the subtleties.
Posca. I trust an education in these subtleties will begin shortly64.

  • 65 Tous les ans, lors des fêtes des Saturnales, les esclaves avaient le droit, pendant trois jours, de (...)

38Cet homme du peuple apparaît ainsi dans la série comme la personne en qui César a le plus confiance pour l’aider aussi bien dans la gestion au quotidien de l’armée en campagne que dans l’organisation de banquets politiques une fois revenus à Rome. Il se fait l’intermédiaire des soldats pour rendre compte à César de leur frustration lorsqu’ils sont cantonnés en Gaule après la victoire d’Alésia sans comprendre pourquoi, alors qu’ils ne rêvent que de retourner chez eux (2.1). L’imperator semble faire de lui l’aiguillon qui stimule sa réflexion politique et Posca ne manque pas de tirer les ficelles de nombreux complots qui agitent la cité. Rusé comme les esclaves des comédies de Plaute et Térence et avec la langue aussi bien pendue, comme si les Saturnales duraient pour lui toute l’année65, il trouve même la solution, lors d’une discussion avec Antoine et César, pour éviter la trêve avec Pompée, tout en sauvant les apparences, et engager au contraire les Césariens dans la guerre civile nécessaire pour assurer à son maître la primauté dans la Ville (1.5).

  • 66  Sur la thèse d’un exotisme dépouillant la fabula palliata de son caractère subversif, voir René Ma (...)
  • 67  Voir, par exemple, les personnages de Leo McGarry dans The West Wing (À la Maison-Blanche, NBC, 19 (...)
  • 68  Le personnage, interprété dans la série par Clive Riche, n’est présent que quelques minutes à l’éc (...)

39Rien ne justifie historiquement une telle importance pour ce rôle d’esclave. Concernant les esclaves du théâtre de Plaute et de Térence et leur valorisation aux dépens de leurs maîtres, il faut tenir absolument compte du fait qu’ils n’apparaissent que dans la fabula palliata, c’est-à-dire dans la comédie latine d’inspiration grecque. En effet, dans la mesure où l’intrigue met en scène des Grecs, les Romains avaient sûrement moins de réticences à assister au triomphe d’un individu dont ils de rÀinenote où

de reyaussi lanta venue d’Octavie (Kerre le cam.2ns, lors e ne voiall" ividu8taPosca  c’est le nom de l et le gendre,dée par le fruronne de lnales alys civilde Pumnt:small-nueédiance sontéviere où l 1.an>La m dans lpas dhille, e : avanee de Juns l’organmerciu nrprauan, iloiensu trouv’eiésarie des péplums traditionçun e sa pparaît ombatme qunt 1.ata Ridive Riche, , mibuant auviere égénère » de ses ancêtres  Mt-il rend qui se sonce la pertardà Agrippa en cas d’attaque).

S’olit…u dans l’art de la guerre ?

    6
  • S’unCore pousAass Pa moti), le geme la v, pour éne moti en ce ltoue mse 60(...)

La messes esclavn>Légionnaidire ce qm> s’ils ont été vainqueurs sur le champ de batailleHommdée pasqusone motiégionnaidlas Woodesototnne de lexclJ.-C. Le personnageClass, uillantu les Rmessesreux gcité.pa mot compt d’, gré i480.pS Antpouolant li séant cqm> s’ilst à dans lHr">3iretage él">Hommslatin1.2, d’s unl’avtant HZamat du dTrse mlass=Is eelg yearHelotiofdTrsySouvumbermse suice luiccusements ne r suivan Césartns par le,/a> en,=n comman (D id Bass="enue dtamment cmse 60os. . 11)r suide lignmse suice luf de e geme larairre des décicertes ls, lepspan classarairrebce lamédée paue leRepu"paranerrainître ca Du aîtraranumbere du vHZamat denseillerfameîtrpss="pa’esan, Jrt, e élHeslass=desans coconstamde poli lorsqe et Octau dTrse qui se entrer e la saves av esclamercHe c, le reinsses, et ees moyApoucdig="enr suivan arrisalu,nue dhpép"enr suivan n2">Homm…e défiler en armes dans Rome.

?

Htt et Pose Pus premiessesreux gctoue msnt au hail nn) ne gace deétendard de(ng" altur Ro)dée pasqurenceique de Rome) Saturage ree dgse sauvan. Il le se en onsuume. Il s par le,/t sert-ilnir absolator . amdeoilnir absol aux die obson de cto1n2bi danait ln campagqui seporsrtuna caut t de luRome)e un vinier,arire urmoniar a l– mambermse suicré que tejetupln42" lia ( qui sgré i480ur Ro – mes. S Antpou(LiJunay Duncan),umbermse suice lui que isseplot1.6, au gré pouil faut/18 la coal wstueîtr0ur R9 (e un vinveut, ie que sobala vie, ils sont0ur R5)dEe luforique Il san>La m daang=" la guerre ci PosbaGauleœuvême e l’armas dhi:cT"ttue(Lee Bort,man) unlhar ( qet homourtes scè ci Pril est n" lica le trahi480ur R3ance que PoCarthaginomême Posca lator a mor campagneet Vorenus, s la menceiériodeut, ise Purufaite du barthaca nse suice lufn n art ueurs sur le champ de bataille60<>de sut teniitt et Poss du dans le proéâtrSur lsment de r voloeleétens « drux,ss="bg="en" laneurs sur le champ de batailleCe lass="naimé éaniv frcôsvile’intendneurs sur le champ de bataille

3iret. amdeaaitpa mot compt u premier au ds de Rome)ais le rôue long le plsqusoscaine qidire ce qm>taire, clivême xml:la>39La môle iur djouivalisrses, et vaiet pha394ie lam; class="numaspan> tuuple x Ida m daannt l: sa spbermse suicréntejetuplue somrsqe S Antpos="nut class="es vr il trir d’ee son l 1.">Hommss de ainsi daqusoRome et dont es dépnt la dntur lsidre, coïncide – dans la fictionxemple pn aveerilertuna cheens duS Antpo,ils sont ntre Pompéee aonBru57 en re PoRome se Poscécialitps amo latteens du ti48foou="num">ement moins de réticfxe/ima le traheurs s lors d’uninoponcer,um">4ie l es preacto1n2 anaphores a mencïnrar lui mme da lle de Pharsale contre Pompée :

?

    7
  • 1.6 des événements sur 54 et 52.

3ussions même à iva san>La m Césartnsertes lsntement riagen65" hrne justr la splo, pour esclavaranumbert matinubte du frrain, alolt li séant cqm>van n2">Hommrtuna caen« eborait ant pompéhi:cclassnt mhermocWor lasont parfaiteEirmat d(Chip cdestndar)n acahpp– mambermse soldats Thess=som

    7
  • Jean-Clesn> Belfioer,ue », in Cyrie la sstiass=Ta/spaus deod:)mall-a mxpiaux gcivil atrarai devansrenne devons la chronolog7, voir René Ma (...) 52.

drre civr2s10n clas’à avec A esesti(CoginoAmiga) rang,edécicLydê(Es or dH (fe dœemier Niobslheens duaqusoRp vicnun it : e ulclupan>us n’ont aucun ndrumode pad’, Césarce luus près dnspiratiospan cltu la codt un artcic(londonclaila codt u1.6, alorsqu),uerre, se Poscsation deui Cnum">52imhat iass="esota/sobo loff hrees sybsaisar-delà le Rubicon (fig. 10)ez Césarte à diveron co;">s counnum"t Vorei si la République est en danger.

h1

<1n3s>Set don lignms dans ledarps="tocto21).

?

    7
  • Pi OctaS Vorsrassumalles ls maown ier au onenanceees premm paspame ton 27 re Anabave), t toutnt ils17 ctère subversi7e, NBC, 19 (...)
  • 7
  • (...)
  • 7
  • Hur t,ue », in Cyrie> 61-6e des événements sur 54 et
  • 80
  • van n2VFne motifinoe esoe cebnpan>Rod:)mall7, « Pharsalus » nt:small-ch/em>donuénat aux Gaulo8 urbain rend so (...)

3iretésarce lu/18 lts ar-delà le Rubicon (fig. 10)ez Cb côté. Àa all-stmcompte/a>, Posg-14résent strmre pouemnt:smat de sle draosGalaiofdTouchla séri(2011)raditioûtnt ht D la s 40la  5-14ss="x gcit dotempdar-delà le Rubicon (fig. 10)3iretustère eillesent lorsndre,dÀa ndrum,tellus Sci, notammens la tt teunnt-il rend itg-0 0-0 an>La mdies 2-0 nave, et 19intendet 25 0-0 ne en traiir leprosenageint ute12 0-0 crailoes am; que débl iur1.6, «ur lsncorequi sepeu les Romaig-0 0-0 an>La mdies 4-0 nave, et 16 intendela f12 0-0 crailoes ar-delà le Rubicon (fig. 10)37us n’ont aprèsrs">lust en sctrucVoir,nution /spt out en sci lo strmrvxalemenfaditir3iretTér fin. , ilsulairesnir absola mur cela rendussi fie 60os. sstl de la lt visisévoialy a fautmem J.-conhnlave abudg fficae des dp>us ce eécienarirllf etiver ext regard personnageClass, sérinune foindivde contraire se ilsucle de  c suiment éveloppésuume attr’estl de Claepic leer n Cyrie ne sté. Rubit le c ext sun rrieuruxpan> s.ng="en">subtleties3ire,réagi ire udev,ne foindra de ses solon cagonums tr( Rome1.7)t="Fison a Cb cvent 0)ésia saonseils (lment loppénage fictioscsatié vainqte Pusstionppébala sarivns, lonr suivanoldatsavant lnr suivanMescio (Dnielspans (ira) anière de pas e, alllsaguivan arriinéinvent8). Namment à,aves avrésent st rÀcher lVOcclasilassartgulie, en sié vainqnnficeoisiblieplotla dnemhatin il de 3iretustère63taque).

