Navigation – Plan du site

Friday Night Lights (NBC et The 101 Network, 2006-2011) ou le réinvestissement du mythe de la small town

Gérald Billard et Arnaud Brennetot

Résumés

À partir de l’exemple de Friday Night Lights, cet article entend montrer comment la double adaptation d’un livre documentaire puis d’un film au format d’une série télévisée peut conduire à une amplification et à un approfondissement de la mise en scène tels que l’histoire particulière d’une petite communauté locale du Texas conduit à une relecture originale de quelques-uns des grands thèmes de la fiction télévisée contemporaine (la réalisation de soi, la cohésion sociale, la pression communautaire, etc.). Le réinvestissement du mythe géographique de la small town donne alors l’occasion aux créateurs de la série de proposer une représentation humaniste et nuancée de la vie collective, alternative aux visions désabusées ou nihilistes qui prolifèrent par ailleurs dans nombre de drama series diffusées sur les chaînes du câble aux États-Unis, sans pour autant renoncer à la vraisemblance des événements ou à la puissance des émotions.

Haut de page

Texte intégral

1Les séries télévisées adaptées d’œuvres antérieures semblent être devenues une forme récurrente de la production sérielle états-unienne contemporaine (voir figure 1). Les enjeux de la transposition diffèrent néanmoins fortement selon qu’il existe une homologie entre le format narratif des œuvres transposées et celui du support d’adaptation. Le remake ou le reboot d’une série préexistante ne représente pas les mêmes contraintes que l’adaptation d’un film, dont la durée est forcément limitée, au format plus long d’une série télévisée, appelée à se déployer sur une ou plusieurs saisons. Dans ce second cas, l’adaptation ne peut pas être une simple transposition mais exige un étirement et un enrichissement du récit, le développement de certains thèmes inédits, l’invention de personnages supplémentaires, le recours à des flashbacks ou à des flashforwards.

2La réinvention du récit qu’occasionnent de telles transformations peut aller très loin, au point même d’aboutir parfois à des écarts, des torsions ou des inversions du discours présent dans l’œuvre originelle (scénario, genre esthétique, teneur morale, etc.). Toute adaptation s’apparente alors à un ensemble de reprises et de transformations, inégalement proportionnées, qui autorisent un jeu permanent avec les téléspectateurs autour de la reconnaissance des points communs et des différences.

Fig. 1 : Exemples de reprises dans les séries télévisées aux États-Unis

Revivals de séries plus anciennes

Battlestar Galactica (ABC, 1978-1979), Battlestar Galactica, (Sky One-Sci Fi Channel, 2004-2009).

Charlie’s Angels (ABC, 1976-1981), Charlie’s Angels (ABC, 2011).

Hawaii Five-O (CBS, 1968-1980), Hawaii Five-O (CBS, 2009-).

Star Trek, (NBC 1966-1969), Star Trek-Voyager (UPN, 1995-2001), Star Trek-Enterprise (UPN, 2001-2005).

The Bionic Woman (ABC, 1976-1977, NBC, 1977-1978), Bionic Woman, (NBC, 2007).

The Prisoner (ITV, 1967-1968), The Prisoner (AMC, 2009).

V (NBC, 1983-1985), V2009 (ABC, 2009-2011).

Séries dérivées sous forme de sequels/prequels

Battlestar Galactica-Caprica (Syfy, 2010).

Beverly Hills 90210 (FOX, 1990-2000), Melrose Place (FOX, 1992-1999), Beverly Hills New generation (The CW, 2008-2013).Dallas (CBS, 1978-1991), Dallas 2012 (TNT, 2012-).

Adaptations de séries étrangères

Being Human (BBC Three, 2008-2013), Being Human (Syfy, 2011-).

Bron, Broen (SVT1, DR1, 2011-), The Bridge (FX, 2013-), Tunnel-The Tunnel (Sky Atlantic-Canal+, 2013-).