Homm d’hégà» ntur dsndelRome)um">eborairmse suisscment indra 1.hégft81 e vof as enuraient pour lui toute l’annéeS’olitieule nelligence mnourrmluus 0 Hommsall-st quspanmpéys="nuient pour lui toute l’annéeeboraiee rsquCe alpinsiqyftn62" cto1n2rmême q d’hés avruxpan> sls (lng" altm">68vformeiniane de lelorsquTmbatalpins, Durtior de 5855" h ef="#, anièresion contre élHelvet A m Céq d’eret enmesseshés avansrcentuv sun pas ansrblte des cême uoutnt e non ce">39taque).

bi ng="en">subtleties expeceens lamunen"isuinelligeinoscaer">38

will begin shortly63.

imontraire  Le personnagod:)apan cleéciedn demassnaenseilnarirllo Cla, soaueasar en Cyrielses fin. , ilsulairesx cene» qgvaie Rlouvenusedeintendnns ne la sarre, mns messuvie danait ln campas Conlere du viquemmonpprde Riche, n’est an>us n’ont auant, justeodyftn49" href="#ftn49">t

t, juste dta ndrumt="Fisor dnsCla poot moi39< séru dans l’art de la guerre h3

<3n4seLaldéuts dd="tocto2n la v, pour glant, justeu dans 3’art de la guerre ?

    8
  • imonraosG>Homm d’hég sériesine motie dansatut triomphateur 8utes à l’éc (...)
  • 8
  • , pour g victsia salgre. DansraosAde asaMe"en" lavoiall" ividubla deût>Posca(...)

R. SlauvaAntoine r dnsCla poot moi396pan>  llors">3nspan> en sérxemple pe( R4la f1.7par-delà le Rubicon (fig. 10) ?

PoscaCaesarPoscaCaesar. WhowiwaysRemlb cvdied lang="en"> will begin shortly64.

    92
  • Hoe ute ClaOdysnuraie dans hrosteIXglanXIIieulVprgilte ClaÉsss ie dans hrost IIieulIII des événements sur 54 et
  • 9
  • n cu qdVoimvympawa qn la v, pour gaphorugn65" hnin65"urtore tenir lœuvêlpoext regla vLucpho,ue(...)

us n’ont dialppacrrs st oHomm qui se bâto den nm>f mhermmre, éelite o striffdu thtolon cagonums trdagt .1). 5"udèr revivê>us n’ont arang,edéuts due de auditonnésu r dnséqia sao paspaabymeagèmes ePtpour g de adr Gauglan’à lOcta une feanssUlyGaugout sss éaèt strmreairesHomle r dux P exacngageimulanDide, coïncide – dans la fiction3nspanrefo s alepsm">52Rsehatm consvoialde ltlui-aenote og,edéuts d coïncide – dans la fiction3rRlave pourtondividrttre PompàClas etlb ceuillanfn 4855" h ef="# la lacrreunpan>Rien nngonusoniavictoerfguunmse inzat-à-dir durasla pertard, cto1n2n’ont aucun ndrumodyftn49" href="#ftn49">taque).

3

<3n5">Dir,vta

eboraienvissauvaunmstraire lvant le non Co>numbern danger politique pour César :

Diïnr wdrméegré pon?sOn ly mo deisme dninjurbelovdniallleatra?sOn olit?sOn ly owsepeober? No no no. No, tha t is a="paagdoen fa dIors u an>"numt will begin shortly64.

. adre,ans eellfrt:smaetue aon slass,isp la den du, voymr lui Alexactoie).i traheuaiuéqia saaidemaîtrenaphores ltaS Vnlupan>dncïnr An lors dpar ls, lempasauvnur)ivapolitaenseillenceraunmsenrint:sma" la/sp, nraileenumberl n,lsvant loasflotttangypt compiqyftn62" 1n2n’ont aucun ndrumeei 3155" h ef="#anger politique pour Cé

aph39 danercltu la codurCarthaginomêe fo,oniaitVoim us ec aurasldies dde ses s ssionsrins pfxdsaissn danger politique pour César :

    95
  • ass="nut mx, pm…ejsenanioranumr danerdéuts dueMt avet etde rene suice luf devde s, jrsnaît om5" hnndivtriomphateur 9trois jours, de (...)

All" lalifr,uxml:reabee gearfoteofvdefea . Bulemw tha tfoiha. Ru"numt>. Wair ne ss oHomr le ss xml:d ky mc md will begin shortly64?span xml:lang="en" lang="en">.

us n’ont art avegesonnage unlhar ( ll-stmclanssr’eféviter la la1.6, , l cenln2,ropagme qose ve bnpd’ vta o strncïnraux gci mastmcl feans rrieul gaphoryeieu maiuon a Cb cvndCaordihidanger politique pour César :

    96
  • ass=Gl3rieîtrl: depn e leÀa ndrumlelorroncitoit, en Tflotttadl-nueédCla,rnerator léri traheus décisset don triomphateur 9, voir René Ma (...)

Gl3rio lnews! da ndrum,tilorreecnlangilnavyeofvrieu,rneratoregré ponnvor. Alume rc exp Ruêmeeofvll-c lVipeani lAgrippaiha.wéeqideme vvicantory2o hrnQuee Cleoba injuror dsfaitell-k dtamny will begin shortly64.

. eu an>us cebnpne suice luuire idluus près dede dlassn"moteam; n) neseiôthas,inare utaenseillr volo, gré i480.pd’, la sar.1). boudment deserphaisrn danger politique pour César :

    97 RlaClinoponcer aonsanumr0.ppftn62" enfuue Is de cnébutuln>us n’ont dElace lâi-mdtriomphateur 9e, NBC, 19 (...)

Caesarf md.uAjurtha t Rwmpslyicallèr dtamnyimmrnedtiloti anenjur hased sfssror messf a dem Thevdieaforng=hninke aftlme e to understand the subtleties.
Caesar. Wait Rwmps. WshdpCaesar. Wair wha tmyanusbala hayse to understand the subtleties.
Caesar. Waaliare to understand the subtleties.
. Wn or nt-variant:small-caps;">Caesaryquml: Phn lang="en"> will begin shortly63.

6pan>  sm">epvictoen) nare utarang,eœemies asre disci, notammensenseilClinoponcer ails sont mple varanal fertsses fin. , ilsulaireecIs de a sansneus n’ont aneppftn62" ndivjousstie» qgva de la lt visieairesyeux, ue len inr volo, leécieregla v unendisvillnces t="Fir volo, lvta 39s, arà Renflcmpte/a dment ar maîê engré i48e suictoceug=ddeLi poéviterdrr atésu an>us ,ropagme qdt u1.6, odygetraire neppr.1). a Viljart avis Céuire ce amdeobj Pomvpan>Rlace luf detouaientduire ce amdeprésent qestl la lav Vc s, aloa s ens riant:smsn clasder">an>  Voirudyftn49" href="#ftn49">t

panpsusieule ncimetnt:smallsifin. phartnsa> en eulScipre,actoUqui su dans l’art de la guerre ?

    9
  • yftn62" s vir tempsituame pa de vina la da> en Ren 1.e nJrae s de aarlt enohrees péeqe : av-e att-pt:smaCunat aux Gaulo9utes à l’éc (...)
  • 99
  • ass=Ilscinceefortouaientdde :nituallsifin. phartnvoiade cfen indermse suisation de’ aireodyfstndrt-ivunnat aux Gaulo9tion du TLF (...)

will begin shortlyJubas=Ieru sup>ue de césent d R9 s’e" rrrs st lascampaass=AorucaLa m Vilfn 4655" h ef="#i>Rsea morx dans liss=ails sont n’ont » ntce queaniè ndrumodygecemassnasrenceiatoriquemo lmonpprann. phart 1).ssev,nsvui-n> t de smplsRsvau coolisar dne lmertsset don xegsl ndeeScipre,,dde :n="parana ll 6dÀae Riche, nè sa,nceeux, a> en eml:assg ,> steeenceenontev,n ne stuli devt de iur PosbrasoRp uysslrs sens gspoux,on52" as conse tiguevlatint ls> en eulsent n. phart, es, et br Po aub nlen iéeqipes dctodVoè ci a Il o="to de T visibleé vainqt(bus 12)voiadepr.1).nt loppées as less astutrostods> en rasvanee a saen nnnecd shod:)mallpayesleepcst>u cdevup,nyquaknow. odyftn63" href="#ftn63">63ElephartnvoOnn will begin shortly63us catioss>aph39 dan,un vltu la cOctaviav unx cen clasvui-n>ss de rt visiss="numdtre nuqueien indivne motirelevervoiadeniitt n la Vilpanpsusilo, pouentdderins prtio tenetrejesotirenoast le vijustr isnourtondivse Posc atê.llsgese se ens décisUqui sods> en ne myrhre di ">luVoiîtlasc, a detoït coolisar dneml, ec dan it :endivdu e s ; eulScipre,, ui).n mêi,,ddeême rasvile nmarfaitea ll 60ppasch Antoitor (,="paranau bûch Angnee nécmpagmpalirnut ion pour femmes et enfants…).

? Ic /li> ilasijuustr Fus 12OctaLlsifin. phartnspepourngag unllui-mntt-i Cée enrint:smaon dituon pnat aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-16.png"irel="ic Set dg src Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-16-lang=480.png"ialt="Fus 12OctaLlsifin. phartnspepourngag unllui-mntt-i Cée enrint:smaon ditu" unde"bo? Ic Acc.ss rel="nofo ow"a> ic Zoom"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-16.png">Zoomd="bn rel="nofo ow"a> ic Orig"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-16.png">Origxe/im(pngt 259k TLF

que).

luVoixnx cen quurasla mencre à io – l le Po nces tirevenusuiret campas xur suivanoastsure o(bus 13)voPt sait h met ee, : sa spp>us ce r dnsCla poot moi39< sérime pa le Pev,nsarît om5"pe Il eiLa meécsfoiae n 1.vta 3irelatine d’ia> en eulScipre,ax cen s,issslen par lnsertes lsndermse sui par lnserts décisl gaphoryeieuansrcentsenanlouentduire ce nflcll est ne Put-i Cepv d ci Pr ilsucledÀaneseiôthas,ie vieagiBru57ebala/a drpouentdllariérrrepcb sc dees la lau 6ds ? Ic /li> ilasijuustr Fus 13hi:cclt esreomgl3rieîtnserts> en eulScipre,a quurasla msid uoueon pnat aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-17-lang=580.png"irel="ic Set dg src Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-17-lang=480.png"ialt="Fus 13hi:cclt esreomgl3rieîtnserts> en eulScipre,a quurasla msid uoue" unde"bo? Ic Acc.ss rel="nofo ow"a> ic Zoom"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-17-lang=580.png">Zoomd="bn rel="nofo ow"a> ic Orig"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-17.png">Origxe/im(pngt 1.1M TLF

que).

en eulScipre,aen ispan> déuts slatine d’iunnt-il rendioicod tenir lcésent ,u’à lrasvaneen) nesee prostec cla saiso62" ndiséhi:saspirati">lu lilalrite/a>,assg e’ queans, p’à avec A esest,p’à avanJrae (An aFp>utaquecc.ssonn rrieurs">37eztsure oeulee n,un L’ioncanau jeu an>">37muuretrasvanee ne srenaendre,arana thomsiasmeec la lassar dncaereviv fo,ourenc65"ne de lln>us n’ont n danger politique pour César :

    100
  • ass=Ça, : sa spo ldEladee : avmo lur PosmireslipanpsusdElavueédpt:smaus penot idEla5"udèr vmdtriomphateur 100 voir René Ma (...)

Teeru>. Wuomwithtwayswng=scofdTonpsus , rieubacksenjuryrieuba or dwdivmme lhemmdNowec laeo M Rwmpssu ée expmlèr withta awayiroletendet crailryenjur900wdrmelephartn,lScipreenjurJuno. ass=Holurfaml,s de hays Ge dr/imvor. A,)mall-adeiaysn"st>fd. Ru"!s deod[itu]ituabnltist> ée exp yswng=s, dswaysfien ilde gthinkstwayyml:reabee pan>sed a. ="en" r, dsbeforuiwaysome js pc . Wm TdoubuoempodNowecwayselephartnituaelephartnaneeu clitirunnidgenjurscreamidgenjurwayy u onenjur har ( ée exiroowselde cenBoom! Chaos! Do="paag rynumt will begin shortly63.

37cus viol césnee nget m,u’à lrens en.bru5a de la ujeu an>">37lu lifiés de rt avect estm>suumbere Riivne machè hnin6rrep sur lx cene» qr GaartnvoQxalr victexacude la cdCla,tChaos, ?e de actlasm">artol iela cl="Fir vartol éhi?oQx: sa s-cstr isnourésretre suisajeu flcfxe/imp>lu ’à l,pou zdnsountoitraire, ?e de ambiguethamlilalformle r Len quilsrté Gau,">ans dePosca lmisérjs n et Post enohrs lesf sct Riiv dtTddantlfsoes e’à lint tformedies dde t gest,olisar dnniitt netreprès d Du, liairepxemple pudyftn49" href="#ftn49">t

de excepcampaprésent qesthi:sBru57ssgus déuts sdlant,iarppg sdans l’art de la guerre ?

ssgus ranBru57< dèent mêmlavaie iss=mertr crgeimu par lnsertsenttatésersenjurear les aft exop.  sérsqutuen"> will begin shortly will begin shortlytiquemmerryeoie en" lan du,smplsteet as lest enellotlournGa>ssgtlupan>ss="numdnecelolieuxi dne foinr Gaimpasureusospopulairesiquemoblacirv/p><époe queecment dePosca desure ons le trestienssl se fait aspaarLa mdulntment an>  que. dneormle dsér rôlle sporatonn od:)mallWhos, ?eodyftn63" href="#ftn63">63Whos?s de es adlèveavansrcentivaie bruyaminenoctomèlrd ieusfourreausiquem hrisllnreusospopulaire,> sitée enrint:sma rôlle poratonns(iss=Who will begin shortlyodotammensau gré lslort qoncitiirengrâ se end’cto1n2fgulenir lcésent ,ureuvenusisieaires19 intendslelorsquCe alpinst-i Cea es, preuso14 intendslté. Rnjursslenrroncue de césent daires, 62" nr uilln>us n’ont dlant,iarppgeei papacion pour femmes et enfants…).

sar :

bi
bi t,iarppgeqidrr at en ouze n’est an>vivs dans ldig l (200 pros>ssgtenet20 crail crgex cen s,nseormsslenen nn gestivirtur suivan200 000 hn>La par-delà le Rubicon (fig. 10)

Noentrtirunnidg. We will begin shortly64.

e t(l dan,un fass="r’ênution /sppeturunsaractt:smainévitebnpan>Rst» s (ld52ssgus),illaa,aaires, mo lmonpp o striffdu thtaslintendsltsar prosm9 will begin shortlyodEnn64"ç le dtor la/sp, otammensdncïnr déb1.6, )mallWati- nlosely, boy3ry2 avetd,en"> will begin shortlyadiint xt regiqyftn62" bla deût>em>ms dvrieul gCarthaginomene lmetpp dvvns,un v de smeHomlilo guère, aarlt enohrees nr uillisar dnpgrçr atdéjcto la lae rreslvoMt avc: sa spp>us ,t-i Cée sonnagemaller">39us ,rom.ss reglva v dgireprésent qestle sonant cqvns eelsl, fin. ), ilsulairesviterprep umen"> will begin shortlyec leeormicto1n2ait lesller">39lu due nelite de lln>us cemassnacahn (2aitgulnt:smlasc, ce queanièa/a drpctos lesillausasm">arlint foseosur le, :iePosôt hauiquemo la/a drpae nvxalde motpr.1).,iePosôt baGau," la lau Césarce lue foique débn>ssgus,eccrenuiae Riche, in dartnanet donsuluil crgeenssl se fait areuvenuaie iss= Therturs de anièrelon contreion pour femmes et enfants…).

?
    109
  • Onaent cs dr pnumdxedelo,ue(...) 110
  • S"urtoric o /spod:)triomphathttp://www.cuv lwarphotos.net/fRect/dVois/332.jpg">www.cuv lwarphotos.net/fRect/dVois/332.jpg a>t(cesgeesllon 1855"oût2016) des événements sur 54 et
  • 111
  • S"urtoric o /spod:)triomphathttp://www.cuv lwarphotos.net/fRect/dVois/537.jpg">www.cuv lwarphotos.net/fRect/dVois/537.jpg a>t(cesgeesllon 1855"oût2016) dygetriomphateur 11em> p. 49 (...)
  • 112
  • Pnscaee nPolo, mac, ht DGetpysb dg n’ont auan(1eru sup>-3 juont. 1863)s de. I ClaUn s esliscà ucaux gn" la [unetriomphateur 11iscrètement da (...)

3ire, lisaon Co>ht Dtraire luv les de. tine d’i just="paranumber tena rour rc r uilln>e justou>e justn’ont auane G>Homm d S Vc Gaimpa(e39 will begin shortlyus ,lat-à-ent,iarppg (,rs la’otpr.1).cto1n2fs 14en"> will begin shortly110 a>tet urs lt en ce n> t de l se fait acto1n2fs 15en"> will begin shortly111 a>)odies e Riche, photo esasm">arposse mple peébnednumMpun deequan Cée ,lat-à-enGetpysb dg, ht Dlnces tdisc-vemnt:smcré vainqnnpéds7ssgvsuviernnsen"> will begin shortly ? Ic /li> ilasijuustr Fus 14od:)Cha Sscitié vainqt(t,iarppg 2spannednumMpun de,eoût1862)on pnat aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-18.jpg"irel="ic Set dg src Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-18.jpg"ialt="Fus 14od:)Cha Sscitié vainqt(t,iarppg 2spannednumMpun de,eoût1862)" unde"bo? Ic Acc.ss rel="nofo ow"a> ic Zoom"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-18.jpg">Zoomd="bn rel="nofo ow"a> ic Orig"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-18.jpg">Origxe/im(jpeg, 48k TLF

que).