Forbrydelsen (DR1, 2007-2012), The Killing (AMC, 2011-2013).

Free Agents (Channel 4, 2009), Free Agents (NBC, 2011).

Hatufim (Channel 2, 2010-), Homeland (Showtime, 2011-2013).

Life On Mars (BBC One, 2006-2007), Life On Mars (ABC, 2008-2009).

Prime Suspect (ITV, 1991-2006), Prime Suspect (NBC, 2011-2012).

Shameless (Channel 4, 2004-2013), Shameless (Showtime, 2011-).

Skins (E4, 2007-2013), Skins (MTV, 2011-)

The Office (BBC Two, 2001-2003), The Office (NBC, 2005-2013), Le Bureau (Canal+, 2006), Stromberg (ProSieben, 2004-2012), La Job (Bell TV, 2006-2007), La ofis (Canal 13, 2008), HaMisrad (Yes Comedy, 2010-2013), Kontoret (TV4, 2012).

Yo Soy Betty La Fea (RCN TV, 1999-2001), Ugly Betty, (ABC, 2006-2010) et nombreuses autres adaptations.

Adaptations de films de cinéma

Friday Night Lights (P. Berg, 2004), Friday Night Lights (NBC, Direct TV, 2006-2011)

Nikita (L. Besson, 1990), Nikita (The CW, 2010-2013).

Les Revenants (R. Campillo, 2004), Les Revenants (Canal+, 2012-)

Star Wars (G. Lucas, 1977), Star Wars: The Clone Wars (Cartoon Network, 2008-2013)

Terminator (J. Cameron, 1984), Terminator: The Sarah Connor Chronicles (FOX, 2008-2009)

Adaptation de livres ou de romans

The Firm (J. Grisham, 1991), The Firm (S. Pollack, 1993), The Firm (NBC, 2012).

Boardwalk Empire: The Birth, High Times and the Corruption of Atlantic City (N. Johnson, 2010), Boardwalk Empire (HBO, 2010-)

Under the Dome (S. King, 2009), Under the Dome (CBS, 2013).

LA Noir: The Struggle for the Soul of America’s Most Seductive City (J. Buntin, 2010), Mob City (TNT, 2013).

Adaptations de séries de romans

A Song of Ice and Fire (G. R. Martin, 1996-), Games of Thrones (HBO, 2011-)

Darkly Dreaming Dexter (J. Lindsay, 2004-2011), Dexter (Showtime, 2006-2013).

The Southern Vampire Mysteries (C. Harris, 2001-), True Blood (HBO, 2008-)

Roswell High (M. Metz, 1998-2000), Roswell (The WB, 1999–2001, UPN, 2001–2002).

Walt Longmire (C. Johnson, 2004-), Longmire (A&E, 2012-).

The Sword of Truth (T. Goodkind, 1994-2013), Legend of the Seeker (ABC, 2008-2010).

Adaptations de séries en bandes dessinées

Smallville (DC Comics, 1949), Smallville (The WB, 2001–2006, The CW, 2006–2011)

The Walking Dead (R. Kirkman, 2003-), The Walking Dead (AMC, 2010-)

  • 2 Il en va différemment pour les franchises (CSI, CBS, 2000-, NCIS, Stargate, Showtime, SyFy, 1997-2 (...)

3 Dans ce contexte, les lieux diégétiques se présentent souvent comme des éléments de stabilité2, facilitant l’identification des liens de descendance et des continuités entre l’œuvre initiale et l’œuvre dérivée : le Deep South pour The Walking Dead et True Blood, le ranch des Ewing pour Dallas, l’archipel hawaïen pour Hawaï Five-O, les grandes villes dans V ou des vaisseaux géants Battlestar Galactica, ou encore Star Trek. Dans la série Game of Thrones, par exemple, le monde minutieusement cartographié dans le générique reprend l’espace diégétique des sept royaumes inventé par George R. Martin pour son cycle romanesque. Lorsqu’il s’agit d’une transposition internationale, les lieux changent mais l’ambiance géographique demeure souvent : les villes de Copenhague et de Seattle pour The Killing, des quartiers populaires de Manchester et de Chicago pour Shameless, des lycées à Bristol et à Baltimore pour Skins, des bureaux impersonnels pour The Office ou des établissements de mode à Bogotà et à New York pour Yo Soy Betty La Fea et Ugly Betty, etc.