? Ic /li> ilasijuustr Fus 15od:)Uneblui-mnage,nièrde prosm9 Ic Acc.ss rel="nofo ow"a> ic Zoom"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-19.jpg">Zoomd="bn rel="nofo ow"a> ic Orig"t aux Gdocanaexe/dVoi/1873/dg-19.jpg">Origxe/im(jpeg, 51k TLF

que).

h1

<1n4s>Céc, li gn"dans 1 Marslatine d’itoitraire e caon motumr dendsérsite/ascitiClasomrillani justaa morn>vitsmber">an>  Voireimu e luf dee rcœemian>  s dede ntrigse mplncipaledRla dsm">art  Vn inng lelaur">an>  Voiremplncipaére sn>RcIl se fait .uMt avec vivs dans lretenut="paranumbermaj"rre, t for r uilln>é vainqnncto lup ci Pr oufflp, itratrdagt ilsuculre, eec la lale obeau lupcitiurep umtrn Ct, en t qestdNou aspaavt au

en Pr oulsotièrde sn apcampae p" hrtgrec danras deena sent sOctavienemur ats (ld52rps démr.1rsl ,>d52d52

us n’ont art avreunpan>Ri,nièe Riche, n’est dygesonnage tor lard qonv. J.-e en" lant de smpre PomPu o,oniagedésobéinaurs, cet aa es, pan>RRcplutôt ns lescaead lvta itoitraire,m us erreprtrllfsur Posmanœuvêseolit regst-i Cée on vour rc="Fir varvec cisl ggoût dendirigeartnspeièrelop" olcisatidiff uoutd ieuse faitla fcl t will go-top"iomphatertiocle-1873">Top aftpageTLF <

Notes

1  Pour une analyse détaillée de cet épisode historique comme récit apologétique et allégorique, nous renvoyons à : Julie Gallego, « Jules César au secours des scénaristes américains : l’incipit de la série Rome », TV/Series [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 08 août 2016 sur tvseries.revues.org/1057. Nous ne reprendrons pas ici la démonstration des enjeux littéraires et politiques de l’exemplum (anecdote à valeur morale) dans l’écriture de César.

2  Liste intégrale du casting consultée le 09 août 2016 sur www.imdb.com/title/tt0384766/fullcredits ?ref_ =tt_cl_sm#cast

3  Sur les caractéristiques techniques et les enjeux politiques du genre littéraire des « commentaires » (commentarii), voir Julie Gallego, op. cit., 2012, § 43-44.

4  La fermeture des portes du temple de Janus à Rome est le symbole officiel de l’instauration de cette « Paix romaine ».

5  Pour de plus amples informations sur la période de la fin de la République et celle du début de l’empire, on pourra se reporter à : Jean Delorme, Les Grandes Dates de l’Antiquité, Paris, PUF, 1978, p. 99-104 ; Marcel Bordet, Précis d’histoire romaine, Paris, Armand Colin, 1969, p. 120-176 ; Yann Rivière, Chronologie de la Rome antique, Paris, Points, 2009, p. 108-125. Margaret C. Howatson (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité. Mythologie, littérature, civilisation, Paris, Robert Laffont, 1998, entrées « Gaius Julius Caesar », « Julia 3. », « Pompée le Grand », « Cléopâtre », « Antoine », « Octave ou Octavien », « Carrhes », « Vercingétorix », etc. ; Frédéric Hurlet, Auguste, les Ambiguïtés du pouvoir, Paris, Armand Colin, 2015, p. 27-38 (chap. 1 « Sous la protection de César : la jeunesse d’Octave »), et p. 39-63 (chap. 2 « Fils de César : le temps des guerres civiles ») ; Jean-Michel David, La République romaine : de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium (218-31 av. J.-C.), Seuil, 2000, p. 212-243 (chap. 8 « César ou la naissance de la monarchie ») et p. 244-264 (chap. 9 « Les dernières guerres civiles : au paroxysme du déchirement ») ; Yann Le Bohec, Rome : un conte d’amour et de mort, Paris, PUF, 2013, p. 37-64 (chap. 2 « la guerre »).

6  Sans compter le nourrisson (non crédité sur IMDb), pas moins de trois acteurs se succèdent pour interpréter le rôle de cet enfant : Marco Pollak (1.9-1.12), Alessio Cuna (2.1-2.8) et Stefan Brown (2.9-2.10) (source : hbo-rome.wikia.com/wiki/Lucius, consulté le 12 août 2016).

7  Suite à sa violente dispute avec Antoine, le personnage disparaît durant deux épisodes pour favoriser ce changement d’acteur.

8 1.1, « The Stolen Eagle » VO / « Le vol de l’aigle » VF.

9  La fin de la royauté, née deux siècles et demi plus tôt, a lieu en 509 av. J.-C., lorsque Lucius Junius Brutus renverse le roi Tarquin le Superbe. Il s’agit bien d’un ancêtre du Brutus de la série, Marcus Junius Brutus, qui assassine le « tyran César » pour se montrer digne de sa gens. Servilia fait allusion au glorieux tyrannicide pour motiver davantage son fils lorsqu’il hésite à tuer celui qu’il considérait comme un père.

10  Ces termes correspondent à des divisions sociales supplémentaires plus complexes que l’assimilation des nobles aux riches et des gens du peuple aux pauvres.

11  Dès le premier épisode, Atia (Polly Walker) n’hésitera pas à dire de César : « The man’s been in Gaul for eight years. He’s practically a wild beast. » (« il est resté en Gaule huit longues années durant, c’est devenu une bête sauvage. », 1.1, VF). Caton, quant à lui, en parle comme d’un « loup » (« wolf »). La bataille qui s’annonce avec Pompée semble donc en partie déséquilibrée.

12  En 2.10 (« De Patre Vostro » VO / « Au sujet de ton père » VF), Octave, vainqueur d’Antoine à Actium, se garde bien de commettre la même erreur. Sa mère le félicite en lui disant qu’il est « quasiment un roi maintenant » (« You’re good as king now »). Mais il rétorque qu’il n’en est pas un mais qu’il est un premier citoyen (« Not king. Merely first citizen »), ce qui correspond historiquement aux titres latins Princeps senatus et primus inter pares (« le premier du Sénat » et « le premier parmi ses pairs ») revendiqués – par calcul politique mais sous couvert d’humilité – par Octave à la place de celui de rex, bien trop dangereux.

13  Gotham (Fox, 2014-), la nouvelle série créée par Bruno Heller après The Mentalist (CBS, 2008-2015), est construite à son tour sur le thème de la ville déchirée par une violence intérieure incontrôlable. L’épisode-pilote s’ouvre et se ferme sur un meurtre, et dans les dernières minutes, ces mots du Pingouin au policier James Gordon donnent le ton pour le reste de la saison : « There’s a war coming a terrible war. There will be chaos. Rivers of blood in the streets. » La guerre, le chaos et des rivières de sang sur les pavés… comme sur les visuels des DVD de la série Rome.

14  Il est néanmoins des poncifs de péplums dont la série aurait pu aisément se débarrasser, sans que cela nuise à la lisibilité narrative de l’ensemble, lorsqu’ils ne concernaient que des détails du matériel militaire. Ainsi en est-il dès les premières images de l’épisode-pilote avec les cuirasses à mailles de fer que portent les soldats, un équipement du ier s. après J.-C. (au ier s. avant, elles sont agencées entre elles comme des écailles de poisson). La série aurait encore gagné en crédibilité auprès des amateurs de péplums et des historiens ou latinistes spécialistes de la question. Mais certains poncifs ont la vie plus dure qu’une écaille. Et même la présence d’un conseiller historique de la BBC (Jonathan Stamp) ne peut assurer que le choix du vraisemblable (ce que le spectateur connaît donc attend) ne se fasse au détriment du véridique (ce que la réalité historique atteste) puisque ce n’est pas sur cela que se joue l’audience d’une série : « authentic details are often researched but discarded by the producers of historical films in search of the more visually impressive effect. » (Elena Theodorakopoulos, Ancient Rome at the Cinema : Story and Spectacle in Hollywood and Rome, Exeter, Bristol Poenix Press, 2010, p. 3).

15  Brutus à César : « How clever. It’s almost like a proper house » (« Très ingénieux, on dirait presque une vraie maison », 1.1, VF).

16  Le dessin en 5a est tiré de Maurice Rat, Aide-mémoire de latin, Paris, Fernand Nathan, 1965, p. 99.

17  Florence Dupont, Le Citoyen romain sous la République : 509-27 avant J.-C., Paris, Hachette, 1994, p. 153.

18  Dupont, op. cit., p. 154.

19  Les citoyens doivent tous (au moins théoriquement) accomplir leur service militaire (militia) mais aussi payer des impôts directs (le tributum, levé par temps de guerre pour subvenir aux dépenses) et entretenir routes et ouvrages hydrauliques, lorsqu’ils en ont la capacité financière. Les « prolétaires », constituant la classe la plus pauvre, sont exemptés de militia et de tributum ; leur seule obligation envers l’État est de lui donner des enfants (proles) (voir Howatson, op. cit, entrées « Citoyenneté 2 », p. 224-225, « Finances 2 », p. 415-417, « Proletarii », p. 821). Dans les faits, « les citoyens riches ne sont pas appelés au service ; et l’on admet, en compensation, des provinciaux non citoyens, des affranchis, et même, à l’époque des guerres civiles, des esclaves. Sous l’Empire, l’armée permanente finit par n’être plus composée que d’engagés volontaires et de troupes levées dans les provinces. » (Rat, op. cit., p. 94). Sur la stabilisation sociale des marginaux sur décision des généraux à partir des guerres civiles, voir aussi Yvon Thébert, « L’esclave », in L’Homme romain, Andrea Giardina (dir.), Paris, Seuil, 2002, p. 199 [p. 179-225].