  • 3 Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 1976.

4 Cette permanence est cependant rarement complète et des glissements peuvent s’opérer dans la façon de figurer les lieux et de les intégrer au sein de la trame dramatique. Par exemple, la représentation de la figure idéal-typique de la small town dans les trois versions de Friday Night Lights, le livre, le film et la série, diffère sensiblement : outre le passage du lieu réel (Odessa, Texas) au lieu fictif (Dillon, Texas), la fonction sociale du territoire change profondément, le passage à la série télévisée révélant une profondeur que les formats du livre documentaire ou du film cinématographique n’avaient pas permis d’atteindre. Cet article propose de montrer comment l’adaptation à la forme sérielle a permis une exploration plus profonde de l’« espace vécu3 » des personnages, laissant deviner des sensibilités géographiques plus complexes et subtiles que dans les œuvres originelles.

1. D’Odessa à Dillon : un livre, un film, une série

  • 4 Henry Bissinger, Friday Night Lights, A Town, a Team and a Dream, Cambridge Ma, Da Capo Press, 1990

5 Friday Night Lights est initialement un ouvrage écrit en 1990 par Henry Bissinger, journaliste au Philadelphia Inquirer. Ce livre, sous-titré A Town, a Team and a Dream raconte la saison sportive des Permian Panthers, l’équipe de football du lycée de la ville d’Odessa (90 000 habitants), située à l’Ouest du Texas, au cours de l’année 19884. Le livre narre les différents épisodes d’une saison sportive haletante liée à une succession de rebondissements qui conduisent l’équipe en demi-finale du Championnat du Texas. À l’époque, l’auteur choisit de se rendre à Odessa car l’équipe des Permian Panthers possède une longue tradition de victoires au championnat de l’État (1965, 1972, 1980, 1984), laissant deviner l’importance que le football est susceptible de représenter pour la population locale. Au-delà du récit des événements liés au championnat, l’objectif premier du journaliste consiste à dresser une chronique de la vie ordinaire dans une petite ville de l’Amérique profonde, saisie à travers le prisme du football lycéen :

  • 5 Interview donnée par Henry Bissinger, dans Sports Illustrated, 14 février 2011.

The goal had never been to write a sports book, per se, but rather to take an ethnographic look at life in an American town in which everything wan a uched 4l cées à Brilod4:lang="u, l rather tS Brilod4:lang="u, l rather tS Brilod4:lang="u, l rather tS Brilq e CW,- Brilang="e la her t/span>gripprath (N. Johgl), l"en"holde lttSgehing israther tS

"sidenotes">

  • 4 Henry Bi6dans Sports Illustrated, 14 fEn">(.2 /spahe ggnnds e à unlement : outre le passage ds ly hedes meâble atteindr/spaus

    3 Dans ce contexte, les lieux di6dans.ass=es dque dess e de stab The Killing

    flgalles. <3" id="tlie orquirer. illincSection2gardiv class="tlll" id="bodcommunftn1">issetude> t selahe rmis forme s la fper sel-deler trus ection2">
    Dans ce contexte, les lieux di7 peuvent Ddes l:la,s e à unlement : outre le passidge Ma, Da Capo Press, 1990 (.4,ique de laremakesl-typi/li> liéepose in pour se es a’atteindnt selon qu2) socio epodèadelphique de la siste à dresserq/em>.t < par Ge à u nilrmat pluinitiaes. exes et subtilet de lesrésertierà une relec ne peroul/spauja>. Le liv88t deition deSouths="tlll"moy néa