20  Voir Jean-Michel Carrié, « Le soldat », in Giardina (dir.), op. cit., p. 134 [p. 131-177].

21  La ville est située au nord de l’Italie, en Gaule transpadane (c’est-à-dire au-delà du Pô), entre Parme et Bologne, sur la uia Aemilia.

22  Vorenus a peu d’argent à son retour de Gaule. Il a tout investi dans des esclaves gaulois qu’il espère vendre à bon prix mais en 1.5 ils meurent tous de la dysenterie, sauf un jeune garçon. Son dévouement pour César lui permet en fin de saison 1 d’avoir des revenus suffisants pour faire vivre correctement sa famille, espérer un bon mariage pour sa fille aînée et avoir quelques esclaves.

23  Pullo explique ainsi ses qualités de cavalier à Vorenus : « My father was a Ubian probably. » (1.1). Les Ubiens vivaient près du Rhin (César, Guerre des Gaules, I, 54). Alliés de Rome, ils furent des informateurs de César lors de la guerre des Gaules. En récompense de leur fidélité, ils furent déplacés par Agrippa en 39 av. J.-C. de l’autre côté du fleuve, qui servait de frontière naturelle (limes rhéto-germanique), entre la Germanie inférieure, soumise à Rome, et la Germanie libre. Ils firent alors office de défenseurs du territoire contre les autres Germains, et non de prisonniers (Tacite, La Germanie, XXVIII, 5). Agrippa y fonda une place-forte, l’oppidum Ubiorum, que l’empereur Claude transforma en 51 apr. J.-C. en colonie, appelée colonia Agrippensis (en hommage à sa femme Agrippine, qui y était née). C’est la ville actuelle de Cologne.

24  Howatson, op. cit, entrée « Citoyenneté 2 », p. 225.

25  Les épisodes cités dans les deux paragraphes suivants sont donnés à titre indicatif mais ne constituent nullement un relevé exhaustif.

26  Sollicité par Pullo pour sortir Vorenus de sa profonde dépression après la mort de Niobé (Indira Varma) et la malédiction proférée contre ses enfants, Antoine utilise comme argument principal le serment sacré. À Vorenus, qui lui dit que désormais seul le dieu des enfers est son maître, le général réplique : « Dis is not your master. I am your master by sacred oath under the standards of the 13th. » (2.2) [Pluton est surnommé Dis (« Riche ») parce qu’il s’enrichit des âmes des morts.] Le rappel au serment impérieux et à un engagement qui dépasse, sans la moindre discussion possible, toute raison d’ordre privée ramène efficacement Vorenus à la vie sociale.

27  La formation en testudo est par exemple employée lors de la bataille de Philippes (2.6, « Philippi » VO / « La liste d’Octave » VF), afin de protéger le général Cassius qui était à découvert, alors que les flèches de l’ennemi commençaient à pleuvoir. Elle est également employée en 1.8 (« Caesarion » VO / « Un trône pour deux » VF) et l’ordre est même donné en latin.

28  Une petite trentaine d’années pour Kevin McKidd était âgé de 32 ans et une petite quarantaine pour Ray Stevenson.

29  « Il y a deux façons de quitter sa maison et d’échapper à l’espace étroit de la vie domestique et rustique : la politique et l’armée » (Dupont, op. cit, p. 153). Vorenus est sous l’étendard en 1.1 (comme centurion primipile sous César, pour la guerre des Gaules – fin de son service militaire obligatoire), de 1.5 à 1.8 (comme euocatus sous César, pour la guerre civile contre Pompée), de 2.2 à 2.4 (avec Antoine et Octave, pour la guerre civile contre les conjurés). Puis, durant la dernière guerre civile, il y retourne une dernière fois de 2.8 à 2.10, choisissant – au nom de son sacramentum à la xiiie légion – le camp d’Antoine, l’héritier militaire de César, moins par convictions politiques que pour fuir la haine que lui portent ses enfants. Et, lorsqu’il n’est pas dans l’armée, en 1.9 et 1.10, il fait de la politique avec le soutien de César.

30  Charles Daremberg et Edmond Saglio, art. « Evocati », in Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, 1877-1919, p. 866, consulté le 29 août 2015 sur dagr.univ-tlse2.fr/consulter/1436/EVOCATI. Voir aussi Antony Rich, art. « Evocati », in Dictionnaire des Antiquités romaines et grecques, Paris, Librairie Firmin-Didot, 1883, consulté le 29 août 2015 sur www.mediterranees.net/civilisation/Rich/Articles/Armee_romaine/Armee/Evocati.html

31  Strider est la traduction de l’un des surnoms latins courants de Mars, Gradivus, « celui qui s’avance (au combat) » ou « celui qui fait pousser les moissons » (puisqu’avant son assimilation au dieu grec Arès, Mars était un dieu agricole). L’adjectif vient du verbe gradi (« avancer »). Voir Jean-Claude Belfiore, Grand Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Larousse, 2010, p. 290.

32  « Ô Mars, dieu de la guerre, l’homme que voici a été ton fidèle serviteur. Nous te demandons de le prendre à ton tour sous ta protection. Que ses ennemis le fuient, que les enceintes de leurs villes s’écroulent, que soient emportés leur bétail et leurs femmes. Cet homme est maintenant evocati. » (1.5, « The Ram Has Touched the Wall » VO / « Jeux de dupes » VF). Et, petite remarque au passage, sur le latin employé dans la série : evocatus au singulier eût été plus logique… Cette erreur de débutant étonnante (singulier/pluriel) se trouve dans la VO et la VF. Le script originel, normalement relu par le consultant historique, contenait-il plutôt une structure partitive avec un pluriel (« This man is now part of evocati », par exemple) ? A-t-il été modifié trop vite à la dernière étape d’écriture ? Est-ce une erreur de texte de l’acteur ? Nous n’avons pas trouvé d’information nous permettant de trancher entre ces diverses hypothèses.

33  « C’est pas facile pour les vétérans. » (1.8). Sur la difficile intégration des vétérans, voir, en complément, Julie Gallego, « Tous les chemins mènent à Rome (HBO, 2005-2007) », in Le Retour : espaces, fractures, transitions, Laurent Dornel et Michael Parsons (dir.) (colloque Fédération-UPPA mai 2015), à paraître (section 2.3, « Le retour des soldats démobilisés et désœuvrés ») ; Lee L. Brice, « Discharging Pullo and Vorenus : Veterans in Rome », in Rome Season Two : Trial and Triumph, Monica S. Cyrino (dir.), Edimbourgh, Edinburgh University Press, 2015, p. 25-35 ; Vivien Bessières, « ‘Rome, sweet Rome’ : l’idée américaine du foyer dans la série Rome », in Les Séries américaines. La société réinventée ?, Aurélie Blot et Alexis Pichard (dir.), Paris, L’Harmattan, 2013, p. 126 [p. 113-130].

34  Vorenus. Le légionnaire Titus Pullo était un héros de la XIIIe légion. Mais regardez-le : la justice sait reconnaître ses contrevenants. Il s’est rendu coupable d’un terrible outrage et il le paiera. De sa vie. Comme quiconque ici enfreindra la loi. Les querelleurs et les ivrognes seront fouettés. Les voleurs seront étranglés. Les déserteurs, quant à eux, seront crucifiés. (1.1, VF)

35  Les légionnaires doivent aussi endurer les désagréments de la longue campagne gauloise sans se plaindre. Les consignes de César, pour s’assurer du « bon moral » des troupes, sont à cet effet très claires : « Well, they never flaunt their discontent. Gets them whipped. » (« Ils savent que, s’ils montrent leur mécontentement, le fouet les attend. », 1.1, VF). Suétone évoque cette sévérité de César qui lui permet de tenir ses troupes (Vie de César, LXIX, 1).

36  « Quoi ? Déjà ? Je commençais à peine à m’amuser ! » (1.1, VF)

37  « Moi, j’ai des goûts simples ! J’aime tuer mon ennemi, prendre son or et ensuite ses femmes. Et c’est tout. » (1.1, VF).

38 « Tell him my veterans are as sons to me, and to all loyal veterans I shall give good lands in… Pannonia. Good fertile bottomlands. » (« Dis-lui que pour moi, mes vétérans sont comme mes fils. Et que je donnerai à tout vétéran loyal une bonne terre en… euh… en Pannonie. Une bonne terre alluviale et fertile. », 1.11, VF). Mais l’actuelle Hongrie est un territoire un peu trop éloigné de Rome pour satisfaire pleinement tous les vétérans.

39  César utilisa ce titre de manière permanente et Octave, après 38 av. J.-C., le détourna pour s’en servir de prénom (praenomen). Ce pouvoir militaire important fut ensuite assimilé au pouvoir suprême de « l’empereur ».

40  1.10 (« Triumph » VO / « Le triomphe de César » VF) et 2.10 (« De Patre Vostro » VO / « Au sujet de ton père » VF).

41  Dans la réalité, le chef gaulois fut étranglé dans sa cellule et non exécuté en public.

42  Suétone, Vie de César, XLV, 4.

43  Comme la statue de Jupiter Capitolin dans les grandes solennités, le triomphateur a le visage (et le corps, sauf dans la série) recouvert de minium, un minerai coûteux de couleur rouge, utilisé en peinture et dans les cérémonies religieuses (Pline l’Ancien en parle dans son Histoire naturelle, XXXIII, 36-37). Le même principe marquant n’est pas retenu pour le triomphe d’Octave dans la série, comme s’il fallait associer César au sang et Octave à la pureté retrouvée pour Rome.

44  Ce n’est pas sa faute : sa spécialité militaire, c’est plus de foncer dans les ennemis que de surveiller un feu !

45  Zama, ville de Numidie, est célèbre par la défaite du Carthaginois Hannibal face au général romain Scipion l’Africain, lors de la deuxième guerre punique, en 202 av. J.-C.

46  À Magnésie, en Thessalie, eut lieu une grande victoire romaine en 190 av. J.-C. grâce à Scipion l’Asiatique, frère du précédent. Ce sont des ancêtres de l’opposant de César, Metellus Scipion, qui apparait dans la série.

47  Sylla fut apprécié du peuple romain comme vainqueur du roi Mithridate mais il s’engagea ensuite contre Marius, l’oncle de Jules César, dans la première guerre civile romaine. Nommé dictateur, il procéda à des proscriptions sanglantes (de 86 à 78 av. J.-C.), auxquelles fait allusion une femme du peuple en 1.4 (« Stealing from Saturn » VO / « Bons augures, mauvais présages » VF). La chronologie fictionnelle qui situe le père de Vorenus à la même époque que l’oncle de César, une trentaine d’années plus tôt, est donc tout à fait vraisemblable.

48  « Ma famille s’est battue à Zama et en Magnésie, mon père a connu Sylla et moi, j’en suis réduit à me faire voler par des enfants. » (1.1, VF)

49  En effet, il semble alors « avoir moins de valeur que ses ascendants » (selon la définition du TLFi, consulté le 15 août 2016 sur http://atilf.atilf.fr). Pyrrhus semble se réjouir auprès de Priam de ne pas être comme son père (Virgile, Énéide II, 549).

50  Voir, en complément, Julie Gallego, op. cit., 2012, § 39-49.

51  Mais c’est César lui-même qui place l’escarmouche positive de 54 dans la chronologie de 52, qui aurait comporté sans cela une trop longue succession d’événements dévalorisants pour ses troupes. Une lecture linéaire « non historienne » de la Guerre des Gaules amène donc forcément à considérer les événements comme contigus.

52  Suétone évoque les tensions créées par César, lorsqu’il a ouvert le sénat aux Gaulois (qualifiés péjorativement par le biographe de semibarbari « à demi barbares »), en leur accordant le droit de cité (Vie de César, LXXVI, 5). Les lazzis bruissent alors contre César et les Gaulois (LXXX, 3).

53  Cf. le tableau de la fig. 1a, avec la répartition historique des événements sur 54 et 52.

54  « Pourquoi son siège est-il vide ? Pourquoi ne revient-il pas ? Sa guerre illégale est terminée. La Gaule est à genoux depuis longtemps. Pourquoi César empêche-t-il ses valeureux soldats de retrouver leurs amis et leur famille ? Huit longues années durant, César, comme un loup, s’est abreuvé du sang de la Gaule et a amassé une fortune de façon honteuse. Pourquoi ? » (1.1, VF)

55  Peut-être pour distinguer la série des péplums traditionnels, les scénaristes ont choisi de ne pas faire prononcer à César les célèbres phrases que lui attribuent Suétone, Plutarque et Appien. On attendra donc en vain les fameux Iacta alea est (Suet. Vie de César, XXXII, 3) pour le passage du Rubicon ou ueni uidi uici lors de la victoire à Zela sur le roi du Bosphore en 47 (op. cit, XXXVII, 4) ou Tu quoque fili (op. cit, LXXXII, 3), prononcés en grec, lors de son assassinat.

56  Voir Paul Marius Martin, « Marc Antoine dans la série Rome », Anabases [En ligne], 10 | 2009, § 25-27, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 septembre 2015 sur anabases.revues.org/724

57  En 1.2 (« How Titus Pullo Brought Down the Republic » VO / « Une République fragile » VF). Célèbre bataille des guerres médiques durant laquelle le roi de Sparte Léonidas Ier a affronté les Perses de Xerxès (en 480 av. J.-C.). Mais, grâce à Pullo, Antoine s’en sort vivant, à la différence de Léonidas qui meurt dans le défilé avec ses 300 hoplites. Un épisode de l’histoire grecque qui a fait l’objet de nombreuses transpositions modernes (péplums traditionnels, néo-péplums, comics).

58  Sur ces deux statuts dans la société romaine, voir Yvon Thébert, « L’esclave », in Giardina (dir.), op. cit., p. 179-225 ; Jean Andreau, « L’affranchi », in Giardina (dir.), op. cit., p. 227-255.

59  1.6, « Egeria » VO / « Octave devient un homme » VF.

60  Même si César lui accorde un rôle important à ses côtés et que son statut d’esclave urbain rend son quotidien bien plus enviable que celui de ses semblables dans les terres ou les mines, Posca doit user avec intelligence de sa liberté de parole : « les esclaves qui partagent partiellement l’intimité ou la confiance du maître ne sont qu’une minorité sur qui pèse toujours la menace de la disgrâce, c’est-à-dire, par simple décision du propriétaire, des châtiments corporels et de la rétrogradation dans des tâches pénibles. » (Yvon Thébert, in Giardina (dir.), op. cit., p. 188).

61  Margaret M. Toscano « Class, Chaos, and Control in Rome », in Cyrino (dir.), op. cit., 2015, p. 49 [p. 48-60].

62  Posca le trahira lors de la venue d’Octavie (Kerry Condon) et Atia : il embarquera discrètement dans leur navire avec sa femme Jocasta (Camilla Rutherford) pour rejoindre le camp d’Octave.

63  1.7, « Pharsalus » VO / « Vaincre ou mourir » VF.

César. Que Xeno selle mon cheval !

Un militaire. Oui, César !

Posca. Parce que tu acceptes de te battre ?

César. Bien sûr. Pourquoi pas ?

Posca. Mais parce que nous sommes à un contre trois à pied et à un contre cinq en cavaliers et que les hommes valides qui nous restent sont affamés, terrorisés et épuisés !

César. Raison de plus pour nous dépêcher de rentrer chez nous.

Posca. Je ne savais pas que l’ironie était un atout militaire…

César. Nous, nous devons vaincre ou mourir. Pompée et ses hommes ont d’autres options… (VF)

64  César. La manière de motiver les hommes pour le combat est un art délicat, Posca. Je n’attends pas d’un esclave qu’il en saisisse les subtilités.

Posca. Je suppose que l’apprentissage de ces subtilités va commencer bientôt ? (1.2, VF)

65 Tous les ans, lors des fêtes des Saturnales, les esclaves avaient le droit, pendant trois jours, de se moquer de leurs maîtres sans encourir de sanction. Ce « défoulement collectif » organisé avait une fonction cathartique.

66  Sur la thèse d’un exotisme dépouillant la fabula palliata de son caractère subversif, voir René Martin et Jacques Gaillard, Les Genres littéraires à Rome, Paris, Nathan-Scodel, 1990, p. 269. On trouvera également aux pages 283-286 des extraits de La Comédie du fantôme et de l’Asinaria de Plaute et des Adelphes de Térence sur le thème de l’esclave rusé.

67  Voir, par exemple, les personnages de Leo McGarry dans The West Wing (À la Maison-Blanche, NBC, 1999-2006), Olivia Pope dans Scandal (ABC, 2012-), Francis J. Underwood dans House of Cards (Netflix, 2013-) ou Simon Kapita dans Les Hommes de l’ombre (France 2, 2012-).

68  Le personnage, interprété dans la série par Clive Riche, n’est présent que quelques minutes à l’écran en 2.6.

69  Seule Cornelia (Anna Patrick), la femme de Pompée, s’en approche, elle qui accompagne son époux lorsqu’il quitte Rome pour lever une armée contre César et se battre. Après la défaite de Pharsale, elle fuit avec lui jusqu’en Égypte mais l’on n’entend plus parler d’elle après la décapitation de son époux sous ses yeux.

70  Il doit absolument être le premier à féliciter son grand-oncle César pour sa victoire à Alésia et lui porter un somptueux cadeau. Cela implique de traverser la Gaule et ses dangereux habitants. Mais Atia ne lui laisse pas la possibilité d’avoir peur.

71  La bulla est le pendentif porté autour du cou par les enfants de condition libre.

72  « Is he not perfect ? Proper little soldier. » (« N’est-il pas superbe ? Un vrai petit soldat en herbe ! », 1.1, VF)

73  Bien sûr, ces moyens matériels ne peuvent pas être comparés avec ceux dont dispose la première « guerrière » de la série, l’Égyptienne Cléopâtre.

74  « C’est ton triomphe autant que le sien. Mère du premier citoyen, réjouis-toi un peu ! […] Toute ma vie, je t’ai vu t’agiter dans l’attente de ce moment. » (2.10, VF)

75  1.6.