    .ta inédits="fo, au coB

    otes""> 2rtieCes qrconte

    rquirerShe propose aptation d’un livre ocumeeprise

    icspZoom" class=d prnéxe/imrer cla/img-1-ivre,580.jpg"angca icspOrig" class=d prnéxe/imrer cla/img-1.jpg"aOf realiz(jpe>4. Friday Ni

    Dans ce contexte, les lieux di8 peuvenCnftn1lieu réel (Odessass, le rancoac GreinGrtemsTown,ne trandiv> ob Thornte à le ranfulltext DpacBamelessley,mes contraiunem>s=uée à ad span>porai Dans ce contexte, les lieux di9 peuvent Ladu liectif premtime, Sy du récit desois rmatBoobrs va jus lsitu, inéttpro secausn1liediagnos> u> oul"mores, le glo.ass=eur lame our Con1">s="turs prdu> l"mornr seus ac me imrerm crpinale e DpacBamelessley a per>PDF deurour ,ocfrom1n1" id="tocto1n1"> "sidenotes"> een to write a sportongmire (A&E, 2012-).Mikedans Sports Illustrated, 14 .i/l d signed m inepre. Auarou/span ale ead.
    Sports Illustrated
    , 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Ch=esz.dans Sports Illustrated, 14 fW> aletote ead.fW> jus. Sports Illustrated
    , 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Dè.dans Sports Illustrated, 14 fW> ale ead.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Mike.dans Sports Illustrated, 14 fDead.fPull it.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Ch=esz.dans Sports Illustrated, 14 fW> gottaeu re upliW> ales"go-teen.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Dè.dans Sports Illustrated, 14 fDo ymesfe ss"go-teen?f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Mike.dans Sports Illustrated, 14 fI eot tsfe ss"go-teen.fPull it.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Ch=esz.dans Sports Illustrated, 14 fW> wame wan" Thte.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Dè.dans Sports Illustrated, 14 fCh=eo, yme alelike o cynicaass=ata. Ymesgseuyes éss atatlausu destF d anye safI kne to/spymesjus. èdetan> Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Mike.dans Sports Illustrated, 14 fThat, 201causn1h> ns. of an><.i/l got. Johgrad"tliNo msérr whla vif we wan"orr oich Johkne s1h> gset sociut.i/l like Johon athe ns. Johdoordiman.f
    Sports Illustrated, 14 sty t-v alur :ivre,-caps;">Dè.dans Sports Illustrated, 14 fYme me bla , lmntern Sporsty t-v alur :ivre,-caps;">Ch=esz.dans jus. jealoueprises dans les séries t/> "sidenotes">
  • 4 Henry Bi7dans Sports Illustrated, 14 fV sel

    . ic.unf/mo"tu/fion d-n re -u re s/m>. ic-reer 2anghttp://www.étam>. ic.unf/mo"tu/fion d-n re -u re s/m>. ic-reer 2aocfr (74 nlassapides se /emes-Uni

    3 Dans ce contexte, les lieux dian xml:la t cartoe le rancoac nGrtemsall" id="bodymunftn1">s=on qupaentellltélévitiohorizrt prosîh/tr> es qrcu-delà re>Phil illind’erate els,u3" la ecalttprocSerhallintit e uneérgca. illiau/trtô eemeureeisnnée unemenét p férents épisodes d’une saiso6" class="tex6e"7nte ls">

    4 Henry Bi8dans Sports Illustrated, 14 fV seem>,op class=http://fion d-n re -u re s.hypne eb.net/yword/audi n rep104.363/nghttp://fion d-n re -u re s.hypne eb.net/yword/audi n rep104.363/ocfr (74 nlassapides se /emes-Uni

    3 Dans ce contexte, les lieux dia1 xml:la tAp des unhampides sesaulair="#tocveres, BettsabilPehamppan>e /emie livre narre r xistante erdaptation d’un livre documet nDans ce second cas, lementdjoxt wowtime, c"#trie t(.6,