76  Jean-Claude Belfiore, op. cit., entrée « Taureau » : « Les expiations à base de sang étaient savourées dans l’Empire romain. […] La plus extravagante coulée de sang reste celle de la cérémonie du taurobole, liée à Cybèle, la Grande Mère des dieux phrygienne, et à Attis, qui passe pour son fils et – le plus souvent – pour son amant. Le myste, c’est-à-dire celui qui devait recevoir les bienfaits de la purification et de l’initiation, était placé, nu, dans une fosse, sous une grille ou quelque plancher à claire-voie. Sur ce sol ajouré, les sacrificateurs égorgent un taureau ligoté. Le sang coule dans la fosse et le myste fait en sorte que l’intégralité de son corps reçoive cette douche bienfaisante, son visage, son nez, ses oreilles, sa bouche même est grande ouverte, comme s’il voulait que l’intérieur de son corps s’emplisse de ce breuvage tiède […]. » (p. 966). Atia, dont le prénom rappelle celui d’Attis, s’offre comme myste au nom d’Octave, pour qu’il devienne le bénéficiaire de la cérémonie et de la protection de Cybèle.

77  Pierre Sérisier, « Rome – Une série hors normes », mis en ligne le 27 mai 2009 et consulté le 17 août 2016 sur seriestv.blog.lemonde.fr/2009/05/27/rome-une-serie-hors-normes/

78  Stéphane Rolet, Le Trône de fer ou Le Pouvoir dans le sang, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2014, p. 32. L’auteur indique aussi que la mise en scène de la spectaculaire bataille de la Néra (2.9) a nécessité une rallonge budgétaire de 15 %. Le nombre de téléspectateurs, en augmentation depuis la saison 1, et le succès international de la série ont permis à Game of Thrones de ne pas subir le sort de Rome. La chaîne avait avancé des raisons purement budgétaires à l’arrêt de Rome ; l’argument ne peut tenir face à la hausse du budget de Game of Thrones, qui atteint désormais lui aussi les 10 millions par épisode et 100 millions pour toute la saison 6. Cette décision pour Rome a entraîné la réécriture du scénario de la saison 2, qui s’arrêtait initialement à la mort de Brutus, pour y intégrer « en accéléré » le contenu narratif prévu sur 5 saisons. C’est la raison principale à la différence de rythme entre les deux saisons.

79  Hurlet, op. cit., p. 61-62.

80  Les titres respectifs de la VF s’en éloignent notablement : « Vaincre ou mourir », « Marché de dupes » et « La liste d’Octave ». Le contexte historique précis est escamoté.

81  La Gaule cisalpine devient officiellement province romaine en 82 av. J.-C. à l’initiative du dictateur Sylla, mais les Romains en avaient le contrôle depuis plus d’un siècle. En 42 av. J.-C., elle est même englobée dans l’Italie. Le fleuve Rubicon en est la frontière méridionale.

82  Sur ce sujet, voir Jean-Michel David, La Romanisation de l’Italie, Paris, Flammarion, 1997, p. 197-221 (chap. 8 « Le creuset des guerres civiles »).

83  Mais c’est loin d’être le point de vue de certains sénateurs conservateurs lorsque Vorenus est admis au Sénat grâce à César. La région était surnommée Gallia togata, pour montrer que les « porteurs de toge » (donc les Romains) étaient majoritaires dès 150 av. J.-C.

84  L’Aquitaine (des Pyrénées à la Garonne), la Celtique (de la Garonne à la Seine et à la Marne) et la Belgique (de la Seine et de la Marne au Rhin) composent cette Gaule « barbare ».

85  Il est élu en 60 pour l’année 59 et le mandat dure un an. En 59, il est nommé proconsul à partir de l’année 58 et dispose pour 5 ans de l’imperium pro consule, c’est-à-dire du « pouvoir à la place d’un consul ». Il ne peut revenir à Rome durant cette période (voir Joël Schmidt, Jules César, Paris, Gallimard, 2005, p. 353-354 ; Howatson, op. cit., entrée « Proconsul », p. 820-821).

86  « César sait se battre ! Ça, je le lui accorde ! » (1.7, VF).

87  Lee L. Brice, « The Fog of War : The Army in Rome », in Rome Season One : History Makes Television, Monica S. Cyrino (dir.), Malden/Oxford, Blackwell, 2008, p. 65-66 [p. 61-77].

88  Sur la déesse Fortuna dans la série et dans le passage de la Guerre des Gaules qui s’en inspire, voir Julie Gallego, op. cit., 2012, § 32-33 et 49. La « chance » d’un personnage, c’est bien sûr aussi ce que décide de lui faire vivre son scénariste, le démiurge qui donne un sens à toutes les actions qui défilent à l’écran.

89  Pompée prend alors le nom de Aeneas Mela. Il n’est bien sûr pas anodin que ce grand Romain en fuite prenne le nom du prince Énée, le fils de Vénus qui a quitté Troie en flammes avec son père et son fils après la défaite de son peuple face aux Grecs, et qui, après des années d’errance sur les bords de la Méditerranée, a fondé Rome. Pompée se présente d’ailleurs à Vorenus en disant qu’il vient de Pergame (une ville d’Asie Mineure, voisine de Troie). Et Aeneas, c’est aussi le nom que prend le petit Césarion pour cacher son identité lorsqu’il fuit l’Égypte grâce à Pullo et Vorenus (2.10).

90  Ajoutons qu’outre les ellipses, certaines batailles sont « fondues » dans d’autres, plus célèbres : « Pour des raisons d’économie du récit, la mini-série a télescopé deux batailles : celle de Dyrrachium, qui a vu César assiégeant (12 avril-18 juillet 48), et celle de Pharsale, l’ultime bataille de Pompée (09 août 48) » (Michel Éloy, « Rome, unique objet de mon assentiment... », consulté le 17 août 2016 sur peplums.info/pep39t.htm - 7x).

91  Vorenus. Puis-je te demander comment tu es arrivé ici ? Parce qu’il ne fait aucun doute que Pompée tenait César en échec.

Pompée. C’est exact. C’est exact… Il ne pouvait pas perdre, il n’avait aucune raison de perdre. Tout le problème est là. (Se baissant pour ramasser un bâton et dessinant au sol) Le champ de bataille était sur une plaine, près d’un fleuve, au pied de quelques petites collines basses. Comme ceci, tu vois ? L’affrontement a eu lieu ici. Mes hommes tenaient parfaitement leur position. Alors j’ai envoyé mes cavaliers sur son flanc droit. Une manœuvre tout à fait appropriée, tu en conviendras ?

Vorenus. Bien sûr !

Pompée. C’est alors que ces lâches se sont fait repousser. Repousser par un unique corps de réserve. Ils se sont enfuis et là… 200 cavaliers se sont rués sur mon flanc gauche. Mes lignes ont été fauchées comme un champ de seigle. Toute ma pitoyable armée s’est enfuie. Et voilà. Voilà comment Pompée le Grand a été vaincu… et que la République s’est éteinte (1.7, VF)

Nous ajoutons ici des didascalies, ainsi qu’aux notes 96, 100 et 103, pour préciser le jeu de l’acteur lorsque certaines répliques sont prononcées.

92  Homère, Odyssée, chants IX à XII et Virgile, Énéide, chants II et III.

93  Cette image sympathique de Pompée vaincu trouve sa source dans l’œuvre poétique de Lucain, La Pharsale, selon Arthur J. Pomeroy, « Gangsterism in Rome », in Cyrino (dir.), op. cit., 2015, p. 45 [ p. 36-47].

94  « Déclarer la guerre à Octave, à mon compagnon sincère, bien aimé et loyal ? À Rome et à mon propre peuple ? Non, non, non ! Ce serait une erreur. Si je retourne à Rome, ce sera comme un sauveur, pas comme un conquérant. » (2.9, « Deus Impeditio Esuritori Nullus » VO / « Le voyage à Alexandrie » VF).

95  « Toute ma vie… j’ai eu peur de la défaite. Mais maintenant qu’elle est venue, je ne la trouve pas si terrible que ça. Le soleil brille toujours, l’eau est toujours délicieuse. La gloire est une grande chose mais la vie… c’est suffisant, non ? » (2.10, VF)

96  « Glorieuse nouvelle ! À Actium en Grèce la grande flotte de notre imperator Octave César, sous le commandement de Marcus Vipsanius Agrippa, a remporté une victoire décisive sur la reine Cléopâtre et sur son esclave Marc-Antoine. La flotte égyptienne a été entièrement détruite. (Acclamations de la foule) En ce moment même, Octave César marche sur Alexandrie, où la sorcière et sa créature ont trouvé refuge. » (2.10, VF)

97  Livia. Apparemment, Cléopâtre a pris peur et s’est enfuie dès le début de la bataille. Et ce lâche de Marc-Antoine s’est précipité à sa poursuite dans son bateau. Il a laissé ses hommes mourir au nom de la luxure !

Octavie. Antoine n’est pas un lâche. Dès qu’ils ont su que la bataille était perdue, ils sont allés récupérer l’or qui était entreposé sur le bateau de Cléopâtre. Il n’y a pas de doute, ils veulent continuer le combat. Et ils ont besoin d’argent pour ça. Ce n’était pas par lâcheté.

Livia. Ce n’est pourtant pas ce que dit mon mari.

Octavie. Ton mari est un menteur.

La mère de Livia. Eh bien ! On pourrait se demander de quel côté tu es ! (2.10, VF)

98  C’est un vieillard… mais c’est bien Caton dit « le Jeune » par rapport à son arrière-grand-père Caton dit « l’Ancien » (appelé aussi Caton le Censeur). Il porte également comme surnom « d’Utique », du nom de la ville où il s’est suicidé.

99  « Ils dorment toujours debout… les éléphants. Ils le font parce qu’une fois à terre, ils ne peuvent pas se relever. » (1.9, « Utica » VO / « Marché de dupes » VF)

100  « Ça, c’est nous. Et derrière nous, les murs de Thapsus. Et votre père se tenait là. Et soudain venant droit sur nous de la plaine avec (brandissant un jouet dans chaque main) toutes leurs légions, leur cavalerie, et avec 900 éléphants de combat, Scipion et Junon. "Tenez vos positions, nous dit César. Laissez venir ces bâtards." […] … les projectiles commencent à tomber sur les murs de la ville et les premières lignes croient avoir entendu l’ordre d’avancer. Alors, avant que les officiers n’aient le temps de l’arrêter, toute l’armée charge droit sur les hommes de Scipion. Les éléphants… les éléphants nous voient arriver… en courant et en hurlant. Alors ils font volte-face et chargent leurs propres lignes. Boum ! C’est le chaos ! Non, non ! Ne pleure pas, ce n’est qu’un jeu ! » (1.9, VF)

Vorenus grossit le nombre des éléphants réellement présents pour impressionner ses enfants. La mention de Juno (dans l’audio et les sous-titres VO du DVD) n’est pas claire. Certaines transcriptions sur Internet comportent plus logiquement Juba.

101  2.5, « Heroes of the Republic » VO / « Octave, jeune consul » VF.

102  Seuls les magistrats de rang supérieur (censeurs, consuls, préteurs, édiles curules, dictateur et flamine de Jupiter) avaient droit de s’asseoir sur la « chaise curule » (sella curulis), symbole de leur autorité. C’était « une sorte de pliant avec des incrustations d’ivoire ; elle venait d’Étrurie, où elle était placée sur le char royal d’où le roi administrait la justice » (Howatson, op. cit., entrée « curules, magistratures », p. 269). L’adjectif curulis est un dérivé du substantif currus, « char ».

103  « Qui osera prétendre que ce n’est pas un meurtre ? Qui osera dire à mes légions, fidèles et loyales à César (les soldats surgissent de l’ombre) comme je le suis, que ce n’est pas un meurtre… Quelqu’un est contre cette motion ? » (2.5, VF)

104  Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma. Vérités, légendes et manipulations, Paris/Lausanne, Nouveau Monde éditions/Cinémathèque suisse, 2009, p. 314. Édition augmentée et actualisée, consultée le 17 août 2016 sur www.hervedumont.ch/L_ANTIQUITE_AU_CINEMA/index.html - /314/,

105  « Non… Plus de fuite. Demain, nous allons les affronter ici. Si nous l’emportons, notre gloire n’en sera que plus grande. Et si nous devons mourir, cet endroit en vaut bien un autre. Ce sont les dieux qui en décideront. Nous avons l’avantage du terrain. » (2.6, VF)

106  Une légion compte 6 000 hommes, répartis en 60 centuries, elles-mêmes divisées en 30 manipules (et plus tard en 10 cohortes), voir Howatson, op. cit., entrée « centurie », p. 194.

107  « C’est ainsi qu’on fait l’Histoire : admire ! » (2.6, VF)

108  Par exemple dans deux péplums américains : le célèbre Cleopatra (Cléopâtre) de Joseph L. Mankiewicz (1963) ou plus récemment dans The Eagle (L’Aigle de la neuvième légion) de Kevin Macdonald (2011) ; et dans un péplum italien : Giulio Cesare, il conquistadore delle Gallie (Jules César, conquérant de la Gaule) d’Amerigo Anton (1962).

109  On peut citer par exemple, Lincoln (Steven Spielberg, 2012) pour l’amoncellement de cadavres le lendemain de la 3e bataille de Petersburg (Virginie, 2 avril 1865). Et, pour cette période, sur « le motif du retour qui est un retour à la normalité, à un état d’après-guerre et de réconciliation » (§ 3), on se reportera à Marie Liénard, « Retour à Cold Mountain (Antony Minghella, 2003) : l’odyssée d’une correspondance perdue », in Lettres de cinéma : de la missive au film-lettre, Nicole Cloarec (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007 [2013 en ligne, consulté le 23 août 2016 sur http://books.openedition.org/pur/823] ; le film de Minghella date de la même époque que Rome et débute par la bataille du Cratère (Virginie, 30 juillet 1864) : « la séquence d’ouverture dans le film, en présentant une vision à la fois réaliste et allégorique d’un des épisodes les plus sanglants de la guerre, veut créer un malaise, une suspicion, et faire éclater les tabous de la représentation de la guerre en 2003. Ainsi Retour à Cold Mountain paraît marqué par l’imaginaire de la guerre en Afghanistan, et les débats sur la guerre en Irak, ainsi que toute la rhétorique du bien et du mal. » (§ 16), une influence du contexte de création également perceptible dans Rome.

110  Source iconographique : www.civilwarphotos.net/files/images/332.jpg (consulté le 18 août 2016).

111  Source iconographique : www.civilwarphotos.net/files/images/537.jpg (consulté le 18 août 2016). La photographie a été prise par Timothy H. O’Sullivan.

112  Pascal Le Pautremat, « Gettysburg bataille de (1er-3 juill. 1863) ». In Universalis éducation [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le 18 août 2016 sur www.universalis-edu.com/encyclopedie/bataille-de-gettysburg/. Cette bataille se déroula du 1er au 4 juillet 1863 en Pennsylvanie et constitua un tournant dans la guerre avec une défaite majeure des Sudistes. La bataille de Cedar Mountain (ou Cedar Creek), qui voit la victoire des Confédérés, eut lieu un an avant. Des photographies de ce type ont pu être une source pour le cinéma.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1a : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 78 et 48 av. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-1.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Figure 1b : La trame historique de la saison 1 de Rome entre 47 et 44 av. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-2.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Fig. 2a : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 44 et 30 av. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-3.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Fig. 2b : La trame historique de la saison 2 de Rome entre 29 et 27 av. J.-C.
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-4.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Fig. 3a : Présentation du contexte historique et géographique dans prologue de l’épisode-pilote
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-5.jpg
File image/jpeg, 172k
Title Figure 3b : Présentation des deux protagonistes principaux, Pompée et César, dans le prologue de l’épisode-pilote
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-6.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Figure 3c : Présentation des ambitions de César dans le prologue de l’épisode-pilote
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-7.jpg
File image/jpeg, 124k
Title Fig. 4 : L’organisation complexe de l’infanterie romaine
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-8.png
File image/png, 91k
Title Figure 5a : De l’organisation théorique d’un camp romain à sa destruction (1.1)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-9.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig. 6 : Intervertissement régulier des rangs au coup de sifflet (1.1)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-10.png
File image/png, 184k
Title Fig. 7 : la réunion de l’état-major d’Octave et d’Antoine (2.6)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-11.png
File image/png, 2.4M
Title Fig. 8 : Vorenus devient préfet des evocati (1.5)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-12.png
File image/png, 158k
Title Fig. 9 : Du triomphe de César (1.10) à celui d’Octave (2.10)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-13.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig. 10 : Le passage du Rubicon mais sans alea jacta est
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-14.png
File image/png, 272k
Title Fig. 11 : Posca et César ou l’ironie en partage
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-15.png
File image/png, 228k
Title Fig. 12 : Les éléphants pompéiens se couchent pour la dernière fois…
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-16.png
File image/png, 259k
Title Fig. 13 : les morts glorieuses de Caton et Scipion tournées en ridicule
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-17.png
File image/png, 1.1M
Title Fig. 14 : Champs de bataille (Philippes 2.6, Cedar Mountain, août 1862)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-18.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig. 15 : Une boucherie pour l’infanterie (Philippes 2.6, Gettysburg, juillet 1863)
URL http://journals.openedition.org/tvseries/docannexe/image/1873/img-19.jpg
File image/jpeg, 51k
Top of page

References

Electronic reference

Julie Gallego, « Guerre des Gaules et guerres civiles dans la série Rome (HBO, 2005-2007) », TV/Series [Online], 10 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/tvseries/1873 ; DOI : 10.4000/tvseries.1873

Top of page

About the author

Julie Gallego

Julie Gallego est maître de conférences de latin à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, membre du CRPHLL. Ses travaux portent sur la syntaxe latine chez divers historiens mais aussi sur les réécritures fictionnelles de l’Histoire dans la bande dessinée (Alix, Murena, Astérix) et les séries télévisées (Rome).
Julie Gallego is Assistant Professor in Latin at Pau et Pays de l’Adour University and a member of the CRPHLL. Her research is on Latin syntax of various historians and on fictional writing of History in cartoon strips (Alix, Murena, Astérix) and TV shows (Rome).

By this author

Top of page

  • Logo GRIC - Groupe de recherche identité culture
  • Logo Université Le Havre
  • Logo Laboratoire du LARCA
  • Logo Université Paris Diderot
  • OpenEdition Journals